Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Catégorie : Le monde des pros Page 1 of 68

Le Tour de l’actualité

Beaucoup de nouvelles intéressantes dans le monde du cyclisme ces derniers jours.

1 – La surprise Foss

Le jeune norvégien de 25 ans Tobias Foss a remporté le chrono des Mondiaux devant les plus grands spécialistes, et notamment un Stefan Kung qui termine une nouvelle fois 2e et qui aura du mal à se remettre de cette défaite crève-coeur, pour… trois petites secondes après 34 kilomètres.

Foss devance également le récent vainqueur de la Vuelta, Remco Evenepoel.

Fort.

Jusqu’ici, la plus grande victoire de Foss était le général du Tour de l’Avenir en 2019. On l’a cependant vu devant le peloton lors des GP cyclistes de Québec et Montréal à travailler fort pour son leader Wout Van Aert au sein de la Jumbo-Visma.

Comme quoi les GP de Québec et Montréal sont une bonne préparation pour les Mondiaux!!

2 – Gee et Dal-Cin surprennent aussi

On pourra être très fiers de la performance des deux coureurs canadiens sur ce chrono des Mondiaux, deux coureurs de la région d’Ottawa-Gatineau.

Gee termine 19e de ce chrono, à moins de deux minutes du vainqueur.

Dal-Cin termine juste derrière, 26e, à 2min22 du vainqueur, et donc 23 secondes de plus que Gee.

Considérant les 48 coureurs classés, c’est très très bien. Des coureurs comme Lutsenko sont derrière, et ils font jeu égal avec des coureurs confirmés comme Mollema, Cort ou Powless.

Chapeau!!!

3 – Benoit Cosnefroy

Je l’ai écrit deux fois sur La Flamme Rouge, Benoit Cosnefroy serait des Mondiaux pour l’équipe de France.

Ben j’ai eu raison!

Thomas Voeckler a réussi à convaincre le récent vainqueur du GP cycliste de Québec, qui se rendra donc en Australie pour devenir certainement l’autre leader de l’équipe de France, Julian Alaphilippe ne donnant que peu de garantie étant donné sa chute sur la Vuelta.

Une très bonne nouvelle pour la France!

4 – Montréal 2026 puis la France en 2027

On annoncera jeudi prochain lors de ces Mondiaux australiens les prochaines destinations, notamment pour 2026 et 2027.

Pour 2026, il s’agira très certainement de Montréal, 52 ans après les Mondiaux de 1974 gagnés par Eddy Merckx. Considérez que c’est dans la poche.

Ca sera une bonne nouvelle pour le cyclisme sur route canadien, qui en a bien besoin. J’y reviendrai.

Pour 2027, la France (Haute Savoie) semble être en bonne position, malgré les enjeux locaux. Les derniers Mondiaux de cyclisme sur route en France ont été organisés à Plouay en 2000.

Rappelons les prochaines destinations: 2023 (Glascow), 2024 (Suisse), 2025 (Rwanda – doit-on rappeler à Cyclisme Canada de déjà planifier des frais de déplacement plus importants qu’à l’ordinaire?), 2026 (Montréal) et 2027 (Haute Savoie).

5 – Billets d’avion pour les Mondiaux

Au Canada, la controverse tourne autour de l’incapacité de Cyclisme Canada de défrayer les coûts de déplacement de ses athlètes pour les Mondiaux en Australie.

En France, la controverse tourne autour du fait que les pros (hommes) ont eu droit à des billets en business, alors que les pros (femmes) ont dû se contenter de billets en classe économique.

La justification de la Fédé française fait cependant du sens. Les hommes sont double-champions du monde, et défendent donc le titre avec de belles ambitions du côté notamment de Cosnefroy. Ce n’est pas le cas des femmes. En VTT (mtb), la Fédé affirme qu’elle aurait fait voyager Pauline Ferrand-Prévost et Loana Lecomte en business, ayant de meilleures chances de résultats que les hommes. D’ailleurs, PFP est triple championne du monde cette saison, short-track, XCO et Marathon, excusez du peu!

6 – Ganna et l’heure

Le dragster italien va s’attaquer au record de l’heure le 8 octobre prochain à 20h sur le vélodrome de Granges en Suisse.

Comique, les organisateurs du Tour de Lombardie ne sont pas contents car l’épreuve italienne aura lieu le même jour (mais pas à la même heure bien sûr).

Quoi qu’il en soit, il ne fait aucun doute que le récent succès du britannique Daniel Bigham (55,548km), testeur chez Ineos, se voulait une répétition générale pour Ganna. Bigham a testé du matériel, des innovations, des braquets, un rythme aussi probablement, et Ganna ne se lance donc pas dans l’aventure sans repères précieux.

Sauf grosse surprise, je suis sûr que Ganna établira une nouvelle marque sur l’heure, et qu’il s’approchera des 56kms.

7 – Boivin et la Primus Classic

Dans les derniers cinq kilomètres, je dois vous avouer que j’y croyais pour Guillaume Boivin, bien amené par un équipier en vue de l’emballage final.

Devant, lucide, Boivin a su éviter une belle grosse chute pour jouer la gagne.

S’il est débordé dans les tous derniers mètres, il se console par une belle 5e place qui prouve qu’il a actuellement de bonnes jambes.

De quoi être optimiste pour les prochaines courses!!

8 – Mathieu Van Der Poel

Il est en Australie pour les Mondiaux sur route, et vient de se rappeler au bon souvenir de tous en remportant le récent GP de Wallonie face à Biniam Girmay.

Si la distance des Mondiaux (266 kms) devraient poser problème pour un coureur qui a peu couru depuis 6 semaines, c’est MVDP, donc il demeurera un client dimanche prochain. Mollema et lui peuvent nourrir des ambitions.

9 – Campagnolo Levante

Pour en savoir plus sur cette première paire de roues gravel par Campagnolo. Du très beau matériel!

10 – Gravel encore, le BMC Kaius

Là encore, du très beau matériel. Enfin un gravel bike avec un look près de celui des meilleurs vélos sur route! Prix rébarbatif cependant.

Cyclisme Canada: de pire en pire

L’attention du monde du cyclisme professionnel se tourne désormais vers les Mondiaux en Australie à la fin du mois.

Les sélectionneurs nationaux confirmeront dans les prochains jours leur équipe et leurs ambitions.

Chez les Belges par exemple, on sait déjà que le leadership sera partagé entre Wout Van Aert et Remco Evenepoel. Ca risque d’être compliqué, les deux pouvant nourrir des ambitions.

Du côté français, on attend tous de voir si Thomas Voeckler pourra convaincre Benoit Cosnefroy d’aller en Australie afin de profiter d’une belle condition physique en ce moment.

Au Canada, c’est un peu la débandade.

Cyclisme Canada a annoncé la liste des partants pour ces Mondiaux: 20 athlètes.

11 hommes et 9 femmes, on est presque à parité et c’est l’fun de voir ca.

Chez les élites hommes, le Canada sera représenté par Pier-André Côté, Matteo Dal-Cin, Derek Gee et Nickolas Zukowsky.

Les Hugo Houle, Antoine Duchesne, Guillaume Boivin et Mike Woods sont absents.

Ils ont chacun des raisons. Mike Woods a chuté au début de la Vuelta, et aurait subi une commotion cérébrale. Hugo Houle est rincé d’une saison très chargée et on le comprend, et son équipe bataille ferme pour l’obtention d’une licence WorldTour 2023-2025. Pas que sur la scène sportive d’ailleurs: le manager Silvan Adams a saisi les médias hier d’une situation qu’il juge absurde, demandant à l’UCI d’assouplir sa règle et d’admettre non pas 18 équipes en World Tour sur les trois prochaines années, mais bien 20.

Silvan Adams affirme même qu’il n’hésitera pas à saisir les tribunaux s’il le faut!

Quoi qu’il en soit, une des raisons pour laquelle les meilleurs cyclistes canadiens refusent d’aller en Australie, c’est tout simplement qu’ils doivent y aller… à leurs frais!

Cyclisme Canada n’a pas les moyens de payer pour envoyer les athlètes. Donc, c’est entièrement à nos frais. C’est sûr que moi, ça ne m’intéresse pas. Guillaume Boivin a refusé l’invitation, Antoine Duchesne aussi. S’il faut payer, nous, on ne voit pas l’intérêt [d’y aller]. Ça va être intéressant de voir qui va aller subventionner la fédération.

Hugo Houle, la presse, 4 septembre 2022

Je salue en particulier le refus de Guillaume Boivin qui en a fait aussi une question de principe, lui qui est pourtant en forme et qui aurait pu faire de belles choses en Australie pour le Canada.

Avec les saisons qu’on fait et les résultats qu’on a apportés dans les dernières années, je trouvais ça un peu irrespectueux de nous demander de payer. J’ai décidé de ne pas y aller parce que ça coûte cher, mais par principe aussi.

guillaume boivin, la presse, 4 septembre 2022

C’est de pire en pire du côté de Cyclisme Canada. Vraiment déplorable.

Je dénonce sur ce site depuis des années le manque de leadership de notre fédération nationale pour développer le cyclisme sur route, soutenir les fédérations provinciales, et augmenter les débouchés pour nos coureurs cadets et juniors les plus prometteurs.

Une génération a déjà été sacrifiée selon moi.

Hugo Houle avait lui-même dénoncé l’abandon du cyclisme sur route par Cyclisme Canada il y a quelques années. Il en rajoute récemment.

Plus encore, Dominik Gauthier a lui-aussi dénoncé la fédération canadienne récemment via la plate-forme de Radio-Canada.

J’ai donc demandé à Hugo Houle cette semaine si quiconque à Cyclisme Canada l’avait contacté pour répondre à ses interrogations. Non, rien! Rien? Même pas un accusé de réception? Non.

Cela est un manque de respect ultime! Comment une organisation peut-elle ignorer les plus grands noms de son propre sport? Il faut aussi spécifier qu’Hugo et ses acolytes sur route ne faisaient pas que se plaindre, ils proposaient des pistes de solutions intéressantes.

Dominik Gauthier, Radio-Canada, 8 septembre 2022

Bref, ce n’est pas brillant. Cyclisme Canada est probablement dû pour un très grand ménage.

Et Cyclisme Canada continue d’investir dans la piste, avec des résultats très mitigés depuis des années. Pendant ce temps, la route se meurt: plus d’épreuves nationales, plus d’équipes élites nationales, c’est la misère pour nos meilleurs(es) jeunes coureurs(ses).

De l’argent? Il y en a, de l’argent, mais Cyclisme Canada n’est pas capable de convaincre, apparemment. Pourtant, des sponsors investissent dans le cyclisme, j’en ai moi-même la preuve avec mon équipe cycliste.

Avec seulement quelques mois d’existence, j’ai bien l’impression que l’initiative Bridge The Gap a déjà fait plus pour le cyclisme sur route au Canada que Cyclisme Canada depuis des années. Je publierai bientôt sur La Flamme Rouge davantage d’information sur cette initiative intéressante et porteuse d’espoir.

Entretemps, souhaitons le meilleur des succès aux cyclistes canadiens qui seront du voyage des Mondiaux en Australie. Nos meilleures chances sont assurément du côté de l’équipe des femmes élite pour la route, et du côté de nos juniors.

Espérons qu’une autre équipe nationale aura la bonté de prêter une pompe à nos Canadiens(iennes) pour qu’ils(elles) puissent gonfler leurs pneus!

Le Tour de l’actualité

Après quelques jours de repos, on reprend par ce Tour de l’actualité.

1 – Jonas Vingegaard. Les analyses sortent actuellement pour nous permettre de mieux comprendre la portée des performances offertes par ce coureur de 60 kilos – je répète, 60 kilos – sur le récent Tour de France.

Parmi les plus intéressantes, celle de Vayer et Portoleau qui déchiffrent les puissances sous-jacentes. C’est très éloquent, il faut lire pour être un(e) observateur(trice) éclairé(e) du monde du vélo.

Son ascension du Granon reste l’une des plus grandes performances observées en cyclisme, ever. Seuls les Ullrich, Pantani et Rominger, à une époque très sombre du vélo, ont fait mieux, c’est dire.

Et pour moi, une perf demeure encore plus éloquente: sa 2e place du dernier chrono, devant des grands spécialistes comme Ganna ou Thomas. À 60 kilos tout mouillé, il fallait le faire.

Plus que jamais, je continue de me poser des questions sur le cyclisme que je vois depuis deux, trois ans.

2 – Points WorldTour

Le récent Tour de France aura permis à l’équipe israélo-canadienne Israel-Premier Tech de rattraper l’équipe Lotto-Soudal en… 19e place du classement, cette dernière équipe ayant connu un Tour très difficile.

Mais rien n’est encore joué!

Devant, aux 15e, 16e, 17e et 18e places, quatre équipes au coude-à-coude: Movistar, Cofidis, BikeExchange ainsi que EF Education, que seulement 500 petits points séparent. Israel et Lotto sont quelques 900 points derrière.

Ces six équipes ne peuvent s’endormir et gageons que cette fin de saison sera âprement disputée.

3 – GP de Québec et Montréal

Doucement, l’attention se tourne vers ces deux épreuves cyclistes de fin de saison, épreuves qui sont aussi préparatoires aux Mondiaux.

On annonce des pointures au départ, Tadej Pogacar en premier lieu, mais aussi Wout Van Aert qui, malade (surprenant rhume…), fera l’impasse sur la Classica San Sebastian ce week-end.

Hugo Houle sera évidemment la grande vedette de ces Grands Prix cyclistes au Québec, et on peut d’ors et déjà anticiper une foule record sur les deux événements.

4 – Chutes sur le Tour féminin

Le cyclisme féminin est bien intéressant à regarder, il y a beaucoup d’action mais on peut déplorer les nombreuses chutes qui entachent le spectacle général. Parfois, on a vu trois chutes majeures en moins de 5 minutes. Dommage, et stressant pour les coureuses.

Pour le moment Marianne Vos est en jaune, mais difficile de dire si elle pourra tenir ce week-end, notamment dimanche vers la Super Planche des Belles Filles.

5 – Classica San Sebastian, du beau monde au départ

Sur le papier, ce sera un match entre Tadej Pogacar et Remco Evenepoel, mais il y a beaucoup de beau monde au départ, notamment les Geraint Thomas, Daniel Martinez, Matej Mohoric, Luis Leon Sanchez, Bauke Mollema, Giulio Ciccone, Tiesj Benoot, Simon Yates (il vient de gagner le Tour de Castille-Leon), Nick Schultz, Alexey Lutsenko, Alejandro Valverde, Benoit Cosnefroy, Romain Bardet, David Gaudu, Valentin Madouas, Pierre Latour et Maximilan Schachmann.

Côté canadien, c’est encore à confirmer, possiblement Woods et Houle au départ mais compte tenu des récents événements, je ne serais pas surpris que cela ne se concrétise pas.

6 – Championnats canadiens 2023

En gros, pour la route, vous prenez la situation en 2022 et vous appliquez à 2023: les Championnats canadiens élite seront de retour à Edmonton, et les Championnats canadiens maitre à… Victoriaville, pour la 3e année consécutive. C’est les coureurs maitres de l’Ouest du pays qui doivent gueuler.

Ceci étant, l’organisation de Victoriaville est irréprochable et est à l’écoute de la communauté cycliste. Gageons que des changements seront annoncés au cours des prochains mois, notamment quant au parcours proposé pour l’épreuve sur route.

7 – Alpe d’Huez

Ambiance sur la montée de l’Alpe d’Huez lors de la récente étape du Tour qui se terminait au sommet. Fou!

Premier journal du Tour 2022

La couverture du Tour de France 2022 débute sur La Flamme Rouge par ce premier journal du Tour.

1 – Vendredi. Les coureurs du Tour prendront le départ de la première étape ce vendredi, un chrono de 13 km dans les rues de Copenhague.

Un vendredi, et non le samedi?

C’est exceptionnel, et c’est dû au départ hors de France, qui exige un transfert pour rapatrier ensuite les coureurs dans l’Hexagone. Trois étapes sont prévues au Danemark avant ce transfert le lundi 4 juillet.

2 – Danemark. Les deux étapes en ligne des 2e et 3e étapes au Danemark seront très probablement réservées aux sprinters, qui débarquent avec force sur ce Tour: Caleb Ewan, Wout Van Aert, Fabio Jakobsen, Bryan Coquard, Jasper Philipsen, Mathieu Van Der Poel pourquoi pas, John Degenkolb, Alexandr Kristoff, Peter Sagan, Michael Matthews pour ne nommer que ceux-là.

Sur fond d’une guerre inter-équipe pour marquer les précieux points UCI en vue du renouvellement des licences WorldTour en fin de saison, ca pourrait engendrer une lutte sévère pour les bonnes positions une fois dans les 10 derniers kilomètres. Sans être difficile au niveau du parcours, ce début de Tour pourrait toutefois être très explosif.

3 – Le premier chrono. En anglais, on dirait « dead flat ». Traduction libre, « désespérément plat »!

Misez un spécialiste du chrono, voire un pistard. Filippo Ganna étant au départ pour Ineos, je vois mal comment ce premier chrono pourrait lui échapper. Stephan Kung devrait être dans le coup aussi, peut-être un Kasper Asgreen chez Quick Step, voire les Stefan Bissegger ou encore Wout Van Aert.

Chose certaine, si Pogacar fait dans les 5 premiers, ouch pour la suite!

4 – Dopage. À quelques jours seulement du Grand Départ, l’équipe Bahrain-Victorious a déjà fait l’objet d’une descente de police, les policiers ayant perquisitionné les affaires des coureurs et du personnel encadrant.

Coincidence? Il y a quelques jours, la directrice générale de l’UCI, Amina Lanaya, en charge de la lutte contre le dopage, avait déclaré vouloir utiliser tous les moyens légaux pour débusquer les tricheurs.

L’UCI et les autres instances auraient-elles des informations sur les substances dopantes actuellement en usage probable au sein du peloton pro? La suite sera intéressante et gageons que ce Tour de France pourrait nous réserver aussi des surprises sur ce front.

5 – Covid. Rien de rassurant non plus sur ce front, le peloton présent au récent Tour de Suisse ayant été décimée par le virus.

Wait and see sur le Tour, mais il est d’ors et déjà certain que les équipes devront user d’une grande prudence pour éviter les contagions. Trois semaines, c’est long.

6 – Trois. Ils sont trois ex-vainqueurs du Tour de France au départ de Copenhague, soit Chris Froome, Geraint Thomas et bien sûr Tadej Pogacar.

7 – Alaf. Pas de Tour de France cette année pour le champion du monde Julian Alaphilippe, question de pouvoir continuer sa convalescence tranquillement et de se préparer pour ses trois objectifs de fin de saison, soit la Vuelta, les Mondiaux et le Tour de Lombardie.

Alaphilippe avait pourtant démontré une condition physique très correcte le week-end dernier durant l’épreuve sur route des Championnats de France.

Un champion du monde français privé de Tour de France, ca n’a pas manqué de faire réagir en France. Lefevere a peut-être sous-estimé l’impact à ce niveau.

Alors, une bonne décision? Personnellement, je ne suis pas de cet avis. Alaphilippe aurait pu tirer profit de ce Tour de France pour accélérer son retour au plus haut niveau, et viser des victoires d’étapes en 2e et 3e semaine.

8 – Coureurs canadiens. Ils seront trois au départ de cette Grande Boucle, soit Mike Woods et Hugo Houle chez Israel-Premier Tech, ainsi qu’Antoine Duchesne chez Groupama-FDJ.

Mike Woods a déjà avoué faire du maillot à pois et des victoires d’étape en montagne son objectif principal de ce Tour.

Hugo Houle n’aura pas beaucoup de liberté, il devra travailler pour protéger ses leaders Fuglsang et Woods durant la première semaine en particulier. Il n’est pas exclu qu’on lui laisse tenter sa chance cependant sur une étape accidentée en 2e semaine.

Antoine Duchesne devra lui aussi travailler pour ses leaders Gaudu et Thibault. Sa sélection a eu de quoi surprendre, même si on est très content pour lui, après deux saisons plus difficiles. Bruno Armirail était manifestement l’autre choix logique, le Français n’a pas été retenu et a envoyé un message clair à ses dirigeants, Marc Madiot en tête, en remportant le titre de champion de France du chrono vendredi dernier. Question de faire mal paraitre l’encadrement de Groupama!

9 – Bonifications. Parce que dans le cyclisme moderne, ca peut se jouer sur les bonifications sur la ligne d’arrivée de chaque étape, sauf les chronos. Sur ce Tour, 10, 6 et 4 secondes de bonif seront attribuées aux trois premiers de l’étape.

10 – Primes. 500 000 euros au vainqueur du général comme d’hab, un prix qui n’a pas changé depuis plusieurs années malgré l’inflation!

Chaque coureur qui terminera ce Tour de France recevra 1000 euros.

Chaque jour, le porteur du maillot jaune reçoit une prime de 500 euros.

Un vainqueur d’étape sur ce Tour empoche 11 o00 euros.

Un vainqueur d’un sprint intermédiaire en cours d’étape, 1 500 euros.

Les vainqueurs final du maillot vert et du maillot à pois, empocheront 25000 euros. Le vainqueur du maillot blanc, 20 000 euros.

Le combatif du jour reçoit 2000 euros, et le super combatif à la fin du Tour 20 000 euros.

Enfin, le Souvenir Henri Desgranges vaudra au premier coureur à le franchir une prime de 5 000 euros.

Au total, toutes les primes s’additionnent au montant total de… 2 282 000 euros. Joli pactole!

11 – Cipollini. Pas joli joli, le cas Cipollini, un sprinter des années 1990 qui a remporté pas moins de 57 étapes sur les grands tours, et 12 étapes sur le Tour de France. Il risque deux ans et demi de prison ferme pour des agressions à l’endroit de son ex-femme.

12 – Demain sur LFR, la description du parcours, puis jeudi les principaux favoris pour les divers classements.

Le Tour de l’actualité

1 – Mike Woods

Le coureur canadien n’avait pas rassuré sur la récente Ventoux Dénivelé Challenge, lâché tôt au pied de la dernière ascension du Géant de Provence.

À environ deux semaines du départ du Tour, il a rassuré son monde avec une belle victoire d’étape sur la Route d’Occitanie, le général en prime!!

Si le plateau n’était pas exceptionnel, y’a quand même Alejet Valverde et Nairo Quintana derrière, preuve que Woods est en bonne condition à l’approche de la Grande Boucle.

Sa victoire d’étape surtout n’a laissé aucun doute sur sa force actuelle, Woods n’ayant laissé aucune chance à son compagnon d’échappée dans le final, Carlos Rodriguez (Ineos).

2 – La guerre des points UCI

Très bonne semaine pour Israel-Premier Tech qui, avec la perf de Woods sur la Route d’Occitanie et celle de Jakob Fuglsang sur le Tour de Suisse, a comblé une partie de son retard sur la 19e équipe au classement, Lotto-Soudal qui a quand même marqué quelques points essentiellement sur le Tour de Belgique.

Israel-Premier Tech a marqué pas moins de 546 points UCI, juste un peu moins que la meilleure équipe de la semaine, Bora-Hansgrohe avec 693 points.

EF a aussi bien fait, 534 points.

C’est Bike Exchange qui est actuellement en perte de vitesse, glissant progressivement hors du top-18.

Ceci pour vous dire que la compétition est très intense en ce moment, et que les équipes mettent la pression à leurs coureurs pour obtenir ces précieux points.

Selon Pierre Carey et son récent article dans le journal suisse Le Temps, jamais la pression sur les coureurs n’a été aussi intense.

Le cocktail pourrait être très explosif en première semaine du Tour, cette pression des points UCI s’ajoutant à celles des enjeux et du gigantisme de la Grande Boucle. Tout le monde se rappellera la première semaine du Tour l’an dernier, qui a notamment décimée l’équipe Jumbo-Visma.

Ca pourrait être pire encore cette année, j’en ai bien peur. Chutes à gogo?

Mais la plus grande menace de ce Tour 2022, ca sera peut-être la Covid-19, qui a décimé le récent peloton du Tour de Suisse…

3 – Tour de Suisse justement

Victoire finale de Geraint Thomas grâce à ses qualités de pistard qui l’ont bien servi sur le chrono du dernier jour.

De retour, Geraint Thomas? Je ne le vois pas rivaliser avec Tadej Pogacar ni Primoz Roglic sur la Grande Boucle pour autant.

Sans surprise en Suisse, le chrono a été remporté par Remco Evenepoel, un sacré moteur celui-là. Il a encore quelques problèmes dans la montagne, mais une fois qu’il aura progressé dans ce registre, rien ne l’arrêtera sur les épreuves par étape.

Pour moi, ce n’est qu’une question de temps. De maturité. Et d’affutage.

Fuglsang termine 3e du général du Tour de Suisse, il est à sa place. Higuita est sur la 2e marche du podium, on le sentait très efficace en montagne mais son gabarit ne lui a pas permis de rivaliser sur ce dernier chrono.

On retiendra également la belle prestation de Thibault Pinot, sa victoire d’étape étant surtout excellente pour son moral et sa confiance à deux semaines du départ du Tour. C’est un plaisir que de le voir enfin avoir du plaisir sur son vélo.

4 – Hugo Houle

Exceptionnel Tour de Suisse pour le coureur québécois, remarquable dans l’aide qu’il a pu apporter à son leader Fuglsang sur les dernières étapes.

Il termine 22e du dernier chrono (après avoir tant abattu de travail pour son leader au cours des étapes précédentes) et 15e du général.

Il ne pouvait mieux faire selon moi. Exceptionnel!

Si cela ne lui vaut pas une sélection sur l’équipe du Tour chez Israel-Premier Tech, je ne sais pas ce qu’il faudra.

5 – Tour de France

Les équipes annoncent progressivement leur sélection pour l’épreuve phare de la saison.

Chez Jumbo-Visma, l’équipe a de quoi faire peur: Roglic, Vingegaard, Van Aert, Kuss, Kruijswijk, Benoot, Van Hooydonck et Laporte. La force du collectif!

6 – Tour de Slovénie

Beau festival de Tadej Pogacar, Rafal Majka et… Matej Mohoric sur la dernière étape.

Le général va à Pogacar qui y a mis un point d’honneur, question d’envoyer un signal très clair à la planète vélo: il est bien présent, en excellente condition et se présentera au départ du Tour pour le triplé, rien de moins.

Jamais inutile de marquer les esprits à l’approche d’un si grand rendez-vous!

7 – Championnats nationaux

C’est dans une semaine et ca sera intéressant, bien que les divers parcours favorisent des coureurs différents d’un pays à l’autre.

Au Canada, c’est à Edmonton.

En France, à Cholet. L’épreuve sur route marquera le retour en course du champion du monde Alaf Polak, ca fait bien plaisir de le revoir après sa lourde chute sur LBL. Je ne compte pas trop sur lui cependant.

Misez plutôt Arnaud Demare, le parcours de 240 kilomètres étant plutôt favorable aux sprinters.

Demare aura aussi l’avantage d’une équipe solide et étendue au départ de ces championnats, capable de contrôler la course.

8 – Monopoly cycliste

Ca vient de sortir, et c’est avec Arnaud Demare et Julian Alaphilippe. Pourquoi pas?!

La pub du jeu est originale en tout cas!!!

9 – Wampas

Certains aiment, d’autres pas.

Le groupe qui donne parfois dans le cyclisme sortira un nouvel album à l’automne prochain. Il sera notamment question d’Alaf, et de Mathieu!

Hugo Houle fait péter Evenepoel et Tibopino!

La canicule et la… Covid-19 fait des ravages actuellement sur le Tour de Suisse.

Mais pas que. Hugo Houle aussi!

L’équipe Jumbo-Visma s’est retirée de la compétition au matin de la 5e étape hier, Covid oblige. À trois semaines du Tour, c’est un coup dur pour la formation néerlandaise, surtout pour Sepp Kuss et Rohan Dennis qui étaient tous deux pressentis pour être sur la Grande Boucle. À voir s’ils pourront être de l’aventure prochaine.

Des chaleurs étouffantes sont annoncées aujourd’hui et surtout demain samedi sur l’Ouest de l’Europe, ca risque de durcir considérablement les trois étapes qui restent sur ce Tour de Suisse. En montagne, la chaleur peut faire des ravages, l’intensité de l’effort et la vitesse moindre en ascension multipliant les effets des températures élevées.

Déjà fatigués, les coureurs vont souffrir dans les deux prochains jours, c’est certain. La 2e étape de la Route d’Occitanie sera d’ailleurs réduite à… 36 kilomètres aujourd’hui en raison de la canicule (contre 155 prévus initialement).

En attendant, quelle étape hier en Suisse!

Le final a été magnifique, notamment avec le Québécois Hugo Houle qui a pris la tête du peloton avec 10 bornes à faire, au pied de la dernière grosse bosse.

Un train d’enfer!!!

Hugo a fait péter Remco Evenepoel et Thibault Pinot, excusez-du-peu. Y’a pas beaucoup de coureurs qui pourront s’enorgueillir de pareil exploit.

Très solide, Hugo, qui bossait alors pour son leader Jakob Fuglsang, bien calé dans sa roue à ce moment.

Être capable de faire la différence avec des acteurs-clés, c’est vraiment cool !

Hugo Houle sur sportcom, 16 juin 2022

Malheureusement, Fuglsang a manqué de réussite dans le dernier kilomètre. étant devancé sur la ligne par un excellent Alexandr Vlasov et un surprenant Neilson Powless.

Pour Hugo, si cela ne lui garantit pas sa place sur l’équipe du Tour, je ne sais pas ce qu’il faudra!

Pour le général en Suisse, misez Vlasov qui pourrait donc faire le doublé Romandie-Suisse. Très costaud dans le final hier, il semblait avoir une puissance bien supérieure à tous ses adversaires.

Pour samedi et dimanche, attention à son coéquipier Sergio Higuita, que j’ai trouvé facile hier dans les ascensions.

La Bora-Hansgrohe a tout une équipe, avec aussi Maximilian Schachmann et Felix Großschartner qui sont tous deux à l’affut. Ouf!!

Geraint Thomas et Thomas Pidcock pour Ineos ne sont pas à prendre à la légère non plus.

On sent enfin que le Colombien Rigoberto Uran monte en puissance depuis un moment, c’est bien.

Ca sera intéressant à suivre!

Festival des sprinters

Sinon, on suit avec intérêt ce qui se passe en Slovénie, en Belgique et en France sur la Route d’Occitanie.

Festival de sprinters hier avec Philipsen qui s’impose en Belgique, Groenewegen en Slovénie et Demare en France.

En Slovénie, Pogo a fait une grosse impression sur la 1ere étape, créant la sélection. Si la compétition n’est pas à la hauteur de celle qu’on retrouve habituellement en WorldTour, y’a des signes qui ne trompent pas. Il sera prêt pour le Tour!

Le Tour de l’actualité

1 – Points UCI

Si vous aviez un doute quant à mon article hier, il fallait voir l’approche de la 2e ascension du Mont Ventoux hier sur la Ventoux Dénivelé Challenge: Movistar amenait, avec les EF suivi des Israel-Premier Tech juste derrière.

Peut pas être plus clair!

Plusieurs équipes sont au coude-à-coude aucun doute là-dessus, et les managers ont passé des consignes: on doit marquer des points.

2 – Ventoux Dénivelé Challenge

Doublé pour EF Education First avec Ruben Gueirrero et Esteban Chaves, le carton plein de points UCI.

Les grands perdants du jour sont Israel-Premier Tech, loin derrière. Guy Niv termine 14e, les Canadiens James Piccoli et Mike Woods sont « seulement » 36e et 37e.

Pour Mike Woods, je ne suis pas sûr de comprendre: il a essayé un petit moment au pied de la dernière ascension du Ventoux, a été rapidement lâché et rideau. Pas très rassurant pour la suite, mais peut-être juste une mauvaise journée.

Guillaume Martin (Cofidis, 5e), Cristian Rodriguez (Total Énergies, 6e), Carlos Verona (Movistar, 7e) sont dans les points pour leur équipe respective.

3 – Tour de Suisse

Une bonne journée pour Total Énergies qui remporte la 3e étape avec… le revenant Peter Sagan, sur sa classe.

Il s’impose devant Brian Coquard (Cofidis) et Alexandr Kristoff (Intermarché).

Hugo Houle est 11e de l’étape, pas mal!

Sagan a pas mal galéré depuis le début de saison, selon moi la faute à une hygiène de vie défaillante.

Quoi qu’il en soit, le slovaque montre des signes de forme au bon moment, c’est à dire à trois semaines du départ du Tour. Encourageant pour toute l’équipe.

4 – Tour de Belgique

Ca commence aujourd’hui pour cinq étapes, et ca sera l’occasion de marquer encore de précieux points UCI.

Lotto-Soudal débarque en force avec notamment Tim Wellens et Victor Campanaerts. On voudra marquer un maximum de points.

La Quick-Step arrive avec Fabio Jakobsen, Yves Lampaerts et Florian Sénéchal. Ils sont les favoris sur le papier, et ils courent aussi à domicile.

Sam Bennett est là avec son équipe Bora-Hansgrohe.

Du coup, Israel-Premier Tech a décidé d’y aligner une équipe, notamment amenée par le Québécois Guillaume Boivin dont la condition est ascendante en ce moment. Je suis sûr qu’il a la pression pour faire des places sur ces cinq étapes, et ainsi donner la réplique à Lotto-Soudal, le plus proche adversaire de l’équipe israélienne pour la licence UCI WorldTour en fin de saison.

Sep VanMarcke aura également la pression de bien faire pour Israel-Premier Tech.

5 – Tour de Slovénie

Loin de tout cela, Tadej Pogacar débute aujourd’hui le Tour de Slovénie, son tour national, question de se préparer tranquille à la défense de son double-titre sur le Tour de France.

Pas simple, le Tour de Slovénie: vous pourrez voir ici qu’il y a moyen de bien se préparer pour le Tour avec les cinq étapes casse-pattes au programme.

Pas un mauvais calcul pour le champion slovène: loin de l’attention médiatique, il peut se concentrer sur sa condition physique, tout en restant « tranquille ». Il sort d’un gros bloc d’entrainement du côté de Livigno en Italie, où séjourne actuellement Mathieu Van Der Poel.

Populaire, Livigno! Non seulement chez les cyclistes sur route et en VTT, mais aussi chez les fondeurs (ski de fond).

6 – Primoz Roglic, enfin le Tour?

C’est a voir, mais le coureur semble serein et bien au sein de son equipe Jumbo-Visma.

7 – Bernard Hinault

Belle entrevue avec le grand champion, dernier vainqueur français du Tour.

Une entrevue très « franche », Hinault n’ayant jamais sa langue dans sa poche. Il revient notamment sur la plaie que constituent les oreillettes, et sur ce faux-argument de la sécurité en course, de la pure foutaise depuis plus d’une décennie maintenant.

Peut pas être plus d’accord et je l’ai déjà écrit il y a des années.

8 – Matos

Je vous disais récemment que la période qui s’ouvre avec le Dauphiné Libéré est toujours intéressante puisque c’est là qu’on commence à voir sortir les prototypes qui sont testés par les coureurs pros en vue d’une commercialisation l’année suivante.

Sur le Dauphiné, on a vu un nouveau Trek, et maintenant un nouveau Canyon (600gr le cadre?). Les détails sont ci-bas:

On attend la suite avec impatience, notamment (possiblement) du côté de Campagnolo.

9 – Colnago de Pogo

Le nouveau Colnago de Tadej Pogacar pour le Tour de France pourrait bien être celui-là.

Intéressant, car on travaille toujours sur la quadrature du cercle dans le cyclisme: créer un vélo à la fois aéro, léger, rigide et confortable. Trop souvent, aéro = lourd, léger = pas aéro, rigide = lourd et tape-cul, et finalement confortable = nul en sprint et en relance.

10 – Route d’Occitanie

Ca démarre jeudi avec du beau monde au départ, dont plusieurs qu’on pourrait revoir devant sur le Tour de France: Nairo Quintana, Arnaud Demare, Alejandro Valverde, Juan Lopez, Cristian Rodriguez, Simon Carr et surtout, Pavel Sivakov. On suivra cette course avec attention.

11 – Bardet, Pinot, Alaphilippe

Les trois meilleurs coureurs français seront au départ du Tour apparemment, et ca fait plaisir.

Bardet vient de confirmer sa participation suite à son abandon crève-coeur sur le Giro, Pinot est prévu depuis un moment et Alaphilippe semble suffisamment remis de sa gamelle sur Liège-Bastogne-Liège. Le champion du monde est même sur la feuille de départ des Championnats de France à Cholet. La course sur route fait 240 bornes, quand même…

12 – Calibrer vos EPIC

C’est le principal défi: bien calibrer les séances d’entrainement par intervalles courts (EPIC).

Ce récent article publié sur le site Nature Humaine de Guy Thibault peut vous aider dans cet exercice délicat.

Très utile! Je suis perso un grand adepte de ce type d’entraînement, avec des résultats très concrets.

Mode « rattrapage » pour Israel-Premier Tech

Mike Woods prend le départ aujourd’hui du Mont Ventoux Dénivelé Challenge en France. Il était d’abord prévu sur le Tour de Suisse.

Une belle course pour grimpeurs où Woods devrait logiquement très bien faire: le podium est certainement possible, peut-être la victoire.

L’équipe s’est aligné également sur plusieurs courses d’un jour en Belgique depuis le début du mois de juin, avec notamment Nizzolo et Boivin.

On est présent en Suisse avec Fuglsang.

Manifestement, on est inquiet chez Israel-Premier Tech du renouvellement de la licence WorldTour en fin de saison. Et on a ajusté le calendrier des coureurs en conséquence.

Actuellement en 20e place, elle doit absolument être parmi les 18 premières équipes en fin de saison. Pour y parvenir, Israel-Premier Tech devra doubler au moins deux équipes parmi Lotto-Soudal, EF Education et Bike Exchange. Ca ne sera pas facile!

En effet, chacune a de beaux atouts et la lutte s’annonce féroce: Lotto peut compter sur Caleb Ewan, EF sur Bettiol qui pensait bien avoir gagné hier sur la 2e étape du Tour de Suisse, et Bike Exchange sur notamment Michael Matthews.

Chose certaine, on a fait des calculs chez Israel-Premier Tech et on mise sur les « low hanging fruits », ces courses d’un jour qui rapportent gros comparativement à d’autres courses, par exemple les étapes sur les grands tours.

Difficile à aller chercher, une étape sur un grand tour, pour marquer 60 points UCI.

Mais aujourd’hui, une victoire au sommet du Mont Ventoux vaudra… 125 points. C’était pareil sur le récent Heistse Pijl disputée le 4 juin dernier en Belgique, et où Nizzolo a terminé 2e et Guillaume Boivin 8e. On y a engrangé 115 points UCI avec ses deux places parmi les 10 premières.

Ces courses sont donc très « rentables » et Israel-Premier Tech a manifestement misé sur la stratégie de multiplier ses chances au niveau de la collecte de points: on est au Tour de Suisse, on est en Belgique, on est sur le Mont Ventoux aujourd’hui avec Mike Woods, quitte à ré-aménager les horaires de course de tous les coureurs.

Y’a pas de mal, c’est tout à fait légitime considérant l’urgence de la situation.

Le prochain Tour de France sera évidemment capital. La Vuelta aussi. Mais pas que. On voudra aussi miser sur les courses d’un jour, particulièrement « rentables »: le doublé victoire au GP de Québec et de Montréal, déjà vu (Gerrans en 2014, Matthews en 2018), rapportera… 1000 points UCI, soit l’équivalent d’une victoire au général du Tour de France!

Trois semaines de courses versus… deux jours de 200 bornes. Faites les calculs pour un manager…

Une victoire sur la Bretagne Classic, 400 points, soit… plus de cinq fois ce que vaut une victoire d’étape sur le Tour.

Certains directeurs sportifs, notamment ceux de Movistar, ont d’ailleurs récemment exprimé leur mécontentement à propos de l’injustice des points attribués aux diverses courses.

Il apparait très clair que cette course aux points UCI pourrait changer l’allure des courses pro restantes au calendrier en 2022, en particulier au sein des équipes qui bataillent ferme pour être dans les 18 premières. Même Cofidis et Movistar, actuellement 15e et 16e, ont du souci à se faire.

Deux videos « à l’intérieur du Giro »

Le Tour de l’actualité

1 – Dauphiné

C’est parti hier et c’est Wout Van Aert qui a ouvert le compteur.

En forme, Wout Van Aert, et le champion belge a des visées sur le maillot vert du prochain Tour de France.

Ca devrait être intéressant dès les premiers jours de course, avec notamment un certain… Mathieu Van Der Poel qui a confirmé sa présence sur la Grande Boucle. Les deux éternels rivaux pour un duel de titans au plus haut niveau!

2 – Dauphiné bis

Pas le meilleur plateau de l’histoire, mais quelques coureurs à surveiller car ils préparent leur mois de juillet.

Et en premier lieu l’équipe de Wout Van Aert, Jumbo-Visma, qui débarque au Dauphiné avec leur deux grosses pointures pour le général, Primoz Roglic et Jonas Vingegaard. Christophe Laporte, Steven Kruijswijk, Tiesj Benoot complètent notamment l’effectif, clairement l’équipe à battre cette semaine.

Chez Ineos, on est débarqué avec l’équipe B, Geoghegan ex-vainqueur du Giro en tête d’affiche. Faut voir.

Caruso et Haig chez Bahrain, O’Connor et Paret-Peintre chez AG2R – Citroen, Gaudu et Madouas chez Groupama-FDJ, McNulty et Bennett chez UAE, Meintjes chez Intermarché, Barguil chez Arkea-Samsic et Chaves chez EF sont les autres coureurs d’intérêt à suivre.

3 – Nouveau Trek Madone sur le Dauphiné

Le site Matos Vélo fait une belle couverture de ce nouveau vélo vu pour la première fois hier sur le Dauphiné.

L’intérêt est la jonction des tubes horizontal et vertical, très particulier. On avance des gains en confort et en aérodynamisme, le gros truc depuis deux ans.

Le video ci-bas produit par Road.cc donne également un très bon aperçu.

Hâte d’en connaitre le prix! Comme disait l’autre, si tu demandes c’est que tu ne peux pas te le permettre…

4 – Plan B, avec Jumbo-Visma

Le beau documentaire du dernier Tour de France vécu de l’intérieur de l’équipe Jumbo-Visma a refait son apparition sur YouTube. Pour ceux qui l’auraient manqué, et en préparation pour le prochain Tour!

5 – Mathieu Van Der Poel

Le champion néerlandais connaît pas mal de succès sur la route cette saison, son dernier étant le maillot rose du dernier Giro.

Il pourrait pourtant faire l’impasse sur la route en 2023, question de préparer son objectif de 2024, devenir champion olympique de VTT (Mtb) lors des JO de Paris.

Comme les places sur la première ligne de départ sont un réel avantage lorsqu’on veut jouer la gagne et que ces places se jouent au niveau des résultats antérieurs, MVDP n’aurait pas d’autres choix que d’engranger des succès en 2023 pour s’assurer d’un bon départ en 2024.

Cela voudrait probablement aussi dire qu’on le verrait plus actif en cyclocross durant les deux prochaines saisons, et ce n’est pas pour me déplaire!

6 – Vitesses à la hausse en WorldTour

Très intéressante analyse des possibles raisons sous-jacentes à la hausse importante et… surprenante des vitesses moyennes sur les courses d’un jour en WorldTour ces trois dernières années.

La grande explication avancée ? Les vélos plus aéros, et notamment l’introduction des pneus tubeless dont la résistance au roulement est moindre.

Perso, je pense que les vélos aéros expliquent surement une partie des vitesses plus élevées en WorldTour, oui.

Mais pas que!

Restons lucide.

Dans les cols, notamment ce col de la Colombière escaladé de façon supersonique par Pogacar, l’aéro ne peut pas tout faire à ces (faibles) vitesses.

À partir de son attaque dans le col de Romme puis la Colombière escaladée solo, Pogacar aurait développé 442 watts-étalon pendant… 49 minutes (calculs de Portoleau-Vayer).

Je vous laisse apprécier.

Les vélos d’accord, pour une (petite) partie des gains en vitesse. Mais je suis sûr qu’il y a aussi autre chose.

7 – Tour de Beauce

LE fleuron du cyclisme québécois, le Tour de Beauce, est de nouveau annulé cette saison, et c’est une bien triste nouvelle pour tout le cyclisme canadien.

C’est la 3e année de suite que le Tour de Beauce est à l’arrêt. La suite est de plus en plus inquiétante, même si le communiqué de presse mentionne que l’épreuve sera de retour sur le calendrier de l’Union Cycliste Internationale (UCI) du 14 au 18 juin 2023.

Dans son communiqué, l’organisation évoque les coûts élevés, un plateau incertain, une pénurie de voitures disponibles comme les principales raisons de la décision.

Espérons pour 2023, le Tour de Beauce a révélé tellement de bons coureurs du peloton pro…

8 – Grand Prix de Charlevoix

C’est un autre fleuron du cyclisme québécois, mais chez les amateurs: le difficile Grand Prix cycliste de Charlevoix, présent dans notre univers depuis de nombreuses années déjà.

L’épreuve aura lieu le week-end prochain du côté de Baie-Saint-Paul, magnifique région s’il en est.

Pour les coureurs Maitres, un chrono le samedi matin, une course de côte le samedi après-midi et une course sur route le dimanche matin, longue de 126 kilomètres. Assurez-vous d’avoir des braquets appropriés, sinon la montée de Ste-Irénée vous laissera des souvenirs impérissables!

On s’inscrit jusque jeudi midi, après il sera trop tard.

Tous les détails sont ici.

9 – Garmin Forerunner 955

C’est une montre d’intérêt pour ceux qui, comme moi, pratiquent plusieurs autres sports que le cyclisme (ski de fond, natation, musculation, par exemple): la Forerunner 955, le dernier fleuron de la gamme Garmin.

Bourée de statistiques sur votre entrainement, les fonctions comme Music sont toujours disponibles. Intéressant, la version « solaire » qui permet d’augmenter la durée de vie de la batterie en l’alimentant par les rayons solaires. Pas bête.

Tout ce que vous devez savoir sur ce nouveau gadget est ici sur l’excellent et très exhaustif site DCRainMaker.

10 – Licences WorldTour 2023-2025

La pression s’accentue sur Israel-Premier Tech, actuellement 20e équipe au classement (seules les 18 premières auront la chance d’obtenir une licence WorldTour).

Le Tour de Suisse, le Tour de France et la fin de la saison seront vraiment cruciaux pour l’équipe canado-israélienne. Les coureurs auront de la pression, pas de doute là-dessus.

Le Tour de l’actualité

Après quelques jours d’errance, retour au service normal sur LFR avec ce Tour de l’actualité. Tant à dire!

1 – le Giro, joué sur deux petits kilomètres

Quelle fin de Giro!

La surprise est venue samedi, sur les pentes de la Marmolada, à moins de deux kilomètres de l’arrivée. Carapaz a cédé d’un coup, 1min30 en moins de deux kilomètres, presque pas croyable pour un coureur pro.

Je vous avoue que je ne l’avais pas vu venir celle-là.

L’erreur de Carapaz a été d’essayer de suivre la première salve de Hindley: mis dans le rouge, il a complètement explosé par la suite. Ca lui coûte le Giro, le tarif est sévère.

Saluons aussi le travail intelligent de la Bora-Hansgrohe qui avait envoyé Kamna dans l’échappée, ce dernier pouvant servir à Hindley un bon relais avant de décrocher Carapaz. Bien fait.

Le chrono dimanche n’a été qu’une formalité.

2 – Jai Hindley

Découvrir un peu mieux ce jeune coureur australien de 26 ans.

3 – Le Tour et Jai Hindley

L’Australien peut-il remporter le Tour, maintenant qu’il a gagné le Giro?

Restons calme.

La compétition sur le Tour est une coche supérieure à celle du Giro, la pression aussi. Un Pogacar, un Roglic, un Bernal, lui semblent supérieurs. Mais Hindley a aussi battu Carapaz, 3e du Tour l’an dernier.

On sait jamais, sur un malentendu ca peut marcher.

4 – Van Der Poel régale

Méchant Giro de Mathieu Van Der Poel !

Une victoire d’étape, trois jours en rose, devant presque tous les jours dans la dernière semaine en montagne, et une troisième place lors du chrono du dernier jour dans les rues de Vérone.

Je suis convaincu que Van Der Poel était venu sur ce Giro pour faire un vrai test, test réussi s’il en est. Il franchira un pallier grâce à ce Giro, aucun doute là-dessus. Ses adversaires peuvent se faire du souci pour la suite!

La suite justement, le Tour de France. On va se régaler.

Et Mathieu régale aussi le public une fois la course jouée…

5 – Licences WorldTour

De loin, l’équipe Israel-Premier Tech est celle qui a marqué le moins de points sur ce Giro en prévision du renouvellement des licences World Tour en fin d’année.

De quoi nourrir des inquiétudes.

6 – Mercan’Tour Classic

L’équipe Israel-Premier Tech s’est cependant reprise hier sur le Mercan’Tour, plaçant deux coureurs (Fuglsang et Woods) aux deux premières places.

David Gaudu complète le podium.

Pour Fuglsang et Woods, c’est très intéressant de les voir en bonne condition à l’approche du rendez-vous de juillet.

À noter en 11e place, un certain Chris Froome aussi pour Israel-Premier Tech, et qui retrouverait de bonnes sensations à l’approche du Tour.

La fin de course est ici.

7 – Tro Bro Léon

Pour ceux qui voudraient revoir cette très belle course, l’édition 2022 est ici. Superbe!

8 – Dauphiné Libéré

Nos yeux se tournent désormais vers le Critérium du Dauphiné Libéré qui démarre dimanche prochain depuis La-Voulte-sur-Rhône.

Deux superbes étapes durant l’épreuve, les deux dernières.

Samedi 11 juin prochain, St-Chaffrey-Vaujany, 135 petits kms mais le Galibier, la Croix de Fer avant l’ascension finale (pas facile!) vers Vaujany.

Un grand classique, qu’on prend plaisir à redécouvrir chaque fois. Paysages sublimes, au coeur des Alpes. À ne pas manquer.

Le lendemain dimanche, une autre étape courte (139 kms), mais plusieurs très beaux cols à partir de Saint-Alban-Leysse, mon coin de pays: Plainpalais (direction Revard!), Leschaux, puis Colombière avant l’ascension vers le Plateau de Solaison, au dessus du Mont Saxonnex.

Ca sera super-intéressant. Présentation des favoris dans les prochains jours sur ce site.

Voici mon Paris-Roubaix

Beau vidéo de Bas Tietma sur son Paris-Roubaix 2022. Bien fait.

Il y a des dernières places qui valent des victoires!

Page 1 of 68