Tous les jours, la passion du cyclisme

Les limites de l’AMA

Parmi les conclusions de cette saison 2021, peut-être celle que le cyclisme ne tourne plus tout à fait rond.

Avec l’affaire récente de la tizanidine, on peut se demander si les autorités antidopage en font actuellement assez pour prévenir les dérives.

Déjà, des coureurs pro avaient exprimé leurs inquiétudes en 2020 devant la baisse drastique (baisse de 90%!) du nombre de contrôles hors-compétition. La situation serait revenue à la normale en 2021.

Les contrôles ne sont pas tout: encore faut-il qu’ils soient efficaces! Le sont-ils? Pas sûr! L’Affaire Armstrong nous a prouvé les limites de ces contrôles.

Marc Kluszczynski nous aidę aujourd’hui à y voir plus clair, et notamment du côté de l’Agence mondiale antidopage. Je le remercie encore de cette contribution!

Les limites de l’AMA (par Marc Kluszczynski)

Dans l’affaire de la tizanidine, l’AMA a une nouvelle fois montré des limites évidentes.

Non seulement la tizanidine n’est pas citée dans la liste des interdictions, mais la clonidine, substance dont elle dérive, est citée dans les exceptions des stimulants non spécifiés S6b. Elle est donc autorisée alors qu’elle favorise la sécrétion d’hormones de croissance et la mobilisation des lipides.  

La trimétazidine, quant à elle, de stimulante, est maintenant au chapitre des modulateurs métaboliques (S4.4), alors qu’aucune preuve de son action n’existe.

Autre exemple, depuis plus de dix ans, on a assisté à la libéralisation des bronchodilatateurs et l’Agence mondiale antidopage (AMA) continue à nier leurs effets favorisant la performance.

Si les corticoïdes sont maintenant interdits en compétition pour toutes voies injectables, leur effet systémique quand ils sont administrés localement ont été reconnu avec 20 ans de retard.

Tous les ans, l’agence promet des études (comme avec les bronchodilatateurs) mais son faible budget annuel ne lui permet pas de les réaliser, ou alors elle n’en a pas la liberté puisque dépendante du Comité international olympique, son principal bailleur. Certains employés, exaspérés, ont démissionné.

Howman claque la porte

Alors qu’il avait occupé le poste de Directeur général de l’AMA de 2003 à juin 2016, David Howman, avocat néo-zélandais, avait déclaré le 16 avril 2019 lors d’une conférence des Partenaires pour un sport propre, que les méthodes de détection du dopage ont 50 ans de retard.

Selon lui, ces méthodes sont tout juste bonnes à attraper les « petits bricoleurs du dopage ». Lors de son passage à l’AMA, Howman avait subi les critiques de scientifiques s’étonnant du manque de volonté (ou de moyens) de l’agence pour innover. L’avocat, dans ses discours, citait « les progrès considérables réalisés par la communauté antidopage au cours des dernières années » (le 21 septembre 2015) ou encore « Notre travail consiste à faire en sorte que ceux qui empêchent les sportifs propres d’avoir un terrain de jeu équitable, soient expulsés du sport ».

Mais ces belles déclarations d’Howman n’étaient pas en adéquation avec les moyens très limités de l’AMA, moyens qui dépendent des pays signataires du code mondial antidopage et du CIO.

Le pire des constats concerne les transfusions sanguines autologues : alors que le Pr Björn Ekblom, pionnier de cette méthode dans le sport, déclarait qu’il est possible de les détecter, rien n’a été fait depuis 50 ans pour venir à bout de leur usage! Cela n’a jamais été un sujet prioritaire pour l’AMA depuis sa création en 1999, malgré leur probable généralisation dans tous les sports.

Pour le passeport sanguin, on sait qu’il peut être manipulé et truqué. Qui va le faire évoluer ?

Le 27 janvier 2019, Howman avait déjà mis la pression sur son ex-employeur, déclarant que Craig Reedie, président à l’époque, était plutôt au service de l’industrie du sport mondial qu’à la protection des athlètes propres. Il ne s’était pas gêné non plus pour critiquer Reedie et sa décision de réintégrer la RUSADA, alors que les critères exigés n’étaient pas atteints (reconnaissance des rapports Mc Laren et transmission des données du laboratoire de Moscou avant le 31 décembre 2018).

Devenu un des plus farouches critiques de l’AMA, Howman est devenu en avril 2017 le directeur de l’AIU (Athletics Integrity Unit) qui oeuvre de façon indépendante pour assainir l’athlétisme mondial. L’affaire n’est pas gagnée!

Howman avait reçu le renfort d’un autre éjecté de l’AMA, le Dr Alain Garnier

Le Dr Alain Garnier, ex-directeur médical de l’AMA dans les années 2000, déclarait en 2018 : « Les préoccupations de l’AMA ne sont pas de lutter contre le dopage, mais de le gérer afin qu’il ne nuise pas au sport ». Garnier, qui n’avait pas hésité à critiquer l’AMA en 2012 dans la conduite de l’affaire Armstrong, sera vite éjecté et remplacé par le Dr Olivier Rabin.

Garnier déclarait encore à propos de l’AMA : « Continuer à utiliser un système qui a fait la preuve de son inefficacité équivaut à tolérer le dopage ».

Avec hypocrisie, on continue de réaffirmer la nécessité de lutter contre le dopage, mais on n’agit que peu, ce qui convient à tout le monde, sauf encore une fois, aux sportifs propres, qui demeurent les premiers bernés.

Bref, l’AMA présente de nombreuses limites: ne vient-elle pas seulement de s’apercevoir que l’agence nationale antidopage d’Ukraine prévenait depuis 2012 les athlètes ukrainiens des contrôles inopinés qu’elle allait réaliser?

Partager

Précédent

The Alt Tour

Suivant

« En une seule année, ça s’est vraiment accéléré »

40 Commentaires

  1. Beus

    Bonjour Laurent.
    Je constate que tu as eu la délicatesse de mettre cet article aujourd’hui, et non pas la veille.
    Parler de l’AMA le jour des morts aurait été symbolique…😉

    Bien à toi.

    • noirvélo

      « Humour noir » , Beus , excellent !

    • p'tit lucien

      pourtant c’est bien aujourd’hui le jour des morts, le 2 novembre et non, comme on le croit souvent, le 1.
      Donc bien vu pour le symbole ! 🙂

  2. mica

    Si j’ ai bien compris, l’ article de Mr Klu…..peut s’ appliquer à tous les sports….athlétisme, natation, ski de fond……etc etc .
    Ce discours parfaitement clair pourrait figurer en préambule à toute discussion sur chaque sport…….La « spécificité » du cyclisme étant pourtant la pratique quasi quotidienne des compétitions (peut être plus de 50 jours /ans) quand les autres sports sont limités à quelques jours /an de compétition. (ceci n’ excluant pas, bien sur, le dopage servant à « encaisser » les charges de travail à l’ entrainement.)
    Bref on découvre pour la niéme fois le probléme universel et trans générationnel du dopage…….probléme, selon moi, insoluble.
    Au passage, on ne parle plus des cétones qui faisaient l’ actualité il y a à peine 1 an ?

  3. Vandenbosch

    Merci Laurent, une des raisons qui fait que je me suis abonné à ton bloc, c’est que tu abordes aussi les questions qui fâchent, merci aussi à Marc Kluszczynski,il ne doit pas avoir que des amis ! +++

  4. noirvélo

    D’abord merci à Mr « Marc K » , qui nous conforte dans l’idée que ……….
    Je rajouterai que malheureusement nous sommes tous un peu coupables de s’émerveiller devant les performances des « têtes de gondole » du cyclisme que sont Mathieu , Wout , Julian , Tadej , Sony et tous les gagneurs « producteurs » d’exploits hors normes » !!! on s’y habitue de trop et on s’endort jusqu’à trouver leurs résultats « évidents » parce qu’ils ont « quelque chose » en plus , que les autres n’ont pas !! Ben oui , ça devient là , le problème , à qualités physiques équivalentes , serait-ce les produits ou la faculté de les « digérer » qui ferait la différence ?
    Lorsque j’écris « pas tous dopés mais médicalisés » , je m’adresse en priorité aux têtes de gondoles , pas aux « obscurs » qui bossent dur pour leur leader et qui n’auront jamais rien que des miettes et sur qui on jettera un regard noir et inquisiteur le jour où ils se seront fait prendre et lacher par leur employeur … Juger ou avoir une opinion , la formule utilisée peut se prêter à toutes les définitions …

  5. slam99

    En même, si on ne discute que de dope, c’est un peu la mort de LFR, non?

    • slam99

      *En même temps…

    • noirvélo

      Malheureusement lorsqu’on parle de dope on parle de « petite mort » du cyclisme de compétition qui est entré depuis longtemps dans l’ère du sport spectacle , là est le problème …
      Mais LFR ne doit surtout pas mourir pour autant , le vélo ne se limite pas aux pros , à ses dérives , et à ses exploits « dérivés » , lol 😂
      A ce que je sache , nous ne sommes pas des pros ( pas ? ou plus ?) , nous aimons ce sport , le pratiquons , avons cette philosophie de rouler , les pieds sur les pédales , le « pif » à l’air et l’oeil du faucon à 180° … Nous pouvons rouler vite , ou pas , il y a Strava , les potes et puis les plaines , les cols et la moyenne montagne … Tu peux pratiquer un cyclisme basé sur le tourisme sportif en roulant sur une machine de rêve ou sur une enclume … liberté totale , maître mot !

      • Steph

        Pour les faucons (Falco peregrinus) c’est même 220° ! Contre 124* pour les vrais (Homo sapiens)

      • slam99

        Ouais, qu’on soit pro ou non, le cyclisme pro, c’est 80% des publications de LFR. Et non, ce ne sera pas la mort de LFR. C’était presque une question rhétorique. Le dopage n’est pas la mort de LFR! Il la nourrit: une bonne majorité de commentaires évoque d’une manière ou d’une autre le dopage, et ce depuis des années. On prétend l’exécrer, mais on en redemande, jusqu’à l’overdose. Longue vie LFR!

      • noirvélo

        Merci Steph même si tu chipotes un peu !!! 😂

  6. Steph

    Prochain sujet : l’AFLD et le labo de Châtenay-Malabry ?

  7. yvon

    Gentiment je rappelle à Beus que la fête des trépassés est le 02.11

    • Beus

      Yvon, P’tit Lucien,

      Vous avez raison.
      Dire qu’il nous arrive de vivre avec certaines certitudes pendant si longtemps…
      Grâce à vous, je suis moins bête.

      Ça change tout. Laurent est un fossoyeur 😄

  8. mica

    Puisque LFR parle trop de dopage, selon certains, on peut évoquer l’ échec de Dowseet dans sa tentative contre le record de l’ heure détenu par Campanaerts ; échec de 5 à 600m, ce qui est quand même assez conséquent.
    Selon moi, une des raisons de l’ échec est l’ utilisation d’ un braquet démesuré pour une telle tentative (61 :13)……au mépris de toute l’ histoire du record.
    Le record appartient donc toujours au Belge, qui lui même avait, me semble t’ il exagéré dans le choix du braquet……
    Dans l’ actu, on note aussi le retour de Forian Rousseau au sein de la ffc, aprés une « escapade  » dans l’ encadrement de l’ athlétisme, ou il s’ était un peu fourvoyé on ne sait pas trop pourquoi.
    Il est désormais chargé du haut niveau olympique en vue des jeux de Paris.
    En rapport avec ce que je disais quelques lignes plus haut, il pourrait suggérer aux pistards de rester prudents quand au choix des braquets, car, il me semble qu’ il y a u ne certaine dérive vers l’ exagération qui deviendra vite délétaire…….Peut on dire que certains échecs de sprinteurs ou sprinteuse français seraient dus à cela….peut être, même si ce n’ est qu’ une hypothése .
    En vue des jeux de Paris la poursuite par équipe Française semble bien armée……mais, elle risque de se heurter à la formidable équipe d’ Italie, qui, elle même est très perfectible…….alors, nos bleus devront ils se battre pour une médaille d’ argent…..à voir……et, si Ermenault revenait  » voler au secours de la victoire »……même cela ne serait sans doute pas suffisant pour aller au dela de l’ argent. La aussi attention aux erreur de braquets…….ou le choix est la plupart du temps trop gros , l’ inverse est rarissime..
    Voila, je n’ ai pas évoqué le moindre sujet de dopage…..tout en sachant que ce n’ est jamais trés éloigné de la haute performance…..

    • Wolber

      Mica, donc Dowsett échoue à cause de son trop gros braquet et Campenaerts avait réussi en comettant la même erreur. Donc on peut réussir ou échouer selon la taille du braquet. Splendide.

      • mica

        Tu biaise un peu mon raisonnement , je voulais dire simplement que Dowseet avait beaucoup trop gros (61 : 13, c’ est à dire presque 10 m à chaque tour de pédale…..et c’ est démesuré; cela fait environ 92 T /mn, alors que la fréquence moyenne pour un record de l’ heure doit étre de l’ ordre de 105 t/mn…….il en a toujours été ainsi.
        Campenaerts avait battu le record de Wiggins qui, lui, avait été établi au niveau de la mer…….et, paradoxalement , Campenaerts aurait aussi ce jour là pu faire mieux si son braquet avait été plus sage…..
        Mais entre le Belge et le Britannique, c’ est ce dernier qui s’ est le plus pénalisé …….10 m de dév. sur la piste, on n’ avait jamais vu ça……et le moins que l’ on puisse dire, c’ est que cela n’ a pas porté ses fruits, malgrés l’ effort louable de Dowsett……

  9. Carril

    Le cyclisme ne tourne plus tout à fait rond, effectivement, mais est-il le seul ?
    Dans tous les sports ayant vu l’argent arriver en masse, les performances ont progressé. Certes l’argent a permis d’avoir de meilleures conditions d’entrainement, du meilleur matériel, un meilleur suivi des sportifs, d’avoir une bonne rémunération permettant d’être plus serein pour exercer son métier, etc… Mais tout ceci n’explique pas le bond des performances des cyclistes depuis une trentaine d’années. Il faut chercher ailleurs. Mais on sait déjà d’où cela vient. Deux affaires retentissantes dans les années 1990-2000 ont permis à tout le monde de savoir. Les affaires Festina et Armstrong nous ont appris comment on arrivait à de telles performances. Comment ont éclatées ces affaires ? Par les douanes pour la première et une dénonciation pour la deuxième. Et pourtant, déjà à l’époque, les organisateurs, les instances, les autres coureurs, les patrons d’équipes, les médias, les politiques, devaient bien voir qu’il y avait un gros problème. Mais tout le monde y trouvait son compte.
    Alors, évidemment, on a changé d’époque, beaucoup d’équipes ont changé de stratégie (notamment françaises). Mais on voit bien qu’il y a toujours des brebis galeuses (principalement dans quelques encadrements) et que la loi du silence est toujours de rigueur. Je ne parle pas des instances, organisateurs de courses, médias, qui sont verrouillés. Quant aux politiques, ce qui les intéresse ce sont les médailles.
    Après tout ça, qui va défendre le sport propre ? Le public ? Si on devait faire une manif au bord des routes, je pense qu’on ne serait pas très nombreux.

    • Patrick Schwartz

      Tu as raison Carril , c’est pour ça qu’il y a le sport « propre » celui que nous pratiquons pour tous les bienfaits qu’il nous procure ( oui , dans des cyclosportives certains trouvent encore le moyen de se « charger » mais ça reste une épreuve avec un premier !) …. et il y a le « sport business & spectacle » auquel on adhère , ou pas … Je l’ai (trop!) souvent écrit , je ne suis plus dupe de rien mais il est vrai , je le reconnais , que regarder les Classiques à la télé , c’est stimulant pour une partie de notre psychisme , ça sert à nous « réveiller » , à nous dépasser , un petit peu à s’identifier de par le matériel aux pros , en cherchant nos « gains marginaux » dans nos détail « à nous » … Mais ça en reste là , l’âge nous aidant à faire la part des choses , à relativiser , un jeune de 30-40 ans n’ayant pas les mêmes objectifs , la même « santé » et le même enthousiasme qu’un autre plus âgé dans la tranche 50-60 ans … Beaucoup de choses changent avec l’âge et nous y passons tous , sans exceptions , nos mentalités évoluent avec plus ou moins de bonne ou de mauvaise foi dans nos « performances  » ou dans notre façon d’apréhender la vie .

  10. Edgar Allan Poe

    Oui, c’est une évidence : en dehors des dénonciations et contrôles des douanes – l’un étant souvent la résultante de l’autre – les contrôles et donc la lutte contre le dopage sont inefficaces. comme le dit de manière assez argumentée Jean-Pierre Verdy dans son livre sur le dopage.
    Marc Kluszczynski évoque en filigrane un laxisme généralisé du monde du cyclisme de compétition qui est, quelque part la cause de l’omerta : celui qui va l’ouvrir va de fait se heurter à un système avec ses multiples composantes toutes axées sur une manipulation du grand public. Fatalement, le lanceur d’alerte sera cramé dans le milieu. On en a déjà vu quelques un(e)s, la liste est déjà longue.
    Les transfusions encore indétectables 50 ans après les premières expériences (réussies !), ça me fait bondir !
    Mais ce qui me navre le plus, c’est qu’il existe une règle de l’UCI, datant de juin 2011, qui interdit normalement à tout ex-dopé d’encadrer une équipe. Cette règle est malheureusement bafouée très régulièrement, comme la semaine passée avec l’arrivée chez Movistar, de Piepoli, mis hors du tour de France 2008 pour dopage (auquel s’ajoute le transfert d’Ibargurren, le toubib de Qsteps, impliqué dans plusieurs affaires de dopage). Le lendemain, on apprenait que Daniele Bennati, ex-dopé, était nommé sélectionneur de l’équipe d’Italie. On se demande jusqu’à quel point l’UCI va continuer à favoriser l’endogamie.
    Je remarque aussi, que dans mon entourage, en dehors de quelques vieux dingues accrochés à leur plaisir de leur pratique toute personnelle du cyclisme de compet (ou pas) et du sport propre, beaucoup de gens en sont venus à tolérer le dopage. Ça ne les concerne pas directement, ils ne savent pas ce que c’est que de se faire battre par un cycliste « chaudière », et donc, « si le dopage est la condition sine qua none du spectacle, allons-y gaiement, les compétiteurs savent connaissent les obligations du métier et savent à quoi ils s’exposent ».
    A notre niveau, nous pourrions demander à ce que l’UCI applique ses propres règles.
    Reste aussi le name-shaming qui pourrait prendre de l’importance. C’est d’ailleurs ce que Laurent, Marc Kluszczynski, et nous-mêmes contributeurs de LFR, faisons sur ce site, même si nous prêchons beaucoup de convaincus.
    L’éducation et le système éducatif pourraient aussi contribuer.
    Enfin, il faudrait aussi que les coupables du système soient frappés directement au porte-monnaie. De manière durable, et sans coup férir. Beaucoup y réfléchiraient à deux fois avant de frauder, mais tant que le risque en vaut la chandelle, il y a aura toujours des gens sans scrupule !

  11. Edgar Allan Poe

    Ouch…j’ai pas relu ! Je voulais dire « quelques dingos accrochés à leur pratique toute personnelle du cyclisme de compet (ou pas) et à l’utopie d’un sport propre ».
    Movistar, Gianetti, Tizanidine, …Van Mol, l’ex-équipe Rabobank, dont le 1er cas de dopage fut celui du père d’un coureur que j’admire beaucoup paradoxalement, ça fait beaucoup, vraiment beaucoup
    Bref, on n’en sort pas ….

  12. Edgar Allan Poe

    Dernière chose : concernant le dopage mécanique, apparemment très répandu du moins au milieu des années 2010, – supposément sur ¨PR, les Flandres, ou dans le Ventoux…par ex.- si l’UCI avait voulu exercer un contrôle efficace, il suffisait de poser les scellés sur certains vélos et de les démonter dans la demi-heure qui suivait, en présence d’un membre de l’équipe concernée.
    Simple, efficace, et pas cher!
    Pas forcément besoin de confier la question au futur manager « en charge de la gestion des projets liés à l’utilisation des nouvelles technologies dans les épreuves cyclistes et de l’exploitation des données des athlètes en cours », qui prendra ses fonctions le 15 novembre. Quand on sait que l’homme a débuté chez Mapéi, Qsteps, T-Mobile, Sky, Saxo-Tinkoff, et qu’il a eu quelques problèmes avec le Clenbutérol, nul doute qu’il agira avec fermeté face aux tricheurs.
    Tiens…un exemple de plus de l’entretien de l’endogamie dans le milieu cycliste par l’UCI.
    Dégouté !

    • noirvélo

      Oui EAP , L’abréviation du technicien de l’UCI qui doit vérifier les vélos et les athlètes , ça doit être le « MCGPLUNTECEDAC » , si on en est dans l’abréviation technique comme « DS » pour Directeur Sportif ! on sent bien la volonté des institutions de frapper fort !!! Oulahh , j’ai peur …. !!! 😮

  13. mica

    Tout ce que vous dites est exact EAP, NV, Steph, Carril et les autres mais
    ce qui est tout aussi navrant c’ est qu’ il n’ y a pas que le dopage et ce milieu laisse faire tout ce qui n’ est pas visible par le grand public dont nous ne faisons pas parti……..

  14. yvon

    Laurent a bien raison de marteler sur toutes formes de triches. J’en parle souvent autour de moi. Quelques uns m’ont posé la question sur les Slovènes je leur ai répondu voyez la Jamaïque en athlétisme. Le mal est profond j’ai vu des cyclos prendre des anti inflammatoires avant une sortie à allure libre, ces gens ne vont pas critiquer les coureurs tricheurs.
    En un mot continuez à dénoncer.

    • Edgar Allan Poe

      Marteler, pour Laurent, c’est dans la logique. C’est même un aptonyme, selon le terme inventé par un universitaire Quebecquois.
      Oui, je suis d’accord, parlons en. Je m’essaie souvent à de la pédagogie, ce qui n’est pas évident quand il s’agit de faire tomber un dieu du stade, ou de la route, du piédestal sur lequel l’ont placé ou l’admirent les gens avec qui j’échange ! C’est même près qu’aussi dur que de convaincre son beauf en repas de famille de ne pas être raciste!
      La Slovénie, forcément, ça intrigue : 2,1 millions d’habitants, 2 coureurs dans les 3 premiers du classement UCI 2021, 2eme nation entre la Belgique et la France pour 1600 licenciés en 2020, pour un pays qui a réellement débarqué dans le cyclisme il y a moins de 10 ans… Formidable ! 🤔😬. Une filière d’excellence, hyper efficace.
      Quelques années en arrière, lorsque je ne faisais que très peu de vélo, il m’arrivait de disputer des matchs de foot le dimanche matin. Les copains tournaient tous aux anti-inflammatoires et stimulants divers. Anti-inflammatoires (Solupred par ex) pour anticiper les coups éventuels et les douleurs de l’effort et d’après match. Stimulants… la moitié du tube de Guronsan, par ex aussi! Par contre, je me faisais agréablement chambré, en tant que cycliste. Comme je les dominais aisément sur le plan physique – les footeux de base, c’est pas terrible question perf physique, surtout le dimanche matin… 🙃-, et que je ne prenais rien, « c’était les restes de l’EPO de l’époque où je courais sur route »…
      Au final, sur le papier, c’est assez simple : dénoncer, informer, éduquer, sanctionner…

  15. mica

    Wolber appelait de ses voeux une sorte de compét. sur piste qui pourrait rappeler les feux 6 jours d’ antan.
    Sans qu’ apparemment il le sache , l’ UCI avait concocté depuis une paire d’ année un format de ce genre, mais n’ avait pu l’ appliquer pour cause de pandémie. (en fait, on verra que l’ on est assez loin de la formule 6 jours…..mais c’ était pas le but recherdhé….loin de là)
    Sur 6 semaines, 6 « compétitions », chacune comportant :
    une épreuve de sprint
     »  »  » Keirin
     »  »  » D’ élmination
     »  » Scratch (course en ligne de 5 Km.
    Ces 4 épreuves multipliées par 2 (Hommes et Femmes)
    Les 6 manches ont lieu sur 6 sites différents (Espagne , G. Bretagne,
    France…….; la manche Française qui devait se dérouler à St Quentain en Yvelines étant annulée pour cause de centre de vacc. dans le futur vélodromme Olympique.
    J ‘ ai donc visionné la premiére manche à Majorque sur le site de France TV Sports (il n’ y avait pas de commentaires, mais seulement des images, et j’ avoue que le site muet ne me dérangeait absolument pas)
    Le « schoow » était prévu pour durer environ 2 heures et j’ ai du visionner environ 1 heure.
    Tout cela était assez rythmé, les courses s’ enchainant à flux à peu prés continu….
    Que retenir ? Les manches éliminatoires de vitesse se déroulaient à 3 participants, sauf la finale à 2……les 2 « hollandais volants » ont fait le boulot
    (Lavreysen et Hougland)……..mais, combien il faut être costaud et athlétique pou emmener corectement le 14 dents (52 ou54 devant? )
    Chez les féminines supériorité des Allemandes et d’une Canadienne qui « créve l’ écran  » (Mittchel…qui a gagné le Keirin….)
    Notre Française, M. Gros a, une nouvelle fois montré ses limites actuelles.
    Il y aurait beaucoup à dire sur l’ ensemble du « schoww »………3 « épreuves » sur 4 en peloton on peut, en effet, considerer que le Keirin est un peloton de 6)………donc 3 épreuves absolument aléatoires.
    A souligner, encore une fois la prestation de la super tonique et
    sympathique Britannique Katie Archibaldt……..
    Que dire de l’ ensemble du spectacle ? ……car, ce n’ est qu’ un spectacle…..si je me permettais, je donnerais tout juste la moyenne, un 10 sur 20 bien généreux.
    Ce n’ est certainement pas comme ça que l’ on sauvera la piste…….il faudrait revenir aux épreuves fondamentales et chronométrées…..mais c’ est une autre histoire!
    Autre histoire , je voudrais revenir sur l’ échec de Dowseet sur l’ heure, echec du en très grande partie du à l’ excés de braquet notoire…….10 m sur piste, c’ est rhédibitoire on n’ avait jamais vu ça…….les grands anciens doivent se retourner dans leur tombe (le 10m de dév. était, peut être utilisé en « demi fond » (courses derrière motos) ….et encore….
    Ce qui me navre, le plus, c’ est peut être le manque d’ analyse de la part de la presse, aussi, peut être le manque de réactions écrites de la part des lecteurs de LFR , certes quelques pouces ici ou là…….une tentative d’ analyse serait là bien venue….

  16. mica

    Notez que, encore une fois, je n’ ai pas parlé de dopage……tout en sachant qu’ il n’ es jamais trés loin….

  17. wolber

    Effectivement , Mica je n avais pas entendu parler de la creation de cette épreuve sur piste. franchement.
    , j avoue être un nostalgique de ces fameux 6 jours hivernaux tombés en désuétude.
    Les épreuves crées par l UCI me semblent n être qu une copie des épreuves de coupes du monde qui se courent déjà.

    • mica

      C’est un peu vrai, ça ne peut en aucun cas rappeler les 6 jours, et ça fait un peu grande kermesse en 6x 2heures…….mais, pourquoi pas? Un format court adapté à l’ époque….et à la télé (Eurosport….)
      J’ avais oublié de signaler qu’ en sprint, certaines féminines atteignaient le 73Km / h…….pas mal…..compte tenu, en plus des 2virages.
      Pour les hommes, je n’ ai pas vu, mais, certainement pas loin des 80 à l’ heure.

  18. yp78

    @ mica, effectivement j’ai pensé à toi sur le sujet Dowsett car cette fois concernant le braquet, tu es surement dans le vrai pour cette tentative,
    Dowsett utilisait un 61 x 13 soit 9.99 m pour un 61 x 14 avec Victor Campenaerts soit 9.28 m, cela fait 0.71 cm de différence (assez importante) mais surtout un rpm de seulement 91 par mn pour 99 rpm pour le belge. Victor C avait réussi a maintenir le tempo dans la seconde partie de sa tentative alors que Downsett a plutôt faibli dans le dernier 1/4 heure.

    je pense que Ganna mettra tout le monde d’accord car il peut emmener du braquet en tournant assez facilement les 107-108 rpm, donc même avec un 61 x 15, il réalisera les 56.100 km/h dans l’heure

    • mica

      yp78: Merci pour les chiffres deDowseet que j’ avais déja donné.
      Pour Campenaerts , je ne les avais pas.
      Cela montre bien que les 2 ont largement exagéré dans leurs choix surtout Dowseet……..qui s’ est pénalisé sans le savoir . Dans une certaine mesure , je suis certain aussi que Campenaerts aurait pu faire bien mieux en réduisant son dév.
      Je sais que cela peut paraitre paradoxal car , au vu des chiffres , ils ont réalisé tous les 2 des perfs remarquables…..mais, je pense que pour un record de l ‘ heure il ne faut pas descendre au dessous de 105 à 108 tours par mn., disons 106. Le calcul reste simple……pour un record visé de 55000m/ h, il faut Braquet = 55000 / ( 106 x 60) soit 55000 / 6360
      = 8.64 m
      Voila qu’ el serait le braquet à préconiser……je ne serais pas intégriste et je dirai, certainement moins de 9m, il faut tenir compte de l’ altitude du Mexique…….je dirais aux environs de 8 m 80……un 58/ 14 me semblerait approprié, enfin, c’ est mon opinion…..plutôt, ma conviction !
      Merci , en tout cas de prendre part au dialogue…….toujours mieux que des pouces fussent ils levés…..là, je ne suis pas certain de ma conjuguaison ……..ni de mon orthographe!

  19. Wolber

    Mica, je suis rarement d accord avec tes convictions concernant les braquets des coureurs pros.
    Je considère , surtout pour un record de l heure que la fréquence de pédalage dépasse les calculs , les probabilités et les convictions.
    Dowsett avait du estimer à l entraînement sa ou ses fréquences de pédalage et probablement ressentir , préférer ou choisir de tirer plus gros. Voila. Tout ça lui appartenait surtout au paroxysme de son effort.
    Je n argumente rien, n oppose rien à tes convictions mais ne prendit aucun pouce. 🙂

  20. yp78

    @mica: pour les braquets si on rajoute 4 dents sur la couronne de pédalier cela correspond au retrait de 1 dent derrière donc le 58 x 14 équivaut au 62 x 15 , on est pas loin du même braquet estimé, bon il faut savoir que le départ arrêté sur la piste coute entre 7 à 10 secondes en fonction de l’intensité de ton départ (ce qui explique les petites variations de calcul).

    @wolber, en fait Dowsett avait estimé son plan de marche entre 93 à 94 rpm ce qu’il a tenu 45 mn , c’est à la fin qu’il s’est fané pour finir à 90-91 rpm sur 60 mn (2 rpm/mn c’est rien mais cela fait tout à la fin) il avait annoncé qu’il tournerait à 350-355 watts sur une heure (il se connaissait parfaitement tu as raison), ce qui donnait 55.100 km/h estimé , il savait aussi que cela n’était pas gagné d’avance, c’est encore plus à son honneur que de tenter quand même, bravo à lui.

    • Edgar Allan Poe

      107/108 tours/minute pendant 1heure…je demande à voir!
      Sur le papier, ou sur quelques kms, avec un vent dans le dos sur le plat ou en faux plat descendant, pourquoi pas. Mais quand il s’agit d’atteindre une vitesse optimale et de la maintenir sur ma durée, je suis sceptique.

      • yp 78

        la piste en pignon fixe n’est pas la route, cela n’est pas comparable, en scratch ou en élimination sur 20 à 25 mn (certes) mon garmin affiche un rpm compris entre 108 à 115 en fonction du braquet et de la vitesse moyenne de l’épreuve avec un max compris entre 126 à 134 et je ne suis pas le seul à tourner les jambes ainsi lors des épreuves.

        En route je tourne entre 88 et 94 rpm en fonction du parcours du vent etc….

  21. Wolber

    Merci YP78 pour les précisions du record de l heure.
    Je trouve aussi que ce sont t des fréquences très élevées.

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.