Alejandro, en mémoire de Michele

C’est tout le petit monde du cyclisme professionnel qui a été secoué par la disparition tragique ce week-end de Michele Scarponi, le sympathique coureur italien qui roulait pour l‘équipe Astana.

Scarponi venait de s’imposer sur une étape du Tour des Alpes (l’ancien Tour du Trentin) plus tôt dans la semaine, et préparait son Giro. Il était le père de jumeaux, deux petits garçons qui n’ont probablement pas encore 10 ans.

Moi, ça me fout un cafard…

C’est en ce sens que la victoire d’Alejandro Valverde sur la Doyenne hier m’a redonné le moral, ce dernier ayant promis que s’il s’imposait, tous ses prix iraient à la famille de son ami Michele. À l’arrivée, il a rajouté ceux de la Flèche Wallonne.

Valverde entretenait une amitié avec Scarponi, et le coureur était très ému en évoquant sa mémoire à l’arrivée (voir ci-bas).

Sinon, la course hier a été longue à se décanter, peu de mouvement des favoris survenant avant la côte de la Redoute. C’est surtout dans la côte de St-Nicolas que les choses ont bougé, parfaitement maîtrisées cependant par les Movistar qui auront su jouer leur carte avec brio, plaçant Valverde en position de gagner dans la dernière ascension vers la ligne.

Le reste n‘était que formalité, l’aisance avec laquelle Valverde est allé chercher cette victoire laissant tout simplement pantois.

Mention très bien également à Dan Martin, qui a au moins osé défier Valverde dans les derniers hectomètres, à Tim Wellens qui a attaqué dans le final, à Romain Bardet excellent 6e, et au Canadien Mike Woods, excellent 9e d’une telle course. Payez-vous ses données Strava de l‘épreuve: impressionnant!!!

Sans titre.

Carre_noir

Le Tour de France expliqué en 10min

LBL: il faudra partir de loin!

La Doyenne des Classiques – Liège Bastogne Liège – sera disputée ce dimanche, souvent perçue par les coureurs comme étant la course de l’année la plus difficile.

Autre indice de sa difficulté: Eddy Merckx en est le recordman, avec 5 victoires…

C’est dur parce que c’est usant: 258 kms, et une succession, sur les 100 dernières bornes, d’ascensions très difficiles parce que longues et pentues.

C’est pas compliqué, il faut toutes les qualités cyclistes pour rêver s’imposer au terme de cette course: de l’endurance, de la puissance, de la science du placement, une bonne équipe, et des nerfs d’acier.

L’archi favori est évidemment Alejandro Valverde qui a accroché une 5e victoire sur la Flèche Wallonne à son palmarès.

Michal Kwiatkowski est l’autre grand favori, disposant également d’excellents équipiers comme Sergio Henao pour menacer les Movistar de Valverde.

Les Cannondale – Drapac, avec notamment le Canadien Mike Woods 11e sur la Flèche mercredi dernier, les Lotto, les BMC et les Quick Step (Martin, Jungels…) sont les autres équipes qui, normalement, devraient faire la course devant.

Ceci étant, pour battre Valverde, je ne vois qu’une solution: l’isoler en partant de loin. Il faudra que les autres grandes équipes lancent des coureurs en échappée dans le final, obligeant ainsi les Movistar de prendre la chasse à leur compte. Petit à petit, en répétant la formule, ils pourraient isoler Valverde dans le final, et ce dernier ne pourra pas courir après tout le monde.

Si un peloton ou un petit groupe se présente avec Valverde pour la gagne au pied de la dernière ascension vers l’arrivée, je crois bien que ce sera de toute façon perdu pour tout le monde sauf l’Espagnol…

La présence de Greg Van Avermaet pourrait-elle venir brouiller les cartes? Pas impossible, le coureur est volontaire et voudra se manifester dans les derniers kilomètres. Les BMC ont une excellente carte à jouer dimanche.

Ca risque d‘être fort intéressant! La météo devrait être acceptable dimanche dans les Ardennes, nuageux et frais mais sans pluie et avec peu de vent. Il est d’ors et déjà à prévoir qu’un gros groupe se présentera au pied de La Redoute…

Valverde, l’inusable

Certains d’entre vous ont laissé des commentaires sur les diverses techniques d’entrainement utilisées par les pros. En gros, certains ne sortent de leur entrainement que pour gagner des courses: c’est toujours surprenant! Froome est de ceux-là, ou Quintana: on ne les voit pas et boum, ils claquent de grosses perfs sur des courses sélectionnées.

D’autres, dont Valverde, privilégient une autre approche: courir, et encore courir. Ceux-là, on les voit donc beaucoup! Ce serait mon approche en tout cas: garder le rythme de course dans les jambes, faire des efforts, garder le moteur bien vivant, bien rodé, c’est pour moi la meilleure façon de conserver longtemps une excellente condition. Ceci étant, cela pose une question évidente: comment se fait-il que ces coureurs – dont Valverde – ne semblent jamais se fatiguer??? J’avoue être perplexe quant à la capacité de certains pros d‘être présents de février à octobre à un niveau si élevé…

Valverde: (m)Huy bien!!!

Si j‘étais le maire de la commune de Huy, je songerais sérieusement à faire ériger un monument à la mémoire sportive d’Alejandro Valverde, qui a remporté hier sa… 5e victoire sur la Flèche Wallonne, au sommet de la célèbre ascension.

Il avait déjà le record absolu avec 4 victoires, le voilà à 5! De quoi être tranquille un moment dans les livres d’histoire…

Strava nous permet de réaliser la performance de l’Espagnol, le KOM étant présentement détenu par Kwiatkowski qui n’a terminé “que” 7e. Michal a escaladé le Mur en 3min19sec, donc Valverde est monté quelques secondes plus rapidement. Plus encore, Mike Woods, excellent 11e hier, est aussi monté en 3min19, à une puissance moyenne d’environ 526 watts. OUF!

Je vous rappelle que Valverde aura 37 balais la semaine prochaine, ça situe la caisse du bonhomme, inusable par ailleurs puisqu’il sera très certainement au départ du Tour de Lombardie pour la gagne en octobre prochain!

Et Valverde est sous contrat chez Movistar jusqu’en 2019, il aura alors 39 ans…

C’est fou. C’est inspirant.

Sinon, la course a été assez peu convaincante. Outre la perf de Valverde, en parfaite maitrise durant l’ascension finale qu’il connait par coeur, c’est l’effort de Bob Jungels qui a retenu l’attention dans le final, ce dernier résistant bien au peloton pendant les 10 derniers kms. À certains moments, Jungels enroulait le 53×11, tout à droite, il faut quand même le faire après 200 bornes de course. Celui là a une sacré caisse aussi, 24 ans seulement, et meilleur jeune du Giro l’an dernier. Attention à lui dans les prochaines années, il fera mal!

Bravo enfin à Mike Woods, qui a appris de ses erreurs de placement l’an dernier sur l‘épreuve et qui était aux avant-postes dans la dernière ascension, bien entouré par son équipe Cannondale-Drapac. Pas si simple à ce niveau car les places sont chères! Woods a faibli un peu dans les 100 derniers mètres, perdant rapidement plusieurs belles places. 11e tout de même, remarquable!

Je vais essayer de rejoindre Mike dans les prochains jours en préparation de la Doyenne dimanche.

Liège-Bastogne-Liège

Évidemment, l’archi-favori sera une fois de plus Valverde sur la Doyenne des Classiques. Je pense toutefois que cette course sera beaucoup plus difficile à maitriser, les attaques pouvant fuser à bien des endroits dans le final. La Movistar aura fort à faire pour contenir tout le monde en vue de placer Valverde au pied de la dernière bosse pour la gagne.

Sur un tel parcours, les Jungels, Kwiatkowski, Martin, Henao, Albasini, Theuns ou encore Bardet et Barguil peuvent surprendre et s’imposer. Ca sera très ouvert dimanche, et la course sourira probablement aux plus audacieux… car si les coureurs attendent la dernière bosse vers la ligne d’arrivée, Valverde sera difficile à battre.

Il faut passer à l’attaque!

Flèche Wallonne: Valverde ou Kwiatkowski, qui d’autre?

Capture d’écran 2017-04-18 à 18.11.16On dispute aujourd’hui dans les Ardennes belges la 81e édition de la Flèche Wallonne, sur 204,5 kilomètres.

Le parcours, ponctué de plusieurs belles bosses, comporte trois ascensions du célèbre Mur de Huy, une bosse de 1,3 kilomètres avec des passages à plus de 20%, notamment dans les virages. L’arrivée, jugée chaque année en haut, exige d’avoir des watts sous les pédales lorsque vient le temps de s’arracher à la pente.

L’ajout, il y a quelques années, de la côte de Chérave à 5 kilomètres de l’arrivée n’a pas réussi à changer drastiquement la configuration de la course qui, plus souvent qu’autrement dans le cyclisme moderne, se résume à une course de côte sur la dernière ascension du Mur de Huy.

Les favoris

Pas compliqué, je n’en vois que deux: Alejandro Valverde, ou M. Flèche Wallonne, et Michal Kwiatkowski.

Valverde a remporté les trois dernières éditions, portant à 4 ses succès sur l‘épreuve belge, record absolu.

Son principal atout est de connaître parfaitement comment doser son effort lors de la dernière ascension du Mur, où il ne commet jamais d’erreur. En forme, avec une belle équipe à son service, je pense qu’il est l’homme à battre demain. La stratégie des Movistar? Contrôler la course et déposer Alejandro au pied du Mur au km 203. S’ils réussissent, c’est quasiment gagné d’avance!

L’autre, c’est évidemment Michal Kwiatkowski, le seul à accompagner Philippe Gilbert dimanche dernier dans le final de l’Amstel. En l’absence de Gilbert, blessé à un rein (quelle histoire! il a remporté la course malgré cette blessure, impressionnant… faut croire que les jambes lui faisaient plus mal que les reins dans le final!), Kwiatkowski a vraiment un bon coup à jouer, lui qui avait terminé 3e de l‘épreuve en 2014.

Les outsiders

Hormis ces deux archi-favoris, je vois seulement quelques autres coureurs capables de faire une belle place (un podium) à Huy aujourd’hui.

En premier lieu, Tim Wellens chez Lotto. Si ce dernier n’a pas la puissance de Valverde dans une ascension comme le Mur de Huy, je pense que son tempérament agressif peut bien le servir demain, en plus de son excellente condition. Son meilleur atout est probablement de s‘échapper avec d’autres dans l’avant-dernière ascension et d’essayer de résister au retour du paquet. S’il se présente au pied du Mur de Huy avec 30 secondes, c’est jouable!

Pour l’accompagner, pourquoi pas le Canadien Mike Woods, qui a montré récemment des signes de bonne condition physique? Le Canadien ferait bien de surveiller les Lotto dans le final, ce qui permettrait de surcroit à son leader, Rigoberto Uran, de se réserver pour le Mur, disposant d’une puissance plus grande que Woods. J’aime cette équipe Cannondale aujourd’hui!

Michael Albasini chez Orica est en grande condition, et maitrise aussi cette course. Attention à lui, tout comme à Dan Martin, Dries Devenyns et Gianluca Brambilla chez Quick Step.

Outre Kwiatkowski, la Sky dispose aussi de plusieurs atouts, je pense à Sergio Henao. Ce dernier est en grande condition aussi, et ajoute un atout à la stratégie de l‘équipe britannique.

Enfin, des coureurs comme Jarlinson Pantano, Warren Barguil, Louis Meintjes et Romain Bardet peuvent viser selon moi une place dans les 5 au terme de l’ascension du Mur de Huy.

Outre Woods, je ne vois aucun autre Canadien dans l’alignement prévu demain.

Alors, qui pour battre l’inusable Valverde?

Retour sur l’Amstel

J’ai été impressionné par le sprint de Philippe Gilbert dimanche dernier sur l’Amstel. Ce dernier s’est fait bouffer 10m dès le départ du sprint, pour ensuite revenir arracher la victoire à Kwiatkowski au terme d’un long, long, long sprint. Après plus de 260 kilomètres et une chute assez significative ayant imposé une bonne chasse pour revenir, je lui lève mon chapeau. C‘était du grand art, et la preuve qu’un sprint, c’est parfois très, très long.

Sinon, belle course dans l’ensemble, avec du mouvement dans le final. On a pu réaliser l’importance de ne jamais laisser de trou chez les pros, Van Avermaet et Valverde en ayant fait les frais, n’ayant jamais pu revenir sur le petit groupe devant pourtant à portée pendant plusieurs kilomètres.

Chapeau également à Kwiatkowski pour son retour solo sur la bonne échappée et ce, en quelques hectomètres seulement à environ 30km de l’arrivée. Ces signes-là ne trompent pas, le Polonais est en très grande condition. Ce n’est pas la première fois que Kwiatkowski court juste, ce type est intelligent en course et c’est très bien.

Amstel: les favoris

Les Ardennaises commencent ce week-end avec l’Amstel Gold Race et son fameux Cauberg, où Mont Philippe Gilbert!

Au menu de Messieurs les coureurs, 261 kms tout de même, ponctués de 35 ascensions. Ouch, ça va faire mal dans le final… vraiment?

Cette année en effet, le Cauberg sera escaladé plus loin de l’arrivée, une volonté des organisateurs de voir les coureurs passer à l’offensive plus tôt dans la course. L’Amstel se résumait en effet ces dernières années à une course de côte, tout le monde attendant la dernière ascension du Cauberg pour faire la différence.

Les favoris

Ils sont quelques uns à avoir la pancarte dans le dos.

Philippe Gilbert, car l’homme est en grande condition, fort de sa victoire plus que convaincante sur le Ronde il y a deux semaines. Il connait parfaitement bien le parcours, et présente une équipe Quick Step très forte, avec notamment Vakoc, Devenyns et Dan Martin. Ils ont de quoi animer la course!

Je place ensuite Alejandro Valverde comme un grand favori, fort de sa récente victoire sur le Tour du Pays Basque. Valverde est aussi un homme en grande condition en ce moment, et il a connu beaucoup de succès jusqu‘à présent dans sa carrière sur les Ardennaises, notamment sur la Flèche Wallonne.

Enfin Greg Van Avermaet peut tout faire sur l’Amstel, car il est lui-aussi dans une forme resplendissante. Et il sprinte aussi…

Hormis ces trois grands favoris, plusieurs autres peuvent gagner cette Amstel.

Michal Kwiatkowski tout d’abord, le parcours lui convient bien et rappelons qu’il a remporté la Strade Bianche il y a quelques semaines.

Enrico Gasparotto, le vainqueur sortant, et surtout son coéquipier Sonny Colbrelli, récent vainqueur de la Flèche Brabançonne, seront à surveiller de près.

Chez Lotto, je vois bien Tim Wellens ou Tiesj Benoot être présents dans le final.

Enfin, n’oublions pas Olivier Naesen chez AG2R – La Mondiale, il est revanchard après avoir eu la poisse sur les récents Flandriennes. Rui Costa, Rigoberto Uran et Sébastien Langeveld complètent selon moi ce tableau.

Les Canadiens

Un seul au départ, le Québécois Antoine Duchesne chez Direct Énergie qui est annoncé. Pour tout vous dire, je suis un peu surpris de le voir dans l’alignement provisoire, lui qui a été victime d’un incident sérieux sur Paris-Roubaix dimanche dernier.

Fouillez nos archives!