Un chrono compliqué

Pour les premiers du général, le chrono d’aujourd’hui sera compliqué.

LA question: changer de vélo ou pas?

Les 15 premiers kms sont roulants, très roulants, puis c’est faux-plat ascendant, rien pour changer de machine. Mais au pied de la Planche des Belles Filles, le vélo de TT deviendra assurément un handicap.

Je pense que les 10-15 premiers du général ainsi que les spécialistes ayant des ambitions sur ce chrono voudront changer de machine. Ça sera intéressant à suivre. On peut facilement perdre 15-20 secondes si le changement n’est pas effectué correctement.

L’enjeu de cette avant-dernière étape est évidemment le maillot à pois car sauf surprise majeure, le podium du Tour ne bougera plus. Il faudrait que Pogacar ait une grosse défaillance, une grosse fatigue pour perdre sa 2e place au profit de Lopez. Pogacar sait rouler contre la montre!

Deux monstres

Je sais pas vous, mais j’ai trouvé monstrueux la vitesse à laquelle pouvaient rouler Rémi Cavagna en début d’étape hier, puis Andersen en fin d’étape. Parfois de grands moments au delà des 60 km/h, faut le faire sur un vélo. Impressionnant! On n’ose imaginer ces deux-là en duo sur un Trophée Baracchi!!! Hinault-Moser c’était déjà du très lourd, mais Cavagna-Andersen, ça serait intéressant.

Tour atypique

Tour atypique cette année: ils sont 4 coureurs à avoir remporté deux étapes, soit Caleb Ewan, Wout Van Aert, Tadej Pogacar ainsi que Soren Kragh Andersen. Tous 26 ans ou moins. Ajoutez à cette liste les autres coureurs de 26 ans ou moins qui ont gagné une étape (Peters, Hirschi, Martinez et Lopez) et vous totalisez 12 victoires d’étape pour 8 coureurs!

La course aux pois

Le maillot jaune est plié, Primoz Roglic gagnera le Tour dimanche prochain sur les Champs, l’affaire est entendue… sauf chute avec fractures ou commotion, ou une grosse malchance.

Comme prévu, l’étape d’hier vers La Roche-sur-Foron n’a à peu près rien donné au général, sauf de couler un peu plus Rigoberto Uran. C’est Landa qui en a profité. À part ça, rien à signaler, les cols n’étaient pas assez durs malgré un dénivelé total supérieur à 4 000m.

Les Ineos ont sauvé leur tour, Kwiatkowski remportant l’étape et Carapaz s’emparant du maillot à pois, dépossédant Pogacar.

La course au maillot de meilleur grimpeur est cependant loin d’être terminée, et ça restera le principal intérêt samedi dans le chrono de la Planche des Belles Filles avec 10 points à aller chercher pour le coureur qui sera le plus rapide dans l’ascension. Sur le papier, ils sont trois à pouvoir espérer s’imposer dans ce classement: Carapaz, Pogacar et… Roglic lui-même! Mais évidemment, le jeu se complique car si Roglic s’impose, il faudra que les deux autres ne marquent que peu de points.

Ne jouant pas le général, Carapaz aura le luxe de « roulotter » jusqu’au pied de la Planche pour garder des forces, pour ensuite y aller « full gaz ». Pogacar et Roglic devront se livrer à fond dès le départ.

Bref, ca sera intéressant jusqu’au bout.

Demain vers Champagnole, plusieurs équipes voudront sauver leur tour, la première heure risque d’être animée, puis les équipes de sprinters entreront en action car elles voudront que ca arrive au sprint bien entendu. Bora-Hansgrohe, SunWeb, Deceuninck devraient rouler dans la dernière heure de course pour tout ramener.

Le chrono samedi présentera deux intérêts: outre la course aux pois, il faudra surveiller les changements de vélo parmi les meilleurs du général. Ils partiront probablement sur un vélo de chrono, et pourraient changer au pied de la Planche des Belles Filles pour un vélo plus traditionnel. Toujours un moment délicat car mal fait, tu peux perdre un paquet de secondes.

Van Aert, surpuissant

Je sais pas si vous avez remarqué mais le troisième à franchir la ligne hier, c’était Wout Van Aert. Ouf! Le gus a déjà claqué deux étapes, il a bossé comme un dingue pour Roglic depuis trois semaines, et il termine 3e d’une étape de plus de 4 000m de dénivelé, excusez-un-peu.

Van Aert a fait des prochains Mondiaux en Italie un objectif. Pour moi, ca sera le client #1, surtout que le parcours est annoncé un peu moins difficile que celui originalement prévu en Suisse. S’il présente une équipe de Belgique à son service, avec notamment les Tiesj Benoot et Greg Van Avermaet, il sera l’archi-favori.

Les Mondiaux, c’est déjà le week-end prochain!

Romain Feillu

Le jeune retraité livre son opinion sans détour, sans langue de bois, sur les perfs des deux coureurs slovènes sur ce Tour de France. Éclairant, lui qui connait bien le milieu professionnel. Quand je vous dis qu’il faut simplement garder un petit doute sur ce qu’on voit cette année…

Le vélo de Pogacar

Je ne suis pas un fan de Colnago même si c’est un fabriquant de cadres typiquement italien, mais le montage me plait beaucoup.

Roglic a gagné le Tour

Sauf incident, Primoz Roglic sera le vainqueur du Tour à Paris dimanche.

Sa démonstration au col de la Loze hier est sans équivoque: il a prouvé être capable de dominer son plus proche rival, son compatriote Tadej Pogacar.

Ce dernier a semblé plafonner au plus fort de la bataille et de la pente, dans les trois derniers kilomètres si éprouvants de l’étape hier. Quasiment revenu dans la roue de Roglic à 200m de la ligne tout en haut du col de la Loze, il a littéralement « explosé », jugeant probablement mal la longueur de l’effort final à produire. Il a perdu 18 secondes dans les 200 derniers mètres!

L’étape d’aujourd’hui vers La Roche-sur-Foron n’est pas assez exigeante selon moi pour menacer Roglic, qui pourra compter sur le soutien de son équipe surpuissante, Sepp Kuss en premier lieu.

Si danger il y a, c’est désormais pour la 2e place, Lopez étant revenu à 29 secondes de Pogacar et il dispose d’une meilleure équipe. Pogacar pourra cependant compter sur un excellent David de la Cruz, et les cols aujourd’hui ne sont pas assez difficiles pour faire une grosse différence même s’il faudra se méfier de cette montée du Plateau des Glières. La fatigue accumulée pourrait jouer des tours.

Derrière Uran et Quintana ont sombré, mais le ridicule revient à Mikel Landa: il a fait roulé son équipe Bahrain-McLaren toute la journée hier, faisant le jeu des Jumbo-Visma, et il a été totalement inexistant dans le final, là où c’était le temps de finir le travail. Il a surement perdu toute la confiance de son équipe. Lamentable!

L’autre intérêt de l’étape d’aujourd’hui, ca sera la lutte pour le maillot à pois: si Pogacar a dépossédé Cosnefroy hier, il ne dispose que de 3 petits points de priorité sur Roglic, qui devrait toutefois se concentrer sur la défense du maillot jaune. Gageons que Pogacar restera dans les roues durant les ascensions et jouera les points en haut des cols aujourd’hui.

Avec l’abandon de Bernal hier, le maillot blanc est plié. Case closed. Le mal de dos, conjugué à un mal de genou émergent, auront eu raison de Bernal sur ce Tour. Mais la vie est parfois bien faite: la Colombie peut se consoler avec la victoire d’étape de Lopez. Reste à savoir où on reverra Bernal cette saison: Vuelta? LBL?

Sinon, ce col de la Loze a livré la marchandise, les premiers coureurs arrivant tous un à un, comme l’an dernier sur le Tour de l’Avenir. Gageons que le Tour de France y retournera dans les prochaines années, car le spectacle y est garanti. Et quelles belles images!

Le Tour se joue aujourd’hui!

Comme prévu, il ne s’est rien passé hier pour le général du Tour.

Kamna a sauvé le Tour des Bora-Hansgrohe, Peter Sagan plafonnant visiblement. J’ai bien peur que le maillot vert soit hors de sa portée désormais.

Pour moi, le Tour se joue aujourd’hui. Si vous avez une seule étape à regarder, c’est celle d’aujourd’hui.

Le col de la Madeleine depuis La Chambre, c’est long, mais assez régulier. Les bien placés au général qui ne sont pas bien seront irrémédiablement lâchés. Les meilleurs devraient passer au sommet ensemble, probablement derrière un groupe d’échappés composés de quelques bons grimpeurs.

Tout se jouera sur les 28 derniers kms de l’étape, d’abord jusque Méribel où les Jumbo-Visma n’auront pas de mal à appliquer la technique du rouleau-compresseur, question d’écrémer.

Après, sur la Loze dans les 6 derniers kms, ça sera différent, la pente étant plus abrupte et irrégulière. L’altitude pèsera aussi, l’arrivée étant à 2304m.

Misez Sepp Kuss sur ces derniers kms pour préparer l’offensive de Roglic. Kuss, il a pas beaucoup travaillé jusqu’ici et je pense que demain, la Jumbo comptera sur lui dans les derniers kms de l’étape.

Ça, c’est si Pogacar ne part pas avant!

La Loze offre en effet des passages à 20%, largement de quoi avantager l’excellent grimpeur qu’il est.

La stratégie est simple. Pour Pogacar, il faut absolument combler une partie des 40 secondes le séparant de Roglic, question d’avoir un coup à jouer samedi prochain dans le chrono de la Planche des Belles Filles. Ce serait le scénario idéal, car Pogacar n’a pas une grosse équipe si jamais il devait se parer de jaune aujourd’hui. Pogacar peut même se permettre d’attendre les derniers mètres de l’étape pour jouer les bonifs, si jamais personne n’est devant à ce moment.

Pour Roglic, je suis sûr qu’il veut se donner davantage de marge par rapport à son remuant compatriote. Il voudra lâcher Pogacar pour lui prendre au moins 20 secondes. Avec une bonne minute d’avance avant le dernier chrono, il serait plus tranquille. Car on ne sait jamais, une crevaison dans le chrono et il fait soudainement beaucoup plus chaud…

La 3e place du podium devrait aussi se jouer aujourd’hui entre Uran, Porte, Lopez, Landa et Yates. Moins de 45 secondes les séparent, ca pèsera pas lourd à deux kilomètres de l’arrivée demain!

Les images de la haute montagne seront aussi superbes (voir ce beau petit vidéo ci-bas). Mon Dieu que je m’en ennuie!

Provinciaux de Baie Comeau: « je me suis rassuré » (Julien Gagné)

Les Championnats provinciaux sur route au Québec se sont déroulés il y a 10 jours à Baie Comeau, sur la Côte Nord.

De l’avis de plusieurs, l’événement a été un succès, fort d’un comité organisateur rodé qui avait pensé à tout.

Mais à plus de 8h de route de Montréal, c’est clair que l’éloignement allait avoir un impact sur la taille des pelotons. En cette année spéciale Covid-19, c’était peut-être moins un enjeu!

19 coureurs M1 au départ de la course sur route, 17 chez les M2, des catégories qui habituellement regroupent des pelotons beaucoup plus importants: 108 participants M2 l’an dernier à Contrecoeur.

Le peloton Sénior 1-2 était cependant beaucoup plus important: 66 coureurs au départ.

Et parmi eux, Julien Gagné, que je vous présentais il y a quelques semaines. Pour moi, il est un des gros gros talents actuels en cyclisme au Québec. J’ai vu (et subi) Julien à l’oeuvre, ça arrache!

Pour son retour en compétition après deux ans d’absence dû à une opération à l’artère iliaque, Julien s’est rassuré: avec une 3e place au contre-la-montre, une 2e place dans la course sur route et une 4e place au critérium, il est le coureur ayant affiché la plus belle constance de ces Provinciaux, étant toujours devant.

« Je n’avais pas vraiment préparé le chrono, n’ayant roulé que le dernier mois sur un vélo de TT. La position spécifique, avec un angle plus fermé au niveau de la hanche, est un défi, mais ça s’est bien passé, je m’étais dit avant l’épreuve qu’un top-10 serait bien et je termine 3e derrière un spécialiste comme Adam Roberge et Tristan Jussaume, qui a réalisé un beau chrono. Ca m’a donné confiance pour la suite. »

Le parcours de la course sur route le dimanche n’était pas très sélectif, avec comme seule bosse une rampe d’environ 400m qu’il était possible de passer sur la plaque.

« J’aurais préféré un parcours plus exigeant c’est vrai, mais il faut savoir s’adapter! J’avais d’excellentes sensations durant cette course sur route. Ça a beaucoup attaqué en début de course, et je pouvais aller chercher les échappées car j’avais de la force. À mi-course, on est parti en contre à quatre coureurs derrière deux coureurs devant, et on est rapidement revenu sur eux. J’ai assumé beaucoup de travail devant par la suite, et on s’est retrouvé seulement deux à quelques kilomètres de la ligne, Alexis (Cartier) et moi. Je n’ai pas pu me défaire de lui dans le dernier tour! Il était fort lui aussi et il m’a battu au sprint, qui est un élément plus faible chez moi, je suis davantage un grimpeur. Alexis a bien joué sur le plan tactique, et moi je me suis rassuré, après une longue période sans pouvoir courir, d’abord en raison de mon opération, puis à cause de la Covid-19. »

Troisième course en trois jours, le critérium le lundi s’est terminé sous la pluie pour les Séniors 1-2, ce qui peut être dangereux compte tenu que le parcours était urbain.

« Avec les nombreux coins, la pluie, les plaques d’égout et la peinture sur la chaussée, le critérium était plus dangereux en effet. J’ai préféré m’échapper pour limiter les risques, on s’est retrouvé à quatre devant, après un effort de quelques 12 secondes à plus de 1000 watts pour moi. C’était satisfaisant de voir que je récupérais super-bien de ces efforts moi qui, il y a deux ans, sentait une de mes jambes engourdir après ce type d’effort violent. J’ai pas mal travaillé en tête de l’échappée pour se rendre à l’arrivée, et c’est une nouvelle fois arrivé au sprint. Malgré ma 4e place, j’étais super-satisfait de mon week-end, j’ai montré une belle constance parmi les séniors 1-2, j’ai été acteur de chaque course, je termine avec d’excellentes sensations surtout et ca, ca me rassure pour la suite. »

Quelle suite? Le but est d’intégrer une équipe professionnelle aux États-Unis ou en Europe. La France, en particulier, intéresse Julien: « les parcours me conviennent mieux, plus sélectifs et montagneux« .

Avec une VO2max de plus de 85, aucun doute là-dessus!!!

Et le prochain rendez-vous des coureurs sur route de la FQSC, c’est le GP des Mairies à Contrecoeur sur la rive-sud de Montréal dimanche prochain. Un nouveau parcours est proposé. Devrait y avoir du monde!  Vous devez vous inscrire avant vendredi 18h.

Roglic, peut-être pas si tranquille que ca…

Comme prévu, l’étape du Grand Colombier aura créé des écarts qui se chiffrent en minutes.

Elle aura surtout été le fossoyeur des ambitions d’Egan Bernal sur ce Tour, défaillant dans la dernière ascension et terminant à plus de 7 minutes. On sentait bien depuis un moment qu’il était loin de sa condition l’an dernier.

Exit également Nairo Quintana. Sale journée pour les Colombiens!

Du coup, on voit très clair pour le général.

Ils sont quatre à pouvoir rêver du podium, Roglic, Pogacar, Uran et Lopez. On pourrait ajouter Richie Porte et Mikel Landa, qui ne sont pas loin et qui semblent monter en puissance pour cette 3e semaine.

Et le maillot jaune Roglic n’est peut-être pas aussi solidement ancré sur les épaules du slovène qu’on le croit!

Hier, c’est clair que Roglic voulait gagner l’étape. Quant ton équipe roule toute la journée comme les Jumbo-Visma l’ont fait, façon US Postal, tu veux terminer le travail ne serait-ce que pour leur dire « merci » et pour leur montrer que tout ce boulot n’était pas en vain.

Au lieu de ca, Pogacar a « cassé le party » en s’imposant au sprint.

Je suis certain que Roglic ne la trouve pas drôle du tout, et qu’il commence à être sérieusement agacé par son compatriote qui lui fait de l’ombre. Roglic a dû se réjouir de la première victoire d’étape de Pogacar dans les Pyrénées, on partage le gateau entre slovènes, mais là, il doit trouver que le jeune champion est un peu trop gourmand.

Et Roglic aurait bien raison d’être inquiet! Pour plusieurs raisons.

Vous me direz oui mais Pogacar n’a pas d’équipe. Un problème? Je ne crois pas, quand tu es fort tu n’as besoin de personne et la 2e place de Pogacar n’est actuellement menacée par personne. Il peut donc se permettre de profiter du travail des Jumbo-Visma, et de les sauter sur la ligne pour prendre les bonifs comme il l’a fait hier. Avec un petit 40 secondes de retard et un chrono l’avant dernier jour, c’est la bonne stratégie car il n’a pas besoin d’en faire plus.

Le chrono, justement. Doit-on rappeler que Pogacar a battu à la régulière Roglic dans le chrono des Championnats de Slovénie fin juillet dernier? (de peu il est vrai, 9 secondes après 16 kms) Pogacar est un sacré rouleur et grimpeur, s’il devait être à 30 secondes ou moins de Roglic le matin du chrono de la Planche des Belles Filles, c’est jouable.

Et c’est probablement la stratégie de Pogacar en ce moment: suivre mardi vers Villard de Lans (étape pas assez sélective pour le général), devancer Roglic de quelques secondes à Méribel-col de la Loze mercredi avec l’arrivée en altitude, suivre jeudi (pas assez sélectif pour le général), et jouer son va-tout samedi prochain dans le chrono.

Pour Roglic, c’est plus compliqué: en roulant comme les Jumbo-Visma le font, ils font le jeu de Pogacar en éliminant ses adversaires direct qui l’obligeraient à payer de sa personne. Je pense que Roglic voudra assommer son jeune compatriote mercredi vers l’arrivée au col de la Loze, question de se donner une bonne longueur d’avance avant le dernier chrono. On n’est jamais trop prudent…

Pour la troisième marche du podium, ca va probablement être une sélection par l’arrière: c’est à celui qui résistera le plus longtemps derrière Roglic et Pogacar.

Les autres maillots

Sans surprise, la course aux pois s’est considérablement resserrée hier, Pogacar en particulier faisant un gros rapproché sur Cosnefroy (plus que 2 petits points de retard!). Misez en effet Pogacar. Et de toute façon, le meilleur grimpeur de ce Tour de France, c’est le jeune slovène, aucun doute là-dessus.

Pour le vert, Bennett résiste mieux que prévu, et Sagan perd des occasions. Il n’a pu coiffer Bennett hier sur le sprint intermédiaire. Je pense que Bennett sait désormais que s’il passe l’étape de mercredi dans les délais, c’est gagné, sauf mauvaise surprise (chute, incident mécanique).

Le blanc, lui, semble acquis: Pogacar bien sûr. Bernal a craqué.

La mesure des watts

Pour ceux qui doutent de la précision des calculs de watts faits par Frédéric Portoleau, ce dernier avait prédit une ascension du Grand Colombier en 46 minutes pour les meilleurs.

Et 46 minutes ce fut… Convaincus? Je le suis, tout en affirmant que c’est les conclusions qu’on en tire avec lesquelles il faut être prudent.

Autour du Tour

Pour en apprendre davantage sur Primoz Roglic et son ascension dans le cyclisme depuis quelques années, ce bon petit vidéo qui résume bien les étapes de sa carrière:

Et pour découvrir un peu plus sa personnalité, cette petite entrevue avec Greg LeMond, datant de trois ans:

Giro 2020: parce qu’il n’y a pas que le Tour de France, le Giro arrive vite et c’est une très belle course aussi. Très sympathique, ce video promotionnel, car il fait un beau clin d’oeil à l’histoire de la course et ses champions:

Une étape comme on les aime!!

Quelle belle étape vers Lyon hier! On a tous été sur le bout de notre chaise dans les derniers 10kms!

Et une leçon « tactique en cyclisme ».

Une étape d’abord animée par la course au maillot vert. Les Bora-Hansgrohe l’ont joué comme prévu, tentant d’éliminer les sprinters adversaires de Sagan dans le col de Béal. Certains ont sauté là, certains ont sauté un peu après, dont Bennett.

Du coup, les autres coureurs présents dans le groupe Sagan en tête avaient compris: les Bora ne laisseraient personne s’échapper car ils voulaient bien sûr que ca arrive au sprint à Lyon.

Sauf qu’avec les deux petites bosses du final, c’est clair que ca allait gicler. Et ca n’a pas loupé, c’était magnifique!

Tiesj Benoot a mis le feu aux poudres avec 11 kms à faire, c’était bien joué pour la SunWeb qui présente décidément une bien belle équipe, et la plus jeune du Tour de surcroit. Avec Bardet qui rapplique l’an prochain, vous allez voir: on reparlera de la SunWeb au cours des prochaines années!

Puis ce fut Valentin Madouas, puis Julian Alaphilippe qui avait promis de « remettre ca », avec Kamna auteur d’un bel effort.

Puis Hirschi, encore pour SunWeb.

Peter Sagan lui-même a dû se dévoiler et rouler en tête du paquet pour ramener, un effort qui lui coutera cher dans le sprint pour la 2e place de l’étape, qu’il n’a pas pu aller chercher. Certain que ca l’a frustré! Son équipe lui a cruellement manqué dans ce final pour rouler derrière ceux qui attaquaient, et ca nous prouve aussi que le Sagan de ce Tour de France n’est pas aussi saignant que d’habitude.

Dernier acte, à trois kms de la ligne, Andersen qui démarre alors qu’il y avait un petit moment de flottement, plus personne n’étant devant. Cyclisme 101 ici, l’art du contre: tu pars après une série d’attaques, juste quand le paquet vient de rentrer. Toujours efficace! Andersen a tout de suite créé le trou, et n’a plus été revu. Très bien joué!!!

Et évidemment, il fallait avoir les jambes.

Aujourd’hui, du costaud

Le général devrait changer aujourd’hui avec l’arrivée au sommet du Grand Colombier, une ascension quand même difficile et longue de 17km.

Les 75 derniers kms de l’étape seront musclés, avec deux ascensions avant le final.

Le sprint intermédiaire est au km58, à prévoir une belle lutte entre Sagan et Bennett pour les points à cet endroit. Les Bora pourraient continuer à rouler fort après ce sprint car il est possible qu’ils tentent de mettre Bennett hors délais sur une des prochaines étapes de montagne. Mais c’est mardi et jeudi prochain que l’Irlandais aura le plus à craindre de ce côté, pas demain.

La lutte pour les pois devrait s’intensifier aussi aujourd’hui. On verra comment se comporte Hirschi pour savoir si ce maillot l’intéresse.

Ne manquez pas ca, et les paysages près du Lac du Bourget seront magnifiques.

Fouillez nos archives!