William Goodfellow piqué pour dopage

Je suis tellement déçu encore une fois. Tellement déçu! Et inquiet.

Le Centre canadien pour l‘éthique dans le sport (CCES) a annoncé aujourd’hui que le coureur cycliste québécois William Goodfellow, 27 ans en janvier prochain, a été pris positif lors des Championnats québécois en août dernier à deux subtances interdites, soit le clenbutérol et la darbépoétine. Il avait terminé 2e de la course sur route de ces Championnats québécois, au terme d’une saison ponctuée de nombreuses places d’honneur, et notamment d’une 2e place lors de la 9e manche des Mardis cyclistes de Lachine le 5 août dernier.

Membre de l‘équipe Silber Pro Cycling, William Goodfellow aurait renoncé à son droit d‘être entendu pour fournir des explications et a donc été suspendu pour une période de deux ans, soit jusqu’au 24 août 2016.

Le clenbuterol est un vasodillatateur, donc une substance utilisée dans le traitement d’affections respiratoires.

La darbépoétine est de la classe des médicaments appelés hormones régulatrices de l‘érythropoïèse. C’est donc bien d’EPO dont on parle ici. L’aranesp est un des produits de darbépoétine les plus connus.

C’est donc un cas de dopage sanguin, lourd, aux produits sophystiqués qu’on ne trouve pas vraiment très facilement chez Jean Coutu. Si Goodfellow a utilisé ce genre de produit, c’est qu’il a pu s’en procurer auprès de fournisseurs. Voilà qui confirme les conclusions du récent rapport sur le dopage dans le milieu du cyclisme au Canada, mandaté par Cyclisme Canada.

Vraiment, je suis très très déçu, même si je ne connais pas directement William Goodfellow. Je le considérais cependant comme un excellent coureur au Canada.  Et dire que plus récemment, il s‘était investi comme entraineur auprès d’athlètes!

Rappelons que Goodfellow n’est pas le premier cas de dopage à l’EPO qui secoue le milieu du cyclisme canadien. Outre le cas tristement célèbre de G. Jeanson, qui remonte maintenant à plusieurs années, il y a aussi eu le cas Arnaud Papillon en 2011 au sein de l‘équipe Garneau, de même que celui de Benjamin Martel survenu la même année lui aussi à l’occasion d’un championnat québécois, coincidence.

Chose certaine, il ne fait aucun doute que ca roule vite chez les Séniors 1-2 au Québec et qu’en conséquence, les tentations soient grandes chez certains, surtout ceux nourissant des ambitions de percer chez les pros.

Il continue donc d’y avoir du dopage lourd (sanguin) au Québec et je suis certain que ce dopage ne se limite pas qu’aux seuls Séniors 1-2. Le plus inquiétant sont les réseaux de distribution probablement existants autour de nous… En ce sens, j’invite William Goodfellow à collaborer avec les autorités pertinentes afin de dénoncer les distributeurs et d‘éclairer tout le monde non seulement sur les raisons l’ayant poussé à se doper, mais surtout comment il a pu le faire.

Et voilà une affaire qui prouve que plus que jamais, nous avons besoin de davantage de contrôles antidopage dans le milieu du cyclisme canadien. Les autorités doivent en prendre acte, et accroître leur vigilence ainsi que le nombre et la fréquence de tels contrôles.

Astana

Une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule, la farce continue de plus belle chez Astana avec un… 5e cas de dopage rendu public hier, le 3e au sein de l‘équipe continentale formée essentiellement de jeunes. De jeunes qui sont la relève du vélo de haut niveau!

Alexandr Vinokourov tente de sauver les meubles (lire sa licence WorldTour) et a suspendu toute l‘équipe continentale. Le plus drôle sont ses déclarations : “The young riders are crazy if they still haven’t understood that there is no place for doping in cycling.“ Rappelons que Vinokourov lui-même a été plusieurs fois convaincu de dopage lors de sa carrière… Crédible vous dites? De pures opérations de public relations, c’est tout.

Espérons que l’UCI pose prochainement un geste courageux et ne délivre pas de licence WorldTour à l‘équipe Astana ou, si elle le faisait, sous certaines conditions, notamment que Vinokourov soit démis de ses fonctions avec interdiction de tous contacts avec l‘équipe dans l’avenir. Il y va de la crédibilité du cyclisme tout entier encore une fois.

10 cadeaux de Noël pour le cycliste qui veut rester dans le coup

Le grand classique à l’approche de Noël est de retour: mes 10 suggestions de cadeaux de Noël, cette année pour le cycliste qui veut rester dans le coup. On veut de l’exclusif, du beau, du technique, du moderne, du récent et oui, parfois, du cher!

3598_4    1 – Veste Assos SturmPrinz EVO. Superbe veste d’une versatilité unique: imperméable, protectrice contre le froid (pratique dans les descentes de col…) mais aussi respirante. Brillant, un accès aux poches du maillot en dessous est prévu à l’arrière. La classe, mais c’est cher.

victorinox_32 – Couteau Victorinox – Assos. Tant qu‘à sortir le petit couteau pour découper une rustine pour réparer un pneu, autant impressionner les copains par votre distinction et votre raffinement. Et c’est moins cher! Mais attention, ne l’apportez pas avec vous à l’aéroport…

XPRESSO15_273 – Pédales Time XPresso 15. 67 grammes la pédale, que dire de plus? Encore une fois, Time impressionne.

Capture d’écran 2014-11-25 à 21.38.004 – Polar V650. Pour ceux comme moi qui aime la marque Polar, voici enfin un compteur vélo avec fonctions GPS intégrées, de quoi s’assurer d‘être sur Strava après chaque sortie. La taille de l‘écran est intéressante, facile à la lecture. Disponible bientôt dit-on.

Capture d’écran 2014-11-25 à 21.37.485 – Campagnolo Bora Ultra 35. Probablement la plus polyvalente et la meilleure des roues actuelles. 1160 grammes de technologie dans sa version boyau, difficile à battre. Moyeu carbone, ceramic bearings, rayonnage G3, surface de freinage 3Diamant traitée pour améliorer le freinage, balancée pour tenir compte de la valve, l’expression “du matos de pointe” est à son paroxysme.

Capture d’écran 2014-11-25 à 21.36.126 – Squirt Lube. Un lubrifiant à base de cire qui ferait gagner des watts en réduisant la friction. À l’essai, c’est vrai que c’est plus smooth, plus silencieux, et que ça dure plus longtemps aussi. Un bon produit, assurément.

Capture d’écran 2014-11-23 à 21.11.397 – Un peu de mémoire et beaucoup de souvenirs. “Paulo la science”, ou Jean-Paul Ollivier, nous raconte ses souvenirs cyclistes dans ce livre, fort de ses nombreuses années d’expérience à titre de commentateur cycliste. Érudit s’il en est, toujours intéressant, il a couvert plus de 30 Tours de France, excusez un peu.

Molteni_2_1-300x3008 – Tasses expresso vintage. N’importe laquelle de ces tasses impressionnera les petits copains venus boire un expresso quelques minutes avant de partir pour une autre de ces sorties légendaires entre vous et dont l’objectif est de finir rincé 5h plus tard. Seul ou avec les autres…

Capture d’écran 2014-11-23 à 21.12.489 – Le meilleur du Tour de France, par René Pellos. Du Pellos, c’est unique, ça fait partie de l’histoire du vélo désormais. Ses dessins sont originaux, propres à faire ressortir la légende de ce sport. Un livre de collection à voir… et à revoir sans cesse. Parce qu’une image vaut mille mots.

aerotechtsaproduct10 – Sci-Con aerotech bike bag. Simplement la meilleure boite de transport pour un vélo, un achat “once-in-a-lifetime” qui vous survivra. Avec une telle boite, vous voyagez l’esprit tranquille. C’est cher, mais c’est plus que du bonbon.

Velon, c’est crédible?

La nouvelle dans le monde du cyclisme, c’est la création de Velon, une initiative de onze équipes pro (aucune n’est française…) et dont le but est de proposer quelques réformes du cyclisme professionnel, notamment pour rendre les courses plus attractives pour le grand public, repenser le calendrier de course et assurer la viabilité économique à long terme du sport.

Un ancien directeur commercial dans le foot (au Liverpool FC) et marketing chez Nike, Graham Bartlett, a été nommé président de cette entreprise commune (joint venture).

Je pense que je ne prends pas grand risque en vous disant que Dave Brailsford, manager général de Sky, a joué un rôle clef dans la constitution de cette structure. Pas surprenant donc de voir un anglais à la tête du mouvement!

Pour la petite histoire, l’UCI est également dirigée par un Anglais, Brian Cookson. Décidément, il y a beaucoup d’anglais non seulement sur les cyclosportives en Europe, mais aussi dans la gouvernance du cyclisme pro!

Quoi qu’il en soit, l’annonce de la création de Velon est entourée de mystère. On annonce simplement qu’il faut que le modèle économique du cyclisme, qui repose à 95% sur le sponsorship d‘équipe selon eux, cesse.

Lisez que le groupe visera, très rapidement, à s’approprier une partie des revenus publicitaires et de droits télé qui appartiennent actuellement pour l’essentiel aux organisateurs de courses. C’est là la réelle démarche de ce groupe.

Le groupe tente déjà une percée en ce sens via le développement de l’usage des caméras embarquées sur le vélos des coureurs, question de vivre la course “de l’intérieur”. Si l’idée est bonne, la manière est insidieuse car Velon essaie de monnayer ces vidéos auprès des rediffuseurs. Selon Velon, tout ce qui est installé sur un vélo appartient aux équipes. Mais voilà, l‘équipe compétitionne dans une course organisée par une autre instance, et cette course se déroule selon les règles établies par une troisième instance, le plus souvent l’UCI.

Un beau casse-tête juridique si l’UCI ou les organisateurs de course sentaient que Velon prend trop de place…

La réforme du calendrier maintenant? Velon chercherait à créer une cohérence à l’ensemble des courses d’une saison, possiblement sous la forme d’une “Coupe du Monde”, c’est à dire d’un classement cumulatif visant à désigner le meilleur coureur au terme d’une saison.

L’idée n’est pas nouvelle, la dernière tentative remontant à la Coupe du monde des années 1990. Sans grand succès.

Pourquoi ne pas simplement puiser dans l’histoire du cyclisme et de ressusciter le classement Super-Prestige, dont l’immense avantage serait de relier le passé au présent (la liste des anciens vainqueurs de ce trophée, entre 1958 et 1987, est prestigieuse)?Pour qu’un tel classement fonctionne, il faudrait selon moi l’ouvrir aux équipes continentales et s’assurer que le barème de points reflète bien la hiérarchie des courses cyclistes pro.

Bref, je ne crois pas trop au projet Velon, surtout dans le contexte où l’UCI a pris les devants sous l’impulsion de Cookson et planche déjà à une révision du calendrier des courses pour 2017. Je peux comprendre les intérêts des directeurs sportifs et managers d‘équipe qui, chaque fois que leurs sponsors arrêtent, sont exposés à une certaine précarité et à une incertitude liée à la recherche de nouveaux partenaires. L’idée de mieux partager les droits télé entre organisateurs et équipes est bonne, mais cette négociation doit être menée par un partenaire externe crédible et indépendant. Je ne vois aucun partenaire actuellement mieux placé que l’UCI, qui peut arriver à la table de négociation avec l’affirmation qu’elle travaille toujours dans le meilleur intérêt du sport cycliste.

Déplorons enfin que Velon ne dise mot sur les réels enjeux du cyclisme: la lutte contre le dopage d’abord, mais aussi l‘élimination des oreillettes, pourtant un élément clef qui permettrait de rendre les courses beaucoup plus excitantes pour le public.

Crédible, vous dites? Pas vraiment!

Collectif Parlee Cycles

Une nouvelle équipe Maître sera dans le peloton en 2015 au Québec, Collectif Parlee Cycles. Outre le lancement d’une nouvelle équipe cycliste, ce projet renferme un aspect intéressant, celui de produire régulièrement des petits vidéos de 3 ou 4 minutes sur certains thèmes proches de la pratique du cyclisme, comme la préparation hivernale, les camps d’entrainement ou encore certaines régions du Québec où faire du vélo est particulièrement agréable.

Le premier vidéo produit, intitulé “Chaque sortie est une histoire”, est de grande qualité et rudement bien fait. On a déjà hâte aux suivants!

Merci à mon ami Mario, membre de ce projet, pour le tuyau et bonne chance les gars!

Collectif Parlee —Épisode #0— english sub from Thomas Rinfret on Vimeo.

La méthode Bouhanni

Excellent petit vidéo. Merci à mon pote Martin pour le tuyau.

Le Tour de l’actualité

Ca fait un moment que je ne vous ai pas proposé un petit Tour de l’actualité, en moins de 21 étapes…

1 – Astana. Un 4e coureur de l‘équipe kazakh a été piqué positif aux stéroïdes. Mais attention, Alexandr Vinokourov, un mec très crédible en matière de dopage, nous rassurera dans les prochains jours: l‘équipe Astana souscrit au Mouvement pour un cyclisme crédible, et les deux cas récents de dopage sont au sein de l‘équipe continentale, pas de l‘équipe professionnelle. Il ajoutera certainement qu’il est outré du comportement de ses coureurs, qu’il les a licencié sur le champ, qu’il déplore la situation, et surtout, surtout, ô grand surtout, qu’Astana est une victime de la situation et que oui, le cyclisme mérite mieux.

M. Cookson, il est temps de mettre vos culottes: Astana out du World Tour, point barre. End of discussion.

2 – Dopage en 2014. Le milieu cycliste pro nous le répète ad nauseam: les années noires du dopage dans le cyclisme sont derrière nous, Lance Armstrong n’a “plus sa place dans le vélo” et nous évoluons aujourd’hui – Dieu merci! – dans un monde plus sain.

Aie. Je crains que la vérité soit bien différente.

S’il est probablement vrai que la belle époque du dopage massif à l’EPO en toute impunité est révolue, je vous invite à consulter les documents PowerPoint et .pdf présentant les propos tenus par le Pr. Michel Audran à l’occasion d’un colloque, en mars dernier, sur le dopage sanguin d’aujourd’hui.

En gros, il est très clair, selon l’expert, que le dopage sanguin persiste dans le cyclisme, mais a évolué vers d’autres formes et produits ces 20 ou 25 dernières années.

Les micro-doses, indétectables au delà d’une fenêtre de 12 heures, restent LA méthode en vogue.

L’autre méthode en vogue, ce sont les auto-transfusions, toujours indétectables. Dieu sait ce que les coureurs cyclistes font actuellement, durant l’intersaison!

Enfin, une panoplie impressionnante de nouvelles formes d’EPO “génériques” ou de “Xième génération” sont disponibles, certains avançant le chiffre de 200 voire plus. De nouveaux produits font aussi leur apparition, comme l’inquiétant PIB 1418 dont l’effet, similaire à l’EPO, est induit à partir de récepteurs non-EPO présents dans le corps humain. Nombre de ces produits découlent d’avancées louables dans le domaine de la lutte à l’anémie, utile également en chirurgie post-opératoire.

3 – Merci. À tous les lecteurs ayant pris la peine de laisser un commentaire ou de m’envoyer un courriel en privé pour suggérer des idées de sujets au cours des prochaines semaines. Je ne peux répondre personnellement à tous, je l’ai fait dans certains cas, mais soyez assurés que j’ai lu et considère chacune de vos propositions, dont la plupart feront l’objet d’un texte prochainement.

4 – Je persiste et signe. Le sport cycliste est le plus difficile au monde. Point barre. Je ne parle pas de la pratique du cyclisme pour nous amateurs, ce qui est différent. Il est évident qu’entre ma sortie de 200 bornes à vélo, ou ma sortie de 70 bornes en ski de fond, ou mon marathon, ou encore mon match de boxe, il est difficile de comparer et toutes ces activités sont très difficiles à leurs égards. Je vous parle ici du sport cycliste pro. Je ne connais pas d’autres athlètes soumis au rythme des coureurs pro durant une année, entre courses, voyages, entrainements, etc. Et je ne connais pas d’autres épreuves sportives plus exigeantes au niveau physique et psychologique que les grands tours, ou les dures lois de la compétition sont tous les jours de mise, sur une longue durée. Le cyclisme est le sport le plus exigeant car il marie à la fois endurance, intensité et compétition (le fait que vous ne choisissez pas forcément quant ni où vous ferez vos intensités…) et ce, par (presque) tous les temps, dans toutes les conditions.

5 – Hinault. J’aime le champion, moins l’homme. Il a beaucoup été question de lui ces derniers jours, particulièrement en France, puisque le champion français vient de célébrer ses 60 ans (le 14 novembre dernier). Je vous invite toutefois à lire ces témoignages de ceux qui l’ont bien connu dans l’intimité, et qui nous révèlent un peu plus la tête de cochon qu’est Hinault. Le témoignage de son ex-équipier Maurice Le Guilloux, à la fin de l’article, vaut le détour! Extrait: “Quand on était dans la campagne des classiques, on dormait à Mons-en-Baroeul, au-dessus d’un troquet, on payait 25 francs par jour tout compris, y compris le ravito. Les piaules étaient pourries, chauffées au gaz, on a failli mourir plusieurs fois. Les toilettes, c’était avec un seau au fond du jardin. Il fallait faire 50 mètres pour y aller, alors la nuit, on pissait par la fenêtre. Bernard regardait toujours des conneries à la télé, des films anglais sous-titrés en flamand, je lui disais de baisser le son parce qu’il ne comprenait rien, il répondait : “ouais, mais l’ambiance…“”

6 – Tony Martin. Il devrait s’attaquer au record de l’heure en 2015. En réponse à Cancellara?

7 – UCI. On planche sur une refonte importante du calendrier des courses cyclistes pro pour 2017, avec comme possibilité des grands tours écourtés. Faut voir. Ma crainte? Celle que les “réformistes” oublient de travailler à partir des incontournables du calendrier cycliste pro, et qui ont bâti la légende: Paris-Nice et Milan SanRemo en mars, les grandes Classiques flandriennes et ardennaises au printemps, le Giro en mai, le Dauphiné ou le Tour de Suisse en juin, le Tour de France en juillet, les Mondiaux en septembre et le Tour de Lombardie début octobre. Le reste importe peu, du moment que c’est organisé de façon logique, question, par exemple, de ne pas demander aux coureurs de traverser l’Atlantique pour courir en Amérique du Nord quatre fois dans l’année…

Et je continue de me demander si des Grands Prix de Québec et Montréal début ou mi-août ne serait-il pas plus logique qu’actuellement?

8 – Panne sèche. J’ai la motivation dans les chaussettes en ce moment côté entrainement. Je ne m’entraine guère, et il faudrait bien que je reprenne rapidement maintenant la préparation physique générale. Quelqu’un aurait-il un truc pour me faire repartir?! Pour l’instant, rien qu‘à voir le vélo sur le home-trainer en bas dans mon sous-sol, prêt à l’usage, ne me donne rien d’autre comme envie que de m’enfuir en courant…

L’approche allemande au dopage

À l’heure où le parlement allemand discute d’une nouvelle loi en matière de dopage qui pourrait inclure des peines de prison pour les sportifs reconnus coupables d’usage de produits illicites, ce reportage d’une 30aine de minutes est à voir. Il s’agit d’un récent reportage sur le dopage dans le cyclisme, réalisé par des journalistes allemands.

Rappelons que l’Allemagne a durement sanctionné le sport cycliste en raison de ses problèmes de dopage: l‘équipe Telekom puis, un peu plus tard, l‘équipe Gerolsteiner n’ont pas hésité à fermer boutique, et la télé allemande ne retransmet plus le Tour de France depuis 2011 déjà. En 2015 cependant, l‘équipe Bora-Argon18, suite de NetApp-Endura en 2014, assurera une certaine présence allemande dans le peloton pro mais à ce jour, pas de licence WorldTour.

Le nouveau projet de loi vise à préserver l’intégrité du sport, ainsi qu‘à condamner les coupables avec la plus grande fermeté.

On pourra débattre du bien fondé de recourir à des peines de prison pour ceux qui seront piqués positifs. Je ne suis pas convaincu pour ma part, estimant qu’on peut durcir les sanctions sans en venir à une telle action. Certains pourront certainement y voir une exagération. Vu cependant du côté du dommage que le dopé fait subir à l’athlète sain – dommages financiers, psychologiques, moraux – on peut y voir motif suffisant à un emprisonnement.

Quoi qu’il en soit, on ne “niaise” pas avec le dopage en Allemagne, le pays étant donc aux antipodes de ce qu’on peut retrouver actuellement en Espagne par exemple.

Merci à Mathieu du site ChronosWatts pour le lien vers le reportage, et pour le sous-titrage du vidéo à l’origine en allemand vers le français ou l’anglais. Ce sous-titrage n’est disponible que si on accède au vidéo via le site ChronosWatts.

Fouillez nos archives!