Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Ce n’est pas fini

Les faits qui demeurent à ce jour encore troublants ou carrément inexpliqués dans l’affaire Jeanson :

– Son acharnement à se prévaloir du secret professionnel pour ne pas dévoiler ses taux dêhématocrite passés, notamment celui dêHamilton.

– Sa persistance à vouloir faire croire quêelle nêa aucune idée dêoù peut provenir son taux dêhématocrite élevé à Hamilton, une question qui reste, à ce jour, sans réponse.

– Sa 5e place au contre-la-montre, 3 jours avant de se faire prendre avec un taux dêhématocrite largement au-dessus de la norme permise par lêUCI, elle qui nêest pourtant pas une spécialiste face aux grandes pointures mondiales.

– Déplorant, en conférence de presse le 17 novembre, le fait de nêavoir pu sêexpliquer devant le comité de discipline du Collège des médecins, cêest pourtant elle qui avait demandé, en février dernier, une ordonnance de non-publication pour préserver son intégrité et rester en dehors de cette affaire.

– Les rétractions bizarres de l’orthopédiste Maurice Duquette, plaidant dêabord coupable devant un comité de discipline du Collège des médecins dêavoir négligé dêinscrire au dossier médical de Mme Geneviève Jeanson () la médication administrée à cette dernière, dont notamment de la Marcaïne et de lêEPREX, cette médication ayant été administrée à une reprise comme test diagnostique, contrevenant ainsi au Règlement sur la tenue des dossiers dêun médecin. Le lendemain, Duquette faisait parvenir une lettre à lêavocat de Jeanson mentionnant quêil nêavait pas prescrit ou donné de lêEPREX à Geneviève Jeanson. () Jêai plaidé coupable dêavoir injecté de la Marcaïne le long dêun tendon au cours dêun exercice et de ne pas lêavoir inscrit dans son dossier au bureau.

– Un autre chef dêaccusation mentionnant que Duquette aurait également prescrit de lêEPREX à lêentraîneur de Jeanson.

– Les affirmations récentes du procureur du syndic du comité de discipline du Collège des médecins, Me Jacques Prévost, qui affirme quêil détient des preuves, ainsi que plusieurs témoins, que Maurice Duquette a bel et bien prescrit et administré de lêEPREX à plusieurs reprises à Jeanson.

Tout cela est loin d’être terminé et gageons que nous aurons droit, dans un avenir rapproché, à quelques rebondissements.

Partager

Précédent

Virenque mon idole

Suivant

Il serait si simple de…

6 Commentaires

  1. JB

    Certainement une histoire qui risque de faire couler encore beaucoup d’encre. La dernière fois qu’un tel évènement a frappé la scène sportive canadienne remonte probablement à l’affaire Ben Johnson en 1988. Le dopage (ainsi que ses allégations) font bien entendu ombre au cyclisme (ainsi qu’à toute discipline sportive). On demande de plus en plus de nos athlètes en tant que spectateur, fan, ou même entraîneur, ce qui peut pousser certains à se tourner vers des solutions dites faciles. Que ceux qui choisissent la voie du dopage en subissent les conséquences (encore faudrait-il que les autorités puissent les attrapper!), mais ce qui est vraiment déplorable, c’est que toute performance sportive aujourd’hui est maintenant suspecte. Prenons par exemple Lance Armstrong. D’accord, c’est pas le meilleur exemple, puisque beaucoup de gens croient qu’il ne fonctionne pas à l’eau claire. Toutefois, personne n’a jamais pu prouver le contraire. Ainsi, on se demandera toujours si ses résultats dans le monde cycliste (et il faut avouer qu’ils sont tout de même assez impressionnants!) sont le produit d’une substance chimique quelconque, ou bien le fruit d’un travail acharné et d’un entraînement hyper méthodique (ce qui est le cas chez Armstrong). On aura tendance à croire qu’il aura fait sa carrière à l’aide de produits, et si jamais on devait en avoir la confirmation, on sera les premiers à dire “je savais que ce mec là utilisait une saloperie”. Mais dans l’absence de confirmation, le soupçon sera toujours omniprésent. Le gagnant d’une course, d’une étape, ou même du CLM sur la scène locale pourrait lui/elle aussi faire l’objet de tels soupçons, ce qui est bien triste.

    Pour ce qui est de l’affaire Jeanson, je suis bien entendu en plein accord avec Laurent – il y aura encore plusieurs rebondissements, mais je doute que l’on découvre la vérité entourant cette histoier. On peut toutefois affirmer que sa réputation vient de prendre un dur coup, mais la même chose s’est produite avec Armstrong il y a 2 ans, et ça ne l’empêche pas d’amasser une petite fortune …

  2. JB

    Certainement une histoire qui risque de faire couler encore beaucoup d’encre. La dernière fois qu’un tel évènement a frappé la scène sportive canadienne remonte probablement à l’affaire Ben Johnson en 1988. Le dopage (ainsi que ses allégations) font bien entendu ombre au cyclisme (ainsi qu’à toute discipline sportive). On demande de plus en plus de nos athlètes en tant que spectateur, fan, ou même entraîneur, ce qui peut pousser certains à se tourner vers des solutions dites faciles. Que ceux qui choisissent la voie du dopage en subissent les conséquences (encore faudrait-il que les autorités puissent les attrapper!), mais ce qui est vraiment déplorable, c’est que toute performance sportive aujourd’hui est maintenant suspecte. Prenons par exemple Lance Armstrong. D’accord, c’est pas le meilleur exemple, puisque beaucoup de gens croient qu’il ne fonctionne pas à l’eau claire. Toutefois, personne n’a jamais pu prouver le contraire. Ainsi, on se demandera toujours si ses résultats dans le monde cycliste (et il faut avouer qu’ils sont tout de même assez impressionnants!) sont le produit d’une substance chimique quelconque, ou bien le fruit d’un travail acharné et d’un entraînement hyper méthodique (ce qui est le cas chez Armstrong). On aura tendance à croire qu’il aura fait sa carrière à l’aide de produits, et si jamais on devait en avoir la confirmation, on sera les premiers à dire “je savais que ce mec là utilisait une saloperie”. Mais dans l’absence de confirmation, le soupçon sera toujours omniprésent. Le gagnant d’une course, d’une étape, ou même du CLM sur la scène locale pourrait lui/elle aussi faire l’objet de tels soupçons, ce qui est bien triste.

    Pour ce qui est de l’affaire Jeanson, je suis bien entendu en plein accord avec Laurent – il y aura encore plusieurs rebondissements, mais je doute que l’on découvre la vérité entourant cette histoier. On peut toutefois affirmer que sa réputation vient de prendre un dur coup, mais la même chose s’est produite avec Armstrong il y a 2 ans, et ça ne l’empêche pas d’amasser une petite fortune …

  3. AT

    Il me paraît un peu étrange qu’on n’identifie pratiquement jamais la personne qui, il me semble, a un contrôl à la fois extraordinaire et excessif sur Jeanson. Il me semble aussi un peu lche qu’il ne soit pas à côté de cette jeune femme pendant l’épreuve qui risque d’être l’un des plus difficile de sa vie.

    N’est-il pas souhaitable que les médias aident à éclaircir le rôle – le cas échéant – de l’entraîneur de Jeanson, dans cette possible situation de dopage? Peut-être quelques-uns de nos questions seraient répondues …

  4. AT

    Il me paraît un peu étrange qu’on n’identifie pratiquement jamais la personne qui, il me semble, a un contrôl à la fois extraordinaire et excessif sur Jeanson. Il me semble aussi un peu lche qu’il ne soit pas à côté de cette jeune femme pendant l’épreuve qui risque d’être l’un des plus difficile de sa vie.

    N’est-il pas souhaitable que les médias aident à éclaircir le rôle – le cas échéant – de l’entraîneur de Jeanson, dans cette possible situation de dopage? Peut-être quelques-uns de nos questions seraient répondues …

  5. Gilles Cordier

    Geneviève Jeanson et co. arrêtez de polluer nôtre sport , nôtre passion !!!

    G.C.

  6. Gilles Cordier

    Geneviève Jeanson et co. arrêtez de polluer nôtre sport , nôtre passion !!!

    G.C.

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.