Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Mois : février 2005 Page 1 of 2

Deux courses, quatre révélations…

Très beau week-end de course en Belgique avec deux courses très difficiles en raison du vent, de la pluie et surtout du froid, des conditions météo qui auront permis une sélection impitoyable et deux beaux vainqueurs.

On retiendra du week-end la très belle lutte entre deux équipes, Quick Step d’une part avec les Boonen, Knaven, Hulsmans, Nuyens et Discovery d’autre part, avec les Hincapie, Ekimov et Devolder. Et au final, un match nul puisque c’est Nuyens qui s’impose sur le Het Volk et Hincapie sur K-B-K. Rabobank et Davitamon-Lotto ont, dans cette lutte, fait figure honorable un moment, pour perdre cependant pied dans les moments décisifs. Il faudra néanmoins compter sur ces deux autres équipes sur les Classiques d’avril.

Les révélations maintenant : Nuyens (24 ans), Devolder (25 ans) et Vam Impe (23 ans) assurément, voire Hulsmans (26 ans). Nuyens, pour la manière de sa victoire samedi, acquise en solitaire dans une course très dure, et avec un peloton entier à ses trousses. Parti seul à 15 bornes de l’arrivée avec comme seule intention de préparer le sprint de Boonen en forçant les autres formations à chasser, il ne fit qu’accroître son avance – excusez un peu – jusqu’à la ligne, triomphant avec 14 secondes d’avance sur son leader Boonen qui mis un point d’honneur à compléter le tableau pour Quick Step, prouvant de ce fait à ses équipiers qu’il est en ce moment digne de confiance.

Devolder, pour son travail incroyable au cours des deux courses du week-end. Membre de l’échappée royale partie avec 65 kms à faire dans le Het Volk samedi, il trouvait encore la force d’attaquer dans le final avant que Nuyens ne s’envole pour de bon, ne baissant les bras qu’une fois qu’il eut compris que ce dernier ne serait plus revu. C’est qu’on tergiversait alors derrière à savoir c’était à qui de chasser ce Quick Step devant, sachant qu’on emmenerait alors un Boonen dans un fauteuil jusqu’aux 200 m. C’est ainsi que Rabobank, Discovery et Davitamon-Lotto préférèrent jeter l’éponge, jurant toutefois qu’on remettrait la monnaie de la pièce à ces Quick Step rusés.

Ce qui fut fait aujourd’hui dans K-B-K puisque c’est Devolder lui-même qui se chargea de « cuire » Boonen dans le final, lançant attaques sur attaques. C’est ainsi que probablement un peu fatigué de la veille, Boonen s’est éteint avant de voir Kuurnes. Ce travail de Devolder permis à Hincapie de ne plus être inquiété par le meilleur sprinter du moment et de répondre en toute tranquilité d’esprit à une attaque de Van Impe dans les tous derniers kms, assuré qu’il était de le battre au sprint. Sacré Georges ! pas facile de lui faire comprendre que pour gagner, il faut attaquer!

Kevin Van Impe (le neveu de Lucien Van Impe), pour son excellent final hier. Sans lui, Hincapie serait probablement resté « au chaud » dans le groupe de tête. À 23 ans, ce Van Impe a donc un bel avenir devant lui, même si cet avenir semble ne pas être dans le même registre que celui de son oncle, 6 fois meilleur grimpeur du Tour…

Enfin, Hulsmans, pour son incroyable travail d’équipier tout au long du week-end. Boonen et Nuyens peuvent lui dire merci.

Bref, pour Discovery et Quick Step, ca baigne en ce moment. DeMol et Bruuynel, en particulier, seront très contents de cet excellent week-end de course, car il est toujours utile de gagner tôt en saison avec un nouveau sponsor. Ca rassure l’investisseur et ca met en confiance l’équipe. Avec Armstrong qui débarque bientôt sur Paris-Nice et sur le Ronde, c’est à se demander si on ne va pas avoir des problèmes pour désigner le leader chez les Américains ! Et puis, le week-end apporte également la preuve que chez Discovery comme chez US Postal avant, on sait très bien récupérer de ses efforts rapidement…

Quick Step se renforcera également au cours des prochaines semaines avec l’arrivée en forme de Bettini, notamment.

Quelques autres nouvelles d’importance :

1 – victoire d’un revenant, Rik Verbrugghe de chez Quick Step (décidemment, beau week-end pour eux…) sur le Grand Prix de Lugano en Suisse. Un événement qui aurait pu passer inaperçu mais qui sera surement significatif dans les Classiques à venir… Verbrugghe peut en effet rouler très vite et ce, longtemps, faisant de lui un excellent poisson-pilote pour Boonen sur une Via Roma…

2 – victoire d’étape (sa 3e) et au général de Petacchi sur le Tour de la Communauté de Valence. Petacchi semble très fort en ce début de saison, engrangeant les victoires avec une facilité déconcertante. Un autre client sur la Via Roma dans 3 semaines, qui plus est qui bénéficie d’une équipe très rodée pour amener les sprints…

3 – je sais pas vous, mais nous, on trouve ce vélo tout simplement sublime. C’est fluide, c’est propre, c’est beau, c’est sobre, c’est la très grande classe quoi !

Les nouvelles pour le week-end

Les nouvelles d’importance à connaître pour passer un bon week-end!

1 – très bientôt, La Flamme Rouge fera peau neuve! Un nouveau « look », de nouveaux liens, un site actualisé et – on l’espère – plus fonctionnel. À suivre donc dans les prochaines semaines (d’ici mi-mars). Vous retrouverez évidemment une page spéciale consacrée à notre pool de cyclisme.

2 – ouverture des Classiques en Belgique ce week-end donc. Et toute une ouverture puisque la météo s’annonce coton : un vrai temps de « flahutes », un temps pour les durs de durs, pour les « guerriers » puisqu’on annonce un maximum de… 3 degrés sous les nuages, avec des averses de neige possible. Dans ce contexte, les 200 bornes et les 8 monts à franchir du Het Volk font faire très mal. Ce qui est rigolo, c’est de relire aujourd’hui notre présentation de la course 2004 (disponible ici) : les conditions annoncées étaient très similaires, avec un temps froid et un parcours identique. On vous suggère donc de retourner à notre texte 2004 pour en savoir plus sur le Het Volk du week-end.

Rappelons enfin que l’an dernier, le Het Volk avait été carrément annulé à la dernière minute en raison des conditions routières glacées sévissant en Belgique à ce moment.

Dimanche, pour Kuurnes-Bruxelles-Kuurnes, ce ne sera pas beaucoup mieux. Si les sprinters sont d’habitude plus à la fête sur cette épreuve étant donné le faible nombre de monts à passer et les 45 kms disponibles après le dernier d’entre eux pour « recoller » au peloton, ce sera assurément un costaud qui s’imposera là-encore. L’an dernier, c’est Steven de Jongh (Rabobank) qui l’avait emporté devant Paolo Bettini et Gerben Lwik.

Cyclingnews tiendra évidemment des live report de ces courses.

3 – à ne pas manquer, cette entrevue avec deux vrais « flandriens », Serge Baguet et Peter Van Petegem de chez Davitamon-Lotto. Des coureurs qui devraient être devant ce week-end…

4 – il est connu qu’à La Flamme Rouge, on aime bien la Québécoise Lyne Bessette. Après avoir annoncé son retrait de l’équipe Quark plus tôt en février, un geste qu’on avait eu du mal à comprendre à l’époque, Lyne annonçait hier son partenariat avec les sociétés Louis Garneau et Sports Experts pour la saison 2005. Voilà certes une bonne nouvelle pour elle car cette situation lui permettra de faire ce qu’elle veut en 2005, c’est à dire de « lever un peu le pied » et de se concentrer uniquement sur des projets qui l’intéresse. C’est ainsi qu’on la verra au départ de courses de… VTT plus tard cette saison, une nouvelle discipline pour elle. Rappelons toutefois qu’elle se défend déjà bien en cyclo-cross, une discipline qu’on pourrait juger à mi-chemin entre le cyclisme sur route et le vélo de montagne.

Saluons donc surtout ici l’initiative de Louis Garneau et de Sports Experts qui investissent dans une athlète de premier plan. On ne parlera jamais assez de l’importance, pour les athlètes, de pouvoir compter sur le soutien financier et matériel de grandes sociétés comme celles-là et espérons que cet engagement donnera des idées aux autres grandes compagnies, notamment celles oeuvrant de le domaine du sport. Rona, Volkswagen et Tim Hortons sont les 3 autres sociétés qui, à notre connaissance, ont investi massivement dans le cyclisme au Québec ou au Canada.

Pour revenir aux cyclistes québécoises, il est intéressant de constater que les deux meilleures – Bessette et Jeanson – courront donc en 2005 pour leur compte personnel, sans équipe. Pourrait-on voir dans cette situation l’amorce d’un projet visant à les retrouver sous le même maillot en 2006, et au sein d’une grande formation québécoise qui prendrait sa place dans les grandes épreuves internationales ? C’est un projet qui aurait, en tout cas, de la gueule… mais on ne voudrait pas avoir à choisir l’entraineur!

5 – on vous parlait récemment des Ridley qui nous apparaissent être les vélos de l’heure dans le monde du cyclisme sur route. Cette société équipe d’ailleurs la formation Davitamon-Lotto en 2005. Voici une évaluation du Damocles, le fleuron de la gamme. Les prix de ces vélos apparaissent raisonnables, ce qui est une caractéristique toujours intéressante.

UCI et organisateurs des grands tours: le litige se poursuit

Le différent opposant l’UCI et les organisateurs des trois grands tours (France, Italie et Espagne) se poursuit, malgré la multiplication des rencontres, la dernière en date ayant eu lieu aujourd’hui à Zurich.

Le litige porte essentiellement sur la sélection des équipes pour ces courses. Les organisateurs ont eu l’habitude, depuis la création de leur épreuve, de jouir d’une totale liberté (ou presque…) quant aux équipes qui étaient, ou non, invitées. C’est ainsi, par exemple, qu’on a pu sur le Tour de France jouer la carte de la préférence nationale ces dernières années. Sur le Giro, il y a toujours eu un fort contingeant d’équipes italiennes, là encore sur décision de l’organisateur.

L’introduction du ProTour est vue comme une tentative par l’UCI d’acquérir ce droit de sélection puisque le principe même du ProTour exige que les 20 équipes – et seulement les 20 équipes – de ce circuit aient accès à toutes les épreuves sélectionnées. Les organisateurs des trois grands tours seraient donc forcés, s’ils acceptent ce nouveau programme, de permettre aux équipes ProTour – et seulement à ces équipes – de participer à leurs épreuves, sans pouvoir en inviter d’autres sous des critères de préférence nationale ou d’éthique.

L’autre sujet de discorde est les droits d’exploitation. L’UCI exige que les organisateurs achètent, à très fort prix bien sôr, une licence ProTour pour leurs épreuves, les privant ainsi d’une partie des recettes qui iraient désormais directement dans les poches de l’UCI qui passe du coup à la caisse. Les organisateurs des trois grands tours veulent évidemment conserver leur liberté dans ce domaine, ne voyant pas très bien à ce jour (et nous non plus!) ce qu’une licence « ProTour » pourrait bien leur apporter de plus…

Bref, la polémique se poursuit, malgré les affirmations rassurantes de M. Verbruggen, de sorte qu’on peut toujours affirmer aujourd’hui que le ProTour est loin de faire l’unanimité dans le cyclisme…. Il apparaît de plus en plus que ce projet est surtout une tentative de faire de l’UCI l’équivalent pour le cyclisme de ce qu’est Formula One Holdings de Bernie Ecclestone dans la F1.

Petacchi atomise!

1 – Alessandro Petacchi a remporté aujourd’hui avec une aisance impressionnante la 1ere étape du Tour de la Communauté de Valence en Espagne, quelques jours seulement après son succès au Trophée Luis Puig. Nul doute qu’il sera un grand client de Milan San Remo, surtout s’il dispose d’une forte équipe Fassa Bortolo autour de lui. Pour ses adversaires, il faudra s’attacher à le piéger dans les Cappi avant le Poggio…

2 – intéressante entrevue avec Franco Pellizotti qui appartient à la nouvelle formation Liquigas-Bianchi. 3e du Tour Med, il sera probablement aux avant-postes de Paris-Nice dans une dizaine de jours.

3 – intéressante entrevue avec un très grand professionnel, Erik Zabel, qui visiblement est très réaliste sur la saison 2005. Coureur au palmarès plus que respectable (4 Milan SanRemo, excusez un peu…), il incarne désormais le capitaine de route de la formation T-Mobile. Si Jan Ullrich pouvait s’en inspirer un peu!

4 – intéressante entrevue avec John Lelangue, 34 ans seulement, directeur-sportif de l’équipe Phonak, récemment ré-intégrée au ProTour. Pourra-t-il relancer la carrière de Botero ?

5 – c’est la guigne pour l’ex-champion du monde Astarloa, qui sera absent du peloton pour une durée de 3 mois suite à une chute qui lui a causé une fracture à un bras. Voilà une bien mauvaise nouvelle pour lui d’abord, mais aussi pour son équipe BarloWorld qui comptait beaucoup sur son leader pour se faire voir en 2005 et éventuellement prendre du galon en 2006.

La Française des Jeux joue gagnant…

Il n’y a pas à dire mais Marc Madiot et son équipe La Française des Jeux engrangent les succès depuis le début de l’année, et ca fait plaisir à voir. Le bal a été ouvert par Francis Mourey, consacré en janvier champion de France de cyclo-cross, ce qui a dô beaucoup faire plaisir aux frères Madiot qui vouaient, lorsque coureurs, un attachement bien réel à cette discipline des sous-bois.

Ca s’est poursuivi à l’toile de Bessèges, dont la 1ere étape et le classement général final ont été remportés par Frédéric Bichot. Philippe Gilbert a ensuite remporté la 2e étape du Tour Med et a récidivé ce week-end en s’adjugeant le Tour du Haut-Var, première manche de la Coupe de France. Et Bernard Eisel, un autre jeune, a animé avec brio le Tour de l’Algarve, remportant 2 étapes.

Ajoutons à cela une belle 4e place dans le clm par équipe du Tour Med ainsi que l’élection de Marc Madiot à la présidence de lêAssociation des groupes cyclistes professionnels français, c’est vraiment tout un début de saison que cette équipe réalise et ce, sur tous les plans. Voilà qui laisse présager un excellent Paris-Nice, première épreuve du ProTour et qui sera donc le premier véritable test dans un niveau de compétition très relevé.

Et on aime les explications de Madiot suite à tous ses succès : « Il y a d’autres éléments pour expliquer notre réussite: des jeunes qui grandissent bien et qui sont bons, des adversaires qui vont parfois moins vite et une dynamique de la victoire qui habite maintenant chacun des coureurs. C’est également vrai sur le front du Tour d’Algarve, au Portugal. »

Des adversaires qui vont parfois moins vite, Marc ?… Voilà qui nous fait rudement plaisir, car cela nous donne espoir que tout n’est pas perdu pour le cyclisme!

Lancement du pool de cyclisme 2005!

Ca y est, il est arrivé ! Comme au cours des deux dernières années, La Flamme Rouge vous invite à participer à notre pool de cyclisme, un petit jeu amusant vous donnant une bonne raison de suivre l’actualité cycliste en cours d’année.

Comme d’habitude, le principe est le même : vous disposez de 700 points pour vous constituer une équipe de 9 coureurs, vos coureurs. Dépendemment du succès de ces derniers, vous marquerez plus ou moins de points sur les courses sélectionnées du calendrier. La personne qui aura constitué l’équipe qui, après le Tour de Lombardie en octobre prochain, aura rassemblé le plus grand nombre de points sera déclarée vainqueur de ce petit jeu, et donc le successeur de notre ami François Bérubé, vainqueur l’an dernier. Aucun échange ou remplacement de coureurs n’est permis en cours de saison.

Peu de changements donc par rapport à l’an dernier, si ce n’est que vous devez désormais choisir 9 coureurs, et non 10 comme la saison précédente. Après de longues réflexions, nous avons décidé de faire un pied de nez au ProTour et de conserver au calendrier de belles épreuves désormais reléguées au calendrier « continental européen ». Nous avons aussi gardé notre propre système de dotation, les années précédentes nous ayant apporté la preuve qu’il est bien rodé.

Bref, vous avez jusqu’au 5 mars prochain pour soumettre votre équipe. Après quoi, les jeux seront faits ! Le lien « pool de cyclisme » sur cette page sera bientôt mis à jour.

Le fichier EXCEL avec tous les détails nécessaires afin de participer à notre petit jeu est téléchargeable ici. À tous, bonne chance!

Armstrong a la justice aux fesses!

Lance Armstrong annoncait plus tôt cette semaine sa participation à Paris-Nice. Elle pourrait être l’occasion de surprises plutôt désagréables, un juge français cherchant par tous les moyens à l’auditionner dans l’affaire Simeoni. Rappelons que ce coureur italien a porté plainte contre Armstrong pour diffamation publique suite aux événements du Tour 2004.

On apprend par ailleurs dans l’article du Monde qu’Armstrong aurait « renouvellé sa confiance » envers le docteur Ferrari, son « ami de longue date ». Pourrait-on y voir un lien avec sa décision de participer au Tour 2005 ?

Quoi qu’il en soit, voici les déclarations de Jean-Marie Leblanc suite à l’annonce de la participation d’Armstrong au Tour 2005. On peut pratiquement y voir un aveu que les précédents Tours ont été assez pauvres d’intérêt…

Vers un 7e sacre ?

1 – Lance Armstrong a annoncé aujourd’hui qu’il serait au départ de la Grande Boucle en juillet. Ce n’est pas une surprise, bien que l’Américain aura entretenu le doute pendant quelques mois. Nous avions toujours pensé qu’il serait difficile pour un sponsor comme Discovery qui injecte dans son équipe des sommes considérables de se priver de la publicité qu’un Armstrong lui rapportera en s’alignant sur le Tour…

Ceci étant, c’est un geste courageux de l’Américain car cela signifie qu’il remet sa couronne en jeu ; un échec, et nombreux sont ceux qui pourraient penser que le champion fait l’année de trop. Aux tats-Unis, on aime les « winner » et Lance aura beaucoup à perdre en cas d’échec.

Son programme sera donc sensiblement le même qu’en 2004, à l’exception de Paris-Nice qu’il courra début mars pour préparer son Tour des Flandres, course pour laquelle nous sommes convaincus qu’il nourrit des ambitions. Il devrait ensuite s’aligner au Tour de Georgia aux tats-Unis fin avril, puis probablement au Dauphiné début juin. S’il devait être très en forme début avril, il y a fort à parier qu’il fera également les quelques classiques après Paris-Roubaix, comme l’Amstel par exemple.

2 – intéressante entrevue (2e partie) avec Giuseppe Martinelli, directeur sportif chez Lampre-Caffita et ex-directeur sportif de Marco Pantani.

3 – Iban Mayo a annoncé un programme allégé jusqu’au Tour de France, ayant décidé de faire l’impasse sur le Dauphiné pour plutôt faire le Tour des Asturies. C’est selon nous une erreur, car le manque de compétition est pire encore que la perte de quelques énergies sur de telles courses. Le temps nous dira s’il a eu raison, mais c’est une approche qui n’a généralement pas eu beaucoup de succès jusqu’ici.

Haimar Zubeldia sera le leader de la formation Euskaltel sur le Giro.

4 – Vandenbroucke devrait faire sa rentrée au Critérium International. Rappelons qu’il a déjà annoncé qu’il ferait l’impasse sur les Classiques d’avril, s’estimant trop à court de condition. tant un coureur de classiques justement, on se demande quels seront les nouveaux objectifs de Franck en 2005. Le Tour ? Il est probable que son équipe n’y participe même pas!

5 – voici un beau vélo. Pour avoir eu l’occasion d’inspecter de près des cadres Ridley récemment, force est d’admettre que cette compagnie fait une perçée remarquée dans le monde du cycle de haute gamme. Finition excellente, peintures magnifiques, choix de taille, gamme alu et carbone, prix très attractifs, les Ridley ont décidemment tout pour plaire en ce moment.

6 – ils sont de plus en plus nombreux à dénoncer toute l’incohérence du système de pointage du ProTour, chose que fait La Flamme Rouge également. Nous avons en effet récemment eu l’occasion de se pencher sur ce système à l’occasion de notre travail pour préparer le pool 2005. Et force est d’admettre qu’on a l’impression, en prenant connaissance de ce système, que le travail a été baclé par l’UCI. Voyez vous même :

– victoire au général du Tour de France : 100 pts.
– victoire au général du Giro ou de la Vuelta : 85 pts.
– victoire au général du Tour de Suisse, ou d’une grande classique : 50 pts!!!
– victoire à la course sur route des Championnats du monde : 50 pts.
– victoire aux autres épreuves : 40 pts.
– victoire d’étape sur un grand tour : 3 pts!!!
– victoire au clm des Championnats du monde : 0 pts!!!

Ainsi, le coureur qui remportera en 2005 le GP de Plouay, la Hew Classic ainsi que Gent – Wevelgem marquera d’office 120 pts, alors qu’Armstrong en engrangera que 100 s’il remporte le Tour… Plus encore, le coureur qui remportera le GP de Plouay cette année engrangera plus de points que celui qui remportera pas moins de 10 étapes sur les grands tours!

M. Verbruggen et son ProTour ? Une vraie honte… Fort heureusement, il devrait quitter la présidence de l’UCI à la fin de l’année.

Beaucoup de nouvelles en vrac

Nous avons négligé l’actualité cycliste ces derniers jours, si bien qu’on a beaucoup de nouvelles à commenter :

1 – vous êtes nombreux à nous demander si le pool de cyclisme sera de retour cette année. Rassurez-vous, le fichier devrait être en ligne dans les prochains jours tout au plus. Date limite pour déposer son équipe : le 5 mars prochain.

2 – Lance Armstrong a annoncé qu’il sera au départ de Paris-Nice, après 7 ans d’absence (il avait pris le départ en 1998 pour son grand retour mais avait rapidement abandonné). Il est évident qu’Armstrong voudra se tester lors de cette course, comme à son habitude (il se teste toujours sur une course mineure avant un rendez-vous important). Le prologue de 4 kms dans les rues d’Issy les Moulineaux ainsi que les étapes du Faron (vendredi) et de Cannes (samedi) seront probablement celles qu’il fera à fond.

2 – le Tour Méditéranéen a été remporté par Jens Voigt et une puissante équipe CSC qui est en train de nous habituer de les voir à l’avant-plan tôt en saison (cette équipe avait remporté l’épreuve en 2004 avec Jorg Jaksche). Belle victoire acquise à la fois grce à un homme en forme, Voigt, et une équipe homogène (lors du CLM par équipe).

Parmi les révélations de l’épreuve, on note Franco Pellizotti, auteur d’une belle 3e place au général, Thomas Lvkvist d’une 5e place, Thomas Dekker, tout juste sorti des rangs amateurs d’une 6e place ainsi que la 11e de Philippe Gilbert. Performances honorables des Brochard, Julich, Erik Dekker, Rebellin et Kirchen. Deux déceptions sont selon nous perceptibles, celle concernant Cipollini d’une part, qu’on aurait aimé voir davantage aux avant-postes dans les sprints, et celle de McGee d’autre part, relégué dans les profondeurs du classement.

3 – en Espagne, la Ruta del Sol est disputée avec la présence d’une équipe Discovery en rodage, notamment Ekimov, Hammond et Hincapie qui seront des Classiques. Le général est comme d’hab monopolisé par les coureurs espagnols qui se tirent la bourre (10 Espagnols aux 10 premières places pour l’instant!). Qu’à cela ne tienne, les enseignements sont à tirer du côté de ceux qui préparent les Classiques d’avril. On en saura plus dans les prochains jours, avec des étapes plus accidentées. À noter également que Discovery envoie une équipe sur le très prochain Tour de l’Algarve, avec José Azevedo et Yaroslav Popovych en tête d’affiche. Considérant qu’Armstrong avait entamé sa préparation 2004 de la même manière, doit-on y voir un signe qu’Armstrong ne sera pas au départ du Tour en 2005 et qu’Azevedo ou Popovytch seront les leaders de la formation à ce moment? On pourrait en savoir plus très bientôt

Quoi qu’il en soit, le Tour d’Algarve nous réservera aussi de beaux duels et nombre d’enseignements pour la suite de la saison car la qualité du plateau est excellente…

4 – intéressante interview avec l’ancien champion du monde 2003 (à Hamilton) Igor Astarloa, qui a intégré cette saison la modeste formation Barloworld.

5 – autre entrevue à ne pas manquer, celle de Mario Chiesa, coéquipier de Marco Pantani chez Carrera Jeans-Tassoni au milieu des années 1990. C’est court, mais intéressant car l’homme a bien connu le champion.

6 – le prometteur coureur ibérique José-Antonio Pecharroman fera 2 grands tours en 2005, soit le Giro et la Vuelta. Auteur d’une belle saison 2003, il est passé complètement à côté en 2004 et voudra donc se reprendre cette saison, qui plus est parce qu’il est en fin de contrat chez Quick Step ! Le parcours montagneux du Giro devrait lui permettre de montrer ses qualités de grimpeur…

Récit d’une Loppet ratée…

7h15 : le réveil sonne. Mal dormi, je ne suis pas dans mon lit. J’entends le vent dans les arbres. À 7h15 du mat’, ca promet. Me lèverait plus tard…
7h30 : ma belle-mère me réveille. Je suis crevé. Allez, un effort.
7h35 : MétéoMédia annonce -9 au thermomètre, mais -19 avec le facteur vent, fort ce matin. Putain…
7h40 : déjeuner – un oeuf, une rotie, un café.
7h50 : j’y vais ou j’y vais pas ? Un rayon de soleil pointe, c’est un signe. Allez, j’y vais.
8h25 : longe le fleuve St-Laurent qui charrie silencieusement ses glaces. Spectacle impressionnant d’une puissance tranquille. Je me dis que finalement, ca sera peut-être un bon jour et que j’ai eu raison de me mettre en route.
8h45 : le Mont Ste-Anne est en vue, thétre de nos exploits du jour. Pense à mon frère. J’aimerais qu’il soit là, avec moi, sur cette loppet.
9h05 : enfin arrivé. On va voir comment ca se présente.
9h10 : retrait de mon dossard, le 152. J’aurais préféré le 101
9h12 : croise Marc Quintin, un cycliste avec qui j’ai déjà roulé en Outaouais. Un mec bien, super-sympa. J’entre dans l’ambiance. Le matos est impressionnant, avec tous ces coureurs et leurs 5 paires de skis chacun.
9h13 : Marc me dit qu’il faut de la LF6 comme fart. Et merdeuuu : j’ai du LF7.
9h15 : la nouvelle est confirmée lorsque je croise mon ami Robin, un guerrier, un vrai. 43 balais. Moral d’acier. Un concentré de Ludo Dierckxsens, de Jacky Durand et d’Andrei Tchmil à la fois. Type incroyable. On a fait de belles galères ensemble : Kingston-Ottawa par 5 degrés sous la flotte, Montréal-Québec 2 fois, sans parler de nos sorties de 200 bornes dans l’Outaouais, ou on finit toujours complètement rincés. Pas un gros moteur sur le vélo, Robin, mais une volonté de fer couplée d’une résistance à la souffrance peu commune. Bon skieur aussi. Semble content et surpris de me voir ici. Me confirme que ca me prend bien du LF6. Et merdeuuu.
9h20 : déniche un stand de fartage dehors. Le mec, très gentil, m’offre de farter en LF6 gratos, c’est un service offert. Ce bon samaritain, très sympa en plus, est mon sauveur, tout en l’ignorant bien sôr. Hommage à tous ces bénévoles qui font quotidiennement de petits miracles dans leurs activités.
9h30 : mes skis étant au stand de fartage, je passe ma tenue. Je rencontre Claude en revenant des toilettes. Ca me fait très plaisir, j’aime beaucoup revoir Claude que j’ai connu sur les courses cyclistes au Québec. Un mec super-sympa, très bon cycliste, excellent grimpeur, courant pour un club de la région de Québec. Fais les grosses courses cyclistes seulement, Charlevoix, Montréal-Québec. Sans lui, j’ai l’impression qu’il manque quelqu’un au départ d’une course cycliste au Québec. Discute 5 minutes, il me dit être en bonne forme. Inquiétant.
9h45 : je piétine, les skis étant toujours au stand de fartage. 2e petit pipi. La nervosité, probablement…
9h50 : je récupère mes skis, fartés. Plus que 10 minutes avant le départ. Merdeuuu, plus le temps de faire mon réchauffement.
9h55 : en place dans l’aire de départ. On est à peine une cinquantaine, de bons skieurs apparemment. Bah! On verra bien. J’échange quelques blagues avec Marc pour détendre l’atmosphère. Tiens, c’est Jean-Sébastien Zarha devant. On m’avait dit qu’il faisait une bonne saison de ski de fond cette année. Méchant bon cycliste, Zarha. A tout gagné dans les Maîtres A depuis 3 ans : Charlevoix, St-Joseph, le parc de la Gatineau, bref, c’est l’épouvantail. Bien gentil par ailleurs, on avait repéré les 50 derniers kms de Montréal-Québec ensemble l’an dernier.
10h : départ. Le bordel, comme d’hab. Devant, c’est parti à fond de train, je ne les vois déjà plus! Je suis englué dans un petit peloton de 5 ou 6 coureurs derrière.
10h02 : aie, les pulsations sont déjà hautes. Ca va faire mal.
10h04 : je suis plus rapide que mes voisins immédiats (dont Marc), et le trou se fait avec l’avant. Je fais l’effort, passe mon petit groupe et me lance à la chasse du peloton principal.
10h05 : première bonne bosse. Crevé en haut. Tiens, le dos me fait mal. À bout de souffle. Déjà ?
10h06 : putain, voilà une autre bosse. Et encore une autre. Je sens le souffle de mes poursuivants tout près.
10h10 : j’explose en n’ayant pu rentrer sur le peloton principal. Le petit groupe (dont Marc) me repasse dans le haut d’une bosse. Je suis mal. Ils doivent bien rire de moi…
10h12 : ca va être une grosse galère. Je suis planté. Les pulsations semblent plafonner autour de 168-170 ? Je ne récupère pas de mon départ trop rapide. Mes muscles semblent tétanisés, mes mouvements sont gauches et ma technique en souffre.
10h14 : grosse semoule dans la piste, les 35 concurrents m’ayant précédé ayant labouré la piste. Je perds de la vitesse. Mes pulsations demeurent hautes. Je ne récupère toujours pas de mon départ trop rapide. Comment le pourrais-je sur un tel parcours ?
10h25 : que des bosses à monter en force ! Ma musculature (faible) ne tiendra pas le coup! Les descentes sont rapides, techniques. J’use rapidement. Mon équilibre est chancelant.
10h30 : km 7. Ma technique n’est plus. Mon corps n’est plus qu’acide lactique, j’ai les gestes lourds et gauches. Mes skis semblent peser 4 kilos de plus qu’à l’ordinaire.
10h40 : montée sous les lignes électriques d’Hydro-Québec. La neige est d’une texture différente, je suis littéralement scotché à la piste, sans aucune glisse. Très dur.
10h50 : on m’avait dit que la montée était longue, mais là, il y a de l’abus. Je n’en peux plus, surtout avec ce vent de face.
10h55 : allez, encore un effort et ca sera le sommet de cette côte connue sous le nom de la « St-Hilaire » par les gars du coin. Il faut que ca soit le sommet. Deux skieurs me doublent. Ils doivent appartenir aux 50-59 ans. Et merdeuuu.
10h57 : c’était pas le sommet. Je cale. J’arrête 30 secondes. Je me ressaisi. Je repars tout doucement. Mon corps n’est qu’acide lactique.
11h05 : sommet. Incroyable comme montée. La seule chose qui me rassure est l’idée que la dénivellée, nulle dans l’épreuve, fait en sorte que je devrais descendre davantage désormais pour rallier l’arrivée…
11h06 : ca va mieux, ca descend. Ca descend même drôlement vite. Trop vite… merdeuu un virage à gauche, 90 degrés. Panique ! Je frôle la chute, mais je passe. Le vieux devant moi a eu moins de chance, il s’est payé une belle gamelle dans les petits sapins enneigés! J’en rigole encore. Douce revanche, ca l’apprendra à me doubler dans une montée…
11h15 : tout plat. Je tire un poil mieux. La carburation repart enfin, je trouve mon rythme. Ce petit « repos » d’une dizaine de minutes dans la descente m’a fait le plus grand bien.
11h20 : 2 derniers kms. Je retrouve enfin mes moyens, j’ai enfin la pèche. Je vais te me pourrir ce petit vieux devant moi avant la fin. Allez, à la chasse. L’autre vieux (celui de la chute) est toujours derrière.
11h21 : j’attaque! Tiens, on me demande le passage d’en arrière… Je cède, réservant mon attaque pour plus tard.
11h22 : le gus de l’arrière (40-49 ans) m’a doublé, mais le vieux devant ne l’entend pas de cette façon. Ils sont au corps à corps, et moi derrière, coincé !
11h24 : merdeuuu, je ne peux passer aucun des deux qui évolue côte à côte dans une lutte à finir ! Tenace, le vieux…
11h25 : petit descente avant le shooss d’arrivée. Ca tourne à 90 degrés ca y est, ils vont s’accrocher et non, ils sont passés, mais pas moi : me voilà sur les fesses à moins de 200m de l’arrivée.
11h25 : je passe la ligne, tout enneigé. Hey l’annonceur ! c’était pas la peine de dire mon nom à tout le monde dans tes hauts-parleurs
11h26 : les puls redescendent. Tiens, Claude et Robin ont déjà l’air douché
11h30 : mon pin’s, je veux mon pin’s de l’édition 2005 de la Loppet du Mt Ste-Anne. J’ai assez souffert pour ca, non ?
11h35 : Zarha a terminé 4e. 4e!!! Respect, Monsieur Zarha. Le meilleur m’a mis 22 minutes dans la vue sur 25 kms ! Je me suis fait lessivé comme Ullrich aux Deux Alpes en 1998. En bon québécois, on dit « j’ai été torché ».
19h : bilan. 1h25 d’effort. Pulsations moyennes 166. Max 174. 13 minutes de passées entre 171 et 177. Bon entrainement. Ceci étant, j’ai commis l’erreur du débutant : je suis parti trop vite, sans réchauffement. Je suis monté tout de suite en acide, et j’ai explosé sans pouvoir récupérer de mon effort durant les 20 premiers kms de la course, le parcours étant extrèmement exigeant. Pas grave, on remettra ca sur la Keskinada Loppet la fin de semaine prochaine, avec la ferme intention de faire beaucoup mieux.

Le lien avec le cyclisme dans tout ca ? Pour vous dire que je préfère 100 fois le vélo au ski de fond. D’une part, je peux chauffer un peu plus les oreilles de Zarha sur un vélo que sur une paire de skis de fond. Et puis, en vélo, quant on est à fond, il n’y a que les jambes et les poumons qui brulent, alors qu’en ski de fond, il y a les épaules, les bras, le dos aussi…

Je me souviens


Son site.
Sa fondation.

Lance et Jan

1 – Pour les fans, Lance (et sa maman…) sera présent au « Oprah Winfrey Show » vendredi soir pour parler de sa vie, de sa carrière, de Sheryl (qui poussera d’ailleurs un petit air…), de tout quoi. Très glamor.

2 – À 8000 kms de là (en Toscane), Jan soigne de son côté un petit refroidissement et a donc suspendu temporairement sa préparation en vue de sa rentrée au Tour de Murcie début mars. On le dit fragile à ce genre de truc en début de saison. Aurait-il tendance à oublier sa petite laine ? Quoi qu’il en soit, il est apparemment très connu que le système immunitaire est plus faible dans les heures suivants un entraînement, surtout si ce dernier a été intense. Il s’agit donc de redoubler de prudence lorsque l’organisme est fatigué, ce qui vaut pour tous bien sôr.

3 – un autre Allemand, Jens Voigt celui-là, pète le feu au Tour Méditéranéen. C’est en passe de devenir une habitude chez les CSC, celle de les voir aux premières loges dès le début de la saison. Les « boot camps » de la méthode Riis doivent avoir du bon il faut croire. Ah! imaginez… si Ullrich était chez CSC, on le verrait peut-être remporter Paris-Nice!!!

4 – Valverde atomise lui-aussi sur l’île de Majorque et comble donc son employeur, les Iles Baléares (on sait, c’est pas pareil mais c’est tout proche). Hier en solo, aujourd’hui au sprint dans un petit groupe, ce Valverde a décidemment beaucoup de cordes à son arc.

Page 1 of 2