Tous les jours, la passion du cyclisme

Le Tour de l’actualité

1 – Hey! C’est un Specialized Tarmac SL7 qui a gagné hier sur la 2e étape du Tour du Pays Basque…

…et je le répète, je ne travaille pas pour Spe. Aucun lien entre le monde du cycle et mon activité professionnelle.

Je me questionne juste sur les gains que confère l’usage de ce (type de) vélo.

2 – GP de l’Escaut aujourd’hui. Ca sera nuageux et surtout venteux en Belgique pour cette 110e édition (quand même! c’est la plus vieille des Flandriennes).

Ca se jouera au sprint, je n’ai pas de doute. Toutes les équipes y vont dans une telle configuration.

En effet, au départ vous avez les Philipsen (vainqueur sortant), Jakobsen (vainqueur en 2018 et 2019), Kristoff (vainqueur en 2015 mais n’a plus la même pointe de vitesse), Bennett, Groenewegen, Modolo, Bouhanni voire Bol.

Beaucoup d’équipes voudront donc rouler dans le final pour assurer un sprint massif. Le reste se jouera sur les détails: le meilleur train, le meilleur timing, le bon côté de la route, la bonne économie durant la course, le bon braquet lors du sprint, toutes ces choses-là.

Misez Philipsen ou son équipier Merlier chez Fenix.

3 – Tadej Pogacar

Il était furax envers Van Baarle à l’arrivée du Ronde dimanche.

Aucune raison de l’être.

Pogi et VDP ont laissé Van Baarle et Madouas rentrer, ce n’était pas la faute à ces deux là quand même.

Et Van Baarle et Madouas ont fait un sprint très réglo, sans changer de trajectoire, rien, très clean.

Pogi ne peut en prendre qu’à lui-même.

4 – Tadej Pogacar (bis)

Il a reconnu hier certains secteurs pavés de Paris-Roubaix, surtout ceux en fait qu’on retrouvera sur la 5e étape du prochain Tour de France.

C’est la raison officielle.

La raison moins officielle, c’est que Pogi pourrait disputer Paris-Roubaix dans deux semaines. Pour le cyclisme, ca serait d’un grand intérêt bien sûr. Pour Pogi, moins, car les risques sont quand même grands de se blesser sur chute. Et une fracture du fémur à trois mois du Tour de France, alors que tu viens de gagner les deux derniers, c’est moins bon pour tout le monde ca…

Pogi peut-il gagner Paris-Roubaix? Je suis sûr que oui. Pas un manche en cyclo-cross, celui-là.

5 – Tour du Pays Basque

Une vraie course dure, chaque année. Le Pays basque, c’est montagneux, c’est casse-patte, tu peux pas gagner le Tour du Pays Basque sans être en grande condition.

Chaque année, j’en fais mon jalon #1 pour savoir qui marchera fort sur les Ardennaises. Et chaque année, ca ne loupe pas.

Plusieurs coureurs canadiens y sont engagés: Woods, Houle, Duchesne, Piccoli, Cataford.

Auteur d’un excellent chrono sur la 1ere étape, Houle a surpris tout le monde hier en se mêlant au sprint en légère ascension pour terminer 4e de l’étape.

Wow!

Et les derniers hectomètres n’ont pas dû être faciles quant on voit un Remco Evenepoel s’arracher à bloc pour lancer son leader Julian Alaphilippe aux 200m. On trouve difficilement de meilleurs coureurs pour ce type d’arrivée, ce qui témoigne selon moi de la perf d’Hugo hier.

Faut pas s’arrêter là, faut continuer d’y croire, il tourne autour et Hugo va finir par nous en claquer une belle cette saison!

6 – Wout Van Aert

Pas de date de retour pour l’immense champion belge suite à son contrôle positif à la Covid (à quelque part, ca me fait drôle d’écrire « contrôle positif »!), mais Paris-Roubaix n’est que dans deux semaines.

On peut y croire. Ces gars-là sont des monstres.

7 – Circuit de la Sarthe

Popularisé au début des années 2000 par un certain Lance Armstrong et son « Road to Paris« , l’épreuve française souvent de préparation aux Ardennaises s’est élancée hier.

Quatre étapes, parfait pour augmenter sereinement sa condition, loin des grands projecteurs.

Victoire hier de Mads Pedersen, qu’on savait en forme. Plus intéressant, une deuxième place de Benoît Cosnefroy… un petit signe de ce qui s’en vient?

D’autres pointures sont dans la Sarthe cette semaine: Peter Sagan, Ganna, Pinot, Cavendish, Lampaerts, Viviani, Naesen. Sont pas là pour faire du tourisme, c’est clair.

8 – « Entertaining disk brakes« 

Chris Froome s’entraine actuellement à Ténérife et continue à vivre des moments pénibles avec ses freins à disque.

Comment lui reprocher?!

Je rappelle que les freins à disque Campagnolo sont encore à ce jour les seuls à ma connaissance à utiliser un système magnétique pour repositionner les pads de frein après le freinage, de façon à ce qu’aucun frottement résiduel ne subsiste.

Partager

Précédent

Specialized Tarmac SL7: le meilleur vélo du monde?

Suivant

Kristoff confirme

43 Commentaires

  1. vova

    Ah les fameux disques ! Pour compléter la vidéo de Chris Froome où l’on entend clairement comme un bruit de crécelle plutôt désagréable (surtout sur un vélo à plus de 10 000€), je suis récemment tombé sur une vidéo de AG2R Citroën Team (https://www.youtube.com/watch?v=VFkonyS3bXs). Au-delà de la mise en scène, je la trouve plutôt intéressante car révélatrice de nombreux détails qui ont leur importance en course.

    Déjà, pas de système Quick-Release sur le BMC TeamMachine. Une clé est donc nécessaire pour le changement de roue. En course, le coureur ne peut donc pas anticiper l’arrivée du mécano et enlever sa roue lui-même. Ensuite, une fois l’axe desserré et enlevé, il faut bien centrer le disque pour qu’il passe entre les deux plaquettes. Dans la précipitation, on a vite fait de s’y reprendre à plusieurs fois. Coûteuse en temps cette opération !

    La solution reste alors le changement de vélo. Encore faut-il que la machine de rechange située sur la voiture soit facilement accessible. Le coureur doit en plus récupérer bidons et compteur du vélo qu’il laisse sur le bord de la route. On est bien loin du changement de roue à patins réalisé en une dizaine de secondes maximum.

    Reste la question du bruit des disques. J’ai l’impression que c’est la course à l’innovation technique pour proposer un système sans nuisance sonore. Campagnolo sort l’artillerie lourde avec son système de rappel magnétique. Shimano, sur le nouveau Dura-Ace R9200, a augmenté l’écart entre les plaquettes de 10%. D’après l’équipementier, cela devrait prévenir l’apparition du bruits parasites. Certains coureurs font le choix d’équiper leur vélo de disques en 140mm à l’avant (contre 160mm en monte d’origine). Argument avancé, le disque est moins sujet au voile. D’autres préfèrent choisir des disques (voire des étriers) de la gamme XTR, l’équivalent du Dura-Ace dans la gamme VTT de Shimano.

    Et là, j’avoue que je suis perdu. Je roule désormais sur un vélo de route à patins équipé en Shimano Dura-Ace R9100. Venant du VTT, j’ai eu l’occasion de rouler en all-mountain sur des machines équipées en Shimano XT et XTR. Mon vélo de DH était équipé en Formula RX. Dans mon souvenir, je n’ai jamais eu comme Froome, à l’issue d’une descente, un bruit qui apparait parce que le disque a chauffé. Ce n’est pas faute d’avoir fait des descentes de pratiquement 1000m de dénivelé négatif avalées d’une traite. Comment expliquer que ces bruits parasites apparaissent en route et pas en VTT ? Qu’en pensez-vous ?

    • Edgar Allan Poe

      J’ai eu ces problèmes en VTT. Il suffit de solliciter un peu longuement les disques et de traverser une flaque d’eau pour que le choc thermique voile temporairement le disque, et que je doive supporter ce bruit de machine à laver pendant quelques kms.
      Je ne fais pas une course sur route sans entendre ce type de problèmes sur le vélo de mes adversaires.
      Je croyais que c’était Shimano qui avait mis au point un système d’aimantage des plaquettes, favorisant leur retour en place, à l’essai sur le dernier tour de France.

    • Wolber

      On aura vu sur le Tour des Flandres , un coureur de Wanty muni d une le btr pour pouvoir enlever sa roue et la donner à son leader Alexander Christof.

    • Les freins sont actionnés pendant des périodes beaucoup plus longues en courses de route , surtout quand ils descendent des kilomètres de montagne. En VTT, on fait du gros dénivelé mais en donnant des coups de freins très courts & secs…

    • vova

      @EAP, ce problème ne m’est jamais arrivé auparavant. Mais j’imagine bien qu’avec un disque chauffé après une descente et une flaque d’eau bien froide ou une traversée de rivière, il y a un risque de déformer le disque.
      En fouillant un peu sur le site de Shimano, je ne trouve pas de trace d’innovation concernant un système de rappel magnétique des pistons au niveau de l’étrier. Shimano parle seulement de cette augmentation de 10% de l’espace entre les plaquettes. Et trouvaille intéressante, les disques des gammes Dura-Ace (route) et XTR (VTT) sont identiques, dénomination RT-MT900. Ils bénéficient de la technologie ICE FREEZA supposée améliorer le refroidissement lors des freinages prolongés.

      @Wolber, on avait les porteurs de bidons, on a maintenant droit au porteurs de BTR !

  2. Wolber

    Fabien Doubey termine deuxième derrière Alaphillipe. Il roule sur un spécialized aussi . Je cours donc m en acheter un à 14500 euros.

    Pocagar à Roubaix , ce serait bon pour le cyclisme.. Merckx ne se posait pas de question et Hinault n y est plus retourné après l avoir gagnée. Quand à Laurent Fignon , rien ne le rebutait. On le sait.

    Van Aert , j ai dans l idée de le voir en grande forme à Paris Roubaix. L abscence de compétition n étant plus qu une conception arriérée qui puisse nuire à la performance.

    Froome , et bien il fonce chez Cyfac qui lui livre des cadres carbone à patins aux couleurs de ses Factor.

    • Pour 10 000, tu peux t acheter celui de MVDP.

      Plus sérieusement, il y a Cyfac mais également Alpha Bike pour ceux qui ne veulent pas des disques !

      https://www.alpha-bike.fr/3-velos-complets

      • Wober

        Euh le Tunder à disques , ça ne serait pas un Specialized…😊 des fois…
        L ultimatum en vert en vraiment chouette, vraiment. Je le préférais en Shimano .

        Je connaissais pas ces velos mais je crois qu ils montaient des roues carbone.

        J imagine, et espère que le proprio de cette marque gagne décemment sa vie en rapport des prix pratiqués. Et comme il n entretient pas des équipes pros tout redevient acceptable.
        Mais attention , un velo à 3999€ , ça n est pas rien , hein!!!

      • Edgar Allan Poe

        Eric, il y a longtemps que j’envisage d’acheter un cadre chez ces Grenoblois dont le show-room à Bg d’Oisans m’attire à chaque passage dans ce haut-lieu du monde cycliste. Par contre, je n’ai jamais eu aucun retour. Pourrait-on échanger par messagerie perso, pour ne pas saturer LFR et ennuyer les lecteurs ?
        Tu travaillez chez Alpha ? 😂😂

      • Non, je ne travaille pas chez Alpha.

        L idée ne me serait pas venu de faire la promotion d une marque mais Laurent semble vouloir jouer, alors je joue. Tant que mon Canyon ULTIMATE CF SLX (groupe mécanique 11v et freins à patins) ne cassera pas, je le conserverai, même plus de 20 ans s il résiste.

        Mais si je casse mon vélo, j envisagerais également un Alpha.

        J ai un copain qui a acheté un Alpha et qui en est très content. Je t enverrai ses coordonnées par mail ce soir. Après, il n a pas le même âge ni le même usage que toi même s il est très costaud pour son grand âge.

        Attention au poids quand même… en-dessous de la norme, c est du dopage mécanique. Après, je n ai jamais vu un organisateur de course non pro peser les vélos.

        Il faudrait que LBA en teste un… Si l Alpha résiste plus d un mois, c est qu il peut faire 10 ans pour nous sans problème 🤣😂🤣😂

      • Le copain a acheté son Alpha à Grenoble en haut bd Jean jaures près Isère.

    • Le vélo qui s est promené le plus rapidement en montagne et qui détient toujours le record de la montée de l Alpe reste celui ci :

      https://www.topvelo.fr/le-bianchi-de-marco-pantani/

      Nonobstant le dopage sanguin qui existe toujours mais sous une forme différente, c est la preuve indiscutable que le matériel reste secondaire et que les progrès qui nous sont vantés depuis 25 ans, chaque année, sont relatifs.

    • Puis faire la promotion d une marque de vélo à un tarif abordable (attention, comme le dit Wolber, 3800 euros, ce n’est pas rien) face à la communication surpuissante et envahissante de Spé, c est déjà faire acte de résistance politique pour dénoncer la gentrification* du vélo.

      Concept dont la paternité te revient EAP.

      • Edgar Allan Poe

        Je fais un parralèle entre mon job et la vente « forcée » du matos vélo de nos jours.
        Dans mon job, j’ai souvent droit à la présentation de power-point faite la main sur le coeur pour m’expliquer qu’une nouvelle organisation va nous apporter des gains d’efficience énormes, dégager du temps pour les employés, et nous permettre d’être donc plus performants. Et si ça se met en place, c’est que ça marche!
        Dans la grande majorité des cas, l’efficience n’est pas au rdv, la nouvelle orga entraine maints cafouillages, et des situations à récupérer avec les usagers/clients. Donc, plus de boulot qu’initialement, et une perte de maitrise de la situation dans le temps. Une perte de sens aussi.
        On en est un peu là avec les freins à disque. Les pros…passons encore. Mais obliger des millions de cyclos, de coursiers amateurs ou de pratiquants du dimanche à souscrire à ce mode de freinage pour au final ne rien gagner, c’est de l’arnaque pure.
        Quelle efficience va apporter le frein à disque à un gars qui fait deux sorties par semaine seul ou avec ses potes par météo clémente qui plus est ? Le freinage à patin est maitrisé depuis des décennies. Les évolutions récentes (patins adaptés précisement aux types de jantes, Direct Mount, zone de freinage au profil « balles de golf ») ont permis un net gain d’efficience sans conséquences négatives. Les freins à disque ont généré de multiples problèmes irrésolus après pourtant plusieurs années d’existence, comme le disent Froome et Vova.
        Quel est le bénéfice au final, en dehors de celui de remplir les poches des fabricants ?
        Je pourrais dire la même chose de l’electrification des dérailleurs. Pas encore maitrisée. Cela fait deux ans que j’ai des problèmes avec un SRAM etap. Dérailleur arrière changé en décembre, reparti récemment en SAV : un ressort est sorti de son logement, quand je pédalais tout simplement!
        Le rapport bénéfice/risque est largement négatif. Car en plus, le SAV ne se presse pas pour intervenir. Donc si un ami ne m’avait pas prêté un dérailleur, je n’aurais pas pu rouler de 3 semaines car avec un électrique, on ne prend pas un dérailleur lambda pour se dépanner. Et vu le prix, les marchands de cycles ne les ont pas forcément en stock.
        Pour un gain au final totalement dérisoire.
        Bref, on nous prend pour des cons…sommateurs !
        Et j’en ai marre.

      • Edgar Allan Poe

        C’est déjà une somme 3800 balles.
        Mais j’en suis à un point où le principe d’avoir un interlocuteur local en cas de problème, et un vélo qui m’évite les emmerdes à répétition…je souscris !
        Et comme tu le dis, si je roule 10 ans avec, ça le fait.
        Le prix n’est pas non plus un gage de sérénité mécanique…

  3. Edgar Allan Poe

    3/ Pogacar était mauvais à l’arrivée contre Van Baarle. Je crois qu’il était surtout frustré de n’avoir pas gagné et de s’être fait battre tactiquement alors qu’il était le plus fort, c’est indéniable. Ses relais semblaient plus costauds sur la fin que ceux de MVDP. Marrant qu’il faille que ce dernier ait à faire à un extra-terrestre pour qu’il daigne mettre son panache et sa fierté en veille. Disons qu’il s’adapte.
    Les réactions à chaud sont parfois surdimensionnées après de tels efforts. Ça montre aussi qu’il a un caractère.
    Un DS d’UAE est quand même allé voir les commissaires, on ne sait jamais, ça aurait pu marcher !
    6/ WVA : tu es optimiste Laurent. À ce niveau de compétition, c’est pas gagné pour lui
    7/ Sagan termine dans les 60 hier. Un jour, il faudra répertorier les étrangers échoués en France, et à l’inverse, les Français qui explosent à l’étranger. Juste un constat!
    8/ est-on sûr que ce sont bien ses freins qui couinent, et non pas sa prothèse de hanche et ses articulations broyées il y a quelques années ? 😁

  4. Edgar Allan Poe

    J’ai d’énormes doutes par rapport à ces perfs, mais je reconnais que le gamin sait reconnaitre ses fautes, ses erreurs ( Evenpoel peut prendre exemple) et qu’il ne présente pas cette image de coureur formaté par le Dir Com de l’équipe ou du sponsor !
    Ceci étant, vu la stature qu’il a pris en …2 ans, c’est lui LE BOSS, et il fait ce qu’il veut.
    Un Sagan d’avant Covid, version surdimensionnée.
    Et pour qui aime les attaquants, il a la gniaque, pire que Contador, et dans la lignée des MVDP/WVA. Sur le terrain même, c’est une belle génération.
    On connaitra peut-être la Dark Side Of The Moon plus tard.

  5. Bien d’accord avec toi Laurent, Pogacar n’a aucune raison de perdre son cool avec Van Baarle, c’est lui même qui s’est foutu dans la mardouille avec son petit jeu de « cadet »…
    D’ailleurs, toutes mes félicitations à Van Baarle, il aura rendu le sprint final d’autant plus excitant !

  6. Pensée amicale à Mica…

    Les coureurs ont choisi de sprinter assis pour se disputer la deuxième place derrière Alexander Kristof, vainqueur en solitaire du Grand Prix de l Escaut.

    Comme quoi ils savent faire les deux et sont capables de choisir en fonction des conditions.

    • Wolber

      Sur le Tour des Flandres , Madouas et Van Baarle lance leur sprint en danseuse et finissent assis…comme quoi après 270 bornes , ç est comme on peu , avec ce qui reste

  7. Hey ! C’est un Cube qui gagne aujourd’hui sur le Grand Prix de l’Escaut…

    🤣😂🤣😂

    • noirvélo

      J’allais l’écrire … eh bien je l’écris ! je rajoute qu’un « CUBE » a aussi gagné Gand Wevelgem , pourtant un cube ce n’est pas très « aéro » … 🤣

  8. missbecaneenfolie

    La gang de la flammerouge est enragée avec autant de commentaires. Plus que ça, on n’aura pas le temps daller pédaler! Bravo au retour de Laurent comme Phénix sorti des braises, on est tous là pour souffler mais inutile, il est crinqué ce mec. Bravo!

    Freins à disque sur vélo de route: horreur et tout a été dit.
    Beaucoup de fashion victims sont constatés.
    Une molécule d’huile sur le disque et la contamination: la faute au coronavirus?
    Un regard russe hostile sur le disque et va tout croche en hurlant comme un cochon vers l’abattoir?
    Passons et concluons avec l’écriture de sagesse:  »regarde passer les B-sicks mon gars »! Tiens, justement Hugo Houle en 4è position au sprint montant. Yes!

    Mais la tige télescopique alors?
    Prévoir mal de coeur à baisser et monter, ensuite la question de sécurité qui arrivera mais prévisible de sa venue pour les longues descentes dans les cols. Autre emprunt au vélo de montagne! Jamais utilisé en vélo de descente (paradoxe?) à ce jour. Mais prochaine étape sur les vélos de route pour étape spécifique. Encore Mohoric en avant-garde!

  9. noirvélo

     » Le retour de Laurent c’est comme le retour de Tim Declercq en tête de peloton  » … 😉

  10. noirvélo

    3° C’est normal que Tadej conteste … Il a un statut à présent et n’est pas dépourvu de caractère pour faire tout ce qu’il fait , même apparemment « facilement » … A chaud c’est normal sa réaction et c’est presque puéril de la part d’un « encore gamin » , il y croyait après 260 bornes et on doit le reconnaitre , il était le plus fort , mais …. Et puis , libre à lui de passer à sa gauche sur la chaussée , il y avait un boulevard !!! … Rester dans les roues et croire que ça va passer , eh bien non , si tu veux te faire remarquer bonhomme , tu passes à gauche , tu es seul et personne ne t’embête … Tu le sauras la prochaine fois … et tu n’es pas le seul !

    • Edgar Allan Poe

      Possiblement, le vent venait de gauche. Car Van Baarle double Madouas par la droite. Le cas échéant, ce n’était pas le choix qu’il fallait faire. D’où l’hypothétique hésitation du Slovène?

      • C est presque certain que le vent venait plus ou moins de de la gauche.

        En tous cas, c’est parce qu’il le pense que MVDP choisi le côté droit de la chaussée.

        MVDP laisse un trou de souri sur la droite dans lequel s engoufre crânement Madouas (au risque de finir dans les barrières) et Van Baarle choisi avec prudence le côté au vent, à gauche.

        Pogacar se retrouve coincé entre les deux et ne peut plus déboiter, ni d un côté, ni de l autre.

        La ligne arrive déjà, terminé, rideau, fin de course…

        Pogacar ne peut que regretter de les avoir laissé rentrer ou de ne pas avoir pris le sprint en main en déclenchant quelques secondes avant MVDP.
        Il a quand même bien tenté sa chance en refusant de mener et en mettant la pression sur MVDP. Il n était pas favori contre MVDP alors il joue un peu et prend un risque qui n a pas payé. C est le jeu et c est bien qu il ait joué. Il en gagnera d autres. Pour gagner, il faut savoir prendre le risque de perdre

      • Quand même, quelle prise de risque et quelle précision de la part de MVDP. Il retarde son sprint au-delà du raisonnable et démarre pil poil. Il n a même pas tremblé. IMPRESSIONNANT

        Lui aussi à pris le risque de perdre pour gagner. La réussite en +.

      • Wolber

        Le vent venait de la gauche. Alors pourquoi Van Der Poêl roulait sur la droite de la chaussée?

      • noirvélo

        Tu fais le choix d’avoir de la place à gauche et d’être plus fort que le vent pour prouver que tu es plus fort que les autres … Sinon tu emmènes le sprint à l’abri du vent bien à droite … Comme quoi , le cyclisme est aussi un « sport cérébral » quelque part , réfléchir quand tu n’as plus les cannes et décider dans le 1/10 de seconde , de ta victoire ou de ta défaite … 😅

      • Ce n est pas tout à fait cela Noir Vélo.

        Si tu es en CLM, tu cherches à t abriter du vent avec le public et les barrières.

        Si tu es en ligne, tu cherches au contraire à empêcher l adversaire de s abriter dans ton sillage et tu cherches à l obliger à doubler au vent.

        S il parvient à te remonter, tu te retrouves à l abris du vent.

        La réflexion est très simple, il suffit de choisir le bon côté et de s y tenir. Chez les pros, j’imagine que des membres de l’équipe sont sur la ligne et indique au coureur le meilleur côté.

        S il y a un virage comme au Grand Prix de l Escaut, c est encore plus simple, il suffit de prendre l intérieur.

  11. Edgar Allan Poe

    Schématiquement, si le vent vient de gauche, il faut rouler au maximum à droite pour :
    1/ n’abriter personne qui pourrait te doubler par la droite
    2/ obliger toute personne qui veut te dépasser (obligatoirement par la gauche) à produire un effort conséquent et à t’abriter du vent s’il monte à ta hauteur.
    Je ne sais pas si je suis clair : un schéma prévaudrait.
    Il me semble qu’au tout début du sprint, juste avant le retour de Van Barre/Madouas, Pogacar cherche l’ouverture à droite.
    MVDP l’a fait au métier !

    • J ajouterai que le cycliste un peu vicieu qui est contraint d emmener le sprint peut laisser un trou de souris entre lui et la barrière qu il prendra soin de boucher une fois le sprint lancé.

      MVDP a quand même failli se faire avoir par Madouas qui rentre parfaitement dans le trou de souris. Malheureusement, Madouas n avait plus les jambes et MVDP a largement le temps et la place de refermer l espace entre lui et la barrière. Du grand art

      Lorsque MVDP ferme la porte entre ouverte entre lui et la barrière, Van Baarle tente d attraper le sillage de MVDP (geste naturel propre à tout cycliste) et contraint Pogacar qui est piégé à arrêter de pédaler.

      L ont peut également dire que même si le vent ne vient pas par côté, il est toujours préférable de choisir un côté de la route que d’emmener le sprint pleine ligne. Tu limites le nombre d adversaires qui peuvent te doubler car certains se retrouvent coincés contre la barrière et tu en obliges d autres à faire un grand tour et perdre de précieux centimètres.

      Seul Cipolini et quelques très grands sprinter choisissent la pleine ligne. Selon moi, cela signifie, je suis le plus fort et le plus rapide et également mon lanceur et mon train d équipiers sont également les plus rapides. Je n ai pas besoin d enfermer mes adversaires et, de toute manière, si tu me double d un côté, je te redoublerai de l autre…

      • noirvélo

        Tout à fait !!! lorsque tu as les cannes et la « gnac » c’est pleine ligne à fond et pas jouer « petit dans le ruisseau » !!!

      • Beaucoup de présomptueux qui pensaient avoir la gnac et les cannes y ont laissé leurs illusions.

        Raison pour laquelle la plupart des coureurs choisissent un côté et s y tiennent.

        Il y a également les coureurs dangereux pour lesquels tu ne sais jamais de quel côté ils vont finir leur sprint.

    • Wolber

      Si, si ç est très clair EAP, cependant avec un vent de côté gauche et un client comme Pocagar ds la roue depuis plusieurs centaines de mètres , il fallait que VDP se sente très fort pour ne pas aller chercher l abri du côté gauche de la route. A moins que le vent ne soit pas si gênant que ça..
      J avoue être partagé .

      • Edgar Allan Poe

        Justement, il enclenche son sprint sur la droite, en laissant miroiter un trou de souris de ce même côté droit à Pogacar, qu’il aurait fermé si le slovène avait fait le choix de s’y engouffrer comme l’a dit Eric. Il a été bon sur ce coup. Meilleur que le Slovène.

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.