Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Le nouveau calendrier mondial décortiqué

Jeudi dernier, l’UCI a rendu public le nouveau calendrier mondial du cyclisme professionnel. C’est un événement important puisqu’il marque un renouveau dans le cyclisme après quatre années de déchirement entre l’instance internationale du cyclisme et les organisateurs des trois grands tours qui contestaient l’ex Pro-Tour. Retour sur ce calendrier pour bien en comprendre le fonctionnement.

En gros, le nouveau calendrier mondial du cyclisme servira de base à un nouveau classement des coureurs et des équipes, classement établi selon les épreuves incluses dans ce calendrier mondial. Ces épreuves sont de deux types: ProTour ou "historiques", témoignant du compromis partiel conclu entre les deux parties en litige.

L’UCI conserve ainsi les bases de son système ProTour à même le calendrier mondial : 18 équipes licenciées en 2009, l’obligation pour ces équipes de participer à toutes les épreuves ProTour du calendrier mondial (mais pas aux épreuves dites "historiques") et la poursuite d’une volonté à "internationaliser" le cyclisme. C’est ainsi que des épreuves comme le Tour de Pologne, la Vettenfall Cyclassics et le Tour de Sochi, nouvelle épreuve par étapes en Russie mais dont les dates sont toujours inconnues, sont introduites au calendrier mondial, volet ProTour.

Les organisateurs des trois grands tours voient pour leur part leurs épreuves incluses de nouveau dans un calendrier mondial officiel servant de base à l’établissement d’un classement des coureurs et des équipes. Ils conservent également leur capacité de sélectionner eux-mêmes les équipes invitées sur leurs épreuves, ce qui est un des points fondamentaux de l’accord.

Des incertitudes demeurent encore quant aux autorités responsables des contrôles anti-dopage sur les différentes épreuves de ce classement mondial.

L’établissement du classement mondial des coureurs se fera selon un système de points, un peu à l’image de celui qui prévalait pour l’ex-classement FICP et qui prévaut depuis plusieurs années déjà dans… le pool de cyclisme de La Flamme Rouge ! Les similarités entre les deux systèmes de pointage sont d’ailleurs frappantes, comme si l’UCI s’était inspirée du populaire petit jeu de ce site pour établir les bases de son système de points.

Le Tour de France rapportera à son vainqueur le plus grand nombre de points (200), suivi du Giro et de la Vuelta. Jusque là, pas de surprise. On pourra toutefois contester le fait qu’une victoire au Tour de Suisse ou au Dauphiné-Libéré rapportera le même nombre de points qu’une victoire sur Paris-Roubaix ou au Tour du Bénélux. Il me semble qu’une semaine d’efforts sur le montagneux Tour de Suisse devrait rapporter davantage de points qu’une course d’un jour – qu’elle soit aussi prestigieuse que Paris-Roubaix – ou que le Tour de Bénélux, dont le prestige et le plateau de coureurs sont habituellement moindres.

On pourra enfin se surprendre que des épreuves comme l’Amstel ou la Flèche Wallonne, des épreuves prestigieuses selon moi puisqu’inscrite au calendrier du cyclisme professionnel depuis fort longtemps et très prisées des coureurs, rapporteront le même nombre de points que des épreuves comme la Vattenfall Cyclassics ou la Classica San Sebastian…

Quoi qu’il en soit, le classement des coureurs sera disponible chaque début de semaine suivant une épreuve et établira donc une valeur – basée sur la performance – pour chaque coureur. Rappelons que des classements de la sorte comme le classement FICP avaient été abandonnés en raison de leurs effets pervers, notamment parce qu’ils étaient utilisés pour établir les salaires des coureurs. Les coureurs dit "domestiques" ayant peu de chance de marquer des points à ce type de classement, ils étaient défavorisés par rapport aux coureurs de premier plan lorsque venait le temps de négocier les contrats. Autre effet pervers, il était jugé que ce type de classement augmentait la tentation du dopage, ceci tout simplement parce que les coureurs ont besoin de points pour négocier leurs contrats.

Bilan ? Ce nouveau classement mondial a ceci de bon qu’il donne l’image d’un cyclisme de nouveau uni autour d’un calendrier de course commun. C’est donc un pas dans la bonne direction pour le sport lui-même. Ceci étant, son examen minutieux donne vraiment l’impression qu’il s’agit en quelque sorte que d’un artifice découlant de deux entités profondément divisées mais qui ont décidé de préserver les apparences. L’UCI campe sur son ProTour et les organisateurs des trois grands tours sur leurs revendications. Enfin, ce nouveau classement mondial des coureurs pourrait faire ressurgir les dérives passées parce qu’il donne encore une fois trop d’importance aux coureurs qui "font des places" sur les épreuves au détriment de ceux qui s’y donnent corps et âme pour un leader.

Les épreuves du calendrier mondial:

Tour Down Under
Paris-Nice
Tirreno-Adriatico
Milan San Remo
Tour des Flandres
Tour du Pays Basque
Gand-Wevelgem
Paris-Roubaix
Amstel Gold Race
Flèche Wallonne
Liège-Bastogne-Liège
Tour de Romandie
Tour d’Italie
Tour de Catalogne
Critérium du Dauphiné Libéré
Tour de Suisse
Tour de France
Classica San Sebastian
Tour de Pologne
Vattenfall Cyclassics
Tour du Bénélux
GP de Plouay
Tour d’Espagne
Tour de Sochi
Tour de Lombardie

Partager

Précédent

Entrevue avec Dominique Perras

Suivant

Pool 2009: faites vos jeux!

  1. aplg

    globalement d’accord. le site cquotient, que vous citez aussi, apporte beaucoup (basé sur un jeu en flamand, si j’ai bien compris).
    il reste deux points :
    – quelle incitation ou récompense pour les coureurs ? à l’époque du « (super)prestige pernod », le sponsor accordait quelque chose, et hinault allait ainsi courir en lombardie. un classement pour l’honneur (si on peut dire, vu ses leaders actuels)?
    – la légitimité des épreuves. en lisant les compte-rendus des tours de pologne et du bénélux, franchement, l’ennui s’impose ; sans parler des parcours et de la sécurité. je crois que le cyclisme doit valoriser ses épreuves traditionnelles, puis renouveler son public. la pologne, sur les terres de la course de la paix, ce n’est pas vraiment une ouverture.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.