Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Auteur : Laurent Page 1 of 321

Giro: le dernier duel

86 centièmes de seconde.

C’est l’écart qui sépare l’Australien Jai Hindley, nouveau maillot rose du Giro, de son plus proche poursuivant, l’Anglais Tao Geoghegan Hart.

Du jamais vu.

Toute une fin de Giro, un suspense à son comble avec un dernier chrono dans les rues de Milan demain. 17 kilomètres tout plat pour départager ces deux coureurs.

Jai Hindley avait battu de 49 secondes Tao Geoghegan sur le chrono de la première étape de ce Giro, mais c’est probablement peu significatif.

Hindley a aussi l’avantage de partir derrière Geoghegan, il pourra donc essayer de réguler son allure sur celle de son rival qui, lui, ne se posera pas de question: full gas!

Sur le coup de pédale des derniers jours et de l’étape de Sestrières, avantage Geoghegan aucun doute, il semble terminer ce Giro très fort, sa puissance est manifeste.

L’enjeu de cette dernière étape est non seulement le maillot rose, le plus important, mais aussi le maillot blanc de meilleur jeune. Quant on dit que c’est l’année des jeunes en cyclisme professionnel, en voilà une autre preuve!

L’autre question, c’est Kelderman. Battu à Sestrières, il pointe à 1min32 de son équipier Hindley. Excellent rouleur, peut-il refaire tout son retard sur les deux coureurs qui le devancent? Ce serait surprenant selon moi, mais on n’est pas à une surprise près cette saison.

Bref, une étape demain qui promet, et qu’on ne voudra manquer sous aucun prétexte. L’Équipe TV.

La Vuelta

Pas de passage en France demain vers le Tourmalet, Covid-19 oblige, et c’est bien dommage. Du coup, l’étape est redessinée, et comportera 146kms avec une arrivée à Formigal, côté espagnol.

Ca sera moins sélectif qu’initialement prévu, mais d’autres écarts sont à prévoir aucun doute là-dessus, l’arrivée étant en altitude. Carapaz, Roglic, Kuss ou Mas sont pour moi les favoris.

PEAK: l’ascension de NTT Cycling

Beau documentaire sur l’ascension de la première équipe sud-africaine en cyclisme professionnel.

Giro: un fin en apothéose!

15 secondes. C’est tout ce qui sépare les trois premiers du classement général du Giro après la 18e étape sur le Stelvio. On a une course!

Je vous rappelle que la dernière étape dimanche prochain, c’est un chrono tout plat de 17 bornes vers Milan. Ça pourrait fort bien se jouer là.

Sur le papier, Kelderman est le meilleur rouleur des trois prétendants à la victoire finale, Geoghegan et Hindley n’ayant pas les mêmes références en carrière dans cet exercice.

Mais il faudra avant cela affronter l’étape de samedi sur Sestrières, certes moins difficile qu’originalement prévue depuis que la France a interdit au Giro de passer à Briançon, Covid-19 oblige. L’étape a été redessinée, on fera trois boucles autour de Sestrières, avec chaque fois une ascension de 6 bornes à 7,5% de moyenne. Probablement pas assez sélective pour faire une réelle différence, les coureurs joueront sans doute les bonifications à l’arrivée.

Ca pourrait donc être une question de quelques secondes au final. Pour la petite histoire, onze secondes séparaient le vainqueur du Giro 1948 Fiorenzo Magni de son poursuivant, Ezio Cecchi, le plus petit écart à ce jour dans l’histoire de la course italienne.

Comme prévu, l’étape d’hier a coulé les ambitions de Joao Almeida, qui a finalement cédé sa tunique rose sur les pentes impitoyables du Stelvio enneigé; il s’est bien battu.

Je n’ai pas trop compris la relation que le portugais entretient avec son coéquipier italien Fausto Masnada chez Deceuninck. Depuis quelques étapes, ça parle fort, ça s’énerve, ça ne s’aide pas toujours comme ça devrait bref, l’ambiance ne semble pas être au beau fixe entre ces deux-là.

La SunWeb et Ineos ont bien joué leurs cartes sur le Stelvio, Geoghegan pouvant dire merci à un excellent Rohan Dennis qui a tout fait péter après avoir pris le relais de ses équipiers. Fort Geoghegan, plus que 15 malheureuses secondes de retard, gageons qu’Ineos tentera quand même un coup samedi pour surprendre la SunWeb.

LA question est de savoir si la SunWeb devait permettre hier à Hindley de rester avec le coureur anglais devant, plutôt que d’attendre et de rouler avec Kelderman pour minimiser son retard? Kelderman s’est fait lâcher dans le Stelvio, très loin de l’arrivée et un équipier avec lui aurait probablement permis de limiter les écarts sur Dennis et Geoghegan, notamment dans la longue plongée vers Bormio.

Je pense que la SunWeb a bien fait: elle manquait visiblement de confiance en Kelderman, et si ce dernier sombrait (il paraissait perdre un paquet de temps sur le Stelvio avant de retrouver un rythme inespéré dans l’ascension vers le lac de Cancano), elle restait dans la course au maillot rose avec Hindley.

N’empêche, Hindley 24 ans, Geoghegan 25 ans, encore des jeunes au plus haut niveau cette saison, certains inattendus. Les « vieux » que sont Nibali, Fuglsang, Pozzovivo ou encore Majka, tous âgés de plus de 30 ans, ont sombré sur les pentes du Stelvio hier.

Restons enthousiastes mais lucides dans les performances offertes par tous ces jeunes en 2020, comme nous le rappelle encore cette semaine Antoine Vayer et Frédéric Portoleau.

Vuelta: Roglic et Carapaz le duel

Primoz Roglic et Richard Carapaz sont très certainement les deux coureurs les plus forts de cette Vuelta, aucun doute là-dessus. Carapaz en veut dans chaque final, et Roglic ne s’affole pas, bien épaulé par son lieutenant Sepp Kuss.

La Movistar roule beaucoup également, elle a visiblement confiance en Enric Mas pour la suite.

Je suis surpris de la prestation de Hugh Carthy, sans grande référence chez les pros jusqu’ici.

Il reste encore beaucoup, beaucoup d’étapes très compliquées, rien n’est encore joué et nous avons aussi une course en Espagne. On va continuer de se régaler!

Tibopino, je comprends pas

Abandon de Thibault Pinot sur cette Vuelta, avant la 3e étape hier. Celle-là, je ne la comprends pas du tout.

Il a chuté sur le Tour le 29 août dernier, il y a presque deux mois. Pour une blessure qui ne l’avait pas totalement arrêté, ca fait long pour guérir, surtout considérant que les pros ont accès à toute sorte de soins très spécialisés incluant massothérapie, cryothérapie, ultrasons, etc.

Surtout, s’il y avait encore des doutes, pourquoi avoir pris le risque de partir en Espagne? Pinot n’a fait que deux misérables étapes, solde sa campagne 2020 sur un nouvel échec, tout cela ne doit pas être très bon pour son moral en vue de la prochaine saison. J’ai du mal à suivre la logique et je vous avoue que le comportement d’Egan Bernal, lui aussi blessé depuis un bon moment comme Pinot, me parait plus sain puisqu’il a rapidement décidé de mettre un terme à sa saison 2020, et de se reconcentrer sur 2021.

Cyclosport: le calendrier 2021

Même si 2021 demeure incertain en raison de la Covid-19, voici le calendrier provisoire (beaucoup d’événements sont encore à confirmer) des événements cyclosportifs d’importance dans le monde et au Québec, selon trois rubriques: route, gravel et… Watopia!

Route

7 mars: Strade Bianche (IT)

21 mars: Cape Epic (ZA)

3 avril: Tour des Flandres Cyclo (BE)

4 avril: L’Éroica California (US)

10 avril: Paris-Roubaix Challenge (FR)

24 avril: Liège-Bastogne-Liège Challenge (BE)

16 mai: Campagnolo GFNY (US) et GranFondo Vosges (FR)

29 mai: Schleck GranFondo (LU)

5 juin: Les Trois Ballons (FR)

6 juin: GranFondo Milan SanRemo (IT)

11 juin: Haute Route Crans-Montana (CH)

13 juin: Lapierre GF Mont Ventoux (FR)

16 juin: L’Ardechoise (FR)

20 juin: Tour Transalp (DE) et Sportful Dolomiti GranFondo (IT)

27 juin: La Marmotte (FR), L’Alsacienne (FR), le GranFondo Gavia&Mortirolo (IT), la Fausto Coppi (IT)

1er juillet: Classique des Appalaches (QC) (UCI World Serie)

4 juillet: Maratona dles Dolomites (IT) et Les Copains (FR)

6 juillet: Haute Route Pyrénées (FR)

9 juillet: La Charly Gaul (IT) (UCI World Serie)

17 juillet: Tour du Mont Blanc (FR)

25 juillet: GranFondo Gottardo (CH)

22 août: Haute Route Alpes (FR)

29 août: Otztaler RadMarathon (AT), Les Ballons Vosgiens (FR)

31 août: Haute Route Dolomites (IT)

11 septembre: Défis du Parc de la Mauricie (QC)

17 septembre: UCI GranFondo World Championships (BA)

19 septembre: GranFondo Lac Mégantic (QC)

1er octobre: Haute Route Ventoux (FR)

Gravel

24 avril: Rasputitsa Gravel (US)

2 mai: Canyon Belgium Waffle Ride (US)

5 juin: Dirty Kanza 200 (US)

15 août: SBT GRVL (US)

22 août: Vermont Overland (US)

11 septembre: La Gravel Pyrénées (FR)

25 septembre: Les 100 à B7 (QC)

Watopia

2 avril: Haute Route Watopia

À confirmer

Parmi les événements qui ne sont pas encore confirmés, que ce soit au niveau de l’organisation ou des dates, au Québec/Ontario: le GranFondo Mont Tremblant (Festival CrossRoads), le GranFondo Mont Sainte-Anne, le GranFondo Cantons de l’Est, le GranFondo Eco Jacques Cartier, le GranFondo Charlevoix, le GranFondo Quebecor-Garneau, le Défi 808 Bonneville, la Buckland, le GranFondo Ottawa.

Ailleurs dans le monde: la La Morzine Haut Chablais, la Marmotte Pyrénées, le GranFondo Mont Ventoux Beaumes de Venise, la Paris-Nice Challenge, le Gravel Backpacking Challenge, le Barry-Roubaix, le Grinduro, l’Arvan-Villard, la Mégève Mont Blanc Cycling, la Grand Bo, l’Étape du Tour.

Vuelta: déjà le ménage!

Ca n’a pas trainé: le premier gros ménage sur la Vuelta est fait.

Exit Chris Froome.

Exit Thibault Pinot et David Gaudu.

Exit Mike Woods et Daniel Martinez. L’équipe américaine est la grande perdante de cette première étape, leurs deux leaders allant au tapis et perdant plusieurs minutes, surtout Woods qui termine dans les tréfonds du classement. Woods ne peut se rabattre désormais que sur les victoires d’étapes et ca pourra peut-être être une consolation, il y en a à profusion qui lui conviennent dans les prochains 16 jours. Si les conséquences de sa chute ne sont pas trop graves.

Exit Wout Poels.

Exit Alexandr Vlasov.

Du coup, les objectifs de plusieurs équipes ont déjà changé: la FDJ, Education First (il reste Hugh Carthy mais bon), Bahrain-Merida, à la limite Astana.

Sans surprise, la Jumbo-Visma a imposé sa puissance d’entrée de jeu: Roglic en rouge, 5 coureurs placés dans les 16 premiers soit, outre Roglic, Kuss, Bennett, Gesink et Dumoulin. On n’est pas venu sur cette Vuelta pour jouer les touristes. Beau collectif. Kuss, en particulier, a montré qu’il est désormais une valeur sûre en montagne; il sera difficile à battre sur l’Angliru.

Frapper dès le départ est probablement une bonne stratégie de la Jumbo-Visma, les cinq dernières étapes de la Vuelta étant plus faciles, sauf l’avant-dernière bien sûr.

Je pense que l’équipe néerlandaise est partie pour faire oublier leur échec sur le récent Tour de France… et mettre la table en vue de 2021.

Primoz Roglic devra cependant se méfier de Richard Carapaz chez Ineos, qui s’inscrit comme l’autre gros client pour cette Vuelta je pense. Le vainqueur du Giro l’an dernier est un excellent grimpeur, cette Vuelta servira ses qualités. C’est un dur au mal et son final hier témoignait d’un coureur qui veut se battre.

Dan Martin, Enric Mas et Hugh Carthy sont également les bonnes nouvelles qui ont su répondre présents hier lors de la 1ere étape. Ce sont désormais les coureurs à surveiller pour le podium à Madrid.

Esteban Chaves est aussi de retour au premier plan, après quelques mois plus compliqués.

Chose certaine, on a une course et ca pourrait bien bouger tous les jours compte tenu du nombre élevé d’étapes difficiles.

Le Giro

On y est: les deux étapes-reine du Giro aujourd’hui vers la Madonna di Campiglio et, demain, vers le magnifique Laghi di Cancano au-dessus de Bormio, et par delà le Stelvio via Prato. Les images devraient être spectaculaires, les coureurs franchiront le Stelvio dans la neige. Mais la météo s’annonce clémente, pas de pluie et c’est une chance pour les coureurs qui n’auront qu’à gérer le froid. À priori, on n’aura pas d’étapes comme celle du Gavia en 1988 et dont on parle encore souvent!

Wilco Kelderman s’impose comme le favori actuel pour le maillot rose, mais je pense que nous pourrions avoir des rebondissements, notamment du côté de Tao Geoghegan. Sur de telles étapes, on peut lâcher plusieurs minutes rapidement.

À noter que le record d’ascension de la Madonna di Campiglio est de 25min01 établi par Marco Pantani en 1999, avant sa descente aux enfers le lendemain matin.

En marge du Giro et de la Vuelta

On savait déjà que l’équipe AG2R-La Mondiale roulera BMC l’an prochain, ce qui n’est qu’un des nombreux changements que la formation vit actuellement: exit Romain Bardet qui part vers SunWeb, on accueille Greg Van Avermaet et Bobs Jungels ce qui suggère une ré-orientation vers les courses d’un jour.

On apprend récemment que la Jumbo-Visma roulera Cervélo la saison prochaine, en remplacement des vélos Bianchi qui équiperont plutôt la Michelton. Cette dernière étant sur Scott, le géant suisse a décidé d’investir auprès de la SunWeb en remplacement de… Cervélo. Beau jeu de chaise musicale!

Reste à savoir ce qui adviendra de Ridley l’an prochain, qui équipait cette saison la Lotto-Soudal. Cette formation semble être en restructuration, un virage vers la jeunesse étant probablement en cours.

Rappelons également que les formations NTT et CCC devraient cesser leurs activités dans les prochaines semaines, envoyant de très nombreux coureurs pro sur le marché des transferts. Vers quelle équipe se tournera Giant si la CCC ne trouvait pas de repreneur?

Vuelta: mieux que le Giro?

C’est une première dans l’histoire du cyclisme cette semaine: le Giro et la Vuelta en même temps!!!

La 75e édition du Tour d’Espagne s’élance en effet aujourd’hui depuis Irun au Pays Basque, alors que le Giro entre en troisième semaine.

Une édition atypique de la Vuelta, Covid-19 oblige.

18 étapes, et non pas 21 comme d’habitude sur les grands tours. Ca nous mène quand même au 8 novembre pour l’arrivée à Madrid, le temps sera plus frais c’est certain.

Surtout que cette Vuelta est très montagneuse. Il s’agit probablement du plus difficile des trois grands tours cette saison.

Sur 18 étapes, on compte pas moins de… huit arrivées au terme d’une ascension! Les 11e et 12e étapes seront redoutables, avec l’arrivée en haut de La Farrapona et, le lendemain, en haut de l’Angliru. Aie!

Bref, un parcours casse-pattes, dès l’entrée en la matière avec les trois premières étapes compliquées. Le premier vrai test surviendra lors de la 6e étape et son arrivée en haut du col du Tourmalet. Puis la 8e avec l’arrivée à l’Alto de Montcalvillo.

La 13e étape, après le 2e jour de repos, sera un chrono de 34km, probablement la dernière étape décisive pour le général avant une fin de Vuelta un peu moins difficile, sauf l’avant-dernier jour et l’arrivée au sommet de l’Alto de la Covatilla.

Les étapes clé:

6e étape:

8e étape:

11e étape:

12e étape:

17e étape:

Les favoris

Je sais pas vous, mais je trouve moi que le plateau sur cette Vuelta a une autre gueule que celui présent sur le Giro.

La Jumbo-Visma d’abord: Roglic, Dumoulin, Bennett, Gesink, Kuss! Ca va faire mal ça. On sera vite fixé sur qui de Roglic ou Dumoulin assumera le rôle de leader dans l’équipe, compte tenu des difficultés qui arrivent vite en première semaine. Les deux ont eu droit à une petite pause récemment, question de refaire du jus.

Les Ineos-Grenadier ensuite: Froome, Carapaz, Amador, Van Baarle. Froome, je n’y crois pas trop, et il n’offre aucune garantie quant à sa condition actuelle. Mais c’est Chris Froome, comment l’exclure de la liste des prétendants au trône?

Les Movistar: Mas et Valverde. « El Bala » aurait préparé cette Vuelta avec soin, mais à 40 ans, peut-il encore y jouer les premiers rôles? Il demeure un sacré moteur et en forme, qui sait ce qu’il peut faire?

La FDJ: Pinot et Gaudu. Ca va être intéressant de suivre Tibopino sur ce Tour d’Espagne, qu’il court probablement un peu pour faire oublier son Tour de France de misère, victime d’une chute. Il devrait être très motivé… si la poisse peut le laisser tranquille ca peut le faire.

Les EF: Martinez, Woods, Van Garderen.

La Cofidis avec Guillaume Martin et Jesus Herrada. Pour Guillaume Martin, on cherchera à confirmer son récent Tour de France assez exceptionnel.

Sans oublier les autres: De la Cruz, Henao, Vlasov, Nieve, Chaves, Poels, Mohoric, Dan Martin. Certains ont une saison à sauver.

Bref, ça fait beaucoup de monde qui peut espérer une place dans les 10, voire dans les 5. On devrait assister à une course de mouvement, si jamais la Jumbo-Visma ne cadenasse pas tout. Sur le papier, elle semble en avoir les moyens…

Pour la gagne à Madrid, misez sur un Jumbo-Visma, Carapaz, Pinot.

Tous les partants sont ici.

Les Canadiens

Ils sont deux au départ, Mike Woods chez Education First ainsi que James Picolli chez Israel Start-Up Nation.

Si Picolli apprend à ce niveau, Woods a une belle carte à jouer selon moi, il était en forme récemment. Le parcours, montagneux à souhait, lui convient bien, avec des arrivées en altitude fréquentes. C’est dire si une belle victoire d’étape lui tend les mains, et pourquoi pas au sommet de l’Angliru?!

Et à la clé, pourra-t-il faire mieux que cette 7e place acquise sur la Vuelta 2017?

À la télé

En Europe, Eurosport.

Au Québec, FloBikes.

En stream gratuit, Tiz-Cycling.

Ronde: un sprint de ouf!

On était loin des circuits de cyclo-cross hier dans le final du Ronde.

Et pourtant, les deux grands champions de cyclo-cross des dernières années (six championnats du monde à eux deux, trois chacun!) s’y sont livrés un mano-à-mano d’anthologie.

Raymond Poulidor, le grand-père de Mathieu, avait Jacques Anquetil. Mathieu Van Der Poel, le petit-fils, a Wout Van Aert, quatre mois d’écart entre la naissance de ces deux-là.

Pour faire un grand champion, il en faut souvent un autre. Et dans les grands duels se forge la légende du cyclisme!

On se souviendra de ce sprint royal hier entre ces deux géants. Ils la voulaient celle-là, et il est évident qu’ils ont vraiment tout, tout donné dans ce sprint pour arracher la victoire. La détermination se lisait sur les visages dans ces derniers 200m, et même à 6000 kms de la ligne d’arrivée, de chez moi à Gatineau au Québec, je pouvais sentir la tension entre les deux coureurs dans le dernier kilomètre.

C’est qu’il y avait des comptes à régler.

Pour Mathieu, c’était une question de pouvoir se regarder dans un miroir cet hiver. C’est long, l’hiver. Une saison à réussir sur un sprint de 200m.

Pour Wout, c’était une question de confirmer une saison extraordinaire: le seul qu’il n’avait pas encore battu à la régulière, c’était Mathieu, son éternel rival. Une victoire et Wout passait dans une autre dimension.

Le sprint a été magistral, les deux étant à leur absolue limite jusqu’à la ligne. Mathieu a su résister avec l’énergie du désespoir à Wout qui remontait doucement sur sa gauche. La ligne d’arrivée aurait été 10m plus loin que je ne suis pas sûr si Mathieu aurait gagné!

Surtout, on retiendra deux choses: la maitrise dont ont fait preuve les deux coureurs en préparant leur sprint, et leur classe une fois le sprint lancé.

Il fallait en effet la jouer serré: ne pas faire d’erreur de braquet, ne pas partir trop tôt, ne pas se laisser surprendre, surtout pour Mathieu qui était devant. C’est loin d’être évident à gérer après une course de plus de 200 bornes, et les deux l’ont bien joué à ce niveau: pas de faute tactique, deux coureurs au sommet de leur art, rien à redire. Mathieu a eu raison de lancer en premier, prenant rapidement un léger avantage sur Wout. Ce dernier regrettera assurément de ne pas avoir lui-même lancé le sprint aux 300m.

J’ai aussi beaucoup apprécié la classe et le respect des deux coureurs: pas de bavure, pas de vacherie, pas de trajectoire déviée dans le sprint, un vrai mano-à-mano réglo, que le plus fort gagne.

Et ce fut Van Der Poel.

Van Aert ayant beaucoup gagné cette saison, c’est très bien ainsi. Mais le champion belge était très déçu à l’arrivée, et on le comprends.

Alaphilippe, les erreurs se succèdent

Le fait de course, c’est évidemment la chute spectaculaire de Julian Alaphilippe à quelques 30km de l’arrivée, ce dernier heurtant une moto.

Alaphilippe s’en tire avec une double fracture à la main droite, une blessure sans trop de conséquences sportives puisque sa saison se terminait de toute façon hier soir.

À qui la faute? Probablement à un peu des deux: la moto semble avoir ralenti trop rapidement à un endroit où rien n’en indiquait la nécessité, et Alaphilippe, 3e du trio à ce moment derrière Van Aert et VDP, semblait parler à l’oreillette lorsque VDP s’est décalé pour éviter le choc.

Évidemment, j’ai beaucoup regretté cette chute, le final aurait été autrement plus intéressant avec un remuant Alaphilippe qui était visiblement parti pour « se faire plaisir ». Le Patenberg aurait eu une autre gueule je pense!

N’empêche, Alaphilippe aura connu pas mal de déveine cette saison: un maillot jaune perdu sur le Tour la faute à un bidon, un Liège-Bastogne-Liège perdu la faute à des bras levés trop tôt sur la ligne, maintenant un Ronde perdu la faute à une moto… ca fait beaucoup.

Quant au rôle des motos sur les courses pro, je vous laisse commenter!!!

Mais côté chute improbable hier, y’a pire avec Gregor Mühlberger.

Hugo Houle progresse

44e sur la ligne hier à un peu plus de 4min du vainqueur, le Québécois Hugo Houle progresse c’est évident.

Le Ronde pouvait être vu comme un vrai test, compte tenu de la fatigue accumulée en raison d’une saison déjà bien remplie. Si, de l’avis du principal intéressé, il lui manque encore quelques watts pour passer les difficultés avec les meilleurs, ce qui est intéressant cette saison avec Hugo, c’est sa constance selon moi. Toujours bien placé sur les courses, il est fiable et régulier. Avec encore un peu de travail, et une hygiène de vie irréprochable question de gérer le poids, on peut espérer une belle saison 2021.

Un Giro à rebondissements!

Exit Pozzovivo et Fuglsang, Nibali qui montre des signes de faiblesse, Almeida qui résiste mieux que prévu et surtout, la SunWeb qui se pose comme l’équipe dominante de ce Giro, avec comme premier favori désormais le néerlandais Wilco Kelderman, qui pointe à un petit 15 secondes du maillot rose.

Et son équipier Jai Hindley 3e du général à 2min56, 1sec devant Tao Geoghegan.

Ce Jai Hindley, un Australien de seulement 24 ans, un autre jeune qui surprend, deux jours seulement après une belle perf lors du chrono du jeune américain de 22 ans Brandon McNulty.

L’année des jeunes se poursuit!

Chose certaine, cette étape hier vers Piancavallo a relancé la course au maillot rose. Si Kelderman se pose désormais en favori étant donné les difficultés à venir en haute montagne, on se demande jusqu’où pourra aller Tao Geoghegan, vainqueur hier – il était facile – en hommage à Nicolas Portal.

Les autres – Nibali, Pozzovivo, Fuglsang – sauront-ils rebondir?

Et je dois dire qu’Almeida est admirable dans la défense du maillot rose. Hier sur les pentes de Piancavallo, il n’a rien lâché, même lâché… si vous voyez ce que je veux dire. Volontaire, il n’abandonnera pas facilement sa tunique rose, et se battra de toute évidence jusqu’au bout du bout. Courageux Almeida.

Je croyais ce Giro un peu triste, je dois dire que la dernière semaine en haute montagne s’annonce plutôt très bien! Je serai rivé à L’Équipe TV. Très bien d’ailleurs L’Équipe TV, avec notamment Cyrille Guimard et Claire Bricogne.

Ce dimanche, le Ronde!

Je l’appelle « la gran’ messe du cyclisme belge ».

Car le Tour des Flandres, c’est ca: la grande messe du cyclisme belge. LA course mythique. LA grande fête du vélo. Une victoire te fait entrer direct dans la légende du vélo dans ce pays. Les Belges ne t’oublieront plus. Parlez-en à Jacky Durand!

Bien sûr, on peut nuancer: LA course mythique de la Belgique… flamande. En Wallonie, c’est plutôt Liège-Bastogne-Liège. Enfin peu importe, nous on aime les deux!

En Italie, c’est le Giro.

En France, le Tour.

Aux Pays-Bas, l’Amstel.

Et au Canada, la Beauce.

Au menu de Messieurs les coureurs sur cette 104e édition du « Ronde », 241 kilomètres entre Anvers et Audenarde.

17 monts – certains pavés – à escalader dans les 130 derniers kms. Différence par rapport à l’an dernier: un parcours écourté de 30 bornes, et pas de Tenbosse ou de Mur de Grammont cette fois, mais plutôt le Valkenberg avant de retomber sur les derniers 50kms de l’an dernier, avec dans le final le duo Vieux-Quaremont-Paterberg. Une fois la dernière difficulté passée, il faudra encore tenir plus de 10 bornes sur le plat pour rallier l’arrivée.

Je pense que la course se lancera vraiment dans la 2e ascension du Vieux-Quaremont, km 185 environ. Restera alors 90min de course, c’est à partir de là qu’il faudra être devant.

Les favoris

Pas compliqué, trois noms: Julian Alaphilippe, Wout Van Aert et Mathieu Van Der Poel.

Pour Julian Alaphilippe, zéro pression, sa saison est réussie. Le gus est au départ pour se faire plaisir sur un vélo, point barre. Ca peut donner quelque chose d’intéressant!

Idem pour Wout Van Aert: il a déjà réussi sa saison, et quelle saison! Mais il est aussi orgueilleux et voudra bien faire, surtout qu’un certain VDP est aussi au départ du Ronde. Oeil pour oeil, dent pour dent.

La pression, Mathieu Van Der Poel l’a: il veut en gagner une belle cette saison, et dimanche représente sa dernière occasion, ou presque. Seule la victoire lui permettrait d’être serein cet hiver devant son miroir, je pense donc que VDP sera déchainé, volontaire voire méchant dimanche.

Chose certaine, la rivalité Van Aert – VDP est à son comble sur la route. En cyclo-cross, les deux hommes ont déjà eu des altercations mémorables.

Bien sûr, d’autres coureurs sont à surveiller: Michal Kwiatkowski qui en cherche une belle aussi, Oliver Naesen, Alberto Bettiol le vainqueur sortant, Tim Wellens, Matteo Trentin, Mads Pedersen, Sonny Colbrelli, Tiesj Benoot, Soren Kragh Andersen, Casper Pedersen (la SunWeb a un bon coup à jouer!), voire Zdenek Stybar.

Deux Québécois au départ, soit Hugo Houle (Astana) et Guillaume Boivin (Israel Start-Up Nation).

La liste des partants est notamment ici.

À la télé

En France, France 3 dès 13h35.

Au Québec, FloBikes.

En stream gratuit sur Internet, Tiz-Cycling.

Ambiance Ronde

C’est offert par « Pippo Pozzato ».

La Flamme Rouge fait peau neuve

Vous aurez remarqué que La Flamme Rouge a fait peau neuve il y a quelques jours.

Après quelques ajustements suite au lancement, le site a désormais atteint sa stabilité. Le dernier enjeu concernait la possibilité de qualifier les commentaires laissés, un enjeu désormais résolu.

Le nouveau site se veut « responsive », c’est à dire qu’il s’adapte à votre appareil: ordinateur, iPad, iPhone, téléphone intelligent, le site apparait toujours bien, toujours fonctionnel, quel que soit l’appareil utilisé.

N’hésitez pas pour autant à me signaler des difficultés.

Le travail se tourne désormais vers l’ajout de nouvelles fonctionnalités au cours des prochaines semaines. On vous réserve des surprises, que je ne dévoile pas pour l’instant.

L’effort, depuis quelques semaines, ne se situe pas simplement au niveau du look, mais aussi du contenu. C’est pour moi l’aspect le plus important: diffuser du contenu original, de grande qualité, pertinent et bien documenté. La Flamme Rouge n’est pas un site « influenceur » soldant ses pages au plus offrant. Depuis 2003, La Flamme Rouge reste totalement indépendante de tout, un espace de liberté, mais surtout un espace où on retrouve du contenu certes engagé mais de qualité, exprimé de façon respectueuse et articulée. Cela vaut pour les commentaires et c’est grâce à vous tous; je vous en remercie!

Voilà toutefois un moment que je ne vous ai pas demandé votre avis: je le fais aujourd’hui.

Qu’aimeriez-vous lire plus fréquemment sur La Flamme Rouge?

Que pensez-vous du contenu de ce site?

Comment l’améliorer, le rendre plus pertinent encore?

Intéressante, La Flamme Rouge?

Je veux savoir!

Je m’adresse en particulier à la majorité silencieuse, celle qui fréquente ce site régulièrement sans pour autant laisser de commentaires. Vous êtes nombreux: au cours des dernières semaines, La Flamme Rouge c’est près de 2000 lecteurs par jour, une majorité étant en France, puis au Québec, deux pays suivis de la Belgique et de la Suisse.

Je vous invite tous, vraiment, à me laisser vos opinions, vos suggestions, en commentaires à cet article. Je lirai attentivement chacun d’entre eux. Et j’en tiendrai compte pour la suite.

Le Tour de l’actualité

1 – Gand-Wevelgem. Très belle course une fois de plus, une course de mouvement dans les 70 derniers kilomètres. Comme anticipé, la course est rapidement devenue une affaire personnelle entre Wout Van Aert et Mathieu Van Der Poel, qui se sont marqués jusque dans les tous derniers mètres de la course, quitte à perdre tout espoir de victoire. Assez contreproductif selon moi, mais ni un ni l’autre n’était capable de se débarrasser de l’adversaire.

C’est Mads Pedersen qui en a profité, ce robuste coureur se distinguant toujours lorsque les conditions de course sont dures, humides et froides comme dimanche dernier.

2 – Van Aert – VDP, le match. Je vous l’annonçais en prélude de Gand-Wevelgem, ca n’a pas loupé: ces deux-là sont des ennemis jurés, leur rivalité en cyclo-cross se transposant facilement sur la route. Une chance que Van Aert ne fait pas de Mtb (VTT)!

Je pense surtout que VDP est très remonté actuellement des succès du coureur belge cette saison. Il est clair pour moi que VDP véhicule une certaine frustration en ce moment, sa saison 2020 n’ayant pour le moment pas été à la hauteur de ses ambitions. Il n’a gagné « que » le Championnat des Pays-Bas, une étape sur Tirreno et le BinckBank Bank Tour. Il lui manque une belle grande victoire cette saison et je pense qu’il jettera toutes ses forces le week-end prochain sur le Tour des Flandres. Le hic, c’est que Van Aert y sera aussi, peut-être davantage pour faire perdre VDP que pour gagner lui-même…

3 – Paris-Tours. Belle victoire d’un autre Pedersen, Casper celui-là, chez SunWeb. Il devance au sprint un excellent Benoit Cosnefroy qui était bien déçu à l’arrivée de manquer pareille occasion.

À noter en 6e place un certain Petr Vakoc chez Alpecin-Fenix, de quoi donner du renfort à VDP le week-end prochain.

À noter également, la 19e place à un peu plus de 2 minutes du coureur québécois Pier-André Côté chez Rally Cycling, une performance selon moi tout à fait remarquable à ce niveau. Son coéquipier Nickolas Zukowsky a pour sa part terminé nettement plus loin, 106e à plus de 12 minutes, et le Canadien d’Ottawa Matteo Dal-Cin a été classé hors délai.

4 – Un Giro à l’économie? Je sais pas vous, mais je trouve ce Giro un peu triste, le plateau en présence n’étant pas très relevé.

Le Giro repart demain après la première journée de repos avec, comme grands favoris, plus que deux coureurs selon moi, Fuglsang et Nibali. Kelderman et Pozzovivo sont les deux autres coureurs qui devront être surveillés car une place sur le podium leur est possible, Majka et Kruijswijk ayant déjà montré quelques signes de faiblesse.

Pour Nibali, c’est une grande aubaine: imaginez, à 35 ans, un troisième Tour d’Italie pourrait s’ajouter à son palmarès, lui qui est un des rares coureurs de l’histoire à s’être imposé sur les trois grands tours (les autres étant Anquetil, Merckx, Gimondi, Hinault, Contador et Froome). Je suis sûr que le Requin de Messine en est conscient et qu’il mettra tout en oeuvre pour profiter de cette occasion unique, sachant que l’an prochain, il pourrait retrouver sur sa route les Pogacar, Bernal, Roglic, etc.

Cette semaine, on surveille essentiellement deux étapes, les 14e et 15e.

La 14e étape est un chrono de 34 kms, ca créera des écarts c’est certain. Pour l’étape, misez Ganna bien sûr.

Le lendemain sur la 15e étape, arrivée en altitude à Piancavallo.

Avec LA question: combien de temps Joao Almeida tiendra-t-il?

5 – Les vélos du Giro, c’est ici et c’est toujours très intéressant.

6 – Cocorico! Décidément, le cyclisme français fait fort ces jours-ci. Alaphilippe champion du monde sur route. Et le week-end dernier du côté de Leogang en Autriche pour les Mondiaux de Mtb (VTT), la France s’est ajoutée plusieurs autres titres: Pauline Ferrand-Prévost chez les femmes élite, Jordan Sarrou chez les hommes élite et Loana Lecomte chez les femmes U23. Il faut ajouter à ce beau tableau la 2e place de Myriam Nicole et la 3e place Remi Thirion en descente.

Les images de l’épreuve de descente sont dantesques, les conditions météo et de pistes étant apocalyptiques.

7 – Record de l’heure canadien. Le triathlète canadien Lionel Sanders s’est donné l’objectif de battre prochainement le record de l’heure canadien sur piste, qui appartient actuellement à Ed Veal en 48,587 (établi le 23 septembre 2017 sur le vélodrome de Milton en Ontario).

On peut suivre la préparation de Lionel au moyen de ses petits vidéos et se rendre compte à quel point le coureur est précis dans sa préparation.

8 – Récup. Après les chaussettes de récupération, voici les… lunettes de récupération. L’idée, c’est de bloquer la lumière bleue émise par les appareils électroniques, et apparemment si dommageable pour la qualité du sommeil. Pourquoi pas?

Gand Wevelgem: VDP vs Van Aert, le match!

La 82e édition de la classique Gand-Wevelgem sera disputée dimanche dans les Flandres.

238 kms à parcourir avec le fameux Mont Kemmel, trois ascensions durant la course. Les derniers 30 kms sont toutefois roulants, propices à des regroupements. Drôle de profil de course!

C’est une classique qui arrive souvent au sprint. L’an dernier, Alexandre Kristoff s’était imposé devant John Degenkolb et Oliver Naesen.

Mais ce sont les coureurs qui font la course. La Flèche Brabançonne nous l’a rappelé de bien belle façon.

L’intérêt de l’épreuve dimanche sera le match entre Mathieu Van Der Poel et Wout Van Aert, qui se côtoient depuis les rangs cadet et qui se sont tirés la bourre depuis des années sur les cyclo-cross.

VDP est revanchard de sa 2e place mercredi dernier sur la Flèche Brabançonne, et a trouvé le temps long en début de saison en raison d’une forme dont il n’était pas satisfait. Gageons également que les succès de Van Aert l’ont quelque peu dérangé!

Pour Van Aert, c’est plus relax: sa saison est déjà réussie. Mais il a des ambitions sur le prochain Tour des Flandres, et voudra donc se montrer dimanche. Excellent sprinter, il a probablement de meilleures chances de succès que VPD.

Outre ces deux là, quelques autres coureurs seront à surveiller de près: Michal Kwiatkowski d’abord, les sprinters Sonny Colbrelli, Cees Bol, Sam Bennett et Caleb Ewan ensuite, ainsi qu’Oliver Naesen en forme ascendante, Mads Pedersen, Tiesj Benoot et Alberto Bettiol. La course devrait être assez ouverte, avec beaucoup de candidats potentiels, mais aussi beaucoup d’équipes qui auront un intérêt à ce que ça arrive au sprint.

Côté coureurs canadiens, Guillaume Boivin chez Israel Start-Up Nation est de la fête, mais peut-être pas en totale confiance en ce moment.

La liste des partants est ici.

Paris Roubaix annulé

Triste nouvelle que l’annulation de la Reine des Classiques pour cause de Covid-19. Reste le Tour des Flandres le 18 octobre prochain… et le Tour d’Espagne prévu du 20 octobre au 8 novembre. Si ca tient.

Le Giro

Impressionnant Demare qui a signé hier sa 3e victoire d’étape, lors d’une étape parcourue à une vitesse élevée: plus de 50 de moyenne!

Le Giro est toutefois inquiet lui-aussi face à la reprise de la Covid-19 en Italie: la course pourra-t-elle aller jusqu’à Milan dans deux semaines?

Leogang 2020

Pour les amateurs de Mtb (VTT), ne manquez pas ce week-end les Mondiaux à Leogang en Autriche. Ca s’annonce coton: le festival de la boue! Chez les filles, deux Françaises sont en forme: Ferrand-Prevost et Lecomte. Chez les hommes, Schurter est à surveiller bien entendu, mais Avancini a fait mouche le week-end dernier. L’équipe de France a également beaucoup d’excellents coureurs ces temps-ci, avec Marotte, Koretski, Sarrou, Tempier, Griot et Carod. Ouf!

Chez les Canadiens, Leandre Bouchard est sur une bonne lancée ayant très bien fait lui-aussi le week-end dernier à Nove Mestro.

Les courses sont sur RedBull TV.

Canyon débarque au Canada

Aujourd’hui sur La Flamme Rouge: Canyon AeroadSpecialized AethosGiro Arnaud DemareWheelie contest sur le Tour

Canyon débarque au Canada. Mais attendez avant de vous réjouir!

Le fabricant de Coblence en Allemagne vendra directement en ligne ses vélos au Canada à partir du printemps prochain.

Et notamment le nouveau Aeroad qui fait actuellement le buzz, ayant été officiellement lancé il y a quelques jours. On avait vu les premières images du vélo sur le dernier Critérium du Dauphiné, notamment avec Warren Barguil chez Arkea-Samsic.

Cette nouvelle évolution de leur vélo typé « aéro » propose quelques innovations dignes de mention, notamment ce guidon télescopique en largeur, donc ajustable. Bien pensé! Les lignes sont également très fluides, l’intégration des gaines de freins et de dérailleurs est totale, et le vélo ne vient qu’en version freins à disque.

Le vélo est équipé de pneus 25mm à l’avant, et 28mm à l’arrière, confirmant la mode actuelle de délaisser les pneus 23mm pour chausser de plus grosses sections, plus confortables et offrant un rendement au moins équivalent. Le poids en plus.

Par rapport à la version précédente, Canyon annonce 170 grammes de moins, et 14% de plus de rigidité. Un gain estimé à 7 watts pour le même effort.

Disponible en huit tailles différentes, chacun pourra trouver un vélo à sa convenance. Trop souvent, les compagnies se limitent à S, M, L et XL. Et autre point positif, le vélo est disponible en montage Shimano, Sram ou, plus rare, Campagnolo, et selon trois versions (CFR, CF SLX 8 et CF SL 7), donc selon plusieurs gammes de prix. Le nombre d’options possibles est élevé.

Le nouveau Aeroad selon le site MatosVélo que j’aime bien, c’est ici.

Sur YouTube, les évaluations du nouveau Aeroad sont nombreuses depuis quelques jours. GCN ayant un lien étroit avec Canyon, c’est probablement une des évaluations les plus complètes, mais possiblement aussi un peu biaisée. Sinon, BikeRadar. Pour le déballage du vélo après sa réception, c’est ici. Enfin, très intéressant, le montage du Aeroad de Mathieu Van Der Poel.

Un avantage, la vente directe?

Le modèle d’affaire Canyon, c’est la vente directe sur Internet, sans intermédiaire (les détaillants). Les prix défient donc toute concurrence: le CFR monté en Campagnolo Super Record EPS avec roues Bora One 50mm, probablement le fleuron de la gamme, est annoncé à 9 000 euros, soit 14 000$.

À côté de ca, il vous faudra débourser près de 17 000$ pour un Trek Madone SLR 9 eTap 2021, monté sur roues Bontrager. Le Specialized Tarmac SL7 2021 monté de la même manière est annoncé autour de 15 000$, roues Roval, tout comme le Cannondale SuperSix EVO Hi-Mod monté en Dura-Ace, roues HollowGram. Chez BMC, le nouveau TeamMachine SLR01 est annoncé à 15 500$, toujours monté en Sram.

Un Pinarello Dogma F12 Super Record EPS, roues Bora 33? On est à 17 000$. Soit pratiquement 25% plus cher.

Alors, un bon deal, Canyon?

Peut-être pour ce niveau de performance. Mais il vous faut être prêt à gérer l’inconfort d’entrer dans une boutique vélo pour demander un entretien de service sur votre machine, qui n’aura donc forcément pas été achetée à cet endroit.

En France, on m’a dit il y a plusieurs années qu’un mot était passé parmi les vélocistes: ne pas servir les clients Canyon, car la marque allemande tue les détaillants. Ce n’est pas tout à fait faux… si tout le monde fait pareil, comment les détaillants font pour survivre?

Personnellement, je suis très ambivalent: reconnaissant la qualité des produits Canyon, donc leur intérêt, je demeure sensible à l’offre locale de services vélo.

Si vous êtes totalement autonome quant à l’entretien de votre vélo, un entretien plus complexe aujourd’hui qu’autrefois avec l’intégration des composantes et l’arrivée des freins à disque (qu’il faut parfois purger) et l’électronique, Canyon peut être une option.

Dans le cas contraire, je vous recommande la prudence. Parfois, rien de tel qu’un bon mécano qui connait son métier pour optimiser le rendement de votre machine. Et en course ou dans la descente du Galibier à plus de 90km/h, c’est une tranquillité d’esprit qui vaut son prix. Je sais de quoi je parle.

À suivre… faudra voir à quel point l’arrivée de Canyon au Canada et au Québec en 2021 fera mal aux détaillants et aux fabricants de vélo du pays.

Specialized Aethos

Un autre vélo a été dévoilé cette semaine, le Specialized Aethos, dédié à la grimpe.

574 grammes pour un cadre 54 à disque, sans peinture. Ouf!

On annonce un bel équilibre pour ce vélo, la précision des trajectoires en descente n’ayant pas été sacrifiées sur l’autel de la légèreté à tout prix.

Pas non plus de limites importantes de poids pour le cycliste.

Quand même plus de 15 000$ pour un montage en Dura-Ace Di2 ou Sram eTap.

Perso, ce genre de vélo me rejoint davantage que les vélos aéro, compte tenu de mes qualités physiques et de mes intérêts.

Pour découvrir le vélo, ce petit vidéo filmé récemment au Québec et impliquant les collègues du Club Espresso Bar de Montréal.

Titi cycliste, le bonheur du vélo

J’aime Arnaud Demare, il est tellement rafraichissant!!!!

C’est extra, c’est super!

Arnaud Demare, vainqueur, 6e étape du Giro 2020

Il fume quoi Arnaud, j’en veux aussi!

Et le mec a une sacré caisse, rappelez-vous les derniers Championnats de France où il résiste à un certain Julian Alaphilippe…

Fallait y penser

Ces Néerlandais ont eu une idée géniale, et le vidéo de l’expérience est très réussi. Very cool!

Page 1 of 321