Tour: ils ne sont plus que six!

À moins d’une semaine de l’arrivée à Paris, ils ne sont plus que six à pouvoir rêver de la consécration suprême dans le monde du cyclisme: Alaphilippe, Thomas, Kruijswijk, Pinot, Bernal et Buchmann.

Auteur d’un week-end remarquable, Thibault Pinot ne serait plus qu’à… 10 secondes du maillot jaune s’il n’avait pas perdu 1min40 dans le coup de bordure l’autre jour… De quoi nourrir des regrets. Ceci étant, il apparait aujourd’hui être le coureur avec les meilleures jambes sur ce Tour, capable de larguer tout le monde à la régulière sur les pentes les plus fortes. S’il évite la maladie, talon d’Achille de Pinot, les Alpes pourraient le servir remarquablement bien.

Alaphilippe demeure un prétendant crédible et sérieux selon moi, même s’il a montré les premiers signes de fatigue à quelques hectomètres de l’arrivée dimanche vers le Prat d’Albis. Il a également payé son inexpérience à ce niveau: il n’aurait jamais dû répondre à l’attaque de Pinot, pouvant alors se contenter de marquer ses plus proches rivaux au général. Plus encore, repris, ce n’était pas à lui de mener ainsi le groupe Thomas sur 2 kms, il aurait dû reprendre les roues bien sagement.

Pour les trois autres, difficile de dire aujourd’hui comment ils passeront les Alpes. Ce Tour de France se jouera sur la récupération, c’est très clair. Et sur la météo, car on annonce un nouvel épisode caniculaire cette semaine en France… et plus de 40 degrés sont annoncés sur les routes du Gard, près de Nîmes, dès mardi. Aie. Pinot, en particulier, n’aime pas ces températures très chaudes. Avantage Bernal?

Bref, ce Tour de France est passionnant. Alaphilippe finira-t-il par craquer? Jusqu’où ira Thibault Pinot? Thomas pourra-t-il trouver l’état de grâce dans la dernière semaine, comme l’an dernier? Et Kruijswijk, que lui reste-t-il?

Pour les autres, le podium est à son sens grillé, sauf défaillance importante des six premiers du général. Les Uran, Landa, Quintana, Bardet, Woods, Barguil, Fuglsang, Porte et autre Mollema, Martin, Aru ou encore Ciccone voudront désormais « sauver » leur Tour par une belle victoire d’étape.

Le maillot à pois pour Pinot?

Je pense que Thibault Pinot visera le maillot à pois dans les Alpes, n’accusant que 14 points de retard sur Tim Wellens actuellement. S’il parvenait à ramener ce maillot à Paris et à monter sur le podium, ce serait un sacré beau Tour de France pour le coureur lorrain.

Le maillot vert

C’est plié pour Peter Sagan. Son 7e maillot vert, record absolu!

Le maillot blanc

C’est également plié pour Egan Bernal, après un court intermède par Enric Mas il y a quelques jours. David Gaudu est désormais trop loin (plus de 12 minutes) et privilégiera son service auprès de Thibault Pinot.

Alaphilippe: c’est monstrueux!

Premier (et dernier) grand chrono hier sur le Tour de France: inutile de vous dire que tout les favoris sont à bloc, Geraint Thomas le premier. Les enjeux sont colossaux.

Et au final, Julian Alaphilippe sait répondre présent à la pression, offrant une performance exceptionnelle qui lui vaut non seulement de conserver son maillot jaune, mais aussi la victoire d’étape.

Autrement dit, Alaphilippe a accru hier son avance sur tous ses adversaires, Ineos compris.

C’est monstreux comme performance!!!

Alaphilippe peut-il gagner le Tour? Bien sûr que oui! Plus de 30 ans après la victoire de Bernard Hinault, la France n’a jamais eu un coureur aussi bien placé, ayant autant de chances, à un peu plus d’une semaine de Paris.

Alaphilippe dispose désormais de 1min26 d’avance sur Geraint Thomas et plus de 2 minutes sur Steven Kruijswijk, ses deux principaux adversaires puisque le 4e du général est son coéquipier Enric Mas qui, auteur d’un excellent chrono hier, pourra l’épauler en haute montagne.

Alaphilippe dispose donc d’une très belle marge, et pourra se permettre de courir au millimètre lors des grandes étapes de montagne, les autres devant se dévoiler, pas lui.

Ca sera d’ailleurs intéressant, car les Ineos sont désormais forcés de bouger, eux qui habituellement défendent à ce stade-ci de la course. Thomas, sur qui tous les espoirs reposent étant donné la valise prise par Bernal hier, devra donc attaquer, Alaphilippe pouvant se contenter de suivre sa roue. Et de le flinguer à son tour en vue de la ligne d’arrivée. Pas de cadeau!

La route est cependant encore longue, et beaucoup d’étapes à venir sont difficiles, en haute montagne. Ca va se jouer sur la récupération, c’est très clair. À ce chapitre, Alaphilippe et surtout son entourage devront faire fort afin de le préserver de toutes les sollicitations. Les Ineos prépareront des coups c’est clair, usant de leur nombre pour créer une course de mouvement. Je pense qu’Alaphilippe n’est pas forcément mal placé pour répondre, car il trouvera des alliés de circonstance, notamment Pinot et Bardet sur certaines étapes.

Alaphilippe en jaune à Paris, j’y crois! Et ca fait de ce Tour de France une course passionnante. Tiendra-t-il?!

Les revers

Quelques déceptions hier, notamment du côté de Quintana, de Bardet, de Barguil, de Fuglsang et de Landa dont on espérait mieux.

La défaillance de Bardet à la Planche des Belles Filles s’est confirmée hier: y’a quelque chose qui cloche chez lui. Bardet essaiera certainement de sauver son Tour par une victoire d’étape en montagne, du coup il ne faudra pas se surprendre s’il se laisse décrocher sur les prochaines étapes, question de ne plus représenter une menace au général.

Quintana, je ne comprends pas.

Les succès

Assurément Steven Kruijswijk, auteur d’un excellent chrono, de même que Thibault Pinot. Ce dernier peut-il encore rêver d’un podium à Paris? Ca sera difficile, il lui faudra passer Buchmann, Bernal, Mas et Kruijswijk pour cela. S’il n’avait pas perdu 1min40 dans ce coup de bordure, il serait aujourd’hui 3e du général, pas très loin de Geraint Thomas…

Mention très bien également à Rigoberto Uran, qui a sorti un excellent chrono hier. Il sera le joker de cette dernière semaine.

Le Tourmalet

L’étape d’aujourd’hui se termine en haut du Tourmalet, toutefois escaladé par son côté le plus roulant. Avant, le col du Soulor ne posera pas de problème, tout en étant une rampe de lancement parfaite pour des échappés loin au général qui voudraient s’imposer au Tourmalet.

Pour Alaphilippe, seule la longueur de l’ascension finale, 18km, pourrait poser problème si on parvient à l’isoler rapidement. Son équipier Enric Mas semble toutefois sacrément costaud, ca sera difficile de le lâcher. Les trois derniers kms plus pentus après Super Barèges devraient avantager le coureur français qui dispose manifestement d’un excellent rapport poids-puissance.

L’étape de dimanche vers le Prat d’Albis sera plus compliquée à gérer, car notamment plus longue (185kms) et comportant trois ascensions dans les 60 derniers kms (Port de Lers, le difficile Mur de Péguère puis l’ascension finale vers le Prat d’Albis). Attention en particulier au Mur de Péguère, c’est là qu’un nouveau chapitre du Tour pourrait être écrit!

Tour de France: les enjeux du chrono

Le contre-la-montre aujourd’hui présente de nombreux intérêts compte tenu du classement général actuel du Tour de France.

Relativement court (27 km) avec quelques bosses du côté de Pau, ce chrono est le seul de l’épreuve cette année. Il ne faudra pas se louper, même si les Pyrénées et les Alpes ne sont pas encore passées.

Premier enjeu, Alaphilippe: pourra-t-il rester en jaune? Avec 1min12 de priorité sur Thomas et 1min16 sur Bernal, c’est jouable sur la courte distance. Mieux, l’écart avec les deux coureurs Ineos apportera une première indication de la réelle menace que constitue Alaphilippe pour le général de ce Tour de France. Depuis quelques jours, il est clair que la France s’est mis à rêver, et Alaphilippe a désormais la pression. Prenant visiblement du plaisir à être en jaune, je crois qu’Alaphilippe peut nous surprendre longtemps et il dispose d’Enric Mas comme équipier de luxe en montagne.

Deuxième enjeu, qui de Thomas ou Bernal prendra l’avantage sur l’autre pour le leadership de l’équipe Ineos dans les Pyrénées et les Alpes? Le chrono sera capital pour voir les forces en présence, et surtout la récupération des deux coureurs. Si l’équipe joue la carte officielle de « il n’y a pas de compétition entre Thomas et Bernal », la réalité est tout autre et aujourd’hui, on aura les réponses « à la pédale ». Je suis convaincu qu’ils feront ce chrono à fond.

Troisième enjeu, Thibault Pinot. Ce chrono nous permettra de voir si le Français peut gagner ce Tour. Pour cela, il doit faire jeu égal avec les Ineos, car il ne peut plus se permettre de perdre de temps. La fraicheur physique sera déterminante et Pinot a travaillé le chrono à l’entrainement. C’est le moment où il faut que ça paye!

Quatrième enjeu, Nairo Quintana. Le coureur Movistar a assez bien passé la première moitié du Tour, et affirme avoir de très bonnes sensations. Le Colombien a axé sa saison sur le Tour et il a déjà bien fait sur les épreuves chronométrées, nous saurons aujourd’hui s’il peut rêver de remonter sur le podium à Paris. S’il passe au travers, ce sera une nouvelle déception pour le coureur.

Cinquième enjeu, les autres favoris que sont Steven Kruijswijk, Jacob Fuglsang, Rigoberto Uran ou Romain Bardet. Ils doivent nous sortir un grand chrono pour espérer être à la lutte pour le podium à Paris.

Bref, ce chrono est super-intéressant car il survient après déjà 12 étapes très usantes, et qu’il sera donc révélateur des capacités de récupération de tous et chacun. Avant d’aborder une dernière semaine elle-aussi musclée… pas simple de passer du 55×11 au 39-27 et inversement!

Rohan Dennis

L’abandon surprise et sans raison apparente de Rohan Dennis chez Bahrain-Merida fait couler beaucoup d’encre depuis quelques heures.

C’est assez surprenant en effet de constater que même son équipe ne peut avancer de raison pour cet abandon.

Dennis n’est pas malade, ayant même attaqué en début d’étape. Il n’avait pas chuté, ni n’avait connu de bris mécanique.

Le plus probable et qu’on ne nous dit pas?

Le plus probable, c’est que Dennis n’avait pas reçu l’autorisation de son équipe pour se porter ainsi à l’attaque sur cette étape montagneuse, à la veille d’un chrono dont il était l’un des favoris. Frustré de cette situation et d’une accumulation de faits similaires cette saison, Dennis a probablement pété les plombs et tout laissé tomber. Il est évident qu’il ne sera plus chez Bahrain l’an prochain et qu’il devrait courir assez peu pour le reste de la saison.

Dennis murissait le projet de s’attaquer au record de l’heure, je pense que le timing est désormais très bon!!!

Quintana chez Arkea-Samsic

Ca a de quoi surprendre: Nairo Quintana a signé pour trois ans chez l’équipe continentale pro Arkea-Samsic de Warren Barguil et Andrei Greipel.

Ca a de quoi surprendre, cette équipe n’évoluant pas « dans la ligue majeure » du cyclisme. On sait cependant qu’Arkea vise une licence WorldTour dès l’an prochain, et c’est peut-être dans cette optique qu’elle cherche actuellement à renforcer son effectif.

Quintana saura-t-il cohabiter avec Barguil, les deux ayant des ambitions sur le même terrain?

Une deuxième partie de Tour très difficile

L’avis est unanime si on prend le temps de lire les déclarations de nombreux coureurs à l’occasion du premier jour de repos: le peloton est déjà très fatigué, les 10 premiers jours de course ayant été très exigeant.

Pour certains coureurs d’expérience, c’est du jamais vu: ils n’ont jamais été aussi fatigués avant d’aborder les grosses difficultés de l’épreuve.

Car cette semaine, on aborde les Pyrénées, puis il y a le chrono vendredi, et on enchainera rapidement avec les Alpes après deux étapes « de transition » (si elles existent encore!) vers Nîmes puis Gap.

Autrement dit, ce Tour de France se jouera beaucoup sur la fraicheur physique. Et à ce chapitre, force est de reconnaitre qu’Ineos, Geraint Thomas et Egan Bernal en premier lieu, ont un avantage. Ils ont couru au millimètre jusqu’ici, ils bénéficient également d’années d’expérience au chapitre de la récupération et de son optimisation. L’équipe a également les moyens financiers.

Aujourd’hui vers Toulouse, l’étape est promise aux sprinters. L’arrivée est large, ca sera un sprint massif avec les Colbrelli, Sagan, Ewan, Matthews, Viviani, Groenewegen, Kristoff, Greipel et autres spécialistes de l’exercice.

Misez Groenewegen!

Ennuyant, le Tour?

Petit bilan du Tour de France jusqu’ici, alors que les coureurs soufflent un peu aujourd’hui à l’occasion du premier jour de repos de l’épreuve.

J’ai lu certains d’entre vous affirmer sur ce site que le Tour de France était ennuyeux cette année. Je ne suis pas d’accord!

Je me suis régalé toute la dernière semaine. Seul petit bémol, je demeure comme plusieurs d’entre vous frustré de voir les chances de succès d’une échappée systématiquement condamnée en raison des oreillettes.

À part cela, ca été passionnant. Un impressionnant chrono par équipe, à 57km/h de moyenne excusez-un-peu. Faut quand même le faire! Un magnifique et remuant Julian Alaphilippe sur la route d’Épernay, victoire d’étape solo et nouveau maillot jaune. Deux belles étapes dans les Vosges, et Dylan Theuns qui s’impose à la Planche des Belles Filles, battant Giulio Chiccone qui prend le maillot. Enfin trois étapes récentes de feu, alors que ces étapes auraient dû être relativement tranquilles… Que neni, Alaphilippe nous a remis ca flanqué de Thibault Pinot vers Saint-Étienne… quel panache! Certains ont affirmé que les motos les avaient aidés, je n’en suis pas si sûr.

Enfin hier, très beau coup de bordure des Ineos assisté des Deceuninck et des Movistar, sur la route d’Albi. Ca devait être une étape relativement tranquille, les 30 derniers kilomètres ont été avalés à un train d’enfer et il était évident que les visages étaient très marqués à l’arrivée. Plus de 45 de moyenne sur ces 217 kilomètres!

Ils sont quatre à avoir perdu gros: Richie Porte, Rigoberto Uran, Jakob Fuglsang ainsi que Thibault Pinot. Le mieux placé au général, auteur d’un « sans faute » jusqu’ici, Pinot doit s’en vouloir sur ce coup-là… mais n’a que lui et surtout son équipe à blâmer. Dans les premiers kilomètres de la bordure, on voyait plusieurs Groupama entourer Pinot puis, au fil des kilomètres, plus personne sauf Sébastien Reichenbach. Ils étaient où, les coéquipiers de Pinot au moment où il avait le plus besoin d’eux?! Gaudu, Roux, largués à la pédale.

Les commentaires de Marc Madiot suite à l’étape sont par ailleurs insupportables, presque insolents. La réalité, c’est que Thibault Pinot a perdu comme un cadet hier un paquet de temps sur Bernal et Thomas, et se retrouve à environ 1min15 de ces deux là. Un tel déficit ne se bouchera pas facilement!

Marc Madiot, le spécialiste de Paris-Roubaix, le grand amoureux des Classiques d’avril qui se fait piéger avec son équipe comme un bleu sur un coup de bordure (du cyclisme 101 que tu apprends chez les cadets) lors d’une étape sans grande importance sur la plus grande course du monde, ca fait assez minable merci. Je suis dur, mais je trouve ca impardonnable. On n’est pas sur le Tour du Limousin!

Bravo en tout cas à Deceuninck et Ineos qui ont fait la course en tête, et qui profite de toutes les occasions. Aujourd’hui sur le Tour, il n’y a plus « d’étapes de transition » et la course peut se perdre à tout moment, sur un coup de bordure, dans une descente, ou sur une étape très courte.

À noter que Romain Bardet, lui, n’a pas loupé le coche. De quoi avoir un peu de positif à chérir lors de cette journée de repos!

Alaphilippe: combien de temps tiendra-t-il?

La question qui tue est de savoir combien de temps Alaphilippe gardera-t-il le maillot jaune? Pourrait-il le perdre jeudi sur la route de Bagnères-de-Bigorre? Lors du chrono de Pau vendredi? Samedi au Tourmalet? Dimanche au Prat d’Albis?

Je pense en fait qu’Alaphilippe n’a pas fini de nous étonner et qu’il peut tenir jusqu’aux Alpes la semaine prochaine. Il a prouvé pouvoir passer de grands cols l’an dernier, ramenant le maillot à pois à Paris. Si Enric Mas peut l’épauler en montagne, ca peut le faire et même s’il devait perdre une minute à la bascule d’un col, le diable a suffisamment de talent de descendeur pour recoller dans les descentes.

Rappelons qu’en 2011, Thomas Voeckler avait terminé 4e du Tour après avoir longtemps porté le maillot jaune, transcendé par ce dernier.

Mike Woods

Un excellent début de Tour, puis des journées catastrophiques depuis trois jours.

Woods a d’abord chuté dans un virage, entraînant Geraint Thomas dans sa chute. Du coup, il a perdu 14 minutes au général, et donc toute chance d’un bon classement. On vise désormais les victoires d’étape.

Son équipe a également galéré hier, Uran étant pris dans la bordure. Avec l’abandon de Tejay Van Garderen il y a deux jours, j’imagine que l’ambiance chez EF doit être assez moyenne…

Ketones

On a appris que des coureurs du Tour, notamment la Jumbo-Visma, utilisent un supplément appelé « Ketones », qui permet d’augmenter l’endurance, de bruler du gras, et de booster la récupération. Les régimes « kéto » ont d’ailleurs la cote ces temps-ci auprès du grand public, et ces suppléments sont dans le même esprit. Certaines équipes comme Sky ou Quick Step l’aurait utilisé depuis plusieurs années.

Ce supplément ne figure pas sur la liste des produits interdits par l’UCI. De là à vous darder sur ce produit, je vous invite à la plus grande prudence puisque les études présentent des résultats contradictoires, certaines ayant plutôt démontrées des effets négatifs sur la performance sportive!

Les suppléments d’AICAR seraient également en circulation dans le peloton actuellement.

Le coupable: oreillettes ou capteurs de puissance?

Je vous rejoins sur l’ennui lorsque je vois ces échappées matinales partir, alors que tout le monde sait éperdument qu’il n’y a aucune chance de succès. C’est triste, et ca tue la course.

Certains accusent les capteurs de puissance. Je n’en crois rien. Theuns et Ciccone, dans la Planche, ils s’en foutaient pas mal de leurs watts, ils ne pensaient qu’à appuyer pour en finir avec l’arrivée.

Pour moi, le problème reste le même: grâce aux oreillettes, les directeurs sportifs interviennent dans la course en temps réel, donnant un grand avantage au peloton face aux échappées. Les directeurs sportifs deviennent en quelque sorte le 9e coureur de l’équipe… et c’est injuste pour les échappées. Sans ces oreillettes, les coureurs auraient à redescendre dans les bagnoles pour obtenir des infos, ce serait donc moins en temps réel et plus à l’instinct. Essayons, pour voir!

Pinot, la France attend…

Très belle étape selon moi hier vers la Planche des Belles Filles où comme prévu, certains ont déjà perdu le Tour de France très certainement.

Et en premier lieu, Romain Bardet, lâché sur les dernières rampes. Personne n’explique pour l’heure la défaillance, mais une révision des objectifs s’impose assurément pour AG2R – La Mondiale, dont le collectif n’a pas été au mieux sur l’étape par ailleurs.

Exit également du général les Fabio Aru, Alejandro Valverde, Warren Barguil et Bauke Mollema. Les Vicenzo Nibali, Richie Porte et Nairo Quintana sont déjà en sursis.

Ils ont passé le test

En premier lieu, Geraint Thomas qui marque un avantage psychologique, prenant même l’ascendant sur son équipier Egan Bernal. Si le Tour est encore long, Thomas n’a pas loupé ce premier rendez-vous et rassure donc un peu tout le monde.

Julian Alaphilippe a très bien limité la casse, attaquant à quelques hectomètres de la ligne et ne perdant son maillot jaune que de six secondes face à Chiccone. Sur cette démonstration, il est évident que le numéro 1 mondial est parti pour un grand Tour de France, et il peut par exemple rêver du maillot à pois à Paris.

LA révélation du jour selon moi est Thibault Pinot, qui fait presque jeu égal avec Thomas et qui confirme donc sa grande condition. Plus de 30 ans après la victoire de Bernard Hinault sur le Tour 1985, les Français tiennent donc là leur meilleur espoir d’une victoire au général, et Pinot peut le faire cette année, c’est clair. Bien épaulé par un excellent David Gaudu dans le final, Pinot devra courir au millimètre sur les étapes de montagne pour grappiller du temps aux Ineos Thomas et Bernal, mais ca peut le faire s’il court intelligemment. C’est emballant.

Le test est également concluant du côté de Michael Woods, qui a pu accompagner Rigoberto Uran dans le final. Ils sont tous les deux très bien placés au général, et pour l’heure leur équipe ne voudra pas compromettre les chances d’un bon résultat. Je pense donc que Woods et Uran seront co-leaders pour encore un moment, le temps d’arriver dans les Pyrénées et de voir lequel des deux est le plus fort. Pour Woods, l’objectif n’est donc pas encore clair: le général, ou une victoire d’étape? Il est trop tôt dans la course pour pouvoir l’affirmer.

Attention également à Jakob Fuglsang qui n’a jusqu’ici rien perdu de grave. Il est présent.

À ce stade-ci de la course, je miserais pour un podium composé de Thomas, Bernal et Pinot à Paris, mais je ne sais pas encore dans quel ordre!!

De retour!

Après deux grosses semaines de silence, La Flamme Rouge reprend le service normal à partir de maintenant, avec la couverture du Tour de France.

Ne voulant pas être le héros de mes propres aventures, je resterai discret sur mon récent voyage en France et ma participation aux cyclosportives L’Alsacienne et La Marmotte. Je ne suis pas un champion cycliste.

Je dirai simplement que les dix derniers mois ont été les plus difficiles de ma vie et que, dans ce contexte, mes récents résultats sur ces deux belles épreuves cyclistes aident beaucoup dans ma reconstruction.

Merci à tous ceux qui sont venus spontanément me trouver pour me dire un petit mot en reconnaissant mon maillot La Flamme Rouge, que ce soit sur L’Alsacienne ou la Marmotte. Ca me fait toujours grand plaisir! Je pense notamment à cette équipe de Lyon, et nos brefs échanges sur la ligne de départ de la Marmotte dimanche matin dernier. Ou de ce cycliste à l’arrivée de l’Alsacienne venu me trouver et qui lira assurément ces lignes.

Un merci tout spécial également à Pascal et Serge, qui sauront pourquoi. Ainsi qu’à Paolo Marinoni et Ugo Lapierre, qui m’ont permis d’évoluer sur un nouveau vélo exceptionnel: pas un seul cycliste n’a pu rester avec moi en descente sur les deux épreuves. Et je garderai sous silence mon « top speed » atteint dans la descente du Galibier… sauf avec Paolo et Ugo!

Le Tour: aujourd’hui, la Planche des Belles Filles

On entre enfin dans le vif du sujet sur le Tour de France, après un départ certes intéressant, mais sans grand impact pour le général. La seule surprise jusqu’ici selon moi a été le débours de Romain Bardet et son équipe AG2R – La Mondiale sur le chrono par équipe, un exercice probablement trop négligé de leur côté. Résultat, Bardet se retrouve déjà à environ une minute des autres grands favoris, une valise.

Ne manquez pas l’étape d’aujourd’hui vers la Planche des Belles Filles: si on n’y gagnera pas le Tour, certains coureurs le perdront, c’est certain.

On attaque d’abord par le Grand Ballon, via son côté le plus facile. Mais c’est long. Idem pour le Ballon d’Alsace. Ces deux ascensions feront en sorte d’éliminer les sprinters et autres équipiers; le gruppetto se formera tôt!

Le final est dur, ce col des Chevrères étant vraiment difficile dans ses derniers deux kilomètres, pour l’avoir escaladé le 24 juin dernier (photos ci-bas de cette reconnaissance). Une petite route sans rendement, dans la forêt, une pente à 10-11% avec des passages plus pentus, bref un tremplin parfait pour un coureur voulant remporter l’étape et sans grand danger pour le général (Barguil? Dan Martin?).

L’ascension de la Planche des Belles Filles n’est pas très difficile, mais suffisante pour créer une sélection. La dernière rampe de 200m est à 22%, mais ce n’est pas long. Le Tour doit monter plus haut cette année après l’arrivée traditionnelle, mais les travaux n’étaient curieusement pas amorcés il y a deux semaines quand j’y suis passé. Wait and see…

Pour moi, un coureur, un seul, à surveiller: Thibault Pinot. L’enfant du pays. Tout le monde l’attend là.

S’il bénéficie d’un bon de sortie auprès d’Uran, le Canadien Mike Woods y trouvera une étape parfaitement taillée pour ses qualités de grimpeur redoutable sur des fortes pentes.

Je vois bien également un Valverde, le final pentu rappelant parfois celui de la Flèche Wallonne…

Radio Bidon

J’ai participé durant mon séjour en France à deux émissions de Radio Bidon, ce sympathique podcast réalisé par David et Charles. C’est ici.

Fouillez nos archives!