Tous les jours, la passion du cyclisme

Foret Montmorency: quel manque de transparence!

Fondeur très assidu depuis maintenant de nombreuses années, la récente saga du ski de fond à la Forêt Montmorency m’a beaucoup interpellé.

L’endroit est en effet unique pour la pratique du ski de fond, surtout en début et en fin de saison. Non, ce n’est pas juste « un autre centre de ski de fond au Québec ». Pierre et Alex Harvey l’ont bien exprimé, avec raison.

L’annonce de sa fermeture pour la saison actuelle m’a évidemment pris de court, planifiant avec ma petite équipe de ski de fond de Gatineau des séjours d’entrainement dès la fin novembre, et plus tard en saison.

Depuis des années, l’Association des maîtres en ski de fond du Québec y tient la première course de la saison dès décembre, tantôt en style classique, tantôt en style libre.

Ma première réaction, comme celle de toute la communauté des fondeurs, a été « ben voyons donc, qu’est ce qui se passe? Pourquoi? ».

C’est là que ca a dérapé solide selon moi.

Car la première justification avancée par l’Université Laval, en charge du site suite d’ententes avec le Gouvernement du Québec, a été que « les activités récréo-touristiques ne sont pas compatibles avec la recherche scientifique cette année ».

Mais elles l’étaient les années antérieures? Faute d’explications plus convaincantes, j’ai tout de suite trouvé ca bizarre et cela n’a qu’alimenté ma curiosité.

La communauté sportive s’est ensuite rapidement mobilisée, générant par exemple une pétition de 10 000 signatures en quelques jours. Impressionnant.

L’Université Laval a ensuite précisé que des travaux étaient prévus cet hiver avec de l’équipement d’ingénierie de haut niveau sur le territoire de la forêt Montmorency, et que l’Université estimait qu’il y aurait trop de risques que les fondeurs s’en approchent et se blessent.

C’est uniquement pour cette raison qu’on a décidé de suspendre les activités. On ne voudrait pas qu’un skieur s’aventure dans un coin qui pourrait être dangereux.

Andrée-Anne Stewart, porte-parole de l’université laval, citée par radio-Canada, 7 octobre 2022

Mouais, pas convaincu du tout!

Comme l’a alors rappelé Pierre Harvey, la Forêt Montmorency, c’est grand! Doit-on tout fermer pour assurer le passage sécuritaire d’équipements? Ces équipements auront-ils à transiter par toutes les pistes de ski de fond du réseau?

D’autres – notamment du côté de Ski de fond Québec – ont manifestement eu les mêmes réactions que moi, et la pression ne s’est pas réduite sur l’Université Laval.

L’Université Laval a finalement lâché le morceau vers la mi-novembre, dans un communiqué et en entrevue auprès de médias.

Au niveau des communications, on sait qu’on l’a échappé.

Nancy Gélinas, doyenne de la faculté de foresterie de l’université laval, citée par radio-canada, 16 novembre 2022

Outre cet aveu, on a pu lire dans le communiqué de l’Université Laval que:

  • « Avec le temps, la mission première d’enseignement et de recherche de la Forêt Montmorency a donc été relayée au second plan. Des ressources humaines et financières importantes étaient de plus en plus dédiées au support d’activités touristiques sans que leur rentabilité ne soit nécessairement démontrée.« 
  • La Faculté travaille activement à faire émerger un nouveau modèle d’affaires durable et rentable qui pourra cohabiter de manière harmonieuse avec la mission et les activités d’aménagement, d’enseignement et recherche.
  • La Faculté s’engage à mettre sur pied un comité de travail, en collaboration avec divers intervenants, dont Ski de Fond Québec, pour réfléchir à ce nouveau modèle d’affaires durable et rentable qui permettrait de soutenir les objectifs institutionnels de recherche, de formation et d’éducation du grand public.

L’enjeu fondamental n’était donc en rien des travaux à conduire sur le site, ni même les besoins de la recherche scientifique, mais bien la rentabilité des activités récréo-touristiques sur place (comprendre les activités de ski de fond).

Autrement dit, le ski de fond n’est pas rentable à la Forêt Montmorency et l’Université Laval a décidé d’arrêter les frais.

Des questions de sous, toujours des questions de sous!

Personnellement, je n’ai aucun problème avec cela: il n’est pas dans la mission de l’Université Laval d’opérer un site de ski de fond. Il s’agit plutôt d’une institution d’enseignement et de recherche. Alors oui, il faut trouver tous ensemble des moyens de préserver le ski de fond à la Forêt Montmorency, et cela passe peut-être par l’atteinte de la rentabilité. Des solutions existent probablement: mobiliser davantage la communauté des fondeurs sur l’intérêt de ce site, en faire un pôle reconnu de Nordiq Canada notamment à l’égard de l’équipe canadienne (tant de choses pourraient être faites en ce sens!), chercher des partenariats avec le privé, diversifier l’offre récréo-touristique, réduire les installations, etc.

Est-il seulement possible d’atteindre la rentabilité? Je n’en suis pas sûr, et cela ne veut pas dire fermer le site pour autant. Nombre d’activités culturelles ou sportives, en premier lieu les GP cyclistes de Québec et Montréal, ne pourraient pas avoir lieu ou exister sans l’apport d’argent public. La Sépaq n’a pas vocation de générer des revenus pour le Gouvernement du Québec.

Enfin peu importe, mon point n’en est pas là. Je déplore plutôt le fait que l’Université Laval n’a pas fait preuve de transparence dès le départ dans ce dossier. On a manifestement voulu masquer les vraies raisons de la décision, je ne comprends pas pourquoi.

Et je déteste être pris pour un imbécile.

C’est grave à mes yeux car le dérapage est venu d’universitaires, des gens qui sont, à la base, des scientifiques garants des valeurs fondamentales de la science parmi lesquelles la transparence, la recherche de la vérité, l’ouverture d’esprit, l’honnêteté et la rigueur.

Si on ne peut plus croire nos élites intellectuelles, nos gens qui décernent des doctorats dans notre société et qui, plus que toutes autres personnes, font figures de ceux et celles qui détiennent la connaissance, qui pourrons-nous croire?

On se désole de plus en plus de l’époque dans laquelle on vit: perte de confiance de la population dans les institutions démocratiques, montée du populisme, explosion du nombre d’adeptes des théories du complot ou autres théories farfelues, remise en question de la science (notamment à l’égard du bienfait des vaccins et des traitements médicaux), etc. Cela a des conséquences désastreuses, notamment dans les urnes. Je suis d’avis que l’attitude de l’Université Laval dans le dossier de la Forêt Montmorency est un exemple de situation où s’en suit une perte de confiance de la population dans nos plus belles institutions.

C’est vraiment dommage, et certainement pas un exemple à suivre.

Partager

Précédent

Une belle Étape du Tour 2023

Suivant

On y croit 2030

17 Commentaires

  1. marius

    Ça sent le sapin votre histoire 😉.
    En gros, l’université qui a besoin d’argent, trouve le deal actuel insuffisant. Elle espère attirer en douce, des investisseurs qui en échange d’une coquette rente, auraient la jouissance du site pour y installer un équipement qui rapporte.
    A part, le luxe, il n’y a rien qui colle à ce cahier des charges.
    On peut imaginer une résidence hôtelière de luxe qui fonctionnerait 80% du temps.
    C’est exactement ce qui se passe en France dans les stations de sports d’hiver. Moins de lits, mais plus chers.
    J’espère me tromper, sincèrement.
    Sinon, vous pourrez m’appeler le facteur de mauvaises nouvelles 😉.

    • Wolber

      Moins de lits mais plus chers…
      Moins de tout mais plus cher.
      Moins en moins de tout et de plus en plus cher.
      Certains mais pas tous , évidemment s y retrouveront.

  2. Daniel Cantin

    Dommage en effet . Heureusement qu’à Québec nous avons suffisamment de neige et que nous pouvons déjà skier au Mon Ste Anne

  3. Lemond

    Laurent, connais-tu Patrick Provost? C’est un des plus grands spécialistes de l’ARN au Québec, une sommité. Il est prof à l’université Laval.

    Alors que tout le monde reconnait que les vaccins ne sont ni efficaces contre la contamination, la transmission et les formes graves (le Washington Post vient de reconnaitre que le nombre de vaccinés qui décèdent est supérieur à celui des non-vaccinés, mais en fait on le sait depuis le début), et alors qu’il y a de graves questions concernant les effets secondaires, Patrick Provost s’est prononcé contre la vaccination des enfants.

    Il avait de très solides arguments. Voici une lettre (retirée par le Journal de Montréal en raison d’ « inexcatitudes ») ou il explique sa position, avec des sources : https://reinfocovid.ca/le-veritable-portrait-de-la-covid-19-au-quebec/

    Alors qu’une loi protège la liberté académique, que l’Université Laval se glorifie de défendre la liberté universitaire, elle l’a suspendu. Actuellement, il fait l’objet d’une autre enquête, il risque d’être viré.

    Il n’a rien à gagner et ce n’est pas un coucou. Je le redis, c’est une sommité.

    Donc l’Université Laval, à éviter.
    Mais de toutes facons, tout le système universitaire est pourri. Quasiment aucun prof ne se lève pour défendre la liberté académique. Ils ne réalisent pas la gravité de la situation ou mettent la tête dans le sable.

    Concernant la démocratie, puisque tu abordes la question, c’est marrant d’en parler sur un site de vélo… mais il faut bien comprendre qu’on n’est pas en démocratie. Le mot démocratie vient des mots demos (peuple) et kratos (pouvoir). Donc c’est le pouvoir au peuple.

    Mais nos systèmes sont des républiques ou des monarchies parlementaires. Ce sont des systèmes dans lesquels le pouvoir est exercé par des représentants de la population. Donc en fait, l’élection fait élire des maitres qui ont le pouvoir pendant 4 ou 5 ans. Pendant ce temps là, le peuple n’a aucun pouvoir.

    Son seul pouvoir est de se dire qu’il veut changer de maitres au bout de 4 ans. Puis s’il n’est toujours pas satisfait, il peut encore changer. Puis encore. Mais il faut bien comprendre qu’en fait, les seuls choix proposés sont ceux que nous imposent l’oligarchie (en gros les très riches), c’est à dire les candidats qu’elle finance et qu’elle pousse dans ses médias.

    Une personne très compétente mais qui n’a pas l’appui de l’oligarchie financière n’aura aucun financement et aucune chance d’être connue du grand public. Donc en fait, l’élection est oligarchique : elle aboutit fatalement à l’élection de gens soutenus par l’oligarchie. Mais on est prié de croire que ces gens vont servir nos intérêts. Alors qu’ils sont au service de ceux qui les ont fait élire, pour ne pas dire créer. Ce sont des pantins, des marionnettes. C’est pour ca que les choses empirent. Enfin elles empirent pour nous. Parce que pour l’oligarchie (les ultra-riches), tout va très bien pour eux.

    De plus en plus de gens s’en rendent compte, consciemment ou inconsciemment et du coup ils ne votent plus car ils comprennent que ca na changera rien et que c’est une mascarade, une bouffonnerie. Ni plus ni moins.

    Tout cela avait été prévu par les « pères fondateurs », qui ne se cachaient pas de détester la démocratie (dans son vrai sens avant que la novlang n’en modifie le sens en en faisant le synonyme de république, alors que cela n’a rien à voir).

    Tocqueville disait : « je ne crains pas le suffrage universel », « les gens voteront comme on leur dira ».

    Tout est là, il n’y a rien à ajouter.
    Le vote est oligarchique et est le système de contrôle des peuples par excellence.
    Comment se « rebeller » contre la « volonté populaire »?

    Tout cela les athéniens le savaient déjà il y a 2400 ans!
    C’est incroyable de voir qu’on n’arrive pas à leur cheville en terme de réflexion politique!

    La solution? Recourir à des tirages au sort, à des référendums d’initiative populaire.
    Mais la vraie solution est une assemblée constituante tirée au sort.

    Quand je dis ça, les gens rigolent.
    On se dit : « donner le pouvoir au peuple? Mais les gens sont idiots! »
    C’est malheureusement être victime de la propagande des médias détenus par l’oligarchie que de penser comme cela.

    De toutes façons, je préfère un incompétent plutôt qu’une personne malfaisante ou qui sert les intérêts d’autres personnes.

    • le cycliste en basquet

      Mais que vient faire ce discours anti vacc. ici, je ne comprends plus rien.
      En France on n ‘ a pas Provost, mais, Raoult…….on a vu ce que ça a donné!

  4. noirvélo

    Moi qui pensait que seule la France était contaminée par la corruption et l’incompétence … et encore , il n’y a pas tellement d’incompétence , les personnes du pouvoir savent et peuvent très bien se défendre , ils en ont les moyens , les petits scribouillards dans les hautes administrations (les petits inventeurs de méchancetés ) sans compter des batteries d’avocats en tous genre … Le Canada est aussi victime de mensonges , de triche et d’hypocrisie !! Bonne chance Laurent , perso , j’attends la « vignette vélo  » (sorte de droit de rouler !) , la  » carte grise » de ton vélo et sa plaque d’immatriculation , l’assurance vélo obligatoire , le contrôle technique des vélos , l’éclairage obligatoire même sur un vélo de course , le gilet fluo et bien entendu le casque obligatoire ( çà ce ne serait pas nul , je porte tout le temps le casque …) Mais n’oublions pas pour autant que sous couvert de sécurité , très compatible avec les lois , l’autorité nous oblige à adopter tous ces éléments sachant qu’ils sont tous taxés avec de la TVA à 20% (chez nous) … Pour ce qui est des contrôles , pareil … Mais bien sûr , toujours « complotiste à 50% , noirvélo …

  5. En France, il serait juste impossible de rencontrer le même type de difficultés que dans la Forêt Montmorency
     » Les propriétés privées ou faisant partie du domaine privé collectivité publique peuvent être grevées, au profit de la commune, du groupement de communes, du département ou du syndicat mixte concerné, d’une servitude destinée à assurer le passage, l’aménagement et l’équipement des pistes de ski et des sites nordiques destinés à accueillir des loisirs de neige non motorisés organisés, le survol des terrains où doivent être implantées des remontées
    mécaniques, l’implantation des supports de lignes dont l’emprise au sol est inférieure à quatre mètres carrés, le passage des pistes de montée, les accès nécessaires à l’implantation, l’entretien et la protection des pistes et des installations de remontée mécanique, et, lorsque la
    situation géographique le nécessite, les accès aux sites d’alpinisme, d’escalade en zone de montagne et de sports de nature au sens de l’article 50-1 de la loi n° 84-610 du 16 juillet 1984 précitée ainsi que les accès aux refuges de montagne. Une servitude peut être instituée pour assurer, dans le périmètre d’un site nordique, le passage,
    l’aménagement et l’équipement de pistes de ski nordique. « 

  6. le cycliste en basquet

    Quel imbroglio, j’ y comprends que d’ ales ; Cher Laurent, tu nous avait privé de ta parole pendant plusieurs mois…..et voila un embrouillaminis sur le ski de fond qui me laisse pantois.
    Je souhaite, à toi et à tous ceux qui aiment le ski de fond , de pouvoir pratiquer là ou ailleurs…….en tout cas les sites ne manquent certainement pas dans ta belle province.
    Quoi qu’ il en soit, la photo avec le double damage (alternatif et classique) « fait envie » .

  7. noirvélo

    L’ or blanc est-il réservé aux riches ???

    • Daniel

      Bien que je souscris aux propos de Laurent, je constate que certains commentaires dérapent un peu. Je skie à la Forêt Montmorency depuis une quarantaine d’années et l’Université a toujours été un hôte exemplaire.
      Il est dommage qu’elle ait raté son dernier message mais je pense qu’elle a compris pour l’avenir grâce aux commentaires des fondeurs. Par ailleurs, au Québec, nous avons les mêmes dispositions législatives pour les servitudes mais ce n’est pas le problème ici, la Forêt est située dans un parc national.
      Heureusement le ski a débuté dans la région de Québec

      • noirvélo

        Oui Daniel , je me sens un peu concerné et je m’en excuse , j’y vais souvent un peu fort … après , on peut se rendre compte que les institutions cherchent tout de même de l’argent où ils peuvent en tapant trop souvent sur la classe dite « moyenne » et ne se gênent pas non plus pour nous « fliquer » par tous les moyens … J’espère simplement que chez Laurent une solution verra le jour en toute transparence sur le site de Montmorency après l’opacité des informations récentes .

      • « Par ailleurs, au Québec, nous avons les mêmes dispositions législatives pour les servitudes mais ce n’est pas le problème ici, la Forêt est située dans un parc national. »

        ->

        « Dans le parc national de la Vanoise, on peut profiter de 1817 km de pistes : 484 remontées mécaniques permettent d’accéder aux domaines skiables. »

    • marius

      Les vacances à la neige coûtent très cher.
      Le ski nordique reste abordable, à l’inverse du ski Alpin.
      Exemples, pour une famille de 4 personnes
      Ski Nordique
      Forfaits Lans en Vercors 7 jours : total 182€
      Ski Alpin
      Forfaits 7 jours Val Thorens 3 vallées : total 1498€
      Reste ensuite le déplacement, l’hébergement, la location des skis, les éventuels cours.
      Quand au bilan carbone, pas la peine de prendre sa calculette.
      30 litres à l’heure, la consommation d’une dameuse. A Val Thorens, il y en a 15.
      Soit 18000 h de damage pour 550000 Litres de GNL consommé.

  8. À Lans en Vercprs, le forfait saison en ski alpin est à un peu plus se 200 euros et tu peux skier en alpin 4 heures pour moins de 20 euros.

    https://skipass.lansenvercors.com/tarifs/tarifsski-alpin

    1498€ ! À mon avis, c’est plutôt le tarif saison pour les Trois Vallées.

    Mais je suis d’accord avec toi pour dire que le ski alpin reste un sport de riche.

    Pour le bilan carbone, il y a le damage (qui se fait chaque nuit mais sur un volume d’heures qui varie en fonction des conditions météo), le fonctionnement des remontées mécaniques (électrique) mais sutout le déplacement d’une clientèle internationale en avion.

    Il est difficile pour ceux qui vivent de l’or blanc de se passer de la clientèle internationale mais il faudrait faire des efforts sur les tarifs pour la clientèle locale, quite à faire payer + ceux qui viennent de loin 😅

    Quoi, c’est interdit ? 🤣😂🤣😂

    • 1498 pour 4 personnes ! Effectivement, cela doit être le tarif…

      Vive le ski de randonnée, libre et sans forfait !

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.