Tous les jours, la passion du cyclisme

 

L’électronique, prochaine révolution du matos cycliste ?

Après la révolution du carbone depuis la fin des années 1990, je suis convaincu que la prochaine grande révolution en matière de matos cycliste sera l'électronique intégrée. 

Et cette révolution s'amorce depuis quelques mois, comme en témoigne la multiplication des annonces concernant de nouveaux capteurs de puissance. Les trois capteurs traditionnels que sont SRMPowerTap et Quarq auront donc de la concurrence dans les prochaines années, c'est certain.

Il y a notamment le Garmin Vector, annoncé pour 2012, un système de mesure de la puissance intégré aux pédales. Discret, facilement interchangeable d'un vélo à un autre, ce système permettra aussi l'analyse de la puissance de chaque jambe. 

Polar, en collaboration avec Look, annonce aussi un nouveau capteur de puissance pour très bientôt, le Keo Power, lui aussi basé sur les pédales. Le vidéo de présentation, disponible ici, est très bien fait

Le prix de ces nouveaux ensembles devrait être nettement inférieur à celui du système SRM qui se détaille encore dans les 3000$, sinon plus.

SRM prépare d'ailleurs de nouvelles offensives pour se maintenir dans ce marché dont le potentiel est énorme vu le développement du cyclosport ces 20 dernières années et lancera très bientôt un système basé sur le pédalier Campagnolo. Pour rester compétitif, je crois surtout que SRM devra s'attaquer à la question du poids de son système, les pédaliers SRM étant encore assez lourds.

Il est donc à prévoir que l'intégration de l'électronique aux diverses composantes du vélo soit encore plus marquée dans les prochaines années. Le "vélo intelligent" est à nos portes !

Partager

Précédent

Entrevue avec David Veilleux

Suivant

Quelques suggestions pour améliorer les GP de Québec et Montréal

17 Commentaires

  1. Batrick P

    Désolé pour l’absence de rapport avec ton article, Laurent, ton site est un mélange plutôt heureux de blog, forum et actualité.

    Tiens, l’ex-grand espoir néerlandais Thomas Dekker court encore, et gagne. A la Garmin.
    http://www.lequipe.fr/Cyclisme/breves2011/20110918_212330_la-victoire-pour-garmin.html
    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89quipe_cycliste_Garmin-Cerv%C3%A9lo

    Un jour peut-être le capteur de puissance sera de série sur les vélos de gamme à un prix disons accessible et à un poids réduit. Ce sera pour les générations suivent (de la tienne et la mienne, Laurent). Question matériel, on aura été bien lotis.

    0
    0
  2. Thierry Lemaire

    Sans compter les applications iPhone comme CycleMeter, et le système de transmission de données sans fil ANT+ utilisé par exemple par Wahoo Fitness : http://www.wahoofitness.com/

    0
    0
  3. thierry mtl

    et l’électrique… pour les commuters.

    0
    0
  4. Vincent C

    Y’a Power2Max qui semblent bien et surtout moins cher que Quark et SRM, même genre de techno.

    Ils ont de la misère à fournir tellement la demande est élevé

    0
    0
  5. zboy

    désolé, complètement hors sujet, mais bon !

    http://veloptimum.net/velonouvelles/11/COMM/9sept/Evasion19.htm

    0
    0
  6. Vincent C

    Ouais pis c’est Richard Garneau qui a été ovationné!

    0
    0
  7. schwartz patrick

    Moi, personellement, çà ne me concerne pas, si certains veulent un tableau de bord d’Airbus ,çà les regarde, ils vont (j’espère) alourdir leur vélo et garder les yeux sur les compteurs, voir s’ils sont plus ou moins forts, sans voir les paysages qui les entourent; c’est le « progrès »,que je ne partage pas (l’âge probablement) mais ce qui est nécessaire( j’en doute!)chez les professionnels n’est pas nécessaire chez moi ; si nous devons être bardés de capteurs de toutes parts, non merci !!!

    0
    0
  8. Vincent C

    Patrick, c’est juste une lecture de puissance… panneau d’Airbus, franchement, on exagère un brin?!

    C’est une excellente façon de quantifié les efforts les watts! On appelle ça l’évolution, le progrès comme vous dites. Roulez-vous toujours un vélo en acier avec vitesse au cadre?

    0
    0
  9. JP

    Quoique rien n’empêche de mettre un SRM Campagnolo tout neuf sur un vieux De Rosa acier avec changements de vitesse au cadre !

    Le but du powermeter, c’est s’entraîner plus intelligemment, et de s’améliorer par rapport à soi-même ! Ce qui permet, Patrick, de voir encore plus de beaux paysages par jour en augmentant sa vitesse moyenne ! 🙂

    0
    0
  10. alain39

    Il est évident que les nouvelles technologies vont s’inviter sur les vélos.
    Cancellara le sait mieux que quiconque.
    A terme nous serons en mesure de connaitre en direct devant notre écran de Tv les watts dégagés par les coureurs.
    Pour les utilisateurs ce sera un excellent outil pour évaluer son état de forme et faire des séances de travail spécifique en connaissant immédiatement les effets.
    Est-ce pour autant une révolution?
    Technologique sans aucun doute. Pour le reste il faudra attendre pour en mesurer les effets.
    Ceci étant si la lutte contre le dopage utilise de tels évolutions techniques en parallèle du contrôle longitudinal alors oui ce pourrait être au niveau des professionnels une sacrée avancée.
    Les évolutions inexplicables de rendements seraient alors constatées et les coureurs concernés seraient alors plus facilement et plus rapidement démasqués.
    de toute façon c’est ce que l’on fait de la science qui prévaut.

    0
    0
  11. Thierry Lemaire

    @Alain39, ce n’est pas dans le futur, ce fut réel pendant le dernier tour de France avec une dizaine de coureurs dont Jérémy Roy. On avait en live, leur fréquence cardiaque, la puissance développée, la position GPS, ainsi que la vitesse.
    Voir des coureurs professionnels de Leopard, Saxo Bank ou Astana, à 11km/h dans des cols, c’était un réel encouragement pour le cycliste amateur 🙂

    0
    0
  12. schwartz patrick

    Yes, pour le panneau d’Airbus, d’accord, j’exagère mais je maintiens certaines de mes limites au progrès;si tout doit se quantifier, s’analyser, tout en chiffres et en sciences, ne perd-on pas de cet instinct naturel, humain, spontané; chercher soi-même des choses que l’on croyait inexpliquables; faut-il toujours être dépendant de la technique, du portable, du gps, du dérailleur électrique et de sa pile ?Et après ton « srm », tu auras besoin de quoi , l’ami ?J’ai juste mon compteur sur mon vélo quand je parts et je sais assez vite, aux sensations, si ce sera une sortie avec ou sans, mais « avec » une presque totale liberté et
    ma propre conscience, oui, liberté, j’aime vraiment ce mot là !!! Je roule titane,campa 10v, après 11 cadres
    acier,j’aime la technique mécanique et le beau,mais l’électronique, non, très peu pour moi!
    Je conçois, par contre, en toute honneteté, que les nouvelles générations de coureurs qui veulent progresser et atteindre le haut niveau vont connaitre et apprécier les nouvelles technologies, pour eux, c’est çà leur progrès,je ne les juge pas , je ne suis peut-être qu’un « romantique » mais j’assume ma différence .

    0
    0
  13. Thierry Lemaire

    @Schwartz Patrick
    Si tu mets un compteur, c’est que déjà tu as besoin d’un référent électronique fiable, tu n’es pas à 100 % aux sensations. En tout cas, l’utilisation de l’iPhone pour mémoriser toutes tes sorties, c’est vachement plus pratique que de remplir un carnet d’entraînement et tu peux comparer très facilement les progrès d’une année sur l’autre par exemple…

    0
    0
  14. touille

    Bien d’accord avec patrick, un peu de romantisme fait pas de mal; les jeunes générations ont du mal à se décoller de leurs écrans de portable
    c’est d’une tristesse!

    0
    0
  15. touille

    ceci dit je suis bluffé par le progrès; bientot des velos de 500 grammes?

    0
    0
  16. schwartz patrick

    @ thierry lemaire

    pour le p’tit compteur, je plaide coupable (pour si peu!) mais il est vrai que je peux difficilement m’en passer !par contre, j’ai cassé deux cardios Sigma et là franchement je m’en passe, je sens quand je prends trop de tours, je gère le foncier, le fractionné et le rythmé tout en sachant que je ne vais plus courir mais me faire plaisir dans les cyclos et dans les bonnes bourres avec les copains le dimanche matin; mais comme dit, je comprends les nouvelles générations qui suivent le mouvement perpétuel tout en n’ayant pas connu le charme des vieilles époques ,à voir des photos de De Vlaeminck,acier, cales pieds,sans compteurs, sans srm ,sans casque (pas un bon exemple) sans oreillettes,à la guerre sur des Paris Roubaix …Ouais, bon, romantique et nostalgique !

    0
    0
  17. schwartz patrick

    Le vélo, avant tout, c’est la liberté, ce n’est pas être dépendant d’un système, nous sommes sufisamment entourés de règles, de lois contraignantes et finalement rarement justes .

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.