Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Il serait si simple de…

mettre fin à la suspicion dommageable non seulement envers Jeanson mais aussi envers tout le cyclisme – qui est déjà mis à rude épreuve depuis quelques années – si elle acceptait dêenfin nous dire pourquoi son taux dêhématocrite était si élevé à Hamilton.

améliorer la crédibilité des contrôles si lêUCI écoutait un peu plus lêAgence Mondiale dêAnti-Dopage et adoptait les mesures simples notamment autour de lêencadrement des contrôles que cette dernière suggère.

retracer lêEPO de synthèse si les compagnies pharmaceutiques qui les fabriquent acceptaient dêy placer un marqueur, opération quasiment sans coôts et pouvant régler le problème de la détection chez les athlètes. Une législation en ce sens pourrait régler le problème.

mieux surveiller les laboratoires pharmaceutiques qui produisent et écoulent ces nouveaux médicaments en amenant les nations concernées à la même table (rôle de lêUCI?).

prélever un certain pourcentage du budget de chaque équipe professionnelle pour financer la recherche afin de rendre les méthodes de détection plus fiables (cheveux ?) et plus rapides. Ce sont les coureurs qui, en premier lieu, en profiteraient sur le plan sportif dêune part, mais surtout pour leur santé future.

mandater, dans chaque équipe professionnelle, un médecin formé par lêAgence Mondiale dêAnti-Dopage et payé par l’UCI afin quêil puisse y contrôler la préparation des coureurs. Pas de médecin WADA-UCI dans lêéquipe, pas dêéquipe dans le peloton, et pas de peloton, pas de cyclisme professionnel.

Partager

Précédent

Ce n’est pas fini

Suivant

Lyne Bessette répond à nos questions !

3 Commentaires

  1. eric

    Totalement en accord, avec un ajout notable :

    Il serait si simple que le monde politique et juridique s’interesse à ce problème finalement de santé publique (les amateurs se dopent aussi).

    Qui donnent les autorisations de mise sur le marché des médicaments ? Qui financent/subventionnent les fédérations sportives, les comité olympiques nationaux ? Qui finance et pait le salaire des athlètes ? Tous ces gens ont le pouvoir de faire changer les choses et ce ne sont pas quelques coachs/athletes antidopage qui en auront le pouvoir hélas.

    Par contre c’est le devoir d’un site comme le votre d’éduquer le grand public sur les dessous du dopage, le danger et de montrer la fragilité des défenses de ceux qui se font prendre.

    Merci Laurent !

    Eric, coach.

  2. eric

    Totalement en accord, avec un ajout notable :

    Il serait si simple que le monde politique et juridique s’interesse à ce problème finalement de santé publique (les amateurs se dopent aussi).

    Qui donnent les autorisations de mise sur le marché des médicaments ? Qui financent/subventionnent les fédérations sportives, les comité olympiques nationaux ? Qui finance et pait le salaire des athlètes ? Tous ces gens ont le pouvoir de faire changer les choses et ce ne sont pas quelques coachs/athletes antidopage qui en auront le pouvoir hélas.

    Par contre c’est le devoir d’un site comme le votre d’éduquer le grand public sur les dessous du dopage, le danger et de montrer la fragilité des défenses de ceux qui se font prendre.

    Merci Laurent !

    Eric, coach.

  3. eric

    Totalement en accord, avec un ajout notable :

    Il serait si simple que le monde politique et juridique s’interesse à ce problème finalement de santé publique (les amateurs se dopent aussi).

    Qui donnent les autorisations de mise sur le marché des médicaments ? Qui financent/subventionnent les fédérations sportives, les comité olympiques nationaux ? Qui finance et pait le salaire des athlètes ? Tous ces gens ont le pouvoir de faire changer les choses et ce ne sont pas quelques coachs/athletes antidopage qui en auront le pouvoir hélas.

    Par contre c’est le devoir d’un site comme le votre d’éduquer le grand public sur les dessous du dopage, le danger et de montrer la fragilité des défenses de ceux qui se font prendre.

    Merci Laurent !

    Eric, coach.

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.