Le Giro terminé, on peut faire le bilan des enseignements de la course :

1 – La révélation Cunego et, de façon plus générale, d’une nouvelle génération de coureurs très prometteurs. C’est ainsi qu’on a vu sur ce Giro, outre Cunego, Popovytch et Sella qui se sont distingués. Ces trois coureurs étaient déjà adversaires dans les rangs juniors. Cette nouvelle génération de coureurs gés de moins de 25 ans semble donc très arriver très vite au sommet. Probablement en raison d’un vide entre la génération Simoni-Pantani et celle-ci (qui, des coureurs gés entre 25 et 28 ans, sont aujourd’hui au sommet? Sévilla, Aitor Gonzales, Heras, Beloki, Verbrugge, Merckx, Vandenbroucke semblent avoir montré leurs limites…).

2 – Cunego aura gagné un Giro comportant peu de CLM. C’est dans ce domaine que ses lacunes sont les plus importantes et pour cette raison, il y a encore un pas avant de pouvoir rêver au Tour de France. Cunego devra donc se tester sur un grand tour comportant davantage de CLM avant de pouvoir prétendre à la victoire sur le Tour. Tout reste donc à faire dans ce domaine.

3 – Développant 420 watts, Cunego possède un excellent rapport poids/puissance, au delà de 7 watts par kilo (son poids est de 58kg), ce qui le place dans la même catégorie que Pantani en montagne. Son taux d’hématocrite, variant naturellement entre 52 et 53%, est un héritage génétique, son père ayant un taux comparable.

4 – La fin pour Simoni-Garzelli? On peut raisonnablement croire que la passe d’arme entre deux générations se soit faite durant ce Giro, car avec l’avancée en ge, on voit désormais mal comment ces deux là pourront rivaliser avec ces excellents jeunes dans les années à venir… Un signe que la fin d’Armstrong et d’Ullrich, eux aussi de la génération de Simoni, est proche?

5 – L’Ukraine à la fête. On ne croyait jamais que Gontchar pourrait tenir en montagne, lui le spécialiste des CLM. Il a récemment perdu 3kg, ce qui a considérablement amélioré ses performances en montagne. Son équipe De Nardi, faible sur papier, a également surpris. Pour Gontchar, gé de plus de 30 ans, si seulement il avait maigri avant…

Popovytch, de son côté, aura finalement faiblit dans la seconde moitié du Giro. Il a notamment blmé une préparation physique perturbée durant l’hiver. Si on veut le croire, Popovytch a néanmoins des choix à faire pour 2005, son équipe Landboukredit-Colnago n’étant probablement plus assez forte pour le protéger efficacement, notamment en montagne.

6 – Les classements connexes : montagne, Wegmann, un jeune appartenant également à la nouvelle génération (on dit de lui que c’est un dur au mal!). Points (cyclamen), Petacchi, qui d’autres?! Intergiro, Illiano, un inconnu de La Flamme Rouge. Classement par équipe, Saeco, qui d’autres?!

Partager