Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Le point sur un drôle de Tour

Journée de repos demain lundi.

Beaucoup de coureurs en ont bien besoin !

En premier lieu Hoogerland, victime aujourd'hui d'une terrible chute provoquée par une voiture de France Télévision voulant dépasser son groupe de coureurs échappés en tête de course. Hoogerland et Flecha sont allés au tapis, mais Hoogerland a atterri dans une clôture barbelée. Aie. Je donne à Hoogerland la médaille du courage pour avoir terminé l'étape avec de grosses lacérations aux jambes.

Plus tôt, une grave chute dans une descente a coûté cher à Vinokourov (fracture du fémur) et Van Der Broeck (fracture de la clavicule) qui ont dû abandonner, tout comme David Zabriskie.

L'hécatombe se poursuit donc sur le Tour de France cette année. Comment ne pas se poser des questions sur la sécurité des coureurs en course après les événements dramatiques du Giro et maintenant du Tour ? Comment ne pas être ironique face à l'argument de la sécurité en course pour justifier l'usage des oreillettes ?

Quoi qu'il en soit, c'est Luis Leon Sanchez qui a logiquement remporté l'étape, Voeckler s'étant beaucoup donné durant la course pour aller chercher le maillot jaune avec la plus grosse avance possible. Dans ce contexte, il était clair que ca se jouerait entre Sanchez et Casar, et ce dernier était cuit. 

Voeckler en jaune, c'est bien par ailleurs. Le coureur est sympathique, populaire et Français. De quoi susciter l'intérêt d'une partie de la population française d'ordinaire indifférente au Tour…

Pour le général, le lot d'abandon (Van Den Broeck, Vinokourov, Wiggins, Brajkovic, Horner entre autre) a contribué à clarifier la situation. Evans demeure pour le moment le mieux placé, et il semble être en excellente condition physique. Son équipe BMC roule pour lui, affichant clairement une grande confiance dans leur leader. 

Des frères Schleck, Frank est celui qui a donné le plus de garantie jusqu'ici. 

Tony Martin et Andreas Kloden sont deux inconnus dans l'équation. Ils m'ont tous deux fait une très bonne impression, mais on verra en montagne à partir de jeudi. Contador demeure assez loin au général, et a chuté à plusieurs reprises au cours des derniers jours, apparemment sans trop de gravité. Il a quelques jours pour se refaire une santé avant d'aborder la montagne et le vif du sujet.

Prochain grand-rendez vous, Luz Ardiden jeudi.

Partager

Précédent

Troisième chronique du Tour

Suivant

Dopage sur le Tour: Kolobnev ouvre le bal

25 Commentaires

  1. Michel Derose

    J’aurais aimé vous envoyer la photo des blessures à Hoogerland mais c’est pas possible.

    Merci quand même

    0
    0
  2. Batrick P

    Van den Broeck, Wiggins et Vinokourov. Tu peux ajouter Horner et Brajokovic, tous des prétendants au podium. Gesink aussi. Et peut-être Klöden.
    Commentaire entendu sur France 2: « il y a toujours du suspense sur ce Tour, avec toutes ces chutes ». Je réaffirme que le maintien d’un haut niveau de risque de chutes est recherché par l’organisation du Tour de France.

    0
    0
  3. Batrick P

    Les excuses de la voix de Christian Prudhomme sont lamentables. D’abord, « on », ensuite, ce n’en sont pas! C’est une décharge de responsabilités. Il s’agissait de votre autorité.
    Quel journaliste l’interpellera sur le nombre de voitures et de motos présentes dans la course?
    Monsieur Prudhomme, Mesdames et Messieurs de l’organisation, combien y-a-t-il de voitures et de motos dans la course? Auriez-vous l’honnêteté de répondre à cette question, simplement, sans baratin?

    0
    0
  4. plasthmatic

    Patrick, je suis d’accord avec toi pour penser qu’il y a bien du monde autour des vélos.
    D’accord acccompagner ton scepticisme à l’écoute de la colère de Christian Prudhomme, même si je suis convaincu qu’à son instant elle est non feinte …
    Toujours d’accord avec toi pour, hum, ne jamais attendre que des journalistes posent un jour une question dépassant un peu les limites du fait du jour.
    Cela étant (je ne crois pas que je vais te surprendre) :

    – Je ne peux pas penser que les traceurs recherchent un haut niveau de chute. Exprimé comme tu l’exprimes, cela signifie que les gars (C. Prudhomme, JF Pescheux, je ne connais pas les autres) se disent « Tiens, passons-là, y a bien moyen que ça tombe ». Je ne peux pas penser ça. En tout cas, tu ne peux pas l’affirmer …
    Oui, il y a des chances qu’en revanche, ils assument la part de mise en danger potentielle des coureus par tel ou tel choix. Ils pourraient supprimer les bagnoles en trop, et il semble y en avoir. Mais cela ne rentre pas dans ta, pardonne-moi, sentence, ou alors il faudrait que je les entende aussi dire : « Oui, mettons du trafic auto, y en a bien un ou deux qui pourrait aller au tas ».
    Evidemment qu’ils savent, choisissant de passer par ces belles routes d’hier, que leur étroitesse constituera un facteur de risque pour quelque deux cents bonhommes plutôt que la moitié. Je crois, moi, que précisément, et véritablement, ils le prennent en compte, et qu’ils agissent donc en … aval, par toutes ces règles de sécurité, les signalisations, les motards de la gendarmerie, les contrôles, l’information, la régulation, etc … Sans garantie absolue de résultat, mais quoi pour l’obtenir ? Un travail en amont ? Ne pas organiser la course, en tout cas pas sur des descentes de cols, pas sous la pluie, ni sur les routes à séparateurs, …
    Je crois qu’ils cherchent « l’équilibre », même si comme toi, je trouve qu’ils « voient gros ». Mais de là à penser leur malveillance avide, leur cynisme criminel si tu préfères, je peux pas.

    – Concernant l’accident dans ses limites, imagine que la version donnée par Christian Prudhomme coïncide précisément avec les faits tels qu’ils se sont produits : injonction à attendre pour le dépassement, refus d’obéissance du chauffeur, ou distraction, c’est pareil, donc dépassement clairement interdit, refusé plutôt. Et bien alors, sa colère pour cet accident-là, elle est pleinement fondée, que veux-tu qu’il exprime d’autre ?
    La question, c’est de savoir s’il profitera, à froid, passée l’émotion le cas échéant légitime, de l’occasion qui lui est faite pour réfléchir à nouveau (voire d’assumer sa part) sur la taille du barnum. De savoir s’il est temps d’attaquer un régime, quoi.
    Moi, j’ai pas de réponse, ce qui m’emmène à mon dernier point pour te contredire encore … :

    – Comme toi, tu le sais bien, ça me fait bien flipper, tous ces mouvements parfois intempestifs autour des cyclistes. Grogner même parfois.
    Cela étant : en dehors des deux derniers faits tout récents, de mes longues heures à regarder le vélo (moins longues que toi, mais longues quand même), j’ai pas le souvenir que ce genre d’accident soit une règle … Alors, même si, à mes yeux aussi, ils (les organisateurs) prennent quelques risques « non indispensables », il semblerait que la sécurité mise en place derrière fonctionne, non ?

    Bon, cette chute, c’est juste « pas possible », même au simple point de vue sportif (putain, rien que ce pauvre Hoogerland si t’y penses), juste pas possible, insoutenable même.

    Laurent, t’aurais pas oublié Willems, dans le triste résultat de la chute du virage humide ?

    Sinon, il ne faudra pas oublier que ce maillot jaune, Thomas Voeckler (quel coureur quand même) le doit à la neutralisation de la course derrière pour attendre notamment les Astana. La « mesure exacte » que je l’entend souvent avoir par rapport à ses victoires me donne à penser qu’il le sait bien. Cela n’enlève rien, rien, à ce qu’il soit maillot jaune à nouveau sur le Tour : on le doit toujours à quelque chose. Hier, c’était une chute, et la « logique tacite » qu’elle a entraînée. Un fait de course. Mais putain ce qu’il a pédalé, quand même.

    0
    0
  5. sur la sécurité, rien à ajouter à plasthmatic.

    pour « la france indifférente », je ne dirai pas ça. il y a vraiment beaucoup de monde au bord de la route. j’étais en normandie jeudi sous les averses, 4 heures avant le passage de la course, des gens partout, dans le petits villages, le moindre talus. pas forcément pour l’intérêt sportif, bien sûr, on attend la caravane, mais ils sont là.

    il est cependant difficile d’assister à l’arrivée, située souvent dans des endroits choisis pour garer les très (trop ??) nombreux véhicules, et dont l’accès est quasi privatisé (les invités des sponsors).

    le public encourage tout le monde, connu ou inconnu, pti gars du coin ou biélorusse inconnu sous son casque.

    et en y repensant, étant donné le triste spectacle et les comportements récents des coureurs ces dernières années, c’est ça le plus étonnant !!

    0
    0
  6. Christophe

    En 1978, première victoire d’Hinault, il y avait 110 partants. Il y en a le double aujourd’hui. Je pense que c’est aussi une cause des nombreuses chutes, je n’ai pas le souvenir qu’il y a trente ans les chutes pesaient à ce point sur la course.

    0
    0
  7. legafmm

    Quelle journée effroyable, ce Tour de France 2011 est une course par élimination, combien de favoris seront présent à Paris ? Voeckler peut il conserver le paletot ?

    Ses performances sont tout bonnement hallucinantes, l’analyse de vayer montre qu’il faut rester prudent le concernant, hier il a encore tenu tête au peloton après la chute de hoogerland/flecha, après une longue journée passé à l’avant.

    Je me souviens aussi de l’étape de Cassel en mai, dominé de la tête et des épaules, passant de groupe en groupe tel un cancellara survolté.

    A cela s’ajoute les exploits de Kern lors du Dauphiné, cela commence à faire bcp pour cette équipe de copains, j’ai du mal a y croire.

    Surtout lorsque l’on voit le pauvre Casar incapable de sprinter à l’arrivée (il a même été lâcher par l’infatigable vendéen) alors qu’il sucait les roues depuis une bonne heure, non pour moi c’en est trop.

    Pour conclure carton rouge à Lequipe, la Une du jour (visible sur leur site web) montre un voeckler en jaune sur le podium, c’est un peu (bcp) indécent avec tous ses coureurs meurtris hier.

    J’aurais fait une belle place à l’image émouvante de hoogerland en larmes lorsqu’il reçoit son maillot si chèrement acquis (le pauvre sera sans doute incapable de le défendre), c’est clairement l’image du jour pour moi, bien plus que le maillot jaune du vendéen.

    0
    0
  8. Batrick P

    Plasthmatic

    A la une de L’Equipe, ce matin, « Voeckler ce héros », pleine page. De quoi dépend l’héroïsme… L’accident? Pertes et profits. Pour le héros aussi, témoin direct de l’accident, on ne peut plus direct, dont le grand enthousiasme en première intention à l’arrivée en fait un vrai winner. Tout le monde n’est pas comme ça. Je connais quelques personnes qui après voir vécu l’accident, auraient naturellement gardé de la mesure derrière. Sans qu’un conseiller en com’ ne vienne leur souffler.

    Pour te répondre

    Je ne pense pas que Prudhomme, Pescheux et consorts se réunissent pour ce dire « passons-là, il y aurait bien moyen que ça tombe ». Mais je n’en suis même pas sûr, on est parfois surpris de certains points de cynisme. Les enregistrements à la FFF, tu les entendus comme moi, Blanc et consorts à propos des joueurs de foot de couleur à écarter des sélections et stages des jeunes. La ministre peut bien tenter d’étouffer, de cibler un lampiste, les paroles, on les a entendues. Comme la cassette Méry, peut-être le temps viendra où une décision de justice en interdira sa diffusion.
    Je pense que ces gars ont une obsession: l’audimat. Plus qu’un obsession, des obligations. Il y a des financiers, il y a des parrains, des banquiers, des investisseurs qui sont présents pour une raison: le taux de retour d’investissement. Derrière, des mathématiciens, des économistes, des conseillers en image. Ils ne misent pas sans exiger des garanties. Chiffrées. Tu m’as compris. Un moyen d’obtenir ces chiffres d’audimat, dont de plus dépendent ceux du cout de la minute de pub, consiste à offrir des chutes. Un moyen sûr. Après, plus ou moins consciemment, il est facile de s’organiser pour ça. Je pense qu’ils le font, je pense même qu’ils le font en conscience, et même en bonne conscience, je n’affirme pas qu’il le font en concertation, ni le contraire, j’affirme que c’est présent lorsqu’on choisit les parcours, et qu’au moins ils ne se battent pas contre. Je leur fait ce… crédit, parce que sinon, par l’absurde et au vu de ce qu’ils offrent comme parcours, ce sont des idiots. Pour Pescheux je ne sais pas (ou plutôt si, à lire « sur autoroute, il y aurait autant de chutes », qu’il répond aux coureurs qui dénoncent les forts rétrécissements), mais Prudhomme, je ne crois pas qu’il soit idiot.

    Pour l’accident, oui, il se peut qu’il dise vrai. Maintenant, il y a les propos de Luis Leon Sanchez: « Beaucoup de voitures de l’organisation, avec des invités, nous ont dépassés très vite en nous frôlant de près. Nous savions que l’accident pouvait survenir: il faut que l’organisation en tienne compte. » (Vélo 101).
    J’aimerais qu’on pose ces questions à Prudhomme.
    Ces voitures dont parle Sanchez étaient-elles autorisées à doubler? Si non, ont-elles été sanctionnées? Si oui, même question (pour avoir frolé les coureurs! Si Sanchez dit vrai, l’avez-vous constaté? Qu’avez-vous fait en conséquence?
    Imagine-toi dans l’intensité de l’effort être perturbé par l’obligation de surveiller les véhicules derrière!

    A propos de ses « excuses ». C’est quoi, ce « on »? Ce que j’attends d’un chef responsable, c’est que, publiquement il présente SES excuses (avec le mot « je »), qu’il prenne sur lui la faute, et que en privé il sanctionne dans le droit le pilote, ET son ou ses passagers si le pilote est sous leur ascendance. Là, Prudhomme se décharge et le livre à la vindicte comme le responsable. C’est trop facile, il est gagnant-gagnant à tous les coups, il n’assume rien. Toutes ces voitures qui circulent dans la course sans lien avec la course, au prix forcément de la sécurité des coureurs, et des spectateurs, c’est bien lui le responsable, non?

    Le vélo à la télé, je ne regarde pas tant que ça. Les étapes du Tour, hormis quatre ou cinq (et encore, si je ne suis pas en randonnée à vélo), c’est le soir avec la télécommande pour accélérer dans la main. Tu dis que la sécurité fonctionne. A Vélochrono, ils ne disent pas ça: http://www.velochrono.fr/actu/2011/malaise-sur-le-tour/ et http://www.velochrono.fr/actu/2011/favoris-du-tour-qui-est-encore-la/ . Il y a aussi eu la moto qui a accroché 2 coureurs sur ce Tour.

    0
    0
  9. Batrick P

    Plasthmatic

    A la une de L’Equipe, ce matin, « Voeckler ce héros », pleine page. De quoi dépend l’héroïsme… L’accident? Pertes et profits. Pour le héros aussi, témoin direct de l’accident, on ne peut plus direct, dont le grand enthousiasme en première intention à l’arrivée en fait un vrai winner. Tout le monde n’est pas comme ça. Je connais quelques personnes qui après voir vécu l’accident, auraient naturellement gardé de la mesure derrière. Sans qu’un conseiller en com’ ne vienne leur souffler.

    Pour te répondre

    Je ne pense pas que Prudhomme, Pescheux et consorts se réunissent pour ce dire « passons-là, il y aurait bien moyen que ça tombe ». Mais je n’en suis même pas sûr, on est parfois surpris de certains points de cynisme. Les enregistrements à la FFF, tu les entendus comme moi, Blanc et consorts à propos des joueurs de foot de couleur à écarter des sélections et stages des jeunes. La ministre peut bien tenter d’étouffer, de cibler un lampiste, les paroles, on les a entendues. Comme la cassette Méry, peut-être le temps viendra où une décision de justice en interdira sa diffusion.
    Je pense que ces gars ont une obsession: l’audimat. Plus qu’un obsession, des obligations. Il y a des financiers, il y a des parrains, des banquiers, des investisseurs qui sont présents pour une raison: le taux de retour d’investissement. Derrière, des mathématiciens, des économistes, des conseillers en image. Ils ne misent pas sans exiger des garanties. Chiffrées. Tu m’as compris. Un moyen d’obtenir ces chiffres d’audimat, dont de plus dépendent ceux du cout de la minute de pub, consiste à offrir des chutes. Un moyen sûr. Après, plus ou moins consciemment, il est facile de s’organiser pour ça. Je pense qu’ils le font, je pense même qu’ils le font en conscience, et même en bonne conscience, je n’affirme pas qu’il le font en concertation, ni le contraire, j’affirme que c’est présent lorsqu’on choisit les parcours, et qu’au moins ils ne se battent pas contre. Je leur fait ce… crédit, parce que sinon, par l’absurde et au vu de ce qu’ils offrent comme parcours, ce sont des idiots. Pour Pescheux je ne sais pas (ou plutôt si, à lire « sur autoroute, il y aurait autant de chutes », qu’il répond aux coureurs qui dénoncent les forts rétrécissements), mais Prudhomme, je ne crois pas qu’il soit idiot.

    0
    0
  10. Batrick P

    Pour l’accident, oui, il se peut qu’il dise vrai. Maintenant, il y a les propos de Luis Leon Sanchez: « Beaucoup de voitures de l’organisation, avec des invités, nous ont dépassés très vite en nous frôlant de près. Nous savions que l’accident pouvait survenir: il faut que l’organisation en tienne compte. » (Vélo 101).
    J’aimerais qu’on pose ces questions à Prudhomme.
    Ces voitures dont parle Sanchez étaient-elles autorisées à doubler? Si non, ont-elles été sanctionnées? Si oui, même question (pour avoir frolé les coureurs! Si Sanchez dit vrai, l’avez-vous constaté? Qu’avez-vous fait en conséquence?
    Imagine-toi dans l’intensité de l’effort être perturbé par l’obligation de surveiller les véhicules derrière!

    A propos de ses « excuses ». C’est quoi, ce « on »? Ce que j’attends d’un chef responsable, c’est que, publiquement il présente SES excuses (avec le mot « je »), qu’il prenne sur lui la faute, et que en privé il sanctionne dans le droit le pilote, ET son ou ses passagers si le pilote est sous leur ascendance. Là, Prudhomme se décharge et le livre à la vindicte comme le responsable. C’est trop facile, il est gagnant-gagnant à tous les coups, il n’assume rien. Toutes ces voitures qui circulent dans la course sans lien avec la course, au prix forcément de la sécurité des coureurs, et des spectateurs, c’est bien lui le responsable, non?

    Le vélo à la télé, je ne regarde pas tant que ça. Les étapes du Tour, hormis quatre ou cinq (et encore, si je ne suis pas en randonnée à vélo), c’est le soir avec la télécommande pour accélérer dans la main. Tu dis que la sécurité fonctionne. A Vélochrono, ils ne disent pas ça: http://www.velochrono.fr/actu/2011/malaise-sur-le-tour/ et http://www.velochrono.fr/actu/2011/favoris-du-tour-qui-est-encore-la/ . Il y a aussi eu la moto qui a accroché 2 coureurs sur ce Tour.

    0
    0
  11. Yvan78

    il y a déjà eu un precedent en 77 avec lucien Van Impe dans l’alpe d’huez renversé par une voiture de la direction de course alors qu’il était en tête (bien que faiblissant).
    Le coureur reste un des moyens du spectacle et non la raison d’etre (casar le pense en tout cas).

    0
    0
  12. plasthmatic

    Legafmm, pour la une de l’Equipe, pleinement d’accord. Même pas été étonné, malheureusement.
    Pour le niveau exceptionnel de Voeckler, Patrick a posé les bonnes questions à Antoine Vayer, l’autre jour.
    Je viens d’ailleurs de répondre au grand (c’est mon copain quand même) par mail, histoire de pas vous ennuyer tous !
    Simplement, je lui disait en substance : t’a

    0
    0
  13. plasthmatic

    pardon, fausse manoeuvre, je sais pas ou j’ai appuyé ?!
    Bon, je laisse tomber, sans importance.

    Juste un truc : tout comme toi, Legafmm, pour Hoogerland.

    0
    0
  14. Zardoz

    Je ne pense que le parcours en tant que tel soit à blâmer : existe-t-il vraiment une alternative tellement plus sûre aux routes vues jusqu’à présent ? On va quand-même pas non plus faire des étapes 100% autoroutes. De toute façon on voit pire sur certaine classiques, les chutes en moins.

    Le problème, pour moi, c’est le zèle excessif des organisateurs à retarder au maximum les étapes sélectives. C’est naturel, il y a une tension qui attend la première vraie explication d’hommes à hommes entre les leaders pour retomber, les positions sont encore trop floues, d’où la nervosité du peloton. Si ça ne tenait qu’aux organisateurs, on finirait par se retrouver avec une étape pyrénéenne le dernier jeudi, une alpestre le dernier vendredi, un chrono le dernier samedi et basta, histoire de garder le suspense jusqu’au bout comme ils disent.

    0
    0
  15. VAYER

    Ça ne va pas sur le web et je ne peux peux pas transmettre via mail à Laurent, qu’il m’envoie un mail. Vive le Québec et le cycliste Libre(s) !

    J’ai couru avec Charly Mottet le Tour du Pilat. Le triple vainqueur du GP des Nations était le sélectionneur de l’équipe de France à San Sébastian en 97. Brochard, que j’entrainais, est sacré champion du monde de l’épreuve « en ligne ». Normal. Charly suit au « contre la montre » Jalabert. La veille, je lui donne un tableau à double entrée, chiffré, carré, pour renseigner le coureur via un mégaphone de sa moyenne infernale. « Jaja » est champion du monde aussi. Normal. Charly me rend le tableau : « C’est super ton « truc scientifique » ! ». Les Français étaient, à la fin des années 90, dites « EPO & co », à la page. Les chefs de bande étaient Virenque et Jalabert, visionnaire de l’équipe « Once », sponsor de la loterie espagnole pour les aveugles. Normal. Quatre fois n°1 mondial grâce à son entraineur de neuf ans, Manolo Saiz, qui finit sa carrière dans l’opération « puerto », avec des poches de sang et la police. Normal. Laurent, pour son œil avisé et services rendus à la patrie, est devenu l’inamovible sélectionneur français. Normal. Le commentateur vedette. Normal. J’ai alors parlé après 98 de la puissance, du couplage prodigieux force/vélocité. Anormal, même en tricolore. On a fait écrire à Charly, faible en maths mais nourri par la gamelle : « Les watts, piège à com’ ». Pourtant, tout le monde s’y est mis. Sur le Tour 2011, de Roy à Horner en passant par Vino, équipés de matériel embarqué, on visualise en direct ces watts sur le site « SRM live ». On les a calculés aussi indirectement avec Frédéric Portoleau, sur les cols apéros du Tour 2011, pour vérifier l’état sanitaire du peloton. C’est un piège à cons. Limpide quand la lecture se fait avec les produits associés comme les peptides qui donnent « la force ». La bêtise est à ceux qui, en place, la place. L’anormal, c’est quoi? L’analyse de sportsscientist.com, qui épluche la perf’ d’Horner, à Mur de Bretagne, montée courte de fin de 4ème étape : 453 watts pendant 4’16 s sur la côte finale. Il est déduit que, pour ce coureur de 39 ans, avec un rendement énergétique de 23%, cela correspond à une VO2 max de 87.5 ml/min/kg ! ( 85 de VO2 c’est comme une puissance de 410 watts dans un long col de fin d’étape de montagne : un seuil quasi avéré de dopage). Horner 16ème de l’étape, s’est cassé le nez derrière huit coureurs « anaérobies » plus puissants à 515 watts étalon menés par Gilbert. Ils auraient au-delà de 95 ! Hallucinant. Tout près de notre estimation lors de la montée de Verbier en 2009 de Contadormirdebout : 99.5 ! Athlètes sains de tous les pays, essayez de tester votre VO2 au-delà de 75 avec un masque échangeur de gaz « Oxycon ». Gilbert le maillot vert du meilleur sprinter se met à grimper, comme Jalabert le fit. A Super Besse : 2ème encore. C’est le roi des « Murs ». Normal. Dans celui de « Huy », sur la classique « Flèche Wallonne » en avril, il bat le record, en 2’44 en levant les bras bien avant la ligne. Celui des Rebellin, Di Luca, Valverde, les plus gros dopés du peloton. Jérémy Roy, échappé au long cours se fait toujours rattraper, même en développant 298 watts de moyenne sur des heures, l’équivalent des meilleurs triathlètes à Hawaï. Il va devoir retourner à ses études comme son collègue ingénieur de l’INSA JC Péraud, la meilleure chance française pour le général, avec lequel il partage le goût du dopage 0 et du vélo bio ( JC, XX à XX’ de XX au classement général, est peut-être le « vrai » maillot jaune). Du ventre mou, des osselets, plus à la page. Normal. Anormal c’est le collectif de 80 coureurs montant au train à 393 watts le col de la Croix ( 6 km à 6.06% de dénivelée) où Vinokourov, l’ex transfusé, a mis des gifles pendant 4’6s à 500 watts au peloton. C’est 23 coureurs à 31 km/h de moyenne dans la pente finale de Super Besse à 5.75% de dénivelée, derrière Rui Costa, le vainqueur qui revient d’une suspension pour usage de méthylhexanamine. C’est une foultitude d’Eddy Merckx côté potentiel athlétique qui mènent la bande 2011 à 41.909 de moyenne horaire après neuf étapes ( quel cru !). Une curée après des cures. Normal. L’étape de St Flour a remis en valeur comme en 2004 notre messie Voeckler dit « eau claire ». Avec, en étant échappé dés le matin, en moyenne 360 watts sur les principales difficultés du Pas de Peyrol et de Pra de Bouc. Gaffe ! C’est peut-être de l’eau de boudin , qui sait ? Le plus dur, c’est la chute. Même s’ils s’en relèvent, remarquez, aussi puissants qu’avant. Cocorico, y croire ? Le vélo, devant, n’est plus qu’un sport de force. Anormal. Des bandits, à la page, vont monter les grands chemins de cols vers Paris à plus de 410 watts avec des VO2 max de plus de 90. Il continue de chatouiller la sorcière. Normal qu’on lui jette des sorts.

    Antoine Vayer Antoine Vayer est professeur d’EPS, ancien entraineur de l’équipe Festina et expert de l’étude de la performance.

    0
    0
  16. Batrick P

    Est-ce Antoine Vayer qui poste sa chronique du jour ou quelqu’un d’autre? Histoire de savoir à qui on parle!

    Je me souviens de Jean-René Bernaudeau appelant à une peine d’un an de prison ferme contre Moses Duenas contrôlé positif à l’EPO au Tour il y a 2 ou 3 ans.
    Personnellement, je pense que oui, un homme peut tout à la fois faire ceci et organiser sinon couvrir le dopage à l’EPO d’un ou de ses coureurs. Toutefois, ce serait gros.

    La Voecklermania est en marche. Intouchable, déjà (bravo encore pour ton courage, Antoine!). L’Equipe, trois pages: une, deux, trois. On ne devrait pas tarder à voir débarquer Sarko!

    0
    0
  17. toutouille26

    oui voeckler écrase un peu trop les pédales, ça pue un peu la dope; ça reste du bricolage, des corticos, mais quand même
    on voit quand même les coureurs pas essouflés, tout contents, à l’arrivée; surement l’endurance
    patrick tu as une première réponse à tes questions sur voeckler!!
    Merci à Antoine vayer de nous faire part de ses articles, et à Laurent pour la qualité de son site

    0
    0
  18. toutouille26

    je viens de lire ton message après avoir posté le mien, bizarre quand même!!

    0
    0
  19. toutouille26

    Pas mal le coup de JC, les croix pour masquer les temps puis… les puissances au col… de la croix; pauvre JC, crucifié à mort et 27ème à 5min 32sec sans avoir fait la montagne

    0
    0
  20. p'tit Lucien

    Hé bien vu, Yvan78 ! Excellent référence!! En plus là, ça lui a probablement non seulement coûté l’étape mais aussi la victoire finale sur le Tour, alors qu’il était clairement le grand favori (durant cette courte transition entre les ères Merckx et Hinault). Ah, cette étape mythique, Madeleine, Glandon, Alpe d’Huez!! A une époque où on ne voyait tout qu’en noir-et-blanc, à la télé. D’ailleurs – j’étais gamin à l’époque – avant d’avoir vu pour la première fois une image en couleur du Tour, je m’étais longtemps imaginé que les pois du maillot du meilleur grimpeur (qui seyaient si bien au « P’tit Lucien » (au vrai)) étaient verts !
    Bon ok, ok, revenons au sujet. Les wattages suspects, vous disiez donc ?

    0
    0
  21. Ray Neuville

    Il y a belle lurette que les grands tours ne sont plus des événements sportifs. Ce sont maintenant des activités commerciales qui doivent rapporter. Aujourd’hui rien n’est laissé au hasard. Les chutes ne sont pas dues à des parcours alambiqués par des pulsions machiavéliques des traceurs. Il y a des chutes parce qu’il y a des intérêts pécunaires à défendre. Les équipes sont bâties par des spécialistes autour de spécialistes. Des baroudeurs pour des échappées afin de montrer leur belle tunique placardée, montés qu’ils sont, sur leur beau destrier. Il y a les sprinteurs qui vomissent toutes leur puissance après avoir été amenés sur leur rampe de lancement par leurs fidèles lieutenants. Il y a aussi et surtout les d.s. sous la gouvernent des sponsors qui vocifèrent dans les oreillettes qu’il est maintenant temps de faire rouler le peloton à 48 km/h pendant 2 minutes et 51 km/h pendant 6 minutes. Ainsi, l’échappée sera reprise en temps voulu pour le spectacle. Je persiste à croire que les chutes sont en bonne partie des dégâts collatéraux provoqués par toutes les technologies embarquées qui incitent les directeurs sportifs à amener à 55 km/h 150 coureurs agglutinés dans un mouchoir de poche. Un boyau qui déjante ou un léger dérappage par manque de concentration en pleine anaérobie et c’est la catastrophe. Les médias en feront leur choux gras.

    0
    0
  22. toutouille26

    Bien d’accord!(sauf pour la faute d’orthographe sur gouverne)

    0
    0
  23. Ray Neuville

    Message reçu Toutouille, il y en a au moins une autre à toute(s) leur puissance. Mille excuses!

    0
    0
  24. sylvain

    UNE PARTIE DE LA POPULASSE FRANCAISE INDIFFERENTE….

    0
    0
  25. Eric

    Bonjour,

    Et bien figurez-vous que j’entraine un sportif de 17 ans, sain, qui a fait un test VO2max à plus de 78… Avec masque pour mesurer l’échange gazeux. Donc, il est dopé ?

    Bien sûr que le cyclisme n’est pas propre…

    Mais mon dieu, j’ai peur qu’il progresse encore, naturellement, et qu’il passe pro, pour tomber dans les griffes de… M. Vayer.

    La généralité là, elle dépasse le côté scientifique du truc. Avant, je pensais que les propos de M. Vayer n’étaient pas là uniquement dans un but de vendre des torchons. Je me suis trompé…

    Salutations.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.