Tous les jours, la passion du cyclisme

La belle journée d’Hugo Houle

On savait tous en voyant Hugo Houle aborder ce dernier kilomètre de l’étape hier avec un Mads Pedersen – ex-champion du monde – dans la roue, ca serait compliqué de lever les bras sur la ligne.

Mais on était quand même sur le bout de notre chaise!

Si j’avais pu, j’aurais été bruler un cierge à l’église du coin pour favoriser une victoire d’Hugo.

J’en aurais profité pour me confesser de souhaiter une crevaison, un pépin mécanique ou même une chute de ses deux compagnons d’échappée, Pedersen et Wright, un autre client celui-là sur ce Tour.

Ben non, je dois vivre une mauvaise vie, pas de miracle hier…

Mais quelle étape nous a offert Hugo Houle hier!! Ouf.

Meilleur résultat québécois dans l’histoire du Tour.

Surtout, avec la manière: l’étape a été difficile, ca roulait déjà plein pot dans la descente de la Romanche à la sortie de Bourg d’Oisans, un beau chantier. Fallait pouvoir prendre l’échappée, compliqué.

Une fois devant, Hugo était clairement l’un des plus costauds du groupe. Il a mené une course intelligente, n’en faisant pas trop mais assumant sa part de travail, et quand c’est reparti, il était dans le bon coup.

Il a surtout bien joué à un peu moins de 9 kilomètres de l’arrivée où il a tenté sa chance. Pedersen et Wright étaient vigilants, et très costauds.

Y’a pas de honte de se faire battre par plus fort que soi. Pas de regrets. Hugo pourra recommencer, l’expérience acquise lui servira pour le reste de ce Tour et de sa carrière.

Surtout, surtout, il a dû sentir de près cette victoire et tout ce qui vient avec, il aura certainement le goût voire la hargne de remettre ca.

À bien y penser, je vais aller le bruler, mon cierge…

Partager

Précédent

Que de monde dans l’Alpe d’Huez!

Suivant

4e journal du Tour

37 Commentaires

  1. selsien

    Je n’interviens pas souvent ici, laissant le pavé aux sommités, mais là….YEAAAH! Bravo Hugo, on vas rouler la tête dans les nuages cette semaine,

  2. plasthmatic

    Il était à l’évidence très très fort pour se retrouver là, votre indien d’Amérique.
    S’il devait à nouveau se payer un Pedersen mon Laurent, je te conseille, plutôt qu’un cierge, de quoi fournir un ou deux candélabres !
    C’est si dur de gagner à vélo, si tu n’as pas un sprint exceptionnel, un punch exceptionnel, des qualités de grimpeur exceptionnelles. Très fort, Hugo Houle, et pour lui comme pour d’autres, ça fait du bien quand l’occasion est offerte que cela paraisse en pleine lumière.
    De ce point de vue, je commence à ne plus en pouvoir de ‘Thibaut Pinot’, quand on nous le montre, largué même s’il accélère, alors qu’il se produit un spectacle intense devant. Bon, c’est pas à lui qu’il faut en vouloir : aux même niais qui ignorent soigneusement de montrer l’énorme talent cycliste d’une quantité non négligeable de coursiers. Votre indien d’Amérique en fait partie, les gars.
    Laurent, vrai de vrai, j’ai hier dit à mon Martin, que je vois très peu puisqu’il est grand : ‘là tout de suite, Laurent sait bien que c’est mort, mais mon billet qu’il est debout sur sa chaise’. Et tu l’écris, ou presque !

  3. yvon

    J’espère que Madiot ne laissera pas partir Kung, c’est sûrement un de ses meilleurs investissements. Vaudrait mieux se séparer de Pinot et prendre un jeune prometteur, Pinot a faire travailler Kung pour pas grand chose.

    • Wolber

      Kung aurait manifesté son désir de quitter la FDJ en fin d année . Madiot evoque un contrat jusqu a fin 2023.
      J immagine Kung chez Jumbo.😂

  4. Daniel Couture

    J’étais prêt à partir rouler. Pas possible de quitter l’écran sans savoir si notre Hugo allait réaliser son rêve. 3ieme J’étais tellement content. Fière comme si il était notre frère Bravo Hugo.

  5. Steph

    Cette belle 3ème place d’Hugo Houle le maintient à flot, mais à 32 ans, gare à la nouvelle vague !

  6. @plasmathic

    As-tu vu les plumes d’Hugot.

    • plasthmatic

      Pierre, il me semble que toi et Laurent vous vous connaissez, mais je peux me tromper.
      Il m’arrive de nommer Laurent et Martin (son compère et voisin) : ‘mes deux amis indiens’, les occasions où nous trainons nos baskets ensemble, dans mon pays de chez nous, les orgueilleux Français ; ça ne va pas plus loin hein !
      Autrement dit, c’est dit avec beaucoup d’affection, et le contraire de toute sorte de condescendance ! Vu de loin, et parfois de près, votre façon d’être, à vous les indiens, ne me déplait pas du tout, c’est même tout le contraire !
      Bon, on ne va pas basculer à une forme de racisme positif non plus : Laurent et Martin m’ont dit que vous avez vous aussi vos vaniteux, vos triple-idiots, etc … L’humanité …
      J’espère n’avoir blessé personne …

      • mica

        Bon, on ne va pas faire des statistiques ethniques, mais il y a , dans le peloton un Indien « d’ origine » » et fameux coureur; c’ est Nelson Powless.
        Moi, j’ aime bien tous ces coureurs « venus d’ ailleurs » et de tous les continents dont, bien sur , H . Houle…….et aussi, entre autre, le vainqueur d’ hier Michael Mattiews, un beau caractére de champion sympatique.

  7. yvon

    Il y aurait un problème de détection et de formation dans le vélo . Les gens du foot l’on compris il y a longtemps sous la conduite d’un roumain Kovacs maintenant nous avons plein de joueurs de haut niveau européen.
    Pourquoi ne pas sélectionner des rouleurs suffisamment légers pour grimper les Anglais l’on fait avec la piste Viggins et Thomas, un ancien pro me disait qu’il valait mieux développer ses points forts que d’essayer d’être polyvalent, dans ce cas on est équipier. J’attends vos commentaires la Slovénie est proche de la Roumanie.

  8. Chez les amateurs, un certains nombre de coureurs sont ultras- spécialisés. Au niveau amateur, c’est très possible.

    Chez les pros, il est difficile de faire carrière sans un niveau plancher dans tous les domaines. Que ce soit pour être simple équipier ou leader. Ne serait-ce que pour participer au TdF cette année et arriver dans les délais, il faut une certaine polyvalence. Il suffit de regarder la manière dont les grimpeurs roulent sur les pavés et le niveau des sprinters sur un enchaînement de grandes étapes de montagne. En fait, les coureurs sont tous polyvalents.

    Les grands champions, en plus d’avoir ces niveaux planchers, excellent dans un ou plusieurs domaines.

    Ceux qui ont un point faible, sont tout de suite remarqués et les adversaires utilisent le point faible pour les vaincrre. Exemple : Louis Meintjes et son incapacité à mettre un coup de rein pour prendre les roues, Pierre Latour et ses difficultés en descente.

    • Edgard Allan Poe

      Je confirme, Eric. J’ai connu quelques super grimpeurs chez les amateurs, qui n’étaient que bien moyen une fois passés chez les pros. À l’inverse, il y avait près de chez moi une course assez difficile, où il s’agissait entre autres, de monter 5 fois une bosse de 2,2 kms à près de 10% de moyenne. Latour, Claveyrolat, Vallet l’ont gagnée, mais aussi Jean Claude Colotti, un sprinter pur jus des années 80, malgré la présence de tous les meilleurs amateurs français à l’époque.
      Tout cela pour dire que la grande majorité des sprinters pro, même si j’ai de gros doutes concernant Cavendish, passent très très bien les bosses.
      Je ne voudrais pas passer la montée dont je parle dans la roue de Sagan, par exemple. Je suis considéré comme bon grimpeur pourtant, mais je ne le suivrais pas, et je ne pense pas que j’aurais plus le faire 25 ans plus tôt.
      Ne pas travailler à minima ses faiblesses est à mon sens suicidaire. Par exemple, un ami qui vient du cross, multiplie les bonnes perfs en montagne (le Galibier par Valloire en 50:19, récemment). Mais il se refuse malgré mes injonctions (je n’ai aucun pouvoir en fait 😭) à « travailler » au plat. Quand il court avec des élites qui le font rouler à 45/50 km/h au plat pendant une heure avant d’aborder un col, il arrive diminué, ou a besoin un peu de récupération au pied du col et rate la bonne !
      Latour est un manche à couilles en cyclo-cross. Il y assure toutefois le spectacle, le Pierrot, car pour ce qui est de faire le clown, il est génial. Un gars qui n’a pas un ego démesuré et qui est très sérieux, malgré ce que laissent entendre les sous-entendus de Voeckler à l’antenne. Mais cette petite faiblesse est devenue une tare au fil du temps, malheureusement. Je ne pense pas que ses chutes y soient pour quelque chose, car de mémoire, il n’a ps chuté en descente. Mais nos ressorts psychologiques sont parfois tortueux : j’ai eu une chute très grave en descente il y a quelques années, et quand j’ai recommencé à rouler, j’étais totalement flippé lorsque j’entendais une voiture derrière moi, alors que je lachais mon fils dans une descente difficile lors de ma 2 ème sortie de reprise… Allez comprendre !
      Dernière chose : j’ai vu Sagan échappé en 2019, je crois, dans le très difficile col avant le plateau des Glières. Environ 8/9 bornes à 11% (à vérifier)
      Il se baladait, entouré de poids mouche.
      Les pros ? Un autre monde, comme disait Jean-Louis 😉

      • Oui, un autre monde !

        Et pourtant, même Peter Sagan n’est pas assuré de grimper aussi bien que toi à plus de 50 ans.

        Et, toi ? Si tu avais eu une petite pointe de vitesse ?

        Pas sur qu’en étant passé passé pro tu serais plus heureux aujourd’hui vu le nombre de dépressif chez les anciens pros.

        Les ressorts psychologiques sont effectivement très complexes, surtout en cas de traumatisme crânien.
        Le cerveau, s’il a été secoué, peut laisser des blocages surprenant. Marie Marchand Arvier m’avait expliqué qu’elle avait dû arrêter sa carrière suite à une énième chute où la tête avait tapé. Alors qu’elle était parfaitement remise, 6 mois après sa chute, elle n’arrivait pas à sortir de la spirale infernale : blocage = perte de plaisir et perte de plaisir = blocage.

        J’aime beaucoup Pierre Latour que j’avais découvert à la grimpée de Tourniol. Un caractère agréable.

      • Au sujet des purs grimpeurs qui perdent une partie de leurs moyens après s’être fait malmenés sur le plat…
        Je crois que c’est Bernard Hinault, après s’être fait battre sur un critérium du Dauphiné (1984 ?) par un Colombien, que « les Colombiens seraient moins à la fête après une première semaine de TdF à rouler à plus de 50 km/ h. »

        Ado, j’ai roulé avec Jean- Claude Colotti. Un sportif vraiment très sympa. Il m’avait expliqué qu’il arrivait du handball (gabarit de handballeur 💪) et que sa première sortie, monter dans le Vercors depuis Grenoble, avait été un vrai calvaire. N’empêche que nous n’arrivions pas à le suivre dans les ascensions.

        Je l’ai revu plus tard quand il venait parfois donner le départ de la grimpée de Prapoutel, toujours aussi sympa.

      • Au sujet de la polyvalence des coureurs, David Gaudu a même pu compter sur Thibaut Pinot dans le final de l’étape des pavés : «Quand tu vois Thibaut Pinot monter sur les pavés et te donner un coup de patte, tu te dis waouh… »

  9. Edgard Allan Poe

    Je ne connaissais Hugo Houle que de nom, et parce que justement son nom sonne comme ceux qu’on trouve parfois chez les heros de BD, ou les romans pour les enfants, genre le club des 5! 🤣
    Alerté par Laurent et les lecteurs de LFR, j’ai guetté son passage à l’Alpe. Je l’ai trouvé très à l’aise, parmi ceux qui étaient « le plus frais ». Visiblement, c’est un bel athlète, plutôt taillé pour des parcours vallonés que pour les galères des Alpes

    • mica

      Mais, tu avais des yeux partout dans la montée de l’ alpe d’ H.
      Tant Pogacar que Vingegard en passant par Lutsenko et Houle.
      Pour ma part, dans ce genre de passages je ne remarque pas grand chose, ébloui par le spectacle en général. Visiblement, tu as l’ oeil.

      • Edgar Allan Poe

        Des yeux partout… de moins en moins avec l’âge 🤓
        Mais sur l’Alpe d’Huez, il y a des spots sur lesquels se placer pour les voir arriver sur 500 mètres au moins, et les voir repartir d’autant. Et curieusement, il y avait moins de voitures que d’habitude, donc les coureurs n’étaient pas masqués par ces dernières.
        Ne me cherche pas parmi les hordes de « supporters » qui se massent parfois sur jusqu’à 5 ou 6 rangs. Je viens pour voir la course, les athlètes formidables, les vélos… bref, j’ai les yeux qui brillent et souvent une petite larme à l’oeil quand l’adrénaline submerge mon cortex d’Homo Cyclus!
        Les jets de bière, les odeurs de sueur, le coude à coude avec les casquettes Leclerc Alétibo, et les crétins qui courent à côté des coursiers, sans parler du fléau mondial des gens qui filment avec leur tel ou cherchent à tous prix à prendre la lumière des caméras, c’est pas pour moi. Je me suis sévèrement embourgeoisé! 😏😎

  10. Si Max Pedersen reste à l Intérieur au lieu de choisir de sprinter pleine ligne, il fait 2 au lieu de 3…

    • mica

      Pour la descente de Pidkok, tous les passionnés avaient revu ces images, mais c’ est un vrai régal de les re re voir en particulier quand il dépasse Louvel….oui, du grand art!

  11. Christian

    Victor Lafay as terriblement envie de cracher le morceau, il le sais, ils le sachent mais il se retient? 🙂

  12. mica

    A la fin de l’ étape de Carcassonne , B. Thomas tirait 54: 11, je me demande si c’ était approprié.
    Encore une fois, on peut s’ interroger sur le rôle des motos, en particulier la moto TV. ……… ça ne l’ a pas fait, mais ça aurait pu le faire …… et personne ne dit rien !

    • Edgar Allan Poe

      J’ai lu une brève interview de Nicki Tersptra, que je qualifierais, sans méchanceté aucune, de vieille gloire venue assurer ses dernières cotisations retraite en France. Il n’est pas le seul, loin s’en faut !
      En tous cas, Tersptra expliquait qu’il avait récemment attaqué au début d’une course, dans laquelle il se sentait bien, mais que rapidement, avec le vent de face… et sans moto pour l’abriter, il avait du lever le pied avant de se faire reprendre. CQFD!

      • mica

        C’ est vrai EAP , Trepstra décrit une tranche de vie du cyclisme ordinaire.
        Sans les motos…..c’ est pas pareil!
        Même les 2 ou trois qui ouvrent la route au peloton (ou aux échappés) toute la journée. Elles se trouvent ,15, 20 ou 30m et malgrès ces distances, qui peuvent paraitre grandes, elles profitent aux premiers du peloton et, de ce fait , tout le groupe va se trouver aspiré. (voir le Pr Bert Blocken)
        Je ne parlerai pas des motos photo, de la moto « ardoisiére » de celles qui doublent et redoublent….
        Et ,le pompon c’ est la moto TV, bardée d’ équipement qui, sous pretexte de reportage se cale juste devant l’ échappé, ainsi hier……….
        Le rôle des voitures est loin d’ être négligeable bien sur.
        Des personnalités , un peu en marge du cyclisme , s’ insurgent souvent contre le dopage (Dr De Mondenard, Marc Klusinsky, C. Bassons , le Journaliste T. Vildary , A. Vayer) ……..tous ces gens là n’ ont pas d’ oeilléres et voient ce qui se passe mais n’ en disent rien .
        ce ne serait pas compliqué…..il suffirait d ‘ ouvrir quelques archives télè. certaines sont particuliérement parlantes…..

  13. Edgar Allan Poe

    Je n’ai pas du tout aimé la descente Galibier + Lautaret de Barguil : tantôt une moto le traînait avec la voiture de son DS à un mètre derriere lui, tantôt sur la descente du Lautaret, elle roulait à sa droite. Pas la peine de chercher d’où venait le vent ! Et la manoeuvre à duré… le régisseur de France 2 – très décrié par Guimard, et Durand, et qui fait perdre patient à Jalabert- a rapidement zappé, et on n’a plus vu le français avant le pied du Granon : comment maintenir un écart avec un groupe de poursuivants en zone hostile…

    • mica

      eh bien oui, on est d’ accord et un grand sport devrait régler ce problème urgemment, ces approximations ne sont pas dignes.
      Alors, certes, le résultat n’ est pas toujours « chamboulé » mais quand même , cela passe devant de centaines de million de télespectateurs à travers le monde……et le cyclisme ne peut faire appliquer la moindre règle.
      je dis pour la nieme fois que les coureurs ne sont pas tjs responsable, mais plutôt « l’ environnement  » mis en place….par les organisateurs et autres dirigeants.

      • Cela me fait plaisir Mica, nos commentaires sont les + lus de LFR 😂🤣😂🤣

        Déjà 11 lecteurs passionnés pour toi. C’est sûrement trop court car il y a déja 9 décus par la trop grande brièveté. 😉

        Nous allons nous améliorer….

        Les véhicules motorisés sont une plaie pour la régularité de la course. Les bidons collés sont également un problème.

        Les commissaires de l’UCI savent pourtant faire preuve de rigueur quand ils le veulent comme lorsque Geraint Thomas avait écopé d’une pénalité de 20 secondes lors de la 1ère étape du Tour de Romandie après avoir ravitaillé 100 m après la zone dédiée, mais exactement au même endroit que les autres équipes, à la différence que lui était filmé.

        Pour l’abri exercé par les motos et voitures des DS, je pense qu’il y a volonté assumée de ne pas sanctionner car cela profite le plus souvent aux échappés. La course est délibérément faussée, peut être de manière encore plus délibérée quand c’est un Français.

      • noirvélo

        Le Tour est devenu une foire de « n’importe quoi » (depuis longtemps !)… maintenant , vous me direz « aussi sur les Classiques » , mais moi j’aime les Classiques contrairement au Tour (je ne suis pas un « mec bien » ) et c’est moins voyant …
        L’année prochaine , tout le monde voudra faire le Giro si la météo prévoit « canicule » … 😂
        Lundi , jour de repos et vidange du vieux sang 15W40 … Demain les organismes vont de nouveau prendre des tours … 🥵

  14. mica

    Eric: Sur ces derniers coups, j’ ai une écrasante majorité de pouces baissés, et un ou deux avis favorables (humour :dont peut être mon voisin!)
    Les pouces baissés ne me gênent pas , mais je préfèrerais des argumentations , voire des points de vue techniques……..comme nous avons pu le faire il y a peu.
    Une petite remarque : il me semble que chacun peut « cliquer » plusieurs fois et au final, attribuer autant de pouces levés ou baissés qu’ il le veut. (donc importance très relative
    Pour ma part, les « bidons collés » ne m’ interpellent pas trop , ce ne sont que quelques secondes….
    Pour le reste, l’ « afficionado » lambda du cyclisme passe de mauvais moments devant certains abus……et les afficionados……il y en a un paquet à la Flamme Rouge !
    Autre probléme crucial : Sur une petite dizaine d’ images, la réalisation TV ne nous montre que celles qui « conviennent »…….tout ce qui fait tache est banni de l’ antenne.
    Ja ja s’ est trahi l’ autre jour en disant a propos de la manif ; « c’ est bien que ces images ne soient pas passées à l’ antenne »…………cela traduit tout un état d’ esprit…..

    • Oui, la volée de pouce rouge arrive le plus souvent en escadrille. J’imagine le psychopathe exité devant son ordinateur et je trouve ça jouissif😉

      Le phénomène se majore grandement pendant les 3 semaines du TdF, signature de celui qui revient sur LFR chaque mois de juillet.

      Au sujet de la nécessaire polyvalence du coureur cycliste :

       » Colin Savioz est sorti de sa boite comme un diablotin à 10 kilomètres de l’arrivée. Lui le grimpeur patenté a réalisé un beau solo sur le plat pour aller chercher la victoire à l’arrivée de la deuxième étape de l’Ain Bugey Valromey Tour (voir le classement). « Il faut savoir tout faire sur le vélo », souligne-t-il. »

      • noirvélo

        Eric , sur le site , il y en a qui ont « Parkinson » … un peu de compréhension pour les personnes « âgées » … 😂

  15. mica

    Pour changer un peu: il y a 30 ans jours pour jours, Caudio Chiapucci remportait l’ étape S T Gervais Sestriérre du TDF . je viens de revoir des images dans le F. Book du Miroir du cyclisme.
    La foule dans la montée de la Station Italienne est impressionante ++++ sur plusieurs rangs, on n’ en fait pas autant de nos jours.
    5 ou 6 cols de très haut calibre dont: les Aravis, le Cormet de Roseland, l’ Iseran, le Mt Cenis, Sestriére……
    Le petit Italien était parti, « la fleur au fusil, dès le départ ou presque, sans se retourner, sans jamais ralentir……Quel allant….au terme d’ une bagarre de 7 h peut être Claudio avait repris une poignée de minutes ( 3 ou 4 peut être) à Indurain. L’ Italien rendait bien une quinzaine de Kg à l’ Espagnol (ceci expliquant peut être l’ écart.
    Oui, mais tout cela le doit en grande partie à l’ EPO? Chiapucci fut le « précurseur » de Pantani.
    Mais, oui, quel « allant » ils avaient, mais oui on peut mesurer combien l’ EPO était « efficace ». combien d’ échappées dites « héroiques  » le doivent à cette molécule…….même chez nos Français encore médiatiques!
    L’ ére EPO ,c’ était quelque chose…….attention je n’ en suis pas du tout nostalgique et certaines carriéres furent construite la dessus, même pour nos Français exilés ou pas.

  16. MAGNIFIQUE, c’est ça qu’on aime les émotions. Une grande performance tout simplement.

  17. Alex Meunier

    Laurent , tu es certain que ce n’est pas l’église au complet que tu as brûlé 😜

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.