Mollema le plus malin en Lombardie

Je suis d’avis que Bauke Mollema n’était pas le plus fort samedi sur le Tour de Lombardie.

C’était Alejandro Valverde le plus fort.

Mais c’est Mollema qui a gagné, parce qu’il a été le plus malin.

Ce dernier savait très bien que s’il attendait la dernière difficulté, Battaglia, il avait perdu. Il savait aussi que si la sélection s’était faite dans Sormano, il aurait aussi perdu.

Trop heureux d’être encore là pour la gagne dans Civiglio, il a bien réalisé que le groupe de favoris dans lequel il évoluait au pied de cette bosse risquait de se regarder, puisque ça se regardait déjà. Dans ce contexte, pourquoi ne pas tenter sa chance?

Son attaque fut parfaitement maitrisée, cyclisme101: parti de l’arrière, il surprend tout le monde et créé immédiatement un bon trou.

Ca se regardait tellement qu’après 500m, Mollema avait 20 secondes d’avance. Après un kilomètre, plus de 35 secondes d’avance. En bonne condition, très bon rouleur, Mollema n’allait pas être repris facilement. Et il a été au bout. Il a eu raison!

J’aime ce genre de victoire d’un coureur malin, fin tacticien, et qui fait paraitre les autres grands leaders comme des cadets.

Woods a bien tenté de relancer, puis Roglic, puis Valverde, puis Bernal, mais c’était à chaque fois trop peu, trop tard, surtout qu’on revenait rapidement au jeu de « je te regarde, tu me regardes, il ne se passe rien ». Seul un excellent Pierre Latour semblait vraiment vouloir rouler, frustré d’être chaque fois repris par le groupe pour voir l’allure tomber. Il relançait immédiatement!

Souvent placé, pas souvent vainqueur, Mollema signe là sa plus belle victoire en carrière, à 32 ans. Jusqu’ici, son fait d’arme était la Classica SanSebastian, gagnée en 2016.

Surtout, cette victoire confirme la belle fin de saison de l’équipe Trek-Segafredo, deux semaines après la victoire de Mads Pedersen lors des Mondiaux du Yorkshire. Ca doit faire du bien à cette équipe après la saison en demi-teinte des Richie Porte, Jasper Stuyven et John Degenkolb. Ce dernier sera d’ailleurs l’an prochain avec la Lotto-Soudal.

Bref, ce n’est pas un Tour de Lombardie dont on se souviendra dans quatre ans, mais le vainqueur a beaucoup de mérite pour avoir eu l’intelligence de bien analyser la course, et de s’être rendu au bout.

Bravo Mollema!

10 Commentaires

  • mica
    Soumis le 14 octobre 2019 à 1:31 | Permalien

    Laurent: ton analyse est parfaite et je la partage totalement, presque au mot prés.
    La seule différence est que, pour ma part, je n’ aime pas trop ce genre de victoire ou, quelque part, les « cadors » laissent faire.
    C’ est l’ ambiguité de la course en ligne, ou chacun refuse de travailler pour l’ autre, de peur de s’ user et de se faire avoir à l’ arrivée par plus frais, ou plus rapide que soi…. et, samedi, si la dizaine de poursuivants avait « travaillé » à tour de rôle, il semble évident que Valverde aurait gagné au sprint.
    Bref, c’ est selon moi l’ illustration parfaite de l’ aspect aérodynamique du cyclisme….passer devant et prendre ses relais, sans arriére pensée, c’ est souvent travailler pour l’ adversaire. Il est évident que si Valverde avait eu 2 équipiers dans le final, l’ échappé n’ allait pas au bout, ce dernier aurait fait travailler ses « domestiques ».
    Maintenant, on a le droit d’ apprécier la victoire de Mollemma, coureur attaquant ,souvent loyal, et opportuniste Samedi.
    Peut étre que les courses avec moins d’ enjeu (semi classiques peut être…) sont moins « tactiques »
    Oui, bravo à lui.
    Et , au fond, la victoire du Hollandais arrangeait certainement pas mal de monde.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -1 (from 25 votes)
  • Wolber
    Soumis le 14 octobre 2019 à 2:42 | Permalien

    Le contexte… c est que l attaque de Valverde avait surtout fait très très mal à tout le monde ( parlez en à Formolo et Yates).
    Et Latour ? Il n a pas essayeé de relancer?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 5 votes)
  • Yvon
    Soumis le 14 octobre 2019 à 3:09 | Permalien

    Nous avons eu une course similaire sur Paris Tours.lorsqu’il n’y a plus d’équipiers on n’a pas les moyens de faire le ménage.il faut dans ce cas prendre des risques la différence entre 10 eme ou 2 eme n’est pas importante. Terpstra est impressionnant mais pas chanceux.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +5 (from 5 votes)
  • alano39
    Soumis le 14 octobre 2019 à 4:25 | Permalien

    La victoire de Mollema est le fruit de son opportunisme et des erreurs de stratégies des leaders et de Latour.
    Valverde bien lancé par son équipier a essayé de faire tout sauter a 20 km de l’arrivée. Le hic c’est que personne n’est parti avec lui et donc il a stoppé son effort. Dommage car c’est à ce moment que se jouait la course et si un autre cador partait avec Valverde ils pouvaient aller au bout.
    Mollema lâché sur l’accélération de Valverde a profité du temps mort de récupération pour revenir et tenter une attaque. Et là personne ne le suit. Comme il n’est pas dans les favoris, ces derniers se regardent et surtout bloquent tous les contres et retardent la vraie bagarre. Latour qui avait les jambes pour partir avec Mollema en a fait les frais. C’est dommage car il était bien placé au moment de l’attaque de Mollema qu’il regarde passer sur sa droite et à mon sens il pouvait partir avec lui. Mais il a calqué sa course sur les favoris ce qui était une erreur avec les jambes qu’il avait. Après l’attaque de Mollema il a donc commencé à courir à contre temps en lançant des contres mais aucun leader ne voulait laisser partir quiconque. Dans une classique aussi dure lorsque les leaders n’ont plus d’équipiers il faut attaquer si on en les jambes car il est évident que derrière ils vont se regarder un moment. Il y a une récompense à l’attaquant le ,plus téméraire. Et Mollema qui est un rouleur grimpeur était une super moto à suivre pour Latour.
    Ensuite Roglic a contre temps essaye de faire le trou mais il manque de force et personne ne le laisse partir.
    Ce fut un tour de Lombardie sans grande bagarre entre les favoris avec un super coureur qui a gagné et qui mérite amplement sa victoire. Car on a beau dire tout ce que l’on veut le seul qui a raison est le vainqueur et il a gagné de façon opportune et aussi sur ses qualités. Il est dur au mal passe bien les bosses, descend bien et roule fort. Un terrain qui correspond a ses qualités.
    Bravo Mollema et c’est une récompense méritée.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +11 (from 19 votes)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 14 octobre 2019 à 6:06 | Permalien

    Si Laurent estime que ce n’est pas un tour de Lombardie d’anthologie, personnellement, j’ai trouvé que c’était une belle course plein d’enseignements.
    Mollema, victoire amplement méritée d’un hussard du cyclisme, l’antithèse d’un Valverde, toujours à l’attaque, et qui passe les relais plus qu’à son tour, alors qu’il n’est qu’un piètre sprinter.
    Sa victoire n’est pas à minimiser : après 200 bornes, sur un tel parcours, on ne gagne pas ainsi par hasard. Son attaque est virulente, limpide. Personne ne lève le cul de la selle pour faire le jump. Pas envie, mal aux jambes. Mollema a certainement du attaquer en ayant conscience qu’il avait lui-même mal aux jambes. C’est un indice au moment de porter une attaque.
    Et samedi, j’ai cru à un mirage : attaque de Valverde, seul, et il maintient même l’effort sans attendre du renfort ! Attaque réitérée qui plus est : le monde de Pozzovivo a du s’écrouler !
    Latour…je n’ai pas tout compris. J’espère simplement qu’il n’a pas fait les frais des conseils avisés du DS de son équipe, à l’oreillette. Il fait quand même une erreur grossière qu’il répète plusieurs fois : attaquer en tête du groupe. Il n’a pas une accélération sidérante, du moins à ce point de la course, comme peuvent en avoir Valverde, ou Alaphilippe. Il fallait déboucher de l’arrière comme Mollema l’a très bien fait. Ses accélérations en ont fait bouger une à Roglic, sans toucher l’autre pour reprendre une expression revenue à la mode ces temps-ci.
    Une explication réside peut-être dans le fait que Latour, en difficulté dans les 2 descentes précédentes, a voulu prendre un peu d’avance pour aborder la dernière descente proche de l’arrivée avec un peu de confort. Il l’a dit dans les médias, ce qui prouve malheureusement que dans sa tête, il ne jouait quasiment plus la gagne.
    Je pense le croiser ce week-end : je ne manquerai pas de lui demander pourquoi il a attaqué en tête du groupe.
    C’est génial le vélo pour ça : tu croises un pro, et tu peux lui parler de la course vue quelques jours auparavant à la TV, et comme ils sont toujours très disponibles, tu peux discuter. Parlez-en aux fans de foot…
    Au final, Mollema fait l’unanimité. Les motos sont beaucoup trop proches. Valverde attaque. Roglic a mal couru, mais il conduisait son vélo encore une fois. Les prestations des coureurs étaient d’un grand niveau : les vitesses dans les cols, les cadences de pédalage élevées…tout ça au delà des 200 bornes…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +8 (from 16 votes)
  • noirvélo
    Soumis le 14 octobre 2019 à 10:40 | Permalien

    @ alano ,
    Si personne ne part avec un Valverde vraiment opportuniste et attaquant cette fois , c’est parce que finir avec lui dans ce contexte , c’est évidemment faire deuxième … C’est une course pour lui , facile , et il la voulait , était préparé pour elle .
    Après écrire que Valverde était le plus fort , ce n’est pas sûr , il aurait pu suivre Mollema … en pouvant ! rien n’est moins sûr dans la mesure où le Hollandais bosse souvent bien plus que les autres , prend du vent , attaque , s’accroche tandis qu’un Valverde se planque et calcule toujours tout au plus « juste » …
    Latour était un peu trop fébrile (je dirais même un peu idiot …) , tu n’attaques pas plusieurs fois en tête et avec un développement de « moulinette » ! il avait des forces , certes mais mal gérées à l’instar de « l’ancien Julian » et de l’actuel « Gaudu » , emportés par l’enthousiasme d’être devant en si bonne compagnie !
    Et puis heureux pour Bauke , « fort en cannes » , intelligent et courageux ! il ne l’a pas volée et nous a fait même un sacré truc !! j’aurais toujours la préférence pour les « derniers flingueurs-finisseurs solitaires » … D’ailleurs , passer la ligne seul , les bras en V sous le soleil de Lombardie , acclamé par un public de passionnés et de connaisseurs , nom de Dieu , ça doit donner des frissons !!!
    Bauke Mollema vainqueur du Tour de Lombardie 2019 , ça classe un homme !!!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 6 votes)
  • alano39
    Soumis le 14 octobre 2019 à 11:50 | Permalien

    @noirvelo
    pour Latour rester dans le groupe signifiait faire dans les 10. 2 c’est toujours mieux que 10.
    Et puis il restait une belle montée et donc une chance de l’attaquer et peut être de le lâcher.
    Mollema a couru juste en contrat l’attaque de Valverde comme on l’apprend dans les écoles de cyclisme.
    quand je courais je me rappelle mon entraîneur qui me disait: n’attaque pas dans la montée mais sur le replat au sommet. Et c’est vrai qu’après une montée il y a ce petit moment de flottement qui permet de prendre du temps. Idem après une attaque violente.
    Mais pour le mettre à exécution il faut être costaud et Mollema l’était. Latour aussi mais il a manqué de jugement et de timing. C’est là que l’on mesure l’expérience et Latour en a manqué. Alaphilippe a mis quelques années avant de courir juste et de jouer de ses qualités dans le bon timing.
    3 français dans les 11 premiers c’est pas mal.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +6 (from 8 votes)
  • noirvélo
    Soumis le 14 octobre 2019 à 1:27 | Permalien

    @ Alano ,
    c’est vrai le « bon coup » d’en placer une au sommet de la bosse sur le replat surtout s’il se prolonge avec un bon zef de 3/4 face , évidemment tout le monde se regarde , sauf le costaud ! et là , oui, tu fais la différence ! mon père aussi me le disait !
    Pour le reste , d’accord avec toi , rien à contester , tout est fait, le meilleur a gagné !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +5 (from 5 votes)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 14 octobre 2019 à 3:01 | Permalien

    Nous n’avons pas parlé d’une performance que je trouve remarquable : la 3ème place de Nans Peters, au Gran Piemonte. Derrière…Bernal, Sosa, et devant Buchman, Dan Martin, Franck Mathias, Davide Villela, Champoussin prenant même la 9ème place devant Carlos Verona. Il faut le faire.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +6 (from 6 votes)
  • noirvélo
    Soumis le 14 octobre 2019 à 3:18 | Permalien

    Oui EAP , c’est passé inaperçu mais il fait le podium avec du beau monde derrière et un final incroyable … qui, je le reconnais me fait encore douter !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -1 (from 1 vote)

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!