Tous les jours, la passion du cyclisme

Tizanidine: le point avec Marc Kluszczynski

Ca fait beaucoup de bruit dans le monde du cyclisme professionnel depuis quelques jours: une équipe de scientifiques strasbourgeois a retrouvé des traces de tizanidine dans les échantillons capillaires des coureurs de la Bahrain-Victorious, perquisitionnée en juillet dernier lors du Tour de France.

Même s’il est surprenant d’en trouver un usage chez des coureurs cyclistes pro en excellente santé, la tizanidine n’est pas un produit interdit actuellement, il faut le dire.

La tizanidine est un relaxant musculaire, surtout utilisé pour traiter les spasmes musculaires liés à diverses pathologies.

Ce qui me gêne beaucoup plus, c’est que l’équipe Bahrain-Victorious ment: elle nie l’utilisation du produit durant le dernier Tour.

Or, on a bel et bien retrouvé des traces de ce produit dans les échantillons capillaires de trois de leurs coureurs, grâce à leur étude scientifique.

Et les gendarmes de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (Oclaesp) qui ont mené la perquisition ont bel et bien retrouvé des boites de ce produit dans la chambre du médecin de l’équipe.

Quoi qu’il en soit et pour nous aider à y voir plus clair, on fait le point avec Marc Kluszczynski, que je remercie une fois de plus pour sa contribution à La Flamme Rouge.

Surprise attendue chez Bahrain-Victorious? Par Marc Kluszczynski 

Le 14 juillet, au soir de la 17ème étape du Tour de France 2021, l’Oclaesp perquisitionnait l’hôtel de l’équipe Bahrain-Victorious. Des prélèvements de cheveux ont été effectués. Un résultat partiel vient de tomber (1) : présence de tizanidine chez trois coureurs.  

Dans un premier temps, on est étonné de la trouvaille. Comme on l’a lu partout, ce médicament est utilisé pour traiter les spasmes musculaires de la sclérose en plaques et certaines paralysies, bien que son mécanisme d’action soit inconnu. Elle a tellement d’effets indésirables que l’on se demande comment des cyclistes peuvent l’utiliser. Est-ce pour son effet hypnotique, couplé à la relaxation musculaire, ou pour remplacer les benzodiazépines classiques ?

Pas sûr car l’accoutumance et la tolérance de la tizanidine sont connues.

D’autres effets indésirables sont gênants : sensation de bouche sèche, tachycardie, tremblements, anxiété, vertiges, hypotension orthostatique, révélation d’une dépression latente… Bref, tous les effets que l’on appelle anticholinergiques, qui empêchent la pratique d’un sport à haut niveau. En gros, une grosse saloperie !

Pourquoi alors la Bahrain-Victorious a-t-elle utilisé de la tizanidine ?

Il s’agit bien de cette équipe car c’est la seule à avoir été perquisitionnée lors du dernier Tour de France. Il s’agit bien de cette équipe car c’est la seule à avoir été perquisitionnée lors du dernier Tour de France. Les démentis du directeur sportif, Milan Erzen, sont donc sans fondement.

L’Oclaesp retrouva dans la chambre du médecin de l’équipe, le Dr Marjan Korsic, de nombreuses boîtes de Sirdalud ou Zanaflex, noms commerciaux de la tizanidine, vendue en pharmacie dans certains pays dont les États-Unis. En France, elle n’est disponible qu’à l’hôpital et bénéficie d’une autorisation temporaire d’utilisation (ATU, à ne pas confondre avec les autorisations pour usage thérapeutiques, les fameuses AUT !).

Quand on fouille dans la littérature, on apprend que la tizanidine est apparentée à la clonidine (antihypertenseur central dont la commercialisation a cessé en France en 2016 suite à des problèmes d’usage détourné chez les toxicomanes).

Sédative et anxiolytique, la clonidine renforce l’effet analgésique de la morphine et est utilisé dans le sevrage morphinique. On sait que la clonidine provoque une hyperglycémie légère, augmente la mobilisation des lipides et favorise la sécrétion d’hormone de croissance endogène. Autant de propriétés intéressantes pour un cycliste.

L’usage d’un myorelaxant et d’un antalgique (par quoi le tramadol a-t-il été remplacé dans le peloton ?) pourrait favoriser l’effort en fin d’étape.

Les effets indésirables à base de somnolence devront être vraisemblablement contrebalancés par une bonne dose de caféine le lendemain. Ce n’est certainement pas un problème (2). De très nombreuses équipes comptent parmi leurs sponsors ou fournisseurs officiels un torréfacteur. On peut citer Caffè Bristot pour Bahrain-Victorious, Il Magistrale Cycling Coffee pour Jumbo-Visma, Caffè Vergnano pour Lotto-Soudal ou encore Segafredo, sponsor principal de l’équipe Trek-Segafredo depuis 2016.

Les gels à la caféine sont également très populaires. La marque suédoise Maurten commercialise un gel contenant 100mg de caféine. Elle fournit officiellement pas moins de trois équipes UCI WorldTeam (Israel Start-Up Nation, Jumbo-Visma et Intermarché Wanty Gobert) ainsi qu’une équipe UCI ProTeam (Team Novo Nordisk). 

L’Agence Mondiale Antidopage (AMA), comme souvent, n’a rien vu venir. La clonidine (donc ses apparentés et la tizanidine) figure dans la liste des interdictions 2022 au chapitre S6B des stimulants spécifiés (?) mais au bas de la page à l’alinéa exception (!). La clonidine (et la tizanidine) sont donc des substances autorisées et ne nécessitent pas d’AUT.

Les organisateurs du Tour de France savaient-ils ?

Chaque équipe doit déposer la liste des médicaments autorisés utilisés pendant le Tour. On s’attend à ce que la clonidine et la tizanidine passent maintenant d’urgence dans la catégorie S4 des modulateurs métaboliques.

On peut constater dans cette histoire que l’encadrement médical des Bahrain-Victorious (le Dr Marjan Korsic) est très fort, se fiche de l’éthique médicale, et que l’AMA est encore à la traîne (3). 

La médicalisation à outrance semble continuer en World Tour, grâce à l’aide de médecins à l’affût qui savent interpréter la liste des produits interdits de l’AMA. 

Mais il serait étonnant que la Bahrain-Victorious ne doivent tous ses succès de la dernière saison qu’à la tizanidine !

(1) L’article paru dans Wiley Analytical Sc J (Pascal Kintz, Laurie Gheddar, Jean-Sébastien Raul) ne cite pas le nom de l’équipe. Les concentrations retrouvées sont de 1,1 ;3,7 et 11,1 pg/mg. Seuls des prélèvements urinaire et sanguin sont officiellement reconnus par l’AMA.

(2) L’AMA a libéralisé la caféine en 2004, elle figure maintenant depuis 18 ans sur la liste des substances sous surveillance !

(3) Les similitudes avec la trimétazidine, qui avait suivi le même chemin, sont présentes. Sauf qu’on se demande encore pourquoi cette dernière substance est interdite.

Partager

Précédent

Ils quittent le peloton pro

Suivant

The Alt Tour

16 Commentaires

  1. Steph

    « De très nombreuses équipes comptent parmi leurs sponsors ou fournisseurs officiels un torréfacteur, etc… »

    Mauvaise pioche pour les mecs de l’équipe Alpecin, obligés de se taper 2 bols de shampoing au petit-dej !

  2. marius

    Rien de nouveau sous le soleil.
    Les fameux gains marginaux le sont surtout dans la pharmacopée.
    Tout ce qui n’est pas interdit est autorisé.
    Exemples.
    La caféine pendant longtemps quasi interdite, à nouveau autorisée à des doses de cheval, que les coureurs sont obligés de prendre des somnifères pour dormir.
    Les médicaments contre l’Asthme.
    Et la Rolls, les corticoïdes.
    Et j’en oublie.
    Des médicaments détournés des malades aux profits des sportifs de haut niveau mais bas du front.
    Premier paradoxe.
    Pour faire leur travail de coureur cycliste, certains sont prêts à s’injecter des cocktails chimiques, sans savoir les effets à long terme sur l’organisme, pendant que d’autres refusent un vaccin qui sauve des vies.
    Deuxième paradoxe.
    Bien que le produit soit autorisé (non interdit), UAE nie le fait d’en donner à ses coureurs.
    Ah bon?
    Mais c’est pas interdit.
    Oui mais ça fait mauvais genre.
    Bref rien de nouveau dans ce microcosme que je n’envie pas.

  3. Claudio

    Bon choix de photo en couverture Laurent!

  4. noirvélo

    Il n’y a pas de dopage dans le cyclisme , il y a « médicalisation » … Nuance !!! je me gausse , encore !!! et me pose une question : est-ce que l’Ama attend de trouver des produits interdits officiellement sur la liste ou travaille-t-elle sérieusement en amont avec l’aide de professionnels de la médecine , médecins , chercheurs , pharmaciens afin de déterminer quels sont les produits d’un « avenir proche » ?

  5. Tchmil

    Oh que oui Claudio, quelle nostalgie de cet été fabuleux à l’heure où les arbres laissent tomber leurs dernières feuilles jaunes.
    Comme le maillot d’un jeune slovène tout juste sorti de son nid, un belge survolant le Ventoux ou le souvenir d’un vieil italien qui s’éternise jusqu’à l’automne.
    Le souvenir de « Jeux sans frontières »aussi qui égayait nos étés d’avant, ceux où on était si bien dans nos vieux pays européens, où seuls les coureurs d’URSS incarnaient l’exotisme.
    Puis arriva la déchéance des pays anglo-saxons, des américains décomplexés et des anglais affables qui nous privaient de nos plus beaux lauriers (avec un parenthèse heureuse de bouillants italiens et espagnols sponsorisés par des chaudières, bref…).

    Bref tout ça pour dire que cette photo incarne le renouveau d’une éthique dans notre sport, héritée de ses plus nobles traditions. Un texan avait mimé une fermeture de ses doigts et notre slovène a osé se rappeler à son souvenir cette année. Remarquable!
    Alors que nous nous pavanons devant une échappée potentiellement victorieuse d’un Bonnamour, un Perez ou un Latour, l’étandard de la slovénie au vent y va tout seul lui, droit au but, et nous rapproche en cela de l’esprit chevaleresque du Texan. Un doigt sur la bouche.
    Cette photo est pour moi celle qui marquera l’année 2021 tant elle nous rapproche des plus belles heures de notre sport 🙂

    • Edgard Allan Poe

      L’étendard de la Slovénie, Tchmil, seul face au vent pendant 25 bornes, 54×11 , Cric-Crac…devant des gars comme Politt, Pedersen, Theuns, Valgren, Stuyven…Fric-Frac devant des cadets !
      Cric-Crac pour un Fric-Frac. Bon titre ?
      Pour moi, l’image de la saison 2021 restera celle de Pogacar à 300 mètres du sommet du Ventoux. Béni des dieux, le seul à avoir eu le vent dans le dos dans la montée…alors qu’au même moment, une oreillette branchée sur une radio grand public m’indiquait qu’il était en perdition… le tour était en train de basculer sous mes yeux…😂😂😂

  6. Edgar Allan Poe

    Noirvélo, il semble à la fois difficile pour l’AMA d’être en capacité de connaître les nouvelles molécules qui ne sont pas encore sur le marché, comme les PFC, si je ne m’abuse, et d’anticiper sur les détournements possibles de molécules déjà sur le marché, comme pour la Tizanidine. Je crois comprendre que ce sont les deux filières utilisées en priorité (molécules pas encore sur le marché/détournement des molécules sur le marché) depuis une bonne trentaine d’années, maintenant. Jean-Pierre Verdy, si j’interprète bien les propos tenus dans son bouquin, ne laisse guère de place à une lutte contre le dopage efficace en dehors des infos sur dénonciations ou signalements en tous genres d’activités bizarres, dans les équipes ou à proximité de ces dernières. Et au delà des infos obtenues, il faut parvenir à faire travailler en concertation des équipes de gens honnêtes, rétifs à toutes propositions de corruption, équipes issues du monde médical, juridiques, des douanes, des services de police, et du personnel administratif en espérant que les procédures mises en oeuvre ne soient pas anéanties par l’intervention d’un politique ou d’un membre influent de l’UCI…Je schématise un peu, mais c’est ce qui fait qu’aujourd’hui, les jeux du cirque sont de retour

    • Steph

      En France, la lutte contre le dopage ne pourrait – sans doute – être efficace qui s’il existait une institution judiciaire à compétente nationale , spécialisée dans sa traque, ainsi que tout délit lié à la santé publique, sur le même modèle que le PNF pour les délits financiers.
      L’OCLAESP prendrait alors du sens en tant que « bras armé  » comme l’OCLCIFF l’est pour le PNF. Pour l’instant il en est le plus souvent réduit à brasser de l’air faute de suites sérieuses au niveau des parquets et de l’instruction.

      Au delà des moyens financiers à y allouer, cela signerait alors une vraie volonté politique. Pas sûr qu’avec les JO Paris 2024 en ligne de mire, cette idée soit dans l’air du temps.

    • noirvélo

      Je pense sincèrement que s’il y avait une volonté totale de traquer les « dopeurs » , on y arriverait !!! Je n’y comprends pas grand chose mais je lis  » MARC KLUSZCZYNSKI » (faut que je me « charge » pour l’écrire !!! lol) En associant cette personne à mes yeux hyper compétente avec encore des médecins comme Mr Mondenard et d’autres « pointus volontaires » , des « législatifs » de haut rang , des pharmaciens , une police libre associée aux douanes , à des ministres des sports internationaux incorruptibles , on y arriverait !!! Avec des missions  » commandos – opérations coups de poing » , des filatures dans les labos et sur les lieux de stages … Ca a un prix ? paradoxalement , il y a de l’argent dans le vélo , comme dans le foot ! Ca ferait du mal au sport ? on s’en fout !!!
      Et à entendre tous ces menteurs , ( sportifs , DS , communiquants ) il n’y a pas ou plus de dopage ? , je pense qu’il y en a autant sinon plus qu’en 98 , encore désolé pour ceux qui rêvent , qui croient ou qui trichent … mais les pointures des grandes équipes ne marchent pas à la salade de fruits , tous font des efforts pour jouer « limite avec la législation » … Le « Bas Rhin » l’a encore prouvé , c’est évident !!!

  7. marius

    Le plus grave, c’est que je ne peut plus m’empêcher d’avoir des soupçons sur la moindre performance ou domination quelconque, sauf pour de rares athlètes.
    Ou comment tuer ce qui fait l’essence du sport de compétition.

  8. Wolber

    En Angleterre , on apprenait que la fédé effectuait des tests anti dopage privés au début des années 2010, ce qui est manifestement interdit.
    L AMA s en est offusqué , sans effet, évidemment .
    Bref, un probleme d antidopage ou de dopage d état chez les British…où en matière de préparation on a pu faire comme on voulait depuis une dizaine d années.
    Bien sûr , là aussi , qu une fédé est pu enfreigner un règlement , n est pas une preuve…hein…
    On les a vu en retrait dernièrement aux championnats du monde sur piste, les anglais. On les retrouvera plus forts lors de la prochaine échéance olympique.

  9. stef (l'autre)

    Bardet a ouvert la boite de pandore avec son tweet. ça va sortir, faut juste attendre.

  10. wolber

    Enfreigner, oula!!! enfreindre. oui

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Répondre à Edgar Allan Poe Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.