GP de Montréal: Van Avermaet à l’économie

Course classique une fois de plus hier à Montréal: une échappée matinale, puis un final où il a été davantage question d’une course d’attente que d’une course de mouvement.

Le vainqueur, Greg Van Avermaet, a couru à l’économie toute la journée, sans jamais se dévoiler sauf peut-être pour un bref effort dans la côte Polytechnique dans le dernier tour, question de ne pas laisser filer son compatriote Tim Wellens qu’il connait trop bien. Son expérience de Montréal, où il avait déjà gagné en 2016, l’a assurément servi pour bien gérer ces 400 derniers mètres… et tout le dernier tour. Van Avermaet a produit un seul effort, le bon, pour la gagne, au sprint.

C’est Johannes Frohlinger, chez Sunweb, qui a dû la trouver assez aigre, lui qui a travaillé seul comme un damné durant 7 ou 8 tours pour contrôler l’échappée matinale… et son leader Matthews ne concrétise pas. Impressionnant Frohlinger!

Sinon, comme à Québec, trop peu trop tard dans le final pour beaucoup de favoris qui n’ont pas su prendre leurs responsabilités. Ce sont les mêmes qu’à Québec qui méritent une mention très bien: Benoit Cosnefroy et Julian Alaphilippe, ainsi que… Peter Sagan, pas avare de ses efforts dans le dernier tour pour couvrir les attaques, ce qui lui a peut-être couté la victoire finale puisqu’il a manqué de punch dans les derniers 400m.

Un signe que Sagan se prépare pour les Mondiaux? Peut-être…

Mention très bien également à toute l’équipe AG2R – La Mondiale qui a bien manoeuvré dans le dernier tour pour lancer Cosnefroy, Nans Peters surtout qui est le premier à lancer les hostilités dans la dernière ascension de Camilien Houde. C’était magnifique de voir l’équipe de Chambéry dynamiter la course hier à Montréal!

Enfin, mention bien à Hugo Houle qui s’est arraché dans les trois derniers tours pour rester au contact des tous meilleurs. Son visage en haut de Camilien Houde en disait long sur sa volonté de bien faire sur cette course.

De son côté, le Canadien Mike Woods signe certes une belle place dans les 10 premiers, mais il a mal couru selon moi considérant les attentes à son égard. Tu ne peux pas attendre les derniers 400m de Camilien Houde pour faire le forcing et penser distancer Sagan ou VanAvermaet. Il fallait faire ce forcing plus tôt, soit à trois tours de la fin ou dans l’avant-dernier tour, pas dans la toute dernière ascension. Et si jamais t’es pris pour t’en remettre qu’à la dernière ascension, ben tu pars au pied! Anyway, Woods essaiera de se reprendre aux Mondiaux, où il représente la meilleure chance canadienne bien sûr, ainsi que sur le Tour de Lombardie, où je le sens bien.

Pourquoi diable d’autres coureurs n’ont pas embrayé quand Remco Evenepoel met en route à trois tours de la fin? Avec un tel client pas avare de ses efforts, un petit groupe pouvait aller très loin selon moi. Au lieu de ça, personne ne suit et Remco, solo, ne fait qu’une poignée de kilomètres en tête. Occasion ratée pour de nombreux favoris qui devaient anticiper un sprint.

Et on a encore vu beaucoup de coureurs parler dans les oreillettes…

Un cyclisme bloqué, et c’est désolant. Par moment, la journée a été longue sur le bord de la route!

Les Canadiens

Ca faisait plaisir de voir quatre Canadiens dans l’échappée matinale. Le coureur d’Ottawa Matteo Dal-Cin a confirmé revenir à son meilleur niveau, et n’a pas été avare de ses efforts hier. Nicolas Zukowski a fait un joli numéro en résistant pour aller chercher le titre de meilleur grimpeur, épaulé dans le final par un excellent Charles-Étienne Chrétien, 20 ans seulement. De quoi attirer les regards de certains directeurs sportifs européens… qui regarderont comment Zuko peut confirmer aux prochains Mondiaux en Angleterre.

Les Mondiaux

Tous les yeux se tournent désormais vers les Mondiaux au Yorkshire, qui s’annoncent cette année vraiment très intéressants. Faudra pas manquer ca!!!

D’une part, la course sur route élite compte… 285 kilomètres! Presqu’autant que Milan SanRemo. Ca va être brutal… et très long, surtout si la météo ne collabore pas.

D’autre part, beaucoup de jeunes coureurs seront à surveiller: Remco Evenepoel bien sûr, mais surtout Tadej Pogacar, 3e de la Vuelta, et Mathieu Van der Poel, archi-favori de ces Mondiaux et qui vient de déchirer le peloton au Tour d’Angleterre.

Les Belges auront une belle équipe, avec Van Avermaet, Remco, Philippe Gilbert (2 victoires d’étape sur la Vuelta), Tim Wellens, etc.

Pour les Néerlandais, une seule stratégie possible: tout pour Mathieu.

Les Français débarqueront avec Alaphilippe bien sûr, mais aussi Cosnefroy qui marche actuellement du feu de Dieu.

Il faudra garder un oeil, et le bon, sur l’équipe… Slovène de ces Mondiaux, avec Primoz Roglic et Tadej Pogacar, qui font 1 et 3 de la Vuelta. Une bien belle équipe, mais ces deux là n’auront pas beaucoup d’équipiers pour les entourer.

Et puis, y’a quelques « vieux » qui ont une bonne patte en ce moment: Alejandro Valverde bien sûr, 2e de la Vuelta, mais aussi… Vizenco Nibali, un homme de fin de saison et qui, à Québec et Montréal, est venu se tester. Il était chaque fois dans le final, et a fait quelques beaux efforts hier à Montréal. Attention à lui, il monte en puissance en ce moment.

GP de Québec: du beau monde à l’arrivée mais une course (très) décevante

Le scénario classique s’est encore répété cette année au GP de Québec… et ca pourrait bien tuer l’intérêt pour cette course.

Une échappée matinale, 6-7min d’avance à mi-course, puis on fait la jonction avec trois tours à faire environ. Bene, on va enfin voir du mouvement en tête de course.

Ben non, comme d’hab. Seul le jeune et inconnu coureur Lotto-Soudal Stefan Dewulf a essayé de sortir dans l’avant dernier tour, sinon rien à signaler. Gruppo compacto. Très décevant. Mike Woods, Hugo Houle ou encore Tim Wellens pensaient-ils vraiment pouvoir battre au sprint les Sagan, Matthews ou encore Colbrelli?! Pourquoi diable n’ont-ils pas essayé de sortir dans la côte de la Montagne ou de la Potasse dans l’avant-dernier tour? Avec quelques coureurs, il me semble que ce serait jouable!

Mention bien toutefois à Julian Alaphilippe, le seul leader à avoir vraiment pris ses responsabilités dans le final, soit à trois kilomètres de l’arrivée en attaquant dans la côte de la Potasse. Alaphilippe voulait manifestement se tester et il a fait du dégât… et le spectacle, merci Julian. Et respect à Peter Sagan qui a répondu, en tant que sprinter il n’avait pas forcément à le faire à ce moment de la course.

Derrière, Matthews avait fait l’erreur d’un mauvais placement à l’approche de la côte de la Montagne. Si ca avait roulé devant, il n’aurait jamais gagné cette course.

Aux 800m, plusieurs pourront dire merci à Benoît Cosnefroy qui bouche un petit trou sur la tête de course. À ce stade-là de la course, je croyais bien que Colbrelli… car on avait vu les Bahrain-Merida actifs régulièrement.

Et à l’arrivée, que du beau monde certes dans les 40 premières positions, mais une course archi-décevante.

Changement de parcours?

Je crois que les organisateurs vont devoir réfléchir à un renouvellement du parcours afin de relancer l’intérêt pour la course. Pourquoi ne pas songer faire une première grande boucle sélective d’une 100aine de kilomètres du côté du nord de la capitale, Ste-Brigitte de Laval, les bosses du secteur, pour terminer sur 7-8 tours d’un circuit renouvelé dans le Vieux-Québec?

Pourquoi ne pas revoir le final de l’épreuve et tourner directement à gauche en haut de la côte de la Montagne, pour rejoindre immédiatement la flamme rouge dans le dernier tour? On éviterait la côte de la Potasse, mais aussi les transitions entre ces difficultés qui regroupent les coureurs. Ca temporise toujours sur la rue St-Jean…

D’autres bosses du secteur sont peut-être à explorer également: la côte Salaberry qui arrive à l’embouchure du chemin Ste-Foy et qui pourrait conduire plus rapidement les coureurs vers la côte Gilmour? Ajouter au circuit la côte de Sillery? Il s’agirait de durcir un peu le parcours.

Espérons que ca sera plus intéressant dimanche à Montréal, ils seront nombreux à vouloir se montrer un peu plus après avoir passé la semaine à causer dans les médias…

Radio Bidon

Le dernier opus de mes amis de Radio Bidon est ici, et porte notamment sur les GP de Québec et Montréal. À ne pas manquer pour vous mettre dans l’ambiance!

Le live!stream

Quelle frustration de voir le live!stream coupé d’un coup à l’approche du final sur le site Facebook des Grands Prix, alors que jusque là ca fonctionnait bien!

Vos meilleures options si cela se reproduit dimanche: tiz.cycling avec les excellents commentateurs anglais, ou GNC live!cycling sur YouTube.

GP de Québec: les favoris

Le GP de Québec sera disputé ce vendredi. Au menu de Messieurs les coureurs, 16 tours du circuit urbain de Québec via les Plaines d’Abraham, la cote de la Montagne ainsi que la cote de la Potasse, pour un total de 202 kilomètres.

L’arrivée s’est souvent disputée au sprint à Québec et la clé, c’est de bien gérer ce dernier kilomètre, tout en faux plat ascendant. L’art est de lancer son sprint au bon moment, compte tenu de ses forces et de la pente; nombreux sont les coureurs qui, ces dernières années, se sont éteints dans les derniers 100m, étant partis de trop loin. L’idéal, c’est de prendre un repère, bien au delà de la porte Saint-Louis.

Le plateau est intéressant cette année, probablement le plus relevé de toutes les éditions. Pourtant, toutes les « stars » du peloton ne sauraient prétendre à s’imposer vendredi. Par exemple, je vois mal comment un Vicenzo Nibali ou un Geraint Thomas pourraient gagner sur la Grande Allée.

D’autres ne donnent aucune garantie sur leur condition physique, en premier lieu Peter Sagan qui n’a que très peu couru depuis la fin du Tour, terminant toutefois 6e de la Cyclassics Hambourg il y a deux semaines. Sa tactique est souvent la même à Québec: trainer dans les profondeurs du peloton toute la course, puis surgir dans le dernier kilomètre sur l’avant pour lancer son sprint très tard. Je l’ai vu de mes yeux!

Ceci étant, c’est facile d’user Sagan et les autres sprinters en durcissant la course tôt.

Greg Van Avermaet peut nourrir des ambitions vendredi, tout comme Michael Matthews bien sûr. Je ne connais pas trop leur condition physique actuelle cependant, à la nuance près que Van Avermaet a terminé 6e de la récente Bretagne Classic.

D’autres coureurs ont connu de bons résultats récemment, et devraient logiquement être bien ce vendredi. Je pense à Sep VanMarcke, récent vainqueur de la Bretagne Classic, à Benoit Cosnefroy vainqueur du Tour du Limousin, à Jesper Stuyven vainqueur du Tour d’Allemagne et son coéquipier Toms Skujins, ou encore à Diego Ulissi, qui a fait plusieurs belles places ces quatre dernières semaines, et son coéquipier Jasper Philipsen.

Chez Bahrain-Merida, on est venu avec Sony Colbrelli et Matej Mohoric, ce dernier étant souvent très offensif. Le parcours de Québec lui convient, et Colbrelli sera redoutable en cas d’arrivée au sprint.

La Dimension Data jouera la carte de Slagter très certainement, l’homme a également été aperçu à de belles places récemment.

Enfin, il ne faut surtout pas exclure de cette liste de coureurs à surveiller Julian Alaphilippe, dont les qualités de puncheur pourraient bien le servir dans un dernier kilomètre en faux-plat ascendant. Son coéquipier et jeune prodige Remco Evenepoel sera également d’un grand intérêt et je pense que s’il fait un coup, ce sera en tentant de devancer le sprint, comme sur la Classica San Sebastian ou il était sorti à 15 bornes de l’arrivée, et on ne l’avait plus revu.

Chez les Canadiens, nos meilleures chances sont probablement à placer du côté de Guillaume Boivin, car le dernier kilomètre lui convient. Mike Woods et Hugo Houle sont en grande condition, mais c’est à Montréal qu’ils ont les meilleures chances de s’illustrer, pas à Québec… bien que Houle, s’il se glisse dans une échappée dans le final, pourrait surprendre. Les coureurs font la course!

Pour suivre en direct la course, TVA Sports et on annonce une web diffusion sur le site Facebook des Grands Prix. Une web diffusion est très utile pour les spectateurs qui sont sur le bord de la route!

Van Der Poel, hors catégorie!

Seulement quelques coureurs dans l’histoire du cyclisme nous ont fait paraitre ce sport facile, presque mathématique: tu prends le départ d’une course, tu accélères, tu lâches tout le monde et tu la gagnes. Pas compliqué.

Parmi ces coureurs, Marco Pantani en montagne, ou Franck VanDenBroucke à ses meilleures heures.

Mathieu Van Der Poel me fait aussi cette impression: voyez comment il a remporté hier la 4e étape du Tour de Grande-Bretagne, au terme d’un sprint en côte. Impressionnant de facilité et de puissance! Comme l’a dit Matteo Trentin à l’arrivée « on a eu l’air de cadet à côté de lui« .

Julian Alaphilippe peut se faire du souci pour les Mondiaux du Yorkshire fin septembre: Van Der Poel sera un sacré client. Pour moi, c’est le favori #1.

Et Van Der Poel assume, ayant récemment déclaré qu’il lui apparait logique d’être l’un des favoris au titre de champion du monde sur route cette année. Courageux.

Et justement, l’équipe des Pays-Bas a été annoncée hier également. Aux côtés de Van Der Poel, Bauke Mollema, Niki Terpstra, Sebastian Langeveld, Mike Teunissen, Pieter Weening, Jos van Emden et Dylan VanBaarle. Pas de Kruijswijk, de Dumoulin ni de Poels certes, mais de bons coureurs à ses côtés.

Et la course du Yorkshire sera un sacré spectacle, c’est moi qui vous le dit: 285 kilomètres d’un parcours casse-pattes. Presque aussi long que Milan SanRemo, et plus dur! Une fois sur le circuit final, pas un mètre de plat, c’est up-and-down pendant 7 tours.

Les Grands Prix de Québec et Montréal qui se pointent dans quelques jours seront assurément importants pour découvrir les coureurs qui pourront nourrir des ambitions dans deux semaines sur les Mondiaux. Logiquement, ces coureurs devront faire le final des deux courses au Québec, Alaphilippe le premier. Mais aussi Geraint Thomas ou Michael Matthews.

La Grand Messe arrive au Québec!

Ne manquez pas ca: vendredi 13 septembre prochain au Cinéma Beaubien à Montréal ainsi qu’au Clap à Québec, sortira le petit bijou de film qu’est La Grand Messe, ce film qui relate l’expérience de ces spectateurs – dont certains sont des originaux! – qui peuplent la route du Tour de France chaque juillet.

Jugez par vous-même! La bande annonce est ci-bas.

Assurément l’occasion de passer un bon moment de cyclisme et, pour certains dont je suis, de revivre un peu l’ambiance de quelques belles journées de notre enfance.

Merci à Philomène de la Maison 4:3 pour les infos!

LA GRAND-MESSE – Bande annonce from Maison 4:3 on Vimeo.

Vuelta: rien n’est joué!

On voit plus clair sur la Vuelta après le chrono hier où Primoz Roglic a fait coup double, étape et général.

Le voilà donc leader de la course, et il dispose d’une bonne équipe Jumbo Visma pour l’épauler.

Rien n’est pourtant gagné selon moi quant on voit le programme des prochaines étapes d’ici à mardi prochain. Les Movistar de Valverde et Quintana trouveront terrain à s’exprimer!

Surtout que Roglic ne peut plus compter sur des chronos pour faire la différence.

Le prochain rendez-vous c’est vendredi, avec l’arrivée en altitude à Los Machucos.

Ca ne s’arrêtera pas là, avec de nouvelles arrivées en altitude dimanche au sanctuaire Del Acebo, puis lundi prochain vers l’Alto de la Cubilla. Aie. Les Movistar peuvent y renverser la course et je suis certain que Valverde nourrit des ambitions sur la course, car à 39 ans, tu veux pas laisser passer pareille occasion de remporter à nouveau ton tour national.

Mardi prochain, lors du jour de repos, je crois qu’on saura avec quasi-certitude qui aura gagné cette Vuelta, les dernières étapes étant moins difficiles.

Le joker de cette Vuelta? Comme prévu, Tadej Pogacar, le jeune slovène de 20 ans. Jusqu’où peut-il aller?

Plateau royal aux GP de Québec et Montréal

On en sait plus sur les têtes d’affiche qui s’annoncent sur les GP de Québec et Montréal, et c’est un plateau royal cette année!

D’abord, le numéro un mondial, Julian Alaphilippe, auteur d’une saison remarquable et d’un Tour de France exceptionnel. Alaphilippe a les yeux tournés vers les Mondiaux au Yorkshire, et a décidé, de concert avec le sélectionneur national Thomas Voeckler, de réduire sa charge de travail à l’approche de ce rendez-vous. Rappelez-vous qu’Alaphilippe avait sauté dans le final des Mondiaux l’an dernier, manque de fraicheur possible. Cette année, c’est 6 jours de course en septembre, et non 13 comme l’an dernier. Il sera à partir d’aujourd’hui sur le Tour d’Allemagne avant de monter dans l’avion lundi prochain pour le Canada.

Alaphilippe retrouvera à ses côtés sur ce programme son jeune co-équipier Remco Evenepoel, 19 ans, capable de tout. Sa présence à Québec et Montréal sera d’un grand intérêt. Il peut gagner!

Peter Sagan s’annonce aussi, lui qui connait du succès au Québec sur ces deux courses. Toujours un coureur à surveiller de près, tout comme Greg Van Avermaet et Michael Matthews, eux aussi des habitués et du voyage cette année encore. Rappelons que Matthews avait réalisé le doublé l’an dernier, égalant l’exploit de Simon Gerrans en 2014.

Pour Sagan, c’est même programme que pour Alaphilippe avant les Mondiaux du Yorkshire: allégé. Seulement quelques courses d’un jour, et on verra ce que ca donne en Angleterre. Surprenant de voir à quel point ils sont nombreux à privilégier la fraicheur physique à l’approche de la course au maillot irisé…

Les vainqueurs du Tour Vicenzo Nibali et Geraint Thomas seront également présents à Québec et Montréal. Pour Nibali, il s’agit d’une première et gageons que les descentes seront trop courtes au Québec pour lui permettre de faire une différence! Adam Yates et Richie Porte, eux aussi des coureurs efficaces sur les courses par étapes, sont également annoncés.

D’autres excellents coureurs de Classiques peuvent nourrir des ambitions au Québec: Michal Kwiatkowski, Olivier Naasen récent vainqueur de la dernière étape du BinckBank Tour, Tim Wellens et Diego Ulissi. Espérons que Benoit Cosnefroy, récent vainqueur du Tour du Limousin, pourra également être au départ pour AG2R – La Mondiale. Ce jeune coureur de 23 ans a été en 2017 champion du monde espoir et c’est un coureur prometteur.

On annonce également un contingent exceptionnel de coureurs canadiens, soit pas moins de 19 coureurs qui auront ainsi une chance de briller à domicile. Parmi eux, bien sûr Mike Woods, qui a fait le métier depuis 10 jours au Québec à l’entrainement, c’est moi qui vous le dit. À Montréal surtout, Woods peut nourrir de réelles ambitions, tout comme Hugo Houle qui a franchi un cap cette saison, notamment en s’affranchissant de quelques livres supplémentaires. Rappelons que les organisateurs ont ajouté deux tours supplémentaires au GP de Montréal, qui propose désormais 220 kilomètres de course et… 4700m de dénivelé. De quoi laminer un peu plus les sprinters!

Si ca arrive au sprint justement, rappelons que le Québécois Guillaume Boivin est lui aussi en forme exceptionnelle et capable de tirer son épingle du jeu dans cet exercice. Il aura la confiance de son équipe Israel Academy et a souvent été le premier Canadien à l’arrivée lors des dernières éditions.

Attention également à James Piccoli, vainqueur l’an dernier du Tour de Beauce et en vue au récent Tour de l’Utah qu’il termine à la 2e place après avoir remporté le prologue en côte. Piccoli est un excellent grimpeur.

Pour Antoine Duchesne, l’enjeu est ailleurs, venant tout juste de faire son retour après une opération à l’artère iliaque ayant ruiné sa saison 2019.

Après une claque sur le récent Tour de l’Avenir (d’où l’importance d’y aller!), les jeunes espoirs Nicolas Zukowski, Charles-Étienne Chrétien, Pier-André Côté, Adam Roberge et Laurent Gervais seront de retour en course pour acquérir de l’expérience internationale supplémentaire.

Ce contingent canadien est complété par Alex Cataford, Svein Tuft, Jordan Cheyne, Evan Burtnik, Nigel Ellsay, Adam DeVos, Matteo Dal-Cin, Rob Britton et Ryan Anderson.

Deux grands absents, Mathieu Van Der Poel bien sûr, qui mise comme Alaphilippe sur la fraicheur physique au Yorkshire et qui limite donc les déplacements, ainsi qu’Egan Bernal, récent vainqueur du Tour de France. Beaucoup d’autres sont engagés sur le Tour d’Espagne en ce moment.

Je pense que ca sera passionnant cette année! Et avec, ce week-end, les Mondiaux de vélo de montagne au Mont Sainte-Anne et toutes les stars de cette discipline présentes, Nino Schurter, Yolanda Neff, Kate Courtney et Pauline Ferrand-Prévost en premier lieu, les passionnés de cyclisme du Québec et de l’Est du Canada sont choyés.

Fouillez nos archives!