Tous les jours, la passion du cyclisme

Tour: la suite, en questions-réponses

Alors que le peloton entre au coeur des Alpes aujourd’hui et après une étape au allure d’une grande Classique d’avril hier, quelle suite sur ce Tour de France?

Questions-réponses!

Mathieu : encore combien de jours en jaune?

La vérité, c’est qu’on ne connait pas encore les limites de ce coureur – champion hors norme – sur un grand tour, notamment du côté de ses facultés de récupération. Logiquement, il est trop lourd pour passer les grands cols.

Sauf défaillance assez importante, son seul adversaire pour le jaune aujourd’hui est son éternel rival Wout Van Aert, à 30 petites secondes. Pogacar est à presque quatre minutes, ça fait loin quand même pour viser le maillot aujourd’hui.

Le col de Romme aujourd’hui est pentu, mais assez court. La Colombière est régulière. S’il peut suivre Van Aert le plus longtemps possible, ca peut le faire.

Je vois mal comment son aventure en jaune pourrait se poursuivre au delà de l’étape de dimanche où il faudra passer les Saisies, le Cormet de Roseland puis encaisser la longue montée vers Tignes, et une arrivée à plus de 2000m d’altitude. Logiquement, c’est Pogacar qui est en jaune dimanche soir.

Roglic défaillant hier, Van Aert est-il devenu le leader de la Jumbo-Visma?

Pour l’étape d’aujourd’hui vers le Grand Bornand, peut-être, car il y a un bon coup à jouer pour le maillot jaune, Van Aert n’ayant à distancer MVDP que de 30 secondes sur la ligne. Il offre plus de garantie en montagne que son rival néerlandais.

À plus long terme, non. Je pense que la Jumbo-Visma jouera plutôt la carte de Jonas Vingegaard, actuellement en 11e position du classement général, devant Carapaz.

Tour terminé pour Primoz Roglic?

Pour le général, oui.

Il roulera aujourd’hui pour Van Aert et pour Vingegaard dans les prochaines étapes. Il visera au passage une victoire d’étape pour lui, question de ne pas passer complètement au travers de son Tour de France.

Un abandon? Je serais surpris.

Quel podium à Paris?

Pour moi, six noms vont se battre pour le podium à Paris: Pogacar bien sûr, Carapaz, Alaphilippe, Vingegaard, Uran et Gaudu.

Je mise 1- Pogo 2-Carapaz et 3-Uran.

Pogacar invincible?

Sur son récent chrono, on peut dire que Pogo est une jambe au-dessus de tout le monde, et il a su éviter les chutes jusqu’ici. C’est l’homme à battre, aucun doute là-dessus. Un avion de chasse en montagne!

Ceci étant, c’est son équipe UAE qui m’inquiète, très faible sur l’étape d’hier. Dans le final, Pogo n’a pu compter que sur Rafal Majka, that’s it.

Contrairement à l’an dernier où tout le monde – y compris lui! – pensait qu’il jouait la 2e place, il a la pancarte dans le dos cette année. Son équipe devra assumer, c’est certain. Ca peut tenir quelques étapes mais qui courra derrière les Ineos, les EF, les Movistar, des Trek sur les quatre difficiles étapes des Pyrénées?

Je suis certain que tous les adversaires de Pogo savent que c’est à l’usure qu’on le mettra en difficulté, car il sera isolé dans le final des étapes de montagne de la 3e semaine. S’il a les jambes pas de problème, mais sur le Tour, sans équipe, c’est forcément beaucoup plus compliqué à la longue.

Alaphilippe sur le podium du Tour, vraiment?

Le Champion du monde a terminé 5e du Tour 2019. Il a encore progressé depuis. Il sait courir, peut reprendre du temps sur n’importe quelle étape car c’est un attaquant. Et il peut y aller full gas sur ce Tour, il ne va pas aux Jeux Olympiques de toute façon.

On sera vite fixé sur son cas – dimanche soir – s’il peut grimper suffisamment bien sur cette édition pour viser ce podium.

Carapaz, l’erreur hier?

Bien sûr que oui!

Le seul leader encore en bonne santé chez Ineos attaque seul dans le final, la veille de deux étapes déterminantes dans les Alpes. Il plafonne à 30 secondes devant le groupe Pogacar, mais insiste et ne se relève pas. Total, une grosse débauche d’énergie pour se faire reprendre à… 150m de la ligne d’arrivée!

Celle-là, il faut qu’on me l’explique… Que d’énergie en pure perte… indigne selon moi d’un coureur pro qui vise le général du Tour, quant on connait les enjeux.

Woods, quand?

S’il faut saisir les ouvertures quant elles se présentent, l’étape de dimanche convient mieux à Mike que celle d’aujourd’hui.

Mike n’est pas un grand descendeur, il aurait besoin de pas mal de temps (une minute au moins) au sommet de la Colombière pour s’assurer de gagner solo au Grand Bornand (parce qu’au sprint, Mike ne nous a pas rassuré sur le récent Tour de Suisse). Sur une arrivée en altitude, c’est plus simple. Il n’est plus une menace au général pour personne, s’il prend l’initiative sur la route de Tignes, ca pourra faire l’affaire de bien des coureurs derrière.

Et Houle?

Très belle étape d’Hugo Houle hier, je vous rappelle sur l’étape la plus longue (250 kms!) et la plus difficile du Tour à date. Fallait voir les maillots et les cuissards des coureurs à l’arrivée: remplis de sel! Houle a passé la journée devant, et termine dans le groupe Nibali, excusez-un-peu. Grosse perf!

Aucun doute pour moi: Houle est en très bonne condition, il est très affuté (son faciès est évident sur ce point), et il a une belle carte à jouer plus tard sur ce Tour. Pour le moment, priorité à deux étapes alpestres tranquilles, dans l’autobus s’il le faut, question de faire gaffe aux délais d’élimination quand même, avant de repartir à l’attaque la semaine prochaine.

Je reste convaincu que l’étape de mardi prochain vers Valence, au lendemain du jour de repos et la veille de deux ascensions du Ventoux, est une belle occasion pour lui.

Comment ne rien manquer des étapes du Tour?

C’est simple: en consultant cet article très original du journal Le Monde, qui vous indique les phases d’action (probable) de chaque étape, et les phases où il ne devrait pas se passer grand chose, question de vous permettre de mieux planifier vos… siestes!

Partager

Précédent

Les vidéos du Tour

Suivant

Tour: la grande lessive

29 Commentaires

  1. plasthmatic

    L’article du Monde, c’est au mieux du vent, pour ce qui me concerne. Si ça permet de noircir du papier, ma fois, ça ne fait pas de mal, c’est vrai aussi.
    Et puis, pourquoi s’encombrer du Tour à la télé, pour une sieste ?
    Qu’est-ce que j’ai du mal avec les spécialistes de la spécialité, même si je n’exclus pas qu’ils écrivent leur truc avec un peu de distance ou d’humour : dans tous les domaines, ici le vélo, ils ne causent pas du truc, mais s’en servent, pour faire le malin, ou se désennuyer. Je préfère même mon propre ennui à cet ersatz de goût.

    Laurent, je profite de l’humeur grincheuse où ton article a fini de me conduire pour te reprendre, façon question : Carapaz, indigne, vraiment ?
    Je me dis en lisant ce passage que si, dans l’histoire du vélo, certains avaient voulu ne pas adopter ce type de comportement indigne, supposant que tu veux dire voué à l’échec, mieux, conduisant à l’échec, et bien ils n’auraient jamais gagné, souvent de manière marquante. Les ‘mémoires’ de LFR (y en a) voudront peut-être me compléter.
    Ce que m’a inspiré l’action de Carapaz, c’est la puissance qu’il semble dégager chaque fois qu’il attaque de la sorte, dans un final ou ailleurs. Je le trouve surpuissant, il y a quelque chose d’indéfinissable dans son coup de pédale, mais c’est chaque fois la même impression, ‘je sais pas vous’. Comment dire : une sorte de bombe mais à diffusion longue.

    Allez Laurent, je finis de te morigéner mon copain, il m’en reste encore un peu : c’était beau de les voir, les deux monstres du cyclocross, en association d’intérêt, causerie à l’appui. Mais je me demande si les débauches d’énergie de Mathieu van der Poel ne sont pas indignes pour un prétendant à l’or olympique d’ici à peu.

    Les attaques-spectacle ne me font ni chaud ni froid, mais hier, je ne crois pas un instant que Carapaz ait eu cet état d’esprit. Il a joué une carte, très risquée bien sûr, avec un ratio bénéfice-risque osé. Mais Jalabert disait souvent : il faut prendre le risque de perdre pour gagner, à vélo. Il ne le dit plus, mais ça reste vrai.

    • Je partage ton avis sur la belle allure de Carapaz. Mais bon… L endroit et le contexte était fort mal choisi.

      Il restait tout de même quelques équipiers dans le peloton des favoris et des bien meilleurs rouleur que lui. À mon avis, ils ont quand même un peu rigolé… « Hey ! Ralenti un peu, tu vas rattraper Carapaz trop tôt avant la ligne ! Laisse le se fatiguer jusqu’aux derniers mètres ! »

      Jalabert n était pas né que l expression « Il faut prendre le risque de perdre pour gagner, à vélo » était déjà employée. Cela rappelle un championnat du monde avec Criquélion.

      Dans le cas présent, il n y avait déjà plus la victoire d étape à gagner et une longue portion qui lui était défavorable avec un équipier déjà bien rincé par l échappée.

      Aujourd’hui, le terrain est plus propice pour Carapaz mais une autre expression dit : « qui trop embrasse mal étreint » et également « choisir, c’est renoncer » ou encore « Menage ta monture. …. etc..

      Après, il faudrait les explications de Carapaz avant d employer le mot « indigne  » . Nous ne sommes pas dans le peloton et certaines choses nous échappent. Peut-être que c est Van Barl qui a surestimé les forces qu il lui restaient.

      • plasthmatic

        Il y a aussi : ‘brûler la chandelle par les deux bouts’. J’espère qu’il reste un côté intact ! Bel été, Eric, à Tignes demain je suppose ?

      • Non. S il y a une eclaircie, je monterais à l Iseran et sinon, je regarderais le Cormet de Roselend (volé par France télévision pendant le Dauphiné) et l ascension sur Tignes à la télé. Puis avec l humidité mon grand carton avec le prénom des petits enfants ne résisterait pas.

        Je viens de voir à nouveau le final d hier sur Eurosport er il me semble bien que les Movistar qui étaient encore en nombre dans le peloton des favoris ont bien fait juste le nécessaire pour rattraper Carapaz là où ils l avaient décidé

    • Lemond

      L’article du monde est drole.
      Ils indiquent les heures ou il y a de l’intérêt.
      Donc pour eux il y a de l’intérêt à suivre une cote de 4ème catégorie au début d’une grosse étape de montagne qui se conclue par un hors-catégorie! 🙂 (exemple 11ème étape)

      Donc je serai le 7 juillet dans mon canapé à 6h55 du matin pour ne pas rater ca! 🙂
      Forcément (mince je suis trahi)

  2. marius

    Un Victorious en chassera un autre.
    J’annonce, victoire de Peio Bilbao au Grand-Bornand. Au fait, qu’est-ce donc Victorious?
    A part une site com pour ados, je ne trouve pas.

    • Edgar Allan Poe

      C’est le nom d’une officine med… euh, non, je plaisante.
      Extrait d’Actu Cyclism : « le terme « Victorious » a été choisi afin de rappeler l’objectif de la structure, à savoir « réussir au plus haut niveau sur et en dehors du vélo. »
      En gros, comme on dit chez moi, chez Bahrain, on ne se mouche pas du coude!
      Bilbao, OK. Wout Poels?
      Mohoric peut encore très bien faire la moto aujourd’hui

  3. Mathieu

    Bonjour à tous,

    Concernant l’attaque de Carapaz, peu fructueuse il faut le reconnaitre, je dirai qu’il afait une « Alaphilippe ». Beaucoup d’efforts pas toujours récompensés.
    Pour Alaphilippe, je ne pense pas quil puisse faire un podium. Une victoire d’Etape supplémentaire, c’est probable.
    Pour compléter mon avis sur Alaphilippe, c’est un très grand attaquant, avec beaucoup de panache. Mais si vous prenez ces 2 mots, attaquant et panache,et vous les appliqués aux podiums des Tours des 20 ou 30 derniéres années, cela ne correspond pas vraiment au profil recherché. Pour un podium, il faut pouvoir étre defini par les adjectfs suivants: régulier, économe, calculateur. stratége.
    Laissons passer le week-end, nous aurons alors quelques réponses à nos questions sur les chances d’Alaphilippe….

    • Alaphilpe court avec ses armes et se débrouille plutôt bien.

       » Si vous prenez ces 2 mots, attaquant et panache,et vous les appliqués aux podiums des Tours des 20 ou 30 derniéres années, cela ne correspond pas vraiment au profil recherché. »

      Pogacar à beaucoup attaqué l an passé et n a pas manqué de panache ! Et il n est pas le seul car ils sont nombreux à avoir attaqué avec panache dans les 20 dernières années.

      Même Indurain a attaqué et fait preuve de panache lors de sa dernière victoire.

      • Mathieu

        Eric,
        Je suis d’accord avec vos commentaires.
        Cependant je parlais plus du podium que du vainqueur.
        Il y a de nombreux 2e et 3 e du Tour qui ont tres bien joués le CG sans faire preuve d’un très grand panache. Mais de grands calculateurs…

      • Oui, parfois, quand il est déjà compliqué de suivre le peloton du leader, cela ne favorise pas les attaques…

  4. Zenou

    Ce qu’a fait Carapaz hier, c’est ce que j’aime. De la prise de risque, du panache. Parfois ça échoue. Je dirai juste dommage que Van baarle était trop fatigué pour l’aider.

    • L on peut parfaitement aimer et en même temps se dire que l endroit et le contexte sont fort mal choisis.

      Oui, là est la seule question, qu a dit Van baarle dans l oreillette ?

  5. Tchmil

    Outre Van der Poel et Van Aert, on peut aussi souligner (ou surligner en jaune fluo) les noms de Van Moer et Bonnamour (dsl pour la rime).
    Déjà le belge avait été époustouflant sur l’étape de Fougères et il remet ça hier. Imaginez la récupération du gamin et son cran (il n’a que 23 ans). Dernier à suivre l’avion Mohoriç.
    Quant à Bonnamour le bien nommé, il avait annoncé vouloir être à l’attaque le plus souvent possible. Facile à dire, difficile à réaliser (son équipe est là pour ça, mais il n’est pas le seul des BB à vouloir se montrer). Quelles jambes depuis le début et hier surtout. Il a promit qu’on le verrait encore sur ce Tour, on commence à le croire. Les BB avaient bien besoin de ça pour lancer leur course et approcher de niveau de l’an passé, les mêmes résultats seront difficiles à avoir (sans Coquard ou Pacher, sur le départ tous 2).

    Dans l’ombre des seigneurs, mais ils m’ont fait aimer le vélo encore( certifié sans OGM).

  6. marius

    La Movistar, sur le Tour, on dirait qu’elle vend ses relais, appuis, au plus offrant. Sinon, il faut que quelqu’un m’explique leur tactique, car jusqu’à présent, c’est beaucoup d’efforts et rien au bout.

    • Edgar Allan Poe

      Il y a longtemps que je me pose la question, entre vente de leurs services, c’est évident, et classement par équipes. La série sur cette équipe ne montrait pas non plus une telle finesse dans les choix stratégiques et tactiques. Je pensais toutefois que tout n’etait pas dit dans la série !
      Au moment où j’ecris, Colbrelli promène son vélo devant le paquet. Comme l’a fait son coéquipier Wouters Poêle, de fait un client aujourd’hui…
      Va falloir penser à freiner les gars, ça va se voir…
      Ah ben tiens, Mohoric tire un bout droit et met tout le monde à bloc.
      That’s all folks!

  7. marius

    Je me suis trompé de Victorious, mea-culpa, Peio se réserve pour les Pyrénées. Encore un peu et le chauffeur du bus en claquera une, tellement « cette équipe est en état de grâce «  dixit les commentateurs. Pogacar qui claque une performance de mutant, marqué à l’arrivée, encore heureux. Il montait la Colombiere en 53×30, ce qui correspond à un 39×22. Question de préférence. Carapaz sur son terrain a été relégué dans le rôle de sousfifre. Ça doit cogiter chez Ineos. Roglic a sombré, ça le rend sympathique, il l’était déjà. C’est comme ça, les Français aiment les perdants. Pour la première place c’est réglé. Demain commence la bataille du reste du podium et des positions à défendre.

  8. marius

    Je rajouterai, on a pas vu un numéro tel que Pogacar depuis LA…c’est dit.

    • Guillaumef

      Je dirais même que l’équipe titrait Armstrong les a éparpillés (dans Hautacam ) en 2000 en mettant quoi 2min à Ullrich? Là éparpillés c’est un euphémisme !
      Il faudrait refaire des calculs mais il me semble bien qu il a mis 1min dans la vue à carapaz en 6min… (entre le moment où il le lache et le passage au sommet), ça fait quand même 17% plus rapide!

  9. noirvélo

    Encore une « Victorious » pour Bahrain !!! cette fois pour Dylan Theuns … Et les bonnes jambes de Wout Poels qui ressuscitent … J’ai juste écrit , posé quelques points de suspension (suspension ??? non non , oulah!!!) , ce ne sont que quelques mots écrits qui suivent le « long fleuve pas tranquille de mes pensées » … l’étape fut belle , faut le reconnaitre avec un  » Poggy stratosphérique  » , encore !!!! La suite c’est pour demain et ça va faire mal , encore , 5° et pluie annoncés vers Tignes !

    • Les journalistes exagèrent. 13 à 14 degrés au col du Pré et 11 à 12 degrés au mieux à Tignes. Mais bon… avec le vent et la pluie les accompagnant jusqu’à l arrivée ou presque, l étape sera déjà très difficile.

  10. Lemond

    La seule chance pour qu’il reste un quelconque début d’intérêt à ce tour est que Van Aert sert les dents en montagne et attaque comme il l’a fait vendredi dans les étapes accidentées.

    Vue la faiblesse de l’équipe de Pogacar, ca pourrait se tenter.

    Enfin bon, on se raccroche un peu à ce qu’on a car dans les faits, sauf énorme défaillance ou chute, Pogacar s’en va tout droit vers un deuxième sacre.

    Vue sa supériorité et son age, il pourrait tout à fait rejoindre Hinault, Merckx, Anquetil et Indurain, voire les dépasser. Ca présage quelques tours sans grand intérêt mais c’est comme ca quand un champion énorme émerge.

    Et tout ca dit depuis mon canapé! 🙂

    • Lbi

      Rien n’est fini mais il a de la classe et est bien dirigé et a d’excellents médecins, au point de battre le record de peyresourde 2003, qui était au summum du dopage. Donc bon.
      Et son équipe n’est pas si faible. Il va falloir attaquer de loin.
      Ca fait quand même du bien de voir attaquer à 30km. On était habitués au km. Les oreillettes ont tué le suspense ces dernières années.

    • noirvélo

      Armstrong aussi était un « champion énorme » … en « émergence » … on va dire qu’on laisse faire hélas ! , il est jeune , poli , « propre sur lui » , gentil … mine de rien ça aide beaucoup …

  11. yvon

    Noir vélo et Marius je vous suis sans problème. Je suis mal à l’aise quand je vois les Bahreïn le soigneur va reconnaître les étapes en vélo à 40 de moyenne.
    J’ai suivi l’étape sur Eurosport et sur la 2 les exemples de l’US Postale de la Sky et autres n’ont servi à rien.

  12. Lemond

    « Tadej Pogacar estime pourtant que rien n’est terminé. « Non, je n’ai pas tué le Tour, la route est encore longue, tout peut arriver. Aujourd’hui, j’ai créé un écart, peut-être que demain quelqu’un d’autre fera de même », a-t-il martelé. »

    Et en plus il est drôle! 🙂

    • noirvélo

      La jouer « drôle & modeste » le rend encore plus attachant … irrésistible , donc !

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Répondre à plasthmatic Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.