Tous les jours, la passion du cyclisme

Cyclisme Canada: de pire en pire

L’attention du monde du cyclisme professionnel se tourne désormais vers les Mondiaux en Australie à la fin du mois.

Les sélectionneurs nationaux confirmeront dans les prochains jours leur équipe et leurs ambitions.

Chez les Belges par exemple, on sait déjà que le leadership sera partagé entre Wout Van Aert et Remco Evenepoel. Ca risque d’être compliqué, les deux pouvant nourrir des ambitions.

Du côté français, on attend tous de voir si Thomas Voeckler pourra convaincre Benoit Cosnefroy d’aller en Australie afin de profiter d’une belle condition physique en ce moment.

Au Canada, c’est un peu la débandade.

Cyclisme Canada a annoncé la liste des partants pour ces Mondiaux: 20 athlètes.

11 hommes et 9 femmes, on est presque à parité et c’est l’fun de voir ca.

Chez les élites hommes, le Canada sera représenté par Pier-André Côté, Matteo Dal-Cin, Derek Gee et Nickolas Zukowsky.

Les Hugo Houle, Antoine Duchesne, Guillaume Boivin et Mike Woods sont absents.

Ils ont chacun des raisons. Mike Woods a chuté au début de la Vuelta, et aurait subi une commotion cérébrale. Hugo Houle est rincé d’une saison très chargée et on le comprend, et son équipe bataille ferme pour l’obtention d’une licence WorldTour 2023-2025. Pas que sur la scène sportive d’ailleurs: le manager Silvan Adams a saisi les médias hier d’une situation qu’il juge absurde, demandant à l’UCI d’assouplir sa règle et d’admettre non pas 18 équipes en World Tour sur les trois prochaines années, mais bien 20.

Silvan Adams affirme même qu’il n’hésitera pas à saisir les tribunaux s’il le faut!

Quoi qu’il en soit, une des raisons pour laquelle les meilleurs cyclistes canadiens refusent d’aller en Australie, c’est tout simplement qu’ils doivent y aller… à leurs frais!

Cyclisme Canada n’a pas les moyens de payer pour envoyer les athlètes. Donc, c’est entièrement à nos frais. C’est sûr que moi, ça ne m’intéresse pas. Guillaume Boivin a refusé l’invitation, Antoine Duchesne aussi. S’il faut payer, nous, on ne voit pas l’intérêt [d’y aller]. Ça va être intéressant de voir qui va aller subventionner la fédération.

Hugo Houle, la presse, 4 septembre 2022

Je salue en particulier le refus de Guillaume Boivin qui en a fait aussi une question de principe, lui qui est pourtant en forme et qui aurait pu faire de belles choses en Australie pour le Canada.

Avec les saisons qu’on fait et les résultats qu’on a apportés dans les dernières années, je trouvais ça un peu irrespectueux de nous demander de payer. J’ai décidé de ne pas y aller parce que ça coûte cher, mais par principe aussi.

guillaume boivin, la presse, 4 septembre 2022

C’est de pire en pire du côté de Cyclisme Canada. Vraiment déplorable.

Je dénonce sur ce site depuis des années le manque de leadership de notre fédération nationale pour développer le cyclisme sur route, soutenir les fédérations provinciales, et augmenter les débouchés pour nos coureurs cadets et juniors les plus prometteurs.

Une génération a déjà été sacrifiée selon moi.

Hugo Houle avait lui-même dénoncé l’abandon du cyclisme sur route par Cyclisme Canada il y a quelques années. Il en rajoute récemment.

Plus encore, Dominik Gauthier a lui-aussi dénoncé la fédération canadienne récemment via la plate-forme de Radio-Canada.

J’ai donc demandé à Hugo Houle cette semaine si quiconque à Cyclisme Canada l’avait contacté pour répondre à ses interrogations. Non, rien! Rien? Même pas un accusé de réception? Non.

Cela est un manque de respect ultime! Comment une organisation peut-elle ignorer les plus grands noms de son propre sport? Il faut aussi spécifier qu’Hugo et ses acolytes sur route ne faisaient pas que se plaindre, ils proposaient des pistes de solutions intéressantes.

Dominik Gauthier, Radio-Canada, 8 septembre 2022

Bref, ce n’est pas brillant. Cyclisme Canada est probablement dû pour un très grand ménage.

Et Cyclisme Canada continue d’investir dans la piste, avec des résultats très mitigés depuis des années. Pendant ce temps, la route se meurt: plus d’épreuves nationales, plus d’équipes élites nationales, c’est la misère pour nos meilleurs(es) jeunes coureurs(ses).

De l’argent? Il y en a, de l’argent, mais Cyclisme Canada n’est pas capable de convaincre, apparemment. Pourtant, des sponsors investissent dans le cyclisme, j’en ai moi-même la preuve avec mon équipe cycliste.

Avec seulement quelques mois d’existence, j’ai bien l’impression que l’initiative Bridge The Gap a déjà fait plus pour le cyclisme sur route au Canada que Cyclisme Canada depuis des années. Je publierai bientôt sur La Flamme Rouge davantage d’information sur cette initiative intéressante et porteuse d’espoir.

Entretemps, souhaitons le meilleur des succès aux cyclistes canadiens qui seront du voyage des Mondiaux en Australie. Nos meilleures chances sont assurément du côté de l’équipe des femmes élite pour la route, et du côté de nos juniors.

Espérons qu’une autre équipe nationale aura la bonté de prêter une pompe à nos Canadiens(iennes) pour qu’ils(elles) puissent gonfler leurs pneus!

Partager

Précédent

Pogacar, parce que tout est bon à prendre

Suivant

Un premier CX réussi à Sherbrooke

45 Commentaires

  1. Steph

    Laurent, in fine il me semble que ce que tu dénonces n’est rien d’autre que le libéralisme économique à la sauce anglo-saxonne (qui nous a très largement contaminés).

    Quelques chiffres comparés et sourcés auprès de sites gouvernementaux et fédéraux Canadiens et Français.

    France :
    Population : 65M
    Financement Etat 2022 du Sport via l’Agence Nationale du Sport : 452M €

    Licenciés Cyclisme : 102 000
    Budget FFC 2021 : 20M €

    Canada :
    Population : 39M
    Financement Etat 2022 du Sport via Sport Canada : 234M CA$ soit 178M €

    Licenciés Cyclisme : 29 000
    Budget CCA 2021 : 6M CA$ = 4,6M €

    Chacun y trouvera des arguments. Je n’ai pas eu le cœur d’aller voir les données pour le foot en France ni le hockey au Canada …

    De là, tu dis que le cyclisme sur route est le parent pauvre, mais en fait il s’agit juste de répartir la misère…

  2. marius

    Ce n’est pas propre au Canada.
    Beaucoup de fédérations ont des difficultés à se financer, y compris la fédération française.
    En France, le nombre de licenciés n’augmente plus, alors qu’il y a un boom de la pratique du vélo.
    Oui, mais pas en compétition.
    Aujourd’hui, énormément de courses cyclistes sont télévisés et font le bonheur des chaîne sportives.
    Pourquoi, parce que le vélo est incroyablement rentable car sous-évalué et donc bon marché, par rapport au spectacle offert.
    Les équipes du ProTour ont l’obligation de participer à toutes les épreuves ayant ce label. En retour, elles ont les frais d’hébergement (sur les grands Tour) , les primes quand elles gagnent.
    Les droits télés ?
    Nada.
    Dans la poche des organisateurs, zéro pour les équipes, zéro pour les fédérations lors de championnats du monde.
    Tout le contraire du Foot, où il y a même trop d’argent.
    Le ProTour et son système de points, a encore plus précarisé les contrats des Pros. Hors mis quelques rares équipes, avoir des points se monnaye. Un coureur peut obtenir un salaire en moyenne 2,5 fois plus important, à niveau égal. C’est la principale cause du dopage.
    Avant cette réforme du ProTour, les coureurs gagnaient jusqu’à 50% de leurs revenus, grâce aux critériums.
    La solution, c’est une prise de conscience, que le cyclisme, à une plus grande valeur. Augmentation des droits télés, redistribution d’une partie vers les équipes, car ce sont elles et les coureurs, les acteurs.
    Une part reviendrait aussi aux fédérations qui forment les coureurs.
    Mais bon, des personnes plus influentes que moi, ont essayé sans succès.
    Trop d’Oncle Picsou dans le vélo.

  3. marius

    Je poste un lien intéressant sur une étude commanditée par l’UCI, sur la précarité des coureurs .
    https://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2015-4-page-28.htm

  4. Quelqu'un

    Laurent, même Woot Van Aert s’est plaint des frais que sa fédération lui demande pour aller aux Mondiaux alors qui il est plutôt bien payé.

    Ce n’est Cyclisme Canada le problème mais plutôt le fait que se soit en Australie!

    https://www.rtbf.be/article/mondiaux-de-cyclisme-wout-van-aert-se-plaint-des-frais-de-voyage-eleves-pour-se-rendre-en-australie-11063910

  5. DAVID MALTAIS

    C’est un problème que les Mondiaux soient en Australie? Et quand est-il des Australiens qui se déplacent aux mondiaux à l’autre bout du monde chaque année pour les mondiaux en Europe, Amérique, etc?

    Ils ont bien le droit d’avoir les mondiaux chez eux de temps en temps. Voyons donc!!! On dirait le même commentaire que faisaient tous ces Montréalais qui ne venaient pas aux courses au Saguenay-Lac-St-Jean dans le temps parce que c’était trop loin, mais ils nous trouvaient « cute » avec notre accent quand on vient courser à Montréal chaque weekend.

    Ça peut bien être signé par « quelqu’un », moi aussi je serais gêné d’écrire mon nom!!!

    Tant mieux que les mondiaux soient en Australie, ça expose Cyclisme Canada encore un peu plus dans toute son incompétence.

    • Quelqu'un

      Un billet d’avion pour les Amériques c’est 3x moins cher que pour l’Australie en plus du décalage horaire mois fou que celui de l’Australie

      Petit relativisme et comparaison boiteuse David.

      Les courses au Saguenay ça reste plus de 5h de voiture. On a de beau parcours vers le sud pour le même temps et avec de belles routes.

      On s’en de la frustration pas bien justifiée et vraiment un manque de perspective.

      On a déjà lu la même chose concernant un Championnat à Amqui qui est un 8h de route, soit 16h aller retour…. P’tit complexe d’infériorité typique quand on n’est pas capable de mettre en perspective la réalité des autres?

    • Quelqu'un

      Tu diras la même chose à Woot avec ton p’tit ton condescendant voir ce qu’il va te répondre.

      J’ai raison de ne pas mettre mon nom vu l’agression publique que tu me fais.

    • Quelqu'un

      Même genre de problématique l’an passé au Qatar. D’autres aspects sur les choix pas très judicieux de faire les Championnats là-bas.

      Sors la tête de ton cul David.

      https://www.lexpress.fr/actualite/sport/cyclisme/les-mondiaux-au-qatar-sont-un-scandale-d-organisation_1840810.html

    • Steph

      Voilà, voilà, ze Queen is dead et c’est ze bordel in ze commonwealth !

  6. marius

    Je me mets à la place d’un Pro.
    Son métier c’est coureur cycliste. Il est payé pour cela, comme n’importe quelle autre profession.
    Lorsqu’un salarié est en déplacement, en Chine par exemple pour un salon ou le montage d’une machine (si ça existe) il ne paye rien de sa poche, heureusement.
    On va me dire, oui mais les stars du Foot lors d’une coupe du monde ou un championnat d’Europe, gagne moins qu’en club et ne se plaignent pas.
    Oui et non, car pour eux, c’est une vitrine et un moyen de se montrer et donc de se monnayer.
    Le Pro lambda sélectionné, qui sait que son rôle c’est prendre du vent, et qu’en plus sa tâche ingrate , va rapporter beaucoup d’argent aux diffuseurs. Franchement, qu’il doivent encore mettre 5000€ de sa poche…,non merci.
    Et que soit en Australie, au Canada ou en France, ne change rien à l’affaire,
    Il y a un trou dans la raquette, l’UCI doit revoir sa copie.
    Les coureurs sélectionnés doivent être défrayés, c’est le minimum.

  7. Vincent Courcy

    Pour les épreuves de Québec et Mtl, l’organisation débourse à grand frais les hébergements et les vols nolisés. Autrement, les coureurs et les équipes ne viendraient sûrement pas vu les coûts associés à un périple en « Amérique ».

    Qu’on le veuille ou non, le cyclisme est Européen, la quasi majorité des équipes sont Européennes et les plus grandes courses sont tous en Europe dans une distance plus petite que le Canada.

    C’est vraiment ahurissant de lire des commentaires comme celui de David Maltais, de connaitre aussi mal ce sport et penser que c’est aussi simple de le mondialiser de la sorte.

    Sylvan Adams, milliardaire, c’est rien pour lui un billet d’avion, il a même son jet privé qu’il pourrait offrir à ses coureurs. Mais non, ça serait aux fédérations, de l’argent public de surcroit qui devrait financer le voyage.

    Faudrait rappeler à Maltais et compagnie, que les contribuables paient aussi pour que les Crosby aillent pousser la puck 20 minutes aux Olympiques, mais son indignation s’arrête à Cyclisme Canada ça l’air.

  8. pat61

    Le financement des athlètes de haut niveau au Canada est une vrai joke, pas juste en cyclisme, dans tous les sports. Tu représentes le pays pour un championnat mais tu dois payer : pour avoir le linge au couleur du pays et tu n’as pas le choix, le transport, et un forfait pour les accompagnateurs (coach qui n’est pas le tient, peut être un soigneur, 1 ou 2 mécanos et oublie pas tes pièces de rechange et autre de la fédé) si c’est pour des compé de type Jeux (Olympique, Commonwealth, …) le linge est fourni …
    Sur que si tu es carté (athlète reconnus) tu as droit a quelque petite subvention et réduction impôts. C’est donc au parent à sortir le fric pour payer les besoins des jeunes, s’ils sont chanceux et réussissent à trouver des bienfaiteurs pour partager les frais là c’est jackpot. Tu coures en vélo (je prends exemple de MTB car je connais bien) tu fais la Coupe du Monde c’est 3 à 4 traversé aller-retour dans l’été et les billets avec extra (et oui le vélo), hébergement et bouffe, ça a un prix et cela est sans compter les courses National à travers le Canada, l’entretien et pièces du vélo. Pour les amateurs sans équipe tu dois faire le max de course pour avancer et les courses payantes pour les points UCI ne sont pas ici mais ailleurs de l’autre côté de l’océan.
    Vouloir être athlètes de hauts niveaux au Canada c’est des sacrifices a tout niveaux car la seule reconnaissance que tu auras c’est …… merci du bout des lèvres ….
    Oui il y a un gros ménage a faire dans les Fédé au Canada, juste a voir au hockey …..
    Merci à Sylvan Adams-Jean Bélanger pour la Route et Adam Morka (Canyon) et Kevin Haviland (Norco) en MTB pour permettre à nos coureurs de compétitionné a haut niveau.

  9. noirvélo

    Toujours l’argent … Chaque jeune passionné par son sport passe assez vite à la case « compétition » puis , en fonction de bons résultats , se met à rêver , professionnalisme , image , prestige , gloire et fortune … Ok , le problème , c’est lorsque les sportifs de toutes les disciplines , du foot au vélo en passant par l’athlé , la moto , le tir à l’arc , le biathlon , tout le monde veut des « pépets » , plus , toujours plus … N’oublions pas que la plupart du temps tous ces athlètes défendent des sponsors mais aussi un pays , une nation , mais en produisant surtout du spectacle , du « vent » , rien de concret , de matériel même si ça fait vendre des vélos , des raquettes de tennis , des skis … Le problème , c’est le nombre , la masse , qui veut des sous pour le moindre titre , le moindre résultat et les compétitions de toutes les disciplines confondues sont devenues trop nombreuses (même le vélo est devenu presque « saturé et saturant » du moins pour moi … Aujourd’hui , une crise (une vraie , apparemment!) , s’annonce et les budgets ont des priorités , l’écologie y met son grain de sel ( les avions vers l’Australie ne vole pas encore au « solaire » ) , alors perso , je comprends , j’accepte … et n’oublie en aucuns cas que le sport est avant tout vecteur de santé et de liberté mais pas d’argent et de gloire en priorité !!! Après , s’il manque de l’argent dans des caisses faudrait savoir où il va avant que le scandale éclate …
    J’ai vu un reportage hier soir sur les scandales financiers et sexuels dans la religion Bouddhiste et son  » gourou & prix Nobel » le charismatique Dalai-lama … Même dans cette institution basée sur la croyance et la philosophie , tout n’est pas rose … Faut-il être sponsorisé pour avoir le droit de prier et avoir sa place au paradis ?

  10. Edgar Allan Poe

    Cet article de Laurent amène à différentes réflexions.
    Il y a 3 ans, le président de mon club de cyclisme m’expliquait que pour une course FFC organisée par un club, il en va de 10€ l’engagement pour chaque cycliste…dont 1€ seulement qui va directement dans les caisses du club. Une misère pour les clubs dont certains ont pris la décision de laisser tomber les organisations, comme le mien qui n’organise plus que 2 cyclo-cross malgré plus de 130 licenciés de tous âges.
    Le reste du coût de l’inscription remonte à la FFC.
    Beaucoup de dirigeants de club ayant crié au racket, la fédération a tout simplement décidé de débrider le coût des inscriptions aux courses jusqu’à 15€ !
    J’ai interrogé plusieurs de ces mêmes dirigeants sur la destinée de l’argent qui remonte à la FFC, Une part non négligeable va bien aux déplacements de délégations sur les championnats européens, et mondiaux. Je n’ai toutefois par vérifié la ventilation comptable des dépenses de la FFC.
    Ces délégations sont de fait importantes : en Australie, il y a déjà 9 coureurs élite masculins et 7 filles au sein de l’équipe de France pour la course sur route. Vous rajoutez les autres épreuves (les juniors, les espoirs hommes/femmes, le CLM mixte, soit 11 épreuves au total ) et l’entourage nécessaire pour assister les sportifs.
    Cela génère une question certes un peu binaire mais importante : priviligie-t-on l’élite ou la pratique de masse, notamment celle des jeunes « non-fortunés » ?
    Les 2 victoires d’Alaphilippe ont-elles apportées beaucoup de choses à la FFC, en terme d’image, du nombre de licenciés, d’un engouement pour la compétition cycliste, par ex, comme lorsque l’équipe de France de foot gagne la coupe du monde ? Je connais la réponse!
    Je me suis livré à un petit calcul concernant la complainte que nous sert Van Aert. Si je fais un ration entre les 8000€ nécessaires à financer son trajet en classe affaire à destination de l’Australie par rapport à son salaire, et que je le compare au mien, il m’en couterait environ 85€ de ma poche pour financer le trajet A/R. Et je ne prends que son salaire en compte, pas ses revenus, comme lui en rapporte, j’imagine, le fait de faire de la pub pour une boisson « énergisante » qui est d’ailleurs loin d’être une boisson bénéfique à la santé de tout un chacun.
    Le fait que certains coureurs soient très correctement rémunérés depuis quelques années est une évolution respectable, mais il ne faudrait pas non plus qu’ils soient déconnectés des réalités du quotidien comme au foot ou dans quelques autres sports d’équipe ! Le vélo a toujours été préservé de ces dérives, pourvu qu’il le reste !
    Certes, ils porteront les couleurs de leur pays…mais s’ils performent, ils en tireront encore plus de bénéfice à titre personnel…
    Je précise que je ne connais pas Lefévère et qu’il n’a pas mon 06 !🤣🤣

  11. Edgar Allan Poe

    Désolé pour les fautes d’accord..

  12. marius

    Est-ce que les joueurs de l’équipe de France de Football payent quelque chose lorsqu’ils sont en sélection ?
    Zéro, ils touchent une belle prime, ainsi que la fédération, grâce aux droits télés colossaux.
    Il n’y a pas assez d’argent dans le cyclisme par rapport au spectacle proposé.
    Si j’étais Pro, je refuserais de payer pour faire un boulot gratuitement et qui en plus me coûte de l’argent: être acteur d’un spectacle qui est vendu à travers les droits télés, sans rien avoir en retour.
    Donc.
    Soit l’UCU budgétise le coût réel d’un championnat et trouvé des solutions pour le financer avec augmentation des droits télés par exemple , soit à terme, les championnats ne seront plus médiatisés et resteront dans la vieille Europe.

  13. Steph

    Quelques réflexions à chaud

    – On ne peut pas mettre en parallèle et encore moins en concurence les modèles économiques du foot et du vélo. Et quelque part je rajouterais : tant mieux !

    – Les droits télé sont indexés sur les audiences. A part le TdF pas sûr qu’il y ait grand monde devant le poste. D’autant que, malgré tous les efforts médicaux et technologiques pour favoriser le spectacle, ça reste quand même assez chiant le vélo à la télé. C’est comme la retransmission de la messe : il n’y a que des (vieux) pratiquants qui roupillent devant.

    – Du coup, c’est parce que les droits sont assez faibles que ce sont des petites chaines spécialisées qui les achètent pour meubler leurs grilles. Si les droits flambent il restera toujours le snooker et le bucheronnage.

    – Je vois deux types de sportif pro : les travailleurs indépendants (ex : tennis) et les salariés. Quand les salariés (foot, cyclisme) travaillent pour le compte de l’équipe de France, ils ne le font pas « gratuitement » puisqu’ils restent payés par leur équipe.

    – Quand un cycliste pro est sélectionné pour représenter son pays c’est qu’il fait parti du Top, donc il n’est pas au smic. Plus les rentes publicitaires qu’ils ont à titre individuel qui ne sont pas suspendues une semaine. Le sacrifice est tout relatif…

    – Au championnat du monde UCI, les maillots nationaux sont maintenant largement ouverts aux sponsors des coureurs…

    – Elite ou massification : En France, les deux mon général, dans un savant dosage filtré par l’Agence Nationale du sport et le CNOSF à travers la mise en place des PSF (Projets sportifs Fédéraux)

    • slam99

      « Quand un cycliste pro est sélectionné pour représenter son pays c’est qu’il fait parti du Top, donc il n’est pas au smic. »

      C’est tout relatif. Prenons une Coralie Demay de St Michel Aubert en sélection française (qui incidemment vient de remporter la dernière étape du tour de l’Ardèche), elle n’est peut-être pas au smic, mais elle ne roule pas sur l’or non plus. Tout au plus sur la pâte à madeleine. Et on parle d’un pays avec une grande tradition cycliste.

      • Steph

        Cépafo ! J’étais focus sur les gonzes.
        Chez les nanas c’est même un poil plus compliqué car certaines sont encore des » fausses pro », du moins en France, avec un boulot en CAE.

        On remarquera d’ailleurs que les fifilles ne se plaignent aucunement de devoir aller faire un CdM au pays des slips kangourous.

        Au final, l’article de l’Indépendant que met en lien Vincent Courcy plus bas, montre bien que le souci de ces CdM ne tourne pas qu’autour du fric, même si certains gus font un peu leur Diva.

      • noirvélo

        Steph , très vrai , très bien écrit et très drôle !

  14. selsien

    La délégation de Cyclisme Canada verras à ce que son transport, hébergement, Meet &Greet et tutti quanti soient au frais de la princesse, sans oublier leur salaires. Et vogue la galère!

  15. Vincent Courcy

    « […]partir au moins une semaine à plus de 15.000 km, encaisser le voyage en avion, le décalage horaire et un changement de saison -c’est le printemps en Australie- était au-delà de ses forces. Et il n’est pas le seul. » – Pedersen

    En passant, Hugo Houle est crâmé, il serait aller pareil crâmer si Cyclisme Canada avait payé les frais?

    https://www.lindependant.fr/2022/09/14/trop-loin-trop-cher-trop-tard-les-mondiaux-du-cyclisme-en-australie-boudes-par-les-coureurs-10543021.php

  16. noirvélo

    Une fois de plus , on s’aperçoit que le CdM est mal situé dans la saison , qui plus est , trop loin … Un calendrier ça se gère mais bon , avec l’UCI , on n’en est plus à une incompréhension près … Après , un Serbe ou un Porto Ricain qui a bien préparé son affaire va gagner et tout le monde va crier « au scandale » ! enfin , moi j’espère que c’est Girmay qui gagne …

  17. pat61

    Question pour les Européens, j’ai déjà lu et attendu que les athlètes de haut niveau avaient un salaire, ils sont dans la fonction publique, Julie Bresset était dans la gendarmerie ? Et attendu que Léona Lecomte avait également un arrangement semblable, si cela existe comment ça fonctionne ? Ici (Canada) si tu n’as pas de commanditaire ou ne fais pas partie d’une équipe pro c’est No Money, sort tes sous de ta poche fais des soupers spaghetti et évènements pour pouvoir aller faire des évènements, et cela n’est pas juste pour le vélo mais tout les sports ….

    • Steph

      Dans les autres pays d’Europe je ne sais pas, mais en France :

      Le Ministère des Sports via ses Directions Régionales valide sur proposition des DTN fédéraux :

      dans le secteur public : conventions d’aménagement d’emploi (CAE)
      accords-cadres avec 5 ministères :défense, intérieur – police nationale, Budget – douanes, Education nationale et Justice – administration pénitentiaire.

      dans le secteur privé : conventions d’insertion professionnelle (CIP) EDF, ENGIE, LA POSTE,
      Boucherie-Charcuterie « A la saucisse gourmande » etc…

      Concrètement : Emploi à mi-temps payé plein-temps. Mis à la dispo des fédés le reste du temps.

      A NE PAS CONFONDRE avec les emplois fictifs dont se rendent coupables certains maires avec des footeux gras du bide et qui poussent péniblement la baballe en division départementale 5 heures par semaine et militent politiquement ou font office de nervi par ailleurs le tout avec un contrat d’agent des services techniques,

    • noirvélo

      En biathlon ou en ski alpin ils ont des arrangements avec les douanes ou la gendarmerie , ils ne sont donc pas à plaindre , ils vivent de leur passion au grand air … Après , évidemment il y a les gros sponsors , Fourcade a pu en bénéficier ! Maintenant , si tu n’es pas assez bon , faut pas pleurer , tu fais autre chose comme nous tous …

  18. Vincent Courcy

    La venue des professionnels tant dans les championnats qu’aux olympiques changent la donne. Le financement public vs le privé.

    Que se soit un ou l’autre, ce n’est pas aux athlètes ni aux contribuables à payer la note.

    C’est le financement, le sponsoring, la mise en marché de ce sport, l’ensemble des problèmes. La solution est là-dedans et non simplement en envoyant la facture en haut dans la hiérarchie.

    Les équipes pro pourraient très bien contribuer à un fond pour les championnats à partir du budget initial. Si une organisation comme Québec et Mtl peuvent payer des vols nolisés et l’hébergement, je vois pas pourquoi l’organisation des CdM ne pourraient pas faire la même chose.

    • marius

      +1 Vincent Courcy.
      On appelle cela, faire un budget prévisionnel.
      A partir du moment, ou de l’argent est généré par un championnat, grâce aux acteurs sportifs, encadrement, le minimum c’est qu’ils soient défrayés.
      Certes à l’étape du Tour, les participants dépensent de l’argent (engagement, hébergement, transport) au profit de l’organisateur (environ 1million d’Euros dé bénéfices). Mais personne n’oblige à y aller et la valeur sportive et toute personnelle.
      Selon moi, le rôle des fédérations nationales serait d’aider et d’accompagner les athlètes amateurs, surtout les jeunes. A partir du moment où ils sont professionnels, c’est le modèle économique des Pros qui prend le relais.
      S’il n’y a assez de sponsoring, droits télé pour défrayer les coureurs et encadrement, alors plus personne n’ira.

  19. dartmouth11

    Il y a qques commentaires qui font rire: « Cyclisme Canada est probablement dû pour un très grand ménage. » Tous les imbéciles précedents sont encore bien installés dans l’UCI, en fait, ils y gravites (voir Lausanne et le grand mince qui perd plus son temps sur linkedin que sur son travail). Il y a menage après menage, année apres année avec des conneries dy team raceclean et equipe de piste sur route en europe pour quelques amis. C’est la chaise musicale en Ontario avec une connaissance provinciale de route anémique…vs la FQSC.

    « De l’argent? Il y en a, de l’argent, mais Cyclisme Canada n’est pas capable de convaincre, apparemment. Pourtant, des sponsors investissent dans le cyclisme, j’en ai moi-même la preuve avec mon équipe cycliste. » Encore une fois je ris…. il y a pas une maudite cenne corporative, apres les olympiques, les commandites personnel, les grands evenements il n’y a que des commandites d’amis. Voyons. Premier Tech est un exemple, Commandite de chum. On ne parles pas ici de petites commandites de chum. Ca prend une voiture du cah d’essences, des montures, un mecano, au moins un salaire a plein temps. Meme une quipe femme conti ne peut meme pas payer ca… honnetement. Un kid pouvait finir son annee avec 5,000$ balles dans les poches dans les années Evian et Trek Volks, aujourd’hui c’est une tripe et un dentier, soyons serieux. ON se bat entre federation pour des pequadilles et une bouteille de sirop d’erable. Le vrai champion ici a la base c’est justement Mr Arsenault qui devrait etre salué, le velodrome Adams aussi, disons le, qui va enfin donné une volée magistral au trou sans fond qu’est Milton…

    « Avec seulement quelques mois d’existence, j’ai bien l’impression que l’initiative Bridge The Gap a déjà fait plus pour le cyclisme sur route au Canada que Cyclisme Canada depuis des années. » WTF, Bridge the gap est aussi vieux que Sylvan Adams… c’est ce programme qui a payé le salaire des coachs temporaires des worlds, des semaines d,intergrations en Israel, des FOrd Escort et maillot cheap de route…

    La selection pour les GPQCM devrait deja indiquer comment « le coach » connait son sport de route… yikes, genant.

    L’esprit de l’article est correct mais il est rempli d’erreur.

  20. pat61

    Oui les Fédé Provincial et Fédéral c’est un gang de chum et ti n’amis, en Coupe du Monde les jeunes ne sont pas juste sélectionnés pour leur performance, qui est son entraineur peut (beaucoup) jouer dans la balance, mais cette année au Fédéral en MTB Cat Pendrel c’est impliqué beaucoup et il y a des changements positifs, a Mt St Anne Raf Gagné à rouler avec l’équipe Québec pour les reconnaissances du parcoures un pro dans son terrain de jeux quoi de mieux pour apprendre. Certains retraités du sport veulent donner aux jeunes. On est encore à des années d’avoir un vrai soutient au jeune et l’implications des anciens pas en tant que coach mais mentor pour développer les tactiques et sens de la course serait un bon début, dans les derniers 10 ans les pros sont plus nombreux pourquoi pas profité de leurs expériences, bien beau avoir de la puissance encore faut-il bien l’utilisé au bon moment.
    Et les Fédé (prov et fédéral) devraient soutenir les juniors et U23 en Élite se sont les coureurs pros qui sont éligibles pour aller au Championnat il n’y a plus de coureur indépendant ou de petites équipes qui sont assez haut dans le classement UCI pour bien représenter (selon cyclisme Canada) le pays …… et pourquoi se ne serais pas les équipes pros qui payerait pour les Élites se sont eu qui veulent avoir le champion dans leur équipe …….

  21. Les cyclistes devraient prendre exemple sur ce coureur à pied avant d’accepter une sélection pour un championnat du monde aux antipodes.

    https://www.20minutes.fr/sport/4001326-20220915-trail-britannique-andy-symonds-renonce-mondiaux-thailande-eviter-aggraver-bilan-carbone

    • marius

      Prise de conscience nécessaire.
      Que dire de la grande messe annuelle des triathletes de tous âges, vers l’ironman d’Hawai.

    • C’est un peu la honte… Quelle ambiance.

      Parmi les justifications : « Parce que les hommes vont défendre leur titre cette année, encore une fois. »

      Sur le CLM, la première Française est 11ème et le premier Français 10ème.

      Allez, vivement le CLM par équipe mixte…

      • marius

        Ce n’est effectivement pas justifiable, même si les féminines étaient au courant et comprenaient la démarche. Ça fait cheap quand même, par rapport à l’équipe de France de football qui a les moyens d’affréter un avion complet.
        Et Pogacar, il a voyagé en première dans un grand lit avec EAL 😅 ?

  22. Wolber

    Lorsqu il y a une dizaine d années , les championnats avaient déjà eu lieu en Australie , je n ai pas souvenir de tout ce tintouin.
    Les mentalités des coureurs et les finances des fédés ont probablement … évoluées

  23. Edgard Allan Poe

    EAL? Exploration d’une Anomalie Lipidique ?
    Faute de frappe ? 🤔🙄🤨😁
    Madiot, sur une radio grand public, a justifié cette différence de traitement par le fait que les hommes joueraient la gagne et pas les féminines, poussant le raisonnement jusqu’à affirmer qu’à l’inverse, si les équipes de France VTT étaient parties en Australie, les filles auraient été en première classe (PFV et Loana Lecomte) et les hommes en seconde.
    On connait sa légendaire galanterie depuis sa saillie mémorable sur Jeannie Longo et le cyclisme féminin sur le plateau d’une émission post-étape du Tour de France. Il semblait s’être amendé depuis, mais ce n’était probablement qu’une posture, notamment lié au fait qu’il y a une équipe féminine à la FDJ!
    C’est surtout mal connaître le VTT : Jordan Sarrou était champion du monde en 2020. Koretsky 3 ème l’an dernier. Titouan Carod 3 eme aussi en 2020
    Ce dernier m’a fait exploser hier sur une cyclo… Gros tempérament, gros physique… 🥵🥵

    • marius

      EAL = Emirate Air Line
      J’ai bon ? 🤓
      Je ne sais pas si c’est encore le cas, mais de nombreux pilotes de F1 ou patron de F1, voyage en Jet Privé.
      A la location, affréter un long courrier sur un Paris Sydney aller retour, coûte environ 600000€.
      400000€ en Jet Privé.

      • Edgar Allan Poe

        Comme j’ai été doublé (et encouragé) par Pogacar dans la Croix de fer, une semaine avant le tour et que je m’en suis ouvert, je pensais que tu me chambrais… (AEL… AEP) 🤣🤣🤣

    • Xavier B

      Salut EAP ! Juste en passant comme ça, dis, PFV, qui est-ce ? Pauline Ferrand-Vrérot ? Décidément on s’emmêle parfois les pinceaux avec tous ces sigles ! Vivement qu’on se repose les méninges en regardant WVA, MVDP et consorts briller lors des CDM de l’UCI ! 😁 Bonne journée à toutes et tous

      • marius

        Pauline Ferrand Prévôt qui vient de remporter son troisième titre de championne du monde 2022.
        XCC short track
        XCO cross country
        XCM marathon
        Elle est alignée sur le championnat du monde de Gravel.
        Mais pour les médias, ça compte pour du beurre

  24. Xavier B

    CQFD

  25. Edgar Allan Poe

    Yes, miss Pauline Ferrand-Prevot.
    Il ne faut pas oublier son titre de championne du monde sur route 2014 et celui de championne du monde de cyclo-cross. Il ne lui manque que le titre en C.L.M… pardon, Xavier, Contre-La-Montre… 😉😁
    qu’elle a quand même gagné 3 fois au niveau national. Je suis totalement admiratif d’une telle palette de compétences au plus haut niveau international, sachant que chaque discipline demande à minima une adaptation physiologique ne serait ce qu’en terme de position de pédalage.
    Aucun équivalent à l’heure actuelle au niveau masculin : Pidcock peut toujours courir… !

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.