Tous les jours, la passion du cyclisme

Vos braquets: les meilleures et moins bonnes combinaisons plateaux-cassettes

Nous savons tous qu’une erreur de braquet est souvent fatale dans les moments critiques d’une course ou d’un entrainement entre coéquipiers.

Rien de plus révélateur d’une telle erreur qu’un sprint full gas contre les adversaires en vue d’une ligne d’arrivée, ou qu’une relance dans une belle bosse pour sortir d’un petit groupe.

Trop « gros », on est contraint à l’arrachée, les jambes toxinent vite, et on ne peut accélérer efficacement.

Trop « petit », on a vite les jambes autour du cou, et on est incapable de suivre car on avance pas assez vite face à la concurrence, et le rythme cardiaque s’emballe rapidement.

Dans tous les cas, vous avez perdu. Largué.

Le bon braquet, c’est aussi d’autres enjeux: votre confort sur le vélo, qui dépend notamment de votre capacité à trouver le braquet qui respecte votre cadence naturelle, tout en étant adapté au terrain. C’est aussi une question de gestion de la fatigue: sur les bons braquets, on va non seulement plus vite, mais aussi plus loin.

Les braquets sont si importants et pourtant, peu d’entre nous y attachons l’importance qu’ils méritent lors de l’achat d’un vélo, qui arrive du fabricant avec des plateaux et une cassette déjà installés. Par exemple un 53-39 et une cassette 11-28. Combien de fois ma question est restée sans réponse lorsque je demande quels braquets un(e) ami(e) cycliste utilise!

Tout au plus changeons-nous de cassette pour des événements particuliers comme des grandes cyclosportives en haute montagne.

Certaines combinaisons sont meilleures que d’autres, et certaines sont à éviter.

Décryptage.

Les choix

L’analyse a porté sur les gammes offertes par les trois grands de l’industrie: Shimano, Sram et Campagnolo, dans les groupes route et gravel (pas de groupes mtb) les plus connus du haut et milieu de gamme.

Chacun a sa recette particulière.

Chez Shimano, on demeure pour l’instant en 11 vitesses et on propose pas moins de sept cassettes différentes (11-25, 11-28, 11-30, 11-32, 11-34, 12-25 – une sixième, pour juniors, est aussi disponible, 14-28), ainsi que cinq choix de combinaison de plateaux (55-42, 54-42, 53-39, 52-36 et 50-34). Souvent annoncés, on attend encore les groupes 12 vitesses chez le fabricant nippon.

Chez Sram, on est original puisque la gamme comprend seulement quatre cassettes toutes en 12 vitesses et départ 10 dents (10-26, 10-28, 10-33 et 10-36) mais huit choix de combinaison de plateaux (53-39, 52-36, 50-37, 50-34, 48-35, 46-33, 46-30 et 43-30, ces trois dernières combinaisons pouvant être associées à la pratique du gravel bike).

Chez Campagnolo, trois cassettes 12 vitesses (11-29, 11-32 et 11-34) et cinq cassettes 11 vitesses (11-23, 11-25, 11-27, 11-29 et 11-32), ainsi que seulement trois choix de combinaison de plateaux, les traditionnels 53-39, 52-36 et 50-34. Le constructeur italien vient de se doter d’un nouveau groupe gravel, le Ekar, proposant trois cassettes différentes (9-36, 9-42 et 10-44) ainsi que quatre monoplateau (38, 40, 42 et 44).

L’analyse

Elle a porté sur la variété et la progressivité des développements rendus possibles.

Une combinaison plateaux-cassette avantageuse est celle qui présente peu de braquets redondants (ou dédoublés). Par exemple, il est inutile d’avoir sur son vélo le 50-22 puisque le 34-15 est identique, avec une meilleure ligne de chaine.

Une combinaison avantageuse est également celle qui propose de retrouver sur l’autre plateau le développement « perdu » parce que moins utilisable en raison du croisement de chaine (petit plateau-petit pignon ou grand plateau-grand pignon). En croisement de chaine, des analyses ont montré que des watts sont perdus par friction, et l’usure de la chaine et des pignons est multipliée.

Un exemple d’une combinaison particulièrement intéressante: le 52-36 couplé à la cassette 11-23 de Campagnolo, celle que j’utilise depuis fort longtemps. Le tableau ci-bas donne les ratio (nombre de tours de roue pour chaque tour de pédalier) de tous les développements qu’on y retrouve:

5236
114,733,27
124,333,00
134,002,77
143,712,57
153,472,40
163,252,25
173,062,12
182,892,00
192,741,89
212,481,71
232,261,57

On remarquera que le 36-11, chaine croisée, est retrouvé en 52-16. Idem pour l’autre braquet de croisement, le 52-23, qui est retrouvé grâce au 36-16.

Tous les autres ratios sont différents, surtout en milieu de cassette, permettant une réelle variété des braquets et une progressivité intéressante d’un développement à l’autre.

Il existe des combinaisons nettement moins intéressantes, par exemple le 50-34 couplé avec une cassette 11 vitesses 11-32 chez Campagnolo (malheureusement, la cassette 12 vitesses 11-32 n’a rien arrangé). Voici le même tableau mis à jour:

5034
114,553,09
124,172,83
133,852,62
143,572,43
153,332,27
172,942,00
192,631,79
222,271,55
252,001,36
281,791,21
321,561,06

Si on retrouve le 50-32, en croisement de chaine, avec le 34-22, on se rend compte par ailleurs que pas moins de quatre braquets avec le plateau 50 sont identiques à quatre braquets avec le plateau 34, soit les 50-19 (34-13), 50-22 (34-15), 50-25 (34-17) et 50-28 (34-19). La diversité des développements est réduite, vous pensez avoir 2×11 = 22 vitesses mais en réalité, vous n’en avez que 17 différentes. Sachant que le 50-34 avec une cassette 11-32 peut être vue comme une combinaison intéressante pour la montagne, ca permet de relativiser l’intérêt!

Les meilleures combinaisons

Sur cette logique, voici, par pédalier, les meilleurs combinaisons plateaux-cassette, celles que vous devriez rechercher car ne présentant aucune duplication.

En pédalier compact 50-34, les cassettes Shimano 11-30 ou 11-34 sont de loin les meilleurs choix à faire, aucun dédoublement de développement. Les autres bons choix présentant un seul dédoublement sont les cassettes Campagnolo 11-23 et 11-25 en 11 vitesses (adaptées pour des parcours moins accidentés), et 11-29 en 12 vitesses. Chez Sram, optez pour le 10-26 ou le 10-28.

La cassette 11-32 chez Shimano est très intéressante, avec un étagement composé de nombreux pignons au nombre de dents pairs: 11-12-13-14-16-18-20-22-25-28-32. Cette cassette permet de bons développements avec toutes les combinaisons de plateaux, 53-39, 52-36 et 50-34. Pour la montagne, c’est d’un grand intérêt, un développement de 34-32 permettant à une vaste majorité de cyclistes de bien passer les cols.

En 50-34, évitez de monter des cassettes Campagnolo 12 vitesses 11-32 et 11-34, ainsi que la 11-32 en 11 vitesses (voir exemple ci-haut).

En pédalier semi-compact 52-36, les meilleures cassettes sont toutes les cassettes Campagnolo 11 vitesses sauf la 11-34 ainsi que les cassettes 12 vitesses 11-29 et 11-32, les cassettes Shimano 11-30 et 11-32, ainsi que la Sram 10-36.

La combinaison Sram 52-36 avec cassette 10-36 sera d’un intérêt particulier pour les épreuves de haute montagne, vous avez un 52-10 (plus gros qu’un 53-11, pratique pour les descentes!) et un 36-36 au rapport 1:1 en cas de coup de moins bien dans des pentes raides. Une belle progressivité et aucun dédoublement!

À évitez si vous montez un 52-36, la cassette Sram 10-26 qui présente deux dédoublements; pas la fin du monde, mais quand même.

Le pédalier Sram semi-compact 50-37 offre également de bonnes combinaisons avec toutes les cassettes de la même marque, sauf le 10-26 qui présente elle-aussi deux dédoublements de braquets. Et on peut se demander: un 51-37 n’aurait-il pas été préférable? Aucune des quatre cassettes Sram n’aurait alors proposé de dédoublement, un mariage parfait!

Enfin pour les plus costauds ou les coureurs qui montent le classique et viril (!) 53-39, les cassettes Shimano 11-30 et 11-32 sont d’excellents choix, aucun dédoublement de braquets.

Plusieurs cassettes sont toutefois à éviter avec un 53-39: chez Campagnolo, la 11-29, autant en 11 comme en 12 vitesses (trois dédoublements ou plus). Chez Sram, la 10-26, qui présente trois dédoublements (39-11 et 53-15, 39-14 et 53-19 ainsi que 39-17 et 53-23).

En gravel

L’étendue des braquets disponibles me parait d’un grand intérêt en gravel bike, le cycliste pouvant faire face à une grosse variété de terrains et de surfaces pouvant exiger une gamme très variable de développements.

À ce chapitre, Campagnolo a frappé fort selon moi avec son groupe Ekar, qui présente l’intérêt du 13 vitesses, de la simplicité (un seul plateau à l’avant) et de la diversité des braquets si on monte une cassette 9-42.

Avec un plateau 40, vous avez ainsi un développement maxi de 40-9, soit l’équivalent du 53-12 (et le 44-9 est plus gros que le 53-11!). À l’autre bout du spectre, le 40-42 vous donne un ratio de 0,95 (soit plus petit qu’un ratio de 1:1), question de grimper aux arbres. Et tout cela avec seulement 13 vitesses!

Chez Sram, on a le choix du mono plateau ou du double plateau. En double plateau, le 43-30 sera une bonne solution avec n’importe laquelle des cassettes 10-28, 10-33 ou 10-36: aucun dédoublement, et le 30-33 ou le 30-36 vous permet aussi de grimper aux arbres.

Dans la même compagnie, les combinaisons 46-30 avec cassettes 10-26 ou 10-36 ainsi que les combinaisons 46-33 avec cassettes 10-28, 10-33 et 10-36 présentent toutes deux dédoublements de braquets, moins intéressant, surtout sur un gravel bike.

En conclusion

Du calcul des ratios pour toutes les combinaisons plateaux-cassettes, il se dégage que:

  • oui, un « 9 dents » ça existe désormais!
  • les pédaliers 52-36 sont bons avec de nombreuses cassettes; ces pédaliers sont les plus polyvalents selon moi
  • pour les cyclosportifs qui roulent en pédalier compact 50-34, misez Campagnolo 11 vitesses 11-23 ou 11-25 sur le plat et Shimano 11-30 ou 11-32 pour la montagne
  • chez Shimano, les cassettes 11-30 et 11-32 sont bonnes avec tous les pédaliers, des cassettes vraiment intéressantes
  • pour les coureurs, un 53-39 avec cassette Shimano 11-30 ou 11-32 présente zéro dédoublement de braquets; le 53-39 avec cassette Campagnolo 11-29 (11 ou 12 vitesses) en présente trois
  • pour le gravel, les combinaisons les plus intéressantes m’apparaissent être chez Sram en double plateau le 43-30 avec cassette 10-28 et le 42-36 avec cassette 10-33, ou chez Campagnolo en mono plateau le nouveau groupe Ekar 13 vitesses, cassette 9-42.

La dérive du prix des vélos

Beaucoup de commentaires suite à mon article la semaine dernière sur la dérive du prix des vélos.

Par souci de vous fournir toute l’information, je vous recommande la lecture de cet article publié hier sur road.cc à propos de l’effet de la pandémie de Covid-19 sur le prix des vélos.

+12% chez certains fabricants. D’autres non.

Intéressant.

Ce qui prouve en tout cas qu’on ne rêve pas: les prix des vélos sont bel et bien en hausse ces temps-ci.

Partager

Précédent

Vuelta: chacun une étape pour faire la différence

Suivant

Vuelta: le plus probable c’est…

21 Commentaires

  1. Christian

    Excellente analyse des ratios offerts!
    Ça va me permettre d’optimiser ma cadence de pédalage
    Ce sera, 50-34 avec 11-32
    Merci!

    5
    0
  2. Claude Léger

    Merci pour cet article fort intéressant. Bravo.

    4
    0
  3. Sylvain Blais

    Excellent article Laurent. Une bonne référence et en français de surcroît. Une bonne vulgarisation qui permettra d’éclairer les cyclistes dans le choix et l’achat d’un vélo ou de pièces. On remarque qu’avec la COVID plusieurs personnes se sont mis où remis ou vélo (route, gravel ..) et ces mêmes personnes se questionnent sur le type de composantes à utiliser. On pourra maintenant les référer à cet excellent article.

    3
    0
  4. nasnas

    Merci pour l’article, très intéressant, comme toujours.
    Je préciserai simplement que le bon choix de développement dépend bien évidemment de notre pratique, de nos jambes et aussi de la région où on roule. A niveau identique, on n’utilise pas le même braquet si on habite à Grenoble ou à Tours, à Bordeaux ou à Pau.
    Concernant le choix du pédalier et de la cassette lors de l’achat du vélo, certaines marques, comme Origine, proposent un choix très étendu, ce qui permet d’adapter la machine à notre pratique, c’est très appréciable.
    Bonne route / Bon home-trainer

    0
    0
  5. Brezient 1

    Article très intéressant. Excellente vulgarisation au sujet des braquets. Cela éclaire ma lanterne.

    0
    0
  6. Loïc L

    En Gravel, sur terrain plat un mono plateau de 34 et 11-28 n’est pas idiot.
    Pour mes futures randonnées en montagne, je réfléchis même à un mono de 30 et 11-34. Ne plus se soucier de changer de plateaux est un vrai plus.

    1
    0
  7. Xavier

    Bonjour à vous Laurent (je me permettrai de vous tutoyer seulement si vous me l’autorisez). Mille mercis pour avoir créé et fait vivre la flamme rouge, institution cycliste – et donc humble et respectable n’est-ce pas – à entretenir et alimenter. Ceci est mon premier post dans vos commentaires, je m’y sens tout petit… Un salut bien bas, de ma part, honore tous les contributeurs de ce blog fantastique, je me permets des raccourcis : eap, noirvelo, mica, Éric, lbi, Missbecaneenfolie, Thierry mtl,(feu – virtuel) lba, wolber, Marius, Obi-Wan… La liste est longue, je ne vous cite pas mais ne vous oublie pas moins. Depuis si longtemps je vous lis et vous commente, en silence. Ce soir je me lance. Je suis un de ces quidam du vélo, loin très loin du niveau d’eap, et je roule avec un plaisir égal sur la route ou en VTT, car là où j’habite en Suisse, les terrains de jeux abondent… Pour ce qui est des braquets (thème cher à Mica si je ne m’abuse, oui j’ai un goût prononcé pour les litotes) je suis surpris que vous ne fassiez pas mention du triple plateau. Me concernant c’est 3×8, 50-39-30, 13-34 en 8v, monté par mes soins, du moins sur route ; en VTT c’est autre chose bien évidemment. Le triple tend à disparaître (nouvelle litote), et pourtant niveau souplesse je n’ai pas trouvé mieux… Deux plateaux avec parfois douze voire seize (!) dents d’écart, même à onze vitesses…Je m’excuse pour ce pavé en guise de premier commentaire et vous souhaite une bonne partie de manivelles à toutes et tous, la meilleure sera sans aucun doute la prochaine. Bien cordialement

    6
    0
    • Laurent

      @Xavier,
      Merci de ton premier commentaire, de tes bons mots à l’égard de ce petit site et oui bien sûr tu peux me tutoyer!
      Bon point sur le triple plateau, mais sa popularité est en décroissance et on ne retrouve pratiquement plus de pédaliers triple parmi les trois fabricants Shimano, Sram et Campagnolo. Je crois que c’était trop compliqué, autant pour le dérailleur avant qu’arrière, et aussi un manque de polyvalence. J’ai donc préféré ne pas en traiter, et je t’avoue que je ne sais pas si des combinaisons sont meilleures que d’autres en triple. Faudrait vérifier!

      0
      0
      • jmax

        La popularité est en décroissance car cela n’est carrément plus vendu par Shimano, Campagnolo et SRAM. idem pour FSA. Cela me désole également et je garde précieusement mon triple plateau avec un 40 idéal quand c’est vallonné, un 30 pour la montagne et un 50 de plus en plus rarement hélas car les jambes ne suivent plus.

        0
        0
  8. Xavier

    Merci Laurent pour ta prompte réponse ! Popularité en décroissance, tu manies toi aussi la litote… Tiagra, Sora et Claris chez Shimano, Veloce, Centaur et Athena (chez SRAM je n’ai pas vu de triple depuis…oh ! si longtemps !) sont en attente de rupture de stock, je fais quelques réserves de pièces 😉. Je ne suis en outre pas sûr que le réglage soit plus compliqué qu’une purge de freins à disque, qui restent d’ailleurs parfois mous ensuite… Enfin, je ne sais pas (comme toi) si les combinaisons sont »meilleures » ; plus progressives en revanche, c’est presque certain, étant donnés les écarts de dentures entre les plateaux, d’où les doublons – fréquents je te l’accorde. Pour le confort d’utilisation en tout cas, je n’ai pas trouvé mieux sur la route, après avoir longuement cherché (mais je dois manquer de watts, vu mon niveau d’asthmatique😁). Pour info, je suis en 1×11,34 + 11-46 en VTT… Peut-être y a-t-il finalement beaucoup de ressenti et de sensations dans le choix de ses braquets, en fin de compte, non🤔? Aaaaaah le vélo…quel bonheur 🙂

    0
    0
    • Laurent

      @Xavier,
      Sûr que sur 3x11v, donc 33 développements possibles, les risques de doublons sont plus élevés que sur une transmission 2×11 voire 1×13!
      On est donc d’accord.
      Je vois de moins en moins de triple autour de moi. Le compact et semi-compact auraient-ils sonné le glas de cette option populaire il y a une vingtaine d’années?

      1
      0
  9. Bonjour Laurent,
    Je me permets de faire une petite remarque sur ton article somme toute très intéressant, mais dans lequel tu fais une petite erreur me semble t-il en oubliant dans ton calcul des différents développements de prendre en compte le périmètre de la roue (environ 2,095m pour une roue de 700C montée avec un pneu de 23). Dv = (P / p) x P (Développement=(Plateau : pignon) x Périmètre de la roue)
    Tu te rendras compte que les doublons sont bien plus nombreux sur les associations comme 52/36 par exemple. Je me suis amusé à poser ça sur un Excel, ce qui me permet de calculer toutes les combinaisons possibles.

    1
    0
    • Laurent

      @Manu,
      J’y ai pensé! Et suis d’accord avec toi: on peut être plus précis. Mais alors, ce qui vaut pour le 700c ne vaut pas pour d’autres roues, idem pour le pneu 23 de section versus un 22, ou un 25, ou un 27, les choix aujourd’hui étant plus variés.

      Dans ce contexte, le simple ratio (nombre de tour de roue pour chaque tour de pédalier) m’a apparu comme une mesure plus universelle et plus simple, moins sensible au reste. Plus facile aussi à calculer en magasin! (je suis pratico-pratique!)

      J’ai identifié les doublons dès que les ratios se rapprochaient de 0,02. J’aurais pu utiliser 0,03, ou 0,01. J’ai testé sur le terrain ces options, le 0,02 m’apparaissait le seuil perceptible au feeling.

      J’aurais aussi pu rapporter 3 chiffres après la virgule au lieu de deux pour les ratios présentés, pour être plus précis encore. Mais bon, le but n’était pas la précision absolue, mais plutôt le gros bon sens. Pour la vaste majorité d’entre nous, je crois que la précision présentée dans cet article est suffisante, qu’en penses-tu?

      Et puis après, il faut voir si les différences qui apparaitraient de calculs plus précis seraient réellement perceptibles sur le vélo, dans la vraie vie. La pression des pneus jouerait aussi! On s’en sort pas!

      Mais bon, ton commentaire est très pertinent, je t’en remercie.

      2
      0
  10. François

    Beau résumé des options disponibles. Cependant, soit vous êtes vraiment jeune et costaud pour grimper aux arbres avec un braquet de 40×40 , soit vous n’avez jamais fait de gravel dans des pentes fortes avec un sol un peu mou. Si, en plus, vous avez un peu de bagages du genre bikepacking, ça prend rapidement des braquets d’un ratio de moins de 1.

    0
    0
    • Laurent

      @Francois,
      Tout depend de ce que tu entends par gravel. Je croise de plus en plus de gens en gravel ds des sentiers de Mtb, si c’est de ca dont tu parles, je suis évidemment d’accord avec toi. Sinon, la plupart des chemins de gravel ds le coin ici sont négociables avec les combinaisons dont je parle, dont le dernier braquet est en effet inférieur à un ratio de 1:1.

      0
      0
  11. marius

    Merci Laurent pour ce travail très complet.
    Pour ma part, je trouve que les cassettes de routes type 11-30 Shimano ou 11-29 Campa sont plutôt adaptées pour les Pros ou compétiteurs, plutôt que les cyclosportifs.
    En cause, l’étagement sur les plus grands pignons.
    Exemple sur une 11-30 Shimano
    11-12-13-14-15-17-19-21-24-27-30
    Les écarts 24–27-30 sont trop importants.
    Les pros s’en fichent, ils montent les cols en 39×21 ou au pire 24. Ils utilisent le 27 et le 30 avec le grand plateau.
    Pareil chez Campa 12S avec une 11-29
    11-12-13-14-15-16-17-19-21-23-26-29
    C’était mieux en Campa 11S en 12-27
    12-13-14-15-16-17-19-21-23-25-27
    Côté VTT, j’adore le monoplateau. En 27,5 je suis sur un plateau de 32 et cassette 12v 10-50.
    Par chez moi, j’ai des raidars qui nécessite de pousser des watts de champion, même avec un 32×50.
    Dernière chose Laurent, si tu envisages de faire un article sur les capteurs de puissance , tu feras un heureux.

    0
    1
  12. Régis

    Salut à tous, salut Laurent,

    Pour compléter ton article, je dois avouer préférer dédoubler certaines vitesses pour éviter les trous lorsqu’on oscille entre deux plateaux :
    Par exemple en groupe, lorsque on attaque une bosse pas trop pentue ou un court raidard ,
    Le fait de pouvoir rester sur la plaque sans devoir changer de plateau, c’est un réel avantage, en tout cas pour moi…
    L intérêt d’un pédalier avec seulement 13 dents d écart , comme le sommets 50-37 est de permettre de changer de plateau et de diminuer le trou… et donc de devoir jouer du derailleur arrière en même temps…
    Personnellement j ai pas mal roulé en 50-38 ou 36 ou 34 , en fonction des endroits et saisons(été – hiver), car je n’aimais pas le trou de 16 dents .
    Les coureurs utilisaient d’ailleurs par le passé des braquets adaptés aux courses tels un 54 46 pour Paris Roubaix, un 53 42 pour le tour des Flandre… etc…
    Toujours pour optimiser le trou entre les plateaux.
    Cette méthode est toujours utilisée en cyclo-cross par les top coureur en fonction du circuit.

    A plus

    1
    0
    • Laurent

      @Régis,
      De très bons points: en effet, 16 dents d’écart entre les deux plateaux comme sur le 52-36 ou le 50-34, c’est beaucoup. Le 53-39 n’en a que 14. Un 50-37 chez Sram, 13.
      Avec 16 dents d’écart, le passage entre grand et petit plateau peut engendrer des variations très brusques dans la cadence, c’est clair. La question du timing du changement si on est en situation de course/entrainement appuyé est cruciale, et il faut prévoir: descendre les dents à l’arrière avant de changer sur l’avant.
      Et le jugement: un court raidard, en particulier en fin de course ou d’entrainement, je suis d’accord avec toi, parfois vaut mieux passer sur la plaque. Attention cependant si on est en chaine croisée, il y a des risques. Plus long, en début de sortie/course, vaut peut-être mieux passer souple sur le petit plateau, milieu de cassette, avec le loisir de rechanger de braquet si le rythme baisse.

      5
      0
      • Régis

        Top résumé Laurent, merci pour ton retour🔝🔝👌👌

        0
        0
  13. Dany

    Analyse intéressante. Pour ma part je n’ai jamais dépassé 9 vitesses et de ma longue expérience, compétition ou balade, tout va bien de 53×13 à 42×24. Donc les 12 vitesses d’aujourd’hui deviennent mon rêve du dent en dent sans triple plateau ! Je me souviens d’Amastrong se plaignant de l’écart trop gros du 21- 23 avec 39 au plateau…
    @Régis Bien d’accord, il y a longtemps dans une course avec une côte qui nécessitait le 42×22, alors que nous avions 7 vitesses, j’avais 20-21-22 pour pouvoir rester sur le 53 dans une courte bosse où la majorité passait petit plateau. La bosse se terminait en faux plat montant et le passage du grand plateau était délicat. Avec le 53 en haut, j’accélérais avec facilité. Ce genre de situation m’est arrivé plus d’une fois.

    0
    0
  14. noirvélo

    Trop de chiffres , Laurent je ne suis pas un matheux , plutôt un littéraire mais pour la petite histoire , c’est Campa , 50 x 34 et 12-32 …. Et puis tant que ça tourne , que ça tire et que ça pousse !!!

    3
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.