Gilbert, favori du Ronde?

Un champion de Belgique est passé hier en tête du Muur van Geraardsbergen, qu’est-ce qui peut être mieux à moins d’une semaine de la Grand’ Messe du cyclisme belge, le Tour des Flandres?

On doit l’exploit à Philippe Gilbert, brillant vainqueur hier de la première étape des Trois Jours de la Panne, ultime répétition avant le Ronde dimanche prochain.

Cette victoire de Gilbert est une confirmation de ce qu’on voyait depuis le début de la saison: il est de retour à son meilleur niveau, et ses adversaires peuvent se faire du souci. Avec Tom Boonen, Julian Alaphilippe, Niki Tersptra et les autres, les adversaires de la Quick Step auront du fil à retordre dimanche prochain…

Gilbert s’est tapé hier près de 17 kilomètres solo, avant de s’imposer. Voilà qui ne laisse aucun doute sur sa condition physique, et qui boostera sa confiance en vue du Ronde. Le Tour des Flandres est probablement le seul grand monument du cyclisme à sa portée qui lui manque encore (Gilbert vainqueur de Paris-Roubaix un jour, j’en doute…).

Payez-vous les images de son ascension du Muur, autour de la 51e minute: la frite est là!!!

Avec Greg Van Avermaet et Peter Sagan en grande forme, plus des outsiders à la pelle comme Michal Kwiatkowski et Niki Terpstra, le Tour des Flandres dimanche prochain s’annonce un grand cru. À ne pas manquer, sous aucun prétexte!!!

Sagan, syndrome Cancellara…

Il aura fallu attendre les 20 derniers kilomètres de Gent Wevelgem pour vraiment voir la course se décanter hier, en deux temps (les deux dernières heures de la course sont ici).

D’abord, un groupe d’une quinzaine de coureurs s’est détaché au train à environ 20 bornes de l’arrivée, sur une cassure imposée par un Peter Sagan qui avait manifestement de bonnes jambes. Sagan a servi quelques gros relais qui ont suffi, impressionnant!

Puis deux coureurs se sont isolés de nouveau en tête à 16 bornes de l’arrivée, à partir du petit groupe devant: Van Avermaet et Keukeleire, ce dernier étant ravi d‘être à pareille fête. Le duo est parti sans accélérer, tout simplement parce que Peter Sagan a arrêté de rouler dans l‘échappée, frustré de voir un Terpstra refuser de collaborer pleinement.

Si on peut comprendre qu’un sprinter de la trempe de Sagan fasse peur, c’est un peu tôt à 16 bornes de l’arrivée pour arrêter de collaborer…

La tactique de la Quick Step était très probablement de favoriser le regroupement avec un petit groupe en chasse derrière, au sein duquel évoluait Boonen et surtout, surtout, Gaviria. Un éventuel regroupement leur aurait donné un certain avantage du nombre, c’est certain.

Personnellement, je comprends l‘énervement de Sagan devant, qui n’est pas sans rappeler ce que Cancellara vivait souvent dans le final des Classiques ces dernières années: une course négative, pour faire perdre un coureur plutôt que pour essayer de gagner.

Mais au niveau professionnel, les enjeux sont grands et il n’y a pas de cadeau. Chose certaine, je pense que Bora-Hansgrohe et Quick Step n’ont pas fini de se tirer la bourre sur les Classiques cette saison avec cet incident, et cela pourrait profiter aux autres, notamment aux BMC.

Pour Van Avermaet, c’est d’ailleurs une confirmation: il a déjà gagné cette année le Het Nieuwsblad, le GP E3, et maintenant Gent Wevelgem, excusez-un-peu. Il sera logiquement un des tous grands favoris du prochain Tour des Flandres le week-end prochain, avec Peter Sagan bien sûr, mais aussi Philippe Gilbert, Niki Terpstra, Michael Matthews et… Michal Kwiatkowski (s’il y prend part, à confirmer).

Soulignons enfin la présence du Québécois Hugo Houle dans l‘échappée matinale, qui a fait un grand bout de chemin à très vive allure. Le Québécois était dans un bon jour, voilà qui est intéressant pour les grands rendez-vous à venir, surtout que son équipe AG2R-La Mondiale a un coureur capable de bien faire, Olivier Naesen, 26 ans, qui ne cesse de surprendre.

Le phénomène Sagan

L‘émission Stade 2 sur France Télévision a consacré ce week-end un reportage d’une douzaine de minutes sur Peter Sagan. C’est ici.

Valverde brille en Catalogne

Au Tour de Catalogne, c’est Alejandro Valverde qui a dominé la compétition, son plus proche rival étant un autre espagnol, Alberto Contador.

Chris Froome a donné des signes de forme sur la route vers Tortosa vendredi, mais a été bien piégé le lendemain par les Movistar et les Trek-Segafredo pour perdre plus de 20 minutes au général. Je crois qu’il a simplement laisser tomber, et a préservé ses énergies pour d’autres batailles plus tard cette saison.

Chose certaine, qui pour battre Alejandro Valverde cette saison sur le Mur de Huy prochainement?! Quel coureur!

Que du Magicrème! (oups… que du Quick Step!)

Magnifique édition de Dwars door Vlaanderen (À travers la Flandre en français) hier! C’est simple, en bref, on a vu que du Quick Step dans le final de la course.

À quelque part, ça fait plaisir compte tenu des quelques déconfitures dont les Quick Step ont été les artisans ces dernières années, en premier lieu lorsqu’ils avaient été mouchés par Ian Stannard dans le final du Omloop Het Nieuwsblad 2015.

On doit la perf des Quick Step hier à essentiellement quatre coureurs, doit Terpstra, Stybar, mais surtout Philippe Gilbert et le vainqueur, Yves Lampaert.

Je vous avoue que je ne connaissais que très peu ce Lampaert. Solide rouleur, auteur de très belles perfs au niveau mondial dans les chronos, ce coureur a été victime d’une fracture du sternum l’an dernier sur le Tour de l’Algarve, en début de saison. Le voilà qui revient à un excellent niveau.

Gilbert et Lampaert ont joué la course parfaite dans le final, attaquant à tour de rôle. Ce fut d’abord Gilbert à 10 bornes de la fin. Puis ce fut la bonne avec Lampaert à 8km de l’arrivée. Les deux autres coureurs, Lutsenko et Durbridge, ont été cuisiné aux petits oignons et ne pouvaient pas grand chose face à la tactique parfaite des Quick Step. Vélo 101…

Il fait très plaisir de revoir Philippe Gilbert à ce niveau, après quelques années mi-figue mi-raisin chez BMC où il a donné l’impression de crouler sous la pression. Partageant les responsabilités chez Quick Step, on le sent relâché, heureux sur son vélo cette année et c’est très bien.

Parmi les autres nouvelles, la prestation de Tony Gallopin, présent avec les meilleurs battus du jour. Attention à lui dans les prochaines courses, il a la bonne patte c’est évident. Olivier Naesen m’a également surpris chez AG2R – La Mondiale, terminant 6e, une remarquable performance apte à lui donner un statut différent dans son équipe pour la suite des Classiques.

Enfin, Stybar, Terpstra, Benoot et Vanmarcke semblent aussi être en excellente condition et devraient tous être des acteurs des prochains Tour des Flandres et Paris-Roubaix.

Tour de Catalogne: ça va flinguer!

J’aime beaucoup le Tour de Catalogne, une épreuve un peu moins connue du grand public mais qui, chaque année, nous donne un très beau spectacle. Des étapes difficiles, des coureurs souvent volontaires, bref, on ne s’y ennuie jamais et… on y trouve souvent les coureurs qui seront devant sur les Ardennaises. C’est un peu comme le Tour du Pays Basque, une autre très belle épreuve du début de saison.

Après deux étapes en Catalogne, dont le chrono par équipe hier, c’est Alejandro Valverde qui occupe la tête du général, encore lui…

Derrière cependant, on a du beau monde. Van Garderen est à deux petites secondes, Froome, Thomas et Landa à 46, Contador, Pantano et Mollema à 1min15, Adam Yates à 1min26. D’autres ont déjà pris un éclat, comme Ilnur Zakarin, pointé à presque 3 minutes.

Je peux vous assurer que le terrain des prochains jours va se prêter à des initiatives et que Valverde sera mis au défi lors de ces étapes, à commencer par aujourd’hui vers La Molina.

Capture d’écran 2017-03-21 à 21.48.32

L‘étape de vendredi est pas mal non plus, sans parler de celle de samedi qui se résumera à une sacré course de côte!

Capture d’écran 2017-03-21 à 21.47.49

Capture d’écran 2017-03-21 à 21.48.20

Alberto Contador se lancera à l’attaque j’en suis sûr, tout comme Chris Froome. Ca sera intéressant car les deux disposent de très bons coéquipiers capables de mettre l‘équipe Movistar de Valverde à l‘épreuve avant le feu d’artifice dans le final.

À noter que Mike Woods d’Ottawa est sur l‘épreuve au sein de son équipe Cannondale-Drapac. Le terrain à venir pourrait lui permettre d’exprimer tout son talent de grimpeur.

Michal Kwiatkowski: la bête noire de Peter Sagan!

Sur l’attaque tranchante de Peter Sagan samedi dans le Poggio lors du final de Milan SanRemo, nous étions probablement plusieurs – j’en étais – à penser que la course était pliée.

Au courage, Julian Alaphilippe et Michal Kwiatkowski se sont pourtant accrochés, et ont réussi à basculer avec Sagan en haut de l’ascension, par la peau des dents il faut bien le dire.

Ca s’est joué ensuite au sprint, à la pédale, et j’ai trouvé Sagan très beau joueur en respectant bien sa ligne de sprint. Il aurait pu dévier sur sa gauche et gêner davantage Kwiatkowski qui revenait bien à sa hauteur. Bravo pour le fair-play.

La victoire de Kwiatkowski samedi n’est pas une surprise: si vous regardez les dernières éditions de La Primavera, vous constaterez que le Polonais a toujours été très remuant dans le final de la première grande Classique de la saison.

Je lis partout – dont de Sagan lui-même – que Alaphilippe et Kwiatkowski ne l’auraient pas assez relayé dans les 3 derniers kilomètres. Je ne suis pas d’accord! On a vu Alaphilippe essayer de passer vers la fin de la descente du Poggio, il a fait ce qu’il a pu. Ca allait probablement un peu vite pour lui, et sa technique n‘était probablement pas à la hauteur de celle de Sagan. Quant à Kwiatkowski, il est passé deux fois dans les deux derniers kilomètres, et n’a cessé de collaborer que dans le dernier kilomètre, fair enough lorsqu’on est avec un sprinter de la pointure de Sagan.

On est très loin, en tout cas, du comportement des adversaires de Fabian Cancellara dans les trois derniers kilomètres de plusieurs Milan SanRemo ces dernières années, où aucun ne passait.

Chose certaine, Peter Sagan n’a qu’une bête noire dans le peloton pro, et cette bête noire est Michal Kwiatkowski.

Ces deux là se connaissent et se font la guerre depuis les rangs junior. Je soupçonne Kwiatkowski de parfaitement connaître Sagan, ses faiblesses, ses signes de fatigue, comment le battre. Le Polonais a en tout cas frustré le Slovaque à plusieurs reprises ces dernières années.

Il y a eu notamment la Strade Bianche en 2014, ou le Polonais avait déposé le Slovaque dans la dernière grosse bosse vers l’arrivée.

Plus récemment, il y a eu le GP E3 l’an dernier, où échappés tous les deux, Kwiatkowski avait déjà battu Sagan au sprint.

En bref, Sagan a beau changer de look, laisser pousser ses cheveux et sa barbe ou les couper, il tombe de temps en temps sur un Kwiatkowski en forme qui réussit à le battre même sur son terrain, le sprint. Faut le faire!

Derrière ces deux là à San Remo samedi, un sprint royal, avec tous les sprinters: Kristoff, Gaviria, Demare, Degenkolb, Bouhanni, Viviani, Ewan, Matthews, Colbrelli et Bennati! Gageons qu’ils voudront bientôt prendre leur revanche… et ça promet cette saison. Seul un Mark Cavendish que j’ai trouvé bien gros a manqué la petite fête de l’arrivée à 60km/h!

Milan SanRemo: Hugo Houle avec le 11…

On y est, la première grande Classique de 2017 ce samedi: Milan SanRemo, la “Primavera”!

Une classique bien particulière, très longue d’une part (presque 300 bornes), et un parcours si atypique: une longue descente vers la côte via le Turchino, puis une succession de “capi” dans le final, qui rend la course plus sélective: Mele, Cervo, Berta, Cipressa et enfin Poggio. Finalement, une plongée sur la ligne d’arrivée avec cette descente du Poggio, technique, et ces longs bouts droits à l’entrée de SanRemo, si difficiles à gérer pour un ou quelques coureurs échappés devant.

Avec le nivellement des niveaux, on assiste désormais presque toujours à une arrivée au sprint parmi un groupe de 20, 30 voire 40 coureurs au terme de cette classique: il faut remonter à… 1996 et Gabriele Colombo pour voir un coureur s’imposer en solitaire après une longue échappée. Au cours des 15 dernières années, ça été presque toujours un sprinter qui a été couronné à SanRemo, le dernier en date étant Arnaud Demare en 2016, dans la controverse que l’on connait (il se serait accroché à une bagnole dans le Cipressa pour rentrer après une chute).

Les favoris

C’est pas compliqué, les sprinters capables de passer les bosses, bien que je rêve évidemment d’un autre scénario.

Et en premier lieu Peter Sagan, qui sait passer les bosses, qui sait se débrouiller seul dans un sprint, qui sait descendre (!), et qui est si adroit sur son vélo pour frotter en vue d’une ligne d’arrivée. Il a vraiment tous les atouts pour s’imposer samedi. Sagan a également au sein de son équipe Bora un Sam Bennett qui en connait un rayon également sur les sprints…

Le vainqueur sortant Arnaud Demare sera là pour défendre son titre, il est en forme et son équipe FDJ est sur une bonne lancée depuis le début de la présente campagne, boostant très certainement leur confiance. Attention à eux!

Trois autres anciens vainqueurs, Mark Cavendish, Alexandre Kristoff et John Degenkolb seront également à surveiller de près, leurs équipes étant à leur service. Du lot, Kristoff est probablement le plus menaçant. Mark Cavendish n’a plus la même condition qu’avant, notamment celle de 2009 qui lui avait permis de passer le Poggio pour gagner à SanRemo, et Degenkolb n’a pas vraiment rassuré cette saison encore.

Sonny Colbrelli est là également, récent vainqueur d’une étape sur Paris-Nice. C’est l’under-dog qui n’a rien à perdre, et qui prendra donc tous les risques…

Nacer Bouhanni est un autre favori, on sait que cette course le fascine… mais saura-t-il résister au rythme d’enfer du Poggio? Ces dernières éditions, il y a été éjecté.

Caleb Ewan pourrait aussi surprendre, bien que je pense que le Poggio sera trop difficile pour lui, comme pour Bouhanni. Leur équipe ne pourra pas grand chose.

Les outsiders

Ils sont nombreux à être d’excellents baroudeurs pouvant se porter à l’attaque et essayer de surprendre les équipes de sprinters.

Je pense bien évidemment à Julian Alaphilippe, un coureur très volontaire qui voudra faire sentir sa présence sur la course. Avec Philippe Gilbert, lui aussi très en vue récemment, l‘équipe Quick Step a deux très beaux baroudeurs de premier ordre, avec un Tom Boonen derrière pour assurer. La Quick Step est l‘équipe par excellence samedi pour emmerder les équipes de sprinters!

Les Lotto ne sont pas mal non plus, avec Gallopin, Wellens et Benoot.

Fabio Felline, très remuant depuis le début de la saison, a aussi une belle carte à jouer.

Tom Dumoulin, lui aussi en bonne condition, peut faire quelque chose en échappée, c’est un formidable rouleur et il serait difficile à ramener s’il était devant avec un petit groupe entre le Cipressa et le Poggio…

Michal Kwiatlowski, lui aussi un bel attaquant, récent vainqueur de la Strade Bianche, est aussi de ces coureurs difficiles à revoir lorsqu’en échappée. Et s’il partait avec Alaphilippe dans le Cipressa?

Enfin, n’oublions pas non plus le champion olympique Greg Van Avermaet!

Bref, beaucoup de coureurs peuvent aussi jouer les troubles-fête. S’agit simplement d’avoir “l’esprit Contador” et de passer à l’offensive!!! Soyons créatifs Messieurs les coureurs!

Les Canadiens

Un seul Canadien au départ, Hugo Houle.

Fait très intéressant, Houle aurait hérité du dossard #11 chez AG2R La Mondiale, pouvant indiquer qu’il serait le leader de l‘équipe, ou du moins un coureur protégé, sur la course. Sa condition semblait en hausse récemment, notamment en raison d’un bon chrono sur Tirreno.

Il faut là aussi oser!

Cyclisme à la télé: l’offre diminue?

Vous avez été nombreux à demander récemment comment on pourrait suivre Milan SanRemo à la télé ce samedi 18 mars depuis le Québec.

Réponse: pas possible, et c’est bien dommage. Croyez-bien que je le regrette. La récente sortie de l’ex-skieur Jean-Luc Brassard à propos de la diversité des sports offerts à la télé au Québec était, dans ce contexte, tout à fait à propos. N’essayez pas de suivre les exploits d’immenses champions comme Érik Guay, Alex Harvey, Hugo Houle ou Antoine Duchesne au Québec, pas possible. Une honte! C’est pas compliqué, c’est juste du hockey.

Je signale au passage que le réseau anglais de Radio-Canada (CBC) continue de diffuser, les samedi et dimanche après-midi, une grande diversité de sports via leur émission “Road to the Olympic”, une émission qui peut durer plusieurs heures. C’est ainsi que j’ai pu suivre la Coupe du Monde de ski alpin cet hiver, et même du bobsleigh et de la luge! Oubliez ça au Québec…

Comment l’expliquer? Pas sûr du tout, mais disons que Peter Sagan est slovaque, pas américain comme Lance Armstrong, et encore moins canadien…

Bref, pour samedi, quels sont les bons plans? Perso, je m’en remets au stream sur Internet, et consulte les sites CyclingFans.com ou SteepHill.tv pour trouver des liens où je peux regarder la course sans géo-blocage sur mon ordinateur. Ce n’est habituellement pas parfait, mais ça fonctionne la plupart du temps. Cette saison, j’ai pu ainsi suivre les étapes de Paris-Nice, ou encore la Strade Bianche.

On peut aussi s’abonner à Cycling.tv et profiter des retransmissions ainsi, mais c’est plus cher.

Pendant ce temps, sur la chaine télé RDS au Québec, on ne peut pas dire qu’il n’y a pas de cyclisme: ils repassent les vieilles étapes du Tour Down Under en janvier dernier, voire du Tour d’Oman… À ce stade-ci, qu’est ce qu’on s’en fout!

Fouillez nos archives!