Tous les jours, la passion du cyclisme

Le nouveau dopage sanguin (2e partie de 2)

Dans ce deuxième article (de deux – première partie ici) sur l’évolution du dopage sanguin dans le sport, Marc Kluszczynski nous entretient du probable Graal dans ce registre, celui de l’hémoglobine soluble dans le plasma et tirée de vers marins, ainsi que des possibles nouveaux développements plus récents.

Je remercie encore une fois Marc d’avoir permis cet éclairage sur les nouvelles techniques de dopage dans le sport, un dossier pertinent pour tout ceux qui, comme moi, s’interrogent actuellement sur certaines performances offertes en cyclisme professionnel. Sans mettre tout le monde dans le même panier bien sûr.

Où en est le dopage sanguin? par Marc Kluszczynski (partie 2)

Une autre origine possible des hémoglobines est apparue dès les années 2000. Des scientifiques ont alors réussi à extraire l’hémoglobine du ver de terre (Lumbricus terrestris). Cette hémoglobine était toutefois 50 fois plus grosse que l’hémoglobine humaine, donc peu intéressante pour le dopage. 

Dès 2002, Franck Zal, biologiste à Morlaix, s’intéresse au ver des marées basses (Arenicola marina) creusant des sillons sur les plages de Bretagne. Comment ce ver arrive-t-il à survivre plusieurs heures sans pouvoir extraire l’oxygène de l’eau ? En 2008, il parvient enfin à extraire son hémoglobine. Mais ce sera une autre hémoglobine de ver qui sera découverte dans l’affaire Aderlass. C’est que plusieurs groupes pharmaceutiques avaient déjà profité des travaux du Dr Zal.

L’hémoglobine de l’Arenicola marina (M-101 ou Hemo2Life) possède des propriétés impressionnantes : elle n’est pas encapsulée dans un globule rouge et est donc soluble dans le plasma. Elle transporte 40 fois plus d’oxygène que l’hémoglobine humaine (156 atomes d’oxygène contre 4) grâce à sa structure en double hexagone et elle est 250 fois plus petite qu’un globule rouge. Elle est rigoureusement atoxique, n’est pas immunogène, ne provoque pas de vasoconstriction ni d’hypertension artérielle. Elle possède même des propriétés antioxydantes qui lui permettent de prolonger son activité. Lyophilisée en poudre, elle se conserve plusieurs années à température ambiante et s’administre en intraveineuse.

Le produit a une durée de vie courte (demi-vie : 2,5 jours) et disparaît totalement de l’organisme en cinq jours. Le test de détection, qui n’existe que pour M-101, n’est valable que quelques heures. Des microdoses ne seraient détectables qu’entre 4 et 24 heures après l’administration, voire pas du tout selon la quantité utilisée ! 

Hemo2Life est utilisée en thérapeutique pour prolonger la durée de vie d’un organe à transplanter (greffon). L’armée est bien sûr intéressée pour le traitement des blessures de guerre et des hypoxies cérébrales causées par exemple par le souffle d’une explosion. Il y a fort à parier que ces hémoglobines de vers marins soient déjà utilisées en cyclisme, et pas seulement celle du laboratoire français. 

La recherche de nouveaux agents stimulants de l’érythropoïèse reste d’actualité

Le marché mondial du traitement de l’anémie est tellement juteux que les grandes firmes pharmaceutiques rivalisent d’imagination pour créer de nouvelles substances agissant sur l’érythropoïèse.

L’utilisation de l’EPO reste toutefois d’actualité : il existe encore vraisemblablement une bonne centaine de copies d’époétines non approuvées, ou encore de biosimilaires (qui différent de quelques sucres sur la chaîne glycosylée) et pour lesquelles on ne connaît pas la référence amenant à un test positif au contrôle. Leur emploi, on l’a dit, présente un risque de contrôle positif et n’est plus aussi généralisé qu’il y a vingt ou trente ans.

Si l’EPO agit au début de l’érythropoïèse (maturation des réticulocytes), une nouvelle classe d’agents stimulants de l’érythropoïèse agit à la fin en diminuant la prolifération des précurseurs érythroïdes : ce sont les protéines de fusion du récepteur à l’activine II. Elles sont représentées par le luspatercept (Reblozyl) administré en sous-cutané. Il est commercialisé dans le traitement de l’anémie lors de la bêta-thalassémie (malformation génétique de l’hémoglobine).

Des essais de phase II avant commercialisation sont menés actuellement avec le sotatercept (ACE-011) dans le traitement de l’hypertension artérielle pulmonaire. Ces produits sont encore indétectables. Le risque de thrombose, comme avec l’EPO, existe toutefois.

Comment ici ne pas repenser à certaines situations malheureuses étant survenues au début de l’utilisation de l’EPO? Cyclistes devant pédaler la nuit afin de limiter les risques d’accidents cardiaques, vague de décès parmi les cyclistes néerlandais en 1989 et 1990… À la vue de ces situations, la récente et mystérieuse vague de décès parmi les jeunes cyclistes belges et qui s’est arrêtée brutalement en 2018, fait peur.

(Note supplémentaire: Entre 2016 et 2018, sept jeunes coureurs belges sont décédés de problèmes cardiaques, sans pour autant que ces décès aient été attribués directement à une pratique interdite dans le sport. On sait seulement que ce nombre élevé de morts subites ne concorde pas avec les statistiques de morts subites d’origine cardiaque chez les jeunes sportifs (1 à 3 pour 30.000 tous sports confondus.)

Les inhibiteurs de l’HIF-1α-prolylhydroxylase (annoncés en 2006) ne font plus parler d’eux après le cas positif du marcheur français Bertrand Moulinet en 2015 (FG-4592 ou roxadustat). Ces produits, facilement détectables, inhibent la dégradation d’un facteur sécrété en cas d’hypoxie. L’organisme, berné, se met à fabriquer de l’EPO, le tout dans un parfait équilibre physiologique. Y en a-t-il de nouveaux ?

Les mimétiques de l’EPO (hématide d’Affymax, SEStide ou Hemomer d’Aplagen) avaient laissé entrevoir de gros espoirs quant à leur facilité d’utilisation ; sous forme de comprimés, conservés à température ambiante, le SEStide était déjà présent lors des mondiaux d’athlétisme de Berlin en 2019. L’hématide sera retiré de la vente en 2013 suite à des réactions d’hypersensibilité mortelle. 

On peut aussi agir sur l’affinité de l’oxygène pour l’hémoglobine. Dans l’organisme, le 2,3-DPG (diphosphoglycérate) diminue cette affinité. L’oxygène se trouve ainsi relargué plus facilement vers les muscles. L’ITPP (Myo Inositol Trispyrophosphate), en délestant plus facilement que le 2,3-DPG l’oxygène de l’hémoglobine, favorise la sécrétion de l’EPO endogène dans des limites physiologiques. Un cas positif est survenu en hippisme en 2019 !

Des substances à surveiller dans l’avenir

Les plus fortunés et les plus malins ont possiblement accès à des substances en cours d’expérimentation.

GlaxoSmithKline (GSK) étudie la voie enzymatique des DYRK-3. Cette kinase se trouve dans les précurseurs des globules rouges et inhibe l’érythropoïèse. Les inhibiteurs du DYRK-3 (GSK 626616 en phase II) agiront donc en favorisant la production des globules rouges.

Le PBI 1402 (Pro Metic Biosciences Inc) en phase II imite le mode d’action de l’EPO au niveau des cellules souches sanguines, mais possède un mécanisme différent car il ne se lie pas au même récepteur membranaire. Ces deux molécules, actives par voie orale (en comprimé) sont encore en stade d’expérimentation.

En conclusion

La lutte antidopage, et l’AMA, qui doivent mettre au point les tests de détection et les valider, sont probablement actuellement dépassés par la multiplicité des approches structurelles des nouvelles substances agissant sur l’oxygénation musculaire.

La mise au point des tests de détection basée sur des méthodes classiques marque le pas, certains nouveaux produits nécessitant une méthode biotechnologique difficile à mettre au point et très onéreuse.

La lutte contre le dopage n’a jamais été facile.

Et on revient à deux choses, la volonté d’agir, et surtout l’argent, qui demeure plus que jamais le nerf de la guerre. Les budgets annuels des organismes de lutte antidopage sont dérisoires si on compare avec ceux investis ailleurs. Une seule journée en Afghanistan pour les États-Unis coutait deux fois le budget annuel de l’AMA (et ce pendant 20 ans) ! 

Le dopage a (hélas!) certainement encore de beaux jours devant lui.

Partager

Précédent

Le nouveau dopage sanguin

Suivant

Wout, toute la Flandre t’attend!

21 Commentaires

  1. Mahet

    Très intéressant et à la fois désolant qu’on soit obligé de faire la chasse à ma pratique du dopage à quand un moratoire sur la loyauté dans le sport

    • noirvélo

      Quand tu dis  » à ma pratique du dopage » , tu veux dire qu’elle est moins évoluée la tienne ou est-ce une faute de frappe ??? Sinon essaye le boudin noir !!! 🤣

    • Edgar Allan Poe

      Un moratoire, c’est un délai. En droit, c’est la suspension d’une action en justice.
      Je ne comprends pas ta proposition ?

  2. marius

    Extrait Wiki
    « La compétition sportive est la confrontation de « concurrents » ou d’équipes pratiquant une activité sportive dans le cadre de règles ».

    Visiblement, je n’ai pas lu les mêmes.

    Le dopage fait partie des innombrables tares du genre humain.
    Et pourtant, la plupart des sportifs dopés sont des gens biens, après tout, il n’y a pas mort d’homme, ce n’est pas bien grave.
    Et bien si ça l’est.
    Les conséquences du dopage c’est :
    le vol de victoires,
    le vol de meilleurs salaires,
    le vol de rêves de ces gamins qui tendent la main pour récupérer un bidon de leurs idoles.
    Le pire, inciter la génération suivante à se doper.
    Et pourquoi ?
    Parce que les journalistes sportifs ne font plus ou plutôt ne peuvent plus faire un travail d’investigation ou même émettre un début de suspicion dans leurs articles. Je ne parle pas des commentateurs, on se fâcherait.
    Parce que le public mal informé ou plutôt friand de spectacle s’en contrefiche.
    Parce que le sport et les produits pharma qui alimentent le dopage représentent des sommes colossales.
    Alors, la morale pourra bien attendre.
    Il ne faut plus considérer le sport en tant que duels à armes égales, mais comme un spectacle de catch.
    J’ajoute un mot sur les coureurs qui ont fait le choix de ne pas se doper. Ils sont comme des pilotes de F1 dans une Hass GP, face à l’armada RedBull ou Mercedes. Ils savent que jamais ils ne remporteront un GP ou un championnat avec une F1 de seconde zone, alors qu’avant la F1, ils levaient les bras tout en haut du podium.
    Ces coureurs ont fait le bon choix et pourront se regarder dans une glace à la fin de leur carrière, tout en ayant été récompensé de leurs efforts.
    Derrière ces mots, il y a des actes, car je ne crois plus aux belles images et aux belles histoires que l’on me sert, malgré les efforts incommensurables des commentateurs de tous bords, insupportables pour ne pas dire insultants , j’ai décidé de m’éloigner du sport cycliste.
    Pas de la pratique du vélo, heureusement, mais je refuse dorénavant de payer des programmes TV ou autres magazines qui montrent et encouragent la fausseté de ce microcosme. Car c’est bien le but final des annonceurs qui financent le sport.
    Avoir un retour sur investissement.
    C’est le seul levier où chacun à son niveau peut agir.
    La lutte antidopage ne sert que de caution morale.
    Sans le savoir, elle sert le dopage plutôt qu’elle le combat.

    • mica

      Tu te trompes vraiment car, « morts d’ hommes » il y a eu encore assez récement . …..pour le moins 6 ou 7 jeunes coureurs Belges……..c’ est intolérable
      (ceci a été rapporté dans ce blog.
      Il faut prendre les résultats cyclistes avec des pincettes et relativiser les « victoires  » de beaucoup de ces champions…….et des noms nous viennent trés vite à l’ esprit……..chacun d’ entre nous pourrait écrire spontanément une liste d’ une dizaine de noms…….et nous aurions tous à peu prés les mêmes; depuis les « cheveaux de retour Italiens, jusque aux prodiges de précocité en passant par « l’ école Slovéne »….., sans oublier le « multi carte  » Belge qui risque d’ étre champion du monde Dimanche.
      Champion du monde ? ……Un titre qui ne veut rien dire!

      • marius

        Effectivement, si on prend au pied de la lettre l’expression « il n’y a pas mort d’hommes » c’est faux, je te l’accorde Mica. Du reste, ces décès précoces passent sous silence la plupart du temps. Ça fait tâche dans le paysage.

  3. Yann

    Questions: À quoi sert l’AMA? À blanchir ceux qui ne sont pas pris? Ne vaut-il pas mieux la dissoudre?

    • Beus

      L’AMA est une caution morale.
      C’est comme Bercy (en France, gestion de l’économie et des finances). Ce ministère est censé empêcher et lutter contre l’évasion fiscale, a contrario, il permet d’organiser l’optimisation fiscale.
      Cahuzac, ancien ministre de celui-ci s’est fait prendre avec des comptes dans les paradis fiscaux. Faites ce que je dis, pas ce que je fais.

      Le sport est comme le reste.
      Si vous voulez croire aux valeurs joliment packagées par les organisateurs, libre à vous.
      Pour ma part, je le répète, je pratique de l’exercice physique. Ce qui ne m’empêche pas, je l’avoue, de regarder de temps à autres, ces spectacles, mais je suis d’accord, ne pas payer est un bon moyen de couper leur système.

      Bonne journée

  4. Jocleb

    Tout à fait …..Stupéfiant. Moi aussi je me pose la question à savoir, le jeune cycliste qui aime ce sport , quel sera son avenir ? Merci à la Flamme Rouge, je n’ai jamais lu un article aussi intéressant et qui me donne peut-être des réponses sur certaines…….Performances.

  5. Raoul

    Merci pour cet article qui m’en rappelle un autre de Portoleaux il me semble sur les avancées du dopage. Cela dit on n’est pas vraiment plus avancé…il y a des moyens de se doper et certains se dopent sans doute. De là à dire que tous ceux qui gagnent se dopent comme l’affirme un des commentaires ci-dessus, ça ne me paraît un peu excessif et cynique. Si c’était aussi simple les tricheurs auraient déjà été pris.

    Ce serait aussi intéressant de rappeler je pense que les différences entre cyclistes au top niveau sont extrêmement faibles, 1%/2% ? Et que les circonstances de courses peuvent tout changer…bien plus qu’un éventuel dopage, on l’a vu sur Paris-Nice, au Tour du Pays Basque, etc…Certes il est plus facile de croire en un jeune coureur comme Pogacar qu’en un vieux briscard comme Caruso mais les affirmations gratuites et suspicions infondées n’ont jamais mené à de bonne choses…

    • Lemond

      Raoul, je crois que tu oublies l’affaire Festina (puis Armstrong – US Postal).

      Avant, dire que les courreurs se dopaient était mal vu.
      Puis éclata l’affaire Festina.
      Et l’on apprit à la stupéfaction de tous (les journalistes sportifs les premiers), que le dopage était « organisé » dans toutes les équipes!
      Seuls quelques rares courreurs refusaient, comme par exemple Christophe Basson.
      Et il faut voir le traitement qu’il a subi, les pressions du boss… mais surtout aucune réaction ni soutien du reste du peloton! Si c’est pas un aveu.

      Les non-dopés sont hélas des exceptions.
      C’est triste à dire mais il faut être réaliste.

      C’est pour ca que je regarde tout ça maintenant de très loin, du coin de l’oeil.
      Uniquement car ca a marqué ma jeunesse.
      Pogacar j’y crois pas. Roglic non plus. Aussi sympathiques soient-ils.
      Idem pour Van Aert, le fameux « sprinter qui bat les grimpeurs » (et les rouleurs) mentionné dans l’article.
      Etc.

      Les journalistes ne font aucune enquête, je ne serai même pas surpris qu’ils soient dans la combine (au moins certains d’entre eux). Je me rappelle encore des larmes de crocodile de Gérard Holtz quand Ricco s’est fait prendre à l’EPO Cera. J’en ris encore!

      Les tests ne servent à rien, les courreurs ne prennent pas de produits détectables (sauf les plus débiles comme Ricco justement).
      La seule solution, comme le répète à l’occasion Laurent, c’est les perquisitions de la police.

      Encore faut-il ensuite qu’il y ait volonté politique derrière.
      Je me rappelle encore de la réaction de Leblanc quand les rares journalistes faisant le minimum lui avaient demandé ce qu’il avait fait lorsqu’il avait appris qu’on avait retrouvé des seringues dans les canalisations d’un hotel ayant hébergé des courreurs. « Rien »! Leur dit-il. « J’ai passé un savon aux équipes, que pouvais-je faire de plus? »

      Puis ensuite il faut que les juges suivent.
      Lors du procès de Fuentes, voilà celui-ci qui affirme que si la juge lui demande, il donnera les noms de ses « clients ». Réaction de la juge : rien.

      Épatant!

      Comment croire dans ces conditions?

  6. Steph

    Ouch ! 2ème partie bien plus consistante que la 1ère qui n’était donc qu’une « mise en bouche ».
    Là y’a de quoi mouliner pas mal de nouvelles pistes. Gracias ! (d’ailleurs pourquoi ne pas mettre quelques liens de références/publications scientifiques pour ceux qui aimeraient creuser ? )

    Au final une réflexion toute nietzschéenne me vient : Le sport, c’est ringard ! Dans nos sociétés post-humaines pourquoi s’acharner à vouloir véhiculer à travers lui des valeurs d’équité et de probité totalement démonétisées ? Dieu est mort , et ces « dispositions au Bien » ne sont que morale religieuse.

    Aussi, le « Spectacle Sportif » mettant en scène des corps « augmentés » n’est-il pas le meilleurs lieu pour nous débarrasser de tous ce fatras de justice et de vertus ? Construisons à travers lui une nouvelle éthique : Réalisons notre « Volonté de Puissance » et transcendons le dopage pour enfin « devenir ce que nous sommes » ! Des « Surhommes » !

    Bon, pas sûr que Guillaume Martin valide… 🙂

    • noirvélo

      Regardons notre sport comme un spectacle ! On finira par se lasser d’être admiratifs devant des exploits qui ne sont en rien crédibles … lorsqu’on sait que des participants à des cyclosportives se dopent … Alors le milieu pro !!! Qu’ils se chargent , qu’ils prennent ce qu’ils veulent ! le plus fort sera celui qui aura les meilleures capacités physiologiques , le meilleur entrainement , la machine la mieux réglée , le meilleur entourage , la meilleure diététique , la « meilleure chance » et ….. les meilleurs produits !!! On se fait du mal à dénigrer ou admirer des sportifs et leurs performances alors que nous ne savons pas (et jamais!) à quel stade ils sont chargés !!! Faut-il se réjouir pour dimanche ? De la course , oui , peut-être , du vainqueur , non (en ce qui me concerne , surtout si le vainqueur annoncé est Wout que j’aimais bien mais dont je doute fortement à présent et pas qu’un peu !!!) , à nous d’être en paix et en « conformité » avec nous même ….
      Mais ce qui me « mine » c’est que l’UCI et l’AMA en tête doivent très certainement se douter de ce qui se trame sans bouger !! (on sait tout en coulisse , non ?) … Qu’ on ne m’affirme pas que personne dans les « hautes instances » n’ait lu les rapports de Monsieur Marc Kluszczynski et d’autres comme le docteur Mondenard entre beaucoup d’autres …
      Enfin , puisqu’à présent Christophe Basson parle de « médicalisation » dans le sport et non pas de dopage , on peut encore développer et métaphorer à l’infini , là où la science , la technologie et la philosophie accessibles au plus grand nombre nous offrent des terrains à déchiffrer …
      Demain au moins 100 bornes au programme , grand bleu annoncé , et croyez moi , pas un seul instant je ne penserai  » produits , protocoles , podiums & business  » , OUT ! Tout dans le coup de pédale le plus fluide et le plus réjouissant à vivre et à visionner …. :  » en vert et contre tout » …

  7. Edgar Allan Poe

    Splendide interprétation, Steph.
    Je ne souscris pas, bien sûr, mais le mythe du surhomme est toujours présent. Sauf que ce n’est plus un mythe, maintenant, en fait, pour nous les afficionados du vélo.
    Ceci étant, je pars pour quelques kms qui vont me ramener à une vérité, la plus simple qu’il soit : celle de mon corps en prise avec les éléments!

  8. marius

    https://www.google.com/amp/s/www.letelegramme.fr/_amp/221/12267221.php

    Un lien du labo français Hemarina qui voyant les avantages évidents de dopage, a mis au point grâce à l’AFLD une méthode de détection simple.
    C’est sans doute les seuls…

    PS. Nous sommes déjà des surhommes, grâce aux esclaves pétrole. Il y a dans 1 litre de pétrole, l’équivalent du travail de 100 paires de bras pendant une journée. C’est ce qui a permis l’explosion démographique du genre humain et qui accéléra sa disparition. Disparition inévitable même sans pétrole.

  9. selsien

    Après ce beau compte rendu. c’est avec un oeil désabusée qu’on suivra la course Dimanche!

  10. christian jaeckel

    merci « noir vélo » tout est résumé dans votre billet.

  11. Steph

    Pour aller un peu plus loin :

    avec arenicola marina / HemO2life > https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02448388/document

    avec reblozyl / luspatercept > https://www.ema.europa.eu/en/documents/product-information/reblozyl-epar-product-information_fr.pdf

    avec une synthèse des différentes formes de dopage sportif actuels > https://www.clubcardiosport.com/sites/www.clubcardiosport.com/files/field/fichier/article/Le%20dopage%20aujourd’hui.pdf

    avec (SCOOP !) mon dopage perso approuvé par l’AMA et recommandé par l’UCI que j’utilise depuis l’âge de 4 ans (dopage Obelix) > https://www.clementfaugier.fr/fr/v4/v4_creme_de_marrons_1_1.aspx

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.