Tous les jours, la passion du cyclisme

Giro: ce qui reste à prendre

Le taulier est de retour…

Alors que le Giro reprend aujourd’hui après le deuxième jour de repos, quelques réflexions sur la course jusqu’ici et sur ce qui reste à prendre d’ici l’arrivée dimanche prochain à Milan.

L’étape d’aujourd’hui d’abord, 193 kms vers Sega di Ala, une arrivée en altitude qu’on connait mal, mais qui s’annonce redoutable: 11km à 9,8% de moyenne, des passages très pentus sur le haut avec notamment deux kilomètres à plus de 12%, et un court passage à 17%.

Juste avant, les coureurs devront franchir le Passo di San Valentino.

La chance des coureurs aujourd’hui? Pas d’altitude. Le San Valentino culmine à 1315m.

Et une météo clémente.

Le reste de la semaine ne sera pas simple pour autant. Sur les cinq étapes restantes, on compte trois arrivées en altitude (incluant aujourd’hui) et un chrono de 30 bornes dimanche prochain à Milan. Belle débauche d’énergie pour les coureurs!

L’étape de jeudi sera l’étape de récup. Vendredi, 176kms et une arrivée à l’Alpe di Mera, 1500m d’altitude.

Samedi, la grosse étape restante, avec 164 kms et deux cols à plus de 2000m d’altitude, le Passo San Bernardino et Passo di Spluga, avant l’arrivée à l’Alpe Motta où la Madonna d’Europa accueillera les coureurs. À partir de la mi-étape, plus de répit pour les coureurs, ca montera et ca descendra jusqu’à la ligne.

Si Egan Bernal est un solide leader au général, épaulé par une équipe Ineos tout aussi solide, tout peut encore arriver sur de telles étapes.

La météo semble vouloir enfin coopérer et les coureurs devraient profiter d’un temps plus sec et plus ensoleillé pour le reste du Giro.

Ce qui reste à prendre

Les deux premières places du général semblent solides, avec Bernal et Caruso.

Surprenant Caruso! 33 ans, pro depuis 2012, pas de grand palmarès, son meilleur résultat en carrière sur un grand tour est une 8e place sur le Giro 2015. Solide cependant, 14 grands tours à son actif, le gus en a jamais abandonné un! Pour lui, une 2e place serait une consécration. Et pour son équipe Bahrain-Victorious aussi.

La troisième place de Hugh Carthy sera probablement la plus disputée, trois coureurs naviguant à quelques 40 secondes du podium, soit Simon Yates, Alexandr Vlasov et Giulio Ciccone.

Bref, tout ce beau monde voudra prendre du temps, et ne diront pas non à une victoire d’étape en cours de route.

Les Romain Bardet, Dan Martin, Vicenzo Nibali, Bauke Mollema, George Bennett et surtout Remco Evenepoel voudront aussi sauver leur Giro 2021 sur les prochaines étapes. On devrait assister à une course de mouvement.

Pour Remco, l’étape de jeudi est probablement celle qui a retenu son attention car le chrono de Milan le dernier jour semble déjà promis à Ganna, 30 kms tout plat en légère descente (le 60 km/h de moyenne est jouable si on a vent de dos!). Avec 231 kms et quatre belles courtes bosses dans les 30 derniers kms, Remco pourrait faire parler sa puissance de train pour tenter un coup dans le final. Il l’a déjà fait plus tôt dans sa carrière, façon Alaphilippe!

Classement meilleur grimpeur

Le Français Geoffroy Bouchard d’AG2R-Citroen est toujours en tête du classement du meilleur grimpeur, 29 petits points devant Bernal. Ca sera très difficile pour lui de rester en tête je pense, il n’aura d’autres choix que de grapiller un maximum de points sur les premiers cols des étapes.

Classement par équipe

Possiblement une belle lutte de ce côté, avec Trek-Segafredo un maigre 6min d’avance sur Ineos.

On saura vite aujourd’hui si ce classement fait l’objet d’une convoitise de l’un ou l’autre des deux équipes. Trek a certainement le plus à gagner d’un succès. Ils ont un coup à jouer, avec Ciccone, Mollema, Nibali.

Le bilan à ce jour

Bernal a manifestement retrouvé la condition qui lui avait permis de gagner le Tour de France 2019. Il explose le temps d’ascension de Gilberto Simoni en 2003 sur le Zoncolan côté Sutrio, par plus d’une minute. Pas de données publiques de puissance pour Bernal (…) mais on sait que pour venir à bout de cette mythique ascension, Caruso a dû développer un peu plus de 400 watts pendant environ 41 minutes. Ouch.

Hasard de la vie, Bernal s’était aussi imposé lors d’une étape écourtée pour cause d’orages de grêle sur son Tour de France victorieux, l’étape vers Tignes en passant par l’Iseran avait à l’époque aussi subit des conditions météo difficiles.

Bernal semble à l’aise sur des routes de gravier, dans la pluie et le froid, et en haute altitude. Des atouts non négligeables, et des conditions qu’on retrouve certainement assez régulièrement chez lui en Colombie, à l’entrainement.

Remco

Le jeune prodige belge a pris une belle claque sur ce Giro, et je pense qu’il s’agit peut-être du premier gros revers de sa carrière. Un sentiment dont parle également son manager général Patrick Lefevere.

Je pense que Remco vient de comprendre ce qu’est réellement le cyclisme professionnel au plus haut niveau, quand tu dois te battre avec des coureurs qui ont déjà remporté des grands tours. Pas simple.

Il va apprendre, pas inquiet là-dessus. Et puis, quand tu as le moteur, ben tu as le moteur. Ça, ça ne se perd pas.

Je suis plus inquiet des limites techniques qu’il a montrées, que ce soit sur les Strade Bianche où il n’était pas à l’aise du tout, ou dans les descentes de cols, surtout sous la pluie.

En clair, Remco descend comme un fer à repasser. Probablement pas étranger à sa violente chute dans la descente de Sormano l’an dernier, et qui lui a valu des mois d’hôpital.

Son équipe Quick Step devra prendre le taureau par les cornes. Lui faire faire du karting peut-être, ou le sens des trajectoires est tout. D’autres coureurs ont pu s’améliorer considérablement dans ce registre par le passé, je pense par exemple à Thibault Pinot.

Les échappées

Je sais pas vous, mais le nombre d’échappées qui sont allés au bout sur ce Giro m’a frappé. On n’avait pas vu ça depuis 20 ans sur les grands tours. Exit le retour du paquet dans les 10 derniers kilomètres, cette année le peloton du Giro laisse filer, avec la bénédiction des Ineos. Ca fait quoi, 7 ou 8 étapes que la victoire se joue parmi les coureurs devant? Intéressant! De quoi en tout cas raviver l’intérêt de se lancer tôt dans pareils raids. On sait jamais, sur un malentendu, ca peut marcher… plus aujourd’hui qu’hier! Espérons notamment qu’un Antoine Duchesne pourra en prendre une belle prochainement…

Lotto-Soudal

Encore cinq étapes et il leur reste… deux coureurs en course! Caleb Ewan a certes remporté deux étapes avant de quitter la course, mais l’équipe belge a depuis été décimée.

Qhubeka-Assos

L’équipe sud-africaine est restée en WorldTour in-extemis à la fin de la saison passée. Elle vient de signer trois succès en cinq étapes sur ce Giro, c’est la fête totale de leur côté: d’abord Mauro Schmid, puis Giacomo Nizzolo et enfin Victor Campenaerts. J’ai l’impression que l’ambiance au sein de cette formation est au beau fixe, et des succès en appellent souvent d’autres!

Photos

Très belles photos de l’étape du Giau avant-hier, vraiment. Merci à thierry pour le lien.

Ambiance bord de la route

Partager

Précédent

Bernal, option victoire

Suivant

Giro: c’est pas fini!!!

24 Commentaires

  1. jean michel

    Geniales ces photos ! C’ est « cyclisme de legende », on a l’impressin d’etre au bord de la route a les voir passer. On est satures d’images, mais celles-ci ont quelque chose de plus.

    3
    0
  2. Robert

    Grâce au mauvais temps nous avons eu droit à une très belle étape et surtout de belles images où on peut bien voir les coureurs sans ces horribles lunettes colorées. Bernal a au moins une chose en commun avec le Pogacar du TDF 2020. Il va remporter ce giro avec des freins à patin. Preuve que l’intérêt du disque dans les descentes de cols avec ou sans pluie c’est du pur marketing.

    22
    0
    • marius

      200% d’accord pour les lunettes, que dis-je, les masques de ski. Il suffit de regarder les photos d’époque des Anquetil, Merckx, Hinault sans lunettes, sans casques (bon, pas bien). Les Bobet, Coppi, Bartali portaient des lunettes de motards, normal, les routes n’étaient pas goudronnées, le Gravel existait déjà. Même en VTT, les coureurs en mettent dans les sous-bois et avec des écrans foncés. J’ai essayé, j’ai pas aimé. En tant que Pro, c’est leur job, la plupart ne les payent pas, voir on un contrat de sponsoring. Les pros n’ont pas besoin de freins à disques, ils ont la route fermée, pas de camping-car chicane devant eux. Ineos a suffisamment de poids pour imposer à Pinarello de continuer à fournir du patin mais au niveau des ventes, la bascule est faite et ça, c’est le consommateur qui décide. Si au départ, l’intégration des câbles et disques était franchement laide, certaines marques ont plutôt bien réussi. Par contre, les mécanos doivent impérativement prendre un relaxant, avant de remplacer une gaine de frein…et le client, prévoir un crédit relais. Mon Bouchard m’avait dit qu’un remplacement de 2 disques, 2 plaquettes, purge en Dura Ace, c’était pas loin de 250€.
      Non ?
      Si!
      Combien un jeux de patins?
      Maintenant, pour avoir testé le freinage patin dans une descente de col sous l’orage avec des Hyperon (carbone boyaux) . Le salaire de la peur. Je dois être maso , je roule encore avec, sauf s’il pleut, je suis pas pro moi. Faudra s’y faire, comme en vtt, il n’y aura bientôt que des vélos à freins à disques.
      Je roule à VTT et ma fois, ça fonctionne bien, mais il y a moins d’usure, car moins de freinage.

      4
      0
      • Edgar Allan Poe

        30 balles environ les 4 patins Swisstop haut de gamme, spécial carbone. Excellents sous la pluie, avec une paire de jantes Enve hors de prix, si achetées neuves, mais avec une belle bande de freinage dédiée. Ça crame un peu du patin, mais ça freine.
        J’ai aussi fait un saut dans le grand vide en grande partie dû à des jantes carbone/boyaux et des patins mal adaptés. Comme toi, je connaissais la dangerosité du produit, mais mes patins commandés chez mon marchand de cycles n’arrivaient pas. À trois jours près, je sauvais une de mes dorsales !!!
        Quand je commande sur internet, je suis livré sous 2 jours. Quand mon marchand de cycles commande, j’attends entre 15 jours et un mois pour que ses fournisseurs et grossistes veuillent bien le livrer! Génial les intermédiaires qui plombent les détaillants !

        8
        0
    • Edgar Allan Poe

      Tu l’as dit Robert !
      J’ai commencé la lecture d’un article de Cyclist consacrée aux roues à disques. J’aime lire ce magazine, même si on y cause Rapha, cuissard à 350 balles ou guidon Enve à 459€, par exemple. À mi lecture de l’article, je vomis le parti-pris. Les ingénieurs interrogés rivalisent d’arguments bidon pour nous expliquer que sans roue à disque, on en revient au grand Bi! Au hasard : les jantes sont plus légères (-40 grammes chez Enve), mais on ne dit pas que les roues sont plus lourdes : plus de rayons pour tenir la pression du freinage excentré, les disques… moyeux en alu obligatoires. À noter qu’on est revenu a un rayonnage croisé. Une (r)évolution ?
      Apparemment, il n’y a plus besoin de la même qualité de carbone sur la jante car le frottement des patins a disparu, de fait. Donc, moins de carbone, des procédés de fabrication plus simples, et des roues plus chères… On nous explique même que l’équipe Canyon-SRAM a couru la saison 2019 avec des tubeless de 30, gonflés à 4 bars. Formidable ! Contador faisait gonfler ses boyaux à 10 kgs.
      Chaque fabricant donne les Watts économisés, tant en pénétration dans l’air qu’en rendement. Quels instruments de mesure? Quelles conditions ? Quelle structure neutre d’évaluation ?
      Il paraît même que les nouvelles roues Bontrager tubeless sont garanties deux ans contre la casse! Génial ! Ben non : un produit manufacturé est garanti deux ans en Europe.
      Chaque fabricant semble aussi y aller de sa largeur interne de jante : il n’y a plus qu’un seul pneu vraiment adéquat par roue, celui du fabricant, ou d’une marque alliée.
      Bref, comment avons nous pu vivre aussi longtemps sans freins à disque ?

      17
      0
      • noirvélo

        Comme toi , EAP , j’ai lu le dernier « Cyclist » … Heureux de voir que des roues à disques « haut de gamme » pèsent bien plus lourd que mes roues légères , mais toutes les deux à jantes alu à 1450 g soit environ 150 à 200 gr de moins (à part Enve!) , que des jantes carbone bien plus « hautes, plus larges , et à bien plus de rayons !!!) … On nous avait bien dit aussi que plus de rayons dans une roue c’était moins aéro » , non ??? …. Si tu savais comme je me sens bien de rouler sur un titane à l’équipement soi disant « dépassé » , roues , freins , dérailleurs , mais plus léger que des vélos à cadre carbone aéro à l’équipement dernier cri , je dirais même dernier hurlement … « Laisse aller , c’est une valse » , ce n’est pas dit par André Pousse dans un polar ?
        Autre article , celui des sprinters !!!! lorsque tu vois par où doivent passer les sprinters pour performer , niveau technique , matériel , stratégie , mental , moral , physique , tu prends peur ! On peut comprendre les burn out suite à des absences de forme , de résultats , de chutes …
        Le vélo , ça fait rêver , ça peut le faire , un certain temps , mais certainement pas toujours … Et vaut mieux avoir le niveau parce que « ramer dans le milieu » …. c’est moins bien que faire du pédalo en famille et en vacances après sa sortie du matin , heureux …

        3
        0
  3. p'tit lucien

    Avec cette amputation des cols de Fedaia et de Pordoi dans l’étape-reine, du coup les gars se sont tapé presque 1900 mètres de dénivelé continu (excepté une très courte descente aux 2/3) pour monter le Giau ! Waoh quand même. ça aussi, ça rapproche des conditions rencontrées en Colombie.

    Lotto-Soudal… ouais, dont le valeureux Thomas De Gendt, abandon pour douleur au genou. Lui qui avait terminé 3e du Giro 2012 après avoir gagné l’étape-reine d’alors, l’enchainement Mortirolo-Stelvio !

    2
    0
  4. Brezient 1

    Bravo E. Bernal.
    Merci, Laurent, pour le post, la vidéo et les photos.

    0
    0
  5. missbecaneenfolie

    La tendance actuelle des organisateurs pour les grands tours nationaux (Vuelta, Giro et France) sont nettement à l’avantage des grimpeurs. Pour ce Giro en particulier, le nombre d’étapes en montée pour atteindre la ligne d’arrivée favorise seulement un type, les grimpeurs. Et dans ce domaine de spécialité, c’est quasiment de l’aide humanitaire internationale pour la Colombie!
    Bref, saturation des cols.

    1
    1
    • Edgar Allan Poe

      Je pense que les organisateurs essaient de proposer des parcours qui puissent faire la différence entre les coureurs, dont le niveau tend à s’équilibrer, et qu’ils veulent aussi éviter les courses gerées au mm depuis la voiture des DS qui voient inexorablement fondre le peloton sur l’échappée du jours à quelques kms de l’arrivée. Et vu qu’aujourd’hui, des gars comme Ganna, Moscon ou dans un autre genre Van Sert, sont capables de faire monter les cols comme des grimpeurs, voire même de triompher sur des étapes très vallonnées, les organisateurs cherchent les parcours casse-pattes.
      À noter que chez les amateurs, c’est la tendance inverse, du moins à mon niveau. En dehors des cyclo sportives, il est quasiment impossible de trouver une course Hors grimpee chrono, où l’on monte un « vrai » c

      5
      0
  6. Zenou

    Une défaite pour Evenepoel ? Il n’est pas sur une course de reprise après 6 mois sans courir ?
    Pour ce qui est de ses difficultés en descente je ne sais pas si elles ont provoquées sa chute l’an dernier où si elles sont la conséquence de sa chute.
    Bon il ne faut pas oublié qu’il n’a commencé le cyclisme(les compétitions) qu’en 2017.

    4
    0
    • Faut vraiment être borné pour penser que ce jeune coureur allait rivaliser avec les dix premiers du GC, franchement… Bon grimpeur et typé pour les courses d’un jour, classiques Belges etc. Mais pas pas pour le Giro VS Bernal & co.

      0
      0
  7. Lemond

    Magnifiques les images!!

    0
    0
  8. Edgar Allan Poe

    C’était peut être trop tôt pour lui enlever ses roulettes, tous comptes faits. 🤕😁

    0
    1
  9. slam99

    Aïe! On a beau changer de sujet, mais Remco nous force à y revenir. Par dessus le rail dans la 17e du Giro: Remco par dessus le rail de sécurité

    1
    0
  10. noirvélo

    Ahhhh …. les journées de repos !!! Une bonne descente de « carabinieris » pour voir comment ça se passe les « vidanges » … à moi ça me manque , et c’est toujours le paradoxe entre « classe & courage » et « magouilles & suspiscion » … Il est vrai que perso , je me gâche toujours un peu de ce plaisir pur , innocent lorsque je les vois monter les cols à ces vitesses et à ces cadences de pédalage … Je regarde , mais jamais totalement libre et serein …Trop de vilaines choses sont passées par là , désolé les amis ! une absence de pouces me fait toujours plus de bien que des pouces rouges , çà , vous pouvez le comprendre …

    4
    0
    • Edgar Allan Poe

      C’est vrai, Noir vélo, ça manque. Les instances et les équipes sont super rodées maintenant.
      Affronter les avocats pointures du barreau, carmés par le boss d’Ineos, aux fonds… sans fond, ça fait réfléchir. Idem avec Lefèvere qui a fait ravalé sa bile à 3 journalistes de Het Laaste Nieuws, condamnés à lui verser 500.000€ pour avoir titré un article « Lefevere, 30 ans de dopage ». Ça calme!
      Je suis nostalgique des excuses bidon quand un membre de l’entourage d’un coureur se faisait arreter le coffre de la bagnole rempli d’EPO et autres médocs destinés au toutou de la famille, à la belle mère, au DS qui a des dysfonctionnements érectiles.
      La mafia qui intervenait pour lâcher un coureur protégé pour des questions de paris, ça aussi, ça avait de la gueule!
      Maintenant, on planque la bomba dans les poches, et on se défend en disant que c’etait des chocos et en criant au complot, et on la passe au soigneur à l’intérieur du gant après l’arrivée. Même l’eurovision est plus marrante !
      En attendant, le record de Simoni sur le Zoncolan a volé en éclats. Dans un froid glacial, après 180 bornes, 13 jours de course…
      Simoni avait gagné devant Popovych(!), Casagrande (!!) et… Pantani (!!!)

      6
      0
      • mica

        Réponse commune à N Vélo et EAP : le moins que l’ on puisse dire, c’ est que  » ça balance » pas mal dans vos 2 derniers posts !
        Pas de langue de bois en tout cas, y en a qui ont pris des floppées de pouces baissés pour beaucoup moins que çà…….
        La flamme rouge , un forum subversif ?……un peu, beaucoup, mais passionnement…
        Mais, comment Laurent peut il vivre çà , lui si mesuré, si posé……ne se met il pas en danger en nous laissant parler ?
        EAP: j’ ai bien aimé ton inventaire des suivants de Simoni dans le Zoncolan d’ il y a quelques années ; tout un programme….une leçon d’ histoire…..
        Un quidam qui « tomberait » sur ce forum pourrait croire que certains, ici, détestent le cyclisme…….alors que c’ est exactement le contraire…..quel paradoxe!

        2
        3
      • noirvélo

        Suite à sa chute et son arrêt hier Remco s’est de nouveau fait fouiller à très haute vitesse dans les poches par un … « proche de la famille » … La gente retiendra qu’il est courageux , le gamin , à d’autres … Pu…. de complotistes qui gâchent le spectacle , il revenait si « fort » , notre petit champion !!!

        1
        0
  11. mica

    Depuis l’ EHPAD de St Michel de Double:
    Vous voulez des « échappées » qui vont au bout ? Rien de plus simple.
    Les DS vont concocter « aux petits oignons » une liste de coureurs compatibles qui ne vont pas influencer le classement général.
    Dans cette liste, il faut quand même de bons rouleurs pour « faire le travail ».
    Tout l’ art consistera à faire gagner le nombre de minutes idoine, une fois « l’ écart fait » le groupe de devant et le peloton rouleront , relativement tranquillement, et à la même vitesse.
    la 3 emme partie de plan consistera à déclencher une sorte de poursuite dont on sait qu’ elle sera vaine si, volontairement, elle se déclenche trop tard.
    Depuis leur poste de commandement (voiture branchée, informatisée, « tablettisée « télévisée, gps, ) les DS seront à la maneuvre et discuteront entre eux pour désigner les équipes qui assureront un semblant de poursuite
    J’ exagère à peine……voila les « recettes » d’ une « échappée qui va au bout.
    Un peu (beaucoup) artificiel, mais les DS ont bien senti, désormais ,que ça plait au public!

    6
    4
  12. Lbi

    Les courbes de forme de yates et bernal viennent de se croiser. Yates irrésistible.
    Sauf miracle, bernal ne sera pas sur le podium.
    Allez yates- carruso et un astana
    Bernal , et bien je lui conseille de suivre ses équipiers sans jamais se remettre dans le rouge. Mais ça suffira probablement pas.

    3
    0
    • mica

      lbi: tu es super affirmatif, le moins que l’ on puisse dire, c’ est que tu te mouilles vraiment; nous verrons bien si tu as raison.
      La journée de repos serait elle passée par là?….. si l’ un en a bénéficié d’ une « recharge », l’ autre a du avoir un « traitement  » comparable. Yates tire t’ il leçon de son expérience de la 3 eme semaine d’ il y a 2 ou 3ans?
      Il n’ y a pas si longtemps Bernal et Evenépoel « la jouaient  » à coups de bonifs. dans les étapes de plat……le remake serait il entre le Colombien et le Britannique maintenant ?
      Heureux organisateurs en tout cas……Le scénario serait il digne de celui du dernier TDF?
      Evenepoel vient de décider d’ abandonner, c’ est ce qu’ il avait de mieux à faire désormais.

      1
      1
      • Lbi

        Il manque à bernal le plus important, ce que froome, evans, ullrich, armstrong, etc avaient, un haut de corps solide…
        Maigrir à tout prix provoque faiblesses et defaillances.

        0
        0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.