Mike Woods a-t-il atteint ses limites?

La question a été soulevée par un fidèle lecteur: Michael Woods a-t-il atteint ses limites comme coureur cycliste?

Considérant sa 2e place sur LBL, la question est intéressante car c’est un nouveau joueur dans le gotta des grands leaders en cyclisme.

Passé pro à 29 ans, Woods a aujourd’hui 31 ans. Certains diront qu‘à cet âge, la marge de progression n’est plus très grande. Vrai, mais Woods est venu très tard au cyclisme, après une carrière avortée en athlétisme. Il est donc “frais” dans cette discipline, à des années-lumière de coureurs qui ont commencé le vélo sérieusement à 14 ou 16 ans.

Je pense donc que son âge va plutôt limiter le nombre d’années qu’il lui reste dans le peloton, pas sa progression. Pas encore du moins. Il peut encore gagner en puissance et en endurance, beaucoup de coureurs avant lui l’ont prouvé.

Rappelons aussi que Woods est un gros moteur, on l’a vu venir de loin. Si courir le mille en moins de 4 minutes n’est pas un bon indice… Il fallait que son corps s’habitue à la longueur et l’intensité des courses européennes, ce qui est, je crois, maintenant fait, merci à son doublé Giro-Vuelta l’an dernier.

N’oublions pas non plus que les courses européennes sont parfaitement adaptées à sa morphologie de coureur plutôt petit et léger. En Amérique du Nord, c’est plutôt le festival des critériums, et je pense que Woods n’a donc pas encore exploité tout son potentiel sur les courses accidentées en Europe, courses qui lui conviennent bien.

Je pense enfin que Woods peut encore maturer sur le plan tactique, notamment le placement en course et la capacité de bien réagir aux situations de course qui se présentent in extremis à lui. Vous êtes plusieurs à l’avoir souligné, s’il avait eu le réflexe d’accompagner Jungels lorsqu’il se détache, qui sait la suite?!

Sa 2e place sur LBL va en tout cas donner confiance à tout le monde dans son équipe à savoir qu’il peut finir le prochain Giro sur le podium, et il croit aussi davantage en lui. Tout cela compte à ce niveau de compétition.

Woods peut encore progresser comme coureur cycliste, j’en suis sûr. Gagner quelques watts physiquement. Gagner en science de la course. Et gagner en confiance en lui.

J’aime en tout cas sa transparence. Sur son compte Strava, on peut même voir ses watts! Rares sont les coureurs pro qui rendent publiques ce genre de données… et il faut saluer Woods pour cela, il n’a rien changé à ses habitudes, pro en Europe ou pas.

Sur le prochain Giro, l‘écueil sera la 16e étape, le chrono de 35 kms. C’est seulement après ce chrono où il devra limiter les dégâts sur un Tom Dumoulin ou un Chris Froome par exemple que nous saurons s’il peut monter sur le podium du Giro.

ÉNORME: Mike Woods 2e de LBL!!!

Imaginez un peu: il y a quelques années, on se tirait la bourre avec lui dans le Parc de la Gatineau lors des a-loop du mardi soir.

Et hier, il termine 2e de Liège-Bastogne-Liège derrière un Bob Jungels intouchable devant.

Énorme ce qu’a fait Michael Woods hier! Il a eu les jambes pour accompagner Bardet dans un contre à 2,5 kms de l’arrivée, et n’a eu aucun mal à le battre au sprint sur la ligne. Son interview d’après-course est ici.

C’est pas compliqué, je crois bien que le seul podium canadien sur un monument du cyclisme avant la 2e place de Woods hier est la 2e place de… Steve Bauer sur Paris-Roubaix en 1990. Historique!

Et à deux semaines du début du Giro, Woods a de quoi rassurer son directeur sportif: il est “on time, on target” pour être en très grande condition sur l‘épreuve italienne. Avec une 7e place sur la Vuelta l’an dernier, qui sait où Woods s’arrêtera en Italie? Il progresse en tout cas, c’est évident. Excitant!

Grosse perf également de Bob Jungels, 25 ans, un gros moteur qu’on voyait venir à ce niveau depuis un petit moment déjà. Pour moi, Bob Jungels est le Miguel Indurain des années 2020: rappelons que Miguel avait terminé 4e de Liège-Bastogne-Liège en 1991 avant de gagner le Tour de France quelques semaines plus tard…

Les Quick Step ont joué une belle course, avec Alaphilippe qui sautait sur tout ce qui bougeait dans le final derrière son équipier devant. Il aura simplement manqué de lucidité ou a préféré marquer Valverde lorsque Bardet et Woods sont partis.

Belle prestation également des Lotto, avec Wellens et Vanendert très actifs dans le final. C‘était électrisant! Les Astana ont également essayé quelque chose, sans succès. Enfin, on a aussi vu un Tom Dumoulin remuant, preuve qu’il arrive lui aussi doucement en forme. Ca sera intéressant sur le Giro, surtout qu’on a aussi vu des Thibault Pinot et Chris Froome plutôt bien sur le récent Tour des Alpes.

Déception cependant du côté de Valverde qui repart de sa campagne ardennaise sans un bouquet… un échec dans son cas! Il aurait souffert de crampes hier dans le final, d’où sa passivité. On attendait également un peu plus d’Henao et de Kreuziger si vous voulez mon avis.

Bref, une magnifique course, pleine d’action dans le final, et un résultat très excitant pour le cyclisme canadien. Les amis(es), c’est tout un Giro qui se profile à l’horizon!!!

LBL: la revanche de Valverde?

Déjà la dernière grande Classique de ce printemps ce dimanche, avec Liège-Bastogne-Liège, aussi surnommée “La Doyenne”. Créée en 1892, on en sera cette année à la 104e édition, compte tenu des périodes d’arrêt liées aux deux grandes guerres.

Liège-Bastogne-Liège est souvent présentée comme le plus difficile des cinq monuments du cyclisme, par la répétition, la longueur et la pente des côtes qu’on y retrouve, surtout sur le retour vers Liège. Le palmarès de la course est cohérent avec cette réputation puisqu’Eddy Merckx, nul autre, est le recordman de victoires avec cinq.

Au menu de Messieurs les coureurs ce dimanche, 259 kms entre Liège et Ans, avec 12 côtes “significatives” répertoriées. Le final est musclé: les 60 derniers kms comptent la côte du Rosier, la côte de la Redoute – la plus célèbre de la course – la côte de la Roche-aux-Faucons, la côte de Saint-Nicolas et enfin ce (putain) de faux-plat difficile dans le dernier kilomètre, ou l’estocade est souvent portée. On peut revoir ici l‘édition 1999 remportée par un fuoriclasse, Franck Vandenbroucke, dans un duel magnifique alimenté par un orgueil démesuré chez lui et son rival italien, Michele Bartoli, un autre coureur de grande classe, et d’une élégance rare sur un vélo.

On annonce un temps couvert mais assez chaud dimanche, avec quelques risques d’averse qui pourrait compliquer la course.

Les favoris

C’est pas compliqué, c’est le match revanche Valverde-Alaphilippe ce dimanche, après le premier round qui est allé au coureur français mercredi dernier.

Valverde sera revanchard c’est certain, et motivé par l’idée de rejoindre Eddy Merckx à titre de quintuple vainqueur de La Doyenne s’il parvenait à s’imposer. Sa première victoire remonte à… 2006 sur cette course, preuve de son exceptionnelle longévité au top du sport cycliste.

Les deux coureurs peuvent compter sur de belles armadas pour contrôler la course et faire le travail pour les positionner en vue de la victoire. Le duel Movistar-Quick Step sera passionnant dimanche.

Les outsiders sont également nombreux, en premier lieu l‘équipe Lotto-Soudal avec Tim Wellens, Tiesj Benoot et Jelle Vanendert, capables tous les trois de compliquer la tâche à Valverde et Alaphilippe. Si ces deux là devaient trop se marquer, attention à Wellens et Vanendert dans le final qui en profiteront!

Vicenzo Nibali n’est pas à oublier, il a une formidable caisse pour des épreuves aussi difficiles et il a déjà terminé 2e de l‘épreuve, en 2012. Je suis sûr d’une chose: Nibali passera à l’attaque dimanche!

J’ai été surpris par Michael Matthews mercredi sur la Flèche Wallonne, qu’il terminait à une belle 5e place. Excellent sprinter, je pense qu’il pourrait jouer la gagne s’il parvient près de la ligne au sein d’un petit groupe. Il faudra le lâcher avant ça.

Je vous parlais aussi de Roman Kreuziger, qui est aussi très bien en ce moment, et qui n’a rien à perdre dimanche. Celui-là voudra assurément profiter du marquage des favoris, un peu à l’image de Michael Valgren dimanche dernier sur l’Amstel.

Attention également à quelques autres coureurs comme Bauke Mollema, Romain Bardet, Dan Martin, Jakob Fuglsang, Michael Valgren, Sergio Henao, Mikel Landa voire Enrico Gasparotto. Tous ces coureurs peuvent s’imposer selon moi.

Les Canadiens Mike Woods et Hugo Houle sont aussi au départ, Woods représentant les meilleures chances pour le Canada sur une course qu’il aime bien. Avec la présence de Pierre Rolland, Rigoberto Uran et Lawson Craddock, son équipe Education First possède plusieurs cartes à jouer.

Le bon plan pour suivre la course dimanche, c’est France3 avec Laurent Jalabert et Marion Rousse. J’aime!

Flèche Wallonne: Alaphilippe se paye Valverde!!!

J’ai adoré le final de la Flèche Wallonne hier. Payez-vous les images… Formidable!

En gros, on avait d’abord Nibali devant, qui avait bien anticipé. Beau tempérament de ce coureur toujours agressif que j’aime beaucoup. Il prend ses responsabilités, il tente, il n’hésite pas, il court pour gagner. Et il n’a pas été aidé par les motos…

Nibali n’avait malheureusement pas les jambes pour aller au bout et s’est fait reprendre à quelques hectomètres de la ligne seulement. Il s’est rendu les armes à la main, l’honneur est sauf!

La Flèche Wallonne s’est donc une fois de plus résumée à une course de côte. Je suppose que dans le cyclisme moderne, c’est attendu.

Et là, on a vu un Julian Alaphilippe sans complexe, bien calé dans la roue des deux Lotto qui faisaient le forcing devant, Vanendert et Wellens. À ce moment, Valverde était derrière – ô surprise – et non devant… première indication que quelque chose allait peut-être changer…

Alaphilippe gagne car jamais il ne lâche rien dans la montée, suivant chaque accélération au centimètre. À l’inverse, on a eu l’impression que Valverde a parfois pioché un peu, étant à contrepied dans le milieu de l’ascension, peinant à trouver son rythme. Il a réagi à l’accélération de Vanendert avec un temps de retard qui lui aura été fatal. Dans le Mur de Huy, ca se joue au centimètre!

Alaphilippe gagne en accompagnant d’abord l’accélération d’un Vanendert retrouvé (je vous le disais ces derniers jours…), puis en plaçant sa propre accélération au bon moment, après s‘être retourné et avoir vu que Valverde n‘était plus dans sa roue. Mieux, on a eu l’impression qu’Alaphilippe avait la réserve pour relancer dans les 50 derniers mètres, minant le moral de tous ses adversaires. Il était le plus fort hier.

Sursaut d’orgueil du champion espagnol, il a fait un beau rapproché sur les derniers mètres, pour s‘éteindre dans les derniers 50m en comprenant qu’Alaphilippe ne pouvait plus être rejoint.

Chapeau Julian!

J’adore vraiment ce coureur sympathique au tempérament d’attaquant. En fait, pour tout vous dire, c’est peut-être après Laurent Fignon, Greg LeMond et Marco Pantani le coureur que j’ai le plus apprécié dans le peloton professionnel.

Pour lui, c’est sa naissance comme champion, on pourrait dire. Première grande victoire internationale, première grande classique (car c’est ce qu’est la Flèche Wallonne selon moi), première reconnaissance de son niveau qui le fait entrer dans le top-10 mondial. Je suis convaincu qu’il ne s’arrêtera pas là et qu’il progresse encore.

Liège-Bastogne-Liège

Évidemment, Alaphilippe et Valverde seront les archi-favoris du prochain rendez-vous, Liège-Bastogne-Liège, souvent présentée comme la course la plus dure du calendrier international.

Ceci étant, un coureur à surveiller selon moi: Roman Kreuziger. Dans le coup aujourd’hui (4e), il n’a pas de pression, rien à perdre, un statut d’outsider lui permettant de prendre des initiatives, je le vois bien gagner la Doyenne dimanche. Attaquant lui-aussi, je suis certain qu’il tentera de saisir les opportunités qui se présenteront à lui, et que le peloton aura bien du mal à le revoir s’il part en échappée.

Ca sera passionnant!

82e Flèche Wallonne: qui pour battre Valverde?!

On dispute mercredi la 82e édition de la Flèche Wallonne, une classique mythique puisque présentant une arrivée singulière, en haut du célèbre Mur de Huy: 1,3 km d’ascension à 9,8% de moyenne, et des passages, notamment à l’intérieur des virages, à plus de 20%.

À quelque part, le Mur de Huy est à la Flèche Wallonne ce que le Mur de Grammont est au Tour des Flandres, voir ce que l’Alpe d’Huez est au Tour de France ou le Stelvio au Giro…

Les coureurs l’escaladent trois fois durant la course, la dernière fois alors qu’ils vont chercher l’arrivée en haut, au terme de 198 km de course entre Seraing et Huy. Ça fait mal, surtout que le parcours n’est pas tout à fait plat sur les 197 premiers kilomètres, avec pas moins de huit côtes répertoriées si on exclut les trois ascensions du Mur.

On annonce très beau en Belgique mercredi, soleil et 24 degrés. Ca sera très certainement une sélection par l’avant, la chance sourira peut-être aux plus audacieux… Je rêve par exemple de voir des coureurs réussir à aller chercher la victoire en attaquant dans… la deuxième ascension de Huy, à un peu plus de 20km de l’arrivée. Ca doit être possible!

Les favoris

Un nom: Alejandro Valverde. Quintuple vainqueur, déjà recordman du plus grand nombre de victoires sur cette course, dont quatre consécutives, ces quatre dernières années. Ouf! Tout un palmarès, Valverde mérite sans l’ombre d’un doute le titre de “Roi de Huy”. S’il gagne mercredi, ce serait sa sixième victoire.

Il a prouvé sur l’Amstel dimanche dernier être en grande forme, et il dispose d’une excellente équipe autour de lui, capable de bien le placer au pied du Mur. S’il l’aborde dans les 10 premiers, il sera très, très difficile à battre. C’est donc clair, les Movistar voudront favoriser une arrivée groupée au pied du Mur.

Celui qui pourrait arriver à battre Valverde est selon moi Julian Alaphilippe, que le champion espagnol a d’ailleurs désigné comme son successeur sur cette épreuve. Déjà deux fois deuxième derrière Valverde (2015 et 2016), Alaphilippe devra toutefois prouver qu’il a gagné en puissance pour le battre : pas simple! Son équipe Quick Step est cependant très forte, il pourra notamment compter sur l’expérience de Philippe Gilbert, vainqueur en 2011.

Si j‘étais Philippe Gilbert justement, j’essaierais d’anticiper et de me glisser dans un coup à 10, 20 ou 30kms de l’arrivée… Cela enlèverait la pression à Alaphilippe, et on sait jamais, sur un malentendu ca peut marcher…

Attention également à Tim Wellens chez Lotto, bien secondé par un Jelle Vanendert retrouvé. L‘équipe Lotto est aussi à domicile et voudra s’illustrer, c’est certain.

Troisième en 2014, Michal Kwiatlowski est annoncé au départ. Je pense qu’il sera trop juste dans le Mur.

Vicenzo Nibali? Il possède lui aussi un punch redoutable, qu’il peut maintenir plus longtemps que Valverde. Sa meilleure chance sera probablement de partir dès le pied du Mur si jamais le peloton s’y présente groupé, ou alors d’anticiper un peu dans le final. Avec Gilbert?!

Les outsiders sont Dan Martin, Rigoberto Uran, Sergio Henao, Mikel Landa, Romain Bardet et le jeune français David Gaudu, redoutable grimpeur (53 kilos!) et 9e de l‘épreuve l’an dernier. Un autre français à surveiller, pour voir où il en est: le sympathique Warren Barguil.

Les Canadiens

Attention également à Mike Woods, qui sera probablement protégé avec Uran chez Education First. Woods prépare son Giro et arrive en excellente condition. Il peut croire en un podium je pense et un bon résultat pourrait lui permettre de donner confiance et rassurer son équipe.

Hugo Houle est également annoncé au départ chez Astana et travaillera pour ses deux leaders, Valgren et Fuglsang. Ces deux derniers auront toutefois plus de chance dimanche prochain sur la Doyenne.

La Flèche femmes

C’est probablement la clé pour développer le cyclisme féminin: profiter des infrastructures et faire partir le peloton féminin quelques heures avant le peloton masculin. Le public peut ainsi suivre une autre course en patientant pour les hommes, il y a des économies d‘échelle… c’est parfait. Les femmes font 119 kms de course, et terminent elles-aussi en haut du Mur de Huy. Comme chez les hommes, il y a actuellement une Reine de Huy: Anna Van Der Breggen. Qui pour la détrôner mercredi? En bonne forme, une Pauline Ferrand-Prevost pourrait y parvenir selon moi!

Amstel: bien joué Astana!

Très beau final hier de l’Amstel Gold Race, un final plus ouvert que lorsque la course se terminait en haut du Cauberg. Y’a eu du spectacle!

La course s’est emballée à environ 15 km de l’arrivée, au dernier passage du Cauberg justement. Les favoris sont alors rentrés sur une échappée matinale longue à se rendre, puis Valverde a donné quelques coups de butoir afin d‘écrémer le peloton de tête. Ouf! Qu’il était fort Valverde! Grand plateau partout! Pour le battre sur la Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège, ça risque d‘être compliqué.

On a aussi vu un revenant, Roman Kreuziger, à la fête dans ce final, lui aussi donnant quelques coups de butoir avec, à la clef, une 2e place. Quel beau coureur, la classe sur un vélo.

Toutes ces accélérations, ces relances ont finalement eu raison de plusieurs favoris à quelques kilomètres de l’arrivée comme Philippe Gilbert, Michal Kwiatlowski ou encore Greg Van Avermaet. Franchement, on attendait mieux des Sky tout particulièrement, surtout qu’ils avaient roulé plus tôt dans la course. On présumait donc Kwiatlowski en meilleures jambes… Poels a pour sa part été éliminé assez rapidement. Bizarre de la Sky…

Une fois l‘échappée “royale” partie, ce sont les deux Astana – Valgren et Fuglsang – qui ont été les plus intelligents selon moi. Ils avaient pourtant fort à faire pour neutraliser Sagan, Valverde et Alaphilippe!

Fuglsang a d’abord placé quelques attaques, forçant les autres, dont Peter Sagan, à chasser pour rentrer, pendant que Valgren faisait le mort derrière le petit groupe. Puis ce même Valgren a essayé de partir une première fois, mais n’a jamais vraiment pris plus d’une dizaine de secondes sur ses poursuivants.

C’est là qu’il a été plus intelligent que les Quick Step (Gilbert et Stybar) la semaine dernière: au lieu d’insister, il s’est rapidement relevé, a récupéré un peu dans le groupe puis à un peu plus de deux kilomètres de l’arrivée, a placé la bonne accélération sachant qu‘à ce moment tardif de la course, personne ne voudrait vraiment prendre la responsabilité de la chasse à son compte.

Et ca a bien réussi, Valgren a pu se rendre au bout avec Kreuziger, moins bon sprinter que lui. Bien joué! Il a su se déjouer de Valverde, Wellens et d’Alaphilippe, qui étaient selon moi les plus costauds hier.

Ce qui est clair cependant, c’est qu’Alaphilippe et Valverde seront les grands favoris des Ardennaises qui commencent ce mercredi. Ca va vraiment être un très beau spectacle, à ne pas manquer! Valverde pourra compter sur un Landa en jambes on l’a vu hier, et Alaphilippe sur un Gilbert qui a beaucoup d’expérience sur ces courses. La Bahrain-Merida sera également à surveiller avec Gasparotto, Nibali et les frères Izagirre.

Mention très bien également au Canadien Mike Woods, 20e hier et dans le peloton de tête avec les cadors jusqu‘à quelques kilomètres de l’arrivée. Il termine dans le groupe Gilbert-Van Avermaet, et nous prouve qu’il arrive en condition à temps pour son grand objectif de la saison, le Giro.

Le Tour de l’actualité

On aime la formule, pourquoi s’en priver?

1 – Flèche brabançonne. Tim Wellens (Lotto-Soudal) a gagné une Flèche brabançonne chargée en émotion en raison du décès récent de Michael Goolaets, de nombreux coureurs affichant un brassard noir en guise de solidarité avec son équipe Veranda Willems Crelan. L‘équipe belge Lotto-Soudal s’est bien reprise sur cette course après une campagne de Classiques en demi-teinte puisque Tiej Benoot termine 3e et représente un 2e homme de l‘équipe sur le podium. La Lotto a également été bien active sur la course, puisqu’on a aussi vu un revenant se remuer les miches, Jelle Vanendert.

Wellens a gagné détaché après un bel effort de plusieurs kilomètres dans le final malgré les efforts d’Enrico Gasparotto pour favoriser un sprint pour son leader Sonny Colbrelli. Les images sont ici.

2 – Les Ardennaises. Ca commence en fin de semaine avec l’Amstel Gold Race! Des coureurs un peu différents entre en action, moins massifs, meilleurs grimpeurs, ceux qu’on a vu notamment sur le récent Tour du Pays Basque. Amstel, Flèche Wallonne, Liège-Bastogne-Liège, deux belles semaines qui nous conduiront vers une autre transition, celle des courses par étape avec le Tour de Romandie, puis le Giro!

3 – Remi Di Gregorio. Piqué positif à l’EPO lors d’une récente étape de Paris-Nice. Son équipe Delco-Marseille l’a immédiatement suspendu. Et oui, le dopage à l’EPO dans le peloton pro, ca existe… encore!

4 – Tom Boonen. Le champion belge à la retraite depuis peu a déclaré être convaincu que son grand rival Fabian Cancellara avait utilisé un moteur dans son vélo lors de sa victoire sur le Ronde 2010. J’en suis convaincu aussi! Et on pourrait rajouter sur Paris-Roubaix aussi cette même année…

5 – Météo de merde. Pendant ce temps, on se farcit au Québec le printemps le plus pourri depuis… 1943. Il fait froid, il pleut, il neige, et on a jamais vu d’aussi belles conditions de ski de fond dans le Parc de la Gatineau à ce moment de l’année. C’est fou! Le GP de Contrecoeur, course d’ouverture de la saison cycliste au Québec, a dû être reporté en raison du beau cocktail météo attendu ce week-end. Misère… fait chier!

6 – Campagnolo. On avait anticipé la nouvelle le 20 mars dernier (information reprise le 21 mars par le site Internet Matos Vélo…), Campagnolo a lancé ses groupes 12 vitesses plus tôt cette semaine. C’est justement le site Matos Vélo qui nous propose les commentaires les plus justes selon moi sur ce nouvel opus du légendaire fabriquant italien.

Pour l’instant, seuls les groupes Super Record et Record passent en 12 vitesses (mécanique), selon deux options: freins “traditionnels” ou à disque. Les versions électroniques suivront probablement plus tard dans l’année.

Rappelons que la cassette 12 vitesses s’installe sur les corps de cassettes 10 et 11 vitesses actuels, l’espace requis demeurant le même. Campagnolo a donc réduit l’espacement entre les pignons, et amincit la chaine davantage encore.

Alors, réel intérêt? Selon moi, pas vraiment! Avez-vous vraiment besoin de 12 vitesses alors que vous en avez déjà 11?! Seul intérêt selon moi, une meilleure progressivité des braquets pour les cassettes au registre étendu, notamment pour affronter les cyclosportives montagneuses. Et là, Campagnolo n’a pas fait très fort selon moi, proposant deux nouvelles cassettes, une 11-29 d’abord (au lieu de 12-29) ainsi qu’une 11-32 (ca c’est plus intéressant!). La 11-29 demeure mal étagée avec 21-23-26-29, soit 3 dents d‘écart entre les 3 dernières dentures. Pourquoi ne pas avoir enlever le 12, le 14 ou le 16 pour mettre plutôt 21-23-25-27-29?

Campagnolo a également lancé de nouvelles roues Bora étudiées en soufflerie, d’où leur nom “WTO” pour Wind Tunnel Optimized. La largeur des roues est augmentée, pour accommodé la mode actuelle de pneumatiques plus larges (25 voire 28mm). Quatre versions offertes, 60 et 77mm de largeur, boyaux ou pneus (tubuless ou traditionnels).

On peut poser la question: chez Campagnolo, manque-t-on le bateau du wireless actuellement?!

Quoi qu’il en soit, par souci de transparence, d’honnêteté intellectuelle aussi, sur La Flamme Rouge on cite toujours nos sources, on donne les liens, on travaille en collégialité et en toute indépendance.

7 – Canyon Ultimate CF EVO 10.0 SL. Beau reportage de Matos Vélo sur ce vélo unique, parmi les plus légers au monde. Si vous voulez savoir le rendu d’un vélo de… 4,9 kilos sur la route, c’est à ne pas manquer! Je vous conseille fortement de lire cet article avant d’investir dans des freins ultralight tout carbone Fibula… une mode pour laquelle Campagnolo n’a par exemple jamais cédé, offrant toujours des freins alu.

Je suis d’accord avec la conclusion de l’article: la règle UCI d’un poids minimum de 6,8 kilos pour un vélo dans le peloton pro pourrait être abaissée sans problème… et je préconiserais un règle autour de 6 kilos.

8 – Russie partout, pas juste dans les élections de Donald Trump… Comment la Russie a acheté le biathlon… désespérant.

9 – CIO corrompu. Comment Samsung s’est très certainement arrangée pour que les JO d’hiver 2018 ait lieu à Pyeong Chang. Désespérant, mais ca ne surprendra personne. Le CIO est probablement le comité international le plus corrompu et le moins transparent qui soit! Dire que Calgary songe à poser sa candidature pour les JO de 2026! (après ceux de 1988).

10 – Cyclisme féminin. Je vous disais récemment que je trouvais que le Français David Lappartient faisait du bon boulôt à la tête de l’UCI et qu’un de ses dossiers prioritaires devrait désormais être le développement du cyclisme féminin. Il s’est récemment prononcé pour l’organisation d’un Paris-Roubaix féminin. Excellent! Pourquoi ne pas être plus agressif? Proposons les 5 grands monuments d’un jour pour le cyclisme féminin, en marge des épreuves masculines. Une fois que le parcours est monté et sécurisé, est-il vraiment plus difficile de faire partir les femmes 1h avant les hommes, d’un endroit légèrement différent peut-être s’il faut réduire la distance? Il y a certainement des économies d‘échelle!

Fouillez nos archives!