Katusha, meilleure équipe du monde?

Victoire surprise d’un “inconnu” du grand public ce week-end sur le Tour de Romandie: Ilnur Zakarin, 25 ans, un gros rouleur puisque champion de Russie chrono en 2013. Il avait signé une belle 9e place du général sur le difficile Tour du Pays Basque il y a quelques semaines, de quoi nous informer qu’il tenait une excellente condition physique.

Du coup, voilà une nouvelle victoire de l‘équipe russe Katusha, qui signe par ailleurs un doublé sur ce Tour de Romandie puisque Simon Spilak a terminé 2e du général. Ca n’arrête plus depuis le début de la saison, on voit du Katusha partout en tête de course! Tellement qu’on se demande si Katusha n’est pas en train de devenir (est devenu?) la meilleure équipe cycliste au monde, éclipsant la puissante Sky, ou encore Movistar, Tinkoff et Etixx.

Voyez un peu:

1 – Alexandre Kristoff a remporté trois victoires d‘étape au Tour du Qatar, une étape au Tour d’Oman, une étape sur Paris-Nice, trois étapes des Trois Jours de la Panne ainsi que le général (!), le Tour des Flandres, le GP de l’Escaut, et a encore terminé 2e de Milan SanRemo et de Kuurne-Bruxelles-Kuurne et 3e du général au Qatar.

2 – Luca Paolini a remporté Gent-Wevelgem.

3 – Joaquim Rodriguez gagne cette année le Tour du Pays Basque avec deux victoires d‘étape à la clef, et termine 3e de Liège-Bastogne-Liège et 4e de la Flèche Wallonne.

4 – Simon Spilak, 3e de Paris-Nice et 2e du Tour de Romandie.

5 – Daniel Moreno, 5e de la Flèche Wallonne et 10e de Liège-Bastogne-Liège.

6 – Tiago Machado, 3e du Tour de l’Algarve.

Outre les leaders, on a également assisté à plusieurs belles perfs de coureurs peu connus, voire inconnus en dehors de leur pays d’origine. Je pense à:

7 -Alexey Tsatevitch, 25 ans, qui termine 3e du Tropheo Laigueglia.

8 – l’Autrichien Marco Haller, 24 ans, 3e du GP Nobili Rubinetteri.

9 – Anton Vorobyev, 24 ans, vainqueur du prologue des Trois Jours de Flandre-Occidentale et 2e du général.

10 – Ilnur Zakarin, 25 ans, vainqueur du Tour de Romandie à la surprise générale.

L‘équipe cache par ailleurs d’autres coureurs imposants, notamment ce Gatis Smukulis, quadruple champion de Lettonie chrono, Serguei Lagutin, ancien champion du monde U23 à Hamilton en 2003 et ayant claqué quelques belles places l’an dernier sur plusieurs courses, voire Egor Silin, 26 ans, récemment vu aux avant-postes à travailler pour son équipe sans oublier Yuri Trofimov et Alexandr Kolobnev qu’ont a pas encore trop vu cette saison.

Quelle profondeur!

Y’a pas à dire, c’est Oleg Tinkoff qui doit être jaloux… voire Dave Brailsford.

Et l‘équipe Katusha semble avoir beaucoup de jeunes coureurs de moins de 27 ans prometteurs, de quoi construire l’avenir et gagner pendant plusieurs années.

Je dois vous avouer qu’avec le récent reportage sur le dopage dans l’athlétisme au sein des pays de l’Est, avec la situation fin 2014 chez Astana, et enfin avec le récent reportage de Stade2 remettant en doute l’efficacité du passeport biologique, je nourris quelques inquiétudes. Dois-je également ajouter qu’Ilnur Zakarin a déjà fait l’objet d’un contrôle positif aux stéroïdes anabolisants en 2009 et avait été suspendu 2 ans?

Devant cette suspicion lassante, devant ces doutes quant à l’efficacité des mesures anti-dopage, je me dis que le calcul indirect de puissance est un bel outil qui devrait être davantage utilisé pour cibler les contrôles, surtout dans le contexte où ils coutent chers.

Dopage: l’expérience interdite

À ne surtout pas manquer si vous voulez vraiment comprendre ce qui se passe très probablement dans le sport d’endurance actuellement, en premier lieu dans le cyclisme: ce reportage intitulé Dopage: l’expérience interdite (également disponible ci-bas).

On a soumis quelques sportifs français de haut niveau à un protocole de dopage (EPO, hormones de croissance, etc.) pendant un mois, le tout par micro-doses pour non seulement montrer les gains en performance, mais aussi pourquoi les moyens actuels de lutte contre le dopage sont dépassés.

Le bilan est édifiant: des gains très significatifs, pour des valeurs restées normales dans le passeport biologique.

Ce qui se passe actuellement dans le peloton pro: vous l’avez sous les yeux. Depuis 2011, les puissances remontent vers leur niveau de l‘époque Armstrong, et on observe des trucs incompréhensibles, certains coureurs atomisant le peloton au terme d’une absence prolongée ou, au contraire, des coureurs qui s‘écroulent net.

Les instances de l’UCI et l’AMA ont de très gros défis devant elles…

Deux émissions sur le dopage à ne pas manquer

La première sera diffusée dimanche 3 mai dans Stade 2, sur France Télévision. Le reportage sera choc puisqu’il montrera les gains de performance affichés par des athlètes dopés “volontairement” afin de démontrer l’efficacité des produits actuellement en cours (EPO, hormones de croissance, etc.). Le tout par micro-dosage, afin également de montrer à quel point il est actuellement facile de déjouer les contrôles.

Espérons que l‘émission sera rapidement disponible sur YouTube afin que les nord-américains puissent y avoir accès.

L’autre, c’est celle rapportant la vaste enquête fait par des journalistes allemands sur le dopage dans l’athlétisme et dans les pays de l’Est, notamment la Russie.

Originalement diffusée en allemand, l‘émission a depuis été sous-titrée en français. Merci à Mathieu pour l’information.

C’est une enquête remarquable puisqu’elle permet de prouver le rôle sans équivoque joué par les plus hauts dirigeants du sport afin de protéger les athlètes-phare de la discipline.

Corrompu le sport, vous dites?

En tout cas, y’a de quoi perdre quelques illusions de plus…

Alaphilippe: il sprinte en plus!

Décidément, je suis vraiment impressionné par le jeune coureur français de 22 ans Julian Alaphilippe (Etixx-Quick Step).

Après d’excellents résultats sur les Ardennaises, dans des parcours accidentés comme la Flèche Wallonne, voilà qu’il termine hier 2e d’un… sprint lors de la 2e étape du Tour de Romandie, derrière Albasini (pas un manche en la matière).

Le vidéo nous montre qu’Alaphilippe a commis quelques petites erreurs de placement dans les tous derniers hectomètres et qu’il a donc dû lancer son sprint de plus loin. N’eut été de cela, il aurait peut-être gagné l‘étape!

Alaphilippe, c’est 1m73 pour 60 kilos. Pas vraiment le profil sprinter.

En cherchant un peu, je suis tombé sur cet article ou Bernard Bourreau nous parle un peu d’Alaphilippe pour qui, selon lui, on ne connait pas ses limites. Il a fait des pas de géants depuis les rangs junior.

Pas dans une équipe française

Plusieurs d’entre vous ont souligné le fait que le jeune coureur français n‘évolue pas au sein d’une équipe française suite à mon article de lundi dernier.

Bon point.

Il est vrai qu’on peut trouver des exemples, dans le passé, de coureurs français qui marchaient du feu de Dieu alors à l‘étranger, on sait aujourd’hui pourquoi. Il y a aussi des exemples, même récents, de coureurs étrangers au sein d‘équipes françaises qui ne marchaient pas du tout, et qui se mettent à re-marcher du feu de Dieu dès qu’ils repartent ailleurs…

Ceci étant, je préfère me garder une petite gêne sur ce sujet.

D’une part, d’autres coureurs marchent bien au sein d‘équipes françaises: Pinot, Rolland, Bardet, Peraud, et j’en passe.

J’ai ensuite répertorié 10 coureurs français évoluant au plus haut niveau au sein d‘équipes étrangères:

Alaphilippe (Etixx)

Barguil (Giant-Alpecin)

Bouet (Etixx)

S. Chavanel (IAM)

Chevrier (IAM)

Coppel (IAM)

Gadret (Movistar)

Gallopin (Lotto-Soudal)

Moinard (BMC)

Pineau (IAM)

Tous n’ont pas non plus des résultats mirobolants.

Bref, je me demande si on n’a pas devant nous un cas bien particulier d’un coureur qui, junior et amateur, disposait d’une énorme marge de progression qui se réalise actuellement. Certains coureurs sont passés chez les pros à leur plein potentiel (je pense par exemple à Lagutin, impressionnant chez les U23 puis moins dominant chez les pros), d’autres y arrivent encore “brut”.

Chose certaine, il sera très intéressant de suivre la progression d’Alaphilippe au cours des prochains mois et années, notamment lors de son premier grand tour.

Du retour de Geneviève Jeanson

Je suis certain que l’annonce publiée jeudi 23 avril dernier sur Véloptimum n’a pas manqué d’attirer votre attention: Geneviève Jeanson joint l‘équipe 808 Crit Team.

On y écrivait, je cite: “C’est avec une immense fierté que nous accueillons dans notre 808 Crit Team la plus grande championne cycliste que le Québec ait connu.

Pardon?

J’estime qu’il faut une sacré dose de culot et d’arrogance pour écrire de pareilles inepties.

Comment en effet ignorer sciemment que les “victoires” de Geneviève Jeanson ont été acquises grâce au dopage sanguin?

Outre donc un évident manque de jugement couplé d’une ignorance grave de l’histoire du cyclisme féminin au Québec et d’un manque de respect pour des athlètes comme Carole Vanier, Geneviève Brunet ou Lyne Bessette bien évidemment, j’estime que les personnes derrière cette annonce ont manipulé à peu près tout le monde, Geneviève Jeanson y compris, dans un seul but: se payer un coup de pub facile.

Manipulation en effet parce que si l’annonce fait référence aux performances de Geneviève Jeanson sur la route, l‘équipe 808 Team Crit évolue dans une autre discipline, presque un autre sport: le “fixie”, ou “vélo pignon fixe”. Cette “discipline” n’est actuellement reconnue par aucune fédération internationale à ma connaissance, encore moins par l’UCI, Cyclisme Canada ou la FQSC.

Manipulation en effet car on omet de préciser le rôle de Mme Jeanson au sein de l‘équipe; faut-il rappeler que Mme Jeanson est toujours sous le coup d’une suspension de toute compétition sanctionnée et ce, jusqu’au 20 septembre 2017 prochain?

Manipulation enfin parce que les auteurs du communiqué savaient pertinemment qu’une annonce laissant sous-entendre un retour de Geneviève Jeanson à la compétition cycliste attirerait forcément l’attention, et susciterait des réactions (lisez ici celle de John Symon dans PedalMag). Qui en effet ne connait pas son histoire, popularisée davantage encore grâce au film La petite reine?

Sur le dos de Mme Jeanson

Bref, je trouve vraiment cette annonce déplacée et regrettable, même pour Mme Jeanson elle-même qui, il est raisonnable de le croire, ne souhaite probablement pas susciter de nouvelles controverses, ayant déjà largement donné en la matière.

Comprenez-moi bien: le but de cet article n’est nullement de dénoncer un éventuel retour de Mme Jeanson comme athlète dans le sport (car mon opinion et celle de Cyclisme Canada est claire quant aux autres rôles que peuvent ou non occuper des coureurs convaincus de dopage durant leur carrière). Je dénonce plutôt l’annonce fallacieuse diffusée la semaine dernière, une annonce également arrogante voire insultante pour le milieu cycliste et qui ne sert les intérêts de personne selon moi.

Pourquoi ne pas avoir joué la carte de la discrétion?

Je termine en affirmant que si la situation d’un retour de Mme Jeanson à des compétitions sanctionnées devait se présenter en 2018 et après, je souhaite de tout coeur que ce retour se passe dans la discrétion, la sérénité et surtout, surtout, le respect mutuel. Ce serait, à mes yeux, la meilleure formule pour tout le monde.

Julian Alaphilippe, nouvelle sensation du cyclisme français

C’est arrivé au sprint hier sur Liège-Bastogne-Liège, un sprint avec une dizaine de coureurs rien de moins, après pourtant plus de 250 bornes de bosses à gogo.

Et Alejandro Valverde n’a eu aucun mal apparent à régler tout ce joli monde, confiant de sa sur-puissance dans les derniers mètres de la course. Il était allé chercher Daniel Moreno aux 400m juste avant. Valverde l’a bien joué, il se savait un des plus rapides du groupe au sprint et n’avait donc pas à faire la différence plus tôt dans la course. C’est plutôt ses adversaires qui ont manqué d’initiative selon moi.

Chose certaine, nul besoin de regarder les 253 kms de la course, les 10 derniers suffisent largement à comprendre ce qui s’y est passé.

Vous aurez compris que je n’ai pas eu grand plaisir à regarder la course. Le fait du jour est selon moi à placer du côté de la performance offerte par le jeune coureur français Julian Alaphilippe (Etixx-Quick Step) qui termine 2e de la course, à 22 ans!

Il faut remonter en… 1998 et Laurent Jalabert pour retrouver un coureur français sur le podium de Liège-Bastogne-Liège, c’est dire la performance d’Alaphilippe hier. Son entrevue d’après course est ici. Et le site Vélo101 a également réalisé une entrevue avec le coureur peu de temps après l’arrivée de La Doyenne.

Encore plus remarquable, Alaphilippe conclut là une semaine exceptionnelle compte tenu de son âge, avec une 7e place sur l’Amstel et une autre 2e place sur la Flèche Wallonne mercredi dernier.

À 22 ans!

On annonçait le renouveau du cyclisme français avec les Thibault Pinot, Romain Bardet, Pierre Rolland et Tony Gallopin. Il faut assurément ajouter à cette liste le nom de Julian Alaphilippe, qui démontre un sacré potentiel à 22 ans à peine. On ne termine pas 2e de Liège-Bastogne-Liège sans avoir des qualités exceptionnelles.

Alaphilippe vient du cyclo-cross et est passé pro en 2014, soit l’an dernier. Fait intéressant, il terminait 2e de la Coupe des Nations de Ville de Saguenay au Québec en 2012. Que de chemin parcouru en 3 ans à peine pour terminer hier 2e de la Doyenne…

Liège: les favoris

101e édition de Liège-Bastogne-Liège – La Doyenne – demain dimanche dans les Ardennes belges.

On présente souvent cette course comme la plus difficile de la saison.

On annonce un temps pluvieux demain, ce qui pourrait durcir les muscles, et donc la course.

Voici les favoris.

1 – Alejandro Valverde. Le champion espagnol était insolent de facilité dans le Mur de Huy mercredi dernier. Son équipe Movistar est entièrement à son service.

2 – Julian Alaphilippe. Le coureur français chez Etixx-Quick Step a très bien fait sur la Flèche Wallonne et son équipe le protégera dimanche, où il trouvera un parcours à la mesure de ses qualités de grimpeur.

3 – Michal Kwiatlowski. Le champion du monde est en forme, pour preuve sa victoire à l’Amstel, et il est un bon sprinter lorsque ca arrive en petit comité au terme d’une course sélective. Avec Alaphilippe et lui, les Etixx-Quick Step ont de beaux atouts à faire valoir.

4 – Vicenzo Nibali. Le requin de Messine a montré des signes de forme dans le final de l’Amstel et de la Flèche. Sur un parcours accidenté à sa mesure, il pourrait surprendre car c’est un attaquant.

5 – Joaquim Rodriguez. Il a souvent été vu aux avant-postes sur cette Classique qu’il connait bien. En forme, il a le punch nécessaire pour s’extirper du groupe dans la dernière bosse quelques mètres avant l’arrivée.

6 – Tony Gallopin. Il est motivé et en forme, et évolue au sein d’une belle équipe Lotto-Soudal qui a plusieurs cartes dans son jeu dimanche. Il devrait être dans le final.

7 – Tim Wellens. L‘équipier de Gallopin chez Lotto-Soudal a lui aussi une belle condition en ce moment et l‘équipe belge est motivée pour en gagner une “à domicile”. Je suis sûr qu’ils feront une course de mouvement demain.

8 – Tejay Van Garderen. Chez BMC, je vois moins Philippe Gilbert, victime d’une chute mercredi sur la Flèche Wallonne, que Tejay Van Garderen qui est en forme et très bien adapté pour cette course.

9 – Simon Yates. Un autre à ne pas exclure vu le parcours accidenté et ses qualités de grimpeur. Son équipier Simon Clarke et lui pourraient brouiller les cartes dans le final.

10 – Luis Henao. En forme en ce moment, c’est probablement la meilleure carte des Sky demain.

Quelques outsiders:

Romain Bardet et Domenico Pozzovivo, Warren Barguil et Tom Dumoulin, Wilco Kelderman, Enrico Gasparotto, Jakob Fuglsang, Pierre Rolland, Rui Costa, Daniel Martin et Roman Kreuziger. Tous ces coureurs ont une bonne condition en ce moment et peuvent créer la surprise demain.


[Teaser] Liège Bastogne Liège 2015 – La Doyenne… par tourdefrance

Fouillez nos archives!