« Si on doit y arriver, on y arrivera… ensemble »

Au moment où je prends du recul par rapport à mon équipe cycliste, ce vidéo de Romain Bardet en préparation des Mondiaux d’Innsbruck me touche particulièrement: gagner ensemble.

Il n’y aura pas un, deux ou trois leaders en équipe de France dimanche prochain. Il y aura une bande de guerriers qui portent le même maillot et qui veulent le titre. Huit gars qui se préparent sérieusement depuis des semaines, huit gars qui font leurs devoirs en amont de la course, huit gars qui joueront le collectif, huit gars qui seront prêt à travailler pour celui qui aura les meilleures jambes dans le final. Parce que le succès d’un coureur sera celui d’une équipe, et d’une nation.

Inspirant! Ca s’annonce passionnant à Innsbruck, c’est moi qui vous le dit. Go France!!!

56 Commentaires

  • Yvon
    Soumis le 24 septembre 2018 à 12:26 | Permalien

    Pierre Rolland a laissé sa place à Barguil ne seront ils pas dans la même équipe l’an prochain. Est ce un ticket de bienvenue ou Rolland n’était pas en forme sa Vuelta n’a pas était transcendante

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -3 (from 3 votes)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 24 septembre 2018 à 1:43 | Permalien

    Pierre Rolland était visiblement fatigué de sa Vuelta. C’est dommage car il aurait pu faire un très bon équipier capable de partir dans une échappée en début de course, ou de faire monter les bosses en tête de peloton. Ce dont Barguil ne sera pas capable ou qu’il ne voudra pas faire.
    La complainte de la marque Look qui aurait barré les portes de la sélection à Barguil s’est donc avérée fausse, preuve en est !
    Au final, la France se retrouve avec 4 leaders : Alaph, Pinot, Bardet …Barguil ! Je ne crois pas que Bardet soit capable de gagner si les coureurs arrivent à 10 ou 20 au pied de la dernière bosse, ce qui risque fort d’être le cas.
    J’espère que Guimard désignera Alaph en tant que leader unique, Pinot en outsider, et le reste de l’équipe en soutien avec des taches préalablement définies à réajuster dans le déroulement de la course et au vu des formes/méformes du jour J. Tout l’inverse de chez AG2R, quoi !
    Dommage que Latour soit blessé…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 5 votes)
  • alano39
    Soumis le 24 septembre 2018 à 2:41 | Permalien

    L’état d’esprit va être déterminant. Sur un tel parcours il faut une force collective pour gagner ou être au dessus du lot et jouer avec la force des autres équipes.
    Bardet, Pinot sont lucides sur leurs forces et faiblesses et si ils veulent gagner ils doivent impérativement s’isoler avec un petit groupe et se débarrasser dans la dernière bosse du meilleur sprinteur de ce petit groupe. La dernière bosse offre un terrain idéal pour le faire mais encore faut-il être vraiment très fort pour prendre assez d’avance dans la bosse. Bardet, Pinot peuvent le faire s’ils ont les jambes ce jour-là.
    Bardet a totalement raison la stratégie va se dessiner durant la course et cela implique une grande transparence. Il faudra dire si on n’a pas les jambes pour faire les bons choix. Barguil est un niveau de deçà des 3 leaders naturels et il va jouer l’équipier de luxe sur les 3-4 derniers tours. Mais avec sa forme actuelle il peut aller loin dans l’effort et faire d’énormes dégâts aux autres équipes car on ne peut l’éliminer de la liste des outsiders.
    Si les principaux favois arrivent ensemble sur la dernière bosse alors Alaphilippe reste la meilleure chance française s’il a les jambes car il est le plus complet. Il peut l’emporter au sprint sur un petit groupe ou alors tenter seul. Si il est accompagné de Bardet ou Pinot à ce stade de la course alors l’un d’eux attaquera dans la bosse pour soit partir seul soit faire la sélection. Mais à un moment il faudra arriver au sacrifice et faire le pari car un des coureurs français devant verra ses chances de succès disparaître. Et c’est là que l’esprit d’équipe va être mis à l’épreuve. Mais clairement ils vont devoir tenter comme cela avait été fait en 1994. Au moins ils n’auront rien à regretter.
    Le parcours fait peur et pour s’en convaincre il suffit de voir la liste des forfaits: Aru, Porte, Nibali (qui ne veut pas être leader), Froome, Thomas. Ils savent que ça va être très dur et que faute d’être au top ils ne peuvent que bâcher. Ils s’attendent tous à une course d’usure et ils n’ont pas tort à mon sens.
    Les 2 derniers tours vont être très durs.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +6 (from 6 votes)
  • lbi
    Soumis le 24 septembre 2018 à 4:24 | Permalien

    Eap arrete avec latour tu le vois trop beau. Bardet est bcp plus fort pour l’instant.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 9 votes)
  • alano39
    Soumis le 24 septembre 2018 à 5:03 | Permalien

    Latour est le seul espoir français qui est un coureur complet. Il roule très bien et semble disposer d’une belle marge de progression en montagne. Il en est à la fin de sa 3eme saison au plus haut niveau et les 2 années à venir vont nous donner de plus amples informations sur son futur statut. Personnellement je pense qu’il a les moyens de briller dans les courses par étapes mais de là à jouer la gagne sur un grand tour il y a encore du chemin à faire.
    AG2R le fait gentiment monter en pression et il dispose d’une belle carte à jouer l’année prochaine s’il gagne en puissance en montagne.
    Mais pour le mondial de cette année il n’a pas sa place car il revient de blessure et il ne pourrait être d’un grand soutien.
    Barguil lui est supérieur aujourd’hui eu égard son état de forme.
    Barguil ne sera pas un coureur protégé et il va devoir jouer le rôle d’équipier sur les 4 derniers tours. Il a la caisse pour être encore avec les meilleurs à ce stade avancé de la course. Mais il lui faudra être au top pour pouvoir influer sur la course et apporter le soutien suffisant pour éliminer des coureurs et faire rouler les Hollande et l’Espagne. Car sur le papier ces 2 équipes disposent d’un collectif d’enfer en plus de l’Italie, de la Belgique et la Colombie. Et puis tout le monde oublie la météo qui risque d’être primordiale. La pluie froide pourrait bouleverser la hiérarchie et permettre à des coureurs du type Van Avermaet, Wellens, Sagan de compenser leur relative faiblesse en bosse. Avec la pluie la hiérarchie n’est plus la même et ce sont les coureurs les plus résistants qui se démarquent. Ce mondial est différent et il se jouera d’une façon assez différente de ceux de ces dernières années. Tout jouer sur la dernière montée n’est pas gage de succès.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 24 septembre 2018 à 6:11 | Permalien

    Ibi : encore une erreur d’interprétation, ou de lecture.
    J’ai juste déploré l’absence de Latour. Point à la ligne.
    Force est de constater qu’il aurait été un sacré équipier, comme il l’a été pendant les 3 semaines du TdF. Capable de se dépouiller et même de faire une place, comme ce fut le cas lors du Lombardie 2016, 10ème, où il avait roulé à fond pour Bardet sur les 50 dernières bornes, ce dernier s’écroulant à quelques bornes de l’arrivée quand la course se jouait.
    Je n’ai jamais dit que Latour était plus fort que Bardet. J’ai juste remis maintes fois en cause les choix chez AG2R, équipe dont je connais d’ailleurs un peu le DS.
    Je souhaite un plein succès aux français, et notamment à Alaphilippe, mais franchement, au moment de sortir un talbin de 10€ de mon porte-monnaie, je ne les miserais par sur l’équipe de France.
    Wawabashing : je serais prêt à parier qu’en cas de pluie ou de temps froid, Barguil ne passe pas la mi-course !
    Plus sérieusement, j’espère que la course ne sera pas bloquée par la difficulté du parcours, les enjeux, et que la course sera belle. Comme en 89 à Chambéry, certainement. Une échappée d’outsiders qui reste en tête jusqu’à deux tours de l’arrivée ou du dernier tour.
    Pourquoi tant de leaders déclinent leur sélection ?
    Exigence du parcours, certes, mais fin de saison, et surtout, seul le vainqueur reste dans les annales. Qui se souvient du 2ème et du 3ème de l’an passé ? Pas moi !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 6 votes)
  • Wolber
    Soumis le 24 septembre 2018 à 6:55 | Permalien

    Je ne pense pas que sur plus de 250 km Barguil puisse être d une aide précieuse.En revanche Anthony Roux pourrait presque être un outsider .
    De manière générale , en France on a l habitude de passer à côté des grands rendez vous. L année passée Alaphillippe avait été le dindon d une farce dont seul Sagan à bénéficier. Moscon arrêtant de passer alors qu il etait quasi assuré de finir détaché et au pire 2 eme. L issue de la course s etait bien décidée depuis les voitures. À ne pas oublier.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • françois
    Soumis le 24 septembre 2018 à 7:10 | Permalien

    Allez, ne voyons pas nos français trop beau:
    le parcours est dur, et alaphilippe offre moins de garanti qu’un Valverde, un Mas, un Yates sur la dernière bosse ( qui ne sera pas pour pur puncheur mais pour grimpeur ). Les colombiens, hollandais ou espagnols n’auront aucune raison de rendre la vie facile à notre leader sur les 2 derniers tours.
    Pinot et Bardet quoiqu’en forme ( surtout pinot ), sont un ton en dessous des coureurs cités plus haut sur ce style de montée, on peut ajouter quintana, lopez, Roglic, dumoulin.
    Si ça se goupille ( très ) bien, l’équipe de france a sa chance, mais nous ne sommes clairement pas favoris, il faut le souligner.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 4 votes)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 24 septembre 2018 à 7:42 | Permalien

    Sur le chrono par équipes d’Innsbruck, la SKY échoue au pied du podium, à 45 » de la Quick Step, malgré une chute de Stannard au bout d’un km de course. Ils ont du l’attendre.
    Ces championnats CLM par équipes de marques n’existeront plus en 2019, et seront remplacés par des championnats par équipes nationales. Au delà du débat équipes de marques/nationales, le motif de l’abandon de cette formule réside dans le fait que l’UCI ne veut pas prendre en compte le coût estimé à 30.000 $ par équipe pour la préparation, logistique et hébergement. Il y a vraiment un problème avec l’UCI et ASO qui ne veulent rien céder aux acteurs du spectacle…Apparemment, c’est une situatioh unique.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • thierry
    Soumis le 24 septembre 2018 à 7:55 | Permalien

    francois

    Séieusement, Alaphilippe offre moins de garanti que Mas ?

    Mas à brûler qqs étapes de développement sur la Vuelta, mais quand même.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)
  • Tchmil
    Soumis le 24 septembre 2018 à 8:02 | Permalien

    Barguil a l’air vraiment bien sur les dernières courses italiennes qui approchent les 200 km, donc pourquoi pas le voir dans le final ? Un mondial sur ce parcours qu’il n’aura pas souvent l’occasion de disputer et s’il en a les jambes il aura envie de jouer sa carte à fond le montagnard.
    Martin eut été tout aussi légitime et moins risqué, mais Barguil peut très bien s’être préparé en douce depuis le Tour d’Allemagne.

    Quant à Nibali qui refuse d’être leader, peut-on avoir un doute qu’il prépare un coup de poker…

    Si le temps est mauvais (ah Innsbrück sous la pluie!) les cartes seront rabattues et le jeu des équipes peut en être perturbé. Yates ou Roglic auront alors toutes leurs chances. Les Hollandais aussi aiment bien ce type de météo et eux ont le collectif pour aller au bout, beau temps, mauvais temps : les favoris N°1 ce sont eux selon moi!

    Un dernier mot pour l’équipe hôte, l’Autriche. Pas de soucis de leader de ce côté, ça sera tout pour Konrad et j’aimerais beaucoup le voir vainqueur. Lui aussi a du préparer ses mondiaux méticuleusement. Mais en dépit des conseils du tirolien Denifl, ça semble compliqué pour la Wunderteam.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • alano39
    Soumis le 24 septembre 2018 à 8:35 | Permalien

    @françois contrairement à toi je pense que la dernière bosse correspond justement aux puncheurs. 2,8 km à 11,4% de moyenne est dans les cordes de bcp de puncheurs. Le mur de Huy fait 1,3 km à 11,2%. Sur des montées aussi courtes qui se font en anaérobie les puncheurs restent des gros clients. On considère communément que les puncheurs conservent un avantage sur les purs grimpeurs dans les efforts entre 1mn30 et 5 mn. Au delà c’est plutôt les grimpeurs qui sont favorisés.
    Reste à savoir combien de puncheurs seront encore là après la répétition de la cote de 8 km à 5,7%.
    Sur la montée finale les meilleurs grimpeurs ne seront pas avantagés.
    Il ne faut pas comparer ce championnat à LBL car sur cette dernière les cotes sont courtes (2,5 km en moyenne).
    A Innsbruck la cote fait 8 km et elle sera escaladée 7 fois. C’est donc une répétition d’effort plus long qui va amener une sélection par l’arrière et qui avantagera un peu plus les grimpeurs. Ainsi sur la dernière bosse il restera des grimpeurs des coureurs complets de type coureurs des ardennaises dont quelques uns dont de vrais puncheurs (Valverde, Alaphilippe, Martin).
    Sur la dernière bosse ce seront les coureurs qui seront les moins fatigués qui feront la différence avec un avantage pour les puncheurs qui auront survécu. Les gros pourcentages sur un effort de moins de 5 mn avantagent les puncheurs. Mais va t’il en rester?
    La longueur de la cote principale laisse à penser que les grimpeurs sont plus avantagés mais ce n’est pas certain car bcp de coureurs peuvent encaisser une bosse de 8 km.
    Personnellement je compte bcp sur l’état de fraîcheur pour donner un avantage déterminant.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 5 votes)
  • mica
    Soumis le 24 septembre 2018 à 8:59 | Permalien

    Wolber l’ an dernier aux ch. du monde : »l’ issue de la course s’ était bien décidée depuis les voitures », même moi, j’ ai du mal à croire çà…et pourtant ce doit étre la réalité et c’ est souvent le cas.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -5 (from 7 votes)
  • Soumis le 24 septembre 2018 à 11:37 | Permalien

    UCI WC Innsbruck-Tirol 2018 – final kilometers

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • lefacteur du vercors
    Soumis le 24 septembre 2018 à 11:49 | Permalien

    on annonce temps ensoleillé 20° vent nord entre 7 et 11 km/h pluie 0 mm

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)
  • lefacteur du vercors
    Soumis le 24 septembre 2018 à 11:57 | Permalien

    Visiblement dans cette video il y a aussi une descente de folie

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • mica
    Soumis le 24 septembre 2018 à 12:42 | Permalien

    Le facteur du Vercors: oui, oui, comme Mr de Lapalisse, je confirme que sur un circuit, quand ça monte d’ un coté, ça redescend de l’ autre. Certes tu as raison et la pente peut étre plus accentuée d’ un coté, mais dans ce cas moins longue!
    Allez, plus sérieusement souhaitons qu’ il ne pleuve pas afin de limiter une boucherie toujours possible
    (genre circuit de Rio aux J.O.)

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -7 (from 9 votes)
  • mica
    Soumis le 24 septembre 2018 à 12:44 | Permalien

    Tu sembles bien renseigné sur la météo et c’ est une bonne nouvelle.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 4 votes)
  • Soumis le 24 septembre 2018 à 1:54 | Permalien

    @ alano39,

    Sans contester le fait que le parcours puisse être favorable aux puncheurs, si je t’ai bien lu, tu penses qu’après 250 km, il faudra moins de 5 mn pour la dernière bosse qui fait 2,8 km pour un % moyen de 11,4% (soit plus de 33,6 km/h de moyenne !) ?

    @ Mica,

    Ta remarque au facteur du Vercors sur la descente est à la fois condescendante et déplacée…
    Si sur un circuit l’on fini toujours par descendre la même dénivelée que celle que l’on a monté, comme le dirait Mr de Lapalisse, c’est forcement par une route différente…

    Cette descente est technique et elle va compter dans la stratégie.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +5 (from 7 votes)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 24 septembre 2018 à 2:08 | Permalien

    CQFD ! Les chiffres, rien que les chiffres, et stop aux affabulations !
    En cette période de chpts du monde où l’équipe colombienne peut avoir son mot à dire, je lance un avis de recherche sur Bananito. Que devient l’ami Carlos ? A-t-il été kidnappé ? S’est il fait voler son passeport, ce qui l’empêche de revenir courir en Europe ?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 2 votes)
  • alano39
    Soumis le 24 septembre 2018 à 2:13 | Permalien

    @ Eric non ce que je voulais dire c’est que l’avantage des puncheurs est le plus important sur les efforts d’environ 5 mn. La dernière bosse ne va pas se monter à bloc depuis le bas. Ce que l’on sait c’est que sur un effort intense de 5 mn en montée les puncheurs ont une certaine supériorité sur les grimpeurs. Il suffit de voir comment se joue LBL depuis des années pour voir que sur des côtes entre 2-4 km les puncheurs tiennent les grimpeurs et ce même sur des forts pourcentages. De toute façon on peut écrire ce que l’on veut ce sont les coureurs qui vont faire la course dimanche et à ce stade on ne peut que faire des supputations. Je pense que sur ce circuit puncheurs (Valverde, Alaphilippe et autres puncheurs) peuvent rivaliser avec les grimpeurs. En fin de saison la fraîcheur reste un élément déterminant.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 5 votes)
  • françois
    Soumis le 24 septembre 2018 à 3:36 | Permalien

    salut alain
    je pense que sur cet effort d’environ 9/10 minutes,ça va se monter à bloc depuis le bas ( des seconds leaders feront le train pour le plus fort ou attaqueront), de même que la dernière ascension de la côte de 8 km se fera à fond les derniers km.
    Quand je vois les qualités des équipiers hollandais ou espagnols, ça sera terrible.
    Aucune raison pour les colombiens, espagnols et hollandais d’attendre les 500 derniers mètres de la bosse. Si Alaphilippe a survécu aux différentes ascensions, il est nettement un ton en dessous des coureurs cités plus haut (yates, roglic, valverde, quintana, Mas, dumoulin).

    Il faut je crois regarder les grosses perf sur la vuelta dans ce genre de côtes, les mas (ce dernier plus fort qu’alaphilippe sur les cols du pays basque, puies enorme sur la vuelta), lopez, valverde, yates, et même pinot ayant été à cette occasion très impressionnant.
    Si je regarde les références d’alaphillipe sur ce genre de difficulté, je me rappelle du tour du pays basque ou il gagne 2 vrais étapes pour puncheur mais cale face aux gros bras les 2 derniers jours de montagne..
    Puis la côte de Mende sur le tour ou fraile le devance in fine ( et fraile n’est pas roglic ).
    A moins d’une course hyper lente avant la dernière difficulté, je vois alaphillipe souffrir sur cette fin de circuit par rapport aux vrais coureurs de grands tours. Pas parce qu’il ne passe pas les bosses, mais que dans ce contexte et avec tout ce qui précède, il y aura meilleur que lui in fine.
    Si la course obéit à une certaine logique, ça sera très dur pour Julian. C’est mon analyse, que j’espère voir démentie.
    Cela ne l’empêchera pas d’être champion du monde plus tard sur un circuit plus classique comme puncheur et leader unique.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 4 votes)
  • françois
    Soumis le 24 septembre 2018 à 3:39 | Permalien

    et toujours pour alain: Valverde a des références au pays basque qu’il a déja remporté, il est beaucoup plus grimpeur que julian. Ce dernier n’aurait jamais été 2 ème de la vuelta cette année à un jour de l’arrivée.
    Mais je crois que tu seras d’accord.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)
  • Soumis le 24 septembre 2018 à 6:56 | Permalien

    je pense également que la dernière bosse va se monter à bloc depuis le bas mais j’estime plutôt entre 7’30 » et 8’pour les meilleurs (et une petite dizaine de minutes pour les meilleurs filles).

    Je suis incapable de dire si Julian Alaphilippe sera dans le coup pour la gagne mais, pour moi, il fait parti des favoris au moins au même titre que les 2 Yates, Valverde, Daniel Martin, Roglic, Mas, Moscon, Quintana, Dumoulin, Pinot, Bardet et Gallopin mais aussi Van Avermat, Benoot, Izagirre, et d’autres…

    Et ce d’autant plus que s’il ne passe pas trop loin de la tête dans la dernière bosse et que Pinot ou Bardet sont encore présents, ses chances ne seront que plus grandes (si les belles paroles sur la course d’équipe sont bien mises en application).

    Certes, Omar Fraile l’a battu sur la « montée Jalabert » mais il féraillait pour son maillot blanc à pois rouge depuis 5 jours… Si l’on va par là, Julian avait gagné sur le Dauphiné à Lans-en-vercors, devant Daniel Martin, Geraint Thomas et Romain Bardet.

    Puis, si j’ai bien compris, le sommet est a 8km de l’arrivée et la descente sera technique…
    L’on peut penser que ce sera le meilleur puncheur-sprinteur du groupe qui ce sera dégagé dans la dernière montée qui l’emportera et non pas le meilleur grimpeur…

    Ils risquent d’être encore nombreux à l’approche de la dernière ascension et l’effet « élastique » profitera aux moins forts.

    Je n’aurais pas cité Bardet, Pinot et Galopin dans les favoris sans la présence de Julian Alaphilippe. Mais la présence de Julian fait monter leurs cotes…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 2 votes)
  • mormi6
    Soumis le 24 septembre 2018 à 8:25 | Permalien

    Hé les experts !!

    Personne ne mentionne Sagan ????

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -1 (from 5 votes)
  • françois
    Soumis le 24 septembre 2018 à 11:49 | Permalien

    Roglic sur le tour, côte de la croix neuve à bloc: 09 m 10 pour 314 m de dénivelé et 10.1% de moyenne.
    Innsbruck, dernière bosse avec 322 m de dénivelé, 11.8 % de dénivelé. Moins de 9 30 serait déjà hallucinant compte tenu de tout ce qui précéde.

    A voir….

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 25 septembre 2018 à 1:12 | Permalien

    7’30 correspondrait à une ascension à 22.4 km/h de moyenne.
    François a raison, ce serait hallucinant au vu de ce qui précède et du passage à 28%, qui, même s’il n’est que de quelques mètres, devrait en mettre un coup à la moyenne.
    Pour parfaire nos pronostics, il serait aussi bon d’étudier la représentation des coureurs par équipe de marque.
    Par exemple, si Bob Jungels, dont on ne parle pas, passe le sommet de la dernière bosse avec 50 mètres d’avance, Alaphilippe ira le chercher avec Valverde et Moscon dans sa roue ? Pas certain…
    Le favori est peut-être à chercher au sein d’une équipe nationale forte mais qui aurait aussi d’autres équipiers potentiels qui, à défaut de rouler pour lui dimanche, ne rouleront pas contre.
    Néanmoins, ces 3 derniers années, Sagan ne répondait à aucun des 2 critères, à ma connaissance.
    On va vers un final proche de celui de MSR, non ? Celui qui bascule avec 50 mètres et qui est capable de maintenir l’effort a gagné. Sinon, c’est 10 au sprint.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 3 votes)
  • Soumis le 25 septembre 2018 à 2:56 | Permalien

    Merci François et EAP. Effectivement, l’on peut comparer les deux grimpées et j’étais trop optimiste sur le temps d’ascension.

    Fine analyse EAP, les plus rapides au sprint risquent de se marquer et les intérêts d’équipe de marque vont compter. A ce jeu, Bob Jungels pourrait l’emporter.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 2 votes)
  • Soumis le 25 septembre 2018 à 3:27 | Permalien

    @ EAP,

    C’est même certain qu’il n’irait pas le chercher, ils sont super potes…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • Tchmil
    Soumis le 25 septembre 2018 à 3:42 | Permalien

    Sur la fin de course, les équipes de marque peuvent compter mais faut il sur-interpréter leur importance ?

    Etre champion du monde, sur un circuit si singulier, ne devrait pas être soumis à de tels questionnements. Par exemple Alaphilippe peut utiliser Jungels vis-à-vis d’adversaires pour son intérêt. Mais à moins de 10 km de la ligne, le risque est grand de laisser Jungels seul au lieu de rouler avec Valverde et Moscon et ainsi avoir une grande chance de les battre au sprint.

    Dans certaines circonstances le jeu des équipiers de marque pourrait avoir lieu. Mais s’il s’agit d’un titre éventuel y a t’il des questions à se poser ? (surtout qu’aujourd’hui un équipier une année peut être un adversaire dans 2 ans).

    – Et encore une déclaration de Nibali qui met Moscon en leader, disant qu’il lui manque un petit quelque chose pour être à 100% dimanche. Il est malin et s’il voit une moto passer …

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 5 votes)
  • alano39
    Soumis le 25 septembre 2018 à 3:47 | Permalien

    La saison a été longue et nombre de coureurs sont certes en forme mais émoussés. Alaphilippe en fait partie, tout comme Valverde qui a derrière lui une longue saison.
    Je ne vois pas Sagan passer la dernière bosse qui est trop raide pour lui et surtout trop longue. Il passe les monts des Flandres mais ils excède pas 1,5 km. Et puis sur les flandriennes il n’y a pas de grimpeurs et les monts sont pavés ce qui rend l’exercice très différent.
    La dernière bosse va donner le vainqueur (que ce soit pour une échappée ou le peloton qui restera) et entre nous je ne vois pas un groupe de 10 coureurs arriver au sprint. Alaphilippe a fait de gros progrès cette année sur les montées longues comme en attestent ses 2 victoires sur le tdf.
    Autre point très important, la montée intervient après 250 km. C’est donc le plus frais qui fera la différence. Comme sur le Poggio à cette différence que les pourcentages sont incomparables. Bardet qui n’a aucune chance de faire la différence sur le Poggio peut la faire sur ce type de montée tout comme la plupart des grimpeurs.
    Sur une course aussi difficile le moindre coup de moins bien sera fatal d’où le fait que je ne vois pas un groupe de 10 se jouer la victoire au sprint.
    Les alliances entre équipiers ne sont pas à exclure même si je pense que compte tenu du profil il sera rare de voir 2 équipiers (ex: Alaphilippe et Jungels) se retrouver devant. Mais ça n’est pas à exclure et ça peut avoir une influence sur la fin de course.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 4 votes)
  • Tchmil
    Soumis le 25 septembre 2018 à 3:49 | Permalien

    S’ils sont super potes, ça change tout …

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • Soumis le 25 septembre 2018 à 4:43 | Permalien

    Alano,

    Tu as surement raison et l’une de tes nombreuses hypothèses risque de se réaliser vu que tu dits à peu près tout et son contraire, ici ou là :

    http://laflammerouge.com/qui-pour-gagner-les-mondiaux-dinnsbruck/

    @ Tchmil,

    Oui, en plus ils font souvent chambre commune et ils sont conscrits.

    Par ailleurs, du fait que cette amitié soit connue et qu’il soit du même team, cela consisterait, pour l’un et l’autre, un prétexte pour ne pas prendre de relais et donc une bonne raison d’économiser leurs efforts et ainsi préserver leurs chances respectives pour cette course ou pour celles de la saison prochaine, car la terre ne va pas s’arrêter de tourner le 30 septembre.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 4 votes)
  • alano39
    Soumis le 25 septembre 2018 à 8:05 | Permalien

    @Eric tout à fait d’accord avec toi. Il n’y a pas un scénario qui prime puisque tout va se jouer durant la course. je fais une revue des forces en présence et je pense ainsi mettre en avant qu’il est bien difficile de faire un pronostic. Ma conclusion me semble pourtant évidente: A ce stade de la saison ce sont les coureurs les plus frais (équipiers et leaders) qui sont avantagés. Tous ont connu leur pic de forme durant la saison et donc tous sont émoussés. Bien évidemment la force collective sera primordiale pour mettre les favoris en position de jouer la gagne. Donc il y a 2 inconnus: est-ce que des équipes ont les moyens de gérer la course au profit de leurs leaders et ensuite quel est le leader qui sera le plus fort/malin. Si la course est débridée on risque de voir un outsider l’emporter alors que si elle est maîtrisée ce sera le favori (d’une grande équipe ou d’une petite équipe) le plus fort qui gagnera.
    C’est pas plus compliqué et on peut bien évidemment envisager différents scénarios mais ils s’intègrent tous dans cette équation.
    L’équipe de France, L’Espagne, la Hollande, la Belgique, l’Italie semblent avoir le collectif mais encore faut-il que leurs stratégies ne soient pas enrayées ou s’annihilent pour qu’elles puissent maîtriser la course. Si elles font « cause commune » alors ça se jouera entre les favoris. Et je ne mets pas Sagan dedans. Par contre je laisse Nibali malgré ses propos. Il n’est jamais aussi dangereux que quand on ne l’attend pas.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 4 votes)
  • Soumis le 25 septembre 2018 à 11:59 | Permalien

    Ouais…

    Moi je prends plutôt le pari d’un gros paquet au pied de la dernière bosse, puis, à l’issue de la dernière ascension, d’un groupe de 10 coureurs qui se regrouperont et se disputeront la victoire.

    Ils y aura ceux qui tenteront de l’emporter en solitaire et ceux qui viseront le sprint.

    Attendons, l’on verra dimanche.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • Dany
    Soumis le 25 septembre 2018 à 1:03 | Permalien

    Le nouveau champion du monde junior du CLM est à 44 secondes du champion espoir ( moyenne de 50km/h) avec le braquet junior de 52×14.
    http://www.ccmarmande47.fr/pages/coach/braquet-limite-en-juniors-sur-route.html

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • lbi
    Soumis le 25 septembre 2018 à 1:22 | Permalien

    Dany ne relance pas mica stp

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 6 votes)
  • Dany
    Soumis le 25 septembre 2018 à 3:50 | Permalien

    J’espère que Mica apprécie mais franchement tout est dit par le résultat. Et le lien est écrit par Thierry GAULT – Professeur de Cyclisme de la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports et de la Cohésion Sociale. Mica n’a plus qu’à dire « d’accord! »

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 4 votes)
  • slam99
    Soumis le 25 septembre 2018 à 4:42 | Permalien

    Voilà un britannique qui ne montera pas sur le podium (CLM U23)…

    😮 Oh no! What just happened to @CharlieTanfield 🇬🇧 ?#InnsbruckTirol2018 pic.twitter.com/RUHP2DYUFV— UCI (@UCI_cycling) 24 septembre 2018

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • RoueLibre
    Soumis le 26 septembre 2018 à 2:47 | Permalien

    bonjour, je ne crois pas que cela a été abordé, mais les puncheurs ont une autre qualité. Ils se débrouillent très bien dans un sprints en petits comités (Valverde/Alaphilippe…). Et il faudra compter avec les grimpeurs qui sortes du lot grâce à leurs qualités de finisseur (Pinot…).
    être bon grimpeur ne suffira pas, il faudra des qualités de finisseurs.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • mica
    Soumis le 26 septembre 2018 à 3:16 | Permalien

    Dany: bien sur que j’ approuve t

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -1 (from 7 votes)
  • mica
    Soumis le 26 septembre 2018 à 3:28 | Permalien

    Oui, bien sur que j’ approuve ta remarque sur les braquets et aussi l’ article de T. Gault.
    Je rajouterai que Annemiek Van Vleuten à roulé à 48, 282 Km/h chez les féminines, finalement et en gros à 1 minute des juniors et à moins de 2 minutes des espoirs.(sur le même parcours)
    48 Km 300 , il existe des pros Français, et parmi les meilleurs, qui en seraient incapables!
    A ce que je sache, la demoiselle ne devait pas « tirer » le 12 dents, et encore moins le 11.
    Elle n’ avait pas non plus certainement le 58 à l’ avant (que l’ on nous vante tant)!
    Il est bon que les juniors aient des braquets limités par le réglement, au dela, tous les coureurs devraient se limiter volontairement et, paradoxalement, ils iraient plus vite, c’ est encore plus vrai pour les sprints…mais bon, je l’ ai déja dit en long et en large…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -6 (from 14 votes)
  • Soumis le 26 septembre 2018 à 6:19 | Permalien

    Tu approuves l’ article de T. Gault…

    Extrait :

    « Je sais qu’il ne faut pas chercher à formater tous les coureurs avec des cadences de pédalage identique. Chacun possède sa propre cadence, son propre rythme en fonction de sa taille, de sa force et de sa forme du moment, mais vous devez être capable d’effectuer un minimum. »

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +5 (from 7 votes)
  • Gilbert Montagné
    Soumis le 26 septembre 2018 à 6:21 | Permalien

    Ah bon, tu l’avais déjà dit, Mica.
    J’avais pas vu…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Soumis le 26 septembre 2018 à 6:28 | Permalien

    @ RoueLibre,

    Commentaire N°24 : « L’on peut penser que ce sera le meilleur puncheur-sprinteur du groupe qui ce sera dégagé dans la dernière montée qui l’emportera et non pas le meilleur grimpeur… »

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)
  • Le Bourrin Ardéchois
    Soumis le 26 septembre 2018 à 7:24 | Permalien

    Excusez-moi pour l’intrusion, mais je viens de voir un bijou de document qui mérite l’exposition.
    https://www.rapha.cc/fr/fr/stories/abrazos

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 4 votes)
  • Tchmil
    Soumis le 26 septembre 2018 à 8:08 | Permalien

    Un peu d’humour pour rendre hommage aux gilets jaunes, sans qui point de course du dimanche (avec une préférence pour le N°8) :

    https://www.sportbreizh.com/Billets-Le-blues-du-benevole-2041-130-0-0.html

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)
  • mica
    Soumis le 26 septembre 2018 à 10:03 | Permalien

    Eric: oui, je persiste à approuver l’ article de T. Gault, même si tu sorts une phrase de son contexte disant qu’ en effet on peut moduler sa vitesse de rotation. Le ton général de sa réflexion est quand même qu’ il faudrait modérer les braquets.
    Je redirai que  » l’ inflation » actuelle est contre productive et n’ enléve rien à mon propos du point N°41
    même si le score contre moi est de 7 à 0 !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -6 (from 10 votes)
  • Soumis le 26 septembre 2018 à 2:04 | Permalien

    Mica, tu es un champion de la mauvaise fois.

    Alors parlons en du contexte, car moi j’approuve pleinement l’ensemble du texte qui n’a aucun rapport avec ta théorie fumeuse…

    D’abord le titre : Braquet limité EN JUNIORS, sur route.

    Ensuite l’introduction :

    « Je conseille aux Juniors de garder toute l’année le même braquet, celui de la catégorie junior, soit : 7,93m (52X14). Pourquoi ? Pour développer et ou entretenir une cadence de pédalage minimum nécessaire à la bonne réalisation de performance en juniors. »

    Dans le contenu, il précise et argumente sur l’importance de travailler la vélocité et précise plusieurs exercices.

    Il a bien raison, car la vélocité est une base essentielle à acquérir jeune. C’était déjà le cas quand je débutais le vélo dans les années 80… Et les exercices étaient les mêmes…

    C’est d’autant plus important pour les jeunes qui veulent participer à des courses junior car le braquet y est limité.

    Néanmoins, afin qu’il ne puisse pas y avoir de mauvaises interprétations, il précise : « Je sais qu’il ne faut pas chercher à formater tous les coureurs avec des cadences de pédalage identique. Chacun possède sa propre cadence, son propre rythme en fonction de sa taille, de sa force et de sa forme du moment, mais vous devez être capable d’effectuer un minimum. »

    Pour terminer la phrase de conclusion :

    « Si la Vélocité comme la Force et la Puissance ne sont pas entraînées en temps et heure, elles ne seront jamais développées au maximum des possibilités individuelles et ensuite, quoi que vous fassiez, vous ne rattraperez jamais ce temps perdu. »

    En aucun cas il n’indique que l’ensemble des cyclistes professionnels sont des imbéciles qui ne savent pas choisir leurs braquets.

    Car les coureurs cyclistes professionnels, ne sont pas des imbéciles car, s’ils ne sont pas tous titulaires d’un master de philosophie comme Guillaume Martin, ils ont développé une intelligence corporelle qui fait qu’ils font moins d’erreurs de braquet et qu’ils ont une gestuelle plus efficace que le cycliste lambda.

    Ton entêtement à soutenir le contraire peut être considéré comme une insulte par ceux qui font de la compétition à vélo et qui recherche en permanence le braquet le mieux adapté.

    C’est l’unique raison pour laquelle le score contre toi est de 7 à 0 !

    C’est dommage car tu as une grande culture omnisports et tu écrits par ailleurs des choses très intéressantes qui dénotent d’une belle ouverture d’esprit et qui reçoivent malheureusement une volée de pouces baissés injustifiée.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +9 (from 9 votes)
  • Dany
    Soumis le 26 septembre 2018 à 3:02 | Permalien

    Depuis Amstrong, nous voyons des fréquences hautes de pédalage jamais vues dans le cyclisme moderne et le maintien de braquets délirants. Je ne pige pas…
    Benjamin Thomas (21e à 4’45 ») : «Le parcours était terrible avec cette bosse (5 km, avec passages à 13 et 14 %), on a 56×11 pendant une demi-heure, et on arrive dedans avec 39×25.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • Soumis le 26 septembre 2018 à 4:19 | Permalien

    Michal Kwiatkowski a pris date pour dimanche…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)
  • mica
    Soumis le 27 septembre 2018 à 1:48 | Permalien

    Eric: il n’ est pas question pour moi d’ étre de mauvaise foi et d’ insulter qui que ce soit.
    Ma réflexion résulte d’ observations de faits réels.
    B. Thomas se décrit comme ayant « utilisé » le 56X11 pendant la 1 ere demie heure du CLM !….pour quel résultat: terminer à 5 minutes du vainqueur! il y a là un problème, d’ autant plus que les premiers, eux même, sont en général, sur le plat, en « over dose » de développements.
    Enfin, B. Thomas vient de la piste, il devrait savoir que pour aller vite il faut étre trés prudent avec les braquets. Ce qui est vrai pour la piste l’ est aussi pour la route, même si l’ on peut admettre sur route de « tirer » quelquefois un peu plus gros.
    Le cyclisme se « plante » depuis longtemps maintenant et il serait bon de revenir aux fondamentaux.
    Je rappellerai que jadis, il y a plus de 50 ans, le GP des Nations clm se courrait sur 75 Km, en vallée de Chevreuse truffée de côtes, à des moyennes de 47 ou 48 Km/h (Anquetil, Gimondi…) avec le 13 dents (52×13 ?), et le 13 dents c’ était déja peut étre trop. Aujourd hui ou est le progrés, malgrés les améliorations que je ne vais pas énumérer.
    J’ évoquais dans ces colonnes la perf. de la Néerlandaise Van Vleuten qui a roulé son CLM à
    48, 300 Km/h de moyenne….et elle ne tirait certainement pas le 11 ou 12 dents… et le parcours était loin d’ étre plat.
    Voila quelques éléments de réflexion et ce n’ est pas étre de mauvaise foi que de les poser. Je souffre de voir des coureurs de grande valeur s’ entéter à vouloir tirer si gros (genre Campenaerts, un monstre de puissance) ce qui soit dit en passant ne les empéche pas d’ avoir des résultats puisque ils commettent tous les mêmes erreurs.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -4 (from 10 votes)
  • alano39
    Soumis le 27 septembre 2018 à 2:49 | Permalien

    Avec un tel chrono on doit mettre Michal Kwiatkowski sur la liste des grands favoris. Il a le jump pour partir dans la dernière bosse et il est en grande forme.
    Sur ce chrono Dennis a fait du Dennis. Il a la puissance et la science du chrono. Dumoulin sort un très bon chrono mais commence à manquer de fraîcheur. La fraîcheur voilà la grande inconnue qui aura une influence déterminante dimanche. Jungels autre favoris pour dimanche sort un chrono décevant. A t’il gardé des forces ou est-il fatigué? Nous le saurons dimanche.
    J’attends avec impatience ce mondial qui diffère de ceux des dernières années et doit permettre à un coureur complet de gagner. Quelque part ce mondial revient aux fondamentaux de ce sport en donnant aux coureurs est véritable terrain de sélection où la puissance mais aussi l’endurance vont primer sur la pure puissance. Une sorte d’antithèse de la Vuelta avec sa succession d’arrivées au sommet où la sélection finale entre les favoris se jouent dans les 2-3 derniers km. C’est un peu répétitif comme scénario et puis assez éloigné des fondamentaux de ce sport où l’endurance a longtemps été un élément déterminant. La répétition des difficultés permet de remettre l’endurance dans l’équation et c’est ma foi une bonne chose. Espérons que les coureurs à qui ce parcours convient vont savoir l’exploiter au mieux pour ne pas sombrer dans une course livrée aux outsiders. Car ce que nous voulons tous c’est assister à une belle empoignade entre les grands favoris et non entre des seconds couteaux partis en échappée.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 8 votes)
  • Thierry Mtl
    Soumis le 27 septembre 2018 à 6:40 | Permalien

    Femme junior sur route…. une québécoise en troisième place !
    Wow 👍simone boillard

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +5 (from 5 votes)
  • mica
    Soumis le 27 septembre 2018 à 11:17 | Permalien

    ca y est, ces Messieurs de l’ uci ont accouché d’ un mouton à 5 pattes.
    Pour remplacer le CLM par équipe des marques, ils pondent une épreuve hybride, mixte ou les équipes nationales féminines prendront le relai des hommes, donc 2 épreuves successives avec en quelque sorte passage de témoin, pourquoi? , pourquoi pas?
    dans ma grande naiveté j’ avais révé du retour de l’ extraordinaire 100 bornes CLM par équipes nationales de 4.
    Mais l’ on vit une époque ou il ne faut pas trop réver et pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué!
    Aprés la fameuse réforme pour 2020 (si quelqu’ un pouvait m’ expliquer) voici le nouvel avatar de l’ uci.
    C’ est un peu du même tonneau que la suppression du Km aux JO ou de la poursuite individuelle, ou de l’ omnium qui n’ est plus composé que de 4 épreuves en peloton (loin des fondamentaux d’ origine : une épreuve de sprint, une de résistance et une d’ endurance).
    Et au millieu de tout cela pas la moindre allusion au scandale de la présence de tant de véhicules motorisés devant ou au sein de la course…
    Bref, rien de bien réjouissant et une institution qui défend tellement mal ce qui devrait étre le vrai cyclisme…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 9 votes)
  • Thierry mtl
    Soumis le 27 septembre 2018 à 6:15 | Permalien

    Ce Evenepoel, c’est un prodige. Il est coureur depuis 18 mois. C’est fou.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!