Tous les jours, la passion du cyclisme

Giro: Evenepoel, parce que Merckx

L’intérêt suprême de ce 104e Giro d’Italia, ca se résume à un nom: Remco Evenepoel.

Souvent présenté comme le nouvel Eddy Merckx, le jeune prodige belge a jusqu’ici impressionné la galerie, vainqueur en 2020 de toutes les courses professionnelles à étapes où il a pris le départ.

Jusqu’à ce virage manqué dans la descente de Sormano sur le Giro di Lombardia.

Depuis, convalescence.

Et préparation en vue de son grand objectif 2021, le Giro. Je pense que son équipe Deceuninck l’a volontairement gardé à l’écart de toute compétition jusqu’ici, et à l’abri des médias ; on sait très peu de choses sur sa condition actuelle. Je soupçonne que tout cela soit savamment orchestré, question de frapper un grand coup dès son retour sur la scène.

On sera vite fixé, ce Giro débutant par un chrono de 8,6 kilomètres dans les rues de Turin. Rappelons qu’Evenepoel s’est déjà offert à la fois Ganna et Dennis sur la discipline, pourtant les deux spécialistes actuels.

Merckx a gagné son premier Tour en 1969, mais pas son premier Grand Tour en carrière, puisqu’il a terminé 9e du Giro 1967.

Evenepoel mieux que Merckx? Ca commencerait par une victoire à son premier Grand Tour. S’il réussissait, il ferait même mieux que… Tadej Pogacar, l’autre surdoué du moment, vainqueur de son premier Tour de France l’an dernier à 21 ans et 11 mois, et 3e de la Vuelta 2019, son premier Grand Tour en carrière. Remco, lui, est âgé de 21 ans et 3 mois.

Je suis certain qu’Evenepoel est motivé devant tous les succès des Roglic, Pogacar, VDP, Van Aert et Pidcock cette saison: il veut montrer qu’il est dans une ligue à part. Le Giro lui donne un terrain à la hauteur de ses ambitions.

Et puis, une victoire d’Evenepoel sur ce Giro voudrait dire qu’il aurait battu Egan Bernal, l’autre star de l’épreuve, vainqueur du Tour de France 2019 à l’âge de 22 ans et 6 mois.

De quoi mettre la table pour un grand clash Pogacar-Evenepoel sur le Tour 2022…

104e édition du Giro

Au menu de Messieurs les coureurs, 3 488 kilomètres entre Turin et Milan, répartis en 21 étapes, selon la formule consacrée.

Quatre étapes font plus de 200 kilomètres.

Deux courts chronos, le premier (8,6 kms) et le dernier (30,4 kms) jour.

Six étapes de montagne, huit arrivées en altitude.

Un juge de paix, le redoutable Monte Zoncolan – il mostro! – qu’on abordera au km 192 de la 14 étape. Ca va faire mal. Fait particulier, on monte cette année le mostro via son côté Sutrio, emprunté une seule fois sur le Giro à ce jour, en 2003 (vainqueur d’étape et du Giro cette année-là, Gilberto Simoni).

Une belle grande étape de montagne (210 kms) aussi lors de la 16e étape entre Sacile et Cortina d’Ampezzo, par delà les fameux Fedaia, Pordoi et Giau. 5 500m de dénivelé dans la journée, et paysages magnifiques garantis! Et puis, le Giau n’est pas facile (10 kms à 10% de moyenne), j’en sais quelque chose pour y avoir beaucoup souffert sur un Marathon des Dolomites.

Une autre belle étape le lendemain entre Canazei et Sega di Ala, encore 194 kilomètres et deux ascensions redoutables dans le final, le Passo San Valentino et la montée finale inédite sur le Giro, longue de 11 bornes à une pente moyenne de 9,6%. On dit cette montée très irrégulière, propre à casser les coureurs.

Une foule d’autres étapes montrent un profil intéressant et casse-pattes, susceptible de piéger les favoris dans la course au maillot rose.

6e étape:

12e étape:

19e étape (les trois derniers kms de l’Alpe di Mera sont à 11%):

20e étape, 4000m de dénivelé dans la journée:

Bref, un Giro usant et difficile à maitriser, qui tiendra les leaders sur la corde raide pendant les trois semaines de l’épreuve.

Les favoris

Outre Remco Evenepoel, un favori selon moi: Simon Yates chez Team BikeExchange. Il vient de s’imposer sur le Tour des Alpes, de façon convaincante. Au départ de ce Giro, c’est lui qui offre le plus de garantie. Et le vainqueur de la Vuelta 2018 a déjà prouvé pouvoir tenir trois semaines. Il a certainement soif d’une nouvelle victoire sur un Grand Tour et il pourra compter autour de lui sur Mikel Nieve et Tanel Kangert pour l’épauler en montagne.

Evenepoel, pour sa part, s’aligne avec Joao Almeida, James Knox et Fausto Masnada (3e du Tour de Romandie) pour l’aider. De quoi contrôler.

Le troisième favori, ben c’est Egan Bernal car tu ne peux pas oublier un ancien (mais jeune!) vainqueur du Tour. Bernal veut montrer que ses problèmes de dos causés par une jambe plus courte que l’autre sont derrière lui, et il s’amène bien entouré au sein de son équipe Ineos qui aligne également Ganna, Castroviejo, Martinez, Moscon et surtout Pavel Sivakov qui pourrait être l’autre coureur à causer une surprise.

Bernal n’a pas été revu en compétition depuis mars, après un début de saison prometteur et notamment cette 3e place sur les Strade Bianche et cette 4e place sur Tirreno-Adriatico.

Sur le papier, cette équipe Ineos est à mon sens la plus forte du lot.

D’autres coureurs peuvent espérer un podium, Mikel Landa (Bahrain-Victorious) par exemple, ou Marc Soler (Movistar, auteur d’un beau Tour de Romandie), Alexandr Vlasov (Astana), Dan Martin (Israel-Start Up Nation), Hugh Carthy (EF), George Bennett (Jumbo-Visma) voire Romain Bardet et Jai Hindley (Team DSM), 2e l’an dernier du Giro.

Bardet, en particulier, sera intéressant à suivre en l’absence de Thibault Pinot ou David Gaudu. On pourra notamment voir l’effet du changement d’équipe chez Bardet, dont ce Giro est l’objectif important de sa saison.

Vicenzo Nibali a pu se remettre rapidement de sa chute à l’entrainement et prend le départ. Si c’est très courageux de sa part, je ne vois pas le Requin de Messine rivaliser sur ce Giro, vu la qualité du plateau présent. Chez Trek-Segafredo, vaudra mieux miser Bauke Mollema ou encore Giulio Ciccone je pense.

Sur les chronos, deux hommes se livreront un mano à mano, soit Filippo Ganna et Rémi Cavagna, ce dernier venant de s’imposer sur le dernier chrono du Tour de Romandie.

Le toujours intéressant baroudeur Thomas de Gendt est de la partie, et se lancera surement dans des raids dont seul lui a le secret.

Dans les sprints, le match s’annonce très intéressant avec un Peter Sagan à la hausse, la présence du revenant Dylan Groenewegen, Caleb Ewan en forme, Fernando Gaviria, Patrick Bevin, Elia Viviani ainsi que Tim Merlier. Ouf!

Un seul coureur canadien au départ, le Québécois Antoine Duchesne. Il devait y épauler un Thibault Pinot, finalement l’équipe Groupama-FDJ débarque avec des baroudeurs jouant les étapes, on peut penser que cela donnera des opportunités à Antoine s’il se sent bien un jour. Ca peut le faire, il faut y croire! Pourquoi ne pas tenter la chance en suivant au départ d’une étape accidentée la moto De Gendt ?!

Sur ce Tour d’Italie, je veux voir une équipe combative, qui va de l’avant et qui prend des risques dans les échappées pour aller jouer des victoires d’étapes. On leur demande maintenant de jouer leurs cartes, ils doivent saisir cette opportunité. Tous auront leur chance, ça ne sera pas un Giro facile mais nous pouvons vivre de belles choses avec ce groupe!

Philippe mauduit, directeur-sportif groupama-FDJ, 5 mai 2021 (today cycling)

À la télé

En France, fini le Giro sur L’Équipe TV, cette année c’est Eurosport.

Au Québec, pas de FloBikes. Ca sera donc GCN TV, si possible avec la géolocalisation. Sinon, les sites de streaming gratuits comme Tiz-cycling ou Steephill.tv sont une autre option, mais il faut vivre avec les désagréments possibles.

On ne les oublie pas

Ils font aussi du bien.

Partager

Précédent

Le Tour de l’actualité

Suivant

Vers une nouvelle mode des maillots spéciaux?

37 Commentaires

  1. Edgar Allan Poe

    Hors sujet, quoique… : hier, c’était la journée mondiale de l’Asthme.
    Puff, Puff, Puff…. Puff… (35 fois)
    Beaucoup de coureurs définissent le Giro comme le grand tour le plus montagneux. Je trouve, sur le papier, que la Vuelta est plus dure. Mais il s’agit peut être plus de montées séches en Espagne, vs des cols longs en altitude chez les italiens.
    À noter que si les conditions météo actuelles persistent (froid et humidité dans cette partie de l’Europe), la course sera particulière.

    3
    1
    • Oui, la météo annoncée est pourrie et cela va créer des écarts ! Avantage aux attaquants et au échappées.

      Simon Yates est effectivement un coureur qui offre des garanties. Mais il va devoir courir juste et ne pas subir de malchance car, selon moi, sur le Giro, son équipe pourrait avoir des difficultés à rétablir une situation défavorable face aux armadas Inéos et DQS.

      0
      0
  2. Wolber

    Le Giro possède un charme que le Tour a définitivement perdu.

    13
    0
    • mica

      Non, wolber, je ne suis pas sur que le « charme » du Giro soit supérieur……sauf peut étre la saison et ce petit brin de dépaysement en plus.
      La saison car le printemps pluvieux, voire neigeux , frais ou froid, peut jouer un rôle, le dépaysement et le charme Italien jouent aussi.
      On a beau dire, mais la course Française offre une garantie supérieure en terme d’ équité sportive……..peut être, car les Italiens nous ont parfois emberlificoté ……mais, c’ était avant ?

      4
      6
    • Mathieu

      Parfaitement d’accord.
      Le Tour est devenu un genre de criterium sur trois semaines, organisé comme un spectacle mais sans charme . Il suffit de regarder les eccarts avec les années Merckx ou Hinault;
      Aujourd’hui ASO fait tout pour qu’il n’y it pas de trop gros eccarts jusqu’à 48H OU 72H de l’arrivée.
      Même les coureurs le reconnaissent, Bardet dans l’Equipe parle de course en cote cadenassée, Pierre Roland faisait la même remarque.
      Pour les vrais suiveurs et amoureux du vélo, Giro et Vuelta semblent prendre le dessus sur le Tour.
      Dernier point, la remarque concernant la roublardise des Italiens au Giro, il est bon de rappeler que Froome après son bris de vélo ( coureur de 400 M dans le Ventoux) avait été classé dans le même temps que le groupe de tête…

      3
      0
  3. Pierre Dumais

    Personne n’égalera Eddy Merckx ,le plus grand coureur cycliste de tous les temps

    6
    1
  4. nick

    n’ayant pas voulu souscrire et préférant ma vieille tv, je me contenterais des résumés quotidiens gracieusement offerts par eurosport, de ce côté-là, c’est sûr, le charme s’est perdu en route,

    elle nous manquera claire cette année,

    4
    0
  5. Vincent L

    Je crains que les Belges nous préparent une histoire à la Armstrong avec la résurrection de Remco Evenepoel. Pour construire une nouvelle légende pour succéder à Eddy Merckx.

    9
    3
    • lbi

      Il faudra pour lui déjà éviter la chute. Et surtout, pogacar sera très dur à battre ces prochaines années. Il a déjà l’expérience de la victoire en grand tour..

      1
      1
    • Oui, il y a sûrement de cela.

      Dans tous les cas, la DQS aligne sur ce Giro une équipe type pour le classement général et va présenter plutôt une équipe de chasseurs d étapes sur le TdF.

      0
      0
    • Hum… difficile de suivre le fil de la conversation.

      C était au sujet de l éventuelle résurrection programmée de Remco…

      0
      0
  6. Claudio

    Pas de Giro sur Flo cette année: c’est GCN+ ou du bidouillage avec ou sans VPN.

    0
    0
    • Laurent

      @Claude,
      En effet, après d’autres vérifications, pas de FloBikes. Bizarre. Les droits télé, encore… du coup, au Québec, regarder le Giro sera plus compliqué cette année. GCN ou les sites de streaming seront les meilleures options.
      Le texte du jour a été corrigé, merci d’avoir porté cette erreur à mon attention.

      2
      0
  7. jean-michel

    J’ai du mal a admettre qu’un type qui n’a ete dans aucune competition plus de 6 mois puisse jouer un role de leader , ou meme de challenger dans une course comme le Giro… Meme si des techniques d’entrainement tres pointues et un enthousiasme du a sa jeunesse l’ont accompagne toute cette periode, a mon avis :
    « back to basics » : la course, le peloton, la ou on ne te fait pas de cadeaux, ou ca frotte, plonger dans la bataille…C’ est dur , et ce n’ est pas dans des sorties avec des co equipiers qui te respectent que Remco redeviendra un gagneur…Il l’a ete a ses debuts pro, mais ca va etre difficile.

    Si…je le vois devant, avaler les autres dans ce Giro, alors je comprendrai plus rien…

    5
    3
  8. Wolber

    Je ne parlais pas forcément de la course, Mica, mais de la sympathie que le Giro dégage, de sa proximité avec le public, de ses fins de courses au coeur des villages , de sa popularité après des vrais passionés. Et puis l Italie est un pays qui respire le vélo. Le Giro reste romantique.

    9
    0
    • noirvélo

      C’est vrai , même si le Giro reste une grosse affaire , il reste plus sympathique et accessible que le Tour beaucoup plus « business » …

      7
      0
  9. Lynn Provencher

    Au Québec je vous invite à regarder le Giro tous les matins (l’étape en quasi totalité!) sur la RAI -pour les abonnés de Vidéotron!

    2
    0
  10. slam99

    Plutôt Almeida qui sera le leader désigné chez DQS, non? Sinon, il faudrait le lui dire.
    Almeida: My Giro d’Italia rivals will look at me differently this time

    0
    0
  11. garolou

    Remco vainqueur? Voyons…. Soyez sérieux aucune chance pour cette année come on.
    un top 3 au prologue oui… Ganna en sera le vainqueur, oubliez son c.l.m. du tour de Romandie
    Passons aux choses sérieuses mon pronostique, il faut s’amuser dans la vie
    1 Bernal
    2 Yates
    3 Ciccone
    On se reparle dans 3 semaines

    0
    1
  12. Masnada avait annoncé la couleur il y a un mois…

    https://www.cyclismactu.net/info-tour-d-italie-masnada-remco-evenepoel-sur-giro-pour-gagner-100335.html

    Du coup, l idée de Vincent L est loin d’être farfelue.

    0
    0
  13. Thierry mtl

    Les trio de DQS est le favori pour moi. Le gagnant si trouve.

    0
    0
  14. Masnada risque d être sacrifié sur l hôtel du collectif car s il est possible d avoir deux leaders, il est compliqué d en avoir trois et ce d autant que, heureusement, le nombre de coureurs par équipe sur un grand tour a diminué.

    Mais oui, cela ressemble à un défi DQS contre Inéos qui elle aussi présente trois coureurs de premier plan avec en plus de Bernal, Sivakov mais également Martinez (qui pourrait être lui aussi sacrifié). Ces deux équipes ont également des grands rouleurs qui peuvent faire la différence sur un plan collectif.

    Les autres éqipes sont condamnés à un coup de force dans la dernière semaine. Mais le parcours s y prête (Yates ?).

    Allez, je joue un jeune coureur, 25 ans ou moins de chez DQS ou de chez INÉOS.

    0
    0
    • Edgar Allan Poe

      Perso, je n’aimerais pas qu’un DQS gagne : marre de cette équipe à la réputation sulfureuse depuis des décennies, marre de Van Mol, marre des agissements de Lefevere et de ses déclarations pleines de suffisances, marre (déjà) d’Evenpoel sûr de son fait alors qu’il n’a pas couru depuis bientôt 10 mois, marre des sachets à cacher…
      Yates, je ne voudrais pas non plus accuser sans preuves, mais depuis son Giro 2018 où il volait pour au final, faire une Zulle, quelque chose me gène chez lui. À ce niveau, je ne comprends pas comment il peut sortir les gars au train dans les bosses. En tête des favoris en plus…
      Je préférerais voir émerger un Ineos. Rien de plus certain que les autres, mais au moins un peu de réalisme…
      Je risque d’être déçu !

      12
      5
  15. nick

    ouais, c’est vrai, et puis, si on se dirigeait vers un duel evenepoel/yates, eh bien au moins ça ne me ferait pas regretter de ne pas pouvoir suivre la course (et d’avoir envie d’éteindre la tv, comme en 2018),

    ainsi de l’été passé : je me souviens de sa façon de célébrer sa victoire sur le blanco à burgos, non mais franchement,

    2
    3
  16. Mathieu

    Je regarde le prologue du Giro.
    Les braquets utilisés sont affichés à l’ecran.
    Premier coureur, 56-44 x 11-30
    Second coureur 58-46X 11-30…
    S’agit il d’un phénoméne inflationiste ou j’ai pas bien compris la notion de vélocité…?
    Quant Hinault utilisé un 54×12 , le suiveur pensait qu’on avait atteint le maximum…
    C’était le Monde d’avant.

    4
    1
  17. marius

    La ligne de chaîne est mauvaise, grand plateau, petit pignon. C’est ce qui arrive lorsque l’on veut empiler 11 ou 12 pignons à l’arrière.
    En remplaçant le traditionnel 54 dents par un 58 ou 60, on n’a plus besoin d’être sur le plus petit pignon de 11 dents mais sur le 12 voir le 13.
    54×11=58×12 .
    Les meilleurs ont une cadence de pédalage supérieure à 100. Filippo Ganna devait rouler avec un 60×13, soit 60 km/h à 100 tr/min.

    6
    0
    • Mathieu

      Merci infiniment pour cette information que j’ignorais.
      Effectivement cela à un sens.

      0
      0
    • steph

      @marius
      Je n’arrive plus à retrouver le papier ou il était expliqué que ce ne serait pas tant un problème de ligne de chaine que de diamètre -et donc de circonférence- des couronnes de pignons.
      En gros : la ligne de chaine « tout à droite » n’est pas si mauvaise car les chaines sont maintenant étudiées pour subir des torsions latérales bien moins optimale sans induire davantage de « résistance de friction » (pas sûr que le terme soit le bon).
      Par contre – et de façon assez contre-intuitive – la « résistance » est plus importante quand la chaine s’enroule sur une petite circonférence que sur une grande. C’est aussi la raison de l’utilisations assez récente de galets de dérailleurs surdimensionnés.
      A creuser/confirmer

      3
      0
      • marius

        Oui, le diamètre d’enroulement de la chaîne est important et plus il est grand, moins il y a de frottements. C’est pour cela que les pros ont adoptés la cassette 11-30, pour pouvoir utiliser en bosse les grosses couronnes avec le plateau de 53. Quand aux galets surdimensionnés, je serai moins catégorique, ils sont menés et donc ne vont pas générer de couple résistant. Il faut savoir que le sponsoring matériel dans les équipes est important financièrement . Alors, même si l’on sait que cela n’apporte rien de plus et rien de moins, on monte ce matos à gain infinitésimal. En CLM, il y a plus à gagner sur la position du coureur et sur la matière de la combinaison, que sur des galets céramiques.
        PS. 25000€ le Bolide personnalisé de Ganna.

        4
        0
    • Edgar Allan Poe

      Question ligne de chaîne, on m’a offert un VTT mono plateau, 12 vitesses (quasi impossible de trouver un double plateau aujourd’hui). Je préfère ne pas regarder la ligne de chaîne quand je pédale… 😱😱😱
      Un marchand de cycles m’expliquait que plusieurs marques sortent des vélos mono plateau, à prix d’appels, entre 400 et 800€. Beaucoup d’ados achètent ou se font offrir ces vélos. Ils ne les entretiennent qu’assez peu, et au bout de quelques mois, l’usure genérée par le combo mono/12V fait qu’il faut changer la chaîne, le plateau qui est cramé, et la roue libre qui est faite d’un bloc. La note s’élève entre 200 et 400€, soit entre 50 et 100% du prix du vélo. Les parents apprécient!!!

      4
      0
      • marius

        Je plussoie EAP, la ligne de chaîne des VTT 12v mono plateau est catastrophique. J’en ai un, lorsque je le suspend et fait tourner le pédalier sans la chaîne, c’est très fluide. Dès que je remets la chaîne, les frottements sont énormes sur les dentures extrêmes. Heureusement, en tout terrain, cela se ressent peu, vu la vitesse que l’on peut atteindre en 32×50 dans un mur à 30%. VTT en ce moment sur Redbull TV. Pidcok fait un énorme numéro. Dans le groupe de tête avec le dossard 100….

        2
        0
  18. Martinez fait un très bon chrono !

    0
    0
  19. Wolber

    Evenpoel a 1 seconde de Cavagna. J immagine les discussions dans les hôtels.

    1
    0
    • C était un peu attendu. Victor Campenaert en avait fait son favori.

      0
      0
    • La demie surprise vient plus tôt du fait qu il est derrière João Almeida. La DQS réalise un joli tir groupé.

      0
      0
  20. marius

    20 secondes au bénéfice d’Evenepoel sur Bernal sur un chrono plat de 8km. Cela démontre un niveau de puissance très supérieur du belge. N’étant pas une enclume, s’il récupère bien chaque jour et encaisse les jours de courses, je ne vois pas comment Evenepoel serait privé d’un podium. Sur le papier, il est plus fort que Yates. Il a un profil à la Roglic, alors que Bernal comme Hindley sont de purs grimpeurs et vu leurs niveaux de puissance sur ce chrono, moins suspects. Je sors ma boule de cristal et je vois 2 groupes de coureurs. Evenepoel, Almedia, Yates d’un côté et Bernal, Hindley, Landa de l’autre.
    La première arrivée au sommet permettra de voir une première hiérarchie et capacité des équipes à faire un train dans les cols. Ça tombe bien, mardi il y a un pétard de 4 Km à 10% pour rejoindre l’arrivée. On saura si on peut espérer voir une course ouverte et indécise où perdre ses illusions comme sur le Giro 2018. Je me rappelle du numéro de Yates et Chavez sur les pentes de l’Etna, ridiculisant Dumoulin et Pinot en très grande forme.

    6
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.