Tous les jours, la passion du cyclisme

Que du Ineos!!!

Y’a pas à dire, l’équipe Ineos-Grenadier est sur une bonne lancée en ce moment.

Hier, c’est le très jeune coureur américain de 19 ans Magnus Sheffield qui a remporté, à la surprise générale, la Flèche Brabançonne.

Une course parfaitement maîtrisée par l’équipe anglaise, qui avait trois (jeunes) représentants dans l’échappée devant, avec Tom Pidcock et Ben Turner, tous des U23.

Rappelons que les Ineos-Grenadier ont remporté dimanche dernier l’Amstel Gold Race avec Michal Kwiatkowski, ont gagné le Tour du Pays Basque avec Daniel Martinez et ont terminé 2e du Tour des Flandres avec Dylan Van Baarle. Tout cela en deux semaines à peine. On fait difficilement mieux.

Cosnefroy et Barguil dans le coup

Le jeune coureur américain a parfaitement su placer son démarrage à quelques kilomètres de l’arrivée, sachant que c’était à son équipe de manoeuvrer.

Une fois parti, personne derrière n’a voulu ramener franchement, certain que soit Pidcock, soit Turner placeraient un contre. Vélo 101.

J’ai bien aimé le comportement de Barguil et Cosnefroy, qui ont tenté quelque chose tour à tour, ne s’avouant pas battu. Les deux confirment leur excellente condition, et il faudra les surveiller sur les prochaines Ardennaises.

Dans l’échappée lui-aussi, Remco Evenepoel a semblé s’éparpiller, multipliant les relances assassines mais sans vraiment faire la différence. Il avait surtout plusieurs équipiers de premier plan dans le groupe derrière, dont Alaphilippe, et aurait donc pu ne prendre aucun relais dans l’échappée qui comptait, rappelons-le, trois Ineos. Visiblement, le jeune coureur belge a encore à progresser tactiquement… ou alors il continue d’insister à vouloir faire son « one-man show »…

Enfin, l’affaire de la chute du champion du monde Julian Alaphilippe fait couler beaucoup d’encre, puisque causée par son propre directeur sportif Geert Van Bondt au volant de la voiture QuickStep-AlphaVinyl. Ce dernier essayait alors de remonter vers l’échappée ou Remco figurait.

Pour moi, un incident de course, certes regrettable, mais un incident de course.

Qui est Magnus Sheffield?

Je connaissais que très peu ce Magnus Sheffield, son parcours est intéressant car son ascension très, très rapide.

En 2018, il gagnait la course junior Green Mountain Stage Race aux États-Unis, ouverte aux amateurs comme moi.

Moins de quatre ans plus tard, il gagne la Flèche Brabançonne en étant passé, dans l’intervalle, par l’équipe américaine Rally en 2021 et en ayant gagné le Valley of the Sun Stage Race en 2020.

Cette année, il avait déjà accroché à son palmarès une étape de la Ruta Del Sol en février.

Dans quelle mesure son arrivée chez Ineos-Grenadier, avec son niveau de professionnalisme, lui aura permis d’hausser son niveau cette saison?

Houle 16e

Le Québécois Hugo Houle termine 16e de l’épreuve, remarquable, les conditions climatiques étant difficiles.

Pour moi, c’est clair qu’il s’agit d’une nouvelle confirmation que Hugo tourne autour depuis un petit moment déjà. Il ne manque vraiment pas grand chose pour que ca soit la bonne très bientôt. Il faut persévérer, continuer de travailler car tout va dans le bon sens actuellement.

Ineos et Paris-Roubaix

On devrait voir les Ineos-Grenadier devant sur Paris-Roubaix dimanche prochain, l’équipe s’amenant avec Dylan Van Baarle et Magnus Sheffield, mais aussi les Michal Kwiatkoswi, Luke Rowe, Ben Turner et surtout, Filippo Ganna.

De quoi faire des dégâts au niveau du collectif.

Partager

Précédent

Le Tour de l’actualité

Suivant

MVDP-Ineos, le match en Enfer

13 Commentaires

  1. Steph

    Très belle course de mouvements que cette Flèche Brabançonne et des conditions météo qui semblent avoir vraiment rendu la course difficile. Mais un final que j’ai trouvé très frustrant et pas vraiment à la hauteur du reste de la journée. J’aurais préféré que ça flingue dans tous les sens que de voir Sheffield partir en facteur sur un malentendu.

    Car Laurent, tu écris « Le jeune coureur américain a parfaitement su placer son démarrage à quelques kilomètres de l’arrivée » et je ne vois pas cela du tout !

    Depuis le panneau des 10 kms c’est lui qui fait toute la part de boulot Inéos et se retrouve préposé à ramener tout ce qui bouge. Clairement on joue la carte Pidcock voire Turner qui se fait oublier.

    Regardez bien les images à partir de 4,9km de l’arrivée. C’est Wellens devant et qui demande le relais, Sheffield passe au train un relais tout à fait anodin. Wellens coupe derrière et laisse un trou de 15m. Sheffield ne s’en aperçoit même pas et demande à son tour le relais d’un geste du coude. Personne. Il se retourne et tout le monde est à l’arrêt. Il poursuit tranquillement son train sans doute persuadé que ca va boucher. Quand il voit qu’il a 50m (à 3,3 km) il enclenche gentiment. Avec 2 Inéos dans le groupe tout le monde est piégé (en plus d’être cuit).

    Fallait voir la gueule de Pidcock à l’arrivée….

    Bon, Sheffield a gagné et le vainqueur a toujours raison.

    Barguil que j’ai tendance à trouver – peut-être à tort – assez dilettante, m’a impressionné par son engagement. Cash, le gamin !

    • noirvélo

      C’est toujours comme çà que j’ai vu Warren ! en coureur de Classiques ! il grimpe bien , roule pas mal du tout et sait être aussi relativement rapide après une course dure … De plus , il ne se ménage pas , il s’est vraiment mis « minable » en compagnie de Remco pour revenir sur les autres !!! du très bon Barguil !!!

    • mica

      Oui, final frustrant……. ceux qui ne participent pas à la chasse sont perdants quand même; s’ ils tentaient de revenir , leurs chances, quitte à être très mince existeraient quand même un peu.
      Quoi qu’ il en soit, ce scénario est trop souvent de mise…..certains appellent ça de la « stratégie »……..
      J ‘ imagine la frustration d’ un jeune qui découvrirait ce manque de combativité devant la télé:  » dis moi papa (ou papy) pourquoi ceux de derrière ne font rien pour revenir ?……..Alors que le principe du sport serait de ne rien l ‘ lâcher……..dans un monde normal.

  2. noirvélo

    Après le « Wolf pack » bleu , aurons nous affaire aux « Diables rouge » d’Inéos , ce printemps ? en tous les cas ça en a l’air !!! On ne voit plus que Van Baarle , Turner , Kwiato , Pidcock , Sheffield pour les Classiques …
    Sheffield est sorti en « facteur l’air de rien » … en fait je n’ai jamais trouvé le parcours aussi dur que cette année , et sous la pluie , les gars étaient cuits et avaient compris … 3 Inéos sur 7 , il y avait avec la fatigue un peu de résignation aussi … Mais course superbe et sous le crachin au printemps , j’adore !!!

  3. f6210

    Bonjour,
    L’UCI envisage-t’elle d’abaisser l’âge des coureurs pouvant lutter pour le maillot blanc (le meilleur jeune dans les courses à étapes) ? Ou carrément supprimer ce classement ? Car plus ça va, plus je trouve l’âge requis (moins de 25 ans) hautement ridicule ! Voire obsolète !

    • Steph

      Cépafo ! d’ailleurs ASO envisage déjà la layette bleu ciel du meilleur cadet sur le TdF 2025 !

  4. Thierry mtl

    Jumbo est la grande perdante des dix derniers jours. L’absence de WVA affaiblit beaucoup l’équipe et donne de l’espoir aux autres. C’est là qu’on voit son importance pour en faire une super équipe. Même au pays basque, ils ont été décevants, surtout Roglic que j’ai rarement vu aussi limité.
    C’est pas le bon moment pour faiblir, mais ce sont peut-être être les autres qui montent.

    • Thierry mtl

      Je dois mettre mes lunettes avant d’écrire sur mon iPhone la prochaine fois…

    • noirvélo

      Que WWA soit absent devrait être une aubaine , une bonne chose pour « l’équipier à l’année » qui se sent des fourmis dans les jambes !! une bonne équipe devrait forcément avoir un plan B performant ! sinon je ne comprends plus rien ! les gars qui se mettent à la planche pour leur leader devraient avoir leur chance !!!

      • Steph

        Oui, ce sont des périodes charnières qui donnent des ouvertures à Laporte, selon l’encadrement.
        [ ] ->

  5. Thierry mtl

    L’entrevue avec Taylor Phinney, c’est d’un autre niveau de ce que nous donne habituellement les athlètes pro.
    J’aime et j’écoute le hockey, mais les entrevues avec les joueurs sont tellement insipides que je les évite. Je me sens parfois mal à l’aise tant les propos sont niais et superficiels. La faute n’est pas seulement aux joueurs, mais autant aux interviewers (supposément journalistes) qui posent des questions si stupides qu’elle sont renversantes (Comment ton coéquipier X s’est senti sur la glace ? ) . Le journaliste suggère souvent la réponse dans sa question pour aider le joueur à répondre ce qu’il veut entendre et ne froisser personne, conservant ainsi ses bons liens avec tous le monde. Les journalistes sont ainsi complices de cette complaisance, de ce remplissage de mots et d’images sans signification. Cette complicité dans la médiocrité est consternante.

    Sous cette superficialité accablante, des journalistes connaissent des faits beaucoup plus pertinents, qu’il estiment « privés » et qu’ils ne révèlent pas pour protéger leurs relations avec les joueurs et l’organisation. Ce sont pourtant ces éléments qui expliquent réellement ce qui se passe avec le joueur.

    • Steph

      Ca alors ! J’espère que c’est pas comme ça avec les politiques….

      • noirvélo

        Non non , certainement pas !! 😂 De toutes façons les journaleux contribuent à l’omerta …

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Répondre à noirvélo Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.