Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Encore des nouvelles!

L’actualité cycliste s’intensifie ces jours-ci avec les présentations des équipes qui se succèdent. Aujourd’hui, c’était au tour de Discovery Channel et de Quick Step d’être présentées à la presse et au grand public.

Mais avant toute chose, un lecteur nous apprend que La Flamme Rouge est le site du mois de janvier dans la revue française Top Vélo. Nous en sommes évidemment ravis, et nous tenons à partager ce succès avec tous nos lecteurs qui, grce à leurs interventions posées, mesurées et toujours respectueuses des idées des autres, font de ce site un réel succès. Aussi, nous continuerons de commenter l’actualité cycliste au quotidien, sans jamais se voiler la face sur les travers du sport pour autant. La récente affaire Musseuw nous apporte en effet la preuve qu’il ne faut jamais, dans ce sport, être dupe…

1 – Chez Discovery, un certain renouvellement s’est effectué, comme à chaque année. Si on a perdu Landis et Hugo Pena notamment, on accueille Roger Hammond, Tom Danielson, Leif Hoste, Yaroslav Popovytch ainsi que « Il Falco » Paolo Savoldelli. L’équipe des Classiques sera assurément redoutable en 2005, avec Armstrong, Hincapie, Hammond, Hoste et Van Heeswijk en têtes d’affiche. Sur les grands tours, on a aussi de quoi faire avec Popovytch et Armstrong bien sôr, ce dernier ayant affirmé aujourd’hui qu’il sera de nouveau au départ de la Grande Boucle en 2005 ou 2006, c’est à voir. Le champion américain s’y consacrerait donc une nouvelle fois, et nous sommes prêts à parier que ce sera en 2005…

Le staff demeure quant à lui le même, Bruyneel et DeMol restant aux commandes pour l’essentiel.

Le nouveau maillot n’est pas trop mal, sans plus. On en a profité pour revoir également les couleurs du vélo, qui nous apparaissent plus réussies que les précédentes. Les détails sont ici.

2 – Chez Quick Step, l’équipe sera essentiellement tournée vers les épreuves d’un jour. On fera bien sôr confiance à Bettini, mais aussi à Boonen et à Paolini. On espèrera que Rick Verbrugghe se retrouvera enfin et que les Pozzato, Sinkewitz, Rogers et Moreni arriveront à maturité en allant en chercher de belles. Le staff n’a pas changé, tout comme le maillot, quasiment identique.

3 – l’affaire Musseuw se corse et est venue ternir la présentation de l’équipe Quick Step pour lequel il est public relation. L’image du champion belge, « le lion des Flandres », est très sérieusement ternie par l’affaire qui fera encore probablement beaucoup de bruit. Ce qui fait rigoler, c’est que son avocat et même lui en sont maintenant à dénoncer que l’affaire soit publiée dans les médias! Musseuw a en effet déclaré : « Je n’ai rien fait de mal, je le répète. J’ai l’impression qu’on cherche à me faire tomber, à m’enfoncer. Moi, j’ai fait mon travail sérieusement pendant de longues années. Je n’en dirai pas plus : il est anormal que cette affaire apparaisse aussi facilement dans les médias. » C’est carrément pathétique. Rassure-toi, Johan, on te croit au moins sur une chose : que tu aies fait ton travail « sérieusement » pendant de longues années. Ca ne fait plus l’ombre d’un doute…

4 – merci à M. Gagnon d’avoir souligné une erreur dans notre précédent texte. Sylvain Chavanel sera bel et bien chez Cofidis en 2005, et non chez Bouygues comme nous l’avons laissé entendre. La Flamme Rouge fait aussi des erreurs parfois, et nous remercions nos lecteurs de nous les signaler ainsi.

Et en complément d’hier, voici une courte entrevue avec Jean-René Bernaudeau, manager chez Bouygues.

Partager

Précédent

Décidemment !

Suivant

Si ce n’était qu’une affaire de moyennes…

12 Commentaires

  1. JP GABASTON

    Enfin un site qui ne parle pas politiquement correct- voir affaire Musseuw-qui balance un peu.

    Stop aux commentaires ridicules des pseudos journalistes des chaînes françaises, sur les exploits de nos champions. Allez, parler vrai, direct, ça fait du bien à tout le monde, et puis on a moins l’impression d’être pris pour des c…

    Continuez dans cette voie

    A+

  2. JP GABASTON

    Enfin un site qui ne parle pas politiquement correct- voir affaire Musseuw-qui balance un peu.

    Stop aux commentaires ridicules des pseudos journalistes des chaînes françaises, sur les exploits de nos champions. Allez, parler vrai, direct, ça fait du bien à tout le monde, et puis on a moins l’impression d’être pris pour des c…

    Continuez dans cette voie

    A+

  3. JP GABASTON

    Enfin un site qui ne parle pas politiquement correct- voir affaire Musseuw-qui balance un peu.

    Stop aux commentaires ridicules des pseudos journalistes des chaînes françaises, sur les exploits de nos champions. Allez, parler vrai, direct, ça fait du bien à tout le monde, et puis on a moins l’impression d’être pris pour des c…

    Continuez dans cette voie

    A+

  4. Erik Zabel

    Et quand a été réalisé le chrono le plus rapide de l’hisoire du Tour ?

    En 89, avant l’EPO et au bout de 3 semaines d’effort.

    Certes, la distance n’était pas longue (25km) mais la moyenne reste impressionnante (plus de 54km/h).

    Autre exemple : s’il est vrai que Verbrugghe est parvenu à remporter le prologue, où l’EPO n’est pas nécessaire, d’un Giro à la vitesse hallucinante de 58km/h, aucun coureur ne parvient à parcourir un chrono à pareille hallure.

    Ce qui veut dire que les coureurs ressentent la différence entre 6 et 50km malgré l’EPO.

  5. Erik Zabel

    Et quand a été réalisé le chrono le plus rapide de l’hisoire du Tour ?

    En 89, avant l’EPO et au bout de 3 semaines d’effort.

    Certes, la distance n’était pas longue (25km) mais la moyenne reste impressionnante (plus de 54km/h).

    Autre exemple : s’il est vrai que Verbrugghe est parvenu à remporter le prologue, où l’EPO n’est pas nécessaire, d’un Giro à la vitesse hallucinante de 58km/h, aucun coureur ne parvient à parcourir un chrono à pareille hallure.

    Ce qui veut dire que les coureurs ressentent la différence entre 6 et 50km malgré l’EPO.

  6. Erik Zabel

    Et quand a été réalisé le chrono le plus rapide de l’hisoire du Tour ?

    En 89, avant l’EPO et au bout de 3 semaines d’effort.

    Certes, la distance n’était pas longue (25km) mais la moyenne reste impressionnante (plus de 54km/h).

    Autre exemple : s’il est vrai que Verbrugghe est parvenu à remporter le prologue, où l’EPO n’est pas nécessaire, d’un Giro à la vitesse hallucinante de 58km/h, aucun coureur ne parvient à parcourir un chrono à pareille hallure.

    Ce qui veut dire que les coureurs ressentent la différence entre 6 et 50km malgré l’EPO.

  7. ruunsbrg

    Moi je me demande si le cyclisme pourra demeurer encore longtemps un sport majeur si les commentaires à son égard alternent continuellement entre la description des courses et les discours sur le dopage.

    Y’a-t-il un autre sport qui s’acharne autant à détruire l’image de ses champions?

    Si au moins l’objectif final était d’éradiquer le fléau du dopage, je dirais, ça vaut bien ces sacrifices, mais comme ce n’est que pure utopie…

  8. ruunsbrg

    Moi je me demande si le cyclisme pourra demeurer encore longtemps un sport majeur si les commentaires à son égard alternent continuellement entre la description des courses et les discours sur le dopage.

    Y’a-t-il un autre sport qui s’acharne autant à détruire l’image de ses champions?

    Si au moins l’objectif final était d’éradiquer le fléau du dopage, je dirais, ça vaut bien ces sacrifices, mais comme ce n’est que pure utopie…

  9. ruunsbrg

    Moi je me demande si le cyclisme pourra demeurer encore longtemps un sport majeur si les commentaires à son égard alternent continuellement entre la description des courses et les discours sur le dopage.

    Y’a-t-il un autre sport qui s’acharne autant à détruire l’image de ses champions?

    Si au moins l’objectif final était d’éradiquer le fléau du dopage, je dirais, ça vaut bien ces sacrifices, mais comme ce n’est que pure utopie…

  10. erickk

    @runnsborg

    Je suis un peu a la jonction de plusieurs federations sportives et crois-moi, chacun glapit de son côté à l’acharnement médiatique avec cette

    phrase désormais célèbre “pourquoi parle t on toujours de dopage dans le [mets le sport que tu veux], on ne parle de nous que pendant une affaire, mais le dopage ca existe dans d’autres sports !”

    J’appelle cela le syndrome du complexe de persécution. La seule différence est que le cyclisme est un sport excessivement difficile (je parle de l’entrainement) et pas mal à l’aise financièrement (dépend ou mais le débat n’est pas là). De plus il a une vitrine médiatique grce au Tour annuel, ce que n’a pas nécessairement d’autres sports d’endurance, je cite en vrac : natation, athlétisme sur route, ski de fond, triathlon qui vivent tous d’un événement bisextile… mais qui ne sont pas les derniers a glapir avec la phrase sus-nommée.

    Rendons grce en revanche à des initiatives comme LFR dont le ton est le contraire du ton naif et adorateur de certains autres commentateurs. En parler c’est se rappeller au quotidien notre lutte contre la tricherie.

    Et puis comme je l’ai déjà dit, le cyclisme c’est un sport ou il faut aimer souffrir. C’est peut-etre pour cela qu’on s’acharne a tourner le couteau dans la plaie !

    erickk

  11. erickk

    @runnsborg

    Je suis un peu a la jonction de plusieurs federations sportives et crois-moi, chacun glapit de son côté à l’acharnement médiatique avec cette

    phrase désormais célèbre “pourquoi parle t on toujours de dopage dans le [mets le sport que tu veux], on ne parle de nous que pendant une affaire, mais le dopage ca existe dans d’autres sports !”

    J’appelle cela le syndrome du complexe de persécution. La seule différence est que le cyclisme est un sport excessivement difficile (je parle de l’entrainement) et pas mal à l’aise financièrement (dépend ou mais le débat n’est pas là). De plus il a une vitrine médiatique grce au Tour annuel, ce que n’a pas nécessairement d’autres sports d’endurance, je cite en vrac : natation, athlétisme sur route, ski de fond, triathlon qui vivent tous d’un événement bisextile… mais qui ne sont pas les derniers a glapir avec la phrase sus-nommée.

    Rendons grce en revanche à des initiatives comme LFR dont le ton est le contraire du ton naif et adorateur de certains autres commentateurs. En parler c’est se rappeller au quotidien notre lutte contre la tricherie.

    Et puis comme je l’ai déjà dit, le cyclisme c’est un sport ou il faut aimer souffrir. C’est peut-etre pour cela qu’on s’acharne a tourner le couteau dans la plaie !

    erickk

  12. erickk

    @runnsborg

    Je suis un peu a la jonction de plusieurs federations sportives et crois-moi, chacun glapit de son côté à l’acharnement médiatique avec cette

    phrase désormais célèbre “pourquoi parle t on toujours de dopage dans le [mets le sport que tu veux], on ne parle de nous que pendant une affaire, mais le dopage ca existe dans d’autres sports !”

    J’appelle cela le syndrome du complexe de persécution. La seule différence est que le cyclisme est un sport excessivement difficile (je parle de l’entrainement) et pas mal à l’aise financièrement (dépend ou mais le débat n’est pas là). De plus il a une vitrine médiatique grce au Tour annuel, ce que n’a pas nécessairement d’autres sports d’endurance, je cite en vrac : natation, athlétisme sur route, ski de fond, triathlon qui vivent tous d’un événement bisextile… mais qui ne sont pas les derniers a glapir avec la phrase sus-nommée.

    Rendons grce en revanche à des initiatives comme LFR dont le ton est le contraire du ton naif et adorateur de certains autres commentateurs. En parler c’est se rappeller au quotidien notre lutte contre la tricherie.

    Et puis comme je l’ai déjà dit, le cyclisme c’est un sport ou il faut aimer souffrir. C’est peut-etre pour cela qu’on s’acharne a tourner le couteau dans la plaie !

    erickk

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.