Tous les jours, la passion du cyclisme

On y croit 2030

Beau video de Nordiq Canada, diffusé hier.

Partager

Précédent

Foret Montmorency: quel manque de transparence!

139 Commentaires

  1. Il n’y avait quasiment plus de sangliers en France dans les années 70.

    Si on en est là, c’est dû également aux chasseurs qui ont nourri les sangliers et qui ont fait en sorte que le sanglier s’accouple avec des truies de manière à augmenter la fécondité des bêtes. Les hivers doux en raison du réchauffement climatique ont fait le reste.

    Pour ceux qui souhaitent approfondir :

    https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/co2-mon-amour/co2-mon-amour-du-dimanche-16-octobre-2022-6929343

    • noirvélo

      Les chasseurs aiment tirer sur un animal qui bouge , c’est un hobby , un plaisir de mec frustré qui n’a pas le droit de tirer sur son voisin ou son patron et non une nécessité écologique ou de régulation du gibier (les « politiques , hommes d’affaire , notables ont toujours aimé se défouler avec cette activité ) … Ce sont de braves bestioles qui n’ont rien demandé et qui prennent cher pour leur droit de vivre ! C’est vrai que ces cons les nourrissent et placent les miradors dans la trajectoire de la mangeoire … Faut-il vraiment être lâche et vicieux pour tirer non seulement sur des sangliers (qui il est vrai , en trop grand nombre anéantissent des récoltes ) , mais tirer sur une biche ou un cerf qui te regarde !!! J’aimerais être un snipper sur un mirador un peu plus haut que les autres et faire des cartons de très loin sur ces sales cons avec une belle carabine à lunette (tube de canon Reynolds ou Columbus , mécanique tout Campa et crosse ergonomique de chez « Brooks » … Voilà , on saura que je n’aime pas les chasseurs …

      • Xavier B

        Eh bien, Noirvelo, tu n’y vas pas par quatre chemins avec le dos de la cuillère ! 😄 Cuillère Campa carbone à patins, bien sûr…

  2. marius

    Il arrive qu’il ressorte du bien de la chasse.
    Comme en Italie, ou le Parc National du Grand Paradis est à l’origine, une réserve de chasse pour le roi d’Italie, qui aimait chasser les Bouquetins.

    En France, on élève des espèces sauvages pour les relâcher à chaque ouverture de chasse.
    C’est pourquoi, l’automobiliste peut être étonné de voir des Faisans au bord des routes, se comporter comme des Gallus gallus domesticus.

    Voilà les chiffres 2013 du syndicat national des producteurs de gibier de chasse.
    Un lobby puissant, 150 millions d’€ de chiffres d’affaires, 10000 emplois.

    https://web.archive.org/web/20160123012958/http://www.snpgc.fr/communiques_presse.php

    • noirvélo

      Ouais , on joue toujours avec « l’emploi » lorsqu’on se cherche des excuses , comme pour les PME qui polluent !!! (le patron fait du chantage en affirmant qu’il va fermer sa boîte et licencier 200 personnes dans la vallée si l’autorité et les écolos n’arrêtent pas de l’ em…… !!!
      On peut aussi utiliser ce « personnel de chasse » pour nettoyer les forêts et baliser les chemins …

    • C’est vrai, Vittorio Emanuele II était conscient des risques de la chasse pour l’équilibre de la faune, surtout pour la survie du bouquetin. Par amour du l’espèce, et surtout aussi pour pouvoir continuer à la chasser, Vittorio Emanuele II a crée la réserve du Grand Paradis, à des fins de protections. Le Bouquetin des Alpes était sans doute à l’époque disparu du massif, sauf dans le Grand Paradis. On peut dire donc, que les bouquetins des Alpes, actuels, viennent tous de réintroductions ou migrations depuis le parc national du grand Paradis.

      Il n’empêche que c’est bien la chasse qui a failli exterminer définitivement les Bouquetins.

      Une visite au Muséum national d’histoire à Paris permet de découvrir, non sans une certaine émotion, des reproductions des espèces exterminés par la chasse, des marsupiaux géants sur le continent Australien comme le Diprotodon, le Dodo sur l’île Maurice, de grands mammifères marins comme la Rhytine de Steller, le Loup de Tasmanie dont le dernier sauvage a été tué en 1930 et la dernière ours des Pyrénées abattue en 2004.

      • La France est l’un des seuls pays d’Europe à autoriser la chasse d’espèces menacées. Sur les 64 espèces d’oiseaux chassables, 20 sont placées sur la liste rouge de l’Union internationale de la protection de la nature .

      • Edgard Allan Poe

        Le dodo est pourtant incontournable dans l’activité cycliste. Encore plus avec l’âge.
        Une bonne prépa, c’est vélo-boulot-dodo pour ceux qui ne font hélas pas que du vélo !

  3. le cycliste en basquet

    nikko: tu évoquais un peu plus haut, sur le mode ironique, l’ aspiration par les motos (et autres engins motorisés).
    Ces aspirations ne sont pas d’ actualité avec le cyclo cross et la piste puisque dans ces 2 activité elles n’ existent pas…..
    Mais la route va revenir et ces aspirations vont refleurir……il suffit d’ ouvrir les yeux pour les voir.
    A ce propos le compte twitter  » Amantes del cyclismo » nous montre ces jours ci des images de Marco Pantani dans « San Remo 1999 Marco Pantani en la Cipressa. »
    C’ est édifiant quand au laisser faire de certains organisateurs….
    Ce qui est tout aussi édifiant et triste c’ est les commentaires élogieux qui accompagnent ses images! Un monde à l’ envers.

    • Edgard Allan Poe

      Malheureux… n’aborde pas ce médiocre chapitre de la Cipressa sur MSR 1999, Mica va repartir en 53*12 sur le sujet ! 🤣🤣🤣

  4. marius

    Pour changer de la chasse, c’est de cela que l’on parle.

    https://m.youtube.com/watch?v=lfKGMYKGB4g

    Bin, oui de l’aspiration, mais à l’époque ils avaient des vélos en guimauve, au lieu des vélos modernes ultra rapides. Faut bien compenser 😅.
    Remarquez, les freins à patins c’était limite pour ralentir dans les virages de la Cipressa 😅.

    Sacré Marco 😉

  5. marius

    Il y a de sacrés trous dans la raquette dans l’athlétisme, ou comment la futur vainqueur de la prestigieuse course de montagne Sierra Zinal, a pu prendre le départ, alors qu’elle était convaincue de dopage.

    https://www.spe15.fr/les-deux-vainqueurs-kenyans-de-sierre-zinal-mis-en-cause-pour-dopage/

    Je suggère des prix en nature, pour les prochaines éditions, comme le poids du vainqueur en Fromage à raclette.
    Y’aura beaucoup moins de candidats chez les Élites.
    😅😉

    • Edgar Allan Poe

      Sur une édition récente de l’Artic Race of Norway, le vainqueur gagnait son poids en saumons.
      Encore un truc à désavantager les grimpeurs… 🤣
      Question freinage, au delà de la boutade, je n’ai encore jamais été lâché par un cycliste équipé de disques, même dans des cyclos avec des descentes excessivement rapides et dangereuses, voire pourries comme à la Megève Mont Blanc. Ni sous la flotte à la Rémi Cavagna, en sept 2022 pour être précis dans mes exemples.
      Par contre, j’ai été plusieurs fois chambré par de jeunes compagnons d’échappée qui me disaient « on va te faire sauter dans la descente ». Je dis ceci car je pense que les freins à disque, comme le casque à une époque, ont tendance à créer une forme d’assurance quelque peu irrationnelle chez leurs utilisateurs qui pêchent alors par excès de confiance.
      Une année, sur la Dromoise, descente dangereuse, route étroite avec des gravillons et sous une pluie fine, 4 coureurs sur les 9 que nous étions se sont mis sur le toit chacun leur tour. Les 4 étaient en disque.
      Bon … ça n’a pas vraiment d’importance…
      D’ailleurs, une année sur cette même cyclo, nous avons été pris en otage (🤣🤣🤣) par des éleveurs chasseurs remontés contre la présence du loup dans le secteur. Les gars n’étaient pas très affables, quelque peu impolis et surtout très menaçants. J’ai eu envie de la jouer Hinault sur le Paris Nice 84, mais je ne sais pas pourquoi, je n’ai pas concrétisé…
      Le classement ne voulait plus rien dire…

      • Durant la saison 2019, les coureurs pouvaient souvent encore choisir entre modèles à disques ou à patins.

        Pendant le Giro, il y avait eu une étape dantesque courue entièrement dans le froid et sous la pluie qui finissait par la descente du Mortirolo.

        Pour des raisons qui leurs sont propres (facilité de dépannage entre équipiers, contrôle de la douceur du freinage avec les mains mouillées dans le froid, poids des vélos car en 2019 la majorité des vélos en freins à disque était au dessus de la norme de 6,8 kg une fois équipés du transpondeur, du GPS et du capteur de puissance), 100% des équipes choisirent d’utiliser les modèles à patins.

      • noirvélo

        De principe , je ne sors pas quand il pleut pour aller rouler … Si je me fais choper par un orage lors d’une cyclo ou une sortie , j’adapte ma conduite , donc mon freinage … De toutes façons , JAMAIS , je n’ai vu qui que ce soit jouer les héros sous la pluie , ne serait ce déjà qu’à cause de l’adhérence des pneus !!! Un demi siècle d’expérience ça devrait le faire jusqu’à la fin … Je vais continuer à « rouler des patins » … 😂

      • Je voulais dire 100% des équipes qui avaient le choix entre les deux types de freinages car certaines équipes étaient déjà en disque et rien d’autre.

        À noté que le vainqueur était muni de disque. Mais le choix des équipes reste parlant.

      • « Un demi siècle d’expérience ça devrait le faire jusqu’à la fin … Je vais continuer à « rouler des patins » … 😂 »

        Si c’est possible… car dans 10 ou 20 ans, ce n’est pas certain que cela existe encore. C’est déjà compliqué aujourd’hui.

      • « De principe , je ne sors pas quand il pleut pour aller rouler … »

        Mais il n’est pas prouvé que, sous la pluie, la dernière génération des freins à étriers soit moins efficace que les freins à disque.

        Le choix des coureurs (pour ceux qui pouvaient encore choisir) sur le Giro 2019 démontre plutôt l’inverse.

  6. marius

    Sur route mouillée, disques ou patins ne changent pas l’adhérence de la gomme du pneu sur la chaussée. Le freinage disque est facile à doser, sauf sur un freinage réflexe, ou là, c’est le blocage assuré de la roue arrière, chose impossible à grande vitesse avec un freinage à patins.

    Contre certains hurluberlus, des fois il vaut mieux la jouer comme Jean-Claude Dus.

    JC : Mais enfin, j’étais à 2 doigts d’ conclure, t’as tout foutu en l’air, j’ sais pas c’ qui m’ retiens de t’ casser la gueule tien .
    Popeye : la trouille non ?
    JC: ouais ça doit être ça, allez on rentre.

    • Si les disques ou patins ne changent pas l’adhérence de la gomme du pneu sur la chaussée, en revanche, cela change le poids, la maintenance et la rapidité pour monter et démonter la roue, la sécurité en cas de chute de groupe.
      Ce n’est pas rien et c’est même déjà beaucoup.

      Le pire étant d’avoir de moins en moins le choix.

      • Et je ne parle pas des contraintes mécaniques du fait du freinage disques, jantes plus larges, plus de rayons, contraintes supplémentaires sur la fourche et le cadre.

      • noirvélo

        De toutes façons , je ne suis pas certain de rouler encore dans 20 ans , 10 ? oui , et nous , serons nous encore d’attaque ?? Et puis j’ai deux beaux vélos bien équipés , des patins en profusion , des câbles , de la gaine … même pas peur , je ne casse rien !!!
        Mais entre nous , pas besoin d’insister , le « progrès » (du marketing aussi ) est en marche , le futur c’est « disque » , pour les pros c’est fait , les gamins qui viennent au vélo , c’est fait … Il n’ y a que l’arrière garde grincheuse , gauloise mais néanmoins intelligente , lucide et honnête qui résiste un peu comme dans tout … et vraiment si ça devait coincer il y a encore les pompes de marche et le gilet jaune pour se faire voir par l’autorité d’un coté , par les chasseurs de l’autre …
        Et aujourd’hui 65 bornes , 305 bornes depuis le début de l’année …

      • marius

        Ne pas oublier de stocker en plus, des pneus en 23, pour ceux qui n’aiment pas le 25, voir 28.

      • noirvélo

        Oui marius ,
        et du 23 on en trouve , le 25 et maintenant le 28 sont conçus pour la carbone qui fait mal au cul , pour rien d’autre , pourtant c’est moins aéro , plus lourd , moins nerveux que le 23 !!! Et dire que des vélos « haut de gamme » sont vendus d’origine avec du 28 … Quand j’étais môme les 1/2 course 700 avec jantes acier , garde boue , éclairage et pédalier acier à clavettes était vendus avec du 28″ ( 700 x 28 C !!! ) à flancs blancs ou marron plus tard …. Je me gausse !!! 🤣

      • J’ai un petit stock de 23… c’est surtout la section de pneus cohérente avec la largeur des gentes que j’utilise et qui sont plus vieilles que le vélo (j’ai des Campagnolo Shamal, pneus).

        À partir du moment ou la section des pneus est cohérente avec la largeur du tube diagonal et du tube vertical, tu ne perd pas en aérodynamisme et tu gagnes en confort avec une section de 25 ou 28 car tu gonfles à une pression inférieure pour un même rendement. Passé un certain âge, le confort, ça compte. Par conséquent, mes prochaines roues seront équipés en 25, voir en 28. Il n’y a aucune perte en aérodynamisme, c’est juste que mes roues actuelles sont très bien et que je ne vois pas d’intérêt à changer.

        J’ai une paire de Campagnolo Bora à boyau qui elle restera équipée en section de 23 mm. J’ai deux boyaux d’avance préencollés, en attentes sur deux vieilles gentes.
        Rapport, poids/aérodynamisme, rendement, les Campagnolo Bora boyaux pour freins à patins restent un must.

  7. Failli oublié, Campa Shamal à l’arrière et Campa Proton ou Neutron à l’avant suite à cambriolage.

  8. « Le 25 et maintenant le 28 sont conçus pour le carbone »

    C’est exactement cela ! Et cela a le mérite de fonctionner.

    Et également pour les freins à disque.

  9. marius

    Je suis monté en 28 sur mon vélo « moderne » à disques, because largeur de la jante, prévu pour.
    Alors, il faut choisir.
    Pression habituelle, rendement en hausse.
    Pression diminuée, rendement en baisse.
    J’ai choisi le premier cas, n’ayant pas senti d’amélioration du confort.
    Peut-être qu’avec des tubeless, ce serait différent.

    • Mécaniquement, sur une section plus large, tu obtiens le même rendement avec une pression en baisse. C’est de la physique, cela tient de la forme du contact entre le pneu et le sol. Pour avoir le meilleur rendement, il faut que le contact soit de forme circulaire. Si tu es sous-gonflé, la forme est ovoïde et tu perds en rendement.

      Si tu augmentes la pression au-delà de la forme circulaire, tu risques même de perdre du rendement avec un vélo qui décolle au moindre trou et qui perd de l’adhérence, notamment en danseuse.

      Les très hautes pressions peuvent faire perdre du rendement c’est la raison de la disparition des sections de 21 ou même de 19.

      Tu peux éventuellement avoir un léger meilleur rendement en gonflant plus fort dans des conditions bien spécifiques, style une course de côte sur une route avec un bitume neuf, route sèche. Mais d’un point de vue général, il faut gonfler en fonction des préconisations du fabricant qui doivent tenir compte de ton poids et de la section. Tu peux faire le choix de sous gonfler sur route mouiller pour gagner un peu d’adhérence.

      Les pneus de larges sections ont le même rendement et présentent un confort supérieur. C’est un avantage pour tous les cyclistes et encore + pour les sexagénaire. Car le confort, ça compte, surtout en prenant de l’age.

      Quand je changerai de roues, je n’hésiterai pas.

      Vu la section des tubes vertical et horizontal, il n’y a aucune perte aérodynamiques. Au contraire, si tout est dans le même alignement, c’est parfait.

      Le seul argument négatif, c’est le poids du pneu en section larges… Mais cela reste négligeable.

  10. marius

    J’ajoute que le rendement va se ressentir sur la roue arrière évidemment. Je l’ai senti en passant de 25 à 28, à pression identique.
    J’essayerai la combinaison en 25 devant, 28 derrière.

    • Logiquement, le rendement est identique si tu respecte les pressions de gonflage préconisées.

      Le 28 doit être gonflé avec une pression inférieure.

      Ou alors, c’est que le 25 n’est pas suffisamment gonflé.

      • marius

        Chaque fois que j’ai voulu baisser la pression, j’avais le sentiment d’être collé au goudron.
        Et comme je n’ai pas de capteur de puissance, c’est du ressenti.
        Du coup, j’ai trouvé un compromis qui me convient.
        Arrière 7 bars en 28
        Avant 6 bars en 28 (moins, j’ai l’impression d’être collé et le pneu fait du bruit).
        Vélo + cycliste + équipements, ça doit faire 70 kg maximum.
        Je galérais moins à trouver la bonne pression avec mon ancien vélo en boyaux de 23.

    • De mémoire, l’un des premiers à avoir essayé la combinaison 28 à l’arrière et 25 à l’avant, c’est Tony Martin qui est devenu à nouveau champion du monde de CLM en 2016 avec cette combinaison.

  11. Failli oublié, Campa Shamal à l’arrière et Campa Proton ou Neutron à l’avant suite à cambriolage…

  12. le cycliste en basquet

    Tous ces sujets sont passionnants……ils frôlent parfois la sociologie , pour la chasse en particulier. Pour ce qui est du matériel, je vois que certains ont même fait du stock sur le matos traditionel…..prévoyants… Noirvélo….Eric.., Noirvélo aidé semble t’ il par le commerce familial.
    Pour ce qui est du rendement des roues, il me semble qu’ il est principalement soumis au nombre de rayons.
    Je rappelerais que les rayons qui passent au point haut « tournent et avancent » en même temps……ce qui fait que rouler à 50Km / h, fait une vitesse de 100Km/h pour les rayons qui passent au point haut ;
    ceci provoque un brassage de l’ air « énergivore » au possible. cela ne tombe pas facilement sous les sens, mais, les pistards et les coureurs de clm l’ ont bien compris. (gain de quelques secondes au Km ( 6 ou 7 ? ).
    L’ idéal serait de ne pas avoir de rayons du tout…..roues pleines ou lenticulaires…….mais, « bonjour le confort » et les vents latéraux…
    Alors roue à batons ? : moins efficaces, de plus interdites par le réglement des courses en ligne il me semble.

  13. Edgard Allan Poe

    Même réflexion que toi, Marius. Je pèse entre 55 et 59/60 kgs selon la période de l’année, et je ne gonfle jamais en dessous de 6,5 kgs. 7 s’il n’y a pas de risque de pluie. Quelques grammes de moins à l’avant. Tubeless ou pas.
    Contador faisait gonfler ses boyaux à 10. Ceci étant, on l’a vu plusieurs fois en perte d’adhérence sur ses dernières années de carrière.
    Je soupçonne que ces préconisations « constructeurs » de rouler avec de faibles pressions sont plus une garantie face aux consommateurs pour se prémunir d’éventuels accidents notamment du fait que les nouvelles jantes n’ont plus de crochets pour sécuriser la tenue du pneu sur la jante en cas de crevaison.
    Les tests de rendement de Lorenzoni ne sont pas aussi formels que ceux des constructeurs avec des faibles pressions.
    En dessous de 6, j’ai l’impression de me trainer, le pneu s’écrase en danseuse…et si c’est du tubeless, il arrive même qu’il talonne la jante sur des aspérités ou dans les virages prononcés pris à grande vitesse, selon la déclivité de la route, son revêtement…
    Question aéro, le pneu (ou la roue) est quand même le premier élément de résistance, puisque le premier à pénétrer l’air contre lequel il va falloir lutter. L’influence de la largeur du pneu reste quand même à prendre en compte à mon sens, même si l’on parle ici de gains marginaux.
    Pffff….j’ai pas de stock, et je vois bien que sur le marché de l’occasion, le matos dit classique, avec maintenance possible par le cycliste, est en train de s’amenuiser à vitesse grand V…
    C’est une tyrannie !

  14. le cycliste en basquet

    C’ est curieux, mais Thibaut Pinot annonce son arrèt de la compétition bien avant que la saison sur route n’ ait repris.
    Ce genre de décision se prend le plus souvent vers la fin des courses sur route. (aout ou Septembre….).
    Peut être pour se donner une motivation supplémentaire; mais alors, supposons , espérons, que cela « marche » au dela de toutes espérance……
    Si en France, Italie ou Espagne il redevient brillant , comme il a su l’ être parfois, si enfin sa santé le laisse en paix……peut être reviendra t’ il sur sa décision: une « clause de revoyure  » en quelque sorte……et qui sait, une ou deux saisons supplémentaires , car le Franc Contois n’ est pas si vieux me semble t’ il…….
    Libéré de certaines contraintes , il peut faire une saison 2023 de feu.

    • Thibault Pinot est une légende vivante (c’est plus le personnage que son palmarès qui est tout de même fourni), cette dernière saison sera une immense tournée d’adieu. Médiatiquement, c’est bien joué !

      Je ne me rappelle plus mais il me semble que Philippe Gilbert avait fait un peu pareil. En Belgique, c’était de la folie !

      Je souhaite à Thibault Pinot quelques coups d’éclat et une belle victoire sur une étape de montagne pour sa dernière saison.

  15. marius

    Le passage aux disques a dégradé l’aérodynamique et le confort des roues, avec la généralisation des profils hauts, 35 à 50mm. 24 rayons sur l’avant en nappe croisés, alors que 20 suffisent pour un freinage à patins. Pour avoir testé deux types de roues à disques, à profil de jantes égaux, un carbone haut module sera très inconfortable (incapable de filtrer les vibrations).
    A noter qu’à VTT, malgré un plus gros ballon du pneu + amortisseurs , la hauteur de la jante ne dépasse pas 24mm

  16. le cycliste en basquet

    j’ avais posé , il y a quelques jours, une question concernant les boyaux.
    Est ce que ses bons vieux boyaux existent encore, quels sont leurs avantages et inconvénients…..jantes spéciales bien sur……un certain coté pratique pour un changement simplifié (je ne parle pas de compétition bien sur)…..sont ils désormais réservés à des usages spécifiques ?
    Je dis cela, m’ étant plusieurs fois abimé les mais sur des pneus « rétiçents » a quitter ou retrouver leur emplacement.
    Voila, c’ était pour avoir votre avis……et pour ma culture personnelle.

    • le cycliste en basquet

      « abimé les mains »

      • Edgard Allan Poe

        Oui, les boyaux existent encore et ils restent très compétitifs en matière de rendement, voire de résistance à la crevaison.
        Mais en dehors des améliorations pour les systèmes de collage avec les bandes de collages, ils restent fastidieux à dépanner en cas de crevaison sur la route. Le principe de se trainer avec un boyau dans la poche ou sous la selle, a fait long feu, et je ne le vois qu’à la marge.
        Et puis, comme nous ne les réparons plus, comme ce fut le cas dans un passé déjà lointain, il y a toujours le risque de crever avec un boyau quasiment neuf, ce qui pour le coup, devient assez onéreux et pas très écolo.
        Je galère aussi sacrément pour clipser mes pneus sur les crochets des jantes. Question de diamètres quelque peu différents entre les pneus et les jantes.
        Mais je pense m’y retrouver en terme de sécurité.

    • J’ai une paire de roues carbone à boyaux tres haut de gamme légère et aérodynamique pour freinage patins….

      Mais c’est du matériel de l’ancien monde…

      Les boyaux, c’est très performant mais pas vraiment pratique. C’est également un investissement financier au départ.

      Il y a des pneus moins récalcitrants que d’autres. Certains cyclotouristes ont aussi leurs astuces.

      Perso, je ne saurais pas te renseigner. J’ai de la corne sur les mains, beaucoup de force dans les pouces et les avant-bras.

      Les pneus usagers sont plus faciles à manier…

    • marius

      Les fabriquant de pneus commercialisent encore des boyaux de toutes gammes.
      Les fabricants de roues, des modèles pour boyaux, en haut de gamme.
      Il est possible chez Mavic, d’acheter pour 70€ une jante alu à boyaux et à patins, à profil bas, pour des vélos old school ou vélo de piste initiation.

      Les boyaux sont très utilisés chez les Pros ou Élites avec voitures de dépannage, bien que le tubeless progresse.
      L’avantage numéro un en course, c’est la possibilité de rouler à plat sans déjanter en attendant d’être dépanné. Sans parler du confort.
      Cela permet de diminuer le poids des roues, d’autant que les Pros roulent sur des profils hauts.

      La résistance des boyaux à la crevaison est similaire aux pneus, donc, il suffit de bien choisir (Continental pour moi).
      J’avais choisi de rouler à boyaux pour le gain de poids sur les roues (150 à 200gr de moins sur une paire de roues) . Mais désormais, je roule à pneus, sur des roues plus lourdes mais plus vivantes sur le plat, sans être pénalisantes dans les cols (1325 gr la paire, pour 37mm de haut et 28mm de large).

      Un pneu + chambre PU modernes sont aussi légers qu’un boyau.
      Continental GP5000 en 25 : 226 gr
      Continental GP5000 en 28 : 241 gr
      Chambre Pirelli PU : 34 gr
      Total 260 gr en 25 ou 275 gr en 28
      Boyau Continental Compétition en 25 : 270 gr
      Sans compter le poids de la colle.
      J’ai crevé une fois en pinçant la fine chambre à air, dans un nid de poule.
      J’ai crevé deux fois en coupant le flanc sur des silex.
      Dépannage sur la route en remplaçant le boyau.
      C’est long….ça colle bien la Néoprène 😅.
      Plus de confort que le pneu, même un boyau Continental est confortable.

      Les prix en magasin :
      Pneu GP5000 25 : 63€
      Chambre PU : 30€
      Boyau Continental Compétition 25 : 130€
      Il y a moins cher, mais pas la même gamme.
      Colle : 10€
      Boyaux /Pneus.
      Côté rendement, je ne ressens pas de manque.
      Côté confort, oh oui.

      Conclusion sur les boyaux.
      Avantages :
      Gain de poids sur la jante
      Confort
      Sécurité en cas de crevaison (pas de déjantage)

      Inconvénients :
      Dépannage interminable en autonomie.
      Impose d’emporter un boyau de rechange pré-encollé (de la colle aussi pour les inquiets) une lame de scalpel (ça aide bien).
      Prix si on est un grand rouleur.
      Montage pas évident, sauf à utiliser des rubans double face.
      PS, la bombe anti crevaison fonctionne en tubeless, pas avec un boyau ou pneu.

    • Christophe Aurenge

      Bien sûr que les boyaux existent, je ne roule qu’avec cela depuis plus de 10 ans (23 et 25) et idem pour mes enfants et ma femme. J’y trouve perso une sensation de roulage extraordinaire, une tenue supérieure en descente dans les courbes et donc ne pourrais plus m’en passer. Nous n’avons d’ailleurs que des roues alu et carbone avec jantes à boyaux. Si, si, je les répare, quand , sur un coup de malchance, je crève alors que le boyau n’est pas vraiment usé. Ce n’est pas très dificille et pourtant je ne suis pas super adroit. J’ouvre le boyau sur 7, 8 cm avec un cutter au point de crevaison, sort la chambre, met une rustine, puis recout de manière simple avec du fil à boyau que je trouve encore chez mon vélociste, sinon du fil de cordonnier. Je ne crève vraiment pas souvent une ou deux fois dans l’année et je roule beaucoup. Je mets un boyau sous ma selle quand je pars faire un tour de vélo et nous sommes même descendus toute ma famile de Lyon à Toulon en boyaux, chacun(e) avec un boyau de rechange sous la selle.
      Je ne changerai aucunement et ne passerai jamais en tubeless. Trop de fois j’ai vu des gars sur le bord de la route avec le tubeless dégonflé, crépis de produit anticrevaison et te demandant une chambre à air… Je partage évidemment le même avis pour garder des freins à patins et groupes mécaniques, nous sommes tous en campa 11 ou 12 et ça marche toujours nickel.

  17. marius

    Je rajouterai que pour installer les pneus GP5000 sur mes jantes carbones à crochets, j’utilise 3 démontes pneus…
    Je protège le crochet avec un morceau de chambre à air.

  18. Vu la crise énergétique, climatique et sociale dans ce monde nouveau, je pense que nous serons contents de sortir nous changer l’esprit sur nos plus ou moins vieux clous.

    Il faut surtout éviter les chutes et bien entretenir le matériel, tant que c’est possible.

    Personne ne sait comment cela va tourner.

    Même les freins à patins pourraient revenir à la mode 😂

    • noirvélo

      Le retour du « troc » entre autres et la création de plus de « bourses vélos » ….

  19. marius

    Je rajouterai, ne jeter rien, cela pourrait servir bientôt 😅.
    C’est que font les Inuits au Groenland.
    Autour de leurs maisons, il y a un véritable capharnaüm d’objets, machine à laver, moteur, planches de bois, évier, etc . Cela ressemble à une décharge mais en fait non. Les Inuits vu leur isolement, ont appris le recyclage des objets, bien avant nous.

  20. Edgard Allan Poe

    Mouai… va recycler un dérailleur SRAM e-tap😭😭!
    J’ai acheté des pédales Wahoo, les ex-speedplay. Elles sont soi-disant mieux qu’avant. Je ne vois pas la différence « en mieux » avec les anciennes speedplay de mon fiston, mais par contre, j’ai beaucoup de mal à régler les cales et surtout, sur les anciennes pédales, tout était démontable avec même la possibilité d’acheter une pompe à graisse dédiée. Impossible sur les nouvelles. Jetables ! Entre 2 et 3 fois le prix des anciennes.
    J’ai aussi « écaillé » une roue avant carbone Enve, sur une pierre que je ne pouvais voir. Aucune atteinte à la structure même de la jante. Je contacte Enve, photos à l’appui. Verdict : il faut changer la roue! Un ami qui travaille le carbone me la remettra à neuf.
    Le recyclage, je le pratique, notamment pour le matos informatique. Mais comme vous le dites si bien, entre stockage des produits recyclables, les trucs de rechange, ceux « qui peuvent servir », et le matos adéquat pour recycler, c’est pas gagné.
    Et puis faut il encore dégager les temps nécessaires au delà des contraintes pro….

    • noirvélo

      La « crise » ne me ravit pas mais elle remet les pendules à l’heure en quelque sorte … Préserver le simple et l’indispensable qui dure , garder son « double » au chaud , au cas zou … Mon déménagement à la campagne m’a ouvert les yeux …. J’ai jeté beaucoup de choses inutiles et n’ai pas , et de loin , tout déballé en 8 mois … et je n’en suis pas mort !

  21. Thierry mtl

    et de 300 comm.
    La retraite annoncée de Tibot mériterait un article. Les propos que j’ai pu lire, tirés de son entrevue dans L’ÉQUIPE, vont plus loin que le blabla habituel. Vraiment, il n’est pas comme les autres. On et Off the bike, je m’ennuie déjà. Ses chèvres sont chanceuses de le l’avoir.

  22. noirvélo

    Un « gentil » , un romantique , presque un personnage de roman vélocipédique !!! avec du suspens , de la douleur , de la souffrance , de la joie , du combat , quelques victoires (ahhhh la Lombardie et ses lacs , tel un chevalier des temps modernes sur son fidèle destrier il s’en allait vers la victoire non pas en chantant mais en grimaçant …) Je le vois toujours , un peu comme moi (mais le talent en plus pour lui !) comme un « pessimiste actif avec l’énergie du désespoir » … Il a (avait) un talent certain , mais un mental extrêmement friable qu’il pouvait soigner avec la bienveillance paternelle de Madiot qui l’a toujours défendu , poussé , respecté et un public français très sensible à ce personnage de cape et d’épée , son charme , son style et ses blessures …
    Je comprends très bien son envie d’en finir avec ses combats , ses doutes , retrouver Mélisey , son calme , sa nature , ses animaux … Un cycliste d’une autre époque , Brel , Ferré , Ferrat …

  23. Edgard Allan Poe

    J’ai roulé samedi avec un ami qui vend des vélos d’une marque etatsunienne, des vélos « canon », même si actuellement, le fabricant ne lui en envoie que dalle.
    Il a une thèse qu’il veut certaine, pour en avoir discuté avec des professionnels de l’industrie du cycle : les grandes marques, les gros fabricants, s’étaient aperçus depuis le début des années 2010, qu’ils ne vendaient plus de roues, pour cause d’équipement suffisant, voire de sur-équipement de tous les pratiquants en la matière. Quasiment tous les cyclistes disposaient en effet de deux, trois paires de roues dans leur garage ou leur cave, du cycliste pro au pédaleur du dimanche. Beaucoup cumulaient des roues avec des jantes alu, une paire de roues carbone, jantes hautes ou passe-partout…etc…Et en plus, le prix des roues a explosé bien avant celui des vélos. Il n’était pas rare de trouver des paires de roues à 2000 € il y a déjà 10 ans. Ils ont donc commencé à commercialiser des vélos neufs de bonne facture avec des roues pourries à 150 balles, pour essayer de booster le marché. Comme ça n’était pas suivi d’effets, les acheteurs disposant déjà de roues de rechange meilleures que celle proposées sur les vélos vendus tous montés, ils ont imposé leurs disques. Du coup, les cyclistes rachètent des roues.
    Il n’exclut pas non plus le retour au freinage à patins, ce dont je doute quand même, mais why not…Pourquoi ne pas nous survendre un procédé de traitement des jantes garantissant un freinage extra-ordinaire, ou des patins à durée de vie illimitée…(enfin c’est pas trop pour les Yankees, ça…)

    • Une chose est certaine, la résistance de nombreux cyclistes au système de freins à disque est bien réelle (et pas que sur LFR !)…
      Le petit malin chez les fabricants de groupes qui va être le premier à faire machine arrière en proposant un groupe cables et patins, simple, léger, à un tarif abordable et qui disposera de moyens de communication suffisant pour le faire savoir, devrait pouvoir prendre de précieuses parts de marché. Certains des fabricants de cadres suivraient le mouvement, c’est certain. Surtout que la clientèle snob qui change de vélo tous les deux ans est beaucoup plus volatile que le socle de passionnés qui ne se reconnaît plus dans le matériel actuel.

      Il y a également une proportion de la population toujours plus importante qui réclame de la réparabilité, plus de simplicité et moins de batteries. Ce n’est pas lié au vélo mais à la manière de consommer d’un point de vue général.

      Nans Peters a été échappé toute la journée en Australie. Il y avait une bosse sur le circuit et je pense qu’il prend la tête du classement du grimpeur.

      Malheureusement, j’ai l’impression qu’il a fermé son blog http://www.nanspeters.com

      Peut-être que cela lui coûtait trop d’énergie ou alors cela ne plaisait plus à son employeur ?

      C’est vraiment dommage car il écrit bien et donnait un témoignage de l’intérieur particulièrement intéressant.

      • Edgard Allan Poe

        Il livrait son ressenti sur ses journées de course, en toute modestie, et sans cacher ses doutes, toujours basés sur des faits, eux-mêmes souvent chiffrés (les moyennes de course, ses Watts développés, son pouls…)
        J’avais l’impression d’etre en train de discuter comme on le fait avec un ami, après course ou dans la bagnole sur le chemin du retour.
        J’aurais tendance à penser que le soft power des communicants est passé par là…

    • noirvélo

      J’ai trois paires de roues avec bandes de freinage en revêtement céramique , Mavic SLR (qui datent mais toujours performantes ) , DT Swiss pr1400 dicut oxyc et mes « veilles » open pro céramic & moyeux Campa record … ça roule et ça freine … en plus c’est beau .

      • Edgar Allan Poe

        Et aéro, mine de rien
        Beaucoup plus qu’une roue à disque
        Et léger…

      • noirvélo

        Oui EAP , j’ai toujours eu des doutes sur les jantes hautes et profilées … Ce qui fend l’air en premier et créé des turbulences à l’arrière c’est bien le pneu avant ! Je ne crois pas du tout à une différence très marquée même au contraire en cas de vent latéral … Maintenant comme pour tout produit il y a le « marketing » , faut innover , intéresser le public par le biais des pros et vendre par « transfert » d’image …. Et la plupart du temps les utilisateurs de ces roues les trouvent avant tout , belles … La revendication de l' »aéro » c’est trop souvent oubliée ou teintée de mauvaise foi !!! mais ce n’est pas grave , je ne vais pas insister non plus .

  24. le cycliste en basquet

    Hier, c’ était au tour de V. D. P. a gagner en c c en Espagne (Benidorn).
    D’ aprés la vidéo W. V. A. ne s’ est pas facilité les choses lors du sprint…….et n’ a pas beaucoup insisté……

  25. Edgard Allan Poe

    Je ne vois pas ce que tu leur reproches.
    Van Aert n’a pas insisté ?
    Je n’ai pas eu cette impression sur l’ensemble de la course et leur jeu façon Formule 1 dans le dernier tour, était très jouissif pour le téléspectateur : c’était à celui qui freinait au dernier moment, celui qui prenait le plus de risques pour un dépassement.
    Et vu la tête que faisait Van Aert encore 10 minutes après l’arrivée, il était très déçu, et s’en est d’ailleurs ouvert aux journalistes.
    Ce sont 2 prédateurs qui n’aiment pas perdre.
    Hier, ils nous ont offert un spectacle de grande qualité. Les spectateurs espagnols ont bien apprécié apparemment. Vivement le championnat du monde !

    • le cycliste en basquet

      Pour ma part, je n’ y crois pas trop…….un brin de scepticisme….bon, à 20000 Euros la séance (ou plus) ça peut s’ expliquer.
      Pour parler d’ un cyclisme un peu plus vrai (peut être) , les Australiens semblent disposer d’ une nouvelle pépite , Jay Vine , avec O Connor et Hindlay, cela forme un sacré trio…..à voir dans l’ avenir……en espérant ne pas être déçus….

  26. Edgard Allan Poe

    En période de disette, j’en profite pour continuer à vous narrer les témoignages de différents amis marchands de cycles.
    L’un deux est très remonté contre une marque américaine, qui envisage de laisser un concurrent direct, à moins de 10 kms, sur la même zone de chalandise, vendre les produits de la marque, sachant que ce dernier vend déjà Spé, Scott, et Trek…Il me disait aussi les difficultés à se voir achalander en vélos montés alors que les plus gros revendeurs sont les premiers ravitaillés, en nombre qui plus est !
    On est vraiment sur un système capitalistique, pour le coup.
    Entre parenthèses, celui qui vend du Spé, va laisser tomber cette marque face aux exigences du fabricant, qui s’imagine visiblement être en terrain définitivement conquis.
    Apparemment, pour vendre du Giant, il faut maintenant faire allégeance à la marque et ouvrir un « Giant Store », sinon, c’est niet. A confirmer.
    Une commercial qui vend des pneus fabriqués en France, m’expliquait qu’une grande enseigne « internet » de matériel de vélo exigeait récemment que tout le stock de pneus disponibles chez me fabricant, lui soit vendu, soit l’équivalent de 5 mois de vente ! J’imagine que le site internet visait à réaliser une grosse économie d’échelle, et qu’une fois les pneus achetés, il allait pouvoir revendiquer l’exclusivité des produits, écraser la concurrence qui n’aurait plus pu en vendre, faute d’être alimentée, et qui certainement imposer son prix à la vente.
    Pour vous donner une idée, quand un autre ami, qui a un magasin de cycles qui « marche » bien, avec 3 employés + lui, commande pour 10.000 € de pneus à cette marque pour une année, une enseigne comme celle dont je parle peut passer une commande de 500.000 €!

    • le cycliste en basquet

      Eh bien, ce monde, que tu nous décrit , n’ est pas trés beau…….tout cela à des prix exorbitants….bien sûr .

    • noirvélo

      Ca tombe bien , je roule avec des Conti (5000) actuellement ou (surtout même) des Panaracer et je ne changerai plus ! j’achète non seulement le produit mais aussi la façon de faire , un peu de morale , j’ai horreur des gens qui veulent à tout prix écraser la concurrence ou l’étouffer , tout le monde veut vivre de son travail .

  27. Edgard Allan Poe

    Message expédié trop rapidement, sans relecture…veuillez excuser quelques imperfections…Désolé.

  28. marius

    La politique commerciale de certaines grandes marques de cycle est proprement imbuvable.
    Specialized a ouvert des franchises ne vendant que des produits de la marque (+ une autre marque low-cost). Évidemment, les autres boutiques de la zone de chalandise (même ville) ont l’interdiction de vendre des produits Specialized.
    Et temps-pis pour les clients fidèles qui roulaient sur Spécialized. Il faut aller chez le Store Specialized.
    Que nenni, ce fut mon cas, je suis resté fidèle à mon bouclard et roule désormais sur un Trek.
    Le plus drôle, c’est que en même temps, Specialized vends ses vélos en ligne, souvent plus rapide, au détriment de ses Stores.
    Incompréhensible.
    Pour ceux qui roulent en Spé, cela reste tout de même de belles machines 😉.

    • noirvélo

      J’aime bien ta décision , je n’aime pas cette dictature de « SPE » . Tu ne rouleras pas moins bien en Trek !

  29. Edgar Allan Poe

    Effectivement, Marius, j’avais perdu cet élément de vue : un des marchands de cycles dont je parle, qui vend du Spé, m’a dit qu’il allait arrêter la marque car il n’arrive pas à être livré lorsque des clients lui passent des commandes. Au final, ces clients qui s’impatientent, finissent par commander directement sur le site… Le comble est que ces vélos commandés sur le site de Spé sont livrés.. chez le marchand de cycles !
    Fallait y penser !

  30. thierry mtl

    Aux USA depuis une semaine, le site Specialized vend ses vélos de montagne 2022 à 20 et 25 % de rabais. Du bas jusqu’en haut de la gamme (dont celui que j’ai acheté l’hiver dernier en pleine pénurie de MTB). Déjà que Spec. vend ses vélo 10-15 % moins cher aux USA qu’au Canada… Là, le fossé est énorme.
    Si je convoitait un Spec aujourd’hui, j’irais en cherché un de l’autre côté de la frontière, pratiquement sans taxe.
    Normaliser en dollars canadien et avec les taxes : un stumpjumper expert Carbon… c’est 9500 $ à Mtl et 6900 $ aux Vermont, pour le même vélo.

    • Thierry

      Désolé, c’est la version avec les fautes

      • Edgar Allan Poe

        J’ai connu un détaillant qui s’est batti une petite fortune en procédant de manière similaire avec l’Italie. La Lire était faible par rapport au franc, et les vélos moins chers en Italie. Le gars en question faisait l’A/R en Italie les lundis où son magasin était fermé. Je pense son intermédiaire de l’autre côté de la frontière était douteux🤔😬 en plus.
        Au final, le marchand de cycles qui disposait d’un bouclard minuscule sur les quais du Rhône fût plusieurs fois meilleur revendeur de France pour Look, ou d’autres marques, tellement ses prix sur certains produits attiraient les clients. C’était avant internet…

      • Steph

        @EAP :  » La Lire était faible par rapport au franc, et les vélos moins chers en Italie. »

        Hé Hé, souvenir, souvenir…. J’avais 14 balais, et à Nice avec un copain de club on bavait sur les magnifiques vélo italiens. Un beau matin de juin, son papa, d’origine italienne, nous avait convoyé en bagnole à Cunéo par le col de Tende, et avait négocié pour nous deux Gios Colombus/Record dans leur bleu magnifique.
        On s’est changé, on a sali un peu le vélo, mis un vieux boyau de secours sous la selle et on est rentré à Nice dessus par le Col de la Lombarde. L’orage s’est invité, pas un gabelou en vue. Quelle aventure !
        Beaucoup s’emmerdaient moins et les passaient sans souci dans le coffre à Vintimille.
        L’économie était du même ordre (30 %) que celle qu’évoque aujourd’hui thierry mtl entre US et CAN.

  31. marius

    Ça me rappelle cette blague.

    A la frontière suisse, un frontalier passe tous les matins sur un vélo avec deux sacoches.

    Au bout d’un certain temps, le douanier, intrigué, fouille les sacoches et n’y trouve que son casse-croûte. Et ça dure pendant des mois et des années.
    Le douanier démonte la selle du vélo, dégonfle les pneus, sonde le cadre, passe le casse-croûte au rayon X; rien, absolument rien. Et tous les matins, sourire aux lèvres, le frontalier passe avec son vélo.

    Au bout de longues années, après l’avoir contrôlé quotidiennement, le douanier dit au frontalier :
    – Vous ne me verrez plus. Je prends ma retraite ce soir. Mais pour que j’aie l’âme en paix, dites-moi la vérité : Vous faisiez un trafic ?

    – Bien entendu, dit le frontalier .

    – Et vous passiez quoi ?

    – Des vélos pardi…

    • Il y a quelques années encore, il était avantageux d’acheter son vélo en Suisse. J’ai un copain qui avait fait la route jusqu’à Genève pour acheter son Trek.

      Aujourd’hui, je pense que, vu l’augmentation de la valeur du Franc Suisse par rapport à l’Euro, c’est l’inverse.

      Le frontalier qui passe tous les matins la frontière en vélo a juste changé sa clientèle. Maintenant, il revend ses vélos aux Suisses 😉

    • Patrick Schwartz

      Ok , mais il n’était vraiment pas bon le douanier puisque je suppose que le gars passait des vélos toujours différents ! il y a un moment ou le bleu ne ressemble pas vraiment au rouge … et ça se voit !!!🤔

  32. Guillaumef

    Pour passer le temps:

    On s’ambiance à la FDJ, est ce que Pinot les mettra d’accord 😁?
    https://www.sudouest.fr/sport/cyclisme/cyclisme-david-gaudu-allume-arnaud-demare-sur-les-reseaux-sociaux-madiot-calme-le-jeu-13821374.php

    • marius

      Si vous saviez ce qu’il se passe dans les équipes 🙄.
      L’îlien Calmejane déclare n’avoir jamais trouvé sa place….dans le bus…occupé…occupé😅😉.
      Bref, il file chez les belges d’Intermarché Cicurs Wanty.
      « Tu sais Gislain, pour durer dans une équipe, tou doit être bien avé lé leader….grimpeur, tu te brules les ailes…crois moi, gregario, cé lé bon plan » 😅

  33. marius

    En 2023, la TVA est à 7,7% en Suisse, contre 20% en France. Cela aide (un peu), à verser des salaires suisses très supérieurs.
    Le salaire net minimum sur Genève, c’est 4368FS brut pour 42h par semaine, aussi (24FS brut de l’heure).
    Soit 4145 € net (15% de charges).
    Il y a quasi parité entre l’Euro et le Franc Suisse.
    Le smic français est à 1331€ net pour 35h.
    Si je ramène le smic à 42h cela donne 1598€.
    Même si les prix sont 17% supérieurs en Suisse,
    moi , pas comprendre.
    PS. Je ne suis pas frontalier

    • C’est le rapport à la finance qui créé des différences, surtout avec les riches ressortissants des pays émergents qui peuvent compter sur les banques Suisses avec un secret bancaire à 2 vitesses.

      Mais c’est sur que c’est un pays où il fait sûrement bon vivre et faire du vélo.

      • marius

        Côté vélo, il y a beaucoup plus de vrais pistes cyclables unidirectionnelles qu’en France. Suffit de faire le tour du lac Léman pour s’en convaincre. Côté français, c’est le salaire de la peur.

      • Xavier B

        Quelques éléments, quelques précisions : certes le montant du salaire minimum genevois suscite une incompréhension lorsqu’il est comparé au SMIC français. Mais il est important de garder à l’esprit que ce salaire minimum n’est que pour le canton de Genève, un peu moins de 500 000 habitants. Il est en outre le plus élevé de Suisse. Les trois autres cantons (sur 26 au total) avec un salaire horaire minimum sont entre 19 et 20 francs de l’heure (Jura, Neuchâtel et Tessin, trois cantons dit « latins »).
        D’autre part, le prix de l’immobilier est exorbitant en Suisse. Se loger coûte très, très cher : deux villes suisses parmi les dix plus chères au monde (Zürich et Genève) pour un pays de huit millions et demi d’habitants.
        De plus, la santé est un poste budgétaire phénoménal pour un foyer fiscal (imposé plus lourdement qu’en France sur le revenu, surtout minimum) : en effet, point de Secu en Suisse. Des assurances privées obligatoires, aux primes en augmentation continue, un système de franchise, pour au moins 10% du revenu pour un jeune adulte en bonne santé. Et oui, les primes augmentent encore avec les « risques » tels que l’âge ou la maladie.
        Le plus cocasse étant que la moindre consultation chez un généraliste coûtera entre 100 et 250 francs s’il y a une petite analyse type constantes. Bref bien plus que chez un généraliste conventionné. Je ne parle même pas d’un spécialiste…
        Et tout est à l’avenant : beaucoup de besoins essentiels – se loger, se nourrir, se vêtir – sont proportionnellement plus chers qu’en France.
        Pour le matériel vélo, c’est la même chose : je commande souvent mon matériel sur internet pour éviter de me faire tondre en boutique ici (j’habite dans le canton de Berne), et, allez savoir pourquoi, entre la version française et la version suisse du site (genre pas .fr, mais.fr/ch), le prix du même produit a augmenté ! Sans doute grâce à la baisse de TVA 😉
        Moi pas comprendre non plus 🙃

      • Merci Xavier pour ces précisions intéressantes.

        Il est vrai que les tarifs pratiqués sont, un peu partout, proportionnels au prix du m2.

        Et maintenant, je comprends mieux pourquoi des médecins Français, dont la formation coûte un bras au contribuable Gaulois, s’exilent en Suisse…. idem pour les infirmières.

  34. Ils ont surtout de magnifiques cols nos amis Suisses !

    Mais chaque fois que j’ai roulé en itinérance en Suisse, j’ai toujours été content de basculer sur l’Italie quand mes poches commençaient à être vides😂

  35. marius

    Si tu n’as pas de compte en Suisse à 50 ans, alors tu a raté ta vie 😅.
    Je précise, qu’il n’est pas interdit d’avoir un compte en Suisse, à condition de le déclarer 😂

    • Je croyais que c’était une Rolex et un Spé qu’ils fallaient obligatoirement posséder à 50 ans !

      Je suis fier d’être un plouc qui roule en Canyon groupe mécanique et patins, qui a ses économies à la banque postale et qui porte à son poignet une Casio.

      • marius

        A la différence que la Rolex fonctionnera encore dans 50 ans, alors que tous les vélos modernes serviront au mieux à singer un Kundelitch 😅.
        Je précise que je ne porte pas de montre 🙂.
        Je regarde l’heure sur mon Natel 😉

      • Ma Casio fonctionne depuis plus de 30 ans !

        J’ai toujours mon premier vélo de l’âge adulte et je m’en sert parfois pour me balader en ville. Les manettes sont au cadres mais le vélo avance quand même et, avec des pédales automatiques, il pourrait reprendre du service si nécessaire.

        Il n’y a pas de mauvais vélo, il n’y a que des mauvais cyclistes😂

        En dehors de quelques coursiers qui se battent à coups de secondes pour monter sur le podium… Il y a moyen de se faire plaisir sur une vieille machine à condition qu’elle ne soit pas rouillée.

        Le plus important sur un vélo, c’est la position.

      • J’ajouterai que ce que j’ai fait subir à ma montre Casio, aucune montre mécanique n’aurait pu le supporter, pas même une Rolex.

      • Patrick Schwartz

        Autant être un « plouc classieux , philosophe et fier de l’être » … Je suis du même tonneau !

      • noirvélo

        Julian c’est encore un cran au dessus , il lit l’heure sur une Richard Mille …

      • marius

        Vu le prix, c’est plus des crans mais carrément la grande échelle…même s’il ne paye pas la montre.
        Sinon Rolex se porte bien, la manufacture investit 1 milliard dans une nouvelle usine à Bulle.
        Il fut un temps, celui de la Marine à voile, où la maîtrise du temps, permettait de connaître sa longitude sur les océans, avec l’usage conjoint du sextant. Il suffisait de comparer l’heure du soleil donné par le sextant, avec celle du chronomètre de bord, à l’heure du méridien de Greenwich…en simplifiant à l’extrême.
        C’est l’Anglais John Harrison qui réalisa en 1736 la première horloge parfaite, avec une précision de 3 secondes par 24h.
        Aujourd’hui, on navigue avec des GPS et on plonge avec un ordinateur qui calcule les temps de paliers.

      • Merci, Patrick (noir vélo) 😊

        Le plus important n’est pas tant d’avoir la classe que d’être un peu philosophe 😉

  36. le cycliste en basquet

    ça  » s’ allume » sec chez la bande à Madiot…….rififit entre Gaudu et Démarre….
    Si je comprends bien il existe des équipiers qui ne peuvent se sentir et des adversaires d’ équipe qui sont préts à faire « ami ami » et plus que ça , surtout s’ il y a quelques sous à ramasser.
    Ne nous offusquons pas, tout ça va rentrer dans l’ ordre et l’ omerta sera à nouveau de rigueur……..le linge sale se lave en famille.

    • marius

      C’est ainsi dans toutes les équipes, qu’elles soient cyclistes ou même dans la vie professionnel en général.
      Des cercles d’affinités se créent, alors que les personnes sont censés avoir le même but, faire gagner, l’entreprise, l’équipe cycliste ou de football.
      A moins que cela ne soit réservé qu’aux Français 😅.
      Au fait,
      Peter Sagan arrête la route fin 2023, pour préparer (s’amuser) les JO VTT 2024

      • noirvélo

        Lorsque j’ai écrit que Sagan était « fini » , usé , physiquement et psychologiquement , ses fans ne me « loupaient » pas … On y est presque , c’était pourtant visible , et Total Energies a toujours été une maison de « préretraite » en quelque sorte …

  37. le

    Marius: trés bonne leçon affairant à la mesure du temps sur les navires de l’ ère pré industrielle…….cette mesure précise du temps « embarqué » permettait de calculer les longitudes.
    En fait, les horloges à balancier étaient précises sur la terre ferme , mais inopérantes sur les bateaux pour cause de tangage et roulis ,le balancier se mettant « en drapeau » et, c’ est, comme tu le dis, John Harrison qui mit au point le premier « chronomètre de marine ».
    Ce chronométre gardant fidélement l’ heure de la terre ferme. (exemple: méridien de Greenwitch)

  38. le cycliste en basquet

    Miguel Angel Lopez a vite trouvé sa place dans l’ équipe Colombienne Médellin il vient de gagner l’ étape reine du T. de San Juan.
    Aucun D S ne voulait plus de lui pour courir en Europe……le sulfureux Colombien a vite repris ses bonnes habitudes auprés des supers vétérans , Sevilla, Mancebo…….lesquels faisaient le spectacle dans les TDF d’ il y a 25 ou 30 ans!
    Quel gachis pour le phénoméne sud Américain; hier, il a gagné au sommet d’ un col à 2600m d’ altitude, pourcentage certes modéré à 4 ou 5 % mais montée record à 34 Km /h de moyenne……
    Oui, bonnes habitudes quand c’ est « open bar ».
    Le plus surprenant est de voir Ganna pas très loin…….et Bernal dans le top 5………. avec son nouveau né………pardon « nouveau nez ».

  39. le cycliste en basquet

    J’ ai peut être sauté 1 ou plusieurs épisodes, mais, c’ est quoi exactement ces moyeux « Power schitf »…..(pardon pour l’ orthographe).
    Apparemment un système dans le moyeux arrière qui remplacerait le changement de vitesses du pédalier?
    Quand on sait que la fée électricité doit être fournie au mécanisme, on peut s’ interroger sur des possibilités frauduleuses…….éventuelles, mais possibles…..
    Pourriez vous me renseigner, je n’ ai pas souvenance que ceci ait été débattu ici , mais, bien des choses ont pu m’ échapper…..

    • marius

      Je découvre Powershift.
      Renseignements pris, nous n’irons pas plus vite sur nos vélos 😅. Ça va juste faire augmenter la facture de 1000€ et augmenter la gentrification du vélo.
      Comment ça fonctionne ?
      Il y a une démultiplication dans le moyeu, à commande électronique qui permet, par exemple d’avoir l’équivalent d’un plateau de 36 dents, tout en pédalant sur le 53. Une commande au cintre permet de changer en 1/10 de sec, ouah.
      Pour les Pros, qui adorent monter les cols à 5-6% sur le 54×30, car ils préfèrent les sensations du gros plateau, ce sera un léger avantage.
      Ils pourront grimper des pourcentages plus raides, car ils auront l’équivalent d’un 36 dents.
      Par contre, à part s’éviter un éventuel déraillement s’ils voulaient passer en petit plateau, rien d’autre à se mettre sous la dent.
      Pas de miracle ou d’énergie cachée.
      Conclusion.
      Pour les inquiets qui restent en double plateau, avec Powershif, ils en auront 4 😅.
      En mono plateau, que 2.
      Ou pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué.
      Je passe mon tour, bye Powershift, pas assez cher mon fils. Quoique, avec une commande en poil de sboub 😂

      • le cycliste en basquet

        Eh bien, merci Marius, il suffit de demander et on a une (bonne) réponse.
        Mon inquiétude serait de savoir si ce mécanisme, pas trés gros, ne pourrait pas contenir, à l’ intérieur du moyeux un genre de petit moteur  » d’ appoint », d’ autant plus que la « fée électricité » semble requise , au moins, pour la commande……pour une petite puissance facilitatrice il n’ y aurait, peut être, qu’ un petit pas à franchir…….
        J’ ai entraperçu une vidéo de Jolanda Neef qui abordait une cote, munie du mécanisme , avec une vivacité certaine.
        On pourra me rétorquer que, si fraude il y avait, on ne verrait ni la moindre image, ni la moindre pub.
        A suivre quand même; en tout êtat de cause, une usine à gaz de plus…….qui coutera très cher!

      • marius

        Non pas de moteur caché. Ce doit être un embrayage electro-magnetique qui commande des pignons démultiplicateurs planétaires.
        Curieux de savoir combien de watts cela peut encaisser.
        Une attaque de Pogacar ou MVDB dans une bosse, ça résiste ? 😅
        Je ne dénigre pas le système qui doit très bien fonctionner, sauf que cela va bientôt devenir un autre sport que le vélo.
        Ah, on me souffle à l’oreillette que c’est déjà le cas.
        16000€ le dernier Colnago en Dura Ace DI2…sans ce système

  40. le cycliste en basquet

    Marius: tu dis « pas de moteur caché », tu as certainement raison, mais s’ il y en avait de cachés, ils ne nous le diraient pas.
    Des moteurs dans les jantes ou les moyeux (avec des électro aimants ) avaient été évoqués avec des images a l’ appui , même lors d’ une émission télé sur FR 3.

    • marius

      Avec un tel système d’embrayage dans le moyeu arrière, on peut très bien imaginer, un embrayage qui transformerait la roue libre en pignon fixe, à la demande en 1/10 de seconde.
      Le pignon fixe est interdit en compétition routière, pour des questions de sécurité j’imagine, mais il procure un réel avantage, la roue arrière apportant un couple moteur. Il n’y a qu’à faire de la piste pour s’en convaincre.
      Si moi, avec mes 2 neurones qui se battent en duel comme deux chipos dans l’assiette d’un fast-food, j’y ai pensé, alors imaginez les chasseurs de gains marginaux.
      Bad new.

      • le cycliste en basquet

        Je ne suis pas d’ accord avec toi concernant « le couple moteur » qu’ apporterait la roue arriére; en fait, il s’ agit de l’ inertie que posséde tout corps lancé à une certaine vitesse. (masse multipliée par la vitesse).
        Pour une roue , cette inertie sera égale au moment d’ inertie multiplié par la vitesse de rotation.
        Attention, cette vitesse de rotation doit être exprimée en radians / s.
        Typiquement, pour un cycliste de 80 Kg:
        m v de translation = 80 x 20 m/s = 1600 Kg . m/s.
        ( j’ ai pris 20 m/s pour un sprint par exemple….déja trés rapide)
        La même quantité de mouvement ,de rotation, pour une roue de 1Kg (ce qui est largement exagéré) sera de l’ ordre de 6 Kg .m/ s.
        Donc, concernant l’ inertie , 1600 Kg .m/s versus 6 Kg . m/ s , on voit que l’ inertie est très majoritairement due au mouvement linéaire et non à la rotation des roues.
        Ce que tout utilisateur de pignons fixe ressent dans les jambes, via le pignon fixe c’ est principalement l’ inertie du corps et non l’ inertie due aux roues .
        C’ est donc une idée fausse de croire à un gain du à l’ inertie de la roue arriére.
        Je sais que je risque d’ être largement contesté, mais je ne fais qu’ émettre un raisonement qui va , encore une fois, à l’ encontre des idées reçues…..et il y en a beaucoup en cyclisme.

      • marius

        Les premières épreuves cyclistes furent courues sur des pistes non goudronnées, à une époque où la roue libre n’existait pas (de peu).
        Du reste, les premiers vélos étaient des grands bi, ou le pédalier était sur l’axe de la roue avant.
        C’était la grande époque des paris sportifs les plus fous avec l’application du dopage sur les chevaux, vers les sportifs (ou plutôt cobayes humains).
        C’était une époque où pour certains, le progrès du matériel, nuisait à la beauté du geste.
        Comme avec l’invention de la roue libre, puis du dérailleur.
        Henri Desgrange, le père du Tour de France, n’y voyait qu’un accessoire pour les faibles, célébrant « l’aristocratie du muscle » ».
        Lucien Petit-Breton vainqueur du Tour en 1907 écrit au sujet de la roue libre:
        « la roue libre est pour moi la plus merveilleuse découverte associée à la bicyclette. Le plus grand hommage qu’on puisse lui rendre est de la proscrire, au moins partiellement des courses sur route, où elle est d’une antisportivité sans conteste. »

        Un lien intéressant qui parle du pignon fixe.
        Allez surtout lire les commentaires surtout😉.
        https://www.lepape-info.com/entrainement/entrainement-cyclisme/le-pignon-fixe-quel-interet/

        Il y a à boire et à manger.
        Ce que je retiens de l’usage du pignon fixe.
        Avantage.
        Facilite le passage des points morts haut et bas,
        plus facile que de tirer et pousser sur les pédales. Faites le test, on y gagne des watts, mais c’est très difficile de rester concentré sur cette gestuelle.
        Inconvénient :
        Sollicite plus la musculature.
        S’évite de travailler le coup de pédale.

        Au fait, suite aux record de l’heure battu par Graham Obree, dans sa fameuse position de l’œuf, puis bras tendus, l’UCI établit en 1996, la charte de Lugano, pour stopper l’escalade technique.

        « Le sens du sport cycliste est de mettre en compétition les coureurs sur un pied d’égalité et de déterminer lequel d’entre eux est le meilleur sur le plan physique….Le contenu de la performance dépend plus de la forme de l’ensemble homme-machine que des qualités physiques du coureur ce qui entre en contradiction avec le projet du sport cycliste. »

        Y’a quand même des trous dans la raquette.

        Je termine par un brin d’humour sarcastique.
        C’est quoi le mieux ?
        Pédaler en pignon fixe ou vivre en pognon fixe ? 😅

  41. « Avec mon petit vélo, j’avais l’air d’un con, ma mère
    Avec mon petit vélo, j’avais l’air d’un con »
    (Georges Brassens)

    16000 euros le Colnago ! Est-ce que cela comprend le prix du flingue pour se défendre en cas de vélo-jacking ?

    • noirvélo

      Faut pas trop en parler , les médias vont s’en emparer et ça va donner des idées aux « mauvais » , mais c’est un fait , celui qui connait la valeur des choses va suivre le gars et le coincer en rase campagne , une bonne baffe et adieu petite reine …

      • marius

        Ça reste marginal, mais ça existe en effet.
        Cependant, le risque de se faire shooter par un automobiliste distrait par son téléphone est plus important.

    • marius

      Je t’ai fait un prix, normalement c’est 16199€,
      sans pédales évidemment 😂.
      A force d’imprimer des billets, l’Euro ne vaut plus grand chose 😉.
      Bon, chez Trek c’est moins cher 14000€ 😅
      Et chez Canyon, c’est 11000€
      Pour des produits aussi efficaces.
      Les 5000€ de différences entre Colnago et Canyon ce sont des marges supplémentaires.

      • Edgar Allan Poe

        Hier, j’ai roulé, entre autres cyclistes, avec un gars qui disposait de ce nouveau Colnago. Déjà, j’ai trouvé la peinture bleue avec ses petites fioritures blanches (Frozen Blue) pas très jolie, mais les goûts et les couleurs…Je préfère nettement le noir mat teinté de quelques touches de rouge façon Pogi et les mutants.
        Ce gars que j’ai rattrapé quelques kms avant le point de ralliement du groupe avec lequel j’allais rouler, m’avait déjà expliqué en moins de 5 minutes, et quelques regards condescendants pour mon vieux Cannondale en caoutchouc à la peinture (de mer..) écaillée, qu’il avait dans son garage un VTT S-Works, …le dernier sorti qu’il venait d’acquérir….+ le nouveau Gravel d’une marque dont je n’ai pas bien entendu le nom pour cause de Mistral très fort. Mais j’ai bien retenu le prix : 10.000 balles.
        Tout ça pour dire, qu’en plus de s’être gentrifié, le vélo, le produit en lui-même, va bientôt devenir une manière de se démarquer, ou même de se faire remarquer, comme ce fut et c’est encore le cas pour les bagnoles depuis 70 ans au moins!
        Qui plus est ce trentenaire fringuant roulait très fort sur la sortie, alors que nous fonctionnons, à cette période de l’année, à la façon d’une meute de loups : dans les parties venteuses, les plus costauds abritent les plus faibles, et dans les parties vallonnées, on laisse les plus faibles imprimer le rythme…
        Le gars m’a expliqué qu’il avait couru en élite. Mais je n’ai pas trouvé de traces ni sur la toile, ni sur les réseaux, à part deux victoires sur des cri-cri en Pass, acquises au sprint…bien emmené par ses équipiers dixit les médias locaux. Par contre, j’y ai lu des déclarations enamourées pour un bien triste leader politique français qui n’a fait qu’ illuZion lors de la dernière élection présidentielle.
        Du coup quand même…concours de petites b…., il a fallu que je le fasse sauter, le bougre, dans un raidillon. Ca a beaucoup amusé mes potes!
        Le monde du vélo est une grande Famille. Faut faire avec …
        Y’en a même qui font de la garde à vue, parce qu’ils ont eu la main un peu lourde sur leur femme ou qu’ils se baladent avec un fusil de chasse autour du domicile de leur ex…chez les Suisses, en plus, ces gens d’une neutralité reconnue !
        C’était la pensée du jour d’un Vieux C..
        Bien à vous.

      • marius

        Pour faire écho sur l’image que peuvent donner les cyclistes.
        En septembre au moment de repartir du col des Aravis avec mon pote, qu’un randonneur à pied nous aborde abruptement.
        -Ça existe encore les freins à patins, moi j’aurai pas confiance à 70 dans une descente.
        Bon, les mots magiques, bonjour, s’il vous plaît, est-ce que je peux vous poser une question.
        Connais pas.
        Brut de décoffrage.
        Comme on est bien éduqué, mon pote réponds, car on parle de son vélo à patins.
        – Non, ça freine très bien même.
        Remarquez que nous n’avons pas dit bonjour non plus, car l’homme agit de façon mimétique. C’est pour cela qu’il faut bien faire attention à ce que l’on dit, lorsque l’on aborde un inconnu. Avec une inconnue, c’est mieux de porter le spshit d’une pub bien connue.
        Vous savez.
        « Et soudain, un inconnu vous aborde ».
        Et bin, ça marche pas, c’est du flan.
        Bref, revenons au randonneur mal réveillé qui nous informe:
        – Le mieux c’est quand même les freins à disques hydrauliques, (donc mon biclou) surtout quand on est Suisses et qu’on peut se le payer.
        – Ah mais on est pas Suisses.
        – C’est pas une insulte de pas être Suisse, sera le mot de la fin de ce type bizarre.
        « vous avez dit bizarre, comme c’est bizarre ».

        Comme disait Michel Audiard :
        L’éducation, ça s’apprend pas.

    • nikko

      Ça fait combien au kilo ?

  42. Il serait temps que l’UCI interdise toute commande électronique en compétition. Ce serait probablement plus utile pour la pérennité de ce sport que de légiférer sur la longueur des chaussettes.

    • le cycliste en basquet

      oh que oui Eric !

    • noirvélo

      Oui mais les socquettes ont des stimulateurs électroniques de muscles dans les fibres d’où leur longueur et fonctionnent grâce au soleil …. Technologie très pointue , ça vient de sortir …. On peut en rigoler mais aucunes équipes ne se gêneraient tant qu’il n’y a pas d’interdiction … Il faut juste être le premier …. 😂

      • marius

        Savez-vous que les couvres chaussures (qui font maintenant aussi office de chaussettes), ne sont pas conformes au règlement, qui stipule que toute accessoire améliorant l’aérodynamique de la chaussure est interdit.
        Et pourtant, c’est le cas.

  43. Edgard Allan Poe

    L’UCI vient de déclasser P. Ganna de sa 2ème place, pour sa position « aéro »non conforme, dans le final de l’étape de vendredi du tour de San Juan, qui arrivait au sommet d’un col à 2500 mètres d’altitude, col très long (près de 40 bornes, je crois). Certains coursiers s’étaient plaints sur les réseaux sociaux, comme Thomas De Gendt. Bof…!
    Personnellement, c’est une position que j’utilise habituellement lorsque je roule en tête de peloton, et surtout quand je suis seul devant…(ou derrière aussi parfois…!). Je le fais car je suis encore un peu souple et surtout que mon cadre est trop grand (et ma potence trop courte).
    Bref, Ganna, 2ème, déclassé.
    Victoire d’une très probable chaudière sur cette même étape, Superman Lopez…nouvellement encartelé chez Medellín. Même Remco n’a pas fait un pli !
    Ceci étant, c’est pire que Quintana, car il n’a jamais été rattrapé par la patrouille, (comme bien d’autres), même si, depuis environ 2 ans, dès qu’il pose le pied en Europe, il se retrouve en garde à vue . Ça sent le soufre…et quand on observe ses résultats en dents de scie, et ses frasques comme sur la Vuelta 2021, on se dit que …bon quand même !
    Chaussettes, dopage, positions…visiblement, en 2023, l’UCI a fait sa révolution, à savoir un 360°, un tour sur elle-même : mêmes méthodes, mêmes sujets…
    Enfin, entre nous, être viré de son équipe pour soupçon de dopage par Vinokourov, c’est totalement surréaliste!

    • marius

      Ganna fait du bec de selle, du coup, c’est comme si son vélo était trop petit et la position mains aux creux de cintre inconfortable.

      • Edgard Allan Poe

        Mouai…pas si évident.
        Cette position me permet justement de m’allonger un peu plus, tant à l’avant qu’à l’arrière où je fais habituellement un peu de bec de selle, cette dernière étant avancée au maximum à cause de mon cadre trop grand.
        Franchement, avec un minimum de souplesse, la position est très soutenable, et permet même de reposer certains muscles du dos et des bras, beaucoup plus sollicités à la longue, lorsque je suis calé sur mes cocottes.
        En Août dernier, j’ai fait 70 bornes comme cela sur un vire-vire. J’étais seul, je précise. Mais c’est vrai que je tiens cette position au plat, pas forcément sur des passages à 5% comme le col franchi au San Juan tour. Du moins pas longtemps dans les bosses. Mais Ganna n’a même pas du faire 500 mètres comme ça, non ?
        Pour le reste, l’ouverture de la hanche n’est pas la même dans cette position : elle est assimilable au pédalage avec un guidon de triathlète. Le lendemain, ça tire un peu au dessus des adducteurs!

      • marius

        C’est aussi le résultat des règlements UCI sur la position du coureur.
        Le cintre ne doit pas dépasser de temps, le bec de selle doit être à maxi tel distance de l’axe du pédalier (avec qu’elle selle ?).
        A revoir je pense, tellement les athlètes sont grands aujourd’hui

  44. L’on peut toujours discuter de la pertinence du réglement et de son application parfois à géométrie variable mais, si la position n’est plus conforme, il est normal d’avoir déclassé Ganna.

    Sinon, il n’y aurait plus aucune règle.

    • Edgard Allan Poe

      Jette un oeil à la vidéo, Éric, il n’y a pas de crime de lèse-majesté ! Rien à voir par exemple avec le guidon de triathlète de Lemond sur le tour 89, ou les fameux guidons « rallongés » pour pouvoir se coucher sur le vélo que l’on avait vus arriver sur certaines courses de début de saison 2022.
      Un jour viendra où l’UCI décidera de l’endroit où le coureur doit poser ses mains sur le cintre…

      • marius

        Je suis d’accord avec EAP.
        Le premier fautif, des règle trop strictes de l’UCI, sur la position.
        Beaucoup de coureurs sont mals posés sur leur vélo, à cause de cela.
        Ganna avec la position bec de selle, essaye simplement de la corriger dans certaines phases de courses.
        Ici, maxi puissance, plus d’effet de bras de levier en s’avançant sur la selle.
        Du coup, le cintre n’est plus assez avancé.
        Faut bien les caser quelques parts, ses grandes paluches.
        Si les règles lui permettait de se positionner aussi avancé tout le temps, avec une potence plus grande, il le ferait, mais c’est interdit par l’UCI.
        Je remarque que Ganna est très Corporate, car il se considère comme le seul fautif dans cette affaire.

    • Wolber

      Pas sûr que Ganna soit déclassé … amende et points uci retirés.😂

  45. Edgar Allan Poe

    Aux dernières nouvelles, 500 francs suisses d’amende et -15 points UCI. Cette dernière sanction étant certainement la plus dommageable, tant pour le coureur que pour l’équipe.
    Il garde sa 2eme place au général du Tour de San Juan.
    À noter que l’an dernier, à pareille époque, Ganna avait été déclassé d’une étape CLM sur le tour de Provence suite à changement de vélo avec un assistant de l’équipe posté sur le bord…

    • Wolber

      Cette sanction comme ce règlement est debile. Ganna et Ineos s en foutent éperdument.
      La seule sanction était le déclassement ou la mise hors course …pour faire respecter cette consigne . Mais je suis quasi certain qu a l UCI on doute déjà de l utilité de cette règle donc on finasse …et puis c est un Ineos…pas d emmerdes ,hein…
      Et pourquoi ne pas obliger les coureurs à avoir les mains en bas du guidon ds les 5 derniers km d une étape finissant par un sprint ?

    • Il m’apparaît normal que le non respect des règles soit sanctionné de manière proportionnée sans non plus passer l’éponge.

      Il est également dans l’ordre des choses qu’il y ait une plus grande exigence du respect des règles pour le sportif de Haut Niveau, même si les gabarits hors normes peuvent avoir des difficultés à se positionner dans le respect des règles UCI.

      Je ne condamne pas Ganna, tous les coureurs flirtent avec le règlement. Mais j’apprécie qu’il ait accepté la sanction sans protester.

  46. Quand on prend un peu de recul, le code d’honneur des cyclistes est bien mince.

    Le sport devrait être fondé sur des valeurs de base. Et quand ces valeurs de base sont foulées du pied, comme lorsque Demare s’accroche au montant de la portière de la voiture de son Directeur Sportif dans MSR, je ne l’oublie pas.

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.