Tous les jours, la passion du cyclisme

Je me suis fait rincé par le CCS-Siboire!

21h45 hier soir. Le serveur à l’accueil: « vous venez rejoindre la gang de cyclistes?« 

Moi: oui, c’est à cause de mon polo du Giro d’Italia que vous savez que je suis un cycliste?

Non, pas remarqué ton polo, c’est parce que tu es maigre comme un cycliste…

C’est ainsi que ma soirée au Siboire Dépôt de Sherbrooke a débuté hier soir.

Une belle soirée! Et qui concluait une belle sortie d’entrainement avec le Club Cycliste de Sherbrooke – Siboire.

Ca se résume en quelques mots: les gars m’ont rincé.

Enfin six. Six gars. Beaucoup plus était au départ. Mais ces six gars, ce sont des machines!

74km, 1000 de dénivelé, 38 de moyenne.

Ca a commencé au km2! Petit faux plat, déjà 375 watts, en file indienne dans un bon vent de trois quart face. Ben voyons donc, dans quoi je me suis embarqué?

Passage à Rock Forest, la bosse km5, plus de 400 watts pour m’accrocher. Déjà, des coureurs explosent. On est sept à rejoindre le chemin Sainte-Catherine deux kilomètres plus haut. Personne ne reviendra.

Je sais déjà que je suis en sursis à ce rythme. Et mon ami Julien n’est même pas là!!!

Dans quoi me suis-je embarqué?!

Chemin Dunant, long faux plat ascendant de cinq kilomètres. À un kilomètre du sommet, je saute. Just insane speed, insane watts.

Ô surprise! Un coureur devant se relève, le plus grand de tous.

Pas le choix: j’en remet une couche, question de ne pas le faire attendre de trop. À bloc. Je ne peux pas abandonner comme ca.

Ce coureur, c’est Pierre-Olivier Boily. Qui d’autre ?!

P-O me ramène pronto. Un bon relais à 43 km/h et on recolle au groupe qui a aussi levé un peu le pied. Dans sa roue, je me dis que des relais de Filippo Ganna, ca doit ressembler à ca… En tout cas, merci P-O, merci les gars!

North Hatley. Charmant, North Hatley. Sauf sur un vélo, après déjà de nombreux efforts intenses, parce qu’à North Hatley, tu sais que pour t’en sortir, va falloir grimper.

Longtemps.

Je me refais larguer dans le long faux plat après le pied plus pentu de la bosse, les gars – Stéphane, Pierre-Olivier, Étienne, Maxime, Anthony et Jérome – sont juste trop forts pour moi et je manque de rythme de course.

Nouvelle surprise: ils lèvent le pied. Deux reviennent me chercher.

Pas le choix: j’appuie plus fort sur les pédales.

Ca repart sur la plongée de 15km sur Ayer’s Cliff, qui se fera à plus de 42 de moyenne. Quelques KOM au passage, question de se faire plaisir.

À Ayer’s Cliff, ca se complique, car je sais qu’il faudra remonter vers Katevale, une longue ascension irrégulière de 2.5 km. Sympa, plusieurs coureurs décident de rouler plus doucement dans la montée et restent avec moi, car je suis déjà émoussé.

Sur le haut, forte poussette inattendue, c’est Pierre-Olivier qui me fait basculer, j’accroche Maxime et Stéphane qui relancent et c’est de nouveau plein pot jusque Katevale. Nice!

Le retour depuis Katevale vers Sherbrooke, je connais. Dans ma tête, c’est décidé, plus question maintenant de décrocher du groupe. À 46 de moyenne je ne peux pas relayer certes, et Ganna a repris du service, mais je tiens ma position en queue de notre petit groupe. Pas de crampes, c’est déjà ca. Des voitures nous gênent, pas assez vite pour nous!

Sur les vingt derniers kilomètres, la vitesse ne descendra plus en deçà de 45 de moyenne. Aie.

Mais putain, ca fait du bien!!!

Vous êtes costauds les gars!

La sortie d’entrainement s’est terminé par une bière du Siboire – la 18 juillet 1853, magnifique bière d’été – offerte par Pierre-Olivier, dans le stationnement au lieu de départ. Excellente ambiance!

On a donc prolongé un peu plus tard en soirée au Siboire Dépôt, question de renouer avec des amis de longue date, Jean-Seb et Alex. On a bu tes shooters P-O, merci!

Le CCS-Siboire? Une sacrée belle équipe, des gars super-sympathiques et super-costauds qui n’étaient pas obligés de m’attendre. On est parti à sept, on est rentré à sept. Je ne l’oublierai pas. Un merci tout spécial à Stéphane pour son accueil et à Pierre-Olivier pour son travail de gregario à mon égard hier soir!

Les gars, on remet ça mercredi prochain certain. 100 bornes cette fois, et je sais que ca roulera au moins aussi vite. Parfait!

Partager

Précédent

Tour de France: littérature

Suivant

Championnats canadiens (Maîtres): la reco

57 Commentaires

  1. Stef Toupenet

    Excellente cette sortie, parfaite pour déboucher les gicleurs.
    Ce que tu relates là me fait penser à un groupe de coureur sénior, qui à cause de la Covid ne pouvaient plus mettre de dossard, du coup ils se sont organisés leur propre sortie mimant les courses, en faisant péter tous les KOM du coin au passage.
    Je me demande si ça ne va pas faire qq coureurs de moins sur les courses. Certains ne vont pas reprendre de licence et continuer à s’organiser des sorties musclées.

    Stef

  2. mica

    Dans l’ actu: je viens de lire dans l’ internet de la RTBF (radio Télévision Belge d’ expression Française) que Anna Van der Breegen venait de remporter le ch. des PAYS BAS en CLM à une moyenne de plus de 48 Km/h.
    les 32 Km en un peu moins de 40 mn……..chapeau bas…
    La 2emme : ellen Van Dijk ; 3 emme : Lucinda Brand et la 4 emme Amneick Van Vleuten……….quelle densité de championnes…….c’ est impressionnant……..certains champions Français seraient peut être derrière , englués dans leur « surmultipliée ».
    ( On peut noter que le parcours faisait monter 2 fois le « mur d’ Emmen, un raidar de 500m……donc pas tout plat et parait il pas mal de virages).
    Bon, la Néerlandaise venait d’ un stage en altitude , pas loin de chez Eric , c’ est lui qui nous le disait dans un post précédent……..Idem pour Roglic ……qui n’ aura plus sa voiture dissimulée sous 3 m de neige……suite à une expédition punitive de mauvais alois tout de même!

    • 3 mètres !

      Quand tu racontes une histoire, tu peux exagérer, enjoliver… Mais quand c est une histoire contée par un autre, c’est un manque de respect que d en rajouter des tonnes et, en l occurrence, des mètres.

      Roglic est citoyen d honneur de la commune de Tignes. Sinon, effectivement, maintenant il sait où il est en autorisation de se garer quand il est en vacances familiales, l hiver. S il vient à l Alpe d Huez, il pourrait même prendre une leçon d utilisation de des braquet. 🤣😂🤣😂

      • mica

        Oh, Eric excuses moi…….crime de lèse majesté ?

  3. Maxime Turcotte

    C’était un paisir de rouler avec toi Laurent. On se revoit la semaine prochaine ! Merci pour l’article 🙂

  4. mica

    Eric: ceci pour dire que le touriste non identifié, ici comme ailleurs n’ est , un peu , considéré que s’ il vient avec du fric……hors de ça il est tout juste toléré…..

  5. Le fric aide pour beaucoup de choses. Mais les montagnards sont tout de même un certain nombre à accorder une certaine importance au respect et à la sincérité des relations.

    Le fric n achète pas tout. Du moins, avec certains, et j en fait partie.

    Tous les touristes ne sont pas fortunés, même à Val d Isère. Et beaucoup de personnes savent faire la part des choses et s adapter, même si les sports de montagne ne sont pas à la portée de tous.

    Malheureusement, le vélo également demande aujourd’hui un certain niveau de revenus.

  6. Richard

    WoW ! quel récit , tu nous a fait Laurent et comme tu remets ça mercredi prochain , t’es vraiment un dur de dur. J’ai particulièrement apprécié ton passage , parti à 7 , entrée à 7
    Le Spirit est excellent dans ce groupe .On part ensemble en revient ensemble

  7. Lyne B7

    Et c’est PO qui a parti le bal au km2💪

  8. garolou

    Un peu de nationalisme québecois… Guillaume Boivin à son 1er tour de France, yes super content pour lui, En plus c’est un rôle important être le body guard de Woods sur le plat, bravo pour ta sélection…

  9. Yvon

    En Suisse les deux membres de B Victorious ont pris une raclée par Kunf auraient oublié de sucrer ldus café, même celui qui a fini 3eme au contre la montre juste derrière Alaphilippe.

    • mica

      Yvon : tu prends « l’ exemple  » Suisse…….on peut déja regarder chez nous: « l’ immense Cavagna  » n’ était plus le TGV de Clermont Ferrand, mais l’ omnibus du Massif central.
      Que s’ est il réellement passé……on ne le saura jamais……comme d’ habitude…..
      Quelques posts plus haut, je parlais de coureurs « englués dans leur surmultipliée « , c’ était peut être un peu prémonitoire, enfin je ne sais pas!
      Voir aussi les perfs de Gougeard , par exemple,…..dont on nous disait qu’ il était passé prés de la médaille en Norvége il y a 3 ou 4 ans…..
      Bravo à Thomas et à ses équipiers de FDJ. Je pense que leur choix ont été bien plus mesurés.

  10. plasthmatic

    C’est qui déjà, celui qui publiait, sur ce site, un article pointu sur l’entrainement ciblé, mesuré, modéré, accomodé à de sa sauce personnelle, façon « non mais moi les gars, je fais des efforts bien calibrés sur moi-même, et ensuite celui qui me fera rouler vite, il est pas né », c’est qui déjà le gars ?
    Le même que celui qui est foutu de te causer diététique de l’effort et avant l’effort, et la veille d’un gros truc se commander une choucroute avec pour accompagnement saucisses, viandes, et trois pauvres patates sur-cuites, le tout addtionné de deux bons verres de blanc.
    Avis aux lecteurs : quand le Laurent vous dit qu’il a roulé vite, il faut le croire. Quand il vous dit qu’il fait le métier, il faut sourire.
    C’est qui déjà le gars qui écrivait …
    « A mercredi les gars du CCS-Ciboire » ! J’espère que vous savez rouler à 26 de moyenne, parce qu’il est pas né, celui qui va nous emmener le Laurent hors de ses …

  11. Edgar Allan Poe

    Cavagna a expliqué très prosaïquement sa défaite. Dérailleur bloqué dès le départ ! Le petit plateau ne passait plus. Une marque japonaise. Le mien, c’est une marque américaine, une belle merde. Sur le Trô Bro Leon, 2 vainqueurs potentiels ont perdu la course avec leurs dérailleurs électriques. Une marque italienne.
    Il était 2eme au premier pointage puis changement de vélo pour ses problèmes de derailleur, mais pour un vélo différent de celui qu’il utilise habituellement, problème de guidon notamment.
    Plus de capteur de puissance avec lequel il gère ses chronos.
    Il avait pris un camelback pour se ravitailler et « se garder » au frais, mais un bloc de glace est passé dans le tuyau, l’empêchant de boire.
    Sa radio ne fonctionnait pas, il n’avait pas les temps.
    Il reconnaît alors avoir lâché l’affaire après 15 bornes…

    • mica

      Tous ces prétextes ne sont pas des excuses…….et, ras le bol de touts ces accidents électriques……dérailleurs, capteur de puissance…….etc….etc…
      Imaginez Lavillenie venir au championnat de France de saut à la perche et ne pas pouvoir franchir 4, 5 m……
      C ‘ en est risible, cet Auvergnat a un peu trop été monté en épingle……
      La véritable explication est ailleurs…..

      • Edgar Allan Poe

        Tu as le droit d’avoir une opinion.
        Pour moi, il explique sa contre-performance et ça ne va pas chercher plus loin.
        Un chrono de 45 bornes, si la tête ne suit plus au bout de 15, c’est mort de chez mort !
        Après, je te suis sur les incidents électriques. J’en ai moi aussi, à l’entraînement, jamais encore en course, bien heureusement.
        N’empêche que les vélos vendus « tous montés » en Shimano, le sont tous aujourd’hui en dérailleurs électriques, du moins dans l’hexagone. Une manière d’imposer sa norme, et de majorer conséquemment le prix d’achat.
        Apparemment, Origine vendrait des vélos montés en mécanique et sans freins à disque.

  12. Thierry mtl

    https://youtu.be/4evlLn8rCK8

    Parlant de forts cyclistes québécois… ce reportage sur le Montréalais Rowan Barrett, qui fait des KOM (Ventoux, Fuji,) à travers le monde juste en passant par là pour son travail.
    Un phénomène. Arrivé tard au vélo, jamais pro, entraînement au feeling, bécane simplifiée, morpho de grimpeurs.
    Si ce n’était de Strava, il serait seulement une rumeur.

    • Edgar Allan Poe

      J’assume le rôle du rabat joie, du Cassandre.
      Mais… ce Rowan, que je ne connais pas et contre lequel je n’ai aucun à priori, quel est son palmarès sur route dans les courses de Fédération ?
      Les gens dont je lis parfois les légendaires sorties de vélo, qu’ont ils gagné, et devant qui ?
      Les compagnons de sortie de Laurent doivent obligatoirement promener leurs vélos dans les courses et tourner autour de leurs adversaires dans le peloton.
      Je dis cela car je constate depuis longtemps, que les rois de l’entraînement ne sont pas là en course FFC ou FSGT. Je pourrais écrire des pages sur le sujet. Cet hiver encore, les mêmes qui me faisaient souffrir à l’entraînement, qui m’obligaient à taper dans le I4/I5, et que je laissais quelques fois partir devant, et ben je leur ai pris un tour (5 kms) sur la seule course que nous avons pu faire. Un seul de mes coéquipiers n’a pas pris un tour et finit à 6 minutes. Pourtant , je suis vieux et n’ai rien d’exceptionnel en tant que cycliste. Sans fausse modestie.
      Mais bon, il faut s’interroger sur sa pratique de temps en temps, et accepter d’analyser ses échecs. Enfin, je le crois.
      Il y a bien sûr des gens doués…

  13. Wolber

    Mica, ç est un peu méchant de dire que la contre performance est risible. Elle est surtout inattendue car il roule bien l auvergnat . Rappelles toi la Planches des Belles filles, l année passée sur le Tour.
     » ces prétextes ne sont pas des excuses..? » Tu ne crois pas aux explications données en écrivant que la vérité est ailleurs. Alors? Préparation medicale perturbée avec la chaleur, moteur défaillant, impossibilité de s abriter avec la voiture suiveuse, braquet de 60/10 trop gros à tirer, .les hypothèses peuvent être multiples. Allez, je te taquine…
    J avoue pourtant que l explication du deuxième velo mal réglé est étonnante.

    A la FDJ, si on ajoute Kung, vainqueur du clm national, en Suisse, ils possèdent une belle équipe de rouleurs…

    • mica

      Wolber: on a quand même le droit de porter un avis un peu critique…….si nous devons parler comme des journalistes du service public ou d’ ailleurs, si nous devons emboiter le pas de ceux qui disent : « il faut mettre du braquet », si nous devons être des « bénis oui oui » , si tout ce que font les pros doit être sacralisé, si nous n’ avons pas le droit de douter. …….autant se taire et lire « l’ équipe ».
      D’ ailleurs, dans ces colonnes certains n’ ont pas hésité à noter les métamorphoses de certains quand ils vont faire quelques saisons en Belgique….ou ailleurs à l’ étranger!
      Alors, hier, explications « alambiquées » de la part de celui qui était favoris…..on ne connaitra pas la vérité. Absence de  » l’ encadrement Quick Step  » ? Produit qui n’ a pas pris ? Mauvais joueur l’ Auvergnat qui, se sachant dominé par B. Thomas, se saborde corps et bien ?
      Encore une fois, j’ imagine un jeune se passionnant pour le cyclisme, totalement déboussolé par ces incohérences et ces couleuvres de plus en plus difficiles à avaler.
      Il y a des « metteurs au point » pour les moteurs de formule 1, il faudra en trouver pour ces mécaniques ultra méga sophistiquées que sont devenus les vélos dits modernes……..et tout ça pour des perfs finalement assez banales……

  14. une copie d’article pour info :

    « Shimano fait totalement dérailler la planète vélo »

    Cet équipementier japonais règne sur quelques pièces clé de nos vélos. Son incapacité à fournir la demande a mis au pas toute l’industrie. Conséquences : Il faut désormais compter sur 13 mois d’attente en France avant la livraison d’un vélo neuf. Explications.

    “Un disque de frein Shimano ? Revenez dans six mois !” Ce marchand de cycles de Tokyo n’y va pas par quatre chemins. Navré, il est obligé de « mettre à pied » ses clients à la recherche de cette pièce qu’ils pensaient aussi commune qu’une pile ou un lacet de chaussures. Comme dans le reste du monde, il y a pénurie de freins et de dérailleurs au Japon. Ces pièces et d’autres demandent aujourd’hui plus d’un an d’attente de livraison. Un goulet d’étranglement qui pèse sur toute la filière et gêne la croissance exponentielle de ce mode de transport économe et écologique. En France, il faut compter en moyenne 13 mois d’attente aujourd’hui pour acheter et disposer d’un vélo neuf. Les réseaux de distribution ont plus ou moins anticipé le phénomène et atténuent les effets de la pénurie en piochant dans leur stock qui s’épuise de semaines en semaines.

    Le coupable est justement une entreprise nippone de l’ouest du Japon. Jusqu’à cette pénurie Shimano était surtout connue des passionnés de vélo. Cet équipementier a fait sa fortune sur la partie de la machine qu’on appelle le « groupe de transmission » faisant le lien entre l’homme et le vélo. Il jouit d’une position écrasante (70% du marché) sur les freins et les dérailleurs et de parts de marché confortable sur d’autres pièces (30% des manivelles, 20% des chaînes…). La banque CLSA en fait le premier fabricant de pièces pour vélo au monde.

    90% des ventes dans les pays riches

    Comment a-t-il grimpé jusqu’au sommet ? L’entreprise fut portée par le charismatique Yoshizo Shimano : cet héritier du fondateur, passé par les États-Unis dans les années 60, mondialisa l’entreprise familiale en demeurant fidèle à l’excellence industrielle de sa ville natale : Sakaï, légendaire patrie des fabricants de couteaux et de sabres. Devenu géant au milieu d’une industrie fragmentée, Shimano a l’avantage de la taille sur ses concurrents : son premier concurrent, SRAM, a des ventes trois fois plus petites que les siennes, explique CLSA. Une telle présence lui permet d’énormes économies d’échelle en vente, recherche, marketing et production. D’autant que l’entreprise a placé ses usines dans les pays d’Asie à bas coût (Malaisie, Chine, Taïwan) tandis que les cyclistes, eux, sont dans les économies développés à marges élevées – Europe, États-Unis. Tandis que les pays en développement délaissent le vélo pour l’automobile lorsqu’ils accèdent à un certain de niveau de vie, les classes moyennes des pays industrialisés, « bobo-isées », font le chemin inverse, séduits par ce moyen de transport économe, sain, indépendant et écolo – ce avec le soutien actif de leurs gouvernements, qui aménagent les pistes cyclables au kilomètre. Shimano réalise 90% de ses ventes dans les pays riches. « Ils ont des concurrents comme l’Italien Campagnolo ; mais le rapport qualité-prix de Shimano est imbattable » estime Pascal Viout, designer installé à Tokyo et propriétaire d’une douzaine de vélos. Cerise du moment sur le gâteau : lors des années de Jeux Olympiques, les ventes de vélos bondissent, a noté Morten Paulsen. Le vélo est au menu des Jeux Olympiques depuis 1896, observe-t-il. Or les prochains ont lieu cette année à partir du 23 juillet, comme chacun l’aura noté, au… Japon.

    2019 et 2020 années record

    Mais Shimano a aussi dans son jeu la carte de l’innovation et du sport. Elle s’est imposée dans les grandes courses cyclistes. « La marque italienne Campagnolo avait l’habitude d’équiper en dérailleurs les coureurs des grandes courses. Entre 1958 et 1998, les vélos équipés de dérailleurs Campagnolo ont remporté 83% des Tour de France. Mais depuis 1998 les dérailleurs Shimano les ont remplacés » observe Morten Paulsen, analyste du secteur dans une note pour CLSA. Shimano est leader sur la plupart des innovations technologiques du secteur (freins à disque, les boîtes de vitesse électriques…), admettent les passionnés de la petite reine. Les « morceaux choisis » de leur catalogue, dont les plus chers et les plus rentables, demeurent d’ailleurs produits au Japon. Les chiffres du ministère des Finances japonais montrent que 2020 fut avec 2019 et 2015 une année record en terme d’exportations de pièces de vélos – pour l’essentiel issus de Shimano. Shimano est de ce petit peloton d’entreprises japonaises industrielles « B-to-B » capables de reproduire infiniment et à la perfection des pièces indispensables au bon fonctionnement de nos machines. Les Sony, Toyota ou Panasonic et consorts qui formaient l’establishment industriel nippon ont perdu de leur superbe, progressivement rattrapés par les concurrents sud-coréens ou chinois ; mais leurs équipementiers, fournisseurs de deuxième rang invisibles aux clients finaux, ont souvent conservé leur bastion de spécialiste et constituent la vraie élite manufacturière de l’Archipel aujourd’hui. Meilleur exemple : YKK, leader mondial nippon de la… fermeture éclair.

    La Covid booster de vente de vélos

    La COVID-19 aurait-elle pu atteindre Shimano ? Au contraire : quel meilleur moyen de transport pour éviter la contamination ? Les ventes du groupe ont atteint le montant record de 2,8 milliards d’euros l’an dernier, et ont encore doublé au premier trimestre 2021 par rapport à la même période en 2020. Les marchés boursiers ne s’y trompent pas : à Tokyo la capitalisation de ce discret équipementier, supérieure à celle de tous ses concurrents du secteur combinés, est désormais égale à celle du géant automobile Nissan. Mais le groupe est prudent : pas question de multiplier pour autant les investissements industriels. « Shimano a été refroidi par la bulle des vélos en libre service il y a deux ans, un effet de mode qui est finalement retombé assez vite et n’a pas permis de se prolonger sur le long terme, indique un opérateur européen, cette pénurie leur permet en outre d’augmenter leurs prix de 20 à 30% »

    Le groupe fête son centenaire cette année au champagne. Le « nid de poule » de la pénurie fera-t-il dérailler Shimano ? L’entreprise est aussi fermée et globale que cet autre géant du Kansaï : Nintendo. Comme chez ce dernier, on lui passe tout. La magie opère toujours. Actuellement fabricants de vélo et amateurs spéculent sur le futur groupe de transmission « Dura-ace », en préparation depuis des années chez Shimano. Combien de vitesses ? Combien de pignons ? Mais les mêmes s’agacent du silence de l’entreprise devant la pénurie, qu’ils assimilent à de l’arrogance. La tête dans le guidon, Shimano a annoncé investir 250 millions d’euros dans son appareil de production. Ont-ils réveillé les appétits des concurrents ? Gare à la remontada…

    Par Régis Arnaud le 18.06.2021

    https://www.challenges.fr/economie/shimano-fait-derailler-la-planete-velo_769164

    • Edgar Allan Poe

      Ils ne fabriquent quand même pas tout au Japon ?
      Bon article, merci.

  15. Wolber

    Mica, on peut ou ne pas croire ce que nous disent les coureurs. Dumoulin aurait fait au printemps un Burn out dont il est guéri. Le remède à peu être été de faire des bornes à velo en altitude . Je ne l ai pas cru , une seconde.encore moins depuis son retour en bourse. Passons…
    Cavagna prends 5 minutes sur B Thomas , un sacré coureur trop méconnu au potentiel énorme. Chez Ineos , il pourrait gagner le Tour.
    Si tous les problèmes évoqués par R Cavagna sont la cause de sa contre performance, alors il s agissait d un jour à oublier car effectivement un chrono qui part très mal finit rarement bien. La concentration étant primordiale sur l effort total , il suffit qu elle fasse défaut et la souffrance n est plus acceptée ou tolérée. Thomas a roule à 49,5 de moy sur 45 km, je le rappelle . Il s agissait de rouler très vite et donc très concentré.
    Mica, tu as raison , on se contentera de ces explications.
    Évidemment , les braquets employés non, en revanche, rien à voir dans sa contre performance. D ailleurs j immagine le coureur de la FDJ , vainqueur avec un braquet similaire. 54/11. 😊

    • Edgar Allan Poe

      J’insiste sur le burn out : je travaille dans une entreprise où il y en a pas mal depuis plusieurs annees. On ne s’en remet pas en 3 mois, loin s’en faut et beaucoup ne reprennent pas leur job au sein de l’entreprise. Dumoulin qui nous dit en plus aujourd’hui que son burn-out était latent depuis 3 ans, quitte le stage de son équipe début décembre, si je ne me trompe pas, et début février, il est deja sur les réseaux sociaux en train de rouler sur son vélo de chrono…
      Il ne sera pas au TdF car cette année, ça tombe en même temps que le festival du film de Cannes ?

      • plasthmatic

        Alors il faut remettre en cause la qualification de burn-out dans son cas, pour peut-être un simple et naturel ‘coup de mou existentiel’.
        Burn-out, le mot est moche, autant que la réalité qu’il recouvre : une profonde dépression, qui peut nécessiter jusqu’à une hospitalisation.
        EAP, le Tour est déjà un festival de cannes, non ? Bon, ok, je vais sortir.
        Mais sache avant que je te suis totalement sur tes derniers messages. Tu y exprimes un scepticisme salutaire, sur les sujets divers. Salutaire, et sain, parce que déjà, je n’y perçois ni la maladie du soupçon, ni, pire encore, celle du ressentiment. Salutaire, en ce qu’il remet les choses à leur place, à commencer par leur source : les réalités ! Plus dures à endurer que les fantasmes, manifestement. Moi je ne trouve pas … elles nous remettent si bien … à notre juste place.

  16. Wolber

    54/11 avec une cassette en11/23 . Je ne crois pas, que Shimano qui ne livre plus, donc, fournisse des 11/21. Il fut un temps où l on essayait d’avoir du dent par dent pour les chronos en adaptant les cassettes. Mais peu être aussi que les pros conservent des 11/30 habituelles pour une meilleur ligne de chaîne et aussi passer les bosses sur le plateau.

    • mica

      Wolber: tu évoques un braquet de 54:11 pour Benjamin Thomas………qu’ il ait eu sur sa monture un tel braquet maximum c’ est possible; en revanche, qu’ il l’ ait utilisé sur les parties planes est hautement improbable. Je pense même que, sur ces tronçons plat, il avait plutôt 54: 13 ou 54:14……..ce qui est déja pas mal!
      Tu notes sa moyenne : 49,5 sur 45Km pas mal……encore que, si l’ on se réfère à un passé assez lointain,……….cela n’ a rien d’ extraordinaire……mais je n’ y reviendrais pas.
      Pour ma part, j’ ai noté que le site internet de la RTBF soulignait la perf de Anna van der Breegen à plus de 48 de moyenne sur le circuit de d’ Emmen et sur 2×16 = 32Km. loin d’ étre facile avec deux « murs » et pas mal de virages….. je doute fortement qu’ elle ait utilisé le 11 ou le 12…..avec 54 à l’ avant
      (et la Radio Télévision Belge d’ expression Française n’ est pas une « buse » en matiére de cyclisme).
      Je vais faire ma provoc. d’ usage: beaucoup de prof. se casseraient les dents sur une telle performance……..cherchez pourquoi , je rapellerait au passage que la Néerlandaise a eu cette année le 40 ieme temps de la montée du mur de Huy (hommes et femmes confondus!

  17. garolou

    ???Greipel au TDF??? Disons simplement TRÈS surprenant
    Cavendish aurait du signer pour la Start-up Nation.

  18. Wolber

    Il y 40 ans, Mavic fournissait un groupe complet avec des freins Modolo, comme Spidel avec des pédaliers Stronghlit . La France produisait encore de l acier et de l alu. Plus rien de tout ça évidemment…
    On parlait de livres plus haut, un très bon , qui parle de la fin de la France industrielle, intitulé Bernard, Francois , Paul et les autres…( Emmanuel Ducoin)
    Si vous avez aussi aimer Hinault , Lisez le.

    • Edgar Allan Poe

      Ah dis donc, Wolber, tu fais ressurgir des souvenirs enfouis dans les tréfonds de ma mémoire cycliste. Jeune senior, étudiant sur St-Etienne, et fort de quelques performances, je décidais à la fin d’une sortie d’entraînement de m’arreter chez Stronglight pour negocier un pédalier. Échec ! J’ai du casser la tirelire. Un ami -JP 71 ans cette année, 23 000 bornes en 2020 – m’avait sorti un cadre alu de chez Vitus, soi disant avec un défaut d’aspect. Jamais trouvé. Il connaissait le boss de Vitus qui avait failli faire une crise cardiaque quelques années plus tôt quand il avait vu Sean Kelly s’engager avec son Vitus alu sur le premier tronçon de pavés d’un Paris Roubaix.
      J’avais des pédales Liotard, fabriquées au Nord de St-Etienne, les plus légères au monde : il n’y avait que l’axe. Leurs moyeux étaient beaucoup plus légers que les Mavic et coûtaient beaucoup moins chers… mais ils n’étaient pas réglables !
      Je ne suis pas passéiste. Mais quel dommage d’avoir détruit en deux décennies une telle Industrie reconnue mondialement, et surtout d’avoir aussi anéanti toute sa R&D.

  19. Wolber

    Mica , j ai supposé que Thomas avait un plateau de 54. Le 11 dernière ç est quasiment sur . Je ne sais pas si Shimano produit d autres départ de cassette. 12 je crois, 13 et 14 …je doute
    Imaginez que Thomas n à pas toujours utilisé son braquet maxi est une évidence.

    Je vais aussi faire ma provoc,…la profusion de championne néerlandaises m inquiètent et ne me dit rien qui vaille.

    • mica

      Bon Wolber, sur la profusion de cyclistes Néerlandaises tu n’ as certainement pas tort , d’ autant plus que en cyclocross arrive une génération pas piquée des hannetons ……..mais, nous, Françaises et Français, avons nous toujours été « clean »……….je pense que non!
      Pour l’ industrie et le avoir faire qui sont partis, tout à fait d’ accord bien entendu.
      N’ y avait il pas eu, il à une quarantaine d’ années une sorte de « consortium » de fabricants tricolores d’ accessoires?…….et qui a échoué ?
      Pour en finir, je continue de penser que le choix des braquets est primordial en CLM et en sprint…….toute exagération se paye casch; il semblerait que Thomas (fort de son expérience de la piste l’ ait bien compris, ainsi que ses coéquipiers.
      Quant les poursuiteurs , ou les poursuiteurs par équipe font des essais systématiques en chronométrage et qu’ ils constatent qu’ ajouter 2 dents plateau ou enlever une dent derriére peut devenir trés pénalisant , ils se doivent de revenir plus prudents……..idem pour les sprints….
      Je ne parle pas de la montagne ou l’ aérodynamisme compte beaucoup moins et ou le coup de pédale est différent (on tire avec les bras et le haut du corps, jusqu’ à la position « danseuse »)

      • Maxime R

        Mica et Wolber

        une des raison de profusion de Néérlandaises est que chez eux il existe de grand centre de formation cycliste ou tu peux aller que tu sois garçon ou fille

        Les deux profitant de la meilleures des formations possible.
        Rajouter à ça l’effet « VOS » qui a du attirer pas mal de Néérlandaise vers le vélo il y a quelques années, effet VOS repris par Van Der Breggen et Van Vleuten (entre autres)
        à ma connaissance il s’agit du seul pays qui forme ainsi les féminines.
        Ceci explique aussi cela

  20. Wolber

    Il etait possible à l époque de produire un velo de course complet en France. Sauf peut être les selles…Passéisme ou nostalgie, je ne sais pas mais comme tu le dis tout a été détruit. La connaissance, la recherche, et le boulot dont des hommes dépendaient.
    On est donc dépendant de Shimano comme écrit plus haut. Le Sram est quasi introuvable et Campa tire ses derniers feux. Combien de velo en 1 ère monte, Campa?
    Tiens j oubliais zeus qui avait des groupes complets…

    • Edgar Allan Poe

      Sauf peut être les selles… c’est un aveu ? 🍆🤔🤭😁🤣

  21. Edgar Allan Poe

    Je me marrais à l’époque en entendant certains critiquer le fait que nous achetions du Shimano, donc du Japonais, déjà très en avance en termes techniques, compatibilité, robustesse, poids et prix… à la fin des années 80. Le péril jaune aurait un jour raison de nos industries, de nos emplois et donc de notre économie.
    Balivernes, fictions de vieux ringards nostalgiques d’une acmé nationale, ou européenne !!!

  22. yvon

    Pour les selles vélo en cuir il y avait Tron et Berthet qui faisait des selles en cuir qui valaient les selles anglaises et Maillard normand lui aussi spécialiste des dentures de roues libres. D’ailleurs la selle suivait le coureur au changement d’équipe.

  23. Wolber

    Et Reydel, en voila un qui fabriquait des selles . L immense Sean Kelly roulait avec, avec son Vitus monté tout Mavic, « pour un velo exceptionnel » comme disait là pub de l époque.
    EAP, un aveu? Te voilà rassuré.😄

  24. Wolber

    Mica , qu est qui te fais croire que Benjamin Thomas a mis des braquets inférieurs à ceux de ses adversaires?

    • mica

      Wolber: ce qui me fait croire, ou plutôt penser que B. Thomas et ses équipiers ont mis (sur terrain plat ) des braquets inférieurs à ceux des autres, c’ est tout simpleùment le fait qu’ ils sont allé plus vite;
      A mon avis, la formation de « pistar » de B. Thomas n’ y est pas étrangère ; Bon, ne nous attendons pas à ce que certains révèlent les braquets vraiment employés…….cela reléve un peu du « secret défense »
      La référence absolue en matiére de clm sur route et de poursuite sur piste, F. Ganna, tourne souvent les jambes aux environs de 105 T/mn, sur du plat , ce qui est déja rapide……à 900m/ mn (soit 54 Km/h) . ça fait un braquet de 8, 57m et un rapport de dentures de 3,89 m…… soit 54:14 (le plus proche du rapport 3, 89).
      On est bien loin des dentures souvent évoquées par les médias.
      conclusion : si vous voulez aller vite, il faut réduire les braquets e

  25. mica

    Maxime R : merci pour les infos sur le cyclisme Néerlandais et ses centres de formation trés efficaces.
    Nous avons peut être quelque chose d’ un peu similaire à St Quentin en Yvelines (tout au moins pour la piste ? à voir.
    Il est vrai que pour les féminines, M. Vos montra la voie.
    Actuellement 2 ou 3 jeunes filles sont brillantes en cyclo cross et elles passeront certainement à la route…..

  26. Wolber

    Mica, tu ne le crois pas , tu ne le penses pas. Tu l affirmes.
    Si tu avais pu être ds la roue de Thomas tu aurais été horrifié, crois moi par les braquets employés. Par un mélange de force, de vélocité et de puissance. Il tournent les jambes avec de très très gros braquets. Tu refuses de le comprendre.. rien de grave.

    • mica

      Wolber: je  » affirme  » pas comme tu le dis , au contraire, j’ ai pris l’ exemple de Ganna et des chiffres qui le concernent, et je crois avoir « prouvé » qu’ il était capable de rouler pendant plus d’ un quart d’ heure à 54 Km /h, sur du plat, avec environ 54:14.
      Voila, c’ est tout et c’ est simple……..je suis persuadé que, même pour lui, une telle vitesse ne serait pas possible avec 56: 11 par exemple!
      Je dois noter, cependant qu’ il semble s’ être « planté » au championnat d’ Italie CLM, ou il ne prend que la 5 eme place à une cinquantaine de secondes du premier!………. Faisait il des  » essais » de braquets ou autres….?
      Il en est un qui se plante souvent sur de trop gros braquets, c’ est Gerraint Thomas……on l’ a encore vu récemment au CLM du Dauphiné….
      Je n’ ai jamais dit ni pensé que les coureurs étaient » cons », mais de véritables essais en temps seraient certainement édifiants.

  27. Wolber

    Et tous les autres coureurs seraient assez cons pour employer des braquets inadaptés, demeusurés en permanence, à longueur d années et de courses sans jamais se dire ou essayer de mettre plus petits….

  28. Pour en revenir au sujet initial, en moins d une semaine,
    Laurent aura fait la promotion d une application d EPI pour les mobiles, de livres et même maintenant d une marque de bière.

    Heureusement, en France, la loi Evin empêche les alcooliés de se servir du sport pour faire la promotion des boissons alcoolisées ou du tabac.

    Je ne suis pas opposé à l activité de ce que l on appelle les influenceurs. C est devenu un phénomène bien utilisé par les services marketing des entreprises. Mais, à moins que ce soit dû à la naïveté ou un malencontreux hasard, c est toujours mieux qu en c est assumé.

    Sinon, je suis bien content de la réussite de la FdJ sur les championnats nationaux car ils sont actuellement en Corse et que je trouve très sympa de voir une équipe faire un stage ailleurs qu à sacro-sainte altitude (entre 1800 et 2500). Les stages en altitude sont certes importants et la FdJ les utilisent également. Mais les bien faits du climat méditerranéo-montagnard de l île de beauté, peut être associés à celui des bains de mer, bien placé dans la programmation, peut également être utile. En tous cas, Arnaud Démarre semble apprécier. Son maillot de meilleur sprinter sur l ensemble du Giro 2020 lui a peut-être donné de l appétit.

    • Edgar Allan Poe

      A propos de la FDJ, Madiot, dont je ne partage pas toujours les opinions, a tenu des propos très intéressants concernant Pinot et sa blessure, disant, en quelque sorte, qu’il aurait fallu le laisser se reposer dès sa blessure constatée lors du dernier tour de France. Cette « prise de conscience » est intéressante au sens où il considère schématiquement qu’un coureur est un salarié à part entière, à savoir que s’il n’est pas en capacité de remplir son contrat, d’exercer l’activité pour laquelle il est rétribuée, pour raisons de santé, et bien, il reste chez lui en attendant de guérir. On ne le dit pas assez, mais les conduites dopantes sont parfois consécutives à ce type de problème : le gars est blessé, mais il doit continuer, pour lui, son équipe, ses sponsors. Et là, on dérive…cortico et autres : la porte est ouverte…
      Je suis tout à fait d’accord avec toi Eric quand tu évoques une gentrification du cyclisme, avec notamment des tarifs souvent exorbitants pour participer à certaines courses ou pseudo compétitions. Hier, j’ai fait une grimpée chrono : 10 balles l’inscription – une limite pour moi pour ce type d’épreuves – mais au départ, j’ai du rajouter 5€ de contribution à une association pour les enfants de gendarmes décédés. La semaine prochaine, faute de course de fédération dans un rayon de moins de 250kms autour de chez moi, je m’aligne sur une cyclosportive au coût d’inscription déjà trop élevé pour moi. L’organisateur va me refiler un maillot qui ne sera pas à ma taille et dont je ne saurai que faire…
      Bon, il faut avoir la foi pour continuer à pédaler dans l’esprit compétition de nos jours.
      Plasthmatic, j’essayais de raisonner de manière pragmatique…La semaine passée, j’ai fait des propositions à mon président de club, dans l’idée de maintenir un esprit de compétition dans le club, pouvoir attirer des jeunes et organiser des courses. Au final, après quelques échanges Whatsapp, il m’a répondu qu’il fallait vivre avec son temps et que je trouverai matière à me mesurer avec des adversaires en m’abonnant à Zwift. Il m’a dit que lui même montait le Ventoux avec des pros…Super ! Ceci étant, je ne l’ai jamais vu finir à moins d’une demi heure des premiers dans une course FFC, il y a 25 ans. Alors quand il me dit courir avec des pros sur Zwift, je ne comprends pas. Peut-être a-t-il seulement un bon panier à salade…
      Mica, le TGV de Clermont…pas de motos, les jambes tournaient vite, position aéro irréprochable, humilité du personnage…what else ?

      • mica

        Bon, s’ il est tout ce que tu dis, bravo à lui…….mais quand même, jeudi…..c’ était pas ça…..
        Bonne suite de carrière à l’ auvergnat qui n’ était pas favoris sur ce genre de parcours.

      • Je n aime pas non plus Madiot mais c’est vraiment tout à son honneur que de reconnaître son erreur.

  29. Et voilà, après seulement deux leçons avec Mica, le TGV de Clermont-Ferrand sait déjà tourner les jambes. Encore un qui peut dire Merci Mica.

  30. Edgar Allan Poe

    En simultané, Eric !
    Pour compléter mon post précédent, dans mon club FFC:FSGT, beaucoup de licenciés, peu de coureurs au départ des courses. Les gars deviennent des cyclos du dimanche. Et pourtant, chacun y va de son twitt, de sa story insta devant un café avant l’entrainement. Les entrainements sont menés tambour battant en hiver…et puis, dès les premières courses, plus personne dans le rétro. C’est vrai qu’aujourd’hui, pas facile de twitter qu’on a fait 37ème du grand prix de la rigotte d’Echalas, à 5’42 du premier, avec une photo de sa tête qui pend sous le cadre…
    Alors que la contreperformance est un élément fondamental de la performance…

  31. Edgar Allan Poe

    Je le dis sans vergogne : je n’aime pas les influenceurs, et j’aime bien qu’ils se tiennent à distance.

  32. Wolber

    Warren Barguil auteur d un Dauphiné médiocre au regard de ses capacites de grimpeur a failli déclarer forfait pour le Tour. Sa prédiction qu un mauvais Dauphiné entraînait pour lui un bon Tour n à presque pas failli se réaliser.
    Il est en souffrance le grimpeur breton . En espérant qu après un bon championnat de France , il soit bien sur Le Tour .
    j immagine l ambiance chez Arkea.

  33. C’est exactement cela !

    Et encore, il faut sûrement aimer frotter et un putin de niveau pour déjà finir 37eme à 5′ 42 ».

    Pour certains, la licence FFC n est qu un titre de gloire bien apparent dans leur porte-feuille alors qu ils ne prennent aucun départ et n ont jamais eu le niveau pour ne serait ce que terminer une course en circuit.

    C’est quand même souvent un monde de clown. Le vélo, c’est vraiment dur et la plus part du temps, tu subies.

  34. Edgar Allan Poe

    C’est dur et on aime ça !
    Subir, oui et non. Ça dépend avant tout des forces en présence, de l’adversité. Je trouve aussi que ça évolue bizaremment. Sur une course récente, on se retrouve 8 devant. 6 jeunes 18/20 ans, un trentenaire et bibi. À 1/3 de course, c’était plié. Mais je suis le seul à avoir attaqué plusieurs fois, ça a failli le faire. J’ai demandé aux gars ce qu’ils pensaient faire : tous attendaient le sprint! À la fin, je leur ai dit que sur 8, il n’y aurait qu’un vainqueur et 7 déçus. Je trouve que beaucoup calquent leur stratégie/tactique sur ce qu’ils voient à la TV. Les organisateurs et le public ne s’y est pas trompé d’ailleurs. C’est la vie.
    En tous cas, quand je passe la ligne et que je n’ai pas chuté, je ressens toujours un réel plaisir. Une mission achevée, une satisfaction personnelle, quelle que soit la place. J’ai aussi la chance d’être à peu près régulier, enfin, c’est surtout du à mon entraînement.
    Hier, dans une grimpée, je gagne ma caté d’âge, mais je prends une belle raclée au scratch. No problem : j’ai repéré plein de points à travailler. J’en ai un peu c… quand même, mais au final, c’était beaucoup mieux que la crevaison de ce matin en pleine tempête météo avec les mains trop gelées pour réclipser ce putain de pneu dans les gorges de la jante… 😱🥶😵
    Mon fiston qui m’accompagnait, m’a dit « faut être con pour faire du vélo, mais j’y retourne demain matin!  »
    On ne vit qu’une fois.

    • « Subir, oui et non » sur les courses amateurs, tu as quand même 80 % des coureurs qui se batent comme des chiens juste pour rester dans les roues.

      « 10 balles l’inscription – une limite pour moi pour ce type d’épreuves » Je suis d accord avec toi, cette limite ne devrait jamais être dépassée, quelque soit le type de course. Enfin… J espère que ton club te rembourse, si ce n’est tout, au moins une partie des frais d inscription.

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.