Tous les jours, la passion du cyclisme

La classe MVDP!!!

BANG!

La classe Mathieu Van Der Poel, premier maillot rose de ce Giro d’Italia.

Mal placé au pied de l’ascension vers la ligne d’arrivée, trois sprints pour se replacer et un sprint d’enfer, façon Tour de France 2021, avec au bout le premier maillot rose de ce Giro.

Magistral Van Der Poel!

Le gars est allé très, TRÈS loin dans l’effort. 202 puls/min sur la ligne, près de 480 watts sur 8min pour aller chercher la gagne.

Exceptionnel!

Tout le monde l’attendait, il livre la marchandise.

La marque des grands champions.

Respect.

Il se dépouillera aujourd’hui dans le chrono pour garder le maillot.

Et ce Biniam Girmay, quel coureur! On va reparler de lui, je vous le confirme. Et c’est tant mieux pour le cyclisme africain.

La chute Caleb Ewans

Rien à redire, il ne peut s’en prendre qu’à lui. Faut savoir piloter son vélo.

Partager

Précédent

Un Giro en demi-teinte?

Suivant

Un beau week-end de sport

42 Commentaires

  1. Wolber

    Alors , autant je m’attendais à voir Dennis limiter la casse sur le dernier clm du Tour de Romandie , autant je n imaginais pas voir Ewan jouer les protagonistes de cette 1 ère étape ..jusqu’à quelques mètres de la ligne d arrivée.

    • noirvélo

      Ewan est un guerrier , il ne lache rien , c’est un pur sprinter mais « pas que » , il sait se faire mal dans les bosses contrairement à d’autres qui se considèrent comme « bons sur le plat » et qui ne s’entrainent visiblement pas dans les coups de cul , du moins pas suffisamment !!

      • Wolber

        Noirvelo, peut être évoques tu Demare? Lui , au regard d une fin d étape au Tour de Belgique, il y a quelques temps déjà, je le voyais bien faire une belle fin d étape, hier.

      • f6210

        @noirvélo : « Ewan est un guerrier »… non ! La guerre, hélas la vraie, c’est en Ukraine, au Yémen, en Erythrée, etc mais pas sur le Giro. Merci de trouver des homonymes (« dur au mal » mais c’est le cas de la quasi-totalité des coureurs pro de vélo, non ? :;-)

      • noirvélo

        @ F6210 !
        stop !!! on ne va pas faire de politique ! de tous temps il y a eu des guerres et depuis très longtemps les coureurs qui se mettaient dans le dur , qui faisaient acte de courage , d’abnégation , étaient qualifiés de « guerriers » par les collègues ou par les experts du vélo . C’est un terme couramment utilisé et je ne vois pas en quoi les conflits de par le monde , aussi scandaleux et inutiles soient-ils , puissent nous interdire d’utiliser les bons mots pour les bonnes personnes … Il n’y a ni insultes , ni réflexions ironisantes .

      • Edgar Allan Poe

        Oui… on connaît tous des gars comme ça, hein… qui ne lâchent rien, mais qui ne voient plus la route. Ewan est un spécialiste, récidiviste. On a un cas un peu similaire en France, convalescent.
        J’aime pas savoir la présence de gars comme ça à mes côtés dans le peloton.
        Hier, heureusement qu’Ewan est entrainé vers l’extérieur du virage et que le sprint n’est pas trop serré. Sinon, c’était 50 gars qui mangeaient du bitume!
        J’emploie fréquemment le terme « guerrier ». C’est une hyperbole. Une forme d’exagération, quasiment une adynaton… Mais tellement comparable, dans la préparation et quand il faut partir  » le couteau entre les dents » sous la flotte. Je n’y fais pas attention. D’autres me choquent, comme lorsque des gens se disent  » pris en otage » lors d’une grève qui leur empêchent d’accéder aux services souhaités…

      • marius

        Merci @EAP de me faire connaître l’Adynaton, j’adore les lettres, mais ce n’est pas ma formation. Je suis l’exemple même de l’erreur d’orientation 😅.
        Donc, des exemples d’Anynaton que tout le monde connaît.
        Quand les poules auront des dents.
        Tu me l’as répété 1000 fois.
        Un vent à décorner les bœufs (ça marche aussi avec les cornutos ?😅).

      • f6210

        @noirvélo : j’ai bien compris qu’il n’y avait pas d’insulte dans ton commentaire. Simplement, les termes guerriers employés dans le sport (qui ne devrait être qu’un divertissement et non un report du nationalisme sous une autre forme) me dérange (mais encore plus dans la bouche des journalistes) et je t’en ai fait part, sans plus.
        Par contre, je ne vois pas pourquoi tu dis « on ne va pas faire de politique » ? Le français est quand même assez riche pour pouvoir y trouver les bons termes, non ?

      • marius

        Mon prof d’Anglais m’avait dit il y a peu, que pendant longtemps, c’était la langue française qui était utilisée pour rédiger le texte original des traités internationaux.
        La raison, la richesse lexicale qui permet d’éviter toutes interprétations.
        Ce n’est plus le cas je pense, aujourd’hui.

  2. noirvélo

    C’est incroyable comme le capital confiance augmente lorsqu’on en a claqué une belle il n’y a pas longtemps , Biniam en est la preuve « très vivante » , il s’en est fallu de peu pour qu’il se pare de rose !!!

  3. marius

    A propos du marasme du cyclisme Italien professionnel, et pour rester en phase avec le Giro, je partage ici une interview du directeur sportif de la Bardiani, équipe Pro Continentale Italienne.
    Toute coïncidence avec une autre fédération, serait évidemment fortuite.
    Voici le lien en italien.

    https://www.tuttobiciweb.it/article/2022/04/29/1651241058/crisi-ciclismo-italiano-bruno-reverberi

    Bruno Reverberi.
    Il y en a qui croient que le problème c’est le manque d’équipe du World Tour, mais ça n’a rien à voir ! Le problème vient de la base : il y a de moins en moins de coureurs qui arrivent au professionnalisme, il y a toujours des gamins qui font du vélo, mais après on les perd en chemin, car il y a de moins en moins de clubs . Dans ma région, par exemple, il reste deux clubs amateurs : Beltrami TSA et #inEmiliaRomagna. Il y a dix ans, il y avait encore une bonne génération d’amateurs, aujourd’hui des coureurs qui n’ont jamais rien gagné ou presque viennent à nous, et pour avoir un line-up compétitif, nous devrions pratiquement réunir les trois groupes professionnels italiens pour en faire un solide. Une grappe de raisin ne peut pas remplir un tonneau, et vous ne pouvez pas espérer que cela se passera comme la Slovénie, qui a produit des champions avec seulement deux millions d’habitants.

    Les causes sont donc à rechercher dans les catégories jeunes ?

    Bruno Reverberi.
    A une époque, le système était basé sur des clubs qui n’hésitaient pas à courir loin, le dimanche, car dirigés par des passionnés qui acceptaient, eux et leurs familles, de sacrifier leur temps pour former ces jeunes. Ici à Cavriago, par exemple, il y a une cinquantaine de garçons et de filles qui font du vélo, sauf que ceux qui gèrent les clubs de la région, sont principalement des gens de mon âge, issus d’un cyclisme d’autrefois. Le monde a changé : il est plus difficile pour un président de club et éventuellement sa femme ou sa compagne de payer de sa poche pour emmener courir les jeunes, voir débutants à 400 km de chez eux. Les choses vont un peu mieux chez les amateurs car, car les accompagnateurs touchent un petit salaire et sont prêts à sacrifier leur week-end. Et le seul qui n’a pas compris ça semble être la Fédération de cyclisme italienne, la FCI.

    Que doit faire la FCI ?

    Bruno Reverberi.
    Aider et faciliter la vie des clubs, c’est certain. Les coûts d’affiliation et d’adhésion augmentent, puis demandez vous ce qu’ils font avec l’argent et celui qu’ils reçoivent du CONI. La moitié s’en va pour payer les employés. Mais si vous voulez contacter quelqu’un, c’est très difficile en dehors de ses numéros gratuits. Le mal du cyclisme italien, en plus de ne pas avoir compris à quel point la société a changé, est l’excès de bureaucratie: pour organiser une course 1-2-3-Juniors, il existe des procédures aussi complexes que pour courir en Formule 1. Enfin, je mentionnerais l’utilisation qui ait faite de l’équipe nationale : dans des courses comme le Giro di Sicilia, les azzuris doivent permettent aux U23 de se mettre en valeur, pas qu’ils permettent à Caruso de gagner. C’est donc un préjudice pour nous et pour le Continental.

    A propos de vous : en tant que patron de Bardiani Csf Faizanè, quelle est l’une de vos principales difficultés ?

    Bruno Reverberi.
    En plus de ce qui a déjà été dit, être une Pro Team vous met dans une situation difficile au niveau du calendrier : chaque année vous peinez à pouvoir participer aux meilleures courses, et d’ailleurs je remercie RCS Sport pour les invitations au Giro. Signer des coureurs italiens de haut niveau est un exploit : j’ai essayé d’en obtenir un de la QuickStep il y a deux ans, vous savez ? Avec nous, il aurait pu aspirer à des résultats personnels, au lieu d’un rôle d’équipier au service de leaders étrangers que l’équipe a intérêt à voir gagner. Nous lui avons même offert le double de ce qu’il a obtenu là-bas! Mais alors est venue la question « Où pourrais-je courir avec la CSF ? Et évidemment, il n’a pas signé.

    • Merci Marius pour la traduction de cet article intéressant.

      • marius

        Merci Éric, pour aller plus vite, je me suis juste contenté de corriger l’IA de Google translate 😉.
        Mais c’est du taf 😅.
        Donc pour résumer, des gosses qui font du vélo, y’en a , mais c’est plus compliqué pour eux de faire des compétitions, qu’avant. Du coup, moins de club, moins de courses, moins de top coureurs au sommet de la pyramide. C’est vrai en Italie…et en France, on en est pas loin.
        Il faut trouver des financements comme dans le football, ou les clubs pro, versent une redevance, aux clubs qui ont formés le footballeur.
        Mais bon, il y a beaucoup plus d’argent dans le foot., grâce aux droits TV, inexistants dans le vélo.

    • Edgar Allan Poe

      On pourrait presque faire un copier/coller du paragraphe « que doit faire la FCI?  » et l’appliquer à la FFC.
      En octobre, organisation d’une journée de cyclo-cross par mon club : 300 participants, des débutants aux séniors. 10€ l’inscription. 300€ pour le club, 2700 pour ma fédé. Certains présidents parlent de racket! Du coup, on commence à voir des coûts d’inscription à 15€. C’est un budget pour un jeune qui va faire 30 courses dans l’année, en plus du reste à dépenser pour assurer une saison.
      Demain, je cours en FSGT (j’alterne entre FFC/Cyclos/FSGT) : 5€ l’inscription, une boisson une fois la ligne franchie.

      • Edgar Allan Poe

        Je viens de lire ton dernier post. La Fédération et ses antennes régionales sont gérées par des potentats locaux qui n’ont pas forcément d’intérêt à ce que les choses changent.
        Sur le World Tour, Tinkov, un peu fou, mais pas mauvais en affaire, avait avancé des idées. Mais qui obligeaient en quelque sorte à faire sécession. C’est un problème : comment changer le logiciel en interne ?
        Il n’y a pas d’économie du vélo. C’est malheureusement un danger, à l’heure actuelle.

    • L Italie est actuellement 4 ème nation en cyclisme.

      Le classement fait apparaître des nations (autres que la Slovénie) qui ont à ma connaissance assez peu de licenciés et une faible densité de cyclistes sur leur territoire (Australie)…

      https://todaycycling.com/classement-uci-au-1er-mars-tadej-pogacar-et-uae-team-emirates-numeros-1-mondiaux/

  4. Wolber

    Aujourd’hui un clm de …9, 2 km comme étape du Giro .
    Est ce un long prologue couru le deuxième jour?
    Doit on appeler ça une étape Clm?
    Quel est l objectif des organisateurs au vu de la distance parcourue?

    Mathieu devrait pouvoir garder son maillot rose.

    • Un CLM court, couru le deuxième jour et qui a créé des gros écarts sans prendre le risque de mettre des coureurs au tapis. G Martin termine à 45 secondes. Le suspens reste entier avant l Etna.

      Un format court et explosif. Perso, je trouve l idée géniale.

      C est un début de Giro enthousiasmant.

  5. marius

    Ce Giro ressemble à 2019 en ce qui concerne le match entre Simon Yates et Richard Carapaz.
    En 2019, sur le CLM Bologne Bologne de 8km avec un final en bosse (plus long).
    Yates fait 2ieme derrière Roglic, mais devance Carapaz de 28 secondes.
    En 2022, Yates remporte le CLM de 9,2 km et devance Carapaz de 28 secondes.
    En 2019 à l’arrivée 3 semaines plus tard,
    1er Carapaz
    8 ieme Yates
    Romain Bardet aussi est en grande condition, il devance Richard Carapaz de 4 secondes.
    A noter le très bon temps de Vincenzo Nibali à 19 secondes de Yates, certes, moins bien qu’en 2019.

    Simon Yates, a les watts ou le bon rapport w/kg, c’est certain.
    Maintenant, pour s’imposer à Vérone, il devra tenir les 3 semaines, sans jour sans, comme sur le Giro 2018 au col des Finestre ou sur le Giro 2019 lors du Clm de Saint Marin sous la pluie).
    Bref, prochain jalon, mardi sur les pentes de l’Etna, une montée régulière, qui demande de la puissance.
    En 2018, Simon Yates et son coéquipier Chavez, avaient écœuré les Pinot, Dumoulin, Carapaz, Froome. Sur les pentes de l’Etna, mais pas la même montée.

    • Comparatifs très intéressants !

    • Je n avais pas vu que l Etna était monté par ce versant.

      Cela peut même passer pour MVDP.

      • marius

        Ce n’est pas le versant de l’Etna le plus raide. La montée est relativement régulière et la sélection se fera par l’arrière. Si MVDP est motivé pour garder le rose, ce sera un bon test pour lui.
        En 2019 au Tour de Sicile, Guillaume Martin s’y était imposé en solitaire. Mais bon, pas la même adversité.

    • L histoire se répète…

      Yates, à nouveau un jour sans sur une grande étape de montagne 😉

  6. Edgar Allan Poe

    Yates, au Giro, c’est le retour d’Alex Zulle 98…

    • Parfois inconstant mais un sacré client pour le classement général.

      Sans WVA, il remporte Paris Nice 2022 devant Roglic.

  7. U.

    480 Watt sur 8 min ? Ca fait bcp non ?

    • En heure creuse ou en heure pleine 🤣😂🤣😂

      https://calculis.net/watt-heure

    • Edgar Allan Poe

      Yates est donné à 59 kgs. Gageons que ce soit son poids de forme. Ça fait 8 minutes à plus de 8,1 W/kg. Evenpoel était donné à environ 10W/kg sur son effort d’une minute dans la côte de la Redoute. Il fallait être à environ 7-7, 5 W/kg sur les côtes suivantes de LBL.
      À noter qu’il n’y avait qu’un seul effort à produire samedi. On peut estimer, « à la louche » que les performances sont proches…

      • Edgar Allan Poe

        Il fallait être à 7-7, 5 W/kg pour passer les dernières côtes de LBL avec les premiers.

      • marius

        7 – 8W/kg. Ce sont des valeurs énormes sur un temps aussi long. A ne pas confondre avec les valeurs des sprinteurs surtout sur piste, mais qui durent quelques secondes.

      • Yates a fourni un effort maximal sur moins de 12 minutes et Remco Evenpoel a fourni un effort a intensités irrégulières sur 06H12min.

      • C’est un peu comme comparer les vitesses de course entre un 5000m et un train.

      • vova

        Sauf erreur de ma part, les 480W font référence à la puissance développée par MVDP et non Simon Yates. D’après les valeurs que l’on trouve çà et là, MVDP est annoncé avec une masse de 75kg. En considérant qu’il est un particulièrement affûté à l’entame de ce Giro, on va considérer une valeur de 72 kg. Ce qui donne 6,7 W/kg pendant 8 minutes (ce qui est bien plus raisonnable que les 8,1 W/kg mentionné par EAP). À mon sens on se rapproche d’un effort à VO2 max, avec une puissance juste en dessous de la PMA. Et cette valeur n’a pas grand chose d’étonnant. Surtout si on considère que MVDP a compté ses coups de pédales sur le début de l’étape.

        D’après le site Lanterne Rouge qui s’est penché sur les séances d’entraînement de MVDP, celui-ci a réalisé lors d’une sortie 4×4′ à 500W suivi de 5′ de récupération puis 12′ à 460W. Le genre de sortie bien spécifique à un finish d’étape 1 du Giro 2022 !

        Pour comparaison (et toujours selon le site Lanterne Rouge -https://lanternerouge.com.au/2022/03/26/top-10-climbing-performances-in-2022-so-far/ ) en début de saison sur le Gran Camino, Michael Woods a été flashé à 7,7 W/kg pendant 7 minutes. Alors Woods, crédible ou pas crédible ?

      • Je voulais dire un trail….

  8. Edgar Allan Poe

    Oui… et non, Eric.
    Oui, car l’effort n’était pas le même, dans sa durée et dans la répétition des difficultés.
    Non, car Evenpoel aura été à l’abri dans le paquet pendant des kms et des kms avant de produire son effort. Il aura d’ailleurs, bien normalement et sans tricherie, bénéficier de l’effet d’aspiration très très important dans un peloton, effet fourni à la fois par les coureurs qui le précédaient et ceux qui le suivaient…
    De la même manière, je pourrais rétorquer que Yates avait couru une étape la veille. Pas Evenpoel sur LBL.
    Comparaison difficile.
    Perso, je suis toujours meilleur le deuxième jour.
    Bon, Evenpoel à LBL, Yates à Budapest, ça reste des perf hors normes, à faire rougir Armstrong.
    Yates a déjà été suspendu.

    • Oui…

      Mais tant qu à faire des comparaisons, autant comparaître de exercices similaires, non ?

      Des chronos courts qui se termine par un pétard, ce n’est pas ce qui manque que ce soit sur le Giro ou sur le prologue du tour de Romandie 2021.

  9. Edgar Allan Poe

    Intéressant Vova. Merci. Je reprenais les chiffres fournis par U.
    De toutes façons, au delà de 450 watts sur 10 minutes, on bascule dans un autre monde. L’été dernier, Pogi a fait + de 400 sur plus d’une demi heure.
    Evenpoel à 10watts/kg pendant une minute, c’est enorme, mais intrinsèquement, ça ne fait que 600 Watts.
    Que dire…? Woods, je n’en sais rien. Ce que je sais, c’est qu’il va falloir les sortir les Watts pour rester en World Tour. Enfin, son leader nous dit qu’il sera OK pour le tour… mais avec moins d’insistance qu’il ne le prétendait Il y a 18 mois, quand même !
    MDVP, dont je suis fan, a quand même sorti 2 perfs… étonnantes, à mon sens : sa double montée du mur de Bretagne plein gaz l’an dernier sur le Tour, et sa légendaire accélération lors de la montée dans Sienne à l’arrivée de Strade Bianche 2021. Alaphilippe et Bernal doivent encore s’en souvenir, dans leur convalescence…

    • vova

      EAP, merci pour votre réponse.
      Je vous rejoins sur MVDP, le gars a la classe sur un vélo ! Pas comme certains -je ne donnerai aucun nom- qui pédalent carré, sont mal posés sur la selle ou tout simplement n’ont aucune notion de trajectoire. Sans doute l’école du cyclo-cross y est pour quelque chose, celle du cross-country également.
      J’aurais tendance à accorder davantage de crédit à une performance type 7/8 minutes à 7 W/kg plutôt que 30 minutes et plus à 6 W/kg voire 6,2 W/kg. Autrement dit, la montée de Woods sur Gran Camino et la victoire de MVDP sur le Giro 2022, ça me semble fort crédible.
      En revanche, voir Pogačar sur le Tour 2021 ou Van Aert sur le Ventoux la même année… Permettez-moi d’en douter !
      Au delà des 8 minutes, l’effort n’est plus du tout le même. On bascule dans le monde des efforts au seuil, la fameuse zone d’intensité 4. Ce genre d’effort laisse beaucoup plus de traces et est plus difficile à accomplir surtout après deux semaines de Grand Tour dans les jambes.

  10. L on n assiste pas encore à un tour à la Peirero et il reste beaucoup de chemin dont des ascensions très difficiles mais il y a deux jeunes grimpeurs à la tête de ce Giro dont Lennard Kämna qui semble plutôt bien marcher….

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.