Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Catégorie : Cyclisme québécois Page 1 of 35

Un premier CX réussi à Sherbrooke

C’était la première manche de la Coupe Québec de cyclo-cross 2022 à Sherbrooke samedi dernier.

Une première course réussie!

Y’avait du beau monde de 3 à 73 ans, la météo était magnifique, et le parcours tracé par l’organisateur Stéphane Vallières toujours à la hauteur c’est le cas de le dire, avec quelques belles petites montées casse-pattes.

Et à l’animation du jour, le sympatique Tino Rossi (fils).

Après les critériums régionaux en juin dernier, c’est mission accomplie pour l’organisation de Sherbrooke, le Club Cycliste Sherbrooke et tous ses partenaires: Dalbix, le Siboire, Trek, Café Hubert St-Jean, la ville de Sherbrooke, Humano District et la FQSC.

Stéphane Vallières, en particulier, a été bien occupé ces derniers jours pour planifier l’accueil de tous, lui qui gère déjà la boutique Qui Roule, véritable camp de base du CCS-Siboire. Il faut le remercier pour son dévouement!

Côté compétition, de très bons coureurs étaient présents, tant chez les femmes que chez les hommes. Je pense par exemple à Christel Ferrier Bruneau qui n’a pas eu de mal à s’imposer en élite femmes, et Matteo Oppizzi chez les hommes, c’était impressionnant à voir.

D’autres excellents coureurs comme Jean-François Blais ou Frédéric Auger font des efforts en pensant surtout aux épreuves importantes à venir, championnats québécois (Bromont, 21 au 23 octobre prochain) et championnats canadiens (Langford en C.-B. les 26 et 27 novembre prochain).

Tous les résultats sont ici.

Pour un routier comme moi, il est intéressant de mieux connaître l’excellente ambiance des courses de cyclo-cross, qui ont un petit côté « relâché » que la route a souvent moins. Parce que la notion de peloton est moins présente, le plaisir demeure pour les coureurs même lâchés(ées) tôt dans la course, chacun pouvant continuer à son rythme sans ressentir cette compétition féroce qu’on vit souvent sur la route.

Prochaine manche le 1er octobre prochain du côté de Drummondville, une manche là encore organisée par une très belle équipe. Ne manquez pas ca!

Et à ne pas oublier non plus, des cyclo-cross régionaux, notamment du côté de Lévis.

Pour ceux ne pratiquant pas le cyclo-cross, la saison de vélo n’est pas terminée. On a les 100 à B7, l’ascension du col du Nordet et le GranFondo Lac Mégantic le week-end prochain, le 1er octobre le Fondo Gravel de la Classique des Appalaches et le Bromont Ultra le 8 octobre prochain.

Les photos du cyclo-cross samedi:

Cyclisme Canada: de pire en pire

L’attention du monde du cyclisme professionnel se tourne désormais vers les Mondiaux en Australie à la fin du mois.

Les sélectionneurs nationaux confirmeront dans les prochains jours leur équipe et leurs ambitions.

Chez les Belges par exemple, on sait déjà que le leadership sera partagé entre Wout Van Aert et Remco Evenepoel. Ca risque d’être compliqué, les deux pouvant nourrir des ambitions.

Du côté français, on attend tous de voir si Thomas Voeckler pourra convaincre Benoit Cosnefroy d’aller en Australie afin de profiter d’une belle condition physique en ce moment.

Au Canada, c’est un peu la débandade.

Cyclisme Canada a annoncé la liste des partants pour ces Mondiaux: 20 athlètes.

11 hommes et 9 femmes, on est presque à parité et c’est l’fun de voir ca.

Chez les élites hommes, le Canada sera représenté par Pier-André Côté, Matteo Dal-Cin, Derek Gee et Nickolas Zukowsky.

Les Hugo Houle, Antoine Duchesne, Guillaume Boivin et Mike Woods sont absents.

Ils ont chacun des raisons. Mike Woods a chuté au début de la Vuelta, et aurait subi une commotion cérébrale. Hugo Houle est rincé d’une saison très chargée et on le comprend, et son équipe bataille ferme pour l’obtention d’une licence WorldTour 2023-2025. Pas que sur la scène sportive d’ailleurs: le manager Silvan Adams a saisi les médias hier d’une situation qu’il juge absurde, demandant à l’UCI d’assouplir sa règle et d’admettre non pas 18 équipes en World Tour sur les trois prochaines années, mais bien 20.

Silvan Adams affirme même qu’il n’hésitera pas à saisir les tribunaux s’il le faut!

Quoi qu’il en soit, une des raisons pour laquelle les meilleurs cyclistes canadiens refusent d’aller en Australie, c’est tout simplement qu’ils doivent y aller… à leurs frais!

Cyclisme Canada n’a pas les moyens de payer pour envoyer les athlètes. Donc, c’est entièrement à nos frais. C’est sûr que moi, ça ne m’intéresse pas. Guillaume Boivin a refusé l’invitation, Antoine Duchesne aussi. S’il faut payer, nous, on ne voit pas l’intérêt [d’y aller]. Ça va être intéressant de voir qui va aller subventionner la fédération.

Hugo Houle, la presse, 4 septembre 2022

Je salue en particulier le refus de Guillaume Boivin qui en a fait aussi une question de principe, lui qui est pourtant en forme et qui aurait pu faire de belles choses en Australie pour le Canada.

Avec les saisons qu’on fait et les résultats qu’on a apportés dans les dernières années, je trouvais ça un peu irrespectueux de nous demander de payer. J’ai décidé de ne pas y aller parce que ça coûte cher, mais par principe aussi.

guillaume boivin, la presse, 4 septembre 2022

C’est de pire en pire du côté de Cyclisme Canada. Vraiment déplorable.

Je dénonce sur ce site depuis des années le manque de leadership de notre fédération nationale pour développer le cyclisme sur route, soutenir les fédérations provinciales, et augmenter les débouchés pour nos coureurs cadets et juniors les plus prometteurs.

Une génération a déjà été sacrifiée selon moi.

Hugo Houle avait lui-même dénoncé l’abandon du cyclisme sur route par Cyclisme Canada il y a quelques années. Il en rajoute récemment.

Plus encore, Dominik Gauthier a lui-aussi dénoncé la fédération canadienne récemment via la plate-forme de Radio-Canada.

J’ai donc demandé à Hugo Houle cette semaine si quiconque à Cyclisme Canada l’avait contacté pour répondre à ses interrogations. Non, rien! Rien? Même pas un accusé de réception? Non.

Cela est un manque de respect ultime! Comment une organisation peut-elle ignorer les plus grands noms de son propre sport? Il faut aussi spécifier qu’Hugo et ses acolytes sur route ne faisaient pas que se plaindre, ils proposaient des pistes de solutions intéressantes.

Dominik Gauthier, Radio-Canada, 8 septembre 2022

Bref, ce n’est pas brillant. Cyclisme Canada est probablement dû pour un très grand ménage.

Et Cyclisme Canada continue d’investir dans la piste, avec des résultats très mitigés depuis des années. Pendant ce temps, la route se meurt: plus d’épreuves nationales, plus d’équipes élites nationales, c’est la misère pour nos meilleurs(es) jeunes coureurs(ses).

De l’argent? Il y en a, de l’argent, mais Cyclisme Canada n’est pas capable de convaincre, apparemment. Pourtant, des sponsors investissent dans le cyclisme, j’en ai moi-même la preuve avec mon équipe cycliste.

Avec seulement quelques mois d’existence, j’ai bien l’impression que l’initiative Bridge The Gap a déjà fait plus pour le cyclisme sur route au Canada que Cyclisme Canada depuis des années. Je publierai bientôt sur La Flamme Rouge davantage d’information sur cette initiative intéressante et porteuse d’espoir.

Entretemps, souhaitons le meilleur des succès aux cyclistes canadiens qui seront du voyage des Mondiaux en Australie. Nos meilleures chances sont assurément du côté de l’équipe des femmes élite pour la route, et du côté de nos juniors.

Espérons qu’une autre équipe nationale aura la bonté de prêter une pompe à nos Canadiens(iennes) pour qu’ils(elles) puissent gonfler leurs pneus!

Pogacar, parce que tout est bon à prendre

Surtout quant on a manqué son principal objectif de la saison, le Tour de France!

Du coup, Pogi a fait plaisir à tout son monde hier en remportant le GP cycliste de Montréal.

Pogi court toujours pour gagner et il est intéressant pour cela.

Et il a gagné hier en pleine maitrise de son art.

Autrement dit, il n’a pas raté son coup, et il a aussi assuré au niveau de ses coéquipiers qui ont donné durant toute la course pour lui permettre de jouer la gagne.

Comme d’hab, la sélection finale s’est faite « à la pédale » dans la dernière ascension de Camilien Houde.

Pogi n’a pas eu besoin de se débarrasser de ses compagnons d’échappée – Van Aert, Gaudu, Yates et Bagiolo – confiant qu’il était dans son sprint après 200 bornes d’une course usante.

Et comme il l’avait anticipé, il a pu battre Van Aert et les autres.

Ce dernier s’est bien battu, est allé au bout de l’effort. Rien à dire. Ses coéquipiers ne peuvent nourrir trop de regrets.

Mention très bien à David Gaudu aussi, impressionnant dans le final pour un « petit » gabarit.

Il n’a pas manqué grand chose à Bardet et Cosnefroy pour accrocher le bon wagon en haut de Camilien Houde. Ces deux-là peuvent nourrir des regrets.

Le premier Canadien est encore une fois Guillaume Boivin, 37e. Sur un tel parcours, c’est remarquable pour lui qui est plutôt sprinter. S’il connait une bonne intersaison durant les prochains mois, attention à lui l’an prochain!

Une autre qui doit rager, c’est Warren Barguil qui repart du Québec avec deux 10e places. Il tourne autour cette saison, mais ne parvient pas à en décrocher une belle. Frustrant pour lui.

Prélude aux Mondiaux

Assurément, plusieurs coureurs ont rassuré voire « mis la table » pour les prochains Mondiaux, en particulier Pogacar aujourd’hui, mais aussi Van Aert et Cosnefroy. Il faudra compter sur eux.

Il faudra aussi compter sur un certain Remco Evenepoel, qui a remporté hier le premier grand tour de sa carrière, la Vuelta. Evenepoel vient de passer dans une nouvelle dimension, et pourra prochainement aspirer au… Tour de France.

En attendant, il partagera la responsabilité du leadership de l’équipe de Belgique en Australie.

Avec les flammèches l’an dernier sur ces mêmes Mondiaux entre Van Aert et lui, j’ai bien hâte de voir comment ces deux-là vont s’entendre!

Cosnefroy à l’injection!!!

Quel spectacle hier dans la côte des Glacis lorsque Benoit Cosnefroy a attaqué ce qui restait alors du peloton principal au GP cycliste de Québec!

Ouf.

J’avais déjà lu que Cosnefroy était le « petit Alaphilippe » et j’en ai eu la preuve hier.

Une attaque foudroyante, et surtout imparable. Viens un moment où il y a une limite à la vitesse que tu peux monter une bosse. Cosnefroy l’avait probablement atteinte hier dans les Glacis.

Personne n’a pu embrayer dans sa roue.

Sur le haut, le plus dur restait à faire: tenir.

Ben il a tenu. Cosnefroy aura aussi bénéficié d’un dernier kilomètre décousu derrière lui, aucune équipe ne parvenant vraiment à assurer un train pour amener son sprinter vers la ligne.

Une TRÈS grande victoire du coureur français de 26 ans, assurément sa plus belle en carrière jusqu’ici.

Cosnefroy sera un sacré client des prochains Mondiaux.

Une course classique

Sinon, le GP de Québec a connu hier un scénario classique.

Une échappée matinale, avec un coureur de l’équipe canadienne, Carlson Miles d’Ottawa qui est allé assez loin tout en jouant les points du grimpeur. Bien fait.

J’ai été très surpris de voir parmi les 5 hommes devant un Damiano Caruso, pourtant d’un autre niveau. Caruso est logiquement allé le plus loin parmi les coureurs de la première échappée.

C’est avec 4 tours à faire que la course s’est vraiment lancée, mais trois équipes veillaient au grain: Intermarché, Jumbo-Visma et BikeExchange.

Visiblement, les Van Aert, Girmay et Matthews avaient donné des instructions.

Et parfois Pogi puisqu’on a aussi vu les UEA Team Emirates par moment.

Je pense qu’encore une fois, ce circuit de Québec et sa dernière ligne droite jusqu’à la ligne auront surpris bon nombre de coureurs: sur un tour, on se dit « pas de problème, c’est pas très difficile ».

Après cinq tours, aie, ca se complique.

Après huit, tu ne la trouves plus drôle.

Après 10 tours, ca pète de partout.

Après 14 tours, la grande lessive: ils n’étaient plus que 45 dans le peloton principal.

Et dans le dernier tour, c’est au mental que ca se joue.

Si Cosnefroy et Matthews n’ont pas pété hier dans le long faux-plat jusqu’à la ligne, Wout Van Aert a semblé le trouver un peu indigeste après 200 bornes: il rate le podium après avoir fait rouler son équipe toute la journée. Gageons qu’il sera revanchard à Montréal.

Les Canadiens

Hugo Houle n’était visiblement pas dans un grand jour, mais on l’excusera après une très grosse saison.

Carlson Miles, très bien dans l’échappée.

Matteo Dal-Cin et Pierre-André Côté se sont rendus jusque dans le final, très bien là encore. Il n’aura pas manqué grand chose à Côté pour finir avec le premier peloton devant, ce qu’a réussi à faire Guillaume Boivin au métier. Il est le premier coureur canadien classé.

Montréal dimanche

On remet ca dimanche avec les mêmes favoris, sur un parcours mythique et un peu plus difficile qu’à Québec.

Les enjeux des GP cyclistes de Québec et Montréal

Une belle partie du peloton WorldTour est au Québec depuis quelques jours pour les deux Grands Prix cyclistes de Québec (vendredi) et de Montréal (dimanche).

L’autre partie termine actuellement la Vuelta, où Remco Evenepoel pourrait signer sa première victoire sur un grand tour. Avec Roglic le poissard qui a bêtement chuté dans les derniers mètres de l’étape il y a quelques jours, on voit mal ce qui pourrait désormais empêcher le jeune prodige belge de la consécration. Enric Mas? Je n’y crois pas.

Peu importe, pour Québec et Montréal, le peloton s’amène avec quelques gros enjeux en toile de fond. Question de bien comprendre les stratégies de course qu’on risque de voir, il est utile de les rappeler.

Enjeu #1

D’abord et avant tout, la préparation des prochains Mondiaux, fin septembre, en Australie. Le parcours là-bas est casse-pattes, et beaucoup de coureurs peuvent nourrir des ambitions, surtout qu’un puncheur comme Alaphilippe, double tenant du titre, n’est pas au mieux.

Québec et Montréal, avec les bosses à répétition, c’est parfait pour amorcer la préparation finale, en situation de course.

Enjeu #2

La sélection et le leadership des équipes nationales.

Les Mondiaux sont une des rares courses pro à être disputées en équipes nationales. Il faut donc s’y faire sélectionner, et la question du leadership de l’équipe nationale se pose ensuite.

Pour beaucoup de coureurs sur les GP de Québec et Montréal, on voudra se mettre en évidence pour assurer sa sélection pour l’Australie, voire pour revendiquer un statut de coureur protégé lors de ces Mondiaux. Une sélection en équipe nationale est toujours une belle réalisation dans une carrière.

Ca sera l’occasion par exemple pour Guillaume Martin ou Warren Barguil de rassurer sur leur condition actuelle. Idem pour certains coureurs belges, italiens ou espagnols.

À noter que chez les Belges, les deux leaders pour les prochains Mondiaux ont déjà été annoncés: Wout Van Aert et Remco Evenepoel, qui d’autre? Les autres Belges voudront plutôt s’assurer d’une place en sélection nationale pour faire briller la Belgique en Australie.

Enjeu #3

Bien entendu, les points UCI en vue du renouvellement des licences WorldTour.

Gageons que des équipes comme Israel-Premier Tech, Bike Exchange, Lotto-Soudal, EF Education First, voire Cofidis et Arkea voudront marquer de précieux points. La lutte est serrée pour la 18e et dernière place permettant d’accéder au précieux graal, ces équipes devront être offensives.

Enjeu #4

Renouveler son contrat pour la saison prochaine!

Certains coureurs jouent gros en cette fin de saison, n’ayant pas encore renouvelé leur contrat en vue de 2023.

Antoine Duchesne à la Groupama-FDJ est dans cette situation.

Ils viseront donc de se mettre en évidence aux yeux de leur propre équipe, soit par un solide travail d’équipier, soit par une belle place sur la ligne d’arrivée.

En WorldTour, les places sont chères et les directeurs sportifs et managers d’équipe ne font pas dans le sentiment. Il s’agit donc, pour plusieurs coureurs, de ne pas rater leur mois de septembre et d’octobre afin de convaincre.

Enjeu #5

Une saison à sauver!

Si certains coureurs ne sont pas à risque de perdre leur contrat en vue de la saison prochaine, ils ont sous-performé en 2022 compte tenu de leur contrat actuel, de leur réputation et des attentes à leur endroit.

La fin de saison chez les pros, c’est aussi le moment où certains cherchent à « sauver » leur saison.

Un Greg Van Avermaet par exemple, assez inexistant cette saison pour AG2R-Citroen, compte tenu de son statut et de son salaire.

Un Jakob Fulgsang chez Israel-Premier Tech, ou Sep VanMarcke.

Jasper Stuyven chez Trek-Segafredo.

Enjeu #6

Les neo-pro.

Plusieurs coureurs du peloton de Québec et Montréal sont très jeunes (22 ans ou moins), et en sont à leur première année en WorldTour. Les deux courses sont des tests pour eux, ceci afin de mesurer leur progression et leur potentiel en vue des prochaines années. Les équipes voudront suivre de près leur performance, là encore en vue du renouvellement de leur contrat pour les prochaines années.

Enjeu #7

L’équipe canadienne!

Pour beaucoup de coureurs sur la sélection canadienne, il s’agit de se montrer, et de faire briller les couleurs de l’équipe nationale. Cyclisme Canada compte également là-dessus, c’est toujours une belle vitrine que de passer la première moitié de la course avec des maillots de l’équipe nationale dans l’échappée devant.

D’autres, comme Pier-André Côté ou Matteo Dal-Cin, joueront probablement plutôt une belle place à l’arrivée.

Le premier veut une place en WorldTour, le second veut sécuriser un contrat pro – n’importe lequel – en vue de la saison prochaine.

Un jeune coureur comme Carlson Miles est un candidat parfait pour l’échappée matinale à Québec.

Les favoris

Pour moi, un seul nom sort du lot: Wout Van Aert.

Il sera très difficile à battre, surtout à Québec. Si le sprint si spécial en faux-plat ascendant convient bien à Michael Matthews et Peter Sagan, il conviendra également parfaitement à un Wout Van Aert surpuissant cette saison.

Van Aert dispose d’une belle équipe à son service, et il se doit de rassurer la Belgique en vue des Mondiaux puisque Evenepoel remportera probablement la Vuelta.

Tadej Pogacar ne devra pas être sous-estimé, particulièrement à Montréal: d’un tempérament offensif, il est clair pour moi qu’il ne restera pas anonyme au sein du peloton durant les deux courses.

Aussi à surveiller, Michael Matthews bien sûr, il a déjà réalisé le doublé au Québec sur des circuits correspondant parfaitement à ses qualités.

Je vois bien un Matej Mohoric également, Alberto Bettiol ou Neilson Powless pour EF Education, Christophe Laporte, Luke Rowe et Adam Yates chez Ineos, Rui Costa ou encore Diego Ulissi chez UAE dépendemment de Pogi, ou encore Benoit Cosnefroy.

Autre attraction de ces deux courses, Biniam Girmay bien entendu! SVP, s’il gagne, ne lui offrez pas de bouteille de champagne sur le podium…

Hugo Houle superstar

Comme David Veilleux à une certaine époque, gageons que l’accueil du public québécois pour Hugo Houle sera remarquable et… bruyant sur les deux courses.

Et c’est très mérité. Il s’agit de l’heure de gloire d’Hugo, et considérant sa victoire d’étape sur le Tour de France, quoi de plus normal?

On espère qu’Hugo pourra se mettre en évidence, pourquoi pas en se glissant dans une échappée dans le final de Québec ou de Montréal? Gageons qu’il aura un statut de coureur protégé chez Israel-Premier Tech, ce qui devrait lui donner une certaine marge de manoeuvre.

La météo

Grand beau, assez chaud, peu de vent. Des conditions de course idéales!

Primoz et moi…

Après deux semaines de silence, La Flamme Rouge reprend brièvement du service, question de vous tenir informés de la suite.

Je suis en vacances!

Après une année compliquée au bureau, faute du recensement canadien, ces vacances font du bien.

Des vacances cyclistes vous vous en doutez.

Bientôt, un nouvel assault sur la Haute Route Alpes. Avec Loïc, avec David 1 et 2, avec tous(tes) les autres.

Alors je peaufine ma condition et fais le métier. Je ne suis pas très beau en maillot de bain, mais je monte les cols plus vite que jamais.

Avec Primoz. Et j’espère demain avec Tadej sur le Mont Chauve ou le col de Braus.

Putain les mecs, ca fait du bien après trois années privées de grands cols (la faute à la pandémie), de votre France qui est si belle, celle des petits villages perchés, des lacets, de la lavande et des cigales, parfois du cagnard que j’aime aussi, mais chaque jour assurément avec cette Grande Bleue en toile de fond.

J’abuse de Ricard. Pour David, « un Ricard, et ca repart… »

Bref, je suis heureux ici, mais d’un bonheur tout relatif, ne perdant pas de vue qu’il n’y a pas de meilleur endroit au monde que celui ou tous mes amis(es) sont… Je pense à vous, c’est certain, en attendant de vous retrouver.

Et dans une semaine, prise de risques maximum sur la Haute Route Alpes. Un voyage pour, encore une fois, mieux connaître de quoi je suis fait. Si je n’en reviens pas, je serai mort heureux.

Autrement dit, vivre…

Hugo Houle dans l’histoire

Après tout, je mène peut-être une bonne vie et mon cierge récemment brulé à l’église a été exaucé!!!!!!

Hugo Houle l’a fait hier: il a gagné l’étape sur le Tour de France entre Carcassonne et Foix.

Pour son frère disparu tragiquement il y a quelques années.

J’avais un rêve, gagner une étape pour mon frère qui est décédé quand je suis devenu professionnel. Je la voulais pour lui. J’ai attendu dix ans, mais aujourd’hui j’ai eu cette victoire pour lui. 

Hugo houle, cité par l’équipe

C’est magnifique, et historique. Jusqu’ici, seul Steve Bauer avait remporté une étape du Tour, la 1ere étape du Tour 1988. Et aucun coureur québécois n’avait encore réussi cet exploit.

Autrement dit, Hugo est directement entré dans l’histoire du cyclisme canadien hier, et il est aussi entré dans une autre dimension qu’il ne quittera désormais plus. Vainqueur d’une étape du Tour, sa carrière cycliste professionnelle est réussie.

C’est un géant.

Et quelles images! Ca donnait la chair de poule. J’avoue avoir été émotif dans le dernier kilomètre, pour Hugo. J’avais du mal à en croire mes yeux. Satané dernier virage à 500m de la ligne, un simple virage, mais on avait peur qu’il dérape, je ne sais trop.

Il s’impose solo. La plus belle des façons de s’imposer. Tu as le temps de savourer. Tous les autres derrière. Il a mené une étape brillante, intelligente, plaçant son accélération au bon moment, à 39 kilomètres de l’arrivée, alors qu’il voulait préparer le terrain pour son coéquipier et compatriote Mike Woods.

Tellement fort Hugo qu’il s’est retrouvé seul et a poursuivi son effort. Clairement le bon choix!

Une heure d’effort en solitaire.

Il a su résister dans le difficile Mur de Péguère.

Le plus fort.

La joie de Mike Woods derrière dans les derniers hectomètres faisait aussi plaisir à voir. Assurément le signe que l’ambiance chez Israel-PremierTech est très bonne.

Pour ajouter au succès, Mike Woods termine 3e de l’étape. Deux coureurs canadiens dans les trois premiers d’une étape du Tour, on se souviendra longtemps du mardi 19 juillet 2022 ici au Canada.

La portée d’une telle victoire

Pour le cyclisme canadien et québécois, cette victoire d’Hugo Houle au Tour de France, la plus prestigieuse et la plus connue des épreuves cyclistes, a probablement la portée d’une médaille olympique ici au Canada.

Autrement dit, on parlera du cyclisme sur route grâce à cette victoire qui pourrait aussi susciter des vocations chez les plus jeunes coureurs canadiens.

Hugo a prouvé qu’avec du travail, de la constance et du sérieux, on pouvait y arriver.

Certains médias donnent toutefois déjà dans le sensationnalisme, ou le déplorable: Le Devoir titrait hier « Hugo Houle, le petit gars de Sainte-Perpétue« .

Tellement judéo-chrétien!

Hugo Houle n’est pas le « petit gars de Sainte-Perpétue« , ou alors Tadej Pogacar est le « petit gars de Klanec » en Slovénie.

Autrement dit, on est tous le « petit gars » de quelque part. À un moment donné, faut arrêter.

Hugo Houle est un géant du Québec, point final.

Et rappelons l’état difficile du cyclisme sur route au Canada; Hugo lui-même a été très critique ces dernières années envers Cyclisme Canada. S’il est y parvenu, c’est grâce à lui-même, au soutien aussi de SpiderTech à une certaine époque de sa carrière, et aujourd’hui de Israel-PremierTech, sans oublier AG2R – La Mondiale, sa première équipe pro.

Déjà, de nombreux rapaces des organisations cyclistes au Canada et au Québec voudront s’associer à cette victoire d’Hugo. Je suis d’avis qu’elle est d’abord et avant tout la sienne, point final. Il en a le seul mérite, je rends hommage à son seul talent, sa persévérance et sa détermination aujourd’hui, rien d’autre à dire.

Tout au plus, certains dirigeants lui auront fait confiance dans sa carrière, que ce soit chez Spider Tech, AG2R, Astana, ou encore Israel-PremierTech. Ils doivent être reconnu à ce titre.

Pour le reste, les fédés canadiennes et québécoises? Niet. Si vous voulez qu’on en parle, on le fera preuves à l’appui, notamment à l’égard de cette récente sélection canadienne en vue des prochains GP de Québec et Montréal. Lamentable!

Inutile de vous rappeler que les courses cyclistes sur route disparaissent les unes après les autres au Québec et au Canada depuis plusieurs années, récemment les Mardis cyclistes de Lachine et le Tour de Beauce.

Une génération de coureurs, celle des Adam Roberge et Julien Gagné, a été sacrifiée. Notamment sur la lubie de la piste.

Bref, chapeau bien bas à Hugo aujourd’hui, une fierté nationale.

Mais solo.

Rien pour préparer l’avenir. Je persiste et signe, et l’ai déjà écrit sur ce site: l’après Hugo Houle, Mike Woods, Guillaume Boivin et Antoine Duchesne sera difficile pour le cyclisme canadien et québécois.

Canadiens: la suite, avec Alexis Pinard

Mon article intitulé « Trop dur, les Canadiens » diffusé la semaine dernière a suscité beaucoup de réactions au sein de la communauté des coureurs maitres du Québec, mais aussi d’ailleurs.  

Les mentions légales de La Flamme Rouge garantissent un droit de réplique. Cela fait partie de l’éthique de travail que je m’impose.  

Personne ne m’en a demandé, mais Alexis Pinard et moi avons échangé ces jours derniers au sujet des enjeux liés à ces Championnats canadiens, dans une perspective plus globale qui est celle de la survie des courses sur route au Québec, aujourd’hui confrontées à une concurrence jamais vue auparavant (événements cyclosportifs, de gravelle, de vélo de montagne, etc.).

Entretien avec Alexis, avec qui j’avais reconnu l’an dernier le parcours de ces Canadiens, et ami de longue date.

La Flamme Rouge : Alexis, tu as compris que La Flamme Rouge est aussi utile en ce sens qu’elle permet de prendre le pouls de la communauté cycliste d’ici. 

Alexis Pinard : Pour moi Laurent, une communauté cycliste en santé est une communauté capable de s’exprimer sur les enjeux de notre sport, objectivement et de façon constructive. J’accueille favorablement ton article, car il est pertinent et permet pour moi de bien avoir le pouls de la communauté, et de réagir. Je le fais aujourd’hui, et merci à toi!   

LFR : Selon toi, et considérant le parcours 2021 des Canadiens, est-il raisonnable de penser que la difficulté du parcours, très sélectif, a découragé plusieurs coureurs maitres à participer cette année? Une fois lâché du peloton de tête, le fun d’une course cycliste n’est plus vraiment là.

AP : Il est certain que le parcours est difficile, je le reconnais, notamment si on le compare à d’autres courses au Québec. Mais est-il trop difficile? Je n’en suis pas sûr. Il l’est un peu moins que l’an dernier, et ça reste une course de Championnat canadien, ou un parcours sélectif est particulièrement pertinent. 

D’autres courses sont aussi très difficiles, je pense à Green Mountain Stage Race où, chaque année, de nombreux coureurs maitres du Québec s’inscrivent. 

J’ai bien aimé le commentaire laissé par Éric sur La Flamme Rouge : c’est une question d’avoir une bonne approche, un bon rapport à la compétition. Tous les parcours ne sont pas faits pour tout le monde, mais ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas y trouver son compte, être satisfait et progresser. Pour certains, seule la victoire compte, et c’est très bien. Pour d’autres, l’objectif peut être ailleurs, par exemple une place dans les 10 premiers, ou simplement le défi d’aller au bout de la course. Cette approche, qui était aussi la mienne lorsque je courais, parle-t-elle encore à beaucoup de gens? J’ose l’espérer, mais je n’en suis pas sûr non plus. C’est utile d’en parler. 

J’ajoute aussi qu’il ne faut pas oublier le GranFondo UCI du dimanche, où l’accent est davantage mis sur l’aspect défi. On compte déjà sept nationalités au départ. On peut y tester sa forme, ça c’est clair, et possiblement se qualifier pour les Mondiaux en Italie plus tard dans la saison.

LFR : Tu as mis en place plusieurs stratégies pour rendre ton événement accessible cette année, notamment en proposant des tarifs d’inscription de groupe. Peux-tu nous en dire plus?

AP : C’est un beau party de vélo qu’on organise, avec une foule d’activité pour tout le monde, incluant la famille des coureurs, leurs enfants. On veut rendre l’expérience client optimale. Dans ce contexte, c’est sûr qu’on favorise la présence d’équipes complètes. 

Cette année, une équipe qui inscrit de trois à cinq participants bénéficie de 20% de réduction sur toutes les inscriptions. À partir de six coureurs(es), c’est 30% de réduction. 

(ndlr : notons que les inscriptions ferment ce mercredi à 23h59, et que les équipes intéressées ou déjà inscrites peuvent profiter du rabais en écrivant à info@classiquedesappalaches.com)

LFR : Des changements seraient possibles si l’événement revenait dans l’avenir?

AP : Manifestement, et grâce notamment à ton article, on a des choses à revoir pour l’avenir parce que mon organisation a manifesté son intérêt auprès de Cyclisme Canada à poursuivre l’organisation des Championnats canadiens Maitres au cours des prochaines années. 

Il faut toutefois comprendre que des changements impliqueront des efforts, des coûts humains et logistiques supplémentaires. On va le faire avec plaisir si cela nous permet d’augmenter l’expérience client, d’optimiser le plaisir qu’ont les participants à venir courser à Victo. L’enjeu reste à savoir si d’éventuels changements vont amener une participation accrue ? À quel point la communauté cycliste va répondre présent si on modifie le parcours l’an prochain, pour le rendre disons plus accessible? C’est une grande question pour moi.

LFR : À long terme, quel est l’impact d’une participation moindre des coureurs maitres sur un événement comme le tien, sur des partenaires financiers aussi?

AP : C’est très clair qu’un des indicateurs importants de l’évaluation de l’événement, c’est le nombre de participants, ainsi que les retombées économiques et sociales. Moins de participants veut dire plus d’enjeux pour convaincre les partenaires de poursuivre l’aventure dans les prochaines années. C’est important que la communauté cycliste participe. Et ma responsabilité c’est de leur livrer un événement de grande qualité, notamment en matière de sécurité, de fun, ou tout le monde va y trouver son compte, que ce soit le futur champion canadien ou le cycliste participant à son premier GranFondo. 

LFR : J’ai souvent écrit, ces dernières années, que les courses sur route au Québec traversent une période difficile. La compétition avec d’autres types d’événements est certainement une partie de l’explication. Le GP cycliste de Ste-Justine, prévu le 18 juin dernier, a été annulé à la dernière minute. Je pense que c’est difficile d’organiser une course cycliste sur route actuellement? 

AP : Je te le confirme Laurent. Une chance qu’on a nos précieux bénévoles, la réelle force de notre organisation. Ces gens travaillent avec professionnalisme et passion, ce sont nos héros. Et c’est sûr qu’une source de satisfaction de nos bénévoles, ils sont 300 pour l’événement en fin de semaine prochaine, c’est le nombre de participants.

Je te confirme également que certains coûts fixes sont très élevés pour des courses sur route, car c’est un événement mobile, où on a un peloton qui évolue à vitesse variable sur des routes le plus souvent ouvertes à la circulation. La sécurité en course, l’encadrement (signalisation, premiers répondants, ambulances, etc.) représente donc des coûts importants, que d’autres disciplines du cyclisme n’ont pas forcément. 

C’est clair que les courses sur route traversent une période difficile. Et je trouve cela parfois difficile à expliquer car il n’y a jamais eu autant de monde sur un vélo, et jamais autant de monde l’hiver sur leur home-trainer et des plate-formes comme Swift. 

LFR : Tu as l’impression que Cyclisme Canada et la FQSC facilite actuellement les choses pour un organisateur de courses sur route? 

AP : Je pense qu’on a besoin d’avoir une conversation sur le paysage compétitif et cyclosportif au Québec, pour moi c’est clair. On est à une croisée des chemins, et on a probablement une fenêtre d’opportunité actuellement pour revoir les facteurs associés tant à l’offre qu’à la demande pour des événements cyclistes puisqu’on amorce l’ère post-Covid, et qu’on se dirige notamment vers l’accueil des Mondiaux UCI GranFondo en 2026. 

Du côté de l’offre, a-t-on trop d’événements cyclistes? Les fédérations ont un rôle à jouer en s’assurant de ne pas développer chacune des disciplines en silo, ce qui augmente la concurrence entre ces disciplines. Il faut probablement une certaine coordination, notamment au niveau des événements : route, piste (notamment avec le nouveau vélodrome de Bromont, bientôt prêt), gravelle, vélo de montagne, cyclosport, BMX, de plus en plus d’événements pour les e-bike… 

Du côté de la demande, je ne suis pas sûr qu’on la comprenne bien aujourd’hui. Les mentalités ont évolué, les gens sont plus dans le plaisir qu’avant, recherchent aussi des expériences plus « immersives » avec une vraie expérience client, il y a une analyse à faire, en particulier du côté de leur rapport avec la compétition en cyclisme sur route. Les fédérations ont un rôle à jouer dans l’élaboration de ces analyses, question de prendre les bons virages pour l’avenir en fournissant un cadre structurant pour l’ensemble de leurs parties prenantes, des plus récréatives aux plus compétitives, à titre de participant ou d’organisateur d’événements.

LFR : Je te laisse le mot de la fin Alexis.

AP : Je veux être clair : si nous devons revoir le parcours pour améliorer l’expérience client et augmenter la participation dans l’avenir, on va le faire!  

Je tiens aussi à rassurer : tout le monde peut trouver son compte cette année au Vélo.Victo.Fest.  Ma philosophie se résume un peu à « Podium, Peloton, Party ». C’est certain que sur ce parcours, tout le monde ne peut pas rêver à un podium, mais beaucoup peuvent rêver au peloton et son ambiance, et tout le monde peut être du party. Je l’ai écrit dans le mot de bienvenue à l’événement : « profitez-en, ensemble, et brillons par notre passion. Trève d’introduction. Passons à l’action. »

Trop dur, les Canadiens Maitres?

Sur la base de l’expérience de septembre 2021 et selon l’avis de nombreux coureurs, la réponse est oui pour ce qui est du parcours de Victoriaville dans un peu plus d’une semaine.

Au cours des derniers temps, j’ai pu constater que la distance et le dénivelé de ces Championnats canadiens maitres 2022 font encore peur cette année, malgré les modifications au parcours de l’an dernier.

132 kilomètres chez les Maitres 1 et 2, incluant trois tours d’un circuit assassin, ce qui veut dire trois fois une rampe qui est assurément plus difficile à encaisser que Camilien Houde ou la côte de la Montagne à Québec. Certains pourcentages dans cette rampe de trois kilomètres dépassent les 18%.

Sur un tel parcours, c’est une sélection par l’arrière. Course d’équipe? Je demande à voir! L’an dernier en tout cas, il n’y a pas eu de course d’équipe. Je le sais, j’y étais.

Il y a eu des Championnats canadiens élite moins difficiles…

Les quelques coureurs maitres disposant d’un rapport poids-puissance supérieur à la moyenne et d’une excellente VO2max y trouveront leur compte, puisque 90% du peloton sera éliminé par simple attrition.

On connait ceux qui pourront s’illustrer, et ils en ont le mérite. En gros, vous prenez les mêmes que l’an dernier, c’est une bonne base. En M2, je peux presque déjà vous décliner le top-10. Je n’en fais pas partie!

Il faut toutefois s’inscrire!

Il y va de la survie du cyclisme sur route au Québec.

L’organisation de l’événement de Victoriaville, Alexis Pinard en tête, ne ménage pas les efforts pour faire de cet événement un incontournable de l’année, et ce depuis plusieurs années déjà.

C’est pas moins de quatre jours d’événements et de festivités qui sont organisés. Le programme est ici. On peut donc aussi y venir en famille, tout le monde y trouvera son compte. J’ai expérimenté l’an dernier avec mes parents.

On pourra facilement passer plusieurs jours à Victoriaville dans une ambiance résolument cycliste et… festive.

En marge des Canadiens, vous avez aussi le GranFondo UCI, épreuve de qualification aux Mondiaux UCI chaque année (en Italie à l’automne prochain). Et en 2026, c’est ici au Québec que ces Mondiaux prendront place, dans cette même région de Victoriaville.

On aura même droit à un critérium sélection retraite!! Pour le moins original…

Bref, si j’aurais souhaité un parcours un peu plus ouvert pour permettre d’attirer un maximum de coureurs et pour créer une course plus intéressante sur le plan tactique, je soutiens également qu’il faut s’inscrire à cet événement question de soutenir le cyclisme sur route, et de participer à un événement « épique ».

Dans 15 ans, ce parcours vous permettra encore de dire à vos collègues admiratifs « j’y étais, je l’ai fait »!

Irrésistible Philippe Jacob!!

Toute une soirée hier à Sherbrooke!

Un BBQ, la bière du Siboire, un public plus nombreux que la première fois, un peloton plus important aussi fort d’une 60aine de coureurs, une belle météo, une bonne ambiance, et plus de 45 de moyenne au final pour cette 2e édition des critériums GFT du Club Cycliste de Sherbrooke (CCS).

Un franc succès! Y’a un momentum qui se développe et c’est très cool.

Et un très beau vainqueur, le jeune coureur de 18 ans de Granby, Philippe Jacob, déjà 2e de la première édition.

Elliott Doyle et Nicolas Coté complètent le podium aux 2e et 3e places, respectivement.

C’est arrivé au sprint, vent violent oblige, non après une course diablement animée où les tentatives d’échappées ont été nombreuses. Aucune n’a cependant survécue plus d’un tour du circuit.

Déjà vainqueur du 2e sprint intermédiaire, Philippe a ajusté tout le peloton pour la victoire finale au terme d’un sprint tout en puissance, vraiment impressionnant pour un si jeune coureur.

Philippe Jacob, assurément parmi la relève du cyclisme sur route au Québec.

En entrevue d’après course, Philippe me confiait partir très vite pour l’Europe pour participer à une Coupe des Nations en Tchéquie, après quoi ce sera retour au pays, GP de Charlevoix, critériums du Siboire le 9 et 23 juin, puis les incontournables Championnats canadiens à Victoriaville, un grand rendez-vous de la saison.

La victoire de Philippe hier est impressionnante compte tenu de la qualité du plateau: on s’était déplacé de Montréal, de Drummondville, et d’ailleurs au Québec pour ce 2e critérium de la série GFT CCS.

Notamment au départ, Jérémie Fontanaud, excellent sprinter s’il en est. Pris dans une chute sans gravité, Jérémie n’a toutefois pas pu défendre ses chances, et il était visiblement déçu après son abandon forcé.

On notera la présence de l’équipe Studio Vélo de Drummondville, les André Lamarche, Jonathan Boisvert et Frédéric Auger en tête. M’a fait plaisir de vous voir au départ les gars!

D’autres sympathiques coureurs de Montréal me disaient que ce critérium à Sherbrooke était le plus relevé actuellement au Québec. La faute à un certain Julien Gagné, encore généreux de ses efforts ce soir et qui a étiré le peloton à plusieurs reprises, cette fois-ci sans succès final.

Ca s’est terminé autour du BBQ et de la bière du Siboire qui soulignait ainsi la 2e place d’Elliott Doyle, bien amené au sprint par un bon travail de son équipe Siboire-CCS, et notamment celui de Jean-François Blais, fort d’un capital expérience significatif sur ce type d’épreuve. Y’a encore du torque JF, c’est moi qui vous le dit!

Et que dire de PO Boily, toujours un acteur au bon moment des critériums.

Prochain crit, le 9 juin prochain. C’est à Sherbrooke que ca se passe, c’est moi qui vous le dit. J’ai du fun à commenter en direct!

D’autres photos suivront sous peu.

Le Tour de l’actualité du cyclisme au Québec

Petit survol aujourd’hui de l’actualité dans le monde du vélo (essentiellement sur route) au Québec.

1 – L’Enfer des Patriotes

Ou la version « Québec » du Tro Bro Léon! C’est ce dimanche du côté de St-Denis-sur-Richelieu.

Une très belle course sur route ponctuée de 13 secteurs sur terre battue dans la version 101 kilomètres, un peu moins sur la version 82 kilomètres.

Le programme technique est ici.

Prévoyez quand même des pneus de 28 voire 30mm, plus prudent.

On s’inscrit en ligne jusqu’aujourd’hui midi, ou sur place.

Une belle à inscrire à votre palmarès!

2 – Camp d’entrainement Bridge the Gap (BTG) pour athlètes féminines canadiennes

Je continue de trouver l’initiative de Global Relay – Bridge The Gap très intéressante, y voyant d’ex-coureurs(es) pro se mobiliser concrètement pour faire avancer les choses en cyclisme sur route. On ne peut en dire autant de tout le monde.

BTG organise du 2 au 7 juin, en marge du « Tour de Gatineau », un camp d’entrainement à Gatineau pour jeunes athlètes féminines, camp supervisé par Karol-Ann Canuel.

But du camp, apprendre les habiletés techniques et tactiques essentielles à la course, ainsi qu’introduire les athlètes féminines à la communauté cycliste.

On peut poser sa candidature. Toutes les infos sont ici.

Merci à Karol-Ann pour avoir porté cette initiative inspirante à mon attention!

3 – Féminaction

Dans la même veine, mais du côté du ski de fond, un sport qui m’est désormais très cher, les ex-olympiennes Laura Leclair de Gatineau ainsi que Cendrine Browne se mobilisent et ont fondé Féminaction, une initiative ayant pour but d’encourager les filles à continuer dans le sport du ski de fond.

Des activités viennent d’être annoncées, notamment trois camps d’entrainement, des visites en région pour partager l’expérience de ces olympiennes, ainsi que de la formation à l’égard de la profession d’entraîneure en ski de fond.

Les mises en candidatures sont ouvertes, et toutes les informations sont ici. À vos ski-roues!

4 – Critériums du Club Cycliste Sherbrooke

Fort du premier succès, la 2e manche de la série de critériums régionaux à Sherbrooke aura lieu jeudi prochain 26 mai.

L’organisation s’est récemment rassemblée pour un post-mortem et déjà, des nouveautés sont annoncées pour le prochain crit.

Première nouveauté, deux départs sont organisés, l’un à 18:15 pour la série « Sport » (30min + 3 tours), l’autre à 19h pour la série « Élite » (50min + 3 tours). On vise à augmenter le plaisir des participants en assurant une certaine homogénéité des niveaux.

Et question de garder l’événement festif et convivial, un food truck sera sur place pour vous régaler.

La bière du Siboire aussi bien sûr!

Toujours derrière le micro, j’essaierai aussi de garder l’ambiance festive tout en décrivant les courses de mon mieux, question de vous faire vivre la tactique de course à son meilleur.

5 – Critériums régionaux à Drummondville

Le sympathique et entreprenant André Lamarche, présent au premier critérium à Sherbrooke, a porté à mon attention la prochaine série de critériums à Drummondville, et je salue l’initiative!

Affuté, André Lamarche, ouf. Beau bestiau. Tout un coureur, c’est moi qui vous le dit. Une vraie dague. Quand je serai grand, je veux être comme André Lamarche, ou comme Alain Goulet. Des inspirations.

Les crits de Drummond, ca débute le 16 juin prochain. Suivront les 22 et 30 juin, puis les 7 et 14 juillet. Départs à 18h45, 50 minutes de course.

Idéal pour préparer vos Championnats canadiens à Victo!

Toutes les infos sont ici.

Le CCS-Siboire pourrait bien y étendre son emprise sur les crits du Québec…

6 – Israel – Premier Tech

Je sais pas vous, mais je commence à trouver inquiétant le manque de résultats de l’équipe Israel-Premier Tech sur le Giro, la compétition étant féroce pour le renouvellement des licences WorldTour en fin de saison.

Le graphique ci-bas, à jour, montre qu’Israel – Premier Tech est actuellement en 20e place dans le classement des points cumulés sur les saisons 2020, 2021 et 2022. Sur ces points, les 18 premières équipes auront une licence WorldTour 2023-2025.

L’équipe Arkea-Samsic cartonne en ce moment, notamment avec ses résultats sur le récent Tro Bro Léon.

Alpecin-Fenix a récemment confirmé qu’elle demandera une licence WorldTour pour la période 2023-2025.

Ces deux équipes sont encore en continentale pro cette saison, et figurent très bien dans le classement actuel, suggérant que deux équipes actuellement en WorldTour seront recalées en fin de saison.

Pour le moment, ces deux équipes sont Lotto-Soudal et Israel-Premier Tech.

C’est la cata du côté de Lotto-Soudal, la grande organisatrice de l’équipe Valérie d’Haeze ayant remis sa démission il y a seulement quelques jours. On annonce également Tim Wellens partant en fin de saison.

Le manager John Lelangue a cependant beaucoup de métier dans le cyclisme et pourrait être un homme bien capable de gérer pareille crise. Il est peu probable que la Belgique laisse tomber une équipe emblématique de leur sport. Le cyclisme est juste trop important en Belgique!

Intermarché atomise actuellement sur le Giro avec notamment Biniam Girmay (mais pas que, ses coureurs ont fait sept top-10 dans les 10 premiers jours du Giro!), je pense que BikeExchange va remonter au classement avec les grands tours, et je vois aussi Cofidis dans ce cas de figure.

Il va falloir une grosse deuxième portion d’année à Israel – Premier Tech pour remonter dans la hiérarchie.

Évidemment, d’autres facteurs peuvent influencer l’octroi de licences WorldTour, notamment l’éthique. Astana n’a pas vraiment bonne réputation à cet égard, pourrait-on par exemple sanctionner la présence d’Alexandre Vinokourov dans le giron de l’équipe? Astana connait actuellement d’importants problèmes financiers, les coureurs n’ayant pas été payés récemment. La fin prochaine de cette équipe?

D’autres équipes pourraient faire le choix de ne pas demander de licence WorldTour en 2023-2025, leur permettant de réduire leur budget de fonctionnement.

Pourrait-on également assister à la fusion de deux équipes actuelles WorldTour, question de créer un groupe plus puissant encore? Pas impossible. EF avec Trek? Lotto-Soudal avec?

La déception vient probablement de Total Énergies, dont l’important investissement cette année dans Peter Sagan et toute son armada n’a que très peu rapporté à ce stade-ci. Si ce recrutement de prestige visait l’octroi d’une licence WorldTour 2023-2025, j’ai bien peur que ce soit déjà loupé.

Affaire à suivre!

La progression Philippe Jacob

46 km/h.

C’est la moyenne que les coureurs ont établi hier soir lors du premier critérium régional de la série GFT organisé par le Club Cycliste de Sherbrooke (CCS). Ca roulait très fort!

Photo: Rafael Guenette
Photo: Rafael Guenette
Photo: Rafael Guenette

Faut dire que y’avait du beau monde au départ, 45 coureurs dont certains de Montréal. Des champions canadiens et québécois, des coureurs pros et ex-coureurs pros, vraiment un beau plateau.

La météo aidant, ce premier critérium régional en 2022 à Sherbrooke, après 10 ans d’absence, a été un franc succès qui a dépassé les attentes de plusieurs, y compris des organisateurs. Même le public était au rendez-vous!

Photo: Danny Mathieu

Vraiment une belle soirée.

Et parmi les succès, celui du jeune coureur de Granby Philippe Jacob, qui a été un grand animateur de ce critérium et qui a ainsi confirmé sa victoire acquise il y a quelques semaines à peine au chrono de Granby.

Philippe a remporté le premier sprint intermédiaire et a terminé 2e du crit, vraiment remarquable à cette vitesse et devant le plateau de grande qualité au départ. Il n’a que 19 ans!

Retenez-bien le nom de ce très jeune coureur, je peux déjà vous dire que vous ré-entendrez parler de lui dans les prochaines années, aucun doute dans mon esprit. Il y a des signes qui ne trompent pas. La relève au Québec, c’est notamment lui.

Pour le reste, mon ami Julien Gagné a pris sa revanche sur Philippe qui l’avait battu chez les Séniors 1-2 au chrono de Granby: il a dominé ce premier critérium.

Déjà vu en tête du peloton dès les premiers tours, Julien s’est envolé seul après le premier sprint intermédiaire au 8e tour pour ne jamais être revu par la suite.

Photo: Rafael Guenette

Bref, une victoire solo, après avoir roulé seul les deux-tiers de la course en tenant en respect un peloton qui roulait à 46 de moyenne! Son avance n’a fait que s’accroitre malgré les efforts d’un peloton jamais résigné et qui s’est bien battu, notamment les Siboire-CCS qui travaillaient fort pour revoir leur ami parti devant.

Photo: Rafael Guenette

Julien est souvent hallucinant, mais ca on le savait tous. Je vous l’avais moi-même déjà dit, Frank Vandenbroucke sur un vélo.

Le Siboire-CCS s’est consolé avec la 3e place d’Elliott Doyle, parfaitement amené par ses équipiers dans le final. De quoi construire pour les prochaines étapes les 26 mai, 9 juin et 23 juin prochain, et donc le général de la série. Il y a de très belles bourses en jeu, notamment ce 400$ pour la première place au général.

Deux femmes au départ, important de souligner, le cyclisme féminin étant en pleine expansion depuis quelques années. C’est Raphaële Lemieux qui a emporté les honneurs, et elle aussi prépare la relève!

La soirée s’est évidemment terminée pour tout le monde avec une bière du Siboire. Pas juste en gravel, en cyclocross ou sur les cyclosportives qu’on sait se prendre au sérieux juste quant il le faut, pour ensuite ne pas se prendre trop au sérieux. En route aussi.

Je vous le dis: c’est à Sherbrooke que ca se passe dans le monde du vélo en ce moment. Mettez le 26 mai prochain à votre agenda et venez au critérium du CCS: ca vous prend une victoire là pour être sur la map!

Et merci aussi à GFT de son soutien à l’initiative, l’entreprise offrant toutes les bourses en jeu et qui totalisent 3000$. GFT, une entreprise qui est dans le cyclisme à long terme, je vous en passe un papier après avoir discuté avec un de ses responsables hier soir. La version « Premier Tech » dans la région de Sherbrooke… et un allié puissant pour la suite.

Sans oublier le Siboire.

Première expérience pour moi derrière le micro, à l’animation de la soirée et de la course. Ca change d’être sur le vélo, petit pincement au coeur au moment du départ mais j’ai eu du fun!

Photo: Rafael Guenette

Page 1 of 35