Première semaine du Tour: même les pavés ont été ennuyants!

Cette première semaine du Tour ne passera pas à l’histoire: ce fut d’un ennui! Deux victoires au sprint de Gaviria, deux de Sagan, deux de Groenewegen, hier Dekengolb et les BMC dans le chrono par équipe et ce fut plié.

Surtout, aucune échappée n’a pu nous divertir en se rendant au bout. Le peloton a toujours maîtrisé les écarts, merci les oreillettes.

Que reste-t-il du sport? Que reste-t-il du flair en course, de l’initiative, du sens tactique?

L‘étape des pavés hier n’aura finalement fait aucun écart parmi les favoris, hormis Rigoberto Uran le perdant du jour. Mais son retard sur la ligne n’est pas la catastrophe non plus. Romain Bardet s’est bien fait peur, étant malchanceux avec les crevaisons toute la journée, mais a pu revenir dans le groupe des favoris grâce à un gros travail de son équipe. C‘était le plus intéressant durant l‘étape!

On regrettera l’abandon de Richie Porte, qui avait spécialement préparé ce Tour de France. Encore un exemple du danger de tout miser sur une seule épreuve en saison…

Devant, deux vainqueurs de Paris-Roubaix se disputaient la victoire, Van Avermaet le maillot jaune et Degenkolb, flanqués de Lampaert, un autre homme fort des Classiques. On attendait aussi Sagan, toutefois rapidement isolé et donc incapable d‘être un acteur de ce final. J’espère que son équipe Bora s’est fait remonter les bretelles à l’arrivée!

Cette semaine devrait être plus intéressante, avec le Tour qui entre dans les Alpes. Trois superbes étapes – ne manquez pas les images! – qui créeront cette fois des écarts décisifs, c’est certain. Vendredi, plusieurs coureurs auront définitivement perdu le Tour.

Difficile de dire qui semble le mieux actuellement. L‘équipe Sky me semble surpuissante encore une fois, et la dynamique Thomas-Froome sera intéressante à suivre si jamais les deux étaient dans le coup. Bardet est bien, mais il a laissé des forces sur les pavés. Nibali ? Impossible de dire actuellement comment il encaissera la haute montagne. Reste Dumoulin et les Movistar (Landa, Quintana, Valverde), qui pourraient tout faire sauter s’ils adoptent une stratégie agressive. Et Yates!

Après une semaine, c’est comme si le Tour n’avait pas encore commencé!

Chiant, le Tour?

Personnellement, je suis ravi de la réaction quasi-unanime dans les médias actuellement quant aux 7 premières étapes du Tour: d’un ennui mortel!

Tellement que j’en perds mon inspiration pour vous entretenir du Tour…

L‘Équipe titrait hier “Sept jours de sieste“, c’est dire! Le Monde n’y va pas de main morte non plus, titrant au sujet de l‘étape d’hier “Le jour le plus long“.

C’est vrai que Messieurs les coureurs ont musardé solide hier: 231 kms tout plat parcourus à une moyenne d‘à peine 40km/h, ce fut long longtemps. Les coureurs étaient même en retard par rapport à l’horaire le plus lent (42km/h) prévu dans le guide du Tour!

Surtout, les coureurs se sont refusés à se lancer dans des offensives, sauf Offredo et Pichon. Offredo en particulier en avait gros sur la patate à l’arrivée, l’organisation ne lui ayant pas octroyé le titre de coureur le plus combatif de l‘étape malgré les kilomètres passés devant. Je suis bien d’accord avec lui! Et Dieu que j’aime son franc-parlé devant la dictature des oreillettes en course: “Non, d’accord, mais après, qu’est-ce qu’on fait ? On se regarde les quéquettes (sic), on attend l’arrivée et on fait un sprint. Je me suis dit pourquoi pas, si on est plusieurs.

Non, ca ne tourne pas rond jusqu’ici sur le Tour. On nous avait promis davantage de sécurité pour les coureurs en passant à des équipes de 8; il n’en est rien, les chutes étant au moins aussi nombreuses qu’avant. C’est tout simplement la faute aux oreillettes là encore: quant tu as 20 directeurs sportifs qui hurlent dans ces machins qu’il faut remonter devant car il y a une difficulté ou un écueil qui arrive sur la route, ben tu as des chutes.

Les oreillettes ont tué toutes les échappées jusqu’ici. Je comprends certains coureurs: à quoi bon la dépense d‘énergie et la galère devant si c’est pour se faire revoir à 100% dans les deux derniers kilomètres, outre bien sûr le fait de montrer le maillot à la télé? Offredo a même déclaré après l‘étape: “Ces étapes-là sont une mascarade. Là, j’ai juste envie de faire mes valises et de rentrer chez moi.“ Ouf!

On est loin du Giro ou de la Vuelta qui n’hésitent pas à placer des étapes accidentées voire de montagne (l’Etna…) en début d‘épreuve…

Par chance, on arrive dimanche sur les pavés de Paris-Roubaix, puis la semaine prochaine dans les Alpes. On verra si la Sky pourra tout cadenasser, ou si les autres favoris oseront (Nibali, Quintana, Landa, Dumoulin, Bardet, Yates, etc.).

Espérons qu’avec du relief, c’est tout le Tour de France qui en prendra. Il en a bien besoin.

Le Tour du Tour #2

1 – Partir trop tôt, c’est l’erreur classique en sprint et ca se voit aussi chez les pros! Hier, il est clair que Greg Van Avermaet ou Philippe Gilbert sont partis beaucoup trop tôt en vue de l’arrivée. Sagan a su attendre un peu plus longtemps, et il a la puissance pour corriger le tir en cours de route. La ligne est survenue 35m trop loin pour Colbrelli qui tourne autour… gageons qu’il en gagnera une d’ici Paris!

2 – Sagan surpuissant, il n’a même pas besoin d‘équipe pour s’imposer. Pour moi c’est simple, il est la ré-incarnation d’un Sean Kelly, 25 ans plus tôt. Sans être le meilleur en vitesse pure, il s’impose dès que le sprint est compliqué, c’est à dire au terme de routes sinueuses ou dans une arrivée en faux plat ascendant.

3 – Aujourd’hui, le Mur de Bretagne, deux fois plutôt qu’une! Misez les puncheurs, Alaphilippe ou Gilbert en premier lieu, mais aussi des coureurs comme Nibali ou Valverde, de ceux qui peuvent s’imposer en haut du Mur de Huy ou sur le Tour de Lombardie. Ca sera intéressant, surtout s’il y a du vent.

4 – Dimanche, les pavés de Paris-Roubaix! Ne manquez pas ca!

5 – Plus sécuritaire, un peloton composé de 176 coureurs plutôt que 198? Les articles commencent à fuser de toute part pour encore une fois dénoncer le fait qu’on nous prend vraiment pour des cons…

6 – Un maillot sans fermeture centrale pour UAE Team Emirates. Pas sûr du tout!

7 – La position de descente assis sur le tube horizontal, un must? J’ai souvent exprimé mes réserves sur cette technique ici… estimant que les gains en aérodynamisme ne valaient pas la prise de risque au niveau de la direction du vélo. On voit encore cette position dans le peloton pro, avec parfois des chutes comme hier durant l‘étape. Vraiment, je ne la recommande à personne, surtout pas notre communauté de pratiquants qui évolue sur des routes ouvertes à la circulation!

8 – Intéressante analyse de l’effet d’aspiration dans un peloton, effet souvent sous-estimé. C’est fou!

9 – Tous les vélos du Tour, équipe par équipe. Nice! J’ai un petit faible pour Canyon.

10 – Matos: analyse des meilleures crèmes pour chamois. Intéressant! J’utilise pour ma part la crème Assos depuis des années, avec satisfaction. Mais rien de vaut le Assos Skin Repair selon moi. Tout simplement miraculeux!

Chrono par équipe: les équipes françaises à la rue!

La BMC a mouché de quelques secondes les Sky hier dans le chrono par équipe, je sais pas pourquoi mais ca m’a bien fait plaisir.

Du coup, voilà un Belge, Greg Van Avermaet, en jaune la veille d’un France-Belgique sur la Coupe du Monde de foot!

Les bonnes opérations du jour sont à mettre au compte des SunWeb de Tom Dumoulin, des Michelton-Scott d’Adam Yates et des Education First-Drapac de Rigoberto Uran.

Romain Bardet et ses AG2R – La Mondiale ont su limiter la casse de belle façon aussi, Bardet pointe désormais à 20 petites secondes de Froome près les trois premières étapes, bien joué!

De l’ensemble des favoris pour la victoire finale, c’est Dumoulin qui est le mieux placé pour le moment, à 11 petites secondes du maillot jaune. Uran suit avec un retard de 35 secondes.

AG2R – La Mondiale a été hier la seule équipe française à offrir une performance décente sur ce chrono par équipe. Toutes les autres sont en queue de classement. Il faut y voir assurément les objectifs de ces équipes, qui n’ont personne pour le général. Barguil avait déjà annoncé ne pas viser une place au général, mais bien des victoires d‘étape en montagne: perdre du temps est donc une bonne chose pour obtenir un bon de sortie plus tard dans l‘épreuve.

Groupama-FDJ n’a visiblement pas confiance en Gaudu pour une place au général. Direct Energie et Cofidis, dernière équipe hier, joueront aussi les victoires d‘étape.

Ceci étant, on peut se demander si les équipes françaises n’auraient pas intérêt de travailler un peu plus cet exercice spécifique en saison, ne serait-ce que pour se rapprocher du maillot jaune en début de Tour? La vaste majorité des coureurs français sont déjà loin de la tête de course, hormis Alaphilipppe (ainsi que Bardet et Rolland)auteur d’un bon chrono avec son équipe belge QuickStep.

Aujourd’hui, on est dans la région du président de l’UCI, David Lappartient. Ca arrivera au sprint, 100% sûr. Misez Colbrelli.

Le Tour du Tour…

1 – Des équipes de huit coureurs pour accroître la sécurité? Mon oeil! Y’a autant de chutes que d’habitude sur ces premières étapes, notamment hier où ils ont été nombreux à payer de leur personne (l’Espagnol Leon Sanchez étant le plus touché, avec des fractures au coude et aux côtes). Encore une fois, on nous prend pour des cons. Des équipes de huit c’est bien, mais pour limiter le pouvoir d’une seule équipe à cadenasser la course. J’aurais aimé voir deux ou trois équipes de plus dans le paquet, pour dynamiser encore davantage la course!

2 – Sagan a gagné hier, c‘était du 10 contre 1. Le dernier faux-plat vers la ligne lui convenait parfaitement et comme d’habitude, ils ont été nombreux à tomber dans le piège de partir trop loin, notamment Demare. Colbrelli a pour sa part très bien joué son sprint, il n’aurait pas fallu que la ligne soit 5m plus loin sinon c’est lui qui gagnait… Attention à Sony sur les prochains sprints, il sera présent.

3 – Chrono par équipe aujourd’hui. Toujours spectaculaire tant la cohésion de groupe est importante. Et le parcours, casse-pattes, ne favorise justement pas du tout cette cohésion de groupe. Les équipes auront beaucoup de mal à bien rester homogènes, et je pense qu’elles seront nombreuses sur la ligne avec le nombre minimal de coureurs pour arrêter le chrono.

4 – AG2R – La Mondiale. Le chrono sera délicat pour Romain Bardet puisque deux de ses hommes sont touchés en ce moment, soit Dillier et Gallopin. Froome pourra-t-il refaire son retard dû à sa chute sur la première étape sur le coureur français aujourd’hui?

5 – Jusqu’ici tranquille, Tom Dumoulin est peut-être celui des favoris qui fera la meilleure opération aujourd’hui…

6 – Eurobike, c’est parti en marge du Tour. Et la société Rotor qui sort un 1×13 vitesses… pour prendre Campagnolo et son 12 vitesses de court! Et oui, un 9 dents à l’arrière, c’est possible.

7 – Toutes les compagnies de vélo se mettent à produire des “aero bike” pour la route: Argon 18, Cannondale SystemSix, BMC TimeMachine, Specialized Venge, Trek Madone, Ridley, Willier (qu’utilisait Sylvain Chavanel hier durant son échappée). La vaste majorité de ces vélos sont équipés de freins à disque, qui semblent gagner du terrain. Faudra peut-être s’y mettre bientôt!

8 – Excellent papier original décalé sur le Tour! À lire!

Froome sera hué

Je sais pas vous, mais moi j’ai bien l’impression que ce Tour de France va être “lourd” pour Chris Froome en raison du public sur le bord des routes.

J’ai l’impression que Froome se fera copieusement hué sur ce Tour de France, partout où il passera.

Espérons qu’un geste malheureux à son endroit sera évité, mais je n’en suis pas sûr. Beaucoup de fans de vélo ont été excédés par la récente décision de l’UCI d’abandonner la procédure à l’endroit de Froome dans l’affaire du Salbutamol.

Le sport cycliste est un sport où la proximité du public est très présente, car on ne peut pas mettre 200 bornes de barrières sur les étapes. L’ambiance sera lourde pour les Sky, surtout qu’un Français (Bardet) peut nourrir des ambitions sur ce Tour de France.

La réaction du public à l‘égard de Froome a déjà été très négative hier lors de la présentation des coureurs. Et déjà, par les années passées, Froome n‘était pas le coureur le plus populaire en France auprès du public massé sur les bords de route…

Ca finira par peser dans l‘équation je pense…

Tour de France: les nouveautés en 2018

Plusieurs nouveautés sont introduites au Tour de France cette année. Petit tour d’horizon vous permettant de mieux comprendre la course.

1 – Équipes de huit coureurs. Avec un coureur en moins de disponible par rapport aux années précédentes, cela force les équipes à faire des choix plus drastiques en fonction de leurs objectifs. La taille du peloton complet passe de 198 coureurs à 176. Chaque abandon se paiera davantage “cash” que par les années passées.

2 – Le col du Portet. Selon Christian Prudhomme, cette ascension des Pyrénées serait la plus difficile en France après celle du Mont Ventoux. Au terme d’une étape courte de 65 kms, dégâts garantis!

3 – La grille de départ. Pour limiter la guerre des premiers kilomètres et donner une chance aux meilleurs de partir l‘étape du bon pied, on positionnera les coureurs selon une grille de départ en fonction du classement général lors de la 17e étape, très courte (65 kms). Ca partira assurément très vite puisqu’on part dans la montée de Peyragudes. Festival du home-trainer avant l‘étape!

4 – Les points bonus en cours d‘étape, généralement en haut des bosses. Ces points seront attribués sur les 9 premières étapes, à l’exception bien sûr du chrono par équipe, et donneront des secondes de bonification à ceux qui en marqueront le plus.

5 – Les pavés de Paris-Roubaix. Si les pavés ont déjà été au programme du Tour, il y en a davantage en 2018, soit 15 secteurs en 70 kms seulement. Plusieurs de ces secteurs sont les mêmes que ceux de Paris-Roubaix, ca sera donc du costaud.

Vivement samedi!

Fouillez nos archives!