Tous les jours, la passion du cyclisme

Cosnefroy à l’injection!!!

Quel spectacle hier dans la côte des Glacis lorsque Benoit Cosnefroy a attaqué ce qui restait alors du peloton principal au GP cycliste de Québec!

Ouf.

J’avais déjà lu que Cosnefroy était le « petit Alaphilippe » et j’en ai eu la preuve hier.

Une attaque foudroyante, et surtout imparable. Viens un moment où il y a une limite à la vitesse que tu peux monter une bosse. Cosnefroy l’avait probablement atteinte hier dans les Glacis.

Personne n’a pu embrayer dans sa roue.

Sur le haut, le plus dur restait à faire: tenir.

Ben il a tenu. Cosnefroy aura aussi bénéficié d’un dernier kilomètre décousu derrière lui, aucune équipe ne parvenant vraiment à assurer un train pour amener son sprinter vers la ligne.

Une TRÈS grande victoire du coureur français de 26 ans, assurément sa plus belle en carrière jusqu’ici.

Cosnefroy sera un sacré client des prochains Mondiaux.

Une course classique

Sinon, le GP de Québec a connu hier un scénario classique.

Une échappée matinale, avec un coureur de l’équipe canadienne, Carlson Miles d’Ottawa qui est allé assez loin tout en jouant les points du grimpeur. Bien fait.

J’ai été très surpris de voir parmi les 5 hommes devant un Damiano Caruso, pourtant d’un autre niveau. Caruso est logiquement allé le plus loin parmi les coureurs de la première échappée.

C’est avec 4 tours à faire que la course s’est vraiment lancée, mais trois équipes veillaient au grain: Intermarché, Jumbo-Visma et BikeExchange.

Visiblement, les Van Aert, Girmay et Matthews avaient donné des instructions.

Et parfois Pogi puisqu’on a aussi vu les UEA Team Emirates par moment.

Je pense qu’encore une fois, ce circuit de Québec et sa dernière ligne droite jusqu’à la ligne auront surpris bon nombre de coureurs: sur un tour, on se dit « pas de problème, c’est pas très difficile ».

Après cinq tours, aie, ca se complique.

Après huit, tu ne la trouves plus drôle.

Après 10 tours, ca pète de partout.

Après 14 tours, la grande lessive: ils n’étaient plus que 45 dans le peloton principal.

Et dans le dernier tour, c’est au mental que ca se joue.

Si Cosnefroy et Matthews n’ont pas pété hier dans le long faux-plat jusqu’à la ligne, Wout Van Aert a semblé le trouver un peu indigeste après 200 bornes: il rate le podium après avoir fait rouler son équipe toute la journée. Gageons qu’il sera revanchard à Montréal.

Les Canadiens

Hugo Houle n’était visiblement pas dans un grand jour, mais on l’excusera après une très grosse saison.

Carlson Miles, très bien dans l’échappée.

Matteo Dal-Cin et Pierre-André Côté se sont rendus jusque dans le final, très bien là encore. Il n’aura pas manqué grand chose à Côté pour finir avec le premier peloton devant, ce qu’a réussi à faire Guillaume Boivin au métier. Il est le premier coureur canadien classé.

Montréal dimanche

On remet ca dimanche avec les mêmes favoris, sur un parcours mythique et un peu plus difficile qu’à Québec.

Partager

Précédent

Les enjeux des GP cyclistes de Québec et Montréal

Suivant

Pogacar, parce que tout est bon à prendre

  1. p'tit lucien

    hmmm, « à l’injection »… c’est un peu osé comme expression dans le contexte ambiant, non ? 🙂

    mais sinon en effet, belle course et belle performance de Cosnefroy, bravo à lui !

    maintenant, vite-vite entre Québec et Montréal, on attend avec impatience le résultat de l’étape au Puerto de Navacerrada, pour voir si le petit Remco tiendra bon jusqu’au bout (perso je pense que oui), pour enfin offrir à la Belgique un successeur au fabuleux Freddy Maertens de 1977 !

    • Ronan

      Pour moi plus belle victoire pour Cosnefroy après la Bretagne Classic Ouest-France qu’il a remporté en 2021 et remportée cette année par Van Aert.

  2. Yvon

    Cosnefroy a déjà battu à l’arrivée de Plouay Alaphilippe dans un sprint à deux. Je trouve qu’il est très fort pour rester discret, battu deux fois au printemps, il a su se ressaisir.

  3. L' autre

    A l’ injection et à l’ aspiration!

  4. noirvélo

    Très heureux pour lui , je l’aime bien ce garçon , talentueux , discret (mais pas en course et pas avide de ses efforts !) … Je le préfère à Julian devenu trop « bling bling » à mon goût (ce n’est pas de sa faute , les médias et sa compagne qui font absolument tout pour se faire surexposer !) … En forme comme il l’est ( Voeckler l’a déjà contacté) il peut devenir Champion du Monde ( mais je crois plus en Poggy !) , on verra et en tous cas belle revanche sur l’Amstel … Encore un qui marcherait mieux dans une équipe étrangère , bien encadré , je pense …

    • Steph

      Cette année, Alaph est malheureusement surtout devenu un peu trop « badabling ! » 🤕

  5. Thierry mtl

    Pour Pogacar, la saison c’est pas seulement juillet. Quand il prend le départ, ce n’est pas pour faire de la figuration. C’est un nouveau genre de gagnant du Tour. Il veut gagner partout.
    Ses compagnons d’échappés semblent partager sa motivation. Ils ont durcit la course à leur avantage.

    Vingegard doit déjà se préparer pour LBL et le Tour 2023.

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.