Un peu de piste, pour changer…

Même si la piste m’a toujours intéressé (le sprint et la poursuite en particulier, la première discipline pour la stratégie, la deuxième pour les capacités athlétiques qu’elle demande), je l’avoue d’entrée: je n’y connais pas grand chose. Je me risque ce soir à commenter deux résultats aux Championnats du monde sur piste qui se déroulent actuellement en Pologne.

1 – Le premier, c’est la bonne tenue générale de l’équipe de France qui demeure une solide référence sur la piste. En vitesse par équipe, la France a été couronnée pour la 4e fois consécutive, excusez un peu, championne du monde de la vitesse par équipe grâce aux efforts des Grégory Baugé, Kevin Sireau et Mickaël Bourgain. Au keirin, François Pervis, élève de l’illustre Florian Rousseau, est allé chercher une médaille d’argent. Enfin, une surprise de taille est venue de Morgan Kneisky qui est allé chercher l’or dans l’épreuve au scratch. Cavendish, qui y prenait part lui-aussi, n’a terminé que 7e.

La France obtient donc d’excellents résultats sur ces Mondiaux sur piste jusqu’ici, prouvant que l’héritage des Rousseau, Gané, Tournant et Ballanger est bien vivant.

2 – Le deuxième, c’est la victoire dans la poursuite du jeune prodige américain Taylor Phinney, 18 ans seulement. Fils de Davis Phinney, double vainqueur d’étape sur le Tour (1986 et 1987) et de Connie Carpenter (médaillée d’or sur route aux JO de 1984) – quelle génétique ! – il a dominé l’épreuve pour s’imposer avec brio, abaissant du même coup lors des qualifs le record des États-Unis (4min15sec160 pour une moyenne de plus de… 55 km/h). Rappelons que le record lors d’une poursuite appartient toujours au Britannique Chris Boardman en 4min11sec114, performance réalisée sur la piste rapide de Manchester en 1996. Phinney n’est plus qu’à 4 secondes.

Le jeune routier belge Dominique Cornu a pour sa part terminé 3e de la poursuite, dans un temps de 4min22. C’est quand même 7 secondes plus lent que Phinney qui est donc un spécialiste.

Phinney, 1m93 pour 82 kg, fait partie de l’équipe Garmin et avait réussi l’exploit peu commun de s’imposer en 24h dans la poursuite et sur le kilomètre lors de l’étape de la Coupe du monde sur piste à Copenhague en février dernier. Très gros moteur, on sait qu’il s’intéresse aussi à la route. Rappelons qu’il a notamment remporté le Tour de l’Abitibi en 2007 en gagnant au passage 2 étapes, dont le prologue. Si son gabarit est hors norme pour passer la montagne, qui sait ce qu’il donnera sur la route, le type étant visiblement hors norme ? 

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!