Défi Gatineau-Mont Tremblant 2017

Capture d’écran 2017-02-22 à 21.55.46Ce sera bientôt le printemps au Québec et avec lui, le temps de planifier votre saison cycliste.

Bonne nouvelle, le Défi Gatineau-Mont Tremblant est de retour cette année, les 3 et 4 juin prochain.

La cause est toujours la même, une très bonne cause: permettre à une équipe du Casino de prendre part au Grand Défi Pierre Lavoie qui fait bouger le Québec, et octroyer une subvention à une école de la région de l’Outaouais pour lui permettre de développer ses infrastructures de sport ou récréatives.

Au menu comme d’hab, deux journées magnifiques de cyclisme, entre le Casino du Lac Leamy à Gatineau et la station de ski du Mont Tremblant, quelques 160 kilomètres plus loin.

Pour avoir participé aux deux dernières éditions, l’encadrement est top, l’accueil parfait, et la soirée au Mont Tremblant toujours aussi agréable. Et l’ambiance, géniale.

Rappelons également qu’il ne s’agit en aucun cas d’une compétition. Si le premier groupe sur la route roule à bonne allure, le but est de travailler ensemble pour avoir du fun, et rouler efficacement. Plusieurs arrêts sont prévus en cours de route, notamment pour manger le midi, permettant des regroupements et de se refaire une santé.

Je vous dirais même que le parcours est parfait, puisque les premiers kms du samedi, et donc aussi les derniers kms du dimanche, sont plutôt plats, entre Thurso et Gatineau. Le parcours comporte quelques difficultés, mais rien d’insurmontable.

Cette année, l‘équipe de l‘événement reprend la formule d’il y a deux ans côté organisation de l’hébergement à Mont Tremblant, ce qui devrait faciliter la vie des participants. En gros, l‘équipe maximisera l’utilisation des chambres réservées pour l‘événement à Tremblant.

On s’inscrit ici. Faites vite, les organisateurs m’informent que les inscriptions vont bon train et qu‘à ce rythme, l‘événement affichera complet avant le mois de mai! On peut s’inscrire à titre d’individuel, ou bien en équipe de 5 ou 10 personnes, ouvrant la porte à des réductions quant aux tarifs d’inscription. C’est parfait pour les équipes cyclistes!

L’édifice Sky lézardé

Comme c’est désormais la norme dans le monde du sport, plus le temps passe, plus les doutes s’installent sur les performances dans les sports d’endurance.

En cyclisme ces jours-ci, c’est l‘édifice Sky et de tout le cyclisme britannique, qui a connu beaucoup de succès depuis une dizaine d’année, principalement sous l’influence de Dave Brailsford, qui se lézardent.

La dernière fissure a été créée par le Canadien Michael Barry, qui a révélé l’usage intensif de Tramadol et de pilules pour dormir au sein de l‘équipe au début des années 2010. Légal, mais pas très éthique.

Surtout, on se doute bien que cette prise de médocs masque, chez de nombreux coureurs, une prise d’autres produits, beaucoup moins légaux ceux-ci.

Endiguer les effets secondaires de produits dopants par une prise d’autres médocs, légaux ceux-ci, c’est un classique qu’on connait que trop bien, notamment depuis l’Affaire Festina de 1998.

Je me pose la question: à quand une ré-analyse des échantillons sanguins et urinaires de Bradley Wiggins pris lors de son Tour de France victorieux en 2012, à la lumière des récents progrès dans la lutte contre le dopage?

En attendant, c’est le début de la campagne des Classiques belges ce week-end, avec le Het Nieuwsblad samedi et Kuurne-Bruxelles-Kuurne dimanche. On est ravi, comme Tom Boonen! Let the real racing begin!

Contador fait le show!

Voilà exactement pourquoi j’aime bien Alberto Contador: il court pour gagner, jamais pour faire 2e, et n’hésite jamais à se porter à l’offensive.

On a eu un autre exemple du caractère bien trempé du Madrilène hier sur la 2e étape de la Ruta Del Sol. Payez-vous les images de l‘étape, c’est un beau spectacle.

Contador s’est envolé à un peu moins de 3 kilomètres de l’arrivée, après un gros relais de son équipier Felline. Trois kilomètres, c’est à la fois près mais aussi très loin de l’arrivée!

Contador s’est fait reprendre par un Thibault Pinot inspiré à quelques centaines de mètres de l’arrivée. Pinot s’impose, après avoir manifestement mieux géré son effort. C’est peut-être une constance ces dernières années chez Contador: il a tendance à attaquer très fort, puis à plafonner, puis à baisser de régime. Il est clair avec les images qu‘à la flamme rouge, Contador piochait pour avancer, et devait enlever du braquet. C’est ce qui aura permis à Pinot de rentrer, puis de le déposer.

Contador s’empare cependant de la tête du général, bien joué la veille du chrono car il partira aujourd’hui dernier et aura donc les temps de référence de ses adversaires.

Pinot sera à surveiller lui aussi sur ce chrono, ayant fait de gros progrès depuis trois ans dans cette discipline. Avec Valverde en embuscade, cette Ruta Del Sol est loin d‘être jouée…

C’est en tout cas la course la plus excitante depuis le début de la saison selon moi. Merci aux “vieux” briscards du peloton que sont Valverde et Contador!

C’est en Andalousie que ça se passe!

La saison est désormais bien lancée, avec actuellement le Tour d’Oman, le Tour d’Algarve mais surtout, surtout, le Tour d’Andalousie (Ruta Del Sol) ou l’action est très, très intéressante.

Les images du final de la première étape remportée au sprint au sein d’un petit comité par Alejandro Valverde sont ici. Final inspirant, où on a vu un Alberto Contador très offensif, fidèle à son esprit de course. J’aime.

Valverde confirme par cette nouvelle victoire son excellent début de saison, et il est LE client pour la victoire au général. Ca sera très intéressant aujourd’hui avec une arrivée en altitude, puis vendredi avec un chrono de 12 bornes. Le plateau de coureurs est de très bonne facture aussi, avec outre Valverde et Contador, les Pinot, Landa, Nieve, Poels, Rolland, Uran et Barguil. Vous voyez probablement en Andalousie les coureurs qui seront devant sur Paris-Nice ou Tirreno-Adriatico.

Pour revenir à l‘étape d’hier, Reichenbach a très certainement mal lancé son attaque à 1200m de l’arrivée, partant de la sixième position: les trois premiers l’ont vu venir, bonjour la surprise! C’est ainsi que Valverde n’a eu aucun mal à accrocher. Aurait mieux valu partir de la 3e position dans l‘échappée!

Et à 800m, lorsque Reichenbach a coupé son effort, aucun des deux Sky n’y est allé, autre grossière erreur puisqu’ils pouvaient se permettre de “griller” une cartouche à ce moment… Au lieu de ça, les deux Sky sont restés sagement en… 4e et 5e position de l‘échappée. Et Valverde n’a eu aucun mal à conclure, en vieux briscard qu’il est.

Vraiment, les coureurs d’aujourd’hui ne savent plus courir!!!

Marco Pantani: 13 ans déjà

Marco Pantani est décédé le 14 février 2004. À chaque St-Valentin, son souvenir revient en moi.

Je n’ai jamais caché mon affection pour ce grimpeur d’exception, au gabarit très proche du mien, né la même année. Dopé certes, comme beaucoup de coureurs de sa génération, mais également coureur de panache, osant partir de loin, osant dynamiter la course, osant affronter les cadors comme il l’a fait sur le Giro 1994 contre Indurain.

Ce qui continue de me fasciner est son apparente fragilité lorsqu’on le comparait par exemple à Jan Ullrich, Miguel Indurain ou Lance Armstrong, et pourtant, sa force démesurée. Je me demande encore d’où lui venait ce don de grimper si magiquement bien!

Un de ses plus beaux récitals a été cette ascension du col de Peyresourde sur le Tour 1998. L’accélération est saignante, le rythme soutenu, le coup de pédale altier et la descente à fond les manettes.

Et je sais pas vous, mais il y a un peu de Pantani dans Alberto Contador…

Le Tour de l’actualité

Après une semaine dernière un peu folle devant les médias du côté professionnel, La Flamme Rouge reprend le service normal cette semaine avec un petit Tour de l’actualité de ce qui a retenu mon attention au cours des derniers jours.

1 – Alejandro Valverde. Ce type est incroyable nom de Dieu! Il a remporté samedi de brillante façon le Tour de Murcie, une course qui se déroule sur ses parcours d’entrainement. Valverde a déposé tout le monde où et quand il l’a voulu, démontrant une supériorité physique peu commune: il s’est tapé 70 bornes d‘échappée solo! Il suffit d‘écouter la réaction à l’arrivée de Tony Gallopin, pourtant lui aussi bien en vue en ce début de saison, pour s’en convaincre.

Valverde reprend donc où il a laissé à l’automne dernier, c’est à dire devant. Ce coureur gagne de février à octobre! Vous verrez, on le verra encore devant sur le Tour de Lombardie en octobre prochain. À 36 ans, il n’a donc rien perdu de sa classe, et semble prendre chaque année plus de plaisir à rouler sur son vélo.

2 – Trofeo Laigueglia. Ca roulait aussi du côté de l’Italie ce week-end avec notamment le Trefeo Laigueglia, sorte de grande rentrée italienne. C’est Fabio Felline qui s’est imposé après une échappée solo dans les derniers kilomètres. Le vidéo de la course est ici.

À noter la présence de plusieurs coureurs français dans le top-10, avec Romain Hardy 2e, Cyril Gauthier 5e, Arthur Vichot 7e et Romain Combot 10e. Vichot en particulier confirme en quelque sorte son excellente condition physique après avoir remporté, il y a quelques jours, le GP La Marseillaise. Il sera à surveiller en ce début de saison, notamment sur le prochain Paris-Nice.

3 – Tour d’Oman. Organisé par ASO, le Tour d’Oman commence mardi avec notamment Fabio Aru qui y fait sa rentrée, ainsi que d’autres pointures comme Greg Van Avermaet, Alexandr Kristoff, Romain Bardet, Tom Boonen, Niki Terpstra ou encore Rui Costa. À noter que le Québécois Hugo Houle sera de la partie pour AG2R – La Mondiale.

4 – Tour de Valence. Là encore, du beau monde aux avant-postes: Tony Martin a gagné une étape, tout comme Nairo Quintana ou encore Brian Coquard au sprint lors de la dernière étape. Le général est remporté par Quintana, prélude d’une grosse saison de sa part?

Chose certaine, avec deux 2e places, le sprinter français Nacer Bouhanni n’y a pas trouvé l’ouverture, mais est passé bien près. Les coureurs français s’illustrent en ce début de saison, tant à domicile qu‘à l‘étranger!

5 – Disparitions. Deux ex-coureurs sont décédés récemment, soit le vainqueur du Tour 1956 Roger Walkowiak, et le belge Serge Baguet.

À l‘époque des “patrons” du peloton, la victoire de Walkowiak sur le Tour 1956 n’aura jamais fait l’unanimité parmi les coureurs et suiveurs de l‘époque, ce qui est déplorable selon moi. Walkowiak n’avait évidemment pas volé sa victoire, même si les circonstances de course lui avaient été favorables. Coureur discret, il s’est tenu loin du cyclisme après sa carrière, et s’en est allé non moins discrètement. À notre époque où les organisateurs de grands tours cherchent à rendre leurs épreuves les plus imprévisibles possible, le Tour de Walko aurait probablement été plus populaire aujourd’hui qu’il y a 60 ans! Son plus beau compliment sera venu de Jacques Goddet: il aura été le vainqueur du Tour qu’il aura le plus aimé.

Serge Baguet s’est quant à lui éteint des suites d’un cancer du colon. Ce coureur discret également aura eu la particularité de faire sa carrière en deux temps, revenant dans le peloton au milieu des années 2000 après trois ans d’arrêt. Grand bien lui en pris, il remporta dans la deuxième moitié de sa carrière une étape du Tour, le Championnat de Belgique et pris la 3e place de l’Amstel!

6 – Tour de France 2018. Il s‘élancera de la Vendée. C’est Jean-René Bernaudeau et son équipe Direct Énergie qui seront contents!

7 – Van Der Poel. Nouveau succès du prodige néerlandais dans la dernière ronde du SuperPrestige de cyclocross. Les images sont assez impressionnantes de Van Der Poel, quelle énergie! Le nouveau champion du monde Van Aert n’a rien pu faire, et ce dernier a fait l’objet de quelques rumeurs récemment quant à l’usage de dopage mécanique suite à cet incident récent. Mon avis? Rien d’impossible dans le monde du vélo ces jours-ci!

Quoi qu’il en soit, aucun doute pour moi: Van Der Poel est bien le meilleur coureur de cyclo-cross de la saison 2017, et le meilleur de sa génération, aucun doute là-dessus. Attendez simplement qu’il débarque sur la route!

8 – Maillot LFR 2017. Un nouveau design est en gestation, et toujours pas entièrement terminé. Vous en pensez quoi? N’hésitez pas à suggérer des améliorations!

Capture d’écran 2017-02-12 à 22.12.03

Original, ce Tour de Dubai…

La nouvelle dans le monde du cyclisme, c’est évidemment le coup de poing donné par Andrey Grivko (Astana) à Marcel Kittel (Quick Step), ce dernier ayant terminé l‘étape le visage ensanglanté.

Geste disgracieux s’il en est, fort heureusement très rare dans le cyclisme et ce, à toute les époques. Il faut croire que l’extrême difficulté du sport rapproche les hommes plus qu’elle ne les éloigne.

Grivko aurait agi ainsi parce que Kittel aurait tenté de le pousser hors d’une bordure. Chose certaine, on a dû provoquer Grivko d’une quelconque façon pour qu’il cède ainsi à ses émotions.

Grivko s’est par la suite excusé, il a été exclu de la course, et pourrait être suspendu six mois du sport. Son équipe a également affirmé qu’elle pourrait lui imposer une sanction supplémentaire.

Si je regrette le geste, incompatible avec l’esprit du sport cycliste, je crois qu’il ne faut pas trop en rajouter. Grivko a été suspendu de la compétition, a présenté des excuses, son équipe aussi, l’affaire est pour moi réglée. Pas la peine d’en rajouter.

Attachons-nous plutôt à débusquer les tricheurs qui usent du dopage sanguin ou… mécanique!

Fouillez nos archives!