Giro: Kruiswijk a-t-il course gagnée?

Après quelques jours d’absence, de retour au service normal sur La Flamme Rouge avec une question, LA question de l’heure dans le monde du cyclisme: Kruijswijk a-t-il course gagnée sur le Giro?

Avec trois minutes d’avance sur Esteban Chaves, il est évident qu’il faudra une défaillance majeure du coureur néerlandais pour perdre ce Giro. À 28 ans, Kruijwsijk a plusieurs grands tours à son actif (9 au total, dont 5 Giro en excluant celui de cette année!) et a toujours été très fort en 3e semaine, ce qui rend moins probable une défaillance physique de sa part.

Plusieurs éléments jouent pourtant contre lui.

D’une part, il reste deux difficiles étapes après l‘étape d’aujourd’hui, réservée aux sprinters, et celle de demain vers Pinerolo qui ne devrait pas poser de problème aux coureurs jouant le général.

Vendredi sur la route de Risoul, il faudra d’abord affronter le long et pentu (dans ses derniers hectomètres) col d’Agnel, qui culmine à 2744m d’altitude tout de même. Ce col laissera des traces dans les organismes des coureurs qui voudront attaquer sur la montée de Risoul, une montée assez roulante que j’ai faite lors de la Haute Route 2012. Il faudra avoir de la puissance pour s’imposer et je vois assez bien Zakarin faire un joli rapproché sur cette dernière ascension.

Samedi vers Sant’Anna di Vinadio, ça sera très musclé et probablement très nerveux, car l‘étape est courte (134kms) et il n’y a pas un mètre de plat! Le col de Vars en apéro, suivi de la Bonette, un col long mais régulier, pour enfin finir par le Colle Della Lombarda que je ne connais pas. Tous ces cols sont à plus de 2000m d’altitude, ce qui n’est jamais évident sur des organismes fatigués par trois semaines de course. C’est surtout lors de cette étape que Kruijswijk devra se méfier selon moi.

Il pourrait en effet y être rapidement isolé, son équipe étant probablement sa plus grande faiblesse. Peu de coureurs chez Lotto-NL ont en effet montré jusqu’ici leur capacité à épauler leur leader sur le haut des cols, et dans le final des étapes. En attaquant tôt et à plusieurs, les coureurs bien placés au général pourraient donc faire la vie dure au Néerlandais qui pourrait trouver bien longs ces 134 kms. Espérons seulement que les coureurs occupant une place dans les 10 premiers voudront jouer la gagne, et non protéger leurs positions…

Valverde terminera-t-il fort?

Surprenant Valverde qui, après un passage à vide le week-end dernier, semble renaître après cette journée de repos (…) en remportant hier une difficile étape très animée. Du coup, il se replace sur la troisième marche du podium, la ravissant à Nibali. Pointant à seulement 23 petites secondes de Chaves, Valverde, un homme d’expérience et toujours fort en fin de grand tour, pourrait créer la surprise et se hisser sur la 2e marche du podium à la faveur de ces deux étapes de montagne. Il dispose d’une meilleure équipe en haute montagne que Chaves.

Nibali? Je n’y crois plus vraiment, le Requin de Messine semble désormais finir ce Giro sur les vapeurs d’essence. Je ne serais pas surpris qu’il s’effondre vendredi ou samedi, le moral devant être difficile à préserver en ce moment pour lui.

Zakarin? Le surprenant coureur russe a très bien fait hier, accompagnant dans le final Kruiswijk et Valverde. Puissant, les cols de l‘étape de vendredi devrait lui convenir, et il pourrait passer devant Nibali à cette occasion selon moi.

Hugo Houle, le petit souci

Espérons que le coureur québécois pourra terminer son 2e Giro malgré un petit souci au mollet actuellement. Si près du but, il serait dommage d’abandonner mais pas question non plus de s’esquinter la santé, surtout que d’autres objectifs – comme Rio – sont également très importants plus tard cette saison.

Oreillettes ou télés dans les bagnoles, le problème?

On me demande lequel de ces deux gadgets est le plus nuisible au cyclisme. Aucun doute pour moi, les oreillettes! Que les directeurs sportifs aient la télé dans la bagnole n’est pas un gros problème selon moi puisque sans oreillettes, ils seraient bien incapables de relayer les informations cruciales aux coureurs devant dans le peloton! On s’en remettrait alors aux méthodes classiques, des coureurs qui redescendent dans les voitures. Cela prendrait plus de temps, la dynamique ne serait plus en “temps réel”. Bref, selon moi, c’est évident, un problème majeur du cyclisme reste les oreillettes. Et je ne vous dis pas quand vous avez 25 directeurs sportifs qui ordonnent tous au même moment à leurs coureurs de remonter devant à l’approche d’un passage crucial… ne cherchez pas plus loin les chutes à gogo!

Greipel: gros carton rouge!

Troisième victoire d’André Greipel sur une étape du Giro hier, avec le maillot rouge de meilleur sprinter de surcroit. Un sprint clean d’ailleurs de l’Allemand qui a bien gardé sa ligne selon moi. L’essentiel de ce sprint était de virer le dernier coin en 1ere ou 2e position derrière un équipier, ce qui fut réussi chez Lotto.

Pourtant, dans la foulée de cette nouvelle victoire, il annonce son abandon de la course!

Je déteste ces manières qui me révolte.

C’est pour moi un manque flagrant de respect pour le Giro, pour ses adversaires, pour ses équipiers voire pour ses fans (dont je ne suis pas).

Un professionnel, André Greipel? Laissez-moi rire…

C’est proprement scandaleux parce que le gus porte le maillot de meilleur sprinter et a donc une chance de remporter ce joli trophée qui, dans une carrière, n’est pas négligeable. Ca ajoute l’insulte à l’injure.

Pourquoi un tel abandon?

C’est évident: au nom de la rentabilité.

La Lotto-Soudal veut évidemment voir Greipel s’aligner sur le Tour de France; il faut donc garder des forces pour ce prochain objectif.

Et puis, avec les oreillettes en course, les équipes de sprinters ont la chance de faire le carton plein sur les étapes sans relief: imaginez Greipel vainqueur d’une ou deux étapes sur le Tour… ce serait saison réussie pour la Lotto-Soudal après une campagne des Classiques du printemps assez laborieuse.

Si j‘étais les organisateurs en tout cas, voilà comportement qui me ferait réfléchir. On comprend mieux maintenant pourquoi ASO tient tête à l’UCI et sa réforme: avec de tels comportements des équipes, comment en effet reprocher à ASO de vouloir garder le contrôle sur les équipes invitées sur leurs épreuves?

Les oreillettes

Parlant d’oreillettes, mes réflexions récentes m’amènent à penser que les problèmes récents de dopage dans le cyclisme ne sont pas totalement étrangers à la présence des oreillettes.

Avec ces oreillettes, les courses par étapes sont réglées comme du papier à musique: les échappées qui vont au bout sont devenues extrêmement rares.

Réponse des organisateurs: des parcours de plus en plus atypiques, tantôt explosant le nombre de cols durs, tantôt explosant la variété (étapes sur terre battue, sur pavés, etc.). Pas le choix si on veut maintenir l’intérêt du public compte tenu de la présence de ces maudites oreillettes: il faut trouver des terrains plus difficiles à contrôler encore! On multiplie donc les étapes piégeuses, on essaie de trouver des alternatives.

Ces maudites oreillettes dont la justification des équipes est, on le rappelle, la sécurité en course… pourtant, les chutes n’ont jamais été si nombreuses au sein du peloton!!! C’est du grand n’importe quoi, et l’UCI n’a jamais réussi à imposer leur retrait.

Réponse des coureurs à des courses par étapes offrant des étapes de plus en plus difficiles et variées? On continue de se doper, pour tenir le coup. On se dope évidemment différemment, on est plus prudent.

La Californie

Julian Alaphilippe en jaune après une belle victoire au sommet de l’ascension sur Gibraltar. Je trouve ça inspirant de regarder ce jeune coureur agressif au physique proche du mien.

Avec Jungels en rose sur le Giro, la période est faste pour l‘équipe Etixx qui cartonne sur les deux continents!

Et Peter Sagan qui continue de voler la vedette en Californie, les Américains raffolant de ce genre de coureur pas coincé du tout, assurant “le show” avec une attitude décontractée et décalée.

Giro: et si Esteban Chaves…

Autre nouvelle importante de la 11e étape du Giro disputée hier: Tom Dumoulin a abandonné en raison d’une induration à la selle.

Avec Mikel Landa, c’est donc une autre grosse pointure qui quitte la course.

De plus en plus, ce Giro se dessine pour être une lutte entre deux “vieux” coureurs, soit Vicenzo Nibali et Alejandro Valverde. Ils pointent tous deux à un peu plus d’une minute de Bob Jungels, toujours en rose.

Je suis d’accord avec Alain39: dans ce contexte, on pourrait bien assister à une course d’attente entre ces deux coureurs, qui voudront se réserver pour les grands rendez-vous comme dimanche sur le chrono en montagne, où pour LE moment où l’autre faiblirait.

Le néerlandais Steven Kruijswijk est également bien placé dans le même temps que Nibali et Valverde. Coureur d’expérience, excellent grimpeur (il avait fait un joli numéro l’an dernier sur le Mortirolo), il pourrait surprendre tout le monde notamment dans ce chrono en montagne dimanche.

Majka et Zakarin sont plus loin, à un peu plus de deux minutes, comme le grimpeur Esteban Chaves chez Orica. J’aime bien ce coureur à la personnalité très enjouée, et qu’on peut suivre grâce aux vidéos Backstage Pass. Bien placé, il attend son heure sans pression, sachant qu’il est un outsider. Ayant son équipe entièrement dédiée à son service, je pense qu’il est un des coureurs qui pourraient monter sur le podium dans 10 jours à Turin.

Pour les autres, ça va être plus compliqué: Uran est à plus de trois minutes, et il ne reprendra pas facilement deux minutes à Nibali et Valverde. Hesjedal et Pozzovivo sont à plus de quatre minutes, le top-10 reste jouable mais davantage?

Les prochains rendez-vous?

Vendredi, vers Foligno. Samedi, vers Corvara et sur une étape qui reprend tous les cols du célèbre Marathon des Dolomites (le Giau dans le final est assez brutal). Enfin dimanche, LE rendez-vous avec le chrono en montagne vers l’Alpe di Siusi.

Nous en saurons vraiment plus sur les coureurs qui joueront la gagne à Turin dimanche soir prochain. En attendant, gageons que ce Giro nous réserve encore quelques surprises.

Dopage en Russie: quel scandale!

Je trouve ça énorme, ce scandale de dopage qui touche la Russie. De quoi mettre à mal tout le mouvement olympique ainsi que la popularité du sport.

Les allégations sont extraordinaires:

- dopage généralisé des athlètes russes sur les derniers Jeux Olympiques d’hiver et d‘été, avec la complicité de l‘État

- des services secrets voire les ministres impliqués dans les stratagèmes

- des entrées par infraction dans des laboratoires pour échanger en douce des échantillons sanguins et urinaires

C’est fou! C’est en tout cas assez sérieux pour que les États-Unis aient déclenché une enquête.

Je pense que la coupe est pleine en ce qui a trait à la Russie et que ce pays ne devrait pas être admis aux prochains Jeux Olympiques de Rio plus tard cet été. Il sera intéressant de voir ce que le Comité International Olympique va faire: politiquement, c’est un dossier épineux voire dangereux…

Et voilà qu’on apprend que 31 cas de dopage auraient été mis à jour suite à la ré-analyse de 454 échantillons prélevés lors des JO de Pékin, il y a… 8 ans! Les athlètes émaneraient de 12 pays différents.

On testera bientôt 250 échantillons supplémentaires prélevés lors des JO de Londres en 2012. Ca risque d‘être intéressant…

En clair, le dopage n’a pas vraiment diminué, les méthodes ont évolué. En clair, on peut presque dire qu’aujourd’hui, ce n’est qu’une question de temps: on finira par découvrir à quoi carburaient les athlètes, mais peut-être avec plusieurs années de retard.

Ca sera intéressant de suivre les répercussions dans le monde du cyclisme:

- des cyclistes feront-ils partie des listes d’athlètes dont les échantillons re-testés s’avèrent positifs?

- à quand de nouveaux tests sur les échantillons des derniers vainqueurs du Tour, notamment Chris Froome et Vicenzo Nibali?

- si culture du dopage il y a en Russie, quelle crédibilité peut-on accorder à des équipes comme Astana et Katusha, qui sont d’ailleurs celles qui ont eu, ces dernières années, le plus grand nombre de cas de dopage en leur sein ? (Astana en particulier…)

Chose certaine, c’est désespérant pour nous les amateurs de sport qui voulons encore croire à l’esprit sportif. Qu’en reste-t-il?

Ultracyclisme: les stakhanovistes de la pédale

C’est en pleine expansion au Québec, et c’est très bien: voici l’ultracyclisme!

Ce que c’est?

L’ultracyclisme, c’est du cyclisme pratiqué sur de très longues distances, souvent plusieurs centaines de kilomètres. J’ai certains amis qui affectionnent tout particulièrement ce genre de distances. Forcément, l’allure est moins rapide mais ce n’en est pas moins impressionnant: garder 30 de moyenne après 8h de vélo présente un défi pour n’importe qui, coureur ou pas coureur!

Et l’ultracyclisme a une ligue au Québec, le RUQ: le Regroupement d’ultracyclisme du Québec. Ou les ultra-crinqués!

Son fondateur est le sympathique Sylvain Grenier, celui-là même qui a lancé l’Ultra-Défi, soit 1000kms en moins de 62h. La prochaine édition aura lieu du 19 au 22 août prochain et c’est désormais un événement ouvrant à la qualification pour la prestigieuse Race Across America (RAAM).

Autrement dit, Sylvain, c’est à l’usure qu’il vous aura…

Une des ambassadrices du mouvement, Jessica Belisle, a récemment entrepris la traversée du Canada aller-retour (Montréal – Vancouver – Montréal) en solitaire, excusez un peu. Des étapes entre 200 et 300 bornes tous les jours. Jessica a diffusé plusieurs vidéos de son aventure, insistant sur son état d’esprit chaque fois. Je dois dire que je me suis pris au jeu et trouve passionnant de voir son évolution depuis quelques semaines, étant évident que la clé de pareilles entreprises n’est pas forcément la force des jambes, mais bien celle de la tête…

C’est comme lorsque vous vous présentez au pied de l’Alpe d’Huez sur la Marmotte, après plus de 6h dans le buffet: ce n’est plus les jambes qui parlent, elles sont finies. C’est la tête…

Une chose certaine, je me permets d’encourager Jessica publiquement, lui souhaitant bon courage pour la suite, et lui confirmant que je suis son aventure avec intérêt. Elle pédale peut-être seule, mais elle n’est pas seule! Go Jessica go!

D’autres épreuves sont proposées par le RUQ: le Défi des 21 (450 kms en 24h), l’Ultra Taiga (pédaler du 49e au 53e parallèle!), et d’autres encore. Je ne sais pas si j’aurai le courage de me présenter au départ, un jour, d’une seule de ces épreuves, mais qui sait? Passer 8h sur le vélo je connais, mais 16h, je ne suis pas sûr de ce que ça donnerait!

J’ignore également si ce mouvement d’ultracyclisme au Québec présente un équivalent en France. Si nos lecteurs français peuvent nous éclairer sur ce point, ce serait avec plaisir. On connait bien sur les mythiques Paris-Brest-Paris voire, à une certaine époque, Bordeaux-Paris, mais quoi d’autre? Certains regroupements existent aussi, comme les Félés du Grand Colombier ou les Cinglés du Mont Ventoux, très sympathiques d’ailleurs, mais j’ignore si une ligue d’ultracyclisme est présente dans l’Hexagone.

Quoi qu’il en soit, je souhaite à tous les stakhanovistes de la pédale une belle saison 2016, ponctuée de défis relevés et de bonne humeur!

Giro: le point

Retour à un service normal sur La Flamme Rouge, avec le point sur le Giro après 9 jours de course.

1 – Gianluca Brambilla en rose. C’est tout sauf une surprise si vous voulez mon avis. Coureur mature (28 ans), il a en effet connu un excellent début de saison en 2016, terminant déjà 10e du Tour d’Oman, avant de finir à la 3e place sur la Strade Bianche. Il connaissait également un bon Tour du Pays Basque, notamment sur la 3e étape. Brambilla impressionne cette saison et ce maillot rose est un peu une consécration pour lui car il en avait fait un objectif. Il est parvenu hier au terme du chrono à le conserver pour… une petite seconde sur son équipier Bob Jungels.

2 – Chrono d’hier. Victoire d’un coureur surprise, Primoz Roglic chez Lotto-NL, au palmarès relativement vierge. Il doit une grande partie de sa victoire aux conditions météo, ayant pu courir ce chrono sur le sec alors que les favoris partis plus tard ont eu la flotte. Preuve additionnelle, beaucoup de coureurs peu connus parmi les 15 premiers, des coureurs qui sont partis parmi les premiers sur ce chrono.

3 – Hugo Houle. Le champion canadien du chrono termine à la 38e place ce chrono, à un peu plus de trois minutes du vainqueur. Houle s’est déclaré satisfait de son chrono au terme de la course.

Ce qui m’a toutefois surpris, c’est que Ryder Hesjedal termine devant lui, de peu il est vrai (33e, soit 13 secondes de mieux que Houle). Vieillissant, j’aurais cru que Hesjedal se serait fait dominer par Houle, un spécialiste de la discipline (ce que Hesjedal n’est pas).

Plus encore, le spécialiste Svein Tuft, 9 fois champion canadien du chrono, a terminé beaucoup plus loin ce chrono, en 111e place à plus de 5 minutes du vainqueur. Manifestement, Tuft a fait ce chrono “en dedans” possiblement sous les consignes de son équipe Orica Green Edge.

Cette compétition entre les Canadiens est pourtant importante en vue des sélections pour participer aux prochains Jeux Olympiques de Rio où trois Canadiens pourront participer à la course sur route, et un seul au chrono.

4 – Les favoris. Du lot, on peut dire que Nibali et Valverde sont actuellement les mieux placés, à moins d’une minute du maillot rose, après ce premier gros test. Nibali, en particulier, me semble serein après un bon prologue, un bon chrono hier aussi. Il attend son heure dans la montagne très certainement, mais devra se méfier d’un vieux routier d’expérience, Alejandro Valverde qui saisira le moindre moment de faiblesse, bien entouré de son équipe Movistar.

Landa est le 3e mieux placé, à une trentaine de secondes de Nibali et Valverde. Attention.

Dumoulin n’est pas complètement out non plus, malgré une défaillance samedi sur les chemins de terre menant vers Arezzo. Il a cependant affirmé qu’une trentaine de coureurs lui étaient supérieurs sur ce Giro, et qu’il recentre donc ses objectifs sur des victoires d‘étape.

Pour le reste, Zakarin, malchanceux hier durant le chrono sous la pluie avec pas moins de quatre (!) chutes, pointe désormais à plus d’une minute de Nibali et Valverde. C’est beaucoup.

5 – Carton rouge. À Marcel Kittel et Fabian Cancellara, pour avoir quitté prématurément selon moi ce Giro, ceci afin de se reposer pour la suite de leur saison. Mouais. Ca m’a rappelé que j’ai toujours détesté Mario Cippolini lorsqu’il abandonnait rapidement le Tour de France après la première semaine, comme si le reste était de la perte de temps. J’y trouve une forme de mépris des organisateurs, et de mépris également envers leurs équipiers voire adversaires. Combien d‘équipiers de Kittel et de Cancellara auraient en effet souhaité prendre le départ de ce Giro pour aller au bout?

6 – Carton plein pour Lotto-Soudal. Outre Brambilla, qu’on voyait venir, l’histoire des derniers jours sur ce Giro appartient à l‘équipe Lotto-Soudal avec trois victoires d‘étapes consécutives, excusez-un-peu: deux avec le sprinter maison André Greipel (quelle musculature celui-là!!!), l’autre avec Tim Wellens.

7 – Demare. Le sprinter français mord pour l’instant la poussière sur ce Giro, ayant trouvé plus fort que lui en Marcel Kittel et André Greipel. Et on apprenait récemment qu’une enquête sur les allégations de s‘être accroché à une bagnole dans le Cipressa sur le dernier Milan SanRemo vient d‘être ouverte par les organisateurs…

8 – Repos. Aujourd’hui, c’est jour de repos.

9 – Demain. Ca sera casse-pattes et long, avec 219 kilomètres à parcourir. Le final est piégeux, avec deux belles patates qui pourraient causer la surprise. Une belle étape en perspective!

10 – Backstage Pass de l‘équipe Orica GreenEdge. On continue de se délecter de leurs vidéos déjantés.

Collectif Parlee, saison 2016: Guillaume Boivin

Période particulièrement occupée du côté professionnel pour moi actuellement, c’est la période du Recensement de 2016 après tout. N’oubliez pas de remplir votre questionnaire!

Je peine donc à mettre régulièrement La Flamme Rouge à jour. Retour au service normal sous peu.

En attendant, je remercie Mario et Charles du Collectif Parlee d’avoir porté à mon attention ce premier vidéo de la saison 2016 sous une formule renouvelée, celle d’offrir des entrevues avec des coureurs professionnels. On commence par… Guillaume Boivin, et c’est très sympathique.

Guillaume Boivin – Team Canada / Team Cycling Academy – GP Québec. from Charles B. Ostiguy on Vimeo.

Fouillez nos archives!