Tous les jours, la passion du cyclisme

Les meilleurs braquets en gravel

Suite à mon article sur les meilleures et moins bonnes combinaisons plateaux-cassettes publié en novembre dernier, vous avez été plusieurs à me demander un équivalent pour les vélos « gravel », dont la popularité est en explosion partout.

Sram vient d’ailleurs de sortir très récemment sa gamme « XPLR » spécifiquement dédiée au gravel bike, rejoignant ainsi ses concurrents Shimano (GRX) et surtout Campagnolo (Ekar) qui offrent tous deux depuis plusieurs mois déjà des gammes spécifiques à la pratique gravel.

Tous ces groupes offrent une multitude de combinaisons possibles de braquets et il est difficile – plus difficile que pour les groupes route – de s’y retrouver pour identifier les meilleures combinaisons.

Surtout qu’en gravel, on peut monter des groupes spécifiques gravel, mais aussi des groupes route avec développement « de montagne », voire des groupes typés Mtb (VTT). Certaines courses de gravel prestigieuses aux États-Unis ont d’ailleurs été récemment gagnées sur des vélos mtb (VTT), légèrement adaptés gravel notamment au niveau du guidon.

Petit tour d’horizon pour s’y retrouver un peu.

Transmission double ou mono-plateau?

Pas de doute sur ce point dans mon esprit: l’avenir du gravel est au mono-plateau. Les vélos mtb (VTT) y sont passés depuis quelques années, dans le contexte où on peut monter des cassettes avec un étagement très large.

Ce qui fait la différence, c’est la simplicité: un seul dérailleur à gérer, moins de câbles, moins de risque de dérailler, moins d’encombrement, plus d’espace sur le cadre pour y loger notamment des bagages, plus de dégagement pour chausser un pneu arrière plus large, les bénéfices l’emportent largement selon moi.

Plus encore si vous optez pour un gravel bike équipé d’un « dropper post », une tendance qui nous vient aussi du mtb. Avec une autre manette à gérer au guidon, il est pratique d’éviter celle du dérailleur avant.

La nouvelle gamme Sram XPLR propose d’ailleurs un dropper post, preuve que c’est appelé à se répandre sur les prochains gravel bike.

Un dropper post permet de baisser temporairement la selle pour passer des sections de descente difficiles, où il faut basculer le poids du corps vers l’arrière de la machine afin de limiter les risques de passer par dessus le guidon. Très pratique si vous prévoyez une pratique gravel « extrême »: certains arpentent même les sentiers parfois difficiles de mtb avec leur gravel bike!

La suite de cet article se concentre donc sur les groupes mono-plateau des compagnies Sram, Shimano et Campagnolo.

Des philosophies différentes

Chez Sram, on offre des groupes mono-plateau avec 12 vitesses. Le groupe Campagnolo Ekar est actuellement le seul à proposer 13 vitesses. Chez Shimano, on traine un peu la patte, avec seulement 11 vitesses disponibles. Du moins pour le moment.

Évidemment, en mono-plateau, pas de dédoublement de développement entre celles retrouvées sur le grand ou le petit plateau. En mono-plateau, présenter davantage de pignons sur la cassette arrière est donc un réel plus.

Dans ce domaine, si vous choisissez un gravel bike mono-plateau, le bon choix est donc Campagnolo Ekar sans aucun doute. Vous gagnez un pignon par rapport à la gamme Sram XPLR, ce qui sera appréciable sur les parcours accidentés.

Si c’est Shimano qui vous intéresse, optez pour un groupe double-plateau à l’avant, surtout que les dérailleurs arrières de la compagnie sont limités à un pignon de 42 dents maximum. Bref, chez Shimano, le mono-plateau n’est pas intéressant par rapport à l’offre Sram ou Campagnolo présentement.

Les trois compagnies offrent également des philosophies différentes d’agencement plateau-cassette.

Chez Sram, huit plateaux avant différents offerts (les 36, 38, 40, 42, 44, 46, 48 et 50!), pour seulement une cassette arrière « officielle gravel XPLR », la 10-44. On peut cependant ajouter deux autres cassettes qui fonctionneront aussi, soit la 10-36 (venue du groupe route) ou la 10-50 (venue du groupe mtb).

Chez Campagnolo, c’est différent: on n’offre que quatre options de plateaux avant (38, 40, 42 et 44) mais trois cassettes arrière typées gravel, soit les 9-36, 9-42 et 10-44.

Campagnolo est donc actuellement la seule compagnie offrant un groupe gravel 13 vitesses avec un pignon de 9 dents. J’y reviendrai, car cela comporte de réels avantages face à la concurrence.

Enfin chez Shimano, c’est plus limité si on se limite aux groupes typés gravel mono-plateau (GRX): deux choix de plateaux (40 ou 42) et deux choix de cassettes (11-40 ou 11-42). Mais chez Shimano, les groupes route et mtb offrent beaucoup d’autres possibilités, incluant l’accès à une cassette avec un départ 10 dents. En mariant les pièces de divers groupes, on peut trouver son bonheur, mais c’est plus compliqué.

La clé, l’étagement

Pour moi, en gravel bike, l’enjeu est la versatilité ou la polyvalence du vélo, qui doit pouvoir s’adapter rapidement à une foule de terrains variés: de la section d’asphalte très roulante (autant que sur la route) à une section gros gravier très technique en montée, exigeant de très petits développements.

L’écart entre le plus gros et le plus petit développement sur votre machine est donc capital. Probablement plus que la progressivité des développements, très importante sur les vélos de route axés compétition.

Et comme plus petit développement, vous voulez très probablement un rapport 1:1, par exemple un 44-44, ceci afin de grimper les pentes les plus raides assis sur la selle. De nombreux pratiquants de gravel m’ont confié qu’un rapport 1:1 est très utile pour se sortir de mauvais pas.

Une cassette qui offrirait un grand étagement ainsi qu’un plus petit développement au rapport de 1:1 est donc pour moi d’un intérêt particulier.

Et selon ce critère, un seul choix possible: Campagnolo Ekar 13 vitesses plateau avant de 42, cassette arrière 9-42. Soit un étagement de 3,67, obtenu en soustrayant le ratio plateau/pignon le plus petit et le plus grand.

Cette combinaison vous offre le 42-9, 42-10, 42-11, 42-12, 42-13 et 42-14 lorsqu’il faut emmener de la braquasse sur portions roulantes. De quoi toujours trouver le bon braquet! Et le 42-9 n’est pas loin du 53-11 en terme de développement…

Ca grimpe sévère sur de la gravelle lousse? Vous avez le 42-36 ou le 42-42 (au ratio 1:1) pour vous tirer d’affaire.

Dur à battre.

Avec la cassette Sram XPLR 10-44 gravel, votre meilleure option est un plateau 44 dents devant. Vous obtenez un 44-44 en cas de montée sévère, et le 44-10 pour les portions les plus roulantes. Étagement total? 3,40, certes moins intéressant que chez Campagnolo, et c’est là que Sram paye le fait de ne pas disposer d’un groupe 13 vitesses.

Chez Shimano, les étagements sont nettement plus petits et moins intéressants. La combinaison plateau de 42 devant avec cassette arrière 11-42 vous donne certes un 42-42, mais aussi un étagement de seulement 2,82, loin derrière Sram ou Campagnolo. Le 42-11 peut vite vous limiter.

Encore une fois, chez Shimano, optez actuellement pour les groupes double-plateau, vous serez nettement mieux servi.

Enfin, pour ceux visant une pratique plus « extrême » du gravel, donc nécessitant des développements plus petits, deux combinaisons m’apparaissent très intéressantes.

Chez Campagnolo Ekar, le plateau 38 couplé de la cassette 10-44. Étagement de 2,94, et vous disposez du 38-44 (très très petit) et du 38-11 jusqu’au 38-15, dent par dent, pour les sections roulantes.

Vous avez l’équivalent chez Sram avec le plateau 38 et la cassette 10-44. Le 12 dents en moins!

D’autres étagements à préférer

Entre le Campagnolo Ekar plateau 42 cassette 9-36, l’Ekar plateau 40 cassette 9-42 et le Sram XPLR plateau 46 cassette 10-44, l’étagement est proche de 3,50 pour ces trois combinaisons.

Lequel choisir?!

À privilégier selon moi, l’Ekar plateau 40 cassette 9-42, qui vous donne l’option intéressante du 40-42, soit un ratio inférieur à 1:1, pour un grand développement de 40-9, très intéressant.

Les suspensions, l’avenir du gravel?

Les suspensions, qu’elles soient avant ou arrière, sont déjà apparues sur les vélos gravel.

BMC par exemple offre des cadres gravel dotés d’élastomères à l’arrière pour filtrer les vibrations.

Specialized et son fameux « Diverge » offre également une suspension avant intégrée au jeu de direction, appelé « Future Shock suspension ».

Ce ne sont là que deux exemples parmi d’autres.

Il est intéressant de noter que la nouvelle gamme Sram XPLR offre des fourches avant à suspension, intitulées « Rudy », avec travel de 30 ou de 40mm.

Avec le dropper post aussi offert sur la gamme Sram XPLR, la compagnie américaine se distingue des deux autres sur ces périphériques.

Je pense que les vélos gravel dans les prochaines années seront de plus en plus équipés de dropper post et de suspensions, à l’avant comme à l’arrière, avec évidemment des systèmes permettant de les bloquer lorsque le terrain devient roulant.

En ce sens, le vélo gravel devient de plus en plus un entre-deux entre le vélo de route et le vélo mtb (VTT), ce qui permettra à de plus en plus d’usagers de n’acheter qu’un seul vélo, un gravel, leur permettant une belle polyvalence dans les usages.

On verra probablement de plus en plus de gravel bikes sur les sentiers de Mtb (VTT), du moins ceux qui ne sont pas trop techniques!

Partager

Précédent

Le Tour de l’actualité

Suivant

Le Tour de l’actualité

26 Commentaires

  1. Right on Laurent!
    Excellent article, très pertinent pour tous ceux qui ont trop de bécanes dans le garage.
    Je roule un sram force 1×11 en ce moment, sur la route et sur la garnotte. J’utilise le même vélo, avec un plateau 40 à l’avant, mais je change mes roues, ma cassette et mes pneus. Seule solution logique avec du tubeless.
    Sur la route j’utilise la 3 t overdrive (9×32), c’est bien, mais il faut s’habituer aux changements drastiques de cadence. Ça prend pratiquement un an pour s’habituer à passer de 85 à 100 rpm, de 80 à 95 et vice versa.
    Pour la montagne et la gravelle, j’utilise une cassette sram 10×42, ça fait très bien la job.
    Ce ne sera jamais parfait ni sur la route, ni en montagne, mais c’est vivable. Les inconvénients sont largement compensés par le plaisir de voir la réaction des cyclistes lorsqu’ils réalisent sur quoi tu roules.
    Par contre, c’est extraordinaire sur la gravelle, toutes les vitesses nécessaires sont là. Ce sera encore mieux 1×13.
    Salutations!
    Pierre

    • Navré mais tout ça c’est encore de la méga foutaise commerciale… Je suis sur que tu aurais beaucoup de difficulté à pousser (et tenir!) du 40 X 9… Ok, mathématiquement parlant le développement égale du 53-13 (?) Mais, en terme de perception réelle de l’effort, c’est bien différent, beaucoup plus difficile. La force de levier est crée, non seulement par la longueur des manivelles, mais aussi par le diamètre du plateau. On a qu’a observer les plateaux des pros quand ils veulent avoir de la vitesse ; 53-54-55X 12-13-14 dents. Personellement j’utilise du 42X11-36 (10 spd) et j’aimerais essayer 44X 11-38,11-40 justement pour augmenter les diamètres avant-arrière, ainsi augmenter le levier mécanique.
      Le Campagnolo 13v, 9dents? Ridicule…!!
      Il n’y a pas de vélo plus vérsatile qu’un MTB
      HARDTAIL sur lequel peut être monté tout les pneus possibles, suspension avant, en 39-26X11-36 ou 42-28X11-36 et bien d’autres combinaisons de vitesses.
      😊

      • Lesauvage Loïc

        Que dire du bruit caractéristique de la chaîne sur le 11….ça frotte et c’est pas agréable.Alors le 9….

        J’y ai pensé au mono plateau, un 36 avec 11-34. Mais pour la haute montagne et les gros %, je suis coincé, trop prise de tête.
        L’idéal est le double 46-30 avec 13 -32. Niveau esthétique , une cassette 11-40 , c’est moche.

  2. Florentin

    Très intéressant.mdrci

  3. noirvélo

    Arrêtez avec votre « mono plateau » , ce n’est pas très crédible !!! un « Gravel » s’utilise quand même beaucoup sur route (bonne ou mauvaise!) , beaucoup en voyage et sur chemin , au delà , il y a le VTT , il ne faut pas confondre !!! … Rien ne vaut le « double » (48×32 ou 46×30) avec une cassette bien étagée ( 12-32 ou 34) pour de longues parties asphaltées avec des « montagnes russes » … Déjà les pros (puisque beaucoup s’y identifient !) ont « jeté » le mono … , faut croire que ça n’apportait rien sauf du « marketing » et faisait un peu parler les médias spécialisés …. Ensuite , lorsque je vois les cassettes XXXXL qui « pèsent » et coutent une fortune , je n’adhère pas non plus ! Ensuite Laurent , la chaîne qui ne tombe pas avec de tels croisements , je n’y crois pas non plus , depuis quand un dérailleur av et un ar , c’est compliqué ??? . De plus , il y a plus d’usure de chaîne vu les croisements et toujours les mêmes petits pignons qui s’usent et ne se retrouvent pas évidemment en pièces détachées … Et si les pneus « maouse costauds » ne passent plus à cause des dérailleurs , c’est que le cadre a été mal conçu par ces marques qui imposent et s’imposent effrontément en voulant fidéliser le client un peu influençable …
    Lundi , j’ai encore parlé avec un pote qui est responsable dans une boutique « vélo » et qui est vendeur et pratiquant dans toutes les disciplines avec passion … Les vérités ne sont pas toujours bonnes à dire , à moi il me les dit … Carbone , freins à disques , dérailleurs électrique , il voit clair mais dans le commerce , du coté pile du comptoir , (le tiroir caisse!) vaut mieux fermer les yeux mais pas sur la « carte bleue » …

  4. Carril

    Cela ne me choque pas que les marques surfent sur les tendances et les modes pour proposer de nouveaux matériels. Leur métier est d’innover, c’est ça qui les fait vivre et ça fait vivre aussi du monde qui travaille pour eux, on ne peut pas le leur reprocher. Mais il est évident qu’il y a beaucoup de marketing là-dedans. Après, c’est à chacun de voir ce qui lui est utile ou pas.
    Pour moi le gravel correspond à des parcours majoritairement sur routes asphaltées avec quelques chemins plutôt roulant et parfois un peu casse-pattes. Tous les ans, au printemps, je fais quelques sorties gravel à l’occasion du Tro Bro Léon dans le Finistère. Comme j’habite pas très loin des circuits, je fais des ribins et participe à la Tro Bro Cyclo. J’utilise mon vélo habituel, un vélo de route acier avec triple plateau. Que ce soit avec des pneus de 23 gonflés à 7 bars ou des 25 gonflés à 6,5 bars, ça passe très bien et je n’ai jamais crevé. La recette est simple, des pneus en bon état et passer les ribins à bloc. Sur ce type de parcours je ne ressens pas l’utilité d’avoir un mono plateau.
    Je lis aussi que certains pratiquants recherchent des parcours plus « costauds » qui se rapprochent des circuits de VTT. Mais il me semble que le vélo adapté à ces circuits existe déjà.
    Mais au final, si le gravel attire de nouveaux adeptes vers le vélo, c’est toujours bon à prendre.

    • noirvélo

      Je n’ai rien contre le gravel , que les choses soient écrites et comprises … Mais rien n’a vraiment été inventé , un « gravel » , ce n’est ni plus ni moins un vélo de cyclo cross un peu amélioré , avec des freins à disques qui ont donné cette « légitimité suspecte » aux vélos de route … ( et j’ai été très heureux que le milieu pro ne se soit pas laissé berner pendant un long moment …) On aurait pu en rester là , mais , oui , dans une société de consommation , on consomme , on achète et on vend , chacun veut vivre , je le conçois aisément . Mais ce que je n’aime pas c’est me sentir « berné » justement . Mentir , faire croire , insister , enjoliver et te manipuler pour vendre … Je suis un passionné de vérité et mon sens critique fait la part « belle » au négatif mais aussi au positif … Et les choses souvent inutiles qu’on veut nous faire croire en nous mettant la pression et en nous faisant payer le prix (très!) fort , je ne les fait pas passer par ma « douane » personnelle en toute impunité … Le site est aussi là pour en débattre , ouvrir les yeux , faire la part des choses entre le nécessaire absolu et l’ obsolète superficiel … à chacun de faire ses choix , en toute liberté , réfléchir et choisir !

    • Tchmil

      Tout pareil Carril, la Tro Bro Cyclo je l’ai finie 2è (petit circuit) sur un vélo de route à cadre acier, sans toucher au développement. ça passe très bien, avec la chance de n’avoir crevé (pneus 23, plutôt gonflés à 8-9 bars) mais là encore les aléas de ce type de surface. Avec un cadre carbone actuellement, je ne crois pas que je m’y aventurerais par contre. A chacun d’avoir un peu de respect pour son matériel.
      Avoir un développement de VTT pour ce type de surface doit concerner une minorité. Par exemple les routes caillouteuses de montagne. Sinon autant pratiquer directement le VTT ou le trail pour avoir les mêmes sensations sur des circuits difficiles avec des bosses à plus de 20%.

      Le « gravel » semble juste être un terme marketing qui exprime une tendance sociale, aussi une volonté de s’éloigner des cadres établis des fédérations et leurs contraintes (on le voit en ce moment avec les normes covid, quelle galère pour s’inscrire à un trail il faut un mot du médecin, un test négatif au virus, l’impression de rentrer à l’hôpital où au contraire on ne prend pas tant de précautions).

    • Xavier

      Mais alors là, je souscris complètement ! Et plussoie aussi Noirvelo et Tchmil !Très belle cyclo que la Tro Bro, même quand il y a un petit grain… Et puis je suis aussi en triple, sur un cadre course Titane d’un artisan cadreur français de Savoie (non ce n’est pas CMT, hein 🙂 ), et ça passe crème les ribinous !

  5. yvon

    Laurent
    J’aimerais que tu trouves un article sur la résistance des cadres en rapport avec leur prix à la Vuelta une chute en milieu de peloton le cadre à 4 ou 5 000 euros le cadre à la poubelle et le maillot rouge perdu. La course devrait se faire avec du matériel simple et solide l’élitisme du matériel limite le nombre de jeunes pour courir .Je suis Noirvelo pour son bon sens.

    • noirvélo

      Justement , j’ai mon pote qui s’est juste « assis » ( sans forcer sur la contrainte ) sur le tube supérieur de son cadre carbone … »Suisse » … Mon pote est plutôt affuté , soigneux , respectueux de la belle mécanique , et à ce moment là au repos à discuter gentiment … il a juste entendu un petit « crac » ….. fendu !!! et non échangé sous garantie !!! Dégouté , il en a convenu , la même position sur un cadre titane ou acier , ce n’était pas pareil !!! J’imagine le milieu pro et ses nombreuses chutes (!!!) … Les camions doivent être remplis de cadres&fourches …. mais chuttt , secret défense and « no com » … Par contre , ouvrez votre magazine et voyez le dernier cadre de chez ……… plus léger de 50 gr , plus rigide de 10% mais juste un peu plus cher ….. Oui !
      Certains veulent vendre , d’autres acheter , moi je veux juste comprendre « l’état des choses » , c’est tout !

      • marius

        Chez Cannondale, on ne cache rien. Il est stipulé que les cadres carbone HM sont plus léger et donc moins résistants/durables que les versions non HM. On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Cela ne m’étonne pas qu’un cadre ultra léger casse en s’asseyant dessus. Il n’a pas été calculé pour cela. Peu de contraintes en fonctionnement normal. Une chute avec ce type de vélo, c’est selon que la tartine tombe du côté beurré ou pas, chance ou poubelle. On peut aussi briser des cadres ultra léger en acier ou titane, le Ghisallo par exemple (moins de 1kg). J’ai un titane multibuted à 1250gr, donc light, et il est interdit de faire du home traineur avec.

      • noirvélo

        marius , mon pote a bien spécifié qu’il ne s’est pas assis de tout son poids ! c’est devenu une position naturelle lorsque tu attends les copains au sommet d’un col !! . De plus un carbone est surtout sensible aux impacts et vu ce qu’on leur met dedans aux cadres , passage en force des « coups de cul » , sprints , descentes et mauvaises routes , je suis moi même étonné …

  6. missbecaneenfolie

    A faire trop de compromis entre vélo de montagne et de route avec une seule bécane, le gravel,et alors bienvenu aux frustrations! De même avec le mono plateau: un dérailleur très long pour un dentier très large, ayoye! Pitié pour le dérailleur mais le but commercial n’est-il pas d’avoir une telle force mécanique sur la composante pour devoir la changer plus souvent? Par ailleurs, le guide chaîne avant suivra sous peu sur le gravel tout comme la tige télescopique sur les vélos de route, pour faciliter les descentes aérodynamiques dans les longues portions sur vélo de route. Enfin, la dimension des roues à modifier (vtt=26 » 29 » et enfin 27,5 », voire même dimensions différentes avant et arrière comme en vélo de descente) après que le tubeless aura fait ses  »fashion victims ». $$$? Ya!

  7. Steph

    Je dois avouer que la lecture des commentaires de cet article a beaucoup oeuvré a me rassurer sur ma santé mentale et mon positionnement social, et j’en remercie tous les contributeurs.

    La lecture de l’article lui-même avait réussi à me déstabiliser et il m’était anxiogène : « Steph tu es complètement has been et à coté de la plaque- c’est le cas de le dire – face à ses nouveautés. » me disais-je. « Tu es devenu un vieux réac qui méprise le dérailleur électrique, les freins à disques, et maintenant le mono plateau, en plus tu trouves tout cela hors de prix, signe de la régression de ton pouvoir d’achat et de ton déclassement inéluctable. Tu opposes un scepticisme rétrograde à des évolutions que tu aurais sans doute trouvé formidables il y a 40 ans. Bref tu sens grave le renfermé des esprits qui se rabougrissent ».

    Sur quoi j’avisais le solde de mon compte épargne retraite que je m’apprêtais à pulveriser pour le denier spad mono plateau avec dropper post (600$ le vérin de coffre ) histoire de rattraper le cours du temps qui m’échappait inexorablement et de réinvestir mon habitus, fut-il fantasmé.

    C’est alors que noirvélo, le premier, me fit réaliser que je n’étais point seul au monde à ne pas devoir me faire violence pour me boucher les oreilles aux chants des sirènes du marketing. Et que Tchmil me fit opportunément me rappeler que passé les 15% de pente, qui plus est dans des cailloux, j’allais beaucoup mieux avec des chaussures de trail que des Tubeless de 28.

    Encore Merci !

    • mica

      Trés bien dit avec , en plus, l’ humour qui va avec, bravo…….personne ne fera mieux!

  8. régis

    Stef, et tous les autres,
    Jétais moi même partagé à la lecture de cet article…
    J ai eu les 3 vélos , route , vtt ,cyclocross/gravel et je roule depuis longtemps.
    Pour mon usage et ma région, le vtt mono c’est idéal car on galère moins dans la boue.
    En mode Gravel c’est différent, l amplitude de vitesse avec pas mal de route ou en tout cas de descente sur route implique des vitesses élevées que ne permettent pas un mono plateau , en tout cas pas en conservant une cadence correcte et pas trop en dent de scie.
    En vtt , ce n’est pas un vrai problème que d avoir des différences entre chaque pignon puisque le parcours en lui même induit souvent des changements de vitesse et de cadence…

    En mode cyclocross, un mono serait sympa pour éviter le déraillement mais en général je fais tous sur le petit plateau et ca va bien comme ca…

    Je pense qu’il ne faut pas confondre vtt et gravel. Le but du Gravel est d’aller presque partout mais assez rapidement. Mais plus ca secoue, et plus on est tenté de repasser et d alterner du roulant.
    Dès qu on choisit plus corsé, tourmenté, je repasse sur mon vtt car lui est finalement le plus polyvalent.
    Je trouve qu’une tige de selle télescopique sur un vtt est chère, lourde et superflue pour la plupart d’entre nous, n habitant pas à la montagne, même sur un vtt… alors sur un Gravel , je n en vois vraiment pas la plus value, pour l utiliser combien d émois sur une sortie!?!?
    Mes potes en vtt en ont une, mais ils ne l utilisent presque pas de leur aveu, et souvent elle s encrasse (boue) et ils la laissent comme cela pour ne pas faire des frais!

    IDEM pour une fourche sur Gravel, qui alourdit le velo, le rend moins joueur. Je pourrais comprendre encore la logique mais dans ce cas pourquoi ne pas choisir un vtt semi rigide et lui mettre un cintre Gravel. Mais de nouveau le problème du mono plateau se pose…

    Bref. Je pense qu’il faut choisir son vélo et la plupart des parcours en fonction de celui-ci, quitte à faire de petits extras mais on sait que le plaisir sera alors dans leur difficulté et challenge à franchir.

    Ciao

  9. mica

    Eh bien! , je mérite un carton rouge…..dans le sujet précédent, j’ évoquais le maillot de leader de la Vuelta comme étant un maillot jaune (amarillo)…….je retarde d’ une guerre, c’est bien le maillot rouge qui est dévolu au 1 er du classement général et ceci depuis longtemps……., j’ ai honte!

    • noirvélo

      Faute avouée , 100 % pardonnée … Fier mais pas orgueilleux , une de mes devises … ni en euros , ni en dollars …

  10. Wolber

    Mica , entre l Amarillo et le rouge actuel, on avait eu droit au jersey de pro durant quelques éditions.

  11. mica

    Actu….mais, hors cyclisme: l’ athléte Jamaicaine Elaine Thomson vient d’ approcher de 5 / 100 le record de la regrettée Florence Griffith (tant pis pour l’ orthographe ) , regrettée certes mais infiniment « sulfureuse » au vu des « produits » qu’ elle n’ avait jamais manqué d’ ingurgiter……usage qui causa, sans doute, sa mort prématurée….
    Hors, chacun se félicite de la nouvelle perf….. mais, .que ne dirait on pas si, un
    cycliste approchait de très prêt les temps de Pantani……..les Vayer et compagnie se léveraient d’ un bond et crieraient au scandale!……et ils auraient sans doute raison.

    • slam99

      Sur la même piste, Andre De Grasse avec 9,74s a battu de loin son record perso (9,89) au 100m, et le record canadien dans la même foulée. Mais pas d’homologation en raison d’un vente favorable de 2,9m/s.

  12. yvon

    Bis repentira Bahreïn cela n’étonne pas grand monde chez Eurosport. Les vieux coureurs qui cartonnent après 30 ans ,qu’est qui remplace l’EPO?

  13. Wolber

    Le Gravel. Le vélo polyvalent? Cannondale sort un Gravel « rapide » pour les courses qui se développent. Pas de possibilité de pouvoir fixer des accessoires dessus. Il est fait pour rouler vite. Exclusivement. Le plus rapide, bla-bla…
    On a connu la multitude de déclinaisons pour les vtt, semi rigide balade, compet, fat bike, tout suspendu XC, tout suspendu all mountain engagé … ou pas, enduro, gros enduro…alors Cannon, n ouvrirait pas la porte à une segmentarisation?… Déjà qu on mets des fourches suspendues et des tiges de selles télescopiques sur les Gravel…Sans nul doute , il y a du pognon à se faire alors la polyvalence a du plomb dans l aile.

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Répondre à Florentin Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.