Nouveau Tour de l’actualité

Ca s’impose pour couvrir quelques nouvelles récentes: Dauphiné, Mondiaux, Mike Woods, et Alex Stieda.

1 – Dauphiné. Une chose est sûre: la guerre psychologique entre Jumbo-Visma et Ineos bat son plein. C’est la guerre! On l’a vu hier durant la première étape de ce Dauphiné, les Jumbo prenant le contrôle du peloton a l’approche de l’arrivée, et lançant sur orbite Wout Van Aert qui s’est imposé de belle façon.  Les Ineos n’ont pu faire mieux qu’une 3e place avec un Bernal qui était pourtant revanchard dans les derniers hectomètres de l’étape.

Incroyable Van Aert! Trois courses, trois victoires, c’est le meilleur coureur du monde en ce moment.

Et pour la petite histoire, je vous rappelle qu’un certain George Bennett chez Jumbo-Visma s’est imposé hier sur le Gran Piemonte en Italie. Je suis de ceux qui croient que les Jumbo seront vraiment très, très forts sur le prochain Tour de France, Ineos peut se faire du souci. Tant mieux pour nous, le spectacle sportif n’en sera que meilleur.

Pour le reste, y’a vraiment que du beau monde dans les 35 premiers de cette première étape. Je vous le dis, on va se régaler dans les quatre prochains jours. Ne manquez pas ca!

Demain, 2e étape, 135 km avec un final intéressant: la côte Maillet à 40 bornes de l’arrivée pour lancer quelques attaques, puis la montée finale sur le col de Porte au dessus de Grenoble. C’est là que le nouveau match Jumbo-Ineos aura lieu.

2 – Mondiaux. L’UCI a annoncé hier que les Mondiaux de cyclisme prévu fin septembre à Martigny en Suisse étaient tout simplement annulés. La Suisse a mis en place des mesures anti-Covid-19 ne permettant pas les regroupements de plus de 1000 personnes, l’UCI n’avait pas d’autres options.

L’UCI cherche désormais un nouvel endroit, mais à 7 semaines de préavis, ça risque d’être compliqué pour un tel événement. Je ne vois qu’un groupe comme A.S.O. qui a les reins assez solides pour rapidement trouver une solution en travaillant avec ses partenaires fidèles. Plouay?

Je pense qu’on aura droit à d’autres rebondissements du genre à mesure que la pandémie reprend de la vigueur par endroit. La fin de saison pourrait être très perturbée.

3 – Mike Woods. Le coureur canadien a annoncé hier avoir signé pour l’équipe la plus… canadienne du peloton, malgré les apparences: Israel Start-Up Nation.

Aucune surprise!

Woods y retrouvera un environnement très familier, notamment avec Sylvan Adams (manager général, qui a vécu longtemps au Québec) et les coureurs canadiens Guillaume Boivin, Alexander Cataford et James Piccoli. Rappelons également que l’équipe a récemment signé un certain Chris Froome en prévision de 2021, et qu’elle compte déjà en ses rangs des coureurs comme Dan Martin, Davide Cimolai, Alex Dowsett, Andrei Greipel, Daniel Navarro et Nils Politt.

Je pense également que Mike Woods aura pu bénéficier d’une rallonge salariale dans l’affaire; à 33 ans, il n’a plus de temps à perdre et doit capitaliser sur ses succès récents. Je pense enfin que Woods y a vu une possible opportunité de reconversion, une fois sa carrière terminée: en travaillant avec Adam et en continuant de travailler avec son entraineur de longue date Paulo Saldanha, il est entouré de « son » monde et pourra probablement poursuivre sa collaboration au delà de sa carrière sportive, un élément qui aurait certainement été moins facile chez Education First.

Israel Start-Up Nation pourrait-elle mettre sous contrat d’autres coureurs canadiens? Il en existe de très bons qui ne rêvent que de passer à l’échelle supérieure. Cyclisme Canada et les fédérations provinciales se trainant lamentablement les pieds dans la revitalisation du cyclisme sur route, il est bien possible que l’actuelle planche de salut passe par la vision d’une équipe: pourquoi ne pas créer une équipe de développement Israel Start-Up, canadienne, question d’alimenter le haut niveau, façon AG2R – La Mondiale où, à une certaine époque, Rabobank?

4 – Alex Stieda. Le premier maillot jaune canadien de l’histoire (Tour 1986) a rejoint l’équipe de Flobikes, qui offre les courses en direct sur Internet aux nord-américains, moyennant un abonnement mensuel ou annuel. Une raison de plus pour considérer un abonnement sur ce site, Stieda étant intéressant et articulé.

Dauphiné: on va se régaler!

Les amis(es), c’est un Dauphiné Libéré passionnant qui s’amorce demain mercredi, et on va se régaler!!!

Cinq étapes en ligne. Cinq arrivées en altitude. Autrement dit, les grimpeurs/puncheurs seront à l’honneur toute la semaine!

Une étape longue, la première (219 kms), puis quatre étapes assez courtes (environ 150 bornes) et qui s’annoncent donc nerveuses. Chose certaine, toutes les étapes sont casse-pattes, propices à une course de mouvement lancée tôt, et susceptibles de faire travailler l’équipe qui voudra défendre le maillot de leader. Les images devraient également être très belles, avec ces cols du côté de la Chaine des Aravis, entre Annecy et Mégève.

Mais surtout, le plateau est exceptionnel. Il est vrai qu’on est à un peu plus de deux semaines seulement du départ du Tour de France, plus de temps à perdre.

Ca sera d’abord le match revanche entre les Jumbo-Visma et les Ineos. Jumbo débarque avec leurs gros joueurs, Roglic, Dumoulin, Kruijswijk, Gesink et Van Aert. Les Ineos, avec leur équipe « A » également: Bernal, Froome, Thomas, Castroviejo, Kwiatkowski, Sivakov, Geoghegan… Feu d’artifice assuré!!! L’ascendant psychologique, au sortir du Dauphiné, n’est pas négligeable en vue du Tour.

Thibault Pinot a fait de cette course un vrai test, et voudra rester au contact des deux formations ci-haut. À noter que la FDJ aligne également dans son effectif sur ce Dauphiné le Québécois Antoine Duchesne, ce qui est une bonne nouvelle en prévision du Tour. Si Antoine performe bien, une sélection sur le Tour sera probablement dans la poche.

Auteur d’un beau début de saison, Nairo Quintana chez Arkea-Samsic voudra aussi se tester, et on pourra également voir où en est Warren Barguil.

La WolfPack Deceuninck débarque avec Julian Alaphilippe, qui trouvera bien des terrains pour s’exprimer sur ces cinq étapes. Sans complexe, il y a tant d’endroits où il pourra tenter de surprendre le peloton tout entier…

Les Astana du vainqueur sortant Fuglsang s’amènent également, mais sans ce dernier qu’on repose un peu très certainement. Astana misera sur Miguel Angel Lopez. Hugo Houle n’est pas de la partie, il sera sur le Tour de Lombardie samedi prochain, avec un certain Mike Woods pour EF. Dans cette dernière équipe, c’est Rigoberto Uran qui sera le leader bien sûr, épaulé par un Tejay Van Garderen notamment.

Chez Movistar, Alejandro Valverde est de la partie, mais on ignore où il en est actuellement dans sa condition. Enric Mas et Marc Soler seront aussi à surveiller.

Richie Porte défendra l’honneur de la Trek-Segafredo, sans Bauke Mollema ou Julien Bernard cependant.

Chez UAE, le jeune prodige Tadej Pogacar assurera le leadership de l’équipe, mais pas de Fabio Aru. J’ai très hâte de voir ce que pourra faire Pogacar face aux grosses formations.

Romain Bardet sera également présent pour AG2R-La Mondiale, mais dans quel état d’esprit alors qu’il a annoncé hier qu’il quittait l’équipe pour rejoindra la SunWeb en 2021?

Parmi les autres coureurs à surveiller, Mikel Landa pour la Bahrain-McLaren, Emanuel Buchmann chez Bora-Hansgrohe, Dan Martin chez Israel Start-Up Nation, ainsi qu’Adam Yates che Mitchelton-Scott.

Ha oui! Un certain Peter Sagan est aussi de la partie, question de se préparer à une nouvelle conquête du maillot vert sur le Tour. Avec 7 maillots verts ramenés à Paris jusqu’ici, il est le recordman de ce maillot… en route pour un 8e titre? Ca devient presque lassant…

Suivre la course en direct

Pas simple depuis le Québec! J’ai souvent eu du succès avec Tiz-Cycling pour un stream gratuit, mais pas toujours facile avec ce site.

L’Équipe TV diffusera les étapes c’est certain, espérons sans géo-codage.

Vous pouvez essayer des sites comme Steephill.tv qui offrent une sélection de liens, certains pouvant parfois fonctionner depuis le Québec.

Sinon, des sites payants comme FloBikes sont probablement la meilleure option actuellement.

Si vous avez des tuyaux, n’hésitez pas à les partager ici.

Le Tour de l’actualité

1 – Milan San Remo. Van Aert, comme Alaphilippe en 2019! Il enchaine comme le Français l’an dernier les Strade Bianche, puis Milan SanRemo, excusez un peu.

On pourrait presque dire que l’étoile de son éternel rival en cyclo-cross, Mathieu Van der Poel, « seulement » 13e samedi, a pali face aux victoires remarquables de Van Aert. Chose certaine, ca ne doit pas plaire au néerlandais!

Pour le reste, l’action décisive a été celle de Julian Alaphilippe sur le haut du Poggio. Son accélération a mis tout le monde d’accord, et Van Aert à ce moment a même perdu quelques longueurs sur le Français, qui a basculé au sommet avec 3-4 secondes d’avance. Alaphilippe a-t-il perdu la course en décidant de laisser rentrer Van Aert, qui pouvait ainsi lui filer un coup de main dans les deux derniers kilomètres de plat? Peut-être! Mais ca roulait fort derrière, et il n’est pas sûr du tout qu’Alaphilippe aurait pu résister seul.

Ce qui pose la question: bonne ou mauvaise décision? Personnellement, j’aurais pris la même que lui!

À noter également, un certain Tadej Pogacar qui termine 12e, à 21 ans. Une autre pépite qu’il faut garder à l’oeil!

2 – Tour de Pologne. Encore un récital de Remco Evenopoel, qui a servi tout un numéro en partant seul à 50 km de l’arrivée de la 4e étape, et finissant avec plus d’une minute 30 sur un certain Jakob Fuglsang…

Evenepoel a gagné toutes les courses à étape auxquelles il a participé cette année. Un nouveau cannibale, vous dites? Mine de rien, il a engrangé 9 victoires en… 22 jours de course!

Évidemment, le fait marquant de ce Tour de Pologne est la spectaculaire chute de Fabio Jakobsen, qui fait vraiment froid dans le dos. Elle serait survenue à plus de 80km/h, et c’est déjà un miracle qu’il n’ait pas été tué sur le coup.

Jakobsen a été tassé le long des barrières par Dylan Groenewegen, qui fait désormais face à des sanctions de l’UCI. En attendant la suite, son équipe Jumbo-Visma l’a suspendu de toute compétition.

Pour moi, Groenewegen a clairement dévié de sa ligne, il était au départ de son sprint à plus d’un mètre de la barrière sur sa droite, puis referme progressivement la porte sentant remonter Jakobsen. La sanction devrait être exemplaire selon moi, et les premiers 500 euros d’amende imposée par l’UCI étaient dérisoires.

Il va falloir trouver une solution à ce problème récurent dans le cyclisme. Peindre sur la route des corridors fictifs sur les 150 derniers mètres, et obliger les sprinters à rester dans le corridor dans lequel ils amorcent leur sprint?

3 – Roglic vs Bernal, le match. Egan Bernal et son équipe Ineos ont fait toute une démonstration sur la 3e étape du Tour d’Occitanie il y a quelques jours. La fusée à étage, façon US Postal! D’abord Castroviejo, puis Froome, puis Geoghegan, puis enfin Sivakov pour lancer un Bernal qui a gagné détaché en faisant une grosse impression. Mention très bien à Thibault Pinot qui a su résister très longtemps avant de céder sur les derniers hectomètres de cette 3e étape.

Ben depuis, les Jumbo-Visma ont fait mieux sur le Tour de l’Ain, battant les Ineos de Bernal, Thomas et Froome sur les pentes du Grand Colombier.

Roglic, vainqueur de l’épreuve, et sa bande ont fait pété à la régulière les Ineos, avec Dumoulin, Bennett et Kruijswijk.

Jumbo-Visma est à l’heure en prévision du prochain Tour de France, aucun doute là-dessus! Enfin une belle équipe pour tenir tête aux Ineos si dominateurs depuis quelques années. Y’en a un peu marre!

4 – AG2R – La Mondiale. Ca bouge beaucoup au sein de cette équipe et je vous avoue franchement avoir du mal à suivre. Le départ de Romain Bardet pour SunWeb a été confirmé ce matin, de même que l’arrivée de Greg Van Avermaet, qui quitte CCC en difficulté financière. Pierre Latour a signé chez Direct Énergie, l’équipe change de vélos (Merckx pour BMC), ajoute un nouveau sponsor Citroen, et semble donc se ré-inventer totalement, avec assurément davantage d’ambitions sur les Classiques la saison prochaine.

5 – La FQSC au Québec a annoncé que les courses sur route en peloton seront de nouveau autorisées dès le 15 août prochain. La taille des pelotons est toutefois limitée à 50 coureurs.

Cette annonce permettra de tenir les Championnats provinciaux à Baie Comeau entre les 5 et 7 septembre prochain. Baie Comeau! 200 kilomètres au nord de Tadoussac! Sacrément loin… le respect d’une taille de peloton de 50 coureurs ne devrait pas être un problème!

Van Aert, ce champion oublié

On parle beaucoup de Mathieu Van der Poel.

De Remco Evenepoel, qui vient de gagner le Tour de Burgos de belle façon.

D’Egan Bernal.

Voire de Cian Uijtdebroeks, la nouvelle sensation belge de 17 ans, tout un numéro celui-là.

Moins de Wout Van Aerts. Et pourtant…

25 ans. Triple champion du monde de cyclo-cross. Champion de Belgique du chrono en 2019. Déjà de nombreux top-10 sur les grandes classiques dont Milan-SanRemo et le Tour des Flandres.

Et, depuis samedi dernier, vainqueur des Strade Bianche, après avoir terminé deux fois sur le podium, en 2018 et 2019.

En bref, samedi sur la course toscane, on a eu droit à la revanche de Van Aert. Celle-là, il la voulait. Pour preuve, on a dit qu’il avait vomi après l’arrivée tant il est allé loin dans l’effort après avoir déposé ses quatre compagnons d’échappée dans la dernière bosse sur chemin de terre, à douze kilomètres de l’arrivée.

Une victoire nette, propre, qui n’a fait aucun doute: il était clairement le plus fort dans ces derniers kilomètres. Et le plus adroit, fort de son expérience exceptionnelle en cyclo-cross.

Surtout, Van Aert a su être patient, et il ne s’est jamais affolé quand Fuglsang est parti à près de 50 bornes de l’arrivée, beaucoup trop loin dans cette chaleur et compte tenu de tous les secteurs de terre battue qu’il restait.

Van Aert sait courir juste, intelligemment, et il s’est imposé en mettant tout le monde d’accord, sans assistance de son équipe dans le final. Il signe son grand retour, plusieurs mois après sa terrible chute lors du chrono du dernier Tour de France. Attention à lui pour les prochaines classiques et notamment Milan-SanRemo le week-end prochain, il sera un sacré client.

Rien à ajouter.

Les autres

Alaphilippe a été victime de malchance, six crevaisons, et s’est activé beaucoup trop tôt dans la course. Ayant péché par orgueil, tout comme toute son équipe Deceuninck, la leçon portera je pense. Le WolfPack a déconné samedi dernier.

Idem pour Mathieu Van der Poel, qui a dû enrager solide de voir son rival juré, Van Aert, s’imposer samedi. Van Der Poel a été victime d’une crevaison au mauvais moment certes, mais il a été rattrapé par la chaleur et surtout, la distance. Dans son cas, on a cru revivre l’issue des derniers Mondiaux sur route, où il s’est éteint d’un coup comme samedi, bien que dans des conditions météo différente. Visiblement, la copie doit être revue pour Van der Poel, qui semble manquer de caisse quand la distance est longue et que la course est difficile dès le départ.

Plusieurs autres sont passés à la trappe, dont Nibali, les Deceuninck, les Lotto, les Ineos incluant Kwiatkowski, les NTT et les SunWeb.

Mention très bien cependant au dernier vainqueur du Ronde Alberto Bettiol, à Davide Formolo chez UAE qui prend du galon, aux Bora-Hansgrohe de Shachmann, malgré des écarts considérables: le 12e, Kwiatkowski, est déjà à plus de 10 minutes!!!

Les Canadiens Hugo Houle et Mike Woods terminent pour leur part à plus de 19 minutes.

Chez les femmes

Une prestation vraiment électrisante de la Québécoise Karol-Ann Canuel, dans le coup dans le final, étant la dernière à résister à l’assaut de la championne du monde et vainqueure Annemiek Van Vleuten, alors qu’elle mettait en route derrière l’échappée solo de l’espagnole Margarita Victoria Garcia Cañellas.

Et à la clé, une magnifique 9e place pour la Québécoise, à un peu plus de 4 minutes. Mention très, très bien!

À la télé

Samedi, le site L’Équipe Télé fonctionnait vraiment très bien depuis le Québec. Avec les commentaires toujours pertinents et souvent humoristiques d’une grosse pointure du milieu, Cyril Guimard. Je vous le recommande fortement.

Au taquet

T’es au taquet.

Ca roule vraiment fort. Tu t’accroches à la roue de devant. L’abri, surtout rester dans l’abri, ta seule planche de salut à ce moment-ci. Tu la perds, tu sais que tu passes par la fenêtre.

Toute ton énergie mentale ne s’emploie plus qu’à une seule chose: tenir jusqu’au prochain panneau jaune, là-bas au loin. Ca te suffit, et tu ne veux pas penser à la suite. Juste ce panneau jaune, c’est le seul objectif que tu peux avoir à ce moment. Tu ne penses même plus à tes enfants, juste survivre jusqu’à ce putain de panneau.

T’es au taquet.

Tout fait mal: les jambes assurément, mais aussi tout ton corps, une fatigue lancinante, générale. Et  ce tronçon de route est long, tu sais que ca va faire mal longtemps. Pas l’affaire d’un 30sec ou 2min, non, beaucoup plus long que ca. Mais tu ne lâcheras rien. Les bosses, les faux-plats ascendants ou descendants, plus rien ne t’importe: tu t’accroches, point.

Même pas capable de prendre ton bidon pour boire, ca va trop vite. Tu te tourmentes: faudrait pourtant boire un coup, à cette allure les cartouches se grillent vite. Mais le choix est vite fait entre prendre le bidon et perdre la roue, ou garder la roue sans le bidon…

T’es au taquet.

Arrive le panneau jaune. Plus vite que tu penses! Done, check. Tu te surprends alors d’en redemander: allez, jusqu’à l’autre panneau là-bas, au loin. Fuck le bidon. Tu ne lâcheras rien. Même allure, même souffrance. Tu es capable de le prendre. Les jambes tournent. Le moteur fonctionne. Fait chaud, mais tu n’en as cure: get the job done.

À un moment, généralement aux deux-tiers du tronçon, l’overdrive embarque. Tu te jases: je vais le finir ce tronçon. Je suis capable. Je ne lâcherai rien. Pas enduré tout ca pour m’écrouler maintenant… Alors tu remets une dent. Et tu serres les autres.

T’es au taquet, mais tu adores ça.

Et tu termines avec le plus incroyable des sentiments en sport: putain, je pensais jamais être capable de rouler aussi vite, aussi longtemps. Tu te surprends des chiffres, les watts stratosphériques pour toi. Tu es Eddy Merckx, l’espace d’un instant. Et ca fait du bien.

Jusqu’à ce que ton KOM sur Strava soit explosé par un(e) autre… Pas grave, t’iras le rechercher, quitte à mourir une nouvelle fois sur ton vélo.

T’as l’habitude maintenant. Et c’est pour ca que tu progresses encore.

Les pros à l’entrainement…

Et oui, c’est bien Bjarne Riis que l’on voit entrainer les coureurs NTT du côté de Lucca!

L’offensive BMC

La marque suisse de vélo BMC a récemment dévoilé son nouveau TeamMachine SLR-01, fleuron de la gamme. Un vélo très intégré, au look épuré, dans l’ère du temps: à ce vélo originalement destiné à la grimpe, on lui greffe en 2021 un petit caractère « aéro » bien à la mode.

Fait intéressant, le cadre est livré avec ses propres porte-bidons, intégrés pour maximiser l’écoulement de l’air.

Le produit semble très réussi. Surtout que BMC s’est soucié des détails: le vélo viendrait avec les fameuses roues DT Swiss PRC1100 Dicut Mon Chasseral. Du très beau matos de pointe.

BMC semble vouloir monter en régime l’an prochain pour défendre voire augmenter ses parts de marché face à la concurrence féroce des géants de l’industrie que sont Trek, Specialized, Cannondale et Giant.

Selon le site Matos Vélo, BMC équipera l’an prochain l’équipe française WorldTour AG2R – La Mondiale qui roule actuellement sur des vélos Eddy Merckx. L’équipe pourrait voir partir Romain Bardet sous d’autres cieux (SunWeb?) et pourrait accueillir en échange Greg VanAvermaet, dont son équipe polonaise CCC est en grande difficulté financière suite à la crise de la Covid-19. Si cela se confirmait, il est possible que le focus d’AG2R – La Mondiale serait davantage les classiques l’an prochain, fort d’un Olivier Naasen dans ses rangs.

Chose certaine, la guerre commerciale est actuellement féroce au plus haut niveau. Trek a dévoilé il y a peu de temps son nouveau fer de lance, l’Emonda 2021. Specialized serait sur le point de dévoiler un nouveau Tarmac auquel on aurait donné une touche aéro là encore. Il sera intéressant de surveiller les coureurs de Deceuninck-Quick Step et de Bora-Hansgrohe dans les prochaines semaines, les coureurs utiliseront probablement les nouveaux vélos 2021.

Et tous ces vélos sont évidemment avec freins à disque ; ça sera désormais difficile d’éviter un transfert vers cette technologie dans les prochaines années pour ceux qui, comme moi, roulent toujours avec des freins à étrier.

On trouve assez facilement les vélos BMC au Québec. Vélo Cartel situé à Québec annonçait récemment qu’ils auront ces vélos en 2021, et on devrait donc en voir régulièrement sur nos routes.

Le prix? Si vous demandez, c’est que c’est trop cher pour vous!

Fouillez nos archives!