Tous les jours, la passion du cyclisme

Trop dur, les Canadiens Maitres?

Sur la base de l’expérience de septembre 2021 et selon l’avis de nombreux coureurs, la réponse est oui pour ce qui est du parcours de Victoriaville dans un peu plus d’une semaine.

Au cours des derniers temps, j’ai pu constater que la distance et le dénivelé de ces Championnats canadiens maitres 2022 font encore peur cette année, malgré les modifications au parcours de l’an dernier.

132 kilomètres chez les Maitres 1 et 2, incluant trois tours d’un circuit assassin, ce qui veut dire trois fois une rampe qui est assurément plus difficile à encaisser que Camilien Houde ou la côte de la Montagne à Québec. Certains pourcentages dans cette rampe de trois kilomètres dépassent les 18%.

Sur un tel parcours, c’est une sélection par l’arrière. Course d’équipe? Je demande à voir! L’an dernier en tout cas, il n’y a pas eu de course d’équipe. Je le sais, j’y étais.

Il y a eu des Championnats canadiens élite moins difficiles…

Les quelques coureurs maitres disposant d’un rapport poids-puissance supérieur à la moyenne et d’une excellente VO2max y trouveront leur compte, puisque 90% du peloton sera éliminé par simple attrition.

On connait ceux qui pourront s’illustrer, et ils en ont le mérite. En gros, vous prenez les mêmes que l’an dernier, c’est une bonne base. En M2, je peux presque déjà vous décliner le top-10. Je n’en fais pas partie!

Il faut toutefois s’inscrire!

Il y va de la survie du cyclisme sur route au Québec.

L’organisation de l’événement de Victoriaville, Alexis Pinard en tête, ne ménage pas les efforts pour faire de cet événement un incontournable de l’année, et ce depuis plusieurs années déjà.

C’est pas moins de quatre jours d’événements et de festivités qui sont organisés. Le programme est ici. On peut donc aussi y venir en famille, tout le monde y trouvera son compte. J’ai expérimenté l’an dernier avec mes parents.

On pourra facilement passer plusieurs jours à Victoriaville dans une ambiance résolument cycliste et… festive.

En marge des Canadiens, vous avez aussi le GranFondo UCI, épreuve de qualification aux Mondiaux UCI chaque année (en Italie à l’automne prochain). Et en 2026, c’est ici au Québec que ces Mondiaux prendront place, dans cette même région de Victoriaville.

On aura même droit à un critérium sélection retraite!! Pour le moins original…

Bref, si j’aurais souhaité un parcours un peu plus ouvert pour permettre d’attirer un maximum de coureurs et pour créer une course plus intéressante sur le plan tactique, je soutiens également qu’il faut s’inscrire à cet événement question de soutenir le cyclisme sur route, et de participer à un événement « épique ».

Dans 15 ans, ce parcours vous permettra encore de dire à vos collègues admiratifs « j’y étais, je l’ai fait »!

Partager

Précédent

Le Tour de l’actualité

Suivant

Canadiens: la suite, avec Alexis Pinard

30 Commentaires

  1. Difficile de justifier toutes ces dépenses de course , pour en arriver à se faire larguer royalement sur un parcours qui est conçu strictement pour les vrais grimpeurs….
    Frais de voyage, inscriptions, matériel de course, etc…
    Pas sûr de comprendre ; ils se plaignent que le taux de participation est bas et puis ils organisent un parcours tout de même très sélectif-spécifique qui récompensera le type « ultra grimpeur ». Même toi Laurent, qui est de ce type, tu en as arraché l’année passée…

  2. Momo

    Pour ma part, j’ai fais une reco du parcours la semaine passée. Décision: je n’y serai pas. Beaucoup trop difficile lorsque tu regardes qui sera la, c’est certain que le pack sera lapidé avant la fin du premier tour. 100$ d’évènement, 100$ de gaz, la journée loin de la famille, être détruit mentalement pendant quelques jours (lire motivation)… sélectif, oh que oui. Je commence à être trop vieux. Je me dis que je ferai plus du 3/4 de la course avec 2-3 autres gars largués également. Perso, je ne trouve pas de plaisir la dedans. Je souhaite bonne chance aux vrais guerriers qui y seront. Have fun ✌️

    • Et voila…! La réalité se fait graver sur la pierre…
      Pas drôle quand on se sent déja battu et démoralisé avant même d’avoir pris le départ ! 😫

    • noirvélo

      Pour te consoler , une bonne sortie avec les copains avec un bon gueuleton au bout et les femmes qui vous rejoignent , çà la fait et même très bien !!!

    • Quelqu'un

      Je trouvais déjà il y a 5 ans que les maitres se prenaient trop au sérieux: des 20 000km par année sans vouloir rouler élite pour être avec « les amis ». Et bien voilà, ce que ça donne: démotiver des coureurs et un organisateur qui se prend pour Amaury Sport pour nous donner un « show ».

      Quoiqu’avec tout les défis qu’on nous sert, les uns qui deviennent plus débile que les autres…. Étonnez-vous pas que ça va faire fuir bien du monde.

      • dartmouth11

        Effectivement absurde et cet état d’esprit se voit même dans les sorties les plus amicales. Ca fait longtemps que j’ai arrêté ce manège stupide pour apprécier chaque secondes dans le vent a suivre des routes urbaines ou naturelles, en plus de prendre le temps d’apprivoiser d’autres sports. C’est carrément absurde pour un sport de vie ou la gagne est effectivement importante mais pas aucunement prioritaire. Après on se demande pourquoi un Adonis de 70 ans se fait prendre en double dose de merdouille. Le vélo perd bien des plumes avec ce genre d’inclusion malsaine. On a mesuré le taux de divorce chez ces pépères ? Et que dire de l’absentéisme famélique chez les femmes. Voyons… On s’en plaint depuis des décennies et c’est la solution qu’on nous présente ?

    • Antoine

      Quelle est le dénivelé positif sur la course de 130 km?

  3. marius

    Si j’ai bien suivi, les catégories maîtres au Canada, sont l’équivalent des masters en France.
    A partir de qu’elle âge ?
    En France, on peut courir et ou être classé en Master dès 30 ans 😁, avec des classements tout les 5 ans.

  4. missbecaneenfolie

    Chez les femmes masters, 2 catégories officielles à part du Fondo pour sélection des Mondiaux où les catégories sont nettement plus détaillées et intéressantes.
    Mais des mondiaux juste pour grimpeur en Italie à la recherche du prochain Charly Gaul!
    La démobilisation est importantes notamment les 50 ans et plus (femmes à tout le moins).
    Une tentative bien timide de notre Fédé (qui en a que pour la relève vers l’internationale en juniors et élites) a été faite seulement sur quels départs faire: avec jr et élites femmes ou avec masters 3-4-5- hommes.
    Larguée dès le départ est un constat.
    Humiliation, frustration, orgueil mort et courage disparu.
    A toutes ces dépenses, si tu n’as pas le camping-car, oublie ça.
    Et encore! Plusieurs impondérables ensuite.
    La pluie, le vent, les montées tueries totales, à se sauver de la voiture-balaie?
    Hey tite fille, regarde passez les béciks?
    Même pas!
    A ce coût, je ne suis pas monarchiste: adieu petite reine…

  5. Edgar Allan Poe

    Je ne suis pas loin de croire que quand on est vieux, on se plaint tout le temps !🤣
    Pour moi, c’est l’inverse : les courses en fédération (FFC ou FSGT), dans les petites catégories où l’on retrouve l’équivalent des masters, se font sur des distances de …50, 60 kms, et en général, on tourne autour d’une église avec un dénivelé dérisoire. J’y tire mon épingle du jeu car les gars font en général une heure à bloc, puis tombent comme des mouches. J’y vais pour prendre du rythme, sachant que rien ne vaut les efforts en course pour ça, mais vu le coût de l’essence, j’ai maintenant quelques hésitations à faire 300 bornes de bagnole pour 1H45 de course !
    Exit les belles courses en ligne avec des cols ou un peu de denivelé, quelle que soit la catégorie et le niveau de pratique.
    Je ne comprends plus : les gars font des milliers de kms en hiver, s’exposent sur les réseaux sociaux en photo au sommet des cols, et passé fin avril, il n’y a plus personne en course. : ils réclament des courses plates, du genre 50 bornes avec 300 à 400 mètres de denivélé maxi, après c’est trop dur et trop long !
    Je me rabats sur les cyclosportives, mais là, le coût d’inscription est élevé, et demande de longs trajets en voiture, ou de coucher sur place la veille. Quand mes enfants étudiants me demandent 10 ou 20 balles pour une sortie, et que je viens de lacher …50 ou 60…voire plus de 100 pour une cyclo dans les Alpes début juillet, j’ai un peu honte !
    Dimanche, je fais une cyclo dans les Alpes. Ce sera départ en voiture à 5 heures du mat pour un départ de course vers 8H30. J’aurai déjà bouffé de l’énergie avant la coup de pistolet!
    Finie l’époque des 80/90 où chaque week-end, j’avais 2 à 3 courses interessantes dans un rayon de 50 kms autour de chez moi.
    Des « Teams » se constituent pour courir les cyclos, mais elles sont le fait de spécialistes, beaucoup plus jeunes que moi, ou de cyclistes qui ont été cooptés.
    Pour le reste du peloton, c’est une passion…honéreuse et parfois épuisante à gérer qui risque elle aussi de s’estomper dans le temps. Question de mode aussi.

    • J’ai moi aussi du mal à comprendre nos amis outre-atlantique qui se plaignent d’avoir de trop beaux circuits.

      Même s’il est vrai que quand c’est difficile, chacun est à sa place et qu’il faut accepter de faire la course sans aucune chance d’être devant quand l’on n’a pas le niveau.

      Il faut du recul et un certain degré d’acceptation, tout le monde ne né pas champion et les circonstances de la vie, le travail, les blessures, ne permettent pas toujours d ‘être devant. Il faut savoir faire preuve de philosophie.

      Puis la pratique du vélo est multiple et il n’y a pas que la compétition.

      • Quelqu'un

        Le hic est que chacun n’est pas à sa place Québec. Les maîtres se prennent pour des élites sans vouloir courir avec l’élite.

    • noirvélo

      Ma grand mère déjà faisait les courses et ne se plaignait jamais … 😂

  6. Marc

    Engagez-vous qu’ils disaient!

  7. En fait, les Canadiens rêveraient d’un circuit « pas terrible » comme pour les Championnats de France pro avec une bosse qui passe grand plateau.

    Et nous, nous reverions de voir nos Français se tirer la bourre sur une boucle identique à celle des championnats vétérans Canadiens. 😉

    https://www.eurosport.fr/cyclisme/championnats-de-france/2022/decouvrez-le-parcours-de-la-course-en-ligne-des-championnats-de-france-avec-la-reco-de-jacky-durand_vid1702142/video.shtml

    • noirvélo

      Ouais , c’est ça !!! on inverse les « grincheux » … 😂

      • Finalement, beau championnat de France tout de même 😉

      • Steph

        Beau championnat….bof bof….mais Beau Champion,, sans aucun doute !

      • Vu ce que l’on nous disait du parcours, je persiste… tres beau championnat avec une dernière heure de course indécise pleine de combats et de suspens… et très belle victoire en force d’un équipier modèle.

  8. Et quelle prétention et manque d’imagination et de clairvoyance de la par de Marc Madiot qui met toutes ses pommes dans le même panier alors qu’il dispose de 12 coureurs.

    Ce n’est pas Bruno Amirail qui devrait rester à la maison à regarder la télévision en juillet mais bien Marc Madiot.

    • Edgar Allan Poe

      Apparemment, le suspens s’est prolongé jusqu’à l’arrivée.
      Un jeune ami de 20 ans a couru le championnat élite amateurs samedi. Ils ont terminé à 50, je crois qu’il y a eu plus de 150 abandons. Pluie, circuit urbain faisant plus référence à un critérium qu’à une course de championnat en circuit.
      Mon pote est très habile sur un vélo et sprinte très bien. Un peu d’inconscience parfois, liée à la jeunesse. Il s’en est tiré.
      On pourra dire qu’il en faut pour tout le monde, mais les commentaires dans « les milieux cyclistes » vont plutôt dans le sens d’un énième manquement d’une fédération obsolète et dépassée…

      • Steph

        C’est ça, au delà de la polémique sur la sélectivité (ou pas) du parcours, faire des championnats de France un pov’ cri-cri dans les zones pavillonnaires de Cholet coincées entre Bricorama et L’agence Pôle Emploi, comment dire… sortez vos mouchoirs… ça tombe bien !
        Et encore, ils auront rasés quelques ilots directionnels et autres chicanes pour l’occasion sinon….
        Il n’en demeure par moins que ce sont les coureurs qui font la course et le final était c’est vrai plutôt sympa (à deux gamelles près) avec un très chouette vainqueur d’une équipe belge (à 3 contre 12)

      • La course a été belle mais il est vrai que ce circuit très urbain était indigne de l’événement et ne contribue pas à revaloriser des championnats nationaux boudés par de trop nombreux coureurs en raison du parcours, du COVID et de la proximité avec le TdF.

    • noirvélo

      Oui , à 12 GFDJ contre 3 Quick , Madiot devrait se cacher et Arnaud aussi , pour sa déclaration : « On sait qu’on veut nous faire la peau » , comme si la compétition était du cyclotourisme !!!

  9. Nans Peters :

    « 31ème
    240 bornes sur un parcours urbanisé de 20 kilomètres à parcourir 12 fois étaient au programme et c’était une belle merde ! Que des relances dans tous les sens. Je me croyais sur un critérium géant. On a fait 46 de moyenne !

    5 coureurs sortis dans l’ultime petite bosse se sont joués la victoire. Sénéchal s’est imposé. Démare règle le groupe peloton pour la place de 6.

    Sur ce parcours pas du tout taillé pour l’équipe on n’a sans surprise pas vraiment pesé sur la course. C’était des efforts très courts dans les relances et les bosses, tout ce que je n’aime pas, du lactique. Je pouvais suivre, j’aurais pu encore faire des tours au seuil mais je n’ai pas le punch pour jicler avec l’explosivité nécessaire pour jouer la gagne. »

    • noirvélo

      Oui Eric ,
      Pour Nans Peter , c’est un constat d’impuissance ! il n’a pas à juger un style de course et un type d’effort qu’il ne supporte pas ! c’est un coursier , professionnel , payé pour çà , il a à s’adapter . Si chacun donne son avis , on va où ? Je suis d’accord dans le fond , un Championnat de France qui ressemble à un critérium urbain , c’est moche , mais le podium a de la gueule , Senechal et Turgis sont des guerriers (Zingle en devenir !) qui sont sur la brèche depuis le début du printemps , qui roulent sur les petites routes pavées et venteuses des Flandriennes , ils n’ont donc pas à avoir honte ! Nans Peter , on commence (et encore!) à en entendre parler en juin , alors à sa place , au lieu de parler de ses insuffisances « explosives , lactiques et giclantes » , il devrait se taire et nous réserver une victoire « montagneuse » sur le Tour ……. où Florian et Anthony n’ont presque aucunes chances de victoires mais restent aussi « verbalement discrets  » quant à leurs capacités …

      • Nans Peters ne nous doit rien. Il sort du Giro et il fait lui aussi des saisons complètes quand il n’est pas blessé. Je ne vois absolument pas de quel droit il ne pourrait pas critiquer le parcours ! A priori, il n’est d’ailleurs pas le seul et même Jacki Durand a lui aussi brocadé le parcours et sur Eurosport !
        Puis bien sûr que si les coureurs sont légitimes pour critiquer un parcours. En tous cas, ils le sont plus que nous.

        « Et allo quoi », c’est un Championnat de France ! Alors il faut un parcours digne de ce nom !
        Car là, c’était plutôt digne d’un Championnat départemental !
        Et encore… j’ai mémoire de championnats départementaux avec des parcours plus sympa.
        L’expression de Steph est très juste : « zones pavillonnaires de Cholet coincées entre Bricorama et L’agence Pôle Emploi, comment dire… sortez vos mouchoirs… »

        Sénéchal et Turgis sont capables de s’imposer ailleurs que sur un parcours urbain. Par ailleurs, peux tu me citer une grande compétition cycliste qui se déroule dans un milieu aussi urbain ?
        Le maillot de Champion de France a vocation à évoluer sur les plus grandes courses du calendrier UCI. Alors le parcours doit plus ou moins ressembler à ce que l’on retrouve sur le reste de la saison. Ce qui ne veut pas dire forcément un parcours montagneux. Il faut que cela tourne entre les différents types de parcours… Mais il faut que cela tourne loin des zones industrielles.

      • J’aime également l’expression de Steph : « ce sont les coureurs qui font la course et le final était c’est vrai plutôt sympa (à deux gamelles près) avec un très chouette vainqueur d’une équipe belge (à 3 contre 12) »

        Le  » à deux gamelles près  » était effectivement important à signaler et courir en ville avec de nombreux virages est toujours plus dangereux. Quand Burgaudeau chute, il vient heurter un trottoir.

        Ce type de parcours tout en relance reste ultra spécifique et dangereux. Alors je partage bien volontiers le compte rendu de Nans Peters qui a fait honneur de sa présence aux championnats de France en terminant la totalité du parcours. Ce simple fait lui donne toute légitimité pour l’ouvrir.

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.