Tous les jours, la passion du cyclisme

Giro: la chasse aux secondes de bonif

Trois secondes.

C’est l’écart qui sépare le maillot rose Richard Carapaz de son dauphin, Jai Hindley, 2e à trois petites secondes.

Après 16 étapes!

Deux autres coureurs sont à moins d’une minute du maillot rose: Joao Almeida, à 44 secondes, ainsi que Mikel Landa, à 59 secondes.

Ce Giro est loin d’être terminé, et on ne peut exclure que ca se joue sur les secondes de bonif aux arrivées.

Ca va batailler ferme pour franchir cette ligne, et gageons que la Ineos va encourager dès aujourd’hui des échappées avec de nombreux coureurs qui ne sont plus dangereux au général, question de prendre ces secondes sur la ligne, et ainsi qu’elles ne soient plus une menace pour Carapaz lorsqu’il s’y pointera.

Ca sera notamment des chances pour les Guillaume Martin du peloton!

S’il veut gagner ce Giro, Hindley devra toutefois s’assurer d’un certain coussin à l’approche du dernier chrono dans les rues de Vérone. Ce n’est pas un grand rouleur.

Aujourd’hui, 168 kms à franchir, avec deux cols classés en première caté dans le final. Le plus difficile est le dernier, le Monterovere, un 8km à près de 10% de moyenne. C’est là que ca se jouera pour le général demain.

Outre les secondes de bonif, ce sont les alliances qui menaceront le plus le maillot rose de Carapaz.

Bora-Hansgrohe a deux coureurs dans les 10 premiers du général, Bahrain-Victorious et Intermarché aussi. Ca donne beaucoup d’options pour tenter d’isoler Carapaz dans le final. Imaginez que Bilbao ou Buchmann passent à l’offensive demain dans le Passo Del Vitriolo à 45 kms de l’arrivée, ca pourrait créer du dégât si jamais Carapaz était déjà peu entouré.

Surprenante équipe Intermarché par ailleurs, qui réalise un Giro vraiment superbe. Hier, pour leur deuxième victoire d’étape, c’est leur grimpeur Jan Hirt qui s’est imposé, après un joli numéro dans le San Christian pour parvenir à se défaire d’un Thymen Arensman surprenant pour DSM.

J’aime également le tempérament très offensif de Vicenzo Nibali et d’Alejet Valverde sur ce Giro: ils essaient, ils tentent des coups, on les voit sans cesse essayer de trouver l’ouverture.

Ce Giro se sera joué en partie sur des abandons, comme celui, très malheureux il y a quelques jours, de Romain Bardet. Gageons que nous ne sommes pas encore au bout de nos surprises dans le registre des rebondissements.

Aprica

De beaux souvenirs en tête alors que les coureurs négociaient hier les derniers mètres de l’étape dans cette longue rue toute droite au coeur d’Aprica… et notamment ceux de mes deux participations à la Campionnissimo, par delà les Passo di Gavia, Mortirolo (par son côté le plus dur) et San Christina. Mon Dieu! J’en ai bavé, mais le passage au sommet du Gavia ou du Mortirolo demeure toujours un grand moment.

Ceci étant, pour découvrir tout le secteur, je recommande plutôt Bormio, beaucoup plus central puisque permettant de se diriger rapidement vers le Gavia, le Stelvio et l’Umbrail Pass, le Mortirolo ou encore le lac de Cancano.

Partager

Précédent

Voici mon Paris-Roubaix

Suivant

Irrésistible Philippe Jacob!!

71 Commentaires

  1. marius

    On ne saura jamais si le classement de Romain Bardet aurait survécu au rouleau compresseur de l’étape de Turin et d’Aprica, tellement l’allure dans le final était élevée. Guillaume Martin a sombré, il s’en est excusé au près de son équipe. S’excuser de quoi au fait ? D’être Guillaume Martin ? Ces deux français (je peux rajouter Thibault Pinot) auraient un autre palmarès, s’ils avaient couru à l’époque de Bernard Hinault. Dans le vélo Magazine de mai, il y a un bel article qui détaille la victoire au Giro 1982 du Blaireau sur Silvano Contini de la Bianchi. A un moment Bernard Hinault pour justifier sa supériorité, dit à propos de Contini « une 900 cc (cylindrée d’une moto) roulera toujours moins vite qu’une 1100 cc ». Aujourd’hui, les coureurs de tête semblent avoir la même cylindrée et se départagent au sprint sur une étape avec 5200m de D+ .Cela me fait penser aux pilotes de formule 1 avec la même voiture, qui tournent dans le même dixième de seconde, car ils sont limités par la voiture et pas par leur pilotage. Revenons au Giro. Si on rajoute aux leaders du classement général, une endurance et une autonomie sans limite, le scénario d’Aprica sera reconduit pour les étapes à venir et sauf aléas, météo, mécanique, chute, maladie, le sort de ce Giro se décidera dimanche dans le CLM.
    Ah oui, j’ai vu un truc détestable sur un générique, un top 10 des chutes sur ce Giro. Vous avez dit spectacle? J’offre le pop corn.

    • Edgard Allan Poe

      Je ne suis pas très cocardier, mais force est de constater que « nos coureurs français » sont atypiques. L’attitude de G. Martin me parle : rien n’est jamais perdu tant que la ligne n’est pas passée, exploitation des moindres possibilités offertes par le déroulement de la course ou son profil, et comme il le dit si bien : la finalité d’un coureur cycliste qui s’entraîne en vue de compétition…est de participer à ces compétitions !
      Il y a pas mal d’années que le niveau des meilleurs – ils sont nombreux – se nivelle par le haut. On perd parfois en spectacle, je le déplore. Mais j’ai l’impression que des Hinault, il y en a 15 aujourd’hui dans le peloton. Pour le reste, à peu de choses près, tout le monde s’entraine de la même manière. Le matos est quasiment équivalent pour tous, à quelques Watts épargnés près.
      La diététique…tout le monde partage les mêmes études…Qu’est ce qui peut bien faire la différence au final ? A mon vis, il suffit de regarder la Wanty, (hein Yvon…😂) avec ses coureurs ressuscités ou les toujours fingants Bahrein, pacemaker ou pas, pour comprendre.
      Je suis d’accord avec toi, Marius : le chrono risque d’être le juge de paix. Carapaz n’y est pas trop mauvais et surtout meilleur qu’Hindley, si je ne me trompe.
      Je ne crois pas vraiment au pronostic de Laurent : si une équipe peut tout faire péter à 45 bornes de l’arrivée, c’est Inéos. Ils courent ainsi depuis 2 ans…et même avant comme en 2018 quand Froome faisait de la mobylette. Mais comme ils ont le Maglia Rosa, ils n’ont aucun intérêt à partir de loin. Tout juste satelliser Carapaz pour espérer un gain de quelques secondes sur le dernier sommet sachat qu’il reste 8 bornes de descente derrière. Les autres équipes suivent, ou ont des schémas tactiques improbables (Movistar, et surtout Bahrein). Reste Bora qui pourrait semer la ruine…
      Les vidéos de chute : il m’arrive de regarder par curiosité malsaine ou parce qu’on me les envoie. Mais de moins en moins et en esssayant de prendre du recul ; maintenant, quand j’entends des coups de freins dans le peloton, je pense systématiquement au pire. C’est bien d’avoir peur, ça évite l’inconscience, mais il ne faut pas non plus être perturbé par des visions de crashs…
      Enfin, question niveau de performance, j’ai récemment terminé une cyclosportive avec Morgane Coston, de l’équipe Arkéa. Ca m’a donné une idée du niveau des femmes pros. Elle rentrait de LBL et de la Flèche Wallonne (22ème). Elle a assumé sa part du boulot dans le groupe auquel j’appartenais, quelques centaines de mètres derrière le groupe des 10 premiers. Pas de favoritisme, ou d’exploitation de sa condition féminine. Et puis…quelle classe, la Dame !!! Là aussi, le niveau est vraiment à la hausse. Elle m’a dit que Van Vleuten est dans un autre monde par rapport aux autres. Par le passé, j’ai connu une championne qui abusait de sa condition dans les pelotons masculins, surprotégée par son mari ou des équipiers opportuniste. Morgane Coston n’a pourtant aucun titre à son palmarès. C’est dire le changement…
      Vivement l’étape de cet aprem !

      • marius

        Je suis d’accord sur le fait qu’aujourd’hui, il y a plus de coureurs de très haut niveau. Mais cela n’explique pas tout. Depuis la nuit des temps, le genre humain est une machine formidable, doué d’une endurance extrême, capable d’épuiser à petit feu, la plus rapide des antilopes.
        Il n’y a qu’à voir les capacités tant physiques (endurance) que mentales des traileurs de l’extrême. Un Scott Jurek qui courre les 3524 km de l’Appalachian Trail en 46 jours et qui le termine dans un état d’épuisement avancé. Son corps consommait ses propres muscles. Mais je peux difficilement admettre que l’on puisse en même temps faire preuve d’une endurance hors du commun (tenir les 3 semaines d’un grand Tour) et en même temps conserver ses forces intactes dans le dernier col. C’est ce nivellement par le haut qui n’existait pas au temps des Hinault que je déplore aujourd’hui. Voir des coureurs piloter leurs vélos dans la montée du dernier col, c’est beau pour le spectacle, mais ce n’est pas crédible.

      • mica

        Oh ! EAP, tu sembles découvrir l’ eau tiède concernant le niveau du cyclisme féminin…….pourtant tu n’ es pas tombé de la dernière pluie, semble t’ il…….tu évoques même J. Longo, c’ est dire.
        On ne peut pas savoir s’ il y a un brin d’ admiration, finalement je ne crois pas , surtout, pas mal de septicisme…….tinté d’ un peu d’ ironie et de sous entendus.
        Pour l’ actualité du cyclisme féminin je te rappellerai que Ellen Van Dijk vient de battre le record de l’ heure (plus de 49 Km)
        On peut rappeler que Ana Van der Breggen (désormais retrairtèe) avait réalisé le 40 eme temps de l’ ascention du Mur de Huy en 2021 , c’est à dire bien en avant de beaucoup de ceux qui constituent l’ élite de l’ l’ élite mondiale.
        Pour Van Vleuten , c’ est vrai, un palmarès unique, et surtout pour les parcours de haute montagne…. mais l’ âge est peut être là (la quarantaine semble t’ il ?)
        Je viens de citer 3 néerlandaises, et ne voudrais pas terminer mon évocation sans penser à l’ ultra talentueuse Chloé Diggert (Etats Uniénne pour sa part); mais la carrière de cette dernière a peut être subit un coup d’ arret presque définitif suite à sa terrible chute lors du CLM du mondial de chrono il y a 2 ou 3 ans, en Italie me semble t’ il.
        Pour mémoire son quadriceps avait été quasiment « tranché » par le dessus d’ une barrière de sécurité âmes sensibles circulez! (on a du mal à écrire cela même sans images et des mois après.
        Cette championne d’ outre Atlantique brillait en poursuite sur la piste et en CLM des temps à faire pâlir des hommes de l’ élite.
        Voila 4 exemples de cyclisme du « sexe dit faible!
        Attention, je ne suis pas dupe et comme pour les hommes, le dopage ne doit pas étre très loin……….j’ ai bien dit: comme pour ces Messieurs!

    • Il y a encore un gros programme avant le CLM, ne serait ce que la veille avec le Fedaia. Je pense que le classement va s éclaircir avant le CLM.
      Sil restait figé, Joao Almeida pourrait croire en ses chances. Mais nous ne sommes que mercredi.

      • marius

        Sur le Giro 2020, les Ineos n’ont pas réussi à lâcher Hindley dans la montagne. Cela c’est joué dans le CLM. Almeida est trop esseulé dans le final des cols.

      • Oui, je me rappelle, avec un super Rohan Dennis. Cette victoire fut en partie la sienne !

        Être ésseulé quand tu domines est dangereux mais pas rédhibitoire. Quand comme Almeida tu es un peu en-dessous, c’est un problème.

    • Lbi

      Hinault était une chaudière. A ne pas comparer a pinot ou bardet.

      • marius

        Le dopage sanguin qui modifie la cylindrée des sportifs, n’existait pas à l’époque du blaireau. Dopé ou non, une certaine hiérarchie était respectée et qui a volée en éclat avec le début de l’Ere EPO. Laurent Fignon l’a très bien écrit dans son livre et il n’y a jamais touché.

      • lbi

        Il y a toujours une certaine hiérarchie. Ullrich était devant. Puis c’est pogacar. Mintenant sans dopage, probable que pinot serait devant beaucoup de tous ceux la.

  2. Edgar Allan Poe

    Tout à fait d’accord avec toi, Marius. Je n’avais pas totalement compris le sens de ta première intervention. Tout se passe aujourd’hui comme si l’homme « moderne » avait subi une très très subite mutation génétique ces 30 dernières années, qui lui permettrait de battre des records au sus et en dehors de toutes les règles physiologiques de l’organisme humain.
    On peut y croire…d’ailleurs, ne sommes nous pas un peu élévés pour croire aux histoires extraordinaires…? Mais quand on a un peu pédalé, on garde du recul, pour ne pas dire plus !
    CQFD…

    • Wolber

      Tour d’Italie – Hindley, Carapaz et Landa ont battu le record de Pantani

      Publié le 25/05/2022 à 11:42 par Titouan LABOURIE

      Lors de la 16e étape de ce Tour d’Italie, emmenant les coureurs de Salo jusqu’à Aprica, nous avons eu le droit à une grosse bagarre entre les favoris. Bagarre qui s’est surtout résumé à la dernière montée, celle de Santa Cristina (12,6 km à 8,33%), et c’est sur cette ascension qu’un record a été battu, celui du temps de montée de Marco Pantani. Selon les estimations de nos confrères de Lanterne Rouge, le record du Pirate établit sur la 15e étape du Giro 1994 a été battu de huit secondes par Richard Carapaz (INEOS Grenadiers), Jai Hindley (Bora-Hansgrohe) et Mikel Landa (Bahrain-Victorious). Puisque leur temps de montée est estimé à 36’15 » contre les 36’23 » de l’Italien.

      Vidéo – Jai Hindley, 2e au général à 3 secondes de Carapaz

      Une de leurs meilleures performances en carrière

      Ceci souligne l’énorme performance de Carapaz, Hindley et Landa mais il faut remettre les choses dans leur contexte. En effet, Marco Pantani a battu le record de cette montée alors qu’il était seul, échappé depuis de très nombreux kilomètres. Et qu’il avait fait juste avant l’une des ascensions du Mortirolo les plus rapides de l’histoire en 42’40 ». Malgré tout, toujours selon Lanterne Rouge, les trois meilleurs grimpeurs de ce Giro 2022 ont réalisé une performance gigantesque, surement l’une de leurs meilleures performances en carrière. Puisque selon ces chiffres qui vont parler aux spécialistes, Carapaz, Hindley et Landa auraient réalisé 6,20 watts/kg en 36’15 », un exploit majuscule.

      • Wolber

        Décidément , Hindley qui s etait soudainement révèlé sur le Giro , il y a deux ans, disparu depuis, n y vient jamais pour faire de la figuration.

  3. marius

    Almeida n’est pas inférieur aux grimpeurs Carapaz et Hindley, les Watts, ils les sort. Si c’était le cas, il aurait été lâché. Simplement il monte les cols au train tel un rouleur. Son surnom, c’est sparadrap. Il est encore jeune et s’il arrive à perdre un bras ou une fesse pour s’alléger, vu la caisse qu’il a…..à suivre

  4. Edgar Allan Poe

    Moins de 4 kms pour Buitrago pour boucher un trou d’1’30 sur le premier, juste avant la bascule du dernier col. Z’ont toujours été très forts les Santiago dans le vélo !
    « Il est très content et remercie sa famille »

    • marius

      « Quand les p’tits de 55 kg lèvent le cul de la selle, ceux de 70Kg les regardent partir. »
      Je ne vois pas dans ma boule de cristal, voir Carapaz craquer. L’étape de vendredi peut réserver des surprises. Mais non, Hindley risque bien de terminer encore une fois deuxième d’un Giro.
      On ne se souvient que du vainqueur.

      • Hors mis Hindley qui s accroche et qui peut encore croire en ses chances, cela craque de partout.

        De vendredi à dimanche, le menu s annonce copieux et des écarts vont encore se creuser, notamment samedi.

    • mica

      Ah oui, je vois à qui tu penses, Santiago « beau terreau » bien sur!
      Et que dire de l’ ineffable Pantano, quasi homonyme du pirate, et pas plus sérieux que ce dernier; il avait « enflammé » quelques après midi du TDF il y a 4 ou 5 ans.
      A propos que penser aussi de Ivan Sosa, présenté il y a peu comme une éniemme merveille du cyclisme Colombien…….dans le Giro présent il est dans les etc…. une explication?

  5. Dany

    Etape d’hier: « Devant c’était fou, les mecs ont roulé à des vitesses dingues. Aujourd’hui j’ai égalé des records de puissance mais ça ne suffit pas. Pour exister sur ce genre d’étape à 5200 mètres de dénivelé positif il faut peser moins de 65 kilos je crois ! Ou être un monstre !
    ( Nans Peters)

  6. Hello Danny,

    Vu que le propos de Nans Peters a été affligé d un pouce rouge, je ne peux m empêcher de le reproduire dans son intégralité 😉

    (A noter que Nans, à contrario de Laurent, juge le Mortirolo très pentu, même par Mono)

    « Je suis parti au kilomètre 0 en échappée. Nous étions 6 coureurs avec Van der Poel, De Gendt, Juul Jensen, Eenkhoorn et Cavendish venu prendre un temps d’avance avant les reliefs. On a bourriné comme des malades parce que le peloton ne nous laissait pas prendre d’avance. Ça relançait sans arrêt derrière nous. Nous avons compté au maximum une minute d’avance. Après 40 kilomètres, au pied du premier col on s’est fait reprendre par 20 coureurs, que des machines, du pur grimpeur, des Yates, Arensmann, Martin, Valverde, Hugh Carthy, Bouwman, Ciccone etc… Je me suis battu jusqu’à 2 kilomètres du sommet pour m’accrocher à ce groupe et j’ai explosé d’un seul coup. Tous ceux de l’échappée initiale avons explosé. Devant il y avait du tellement costaud que les Ineos ont roulé très fort pour les maintenir à portée de fusil. J’ai ensuite sauté du peloton dans le second col, le Mortirolo, très pentu. En gros j’ai fait échappée, peloton, grupetto en l’espace d’une heure ! Devant c’était fou, les mecs ont roulé à des vitesses dingues. Aujourd’hui j’ai égalé des records de puissance mais ça ne suffit pas. Pour exister sur ce genre d’étape à 5200 mètres de dénivelé positif il faut peser moins de 65 kilos je crois ! Ou être un monstre ! »

    • Dany

      Bonne initiative, Eric. Dans les interventions précédentes, les performances douteuses étaient évoquées et les propos de Nans me semblaient à propos. Comme il me semble que pour les lecteurs de ce blog, il est intéressant sans prendre beaucoup de temps de lire les réactions quotidiennes de Nans dans les grands tours.

    • mica

      les analyses de Nans Peters sont tjrs pertinentes et ce coureur est certainement le moins « langue de bois » de tout le peloton!
      (on peut se demander même s’ il ne se fait pas quelquefois taper sur les doigts pour « parole libérée ». )
      Il ne fait pas parti des coureurs « ultra légers  » du peloton…….peut être une certaine musculature, due à sa pratique intensive du ski de fond, le handicape un peu en montagne.
      Nans Peters, lui même évoque la « barrière » des plus ou moins de 65 Kg, et il a raison, et la barrière n’ est pas que psychologique, elle est bien physique…….mais tout ceci n’ est pas nouveau.
      A ce propos, M. Van der Poel a bien tenté une sortie dans les pentes de l’ étape d’ avant hier; tentative louable mais qui marque bien une certaine incapacité à enchainer dans les véritables étapes de montagne.
      Selon moi, idem pour son « jumeau » V van Aert……..mais je ne suis pas certain de ne pas être démenti dans les semaines ou années à venir……..la médecine et les « cures d’ amaigrissement  » faisant de tels miracles…….. à voir!
      Un qui semble virevolter c’ est le prodige Belge Evenépoel; si l’ on se fie aux chiffres sa dernière montée , au Tour de Norvège relève d’ une perf. majeure, mais, là aussi il est à la limite des moins de 60 Kg me semble t’ il et donc là, pas trop de Kg de muscles superflus à emmener en montagne.
      ( Au fait, le prodige est il prévu pour le TDF ?…….ça pourrait être intéressant …..)

      • Il est prévu sur la Vuelta et ce n’est pas plus mal.

        Il a besoin de s’aguerir avant d’affronter les deux Slovènes à 100% sur le TdF.

  7. yvon

    Et encore une victoire Intermarché , il y a eu l’année UER Bahreïn cette année Intermarché avec Pasqualon en Wallonie.
    À qui le tour en 2023 ?

  8. mica

    Tu as raison, Eric, ce n’ est pas plus mal qu’ il attende pour faire son 1 er TDF, on se souvient de son Giro calamiteux de l’ an passé.
    Surtout, que ce coureur ne change rien, qu’ il ne cherche pas à « gagner du muscle » ce serait au détriment d ‘ autres qualités. Ses mensurations officielles
    (1m 71 pour 61 Kg) me paraissent idéales, en tout cas, elles n’ empêchent pas un véritable efficience sur les parcours plats, on l’ a vu à maintes reprises, et même sur le final de LBL.
    Après tout , Paris Roubaix ne doit pas être son véritable objectif de carrière……quoi que, dans quelques années……..
    Mise à part cette derni7re course, tous les monuments me paraissent atteignable pour lui, même MSR à la manière Merckx……en faisant un véritable trou dans la montée du Poggio……si les motos ne s’ en mêlent pas!
    ( bon, j’ ai conscience que l’ on n’ est plus à l’ époque de Merckx…….)

    • Wolber

      1m71 pour 61 kg, c est les mensurations de Berzin, ca … faut dire que le russe de la Gewiss était aussi un magnifique rouleur vainqueur à Liège et du Giro.

      • mica

        C’ est vrai Wolber, mais on sent poindre toutes les réserves, que tu n’ explicite pas vraiment, vis a vis du Soviétique.
        Quel gachis au bout du compte au sein de la sulfureuse équipe Gewiss, ou l’ on jouait avec la santé des coureurs …….
        Berzin , un Giro ? J’ avais oublié !

      • Également battu et écœuré par, probablement plus tricheur que lui, notamment par Riis, M. 60%.

  9. mica

    Quelques articles au dessus, j’ ai lu que EAP considérait que des Hinault il y en a 15 dans le peloton…….alors là je ne peux absolument pas souscrire !
    Pas du tout d’ accord…….mais alors pas du tout!
    Ou sont ils donc, pas dans le Giro en tout cas ou une poignée de quadragénaire jouent encore (presque) les premiers rôles…….les Nibali, Valverde, Pozzovivo ne peuvent en aucun cas être comparés à notre blaireau national.
    On croit rêver parfois, ou plutot halluciner, les principales étapes de montagne ont vu des petits groupes se détacher avec la bénédiction du peloton, et terminer « tranquillement  » leur étape sans la moindre bagarre derriére….
    J’ ai aussi halluciné quand j’ ai vu Pozzovivo emmener les sprints de B. Grimay………mais, qh’ a donc « mangé » le vétéran Italien ?
    On ne l’ avait que rarement vu a pareille fête!
    Alors, certain diront que Hinault était une chaudière , peut être mais, pas plus que beaucoup, et certainement moins que nos 3 vétérans qui comptent, selon moi, parmi les moins fréquentables du peloton…….en tout cas des conduites parfois limites……
    Qu’ une quinzaine de coureurs aillent se tester sur le circuit du G. P. des Nations dans l’ arriére pays Cannois ou N içois…….on verra si beaucoup peuvent être comparés au Blaireau……..pour ma part, je doute…..
    ( mes comparaisons allaient plutôt vers Anquetil depuis longtemps, est ce que je rajeunirais par hasard ?

    • marius

      Je suis assez d’accord avec toi Mica. Déjà au niveau du caractère, le seul qui pourrait ressembler à Hinault, c’est Remco Evenepoel , MVDP est pas mal non plus.
      A l’époque du blaireau, le dopage sanguin, qui permet d’augmenter la cylindrée du cycliste n’existait pas dans le peloton. Les corticoïdes oui, mais cela permet surtout de prolonger l’effort, cela n’augmente pas les capacités de transport d’oxygène, le super carburant des muscles.
      Du coup, les athlètes ayant été gâtés par la nature et disposant d’une VO2 max hors norme, pour ne pas dire énorme (Hinault, Lemond, Fignon) ont dominés leur époque dans les grandes Tours. Et puis est arrivé la fée EPO, le turbo des cyclistes, le multiplicateur de cylindrée, qui a transformé un coureur équipier en vainqueur du Tour et permis à un très bon LA, de devenir intouchable dans les grands Tour.
      Aujourd’hui, si on part du postulat qu’il n’y a plus de dopage. Les gros moteurs du peloton qui ressemblent à Hinault sont Pogacar, Roglic, Evenepoel. Mais il y a aussi beaucoup plus de coureurs et de nationalité que du temps d’Hinault. Des coureurs s’entraînent plus et mieux.
      Je pense que si Hinault courrait aujourd’hui, avec les mêmes méthodes, il serait toujours en haut de la hiérarchie. J’ai un souvenir de lui, au criterium du Dauphiné Libéré. Je l’attendais au bord de la route, dans la montée du Revard. Il est arrivé en tête du peloton qui montait au train. Et là nos regards se sont croisés (merci l’absence de lunettes) , son regard était d’une intensité extrême et pourtant c’était une phase de course tranquille. La marque des champions.
      My two cents

      • Edgar Allan Poe

        Oh les gars… on ne s’est pas vraiment compris. Quand je dis que des Hinault, il y en a 15 dans le peloton, je ne parle pas du Blaireau! J’ai toujours été fan du coursier. Je crois d’ailleurs que c’est grâce (à cause diront certains) à lui que je fais du vélo. Pour tout vous dire, à 8 ans, je m’étais bricolé deux dossards en papier – le 51 bien sûr- que j’accrochais… avec du chatterton sur un tee-shirt avant de partir en vélo, suite à un reportage sur le TdF dans Pif Gadget 🙄🤪
        D’ailleurs, ce week-end, le GP F1 de Monaco me rappelle indubitablement année après année, l’avant dernière étape du Dauphiné 84. Enfin anté-pénultienne, si on tient compte des deux dernières demi-etapes. Bref, le Blaireau, pourtant quasiment assuré de la gagne au général, avait voulu mettre la fessée aux Colombiens en attaquant à 140 bornes de l’arrivée, mais la météo lui avait joué un vilain tour. Résultat : 2eme derrière Ramirez, mais devant LeMond et Roche. Excusez du peu…
        J’aime moins certaines de ses déclarations post-carriere pro.
        Donc, pour moi, intrinsèquement, sur les strictes et pures capacités physiques, oui, je l’affirme, il y a peut être 15 ou 20 Hinault dans le peloton. Meilleure détection, meilleur système de progression, de préparation… etc. D’où un nivellement par le haut. C’était un OVNI à l’époque. Il y en a d’autres aujourd’hui.
        Par contre, je l’ai écrit maintes fois sur LFR, je l’ai vécu et je vais dans le sens de Marius : jusqu’au début des années 90, cortico, stéroïdes, amphétamines… –> hiérarchie quasi respectée.
        Après 1990, dopage sanguin –> inversion des normes en quelque sorte ! Je pourrais citer un français qui était un 2eme caté bien moyen à 22 ans, alors qu’il faisait du vélo comme un pro depuis l’âge de 14 ans, qui à 24/25 ans était le meilleur amateur français haut la main, devenu rouleur et super grimpeur, à tel point que Jalabert et Virenque lui avaient intimé l’ordre de ralentir sur un championnat de France car les 3 quarts du peloton étaient à l’agonie au bout d’une heure de train qu’il assurait seul… Son nom figure au palmarès du Tour du Limousin. EPO + hormones de croissance avaient eu un effet extraordinaire chez ce coureur.
        Ça dépendait notamment du taux d’hématocrite. Perso, le mien oscille entre 39 et 43. Un ami est naturellement à 48/49. Il me semble – je ne suis cependant pas toubib- que l’EPO aurait un meilleur effet chez moi que chez lui.

    • Dany

      @Eric En revanche, il le bat dans ce beau contre la montre Bourg st Maurice-Val d’Isere.

      • mica

        Ah oui, je me souviens de ce très beau CLM, (Bourg St Maurice Val d’ Isère) d’ abord une partie en cote relativement roulante (peut être aux environ de 5%° et, ensuite des pentes bien plus sévéres pour aborder le barrage du Chevril , ensuite un certain replat relatif pour arriver à Val d’ Isère. Le tout à environ 35 Km/ h pour 35 Km soit 1 heure environ (tout ça de mémoire je n’ ai pas vérifié……ça fait quand même un bail!). On va dire un CLM en semi montagne!
        ASO n’ oserait pas maintenant proposer un tel programme, ils sont « frileux », routiniers, calculateurs, pusillanimes; ils ne savent que proposer des « arrivées aux sommets »; c’ est d’ un triste……
        Cette étape devait beaucoup à J.C. Killy (le skieur mythique alors directeur de ASO, qui honorait ainsi sa station , je pense que cela on ne le verra plus jamais…… »..on en crève » ! (pardonnez mon amertume)
        Je sais que cela et relatif et n’ a que l’ importance qu’ on veut bien lui accorder……..il y a hélas la ou les guerres que l’ on n’ attendait plus.
        Au chapitre des mauvaises nouvelles, j’ ai entendu que en montagne le permafrost « dégelait » à vitesse grand V…..dans les Ecrins, un refuge situé à plus de 2500m doit fermer , il fissure de partout déstabilisé par le réchauffement que l’ on sait. (pardon pour cet appartè il ne laissera pas Eric insensible , je pense.)

      • 30,5 km de CLM.

        Résultats de l’étape
        1er RUS Evgueni Berzin 51 min 53 s
        (Gewiss-Playbus)
        2e DEN Bjarne Riis + 35 s
        3e ESP Abraham Olano + 45 s

      • marius

        Le fameux Tour 1996 remporté par Riis . Il devait être en rodage ce jour là où il termine à 35 secondes de Berzin ( qui devait croire que l’EPO remplaçait l’entraînement).
        A noter que Riis est toujours au palmarès du Tour, car lorsqu’il avoue en 2007, soit 11 ans plus tard, les faits étaient prescrits selon l’UCI.
        Conneries. La prescription existe car à partir d’un certains nombre d’années, on pense qu’il n’y a plus aucun moyen de retrouver des preuves.
        Ici, ce n’est pas le cas, Riis a avoué.
        Il devrait comme L.A. être effacé du palmarès.

  10. marius

    Pour Berzin. Stephen Roche disait de lui que c’était le plus doué du peloton. Venant de ce champion, on ne peut que le croire. Mais voilà, Egveni a un gros, pour ne pas dire sale caractère, il ne s’est jamais fondu dans le milieu Pro, et même chez les amateurs en Russie. Exemple. Après sa victoire au Giro 1994, il demande légitimement une augmentation de salaire à son équipe, la Gewiss-Balan. Refus évident, c’est la règle dans ce milieu. Du coup, il signe un contrat avec une autre équipe, la Polti et le rend public. Évidemment, il se fait débouté par les instances arbitrales italiennes. Imaginez ensuite l’ambiance dans l’équipe.
    Et puis, il a couru dans les folles années EPO qui ont nivelé bien des talents dont lui.
    Explication.
    Si un coureur a un taux d’Hématocrite naturel à 50, sa marge d’augmentation grâce au dopage sera plus faible qu’un coureur qui a un taux naturel à 45.
    Dernière explication et ce sont ses mots.
    « J’aime la compétition, mais je n’aime pas assez m’entraîner  ».

    • Edgar Allan Poe

      Ah ben, je viens d’ecrire la même chose que toi pour l’hématocrite, Marius. Je n’avais pas vu ton commentaire. Désolé.
      Berzin présentait aussi l’avantage d’être beau sur un vélo. Et que dire de Stephen Roche : de (vieux 😬🤭) amis se rappellent encore avoir roulé dans sa roue en compétition : rien ne bougeait, juste les jambes qui tournaient au millimètre. Comme Wiggins, d’ailleurs !

      • marius

        Pour le corps médical français, la normalité du taux d’hématocrite se situe entre 39,2 et 48,6.
        Suffit de lire sa dernière analyse de sang. Des coureurs sont naturellement au-dessus de ce taux. Le vététiste français Cédric Ravanel, dépassait 50. Les colombiens, équatoriens assurément. Il avait une dérogation de l’UCI car il dépassait la limite arbitraire de 50.
        On peut gagner aussi avec un taux bas. Andy Hampsten remporte le Tour D’Italie 1988, avec un taux de 38, mesuré sans doute en fin de Giro.

  11. Wolber

    Mica , ASO et les autres n oseraient un tel programme. Deux CLM pour ce Giro, un de 9 km et l’autre de 17 km.
    Il ne faut surtout ne plus créer d écarts afin de garder du suspense et les clm longs créent des différences.

    • mica

      Selon moi, le « suspens » n’ est pas une fin en soi, c’ est le coté purement sportif qui devrait être toujours mis en avant……..le « suspens » dans une finale de 100 m aux Jo , ou ailleurs, dure moins de 10 S.
      Bon, au Giro, on l’ a eue notre « suspens » ou plutôt changement de derniére minute……mais que c’ est longuet quand même, ça fait 24 jours qu’ ils sont partis (6 mai)
      Une remarque plus générale : ils sont quand même bien ces « petits Australiens  » (Hindley et O Conord ) et ceci dans une véritable discrétion, à suivre pour le futur. Clin d’ oeil à EAP…..ce ne sont quand même pas des Hinaults…….

  12. Lbi

    Quelle classe sur un vélo ce hindley. Il a le style et l’aisance des yates.

    • Lbi

      Une petite pensée émue pour ceux qui n’ont pas de vie et viendront mettre un pouce rouge 😂😂

      • mica

        Non, je ne poserai pas un pouce rouge. au contraire un pouce vert.
        Je refuse de payer tout abonnement à quelque télé que ce soit. Je n’ ai donc pas vu Hindley en image mais si tu trouve qu’ il possède une réelle classe sur un vélo, ce doit être vrai……..mais, pourquoi le comparer aux frères Yates?
        Dans un post juste au dessus je le comparais a son compatriote O Connor et soulignais leur réelle discrétion, je pense que ce sont deux bosseurs de qualité et les résultats arrivent.

  13. Lbi

    Il a la même aisance. C’est incroyable quand ils se mettent en danseuse.
    Apparemment sans les jours sans. Et avec les jours sang?

    • plasthmatic

      LBI, ce que moi j’ai vu,
      – c’est d’un côté un gars, Carapaz, qui finit par devoir laisser partir (jambes en bout de course, légère hypoglycémie, … ?),
      – et de l’autre côté, constatant la faiblesse, un autre gars, Hindley, qui comprend l’occasion unique et se met en mode ‘sur/sur/régime’, sur trois bornes. Il a mis toute la violence qu’il avait, non ?
      Comment dire : l’écart ne s’est pas fait tout seul. Je n’ai pas vu un robot comme on en a déjà vu.

      Sinon, moi aussi j’ai noté sa classe, depuis 2020.
      Moi aussi, mais sans le sous-entendu …

      Pour les Yates, je ne mettrai pas non plus un sou sur leur probité. Au point de ne plus les compter, ce qui fut le cas dès le début de Giro, alors même que Simon était annoncé grand favori. Je les compte dans le final d’une course d’un jour quand ils en sont, ou d’une étape, parce qu’avec leur explosivité, il faut bien.

      Pour les pouces auxquels tu prêtes attention, ne compte pas sur moi !

      Et un dernier mot à Marius : tu auras pas mal fait vivre ce Giro d’Italia sur le site, enthousiaste mais pas dégoulinant d’enthousiasme, moi j’ai pas détesté.

      • Lbi

        C’est pas un sous entendu mais une blague. Il n’y a plus besoin de faire des sous entendus depuis bien longtemps, et encore plus dans le giro!
        Giro un peu décevant à part la journée d’attaques vers Turin. Attaques à 4km de l’arrivee de l’etape reine. On ne va pas soulever l’enthousiasme des foules avec ça. il faudrait au moins enlever les oreillettes.

      • marius

        Merci Plasthmatic, j’essaye comme beaucoup de faire vivre cet espace de liberté, au service de la passion du vélo qui nous anime.
        Je te rejoins sur ce Giro. C’est d’abord Carapaz qui a lâché puisqu’il s’est fait rattraper puis doubler par Landa. Hindley a profité de l’occasion vu son gabarit « grand et maigre ». Tel un attaquant qui reçoit une passe en or et qui met le ballon au fond de la cage. Finalement, il était sur son terrain. Je n’ai jamais roulé dans les Dolomites, mais la Marmolada, hier, c’était pas de la Marmelade 😅. Personne n’a fait cette blague hier 😉. Nibali déclarait qu’il détestait ce col, Carapaz aussi maintenant. Hier, Hindley et Carapaz à leur façon ont écrit une page du Giro. Comment ne pas être insensible à cette dramaturgie. L’an dernier avec certes moins d’opposition, Égal Bernal avait éclaboussé de sa classe le Giro. Cette année cela aura été plus long car plus de coureurs de même niveau.
        Le parcours du Giro était plus difficile et les rares français ont eu peu d’occasions de prendre des échappées. Peu de chutes / au Tour et c’est tant mieux. Le CLM devrait départager la deuxième place. Je me souviens des 5 derniers vainqueurs du Giro, mais pas des seconds. J’ai suivi le Giro sur Eurosport Player et un ordinateur portable. Je rejoins Mica, je n’ai pas d’abonnement TV (ni même de télé) mais 70€ pour une année de vélo garantie (+ le VTT en 2023), c’est plus que correct, de nos jours (même pas un plein d’essence).
        Au fait, qui a gagné la ligue des champions ?
        Nan, je déconne,
        me ne frega 😉.

  14. marius

    Et si on parlait gros sous?
    Combien gagne le vainqueur du Giro ? 265668€
    Combien gagne le vainqueur du Tour ? 500000€
    Voilà, vous savez pourquoi certains ne font pas le Giro 😅. Travailler plus pour gagner moins 😁.
    Sinon, la course a parlée. Superbe descente de Covi du Pordoi qui lui a permis de remporter l’étape. Pour moi, peu importe qui l’emportera demain , je n’ai pas d’affinités avec le podium qui se profile.
    Mais je vais quand même souhaitez bonne chance à Jay Hindley « in bocca al lupo » et lui devrait me répondre « crepi il lupo « . Ça marche aussi avec « in culo alla Balena » et lui de me répondre « speriamo che non caghi ».
    C’est l’équivalent du « j’vous dit merde » français.
    C’est quand même mieux en italien non ? 😉

    • 265668€, c’est déjà pas mal. La tradition voudrait que la somme soit partagée avec l’ensemble des équipiers et du staff, mécanos compris.

      Ce Giro a été bien tracé.

      L’enchaînement sur trois semaines avec la fatigue qui en découle et le terrible Fedaia ont fait la sélection qui était prévue.

      Hindley va probablement voir le montant de son contrat réévalué à la hausse car sauf incident aujourd’hui, il devrait remporter ce Giro.

  15. mica

    On peut noter que Hindley n’ a quand même pas gagné une étape; c’ est tjrs un manque dans un grand tour.
    Cette course qui s’ est étalée sur 24 jours tout compris est de toute façon amenée à « trainer en longueur…….et sur une saison on a droit aussi au TDF et a la Vuelta c’ est beaucoup trop long, d’ autant plus que pendant plus de 3 semaines, les chutes, les maladies (Bardet), le covid (Almeida) ne manquent pas de « tomber » sur certain et ça devient un peu la loterie….( qui n’ a pas eue 1 jour ou 2 de de moins bien sur quasiment 1 mois et ceci sans implication de la réserve athlétique………un peu une loterie vous dis je.
    ceci on l’ a bien vu ces derniers temps avec la « distribution » des virus un peu aléatoire.
    Le scénario de la course a été répétitif………avec la bénédiction du peloton, un groupe, choisis, s’ échappe……..et on ne les revoie plus qu’ a l’ arrivée (hormis pour certaines étapes de plat ou les sprinteurs veulent rester entre eux; l’ échappée « qui va au bout » est devenue une fin en soi est ce vraiment encore de la course cycliste quand on sait les critères a cocher pour faire partie de l’ échappée.
    Selon moi, trop long, trop stéréotypé, finalement assez ennuyeux.
    Pour la course , ça semble « plié », pratiquement 1 mn 30 sur 17 Km, c’ est fait.
    Mais voyons l’ arbitraire de tout ça, supposons que les organisateurs du Giro aient eue la bonne idée de prévoir un CLM de 50 bornes pour conclure…….nous aurions eue droit à un vrai match…….mais, avec des « si »……

    • marius

      Mica, Hindley a remporté l’étape du Blockaus, l’honneur est sauf 😉

      • mica

        Ah oui , pardon, mais je suis impardonnable d’ avoir oublié.

      • Et il prend le maillot sur un exploit dans l un des cols les plus éprouvant du point de vue physique et psychologique (quelques grandes lignes droites).

    • Steph

      Mouais…ok pour dire que ce n’était pas le plus beau Giro de ces dernières années. L’étape de Turin restera quand même dans les annales. Celle de Naples était sympa aussi. Pas mal d’abandons des têtes de séries qu’on attendait pour foutre un peu le boxon en 3ème semaine.

      Cela dit on voit bien à travers ton propos tout le paradoxe du cyclisme pro d’aujourd’hui :
      Quand ça flingue ou du moins qu’il y a du mouvement pendant 3 semaines : « pas crédible ».
      Quand ça ressemble à du vrai vélo ou il est impossible d’être constamment sur la brèche et ou la patience devient vertu : « trop long, trop stéréotypé, finalement assez ennuyeux »
      Sport ou spectacle, choisis ton camp, camarade !

      Et remets toi – avec un paquet de pépito – devant une étape intégrale du Tour ou du Giro des années 75-85 et dis-moi que ce n’est pas « trop long, trop stéréotypé, finalement assez ennuyeux ».

      Bon je t’accorde que pour faire passer le temps la paire Chapatte-Ollivier valait largement la doublette Di Grazia-Durand. Sauf que maintenant ON SE RÉGALE !!!

  16. Edgar Allan Poe

    Il était quand même assez aisé de suivre le Giro sur Internet.
    Pour l’anecdote, jeudi, j’ai fait une cyclosportive à laquelle participait David Moncoutié. Elle se déroulait à quelques kms de chez lui. Il a écourté son parcours pour pouvoir rentrer chez lui pas trop tard car l’après midi, il commentait sur Eurosport. En gros… il était en télétravail ! 😁
    Je pensais qu’à minima, les commentateurs étaient réunis au sein d’une régie, d’un plateau. Même pas. Comme à la radio.
    Du coup, ça ne doit pas revenir très cher à Eurosport, qui n’ont, en fait, que Bradley Wiggins sur une moto sur place.
    Sinon, j’ai eu du mal à doubler Moncoutié dans une descente. Je me suis dit qu’il descendait toujours aussi mal. Mais quelques kms plus loin, quand il m’a passé en injection dans un raidard à 10/12%, je me suis dit « toi, tu grimpes (presque) toujours aussi fort!  » 🥵🥵

    • mica

      EAP: Nous, les contributeurs de LFR avons de la chance……tu es en quelque sorte notre « envoyé spécial » vers des épreuves cyclo sportives, FSGT , FFC ou autres; tu nous fait part de tes rencontres et c’ est tjrs interessant .
      La semaine passée, c’ était une jeune fille appartenant à l’ élite féminine; ce jour, c’ est Montcoutier……..dans les 2 cas, tu aurais pu tomber plus mal, la jeune femme doit « péter la santé » et Montcoutier possède certainement de beaux restes.
      Tu nous apprends que Wiggins « travaille » pour Eurosport…….qui plus est à moto ! Un peu le rôle de Voeckler en quelque sorte, ou de JA JA à l’ occasion, décidement les chaines de TV n’ envoient pas les plus fréquentables (attention, je ne met pas Montcoutier dans le lot).
      Quand on sait le « pouvoir » que posséde une moto au sein d’ une course cycliste on peut s’ interroger.
      Bon, on va me dire que je « cherche des poils sur des oeufs, mais lors d’ un certain Paris Nice, Voeckler dans le final d’ une étape récupérait le coupe vent de Alaphilipe , pour le lui redonner à l’ arrivée et le disait à l’ antenne………je sais, ce n’ est pas grand chose, beaucoup diront que ce n’ est rien du tout, ils auront certainement raison…….moi je dis que c’ est déja un mélange des genres………un brin de confusion…..
      Bon , EAP fais nous toujours partager tes moments de vérité, tu es le plus proche de l’ action au sein de la gente pédalante et, je suis certain que tu ne dis pas tout…..ce serait souvent « croustillant ».

  17. mica

    Le cyclisme n’ est décidément pas un sport comme les autres……..si vous en doutez, mais ici personne n’ en doute, allez voir la derniére mouture que David Guénel nous envoie via son compte Twitter.
    Vous y verrez une courte vidéo de la montée du Gavia 1988…..dans la tourmente de neige la plus improbable du siécle dernier , et ça, nous ne le verrons plus jamais, entre autre pour cause de réglement, bien compréhensible.
    Vous pourrez voir aussi la dramatique chute de A. Darrigade lors de l’ arrivée du TDF 58 au parc des princes. lors du sprint (et quel sprint!), le régisseur du Parc des Princes s’ était trop avancé et empiétait sur la piste, le malheureux ne survécut pas et, moins grave, Darrigade y laissa une victoire déja acquise ; à l’ époque j’ avais « vécu  » cela à la radio (inter, radio Luxembourg, Eupoe n 1 ? Je ne sais plus; encore que, je ne suis pas certain que Europe 1 existât à l’ époque.)
    Une certaine passion pour le cyclisme et sa dramaturgie était née, j ‘ avais 10 ans.
    Toujours plus dramatique, David Guénel nous montrait, ces jours ci , des images de la terrible fin du Portugais Agosthinho qui franchit la ligne ,certainement inconscient et entouré de quelques équipiers, suite à sa chute au Tour de l’ Algarve. Le malheureux portugais décéda quelques jours plus tard, à l’ hôpital , certainement, sans retrouver conscience.
    Oui, ce sport n’ est pas comme les autres, on peut le dire et le répéter.
    D. Guénel sait aussi nous montrer souvent des images drôles ou insolites, voire franchement « rigolotes » …………c’ est aussi ça le vélo.
    Merci D. Guénel !

  18. mica

    Ais je révé ou quoi, en tout cas Face book ne s’ en est pas remis, j’ ai entraperçu que lors du CLM DU Giro Mathias Brandle aurait utilisé le 58 : 11…….depuis je tente de retrouver sur F B , mais impossible.
    Je suis allé voir le résultat e t le Suisse figure au fin fond du classement avec plus de 5 mn de retard , sur 17 Km; c’ est ballot alors que le Suisse figure plutôt parmi les bons rouleurs (ex rec. de l’ heure entr autre!)
    58: 11………dites leur que ça ne sert à rien , bien au contraire ça « détruit » le cyclisme.

    • Edgar Allan Poe

      Mica, il ne faut pas se baser strictement sur le plus gros développement lié à la taille des plateaux et aux roue-libres souvent « monolithiques » au jourd’hui, c’est à dire qu’on ne peut changer les pignons. On parle de cassettes, d’ailleurs. Le départ en 11 est une obligation chez bon nombre de fabricants.
      58X13 correspond en gros à 53X12. Un 58X14 correspond à un 50X12.
      Les choix de très gros plateaux permettent plus de motricité, une adhérence plus efficiente de la chaine sur les dents des plateaux. Ils permettent aussi d’avoir une chaine en ligne par rapport à des croisements du type « tout à droite ».

      • mica

        Peut être as tu raison, mais, quoi q’ il en soit « mettre tout à droite » ne tord pas tellement la chaine et j’ avais cru comprendre que les chaines modernes acceptaient une certaine torsion.
        Quoi qu’ il en soit « s’ afficher dans FB et vanter cette inflation de super gros dév. chez les journalistes et autres devient à mon avis grotesque.
        Il n’ est que voir la perf. de Brandle (ex recordman de l’ heure pour comprendre l’ incongruité de la situation; cet excellent rouleur a roulé à 38 à l’ heure sur 17 Km……je sais qu’ il y avait une cote…..mais c’ était pas le Tourmalet non plus.
        Je ne voudrais pas encore une fois prendre pour référence certain G P des Nations, infiniment plus longs et bien plus cabossés.
        Ce qui me gène par dessus tout c’ est cette propagande faite auprés des jeunes…..on leur fait sous entendre qu’ il faudrait « mettre de plus gros »………; alors que c’ est tout le contraire qui serait souhaitable.
        C’ est vrai pour les sprints et les CLM……Tourner les jambes est la vraie solution un petit retour au 52:14 voire 52: 13 serait le meilleur reméde et 52: 13 c’ est encore trop gros pour les sprints……ce n’ est que mon avis, mais il faudrait stopper cette escalade ridicule.

  19. marius

    Merci Mica de m’avoir fait découvrir les Twitter de David Guenel. Par contre, je ne suis pas d’accord avec son analyse, lorsqu’il dit que le niveau était faible sur ce Giro. Il y a seulement 2 vainqueurs parmi les 10 premiers. C’est oublier les abandons de Yates (2 victoires) et d’autres favoris comme Bardet, Martinez, Dumoulin. Au contraire, je trouve que le niveau était relevé et très homogène. Carapaz n’était pas à son meilleur niveau, sinon il aurait remporté une étape. Aucune équipe des favoris n’a voulu contrôler la course, ou n’avait pas les moyens (très difficile sur ce Giro montagneux). Donc, beaucoup d’échappées avec des coureurs inoffensifs pour le général ont trusté les victoires, même celle du passo Feadai.

    • Steph

      « il dit que le niveau était faible sur ce Giro »

      Après la déconfiture de la Marmolada, on va retrouver le gratin sur le Dauphiné.

    • L homogénéité a rendu ce Giro magnifique.

      Abandon de Martinez ?

      Lequel ?

      Celui d Inéos est préservé pour le TdF. Peut être l’un des seuls (avec Vlasov) a pouvoir s immiscer dans la lutte entre les deux Slovènes.

      • marius

        J’ai confondu Martinez et Miguel Angel Lopez.
        Pas compris la stratégie FDJ à la Mercantour Classic. User les équipiers avec un train élevé et laisser David Gaudu tout seul…3ieme à l’arrivée.

  20. marius

    Le Dauphiné permettra de jauger les leaders au Tour de la Jumbo, Ineos et Victorious. Pas de Pogacar ni de Pinault.

    • mica

      Il y a longtemps que Pinault ne court plus…….pas plus que Pineau , il nous reste Pinot……mais s’ il ne va pas au Dauphiné c’ est frustrant.
      C’ est vrai qu’ il y a de quoi se tromper, mais tout le monde avait compris….
      Comme les Martinez, maintenant c’ est le petit fils qui arrive, un vrai talent c’ est certain et un gabarit idéal pour la montagne, à suivre.

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.