La saga VDB

Diverses nouvelles ce matin dans le monde du cyclisme :

1 – L‘quipe publie l’analyse d‘ric Boyer, cet ancien coureur pro qui fut équipier de Greg LeMond en 1990 chez Z lors de la 3e victoire de l’Américain. On est généralement d’accord avec lui, sauf sur la critique concernant la passivité de l’équipe T-Mobile. Il est bien dommage que Boyer n’ait pas vu ou dit que lorsque T-Mobile attaquait, c’est deux équipes, CSC et US Postal, qui leur courraient après! La faute est donc davantage sur CSC qui s’est contenté d’assurer la 2e place de Basso plutôt que d’essayer d’aller chercher la 1ere.

2 – Sur Cyclismag, on publie une courte entrevue avec Simeoni, qui nous apprend notamment que Nardello fut véhément à son encontre lorsqu’il fut repris par le peloton vendredi matin dernier, et que Paolo Bettini l’a au contraire soutenu par des mots d’encouragements. Cela laisse sous entendre que Paolo serait peut-être énervé par la domination d’Armstrong…

3 – Gros problème chez Franck Vandenbroucke hier puisqu’il semble avoir pété les plombs une nouvelle fois. Une dispute familiale avec sa conjointe italienne Sarah aurait nécessité l’intervention de la police, VDB ayant utilisé un fusil de chasse pour tirer en l’air! Il aurait également menacé de se suicider. Rien ne va plus pour ce coureur, récemment en brouille avec GianCarlo Ferreti en raison de sa non-participation au Tour du Portugal. Au delà du fait que son contrat ne sera assurément pas renouvellé chez Fassa Bortolo à la fin de l’année, c’est la santé mentale de cet homme qui inquiète franchement. L’internement en psychiatrie n’est plus très loin (si ce n’est pas déjà fait) et c’est probablement la fin – bien triste – de la carrière d’un coureur pourtant perclu de talent. Franck demeure en effet à ce jour le seul coureur à avoir passé la Redoute sur la plaque dans L-B-L en 1999. Quel gchis incroyable!

4 – On attend toujours les sanctions dans le cas de l’affaire Millar, son titre de champion du monde du clm acquis à Hamilton en octobre dernier étant également dans la balance. Récemment licencié de Cofidis, Millar risque 2 ans de suspension, ce qui serait dramatique pour ce coureur. On aime cependant le repenti sincère de David qui a toute notre estime pour avoir osé parler. Car David n’est pas différent des autres, il a simplement avoué. Il souhaite travailler dans l’avenir auprès des jeunes coureurs pour leur éviter ce qu’il a connu depuis 2001.

9 Commentaires

  1. luc
    Soumis le 27 juillet 2004 à 8:50 | Permalien

    C’est tout le problème de la lutte anti dopage:les seuls à derouiller sont ceux qui avouent.Dommage pour Millar qui est un mec sympa,et qui n’avait pas besoin de la chimie pour etre bon.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  2. luc
    Soumis le 27 juillet 2004 à 8:50 | Permalien

    C’est tout le problème de la lutte anti dopage:les seuls à derouiller sont ceux qui avouent.Dommage pour Millar qui est un mec sympa,et qui n’avait pas besoin de la chimie pour etre bon.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  3. luc
    Soumis le 27 juillet 2004 à 8:50 | Permalien

    C’est tout le problème de la lutte anti dopage:les seuls à derouiller sont ceux qui avouent.Dommage pour Millar qui est un mec sympa,et qui n’avait pas besoin de la chimie pour etre bon.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  4. erickk
    Soumis le 27 juillet 2004 à 1:15 | Permalien

    Je ne suis pas d’accord avec ton analyse concernant l’article de Boyer. Les TMO n’ont effectivement pas attaqué quand il le fallait.

    Au lieu de laisser le festival Virenque, le 14 Juillet, certains auraient pu anticiper les Pyrénées. Les Roses oui, mais que dire des Oranges ?! J’ai été fortement déçu de cette étape.

    On peut pas reprocher les autres de contrer : c’est la course. Et pour CSC, très franchement, on voit bien que ces coureurs, forts méritants au demeurant, sont téléguidé par Riis. Un Voigt étincelant par exemple et assez combatif merci, on voit bien (trop ?) qu’il sait obéir aux ordres.

    J’en reviens à la boutade de C. Prudhomme : à quand une étape sans roadbook et sans oreillette ? On s’en régale d’avance !

    Erickk

    PS : pour Siméoni, il me semble qu’il a passé du temps avec Ludo de la RAGT (je crois à moins que ce ne fut un autre). En tout cas, c’est un geste qui restera dans les annales, autant que le geste d’Armstrong quand Ullrich avait culbuté en 02 (?) dans le fossé et que des écahppés en avait profité avant d’être rappellé à l’ordre. Sauf que cet fois, le robot n’en sort pas grandi…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  5. erickk
    Soumis le 27 juillet 2004 à 1:15 | Permalien

    Je ne suis pas d’accord avec ton analyse concernant l’article de Boyer. Les TMO n’ont effectivement pas attaqué quand il le fallait.

    Au lieu de laisser le festival Virenque, le 14 Juillet, certains auraient pu anticiper les Pyrénées. Les Roses oui, mais que dire des Oranges ?! J’ai été fortement déçu de cette étape.

    On peut pas reprocher les autres de contrer : c’est la course. Et pour CSC, très franchement, on voit bien que ces coureurs, forts méritants au demeurant, sont téléguidé par Riis. Un Voigt étincelant par exemple et assez combatif merci, on voit bien (trop ?) qu’il sait obéir aux ordres.

    J’en reviens à la boutade de C. Prudhomme : à quand une étape sans roadbook et sans oreillette ? On s’en régale d’avance !

    Erickk

    PS : pour Siméoni, il me semble qu’il a passé du temps avec Ludo de la RAGT (je crois à moins que ce ne fut un autre). En tout cas, c’est un geste qui restera dans les annales, autant que le geste d’Armstrong quand Ullrich avait culbuté en 02 (?) dans le fossé et que des écahppés en avait profité avant d’être rappellé à l’ordre. Sauf que cet fois, le robot n’en sort pas grandi…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  6. erickk
    Soumis le 27 juillet 2004 à 1:15 | Permalien

    Je ne suis pas d’accord avec ton analyse concernant l’article de Boyer. Les TMO n’ont effectivement pas attaqué quand il le fallait.

    Au lieu de laisser le festival Virenque, le 14 Juillet, certains auraient pu anticiper les Pyrénées. Les Roses oui, mais que dire des Oranges ?! J’ai été fortement déçu de cette étape.

    On peut pas reprocher les autres de contrer : c’est la course. Et pour CSC, très franchement, on voit bien que ces coureurs, forts méritants au demeurant, sont téléguidé par Riis. Un Voigt étincelant par exemple et assez combatif merci, on voit bien (trop ?) qu’il sait obéir aux ordres.

    J’en reviens à la boutade de C. Prudhomme : à quand une étape sans roadbook et sans oreillette ? On s’en régale d’avance !

    Erickk

    PS : pour Siméoni, il me semble qu’il a passé du temps avec Ludo de la RAGT (je crois à moins que ce ne fut un autre). En tout cas, c’est un geste qui restera dans les annales, autant que le geste d’Armstrong quand Ullrich avait culbuté en 02 (?) dans le fossé et que des écahppés en avait profité avant d’être rappellé à l’ordre. Sauf que cet fois, le robot n’en sort pas grandi…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  7. erik zabel
    Soumis le 27 juillet 2004 à 3:40 | Permalien

    On a beaucoup critiqué les T-Mobile pour leur passivité(effectivement, Vinokourov n’aurait pas été de trop…)mais quand vous voyez quand il ne reste qu’une quinzaine de coureur dans la côte finale dont Azevedo, Hincapie, Landis et Rubiera(alors qu’Ullrich, Hamilton, heras et d’autres sont lchés) il y a de quoi avoir quelques difficultés à démarrer.

    Dans l’étape de Villard de Lans, Armstrong était déjà assuré de la victoire. Ullrich en profite pour démarrer et que ce passe-t-il? Voigt donne toutpour revenir sur lui pour assurer la deuxième place de Basso. Lui-même annonçant qu’il n’attaquerait pas Armstrong tant que celui-ci ne l’aura pas attaqué…Cette réaction des CSC est d’autant plus étonnante que Riis semble avoir oublié qu’Ullrich a très largement contribué à sa victoire sur le Tour 1996.

    Après cela, il y’a de quoiperdre la motivation.

    On peut critiquer la T-Mobile mais il n’y’a pas de quoi être fier chez CSC.

    En revenant au fameux travail de Voigt, Basso n’aurait-il pas dit”peut importe la 2ème ou la troisième place, du moment que je suis sur le podium”. S’il pense ce qu’il a dit, pourquoi donc faire rouler se équipiers pour gagner une place au général?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  8. erik zabel
    Soumis le 27 juillet 2004 à 3:40 | Permalien

    On a beaucoup critiqué les T-Mobile pour leur passivité(effectivement, Vinokourov n’aurait pas été de trop…)mais quand vous voyez quand il ne reste qu’une quinzaine de coureur dans la côte finale dont Azevedo, Hincapie, Landis et Rubiera(alors qu’Ullrich, Hamilton, heras et d’autres sont lchés) il y a de quoi avoir quelques difficultés à démarrer.

    Dans l’étape de Villard de Lans, Armstrong était déjà assuré de la victoire. Ullrich en profite pour démarrer et que ce passe-t-il? Voigt donne toutpour revenir sur lui pour assurer la deuxième place de Basso. Lui-même annonçant qu’il n’attaquerait pas Armstrong tant que celui-ci ne l’aura pas attaqué…Cette réaction des CSC est d’autant plus étonnante que Riis semble avoir oublié qu’Ullrich a très largement contribué à sa victoire sur le Tour 1996.

    Après cela, il y’a de quoiperdre la motivation.

    On peut critiquer la T-Mobile mais il n’y’a pas de quoi être fier chez CSC.

    En revenant au fameux travail de Voigt, Basso n’aurait-il pas dit”peut importe la 2ème ou la troisième place, du moment que je suis sur le podium”. S’il pense ce qu’il a dit, pourquoi donc faire rouler se équipiers pour gagner une place au général?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  9. erik zabel
    Soumis le 27 juillet 2004 à 3:40 | Permalien

    On a beaucoup critiqué les T-Mobile pour leur passivité(effectivement, Vinokourov n’aurait pas été de trop…)mais quand vous voyez quand il ne reste qu’une quinzaine de coureur dans la côte finale dont Azevedo, Hincapie, Landis et Rubiera(alors qu’Ullrich, Hamilton, heras et d’autres sont lchés) il y a de quoi avoir quelques difficultés à démarrer.

    Dans l’étape de Villard de Lans, Armstrong était déjà assuré de la victoire. Ullrich en profite pour démarrer et que ce passe-t-il? Voigt donne toutpour revenir sur lui pour assurer la deuxième place de Basso. Lui-même annonçant qu’il n’attaquerait pas Armstrong tant que celui-ci ne l’aura pas attaqué…Cette réaction des CSC est d’autant plus étonnante que Riis semble avoir oublié qu’Ullrich a très largement contribué à sa victoire sur le Tour 1996.

    Après cela, il y’a de quoiperdre la motivation.

    On peut critiquer la T-Mobile mais il n’y’a pas de quoi être fier chez CSC.

    En revenant au fameux travail de Voigt, Basso n’aurait-il pas dit”peut importe la 2ème ou la troisième place, du moment que je suis sur le podium”. S’il pense ce qu’il a dit, pourquoi donc faire rouler se équipiers pour gagner une place au général?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Fouillez nos archives!