Tous les jours, la passion du cyclisme

Les enjeux de la Coupe du Monde de ski de fond

La Coupe du Monde 2021-2022 de ski de fond organisée par la Fédération internationale de ski (FIS) démarre demain vendredi depuis Ruka en Finlande, une fidèle étape depuis des années déjà.

Payez-vous les images de la course l’an dernier à Ruka, magnifique. Et un cours de belle technique libre en ski par Klaebo et Bolshunov!

Je parle très rarement d’autres sujets que le cyclisme sur route sur La Flamme Rouge. En presque 20 ans, il n’y a peut-être que le Vendée Globe qui s’est taillé une place récurrente, aux quatre ans.

Depuis au moins cinq ans, je suis de près et pratique moi-même assidument le ski de fond en technique libre. Je m’intéresse à tout, autant les athlètes de la Coupe du Monde et ceux sur l’équipe canadienne, les courses internationales et nationales, la technique, le fartage, le matériel, l’entrainement en salle, etc. Je suis également depuis plusieurs années les vlog de plusieurs coureurs de la Coupe du Monde, dont ceux de Klaebo et Burman.

Du coup, je me sens un peu moins imposteur aujourd’hui qu’avant, et ai décidé d’écrire de temps en temps sur ce sujet. D’où ce premier article.

Je rassure tout de suite tout le monde: le cyclisme sur route restera de très, très loin le sujet principal de ce blog. Mais comme de nombreux cyclistes sont fondeurs l’hiver, que le sport cycliste et le ski de fond sont des sports d’endurance similaires, que les techniques d’entrainement sont souvent communes à ces deux sports (et le dopage aussi bien tristement, Anderlass…), ben on peut se permettre quelques articles sur le sujet durant l’intersaison cycliste, non?

Les enjeux de la Coupe du Monde cette année

Avec 2022 année olympique, ils sont nombreux à avoir les Jeux comme principal objectif de leur saison.

Plus que 70 jours avant le début des Jeux.

Certains coureurs ne pensent qu’à ca depuis des mois déjà.

L’épouvantail cette année s’appelle Alexandr Bolshunov, le solide Russe de 24 ans. L’or olympique occupe toutes ses pensées, lui qui a décroché trois médailles d’argent et une de bronze aux derniers JO de Pyeongchang.

LA grande question: Bolshunov courra-t-il enfin intelligemment? Véritable force de la nature, un peu bourrin aussi, Bolshunov la joue toujours pareil en course, peu importe la distance: rythme très élevé mais assez constant, et essayez de me suivre!

Sauf que les Norvégiens, Klaebo en tête, peuvent eux, le suivre… et le torcher dans les derniers mètres de chaque course.

Il aurait intérêt à pratiquer le cyclisme sur route l’été, Bolshunov, parce qu’en vélo, t’as vite fait de comprendre qu’être derrière, c’est souvent très payant… quand l’autre bouffe du vent pour toi devant!!

Autour de Bolshunov, les autres Russes sont solides: Ustiugov, Melnichenko, Spitsov, Belov, Chervotkin, pour ne nommer qu’eux. Tous courent un peu à la Bolshunov cependant…

L’équipe norvégienne amenée par Klaebo demeure de loin la plus redoutable et la plus homogène. C’est dément!

Le plus dur pour un skieur norvégien, ce n’est pas de gagner une Coupe de Monde, c’est de faire l’équipe nationale pour pouvoir prendre le départ d’une Coupe du Monde…

Klaebo est actuellement intouchable dans les sprints, fort d’une technique spectaculaire: personne ne possède sa vitesse d’éxécution en « offset » lors d’ascension.

Klaebo a travaillé ses points faibles tout l’été, et il faudra voir s’il peut être plus constant sur les épreuves plus longues cette saison, par exemple les skiathlons ou les grandes distances (50 kms).

Les autres Norvégiens – Valnes, Holund, Irvensen, Kruger, Rothe, Amundsen, Golberg, Skar, Tonseth, Nyenget – sont tous capables de s’imposer au plus haut niveau, et régulièrement.

Désormais supérieure à l’équipe de Norvège chez les femmes, l’équipe de Suède monte aussi en puissance chez les hommes, amenée par Jens Burman. À suivre de près.

Pour le reste, ca sera des coups d’éclat, par exemple des Italiens avec Pelligrino, les Suisses avec Cologna qui a de beaux restes, et bien sûr les Français qui ont une belle équipe avec Magnificat, Chanavat, Jouve, Lapalus, Parisse, Lapierre, entre autre.

Chez les femmes, c’est simple: les courses se résumeront à un duel de tous les instants entre l’équipe de Suède, très riche en talents et amenée par Frida Karlsson, contre une seule norvégienne, l’extra-terrestre Therese Johaug.

Attention cependant à l’autre norvégienne Heidi Weng qui s’est entrainée comme une bête tout l’été. Il faudra aussi surveiller la progression de Helene Marie Fossesholm, norvégienne elle aussi. Enfin, l’équipe américaine chez les femmes est intéressante, avec la très colorée et talentueuse Jessie Diggins.

Les Canadiens(iennes)

Beaucoup d’enjeux de ce côté-là, pas facile de succéder à un super-champion comme Alex Harvey.

Chez les hommes, il faudra surveiller bien évidemment Antoine « Tony » Cyr, présenté comme le meilleur fondeur canadien en exercice. Percer le top-15, être régulier, seront ses défis cette saison. Pas facile, tellement un haut niveau le ski de fond en Coupe du Monde.

D’autres seront à surveiller: Graham Ritchie, Rémi Drolet, et le jeune prodige Olivier Léveillé, gros moteur celui-là et dont on peut penser que le développement musculaire est encore loin d’être terminé. Il débarque au plus haut niveau, c’est possiblement lui la perle en devenir du ski de fond canadien.

Chez les femmes, Catherine Steward-Jones, Cendrine Browne et Dharia Beatty seront les têtes d’affiche.

L’équipe canadienne a bien débutée sa saison récemment avec quelques belles perfs tant chez les hommes que chez les femmes, du côté de Beitostolen en Norvège et de Gallivare en Suède.

Excitant pour la suite!

Partager

Précédent

Soirée Siboire: Sherbrooke, ville de vélo

Suivant

Van Aert, ligue à part

35 Commentaires

  1. Philippe

    Est-ce possible d’écouter la coupe du monde à partir du Québec ?

    • Laurent

      @Philippe,
      C’est plus compliqué qu’avant, alors que les épreuves étaient disponibles facilement sur YouTube.
      EuroSport était l’an dernier la solution, mais pas simple depuis le Québec.
      Je ferai un suivi lundi sur cette question!

  2. noirvélo

    Je comprends vraiment très bien que tu t’intéresses autant au ski de fond !!! pour plusieurs raisons :
    1° Vu les longs hivers dont vous êtes « dotés » au Canada , le ski de fond remplace
    avantageusement le
    vélo avec vos températures … même pas le choix me répondras-tu !
    2° Le ski de fond est un sport magnifique de « glisse » qui se pratique dans des sites souvent
    grandioses , au calme , avec un matos simple (???) pour peu qu’on ne cherche pas à s’approprier
    « coute que coute » l’équivalent d’un Pinarello Dogma ?d’un Colnago ou d’un SPE haut de
    gamme … certaines « planches » doivent valoir une petite fortune …
    3° Niveau forme , je ne crois pas qu’on perde beaucoup à skier !!! on trouve les mêmes
    « zones » dans l’entrainement , de  » l’endurance-balade » à la résistance , aux « fractionnées » ,
    à voir les fondeurs en fin de course , la plupart savent se mettre « minable » !!! Reste le geste
    « musculaire » , pas le même , mais tous les organes sont idéalement sollicités , cardio et
    appareil respiratoire en tête … avec une oxygénation supérieure !!! (pleine nature!)
    4° Après l’effort , les « après ski » , aussi ,sont au moins sinon plus sympas qu’à vélo , le bon repas
    chaud bien « protéiné » avec le jus qui va avec dans un chalet en bois avec son poelle et ses
    flammes …
    Donc , compréhension « archi totale » avec une pointe de « saine jalousie » !!! Pour ma part , c’est marche à pied , avec ou sans bâtons mais toujours avec du dénivelé et si possible un peu de rythme entre deux « séquences contemplations » parce que même avec un ciel gris la montagne vosgienne sait être belle et désirable , un peu plus mystérieuse très certainement … ( la Forêt Noire aussi !)

  3. Steph

    « on peut se permettre quelques articles sur le sujet durant l’intersaison cycliste, non? »

    Tu fais comme chez toi, nous on s’instruira.

    Par contre mica ne pourra pas « ronchonner » sur les braquets et les motos et ç’est davantage ce « manque » qui risque de nous sortir de notre zone de confort. 🙂

    (on peut chambrer hein mica ? 😉 )

  4. Luc A

    Il y a une place à prendre pour les articles bien documentés qui traiteront de ce merveilleux sport.

    J’ai commencé à suivre le vendée GLobe l’an dernier grâce à ton article sur le sujet.

    N’hésite pas à sortir des sentiers battus, nous te suivrons!

    • Laurent

      @Luc A,
      Merci! Effectivement, je ne trouve pas vraiment de bons compte-rendus des épreuves de ski de fond sur la toile. Il y a probablement de quoi combler une lacune!

  5. Marco16v

    Article très intéressant qui pique ma curiosité, ne connaissant pas beaucoup le ski de fond.
    Hâte d’en apprendre davantage sur le cette discipline!

    Je préfère lire LaFlammeRouge de ski de fond (ou autres sujets) que de ne pas lire du tout LaFlammeRouge!!!

    • Laurent

      @Marco16v,
      On va essayer de reprendre de saines habitudes de diffusion sur LFR, après une petite coupure de ressourcement! Merci de ce commentaire, et à tous pour les commentaires laissés suite à ce premier article sur la Coupe du Monde de ski de fond.

  6. Steph

    En France – je le dis surtout à l’attention des lecteurs canadiens qui ne sont pas forcément au fait – la mode est au biathlon. Enfin d’un point de vue télévisuel (Je ne connais pas les répercussions sur le nombre de licenciés). Et cela d’autant que l’équipe de France Homme y excelle. C’est plus irrégulier chez les femmes.

    Une discipline, qui nous vient tout droit des pratiques militaires des chasseurs alpins et dont les déclinaisons sportives sont effectivement très télégéniques. Par rapport au ski de fond pur, c’est un poil moins athlétique mais cela a l’avantage d’être plus indécis jusqu’à la fin avec de jolis retournements de situation grâce au tir et aux pénalités qui vont avec. Bref sur Eurosport « on se régale ! » (encore … gare à l’indigestion)

    La durée des épreuves et l’intensité s’apparentent à celles d’un cyclo-cross voire plus court. Les mecs et les filles se mettent complètement chiffon, et je ne me représente toujours pas comment ils arrivent sur le pas de tir a avoir une telle précision en apnée alors qu’ils étaient au seuil+ 2 minutes avant. De très grosses VO2max assurément,.

    • Laurent

      @Steph,
      En effet, et on trouve encore facilement les épreuves de biathlon sur YouTube, donc c’est très intéressant. Le biathlon a été populaire au Québec dans les années 1990, eu un passage à vide et on dirait que ca reprend pas mal depuis 3-4 ans. Magnifique sport! Et de très bons athlètes.

    • noirvélo

      Je ne veux pas faire le « pourri gâté » parce que j’aime le biathlon , mais il y en a presque de trop … Beaucoup d’épreuves , en semaine , (la saison est aussi très longue !) , hommes , femmes et maintenant des compétitions en « city » (!!!) , sur neige artificielle (fond !) et des épreuves « été automne » , sur roulettes ce que j’ai cru entrapercevoir … attention à l’overdose ….

  7. jean-michel

    Sympa ce post sur le ski de fond! c’ est la premiere fois que j’ai ete interesse.
    Pff….alors demain tu vas nous ecrire quelque chose sur la boxe, ou le curling ou la peche a la ligne, et comme d’hab. ce sera interessant et .je/on va te suivre ! Bientot, attention au syndicats des journalistes!!

  8. yvon

    ´Laurent je ne te voyais pas parfaire ton bronzage au mont Teilde où jouer au hockey je suis originaire de Rouen où jouent beaucoup de jeunes canadiens je connais leur carrure de demenageurs.
    Le ski de fond et l’aviron connaissent le dopage, comme tous les sports durs.
    À bientôt

  9. Dan Simard

    Merci pour la couverture du ski
    Voici quelques résultats http://veloptimum.net/Sportcom/ski/21/5nov/26.htm

  10. Tchmil

    Autant on pouvait être suspect vis-à-vis de Premier Tech et sa collaboration avec Astana, autant le choix de lancer une équipe continentale u23 est une excellente nouvelle pour le cyclisme canadien. L’effectif de cette première équipe est vraiment prometteur avec une place importante pour les jeunes québécois qui reviennent au pays, certains plus confirmés (Chrétien) et d’autres à suivre particulièrement (Matisse).
    ça va leur laisser du temps pour apprendre et sans doutes disputer un calendrier européen conséquent (leur DS étant Dasonville, ancien professionnel chez Cofidis, Auber 93 entre autres).
    Bien hâte de voir ça et félicitations à Premier Tech pour son investissement à ce niveau. C’est peut-être aussi l’occasion de fournir l’équipe WT Israël SN en coureurs québécois pour les années futures.

    * Pour le ski de fond, c’est une très bonne idée de suivre ça. Les seules nouvelles générales dans la presse en France concernent le biathlon, chauvinisme bien sûr. Presque rien sur les courses de fond qui sont pourtant (à mon sens) les plus intéressantes. Alors Merci pour le suivi 😉

    • mica

      Dont acte…….si Baugé le dit, c’ est que ce doit être vrai, François Pervis disait à peu prés la même chose dans une interview mise en lien par un contributeur de LFR.
      Pervis se contredisait un peu en affirmant ensuite que M. Gros tirait trop…gros et ne pouvait, de ce fait avoir de sprint efficace et était trés mal conseillée. (là , j’ aurais tendance à le croire.)
      Quoi qu’ il en soit, le sprint est affaire de gabarits très spéciaux (voir les Hollandais par exemple) et tirer un gros braquet sur piste n’ implique pas de mettre le 13 dents, loin de là ; il doit être difficile d’ obtenir la vérité sur les vrais braquets employés….concurence oblige.
      N ‘ oublions pas le « plantage » assez sévére quand même du Britannique Dowsset il y a quelques jours avec un 10m hors de raison.

      • Si Baugé le dit, ce n’est sûrement pas mieux mais probablement vrai 😉

        Ce n est qu un constat… La recherche bu braquet optimal fait l objet d une recherche constante que ce soit sur la route ou la piste.

        Chercher, c est se tromper pour pouvoir trouver. Mais ils cherchent, c est une évidence.

  11. Thomas

    Très intéressant d’avoir des infos ski de fond, merci !

    Hors contexte aussi : C’est la fin des limitations de braquets chez les cadets en France … Ça fera bondir Mica , mais a juste titre ! Quelle bêtise !

    https://www.directvelo.com/actualite/93101/la-fin-des-braquets-limites-chez-les-cadets?fbclid=IwAR04buH1GFBtDWNHdB5P7j6Z344ilTn1j6i0ienL6flYB6r9FgyvPLWCslQ

    • mica

      Oui, ça me fait bondir, et il y a de quoi!
      je rappellerais , comme exemple, qu’ en 1965, les organisateurs de Paris Tours avaient choisi une innovation qui consistait à interdire les dérailleurs sur les vélos……le vainqueur, Karstens avait les 2 dév. suivants:
      53 : 16 et 53 : 15…… ceci sur 250 Km, il y a donc prés de 70 ans, la moyenne était de plus de 45 km/h….
      Mais ou est donc le progrès aujour d’ hui ?
      Je crois (je suis sur) que nos dirigeants , fédération et autres marchent sur la tête.
      Alors, on nous dit qu’ il faut que les jeunes « fassent du muscle  » , foutaise que tout çà……..je me demande si depuis 50 ans des carrières n’ ont pas été mises à mal par ces exagérations.
      Je regardais ces jours ci une photo de L. Herrera (Colombien des années 80), pas la moindre trace de graisse ,bien sur, mais
      pratiquement pas de mollets ou de cuisse, pas plus que d’ épaules ou de bras…….. cependant, un coureur cléf de ces années là……..pourtant, les « arrivées aux sommets » étaient bien moins nombreuses.

      • Wolber

        Mica, en 86 , 5 arrivées en altitude …🙂 Dont 2 gagnées par El Jardinero.

        J ai lu par ailleurs que les équipementiers , Covid ou pas fournissaient de plus en plus difficilement des braquets adaptés aux jeunes , avec des départs de cassettes à 14 , en autres.
        Faut dire aussi que la demande ne doit pas être extraordinaire…autant fournir du 11/30 aux cyclosportifs qui doit constituer le gros du marché , les fabriquants n étant plus , désormais , au service des clients
        Finalement , a tord ou à raison , ce sont les gamins qui s adapteront..en découvrant qu
        , il a toujours été plus facile de monter une couronne de 11 dents que de la faire rougir 😁

      • noirvélo

        Oui Wolber , chez moi le 11 dts a toujours été « factice » , pour faire « beau » , et il a toujours été le seul pignon bien propre et donc sans la moindre usure !!! j’exagère un peu , dans les descentes de cols « faciles » il m’a déjà servi à ne pas faire larguer mes 63 kg ; par contre en Forêt Noire , tu te laisses juste descendre du sommet et en 50m tu « culmines » déjà à 80 km/h …

      • Wolber

        Ç est en 1984 , qu il y avait 5 arrivées en altitude et pas en 86. Et Lucho Herrera n en avait gagné qu une . C est rectifié.

    • mica

      Si les dirigeants de la FFC croient que c’ est comme ça qu’ ils vont « regonfler » le nombre de licenciés, ils se trompent lourdement……..encore prés de moins 10% sur le dernier exercice (année covid il est vrai, mais quand même fort inquiétant)
      Sur un plan médical, et hors problémes tendineux, ligamentaires, musculaires ou autres, n’ y a t’ il pas risque de voir apparaitre des problèmes cardiaque ?
      A mon époque on évoquait la notion de coeur « forcé » chez les jeunes, pouvant entrainer ultérieurement des troubles cardiaques limitants pour une carrière sportive si abus de travail en force dés le plus jeune âge. Je n’ ai pas la moindre compétence sur ce sujet et ne fais que retranscrire ce qui se disait à l’ époque.
      Ce qui est certain, c’ est que les trop gros braquets sont inutiles et néfastes chez les coureurs d’ âge mur……..alors, imaginez chez les 16 , 17 ou 18 ans……..un « massacre », tout au moins un certain gâchis à venir.
      J’ ai donné un peu plus haut un exemple de grande vitesse sur une classique de 250 bornes avec des braquets forcemment très limités…..

  12. garolou

    Hors sujet :

    Après le non renouvellement avec Lefevere voici que Deceuninck va sponsoriser Alpecin Fenix et selon les dirent du proprio

    Supporting the women’s cycling sport and female athletes to further develop their professional careers perfectly fits with the Deceuninck core values of diversity and gender equality,” a Deceuninck press release said

    Et vlan Lefevere et ses commentaires disons pas très élogieux envers le cyclisme féminin, tu viens de perdre un gros contrat. Conseil pour Patrick, arrive au 21e siècle mon gars, nouvelles idées, nouvelles façon de faire, l’avenir est au changement et non au statut quo come on man…

    Bravo Deceuninck

  13. garolou

    Je reviens à la charge…

    Je ne peux passer sous silence la superbe 2e place de Maghalie Rochette à la coupe du monde de cross ce w-e. Je m’intéresse à cette discipline depuis 2 ans et je suis sa carrière depuis. Quelle persévérance cette fille, quelle volonté. Seule avec son coach/mécano/masseur comme bras droit des mois durant en Europe à se démerder comme ils peuvent. Chapeau tout mon respect à Maghalie, elle ira loin dans la vie…….

    • slam99

      Ah oui! Très belle course de Rochette. Pour finir devant des pointures comme Betsema, Worst ou Pieterse, il faut avoir les jambes! Qui plus est, sur un parcours très technique et qui devait être très usant. Elle a pris la deuxième place à mi-course, puis a géré devant Betsema. Lucinda Brand est demeurée intouchable devant. D’autant plus impressionnant que la Québécoise a dû se taper un aller-retour inutile au Canada, quelques jours plus tôt, pour prendre part aux nationaux qui ont reportés en janvier 2022 en raison du désastre climatique qui sévit dans le sud de la Colombie-Britannique.

    • noirvélo

      Oui garolou ,
      pour la p’tite Roquette » , j’adore ce genre d’histoires à taille humaine , sortir du lot avec ses cannes , sa foi et le sourire incrédule en passant la ligne … Ca change des « superstars » gâtées , suréquipées avec la grosse structure et le bus qui suivent bien trop « propres » !!! … et le sourire « commercial » presque un peu blasé …

  14. slam99

    Déjà de bonnes performances pour les jeunes fondeurs québécois en Coupe du monde en Finlande, dont deux top 15 pour Antoine Cyr : 11e au 15km classique et 12e de la poursuite 15km style libre. Ça promet! La nouvelle génération de fondeurs québécois impressionne

  15. Edgar Allan Poe

    C’est génial le biathlon…mais chronophage à regarder, en sus du Cc…
    Concernant la digression sur les braquets des cadets, j’y vois surtout la mauvaise occasion d’accroître les différences liées à la physiologie de ces gamins ! Je m’explique : dans cette catégorie, on y voit des jeunes qui dépassent péniblement les 1m50, certains n’ont même pas encore de duvet sous le nez, alors que d’autres mesurent plus d’1m80 et présentent le corps d’un ado déjà formé, ayant quasiment terminé sa croissance, et présentant une musculature digne d’un « premiere catégorie » après plusieurs années de pratique. La propension à tirer du braquet est ainsi bien différente. Nul doute aussi que des parents pousseront à la roue, sans jeu de mot, pour tirer toujours plus gros.
    Il est déjà assez difficile de conserver des cyclistes ados dans les effectifs des clubs à partir de 15/16 ans. Si le libre braquet a les conséquences que je cite, on perdra encore des jeunes.
    De même, quand j’étais cadet -il y a bien longtemps 😪-, 50 kms le mercredi, 30 avec un peu de fractionné le vendredi, suffisait à arriver pour la gagne. Je ne pense pas que ce soit possible aujourd’hui. Ce qui condamne aussi une partie des cadets qui n’ont pas toujours la volonté ou la disponibilité pour faire …jusqu’à 350 bornes par semaine, course comprise.
    Enfin il faut parfois prendre le temps de regarder les tableaux de développement. Beaucoup de vieux cyclistes s’imaginent qu’il est ridicule d’avoir un plateau de 50, puisqu’à leur époque bénie, le 53*12 était la règle. Sauf que 53*12 = 9,44 mètres alors que 50*11=9,71. CQFD !

    • mica

      Je crois que le vélo de trés haute compétition pourrait se passer des 11 ou 12 dents et se passer des plateaux de plus de 56. …… même pour les pros.
      Alors, vous pensez pour des cadets……
      Je vais encore me faire incendier; on va me dire pourtant que pour les descentes, le vent dans le dos etc ….etc…..et bien non, même dans ces conditions « extrèmes » , un bon 56: 13 est suffisant, et pour les sprints plats, rétrograder sur le 14 dents (56 :14) c’ est encore trop.
      Je lisais sur le site « top vélo » un éditorial qui s’ offusquait à juste titre de la « libéralisation des braquets » chez les cadets et qui mettait en cause l’ utilisation des braquets trop gros . cette utilisation aurait selon eux anéanti la carriére de B. Guyot……chose que je ne suis pas loin de penser.

  16. rocheto

    Le style classique ressemble vraiment plus du tout à rien. Il irait plus vite dans les cotes à courir sans ski et la poussée sur la plat (ex: Marcialonga)… un long désespoir.

    Par définition depuis son origine, le skating est esthétiquement inélégant mais bougrement efficace.

    Maintenant ce sport en lui même est physiquement atroce et offre du bon spectacle (surtout en biathlon)

    Bref j’adore 🙂

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.