La chute du Kaiser

La nouvelle du jour est évidemment la retraite de Jan Ullrich, annoncée aujourd’hui par le principal intéressé lors d’une conférence de presse tenue à Berlin. C’est selon nous un jour triste dans le monde du cyclisme, Jan Ullrich quittant en quelque sorte par la petite porte, impliqué dans l’affaire Puerto en juillet dernier et qui lui colle à la peau depuis. Incapable de se retrouver une équipe intéressante malgré quelques propositions probablement largement inférieures (en terme salarial) à sa valeur propre, Ullrich a préféré arrêter les frais dès maintenant. S’il a commis de nombreuses erreurs en cours de carrière, sachons reconnaître qu’il prend là probablement la meilleure décision de sa carrière. Pourquoi? Parce que cette retraite lui évite probablement de se retrouver dans la spirale infernale qu’a connu Marco Pantani, soupçonné de dopage sans jamais avoir été pris positif lui aussi. Car c’était bien la suspicion, les soupçons et l’idée d’être un bouc émissaire, de payer pour tout le monde, qui ont tué Pantani. Ullrich décide de dire stop avant de vivre la même chose, très certainement. Basso a eu la chance de recevoir une offre intéressante des Américains de Discovery et de relancer sa carrière loin de l’Europe. Comment ne pas penser que l’UCI ne fait décidemment pas son travail en ne mettant pas davantage de pression pour que les affaires Puerto et Landis aboutissent ? Si les tests sont fiables et les coureurs positifs, on devrait pouvoir les suspendre rapidement. Si les tests sont contestables, il faut rapidement investir pour les perfectionner et ainsi se donner les moyens d’assainir le sport. Mais dans les deux cas, il faut faire quelque chose, la situation actuelle n’étant plus tolérable. Quoi qu’il en soit, nous sommes d’avis que le cyclisme perd aujourd’hui un surdoué qui n’a malheureusement pas su se donner les moyens d’accomplir ce qu’il aurait pu accomplir dans le vélo compte tenu de ses moyens physiques. Car que reste-t-il d’autre chez les observateurs attentifs du cyclisme qu’un amer goût d’inachevé dans le cas de Jan Ullrich ? Il laisse néanmoins un palmarès qui force le respect: champion du monde amateur à Oslo pendant qu’un certain Lance Armstrong gagnait l’épreuve professionnelle, on le retrouvait déjà 2e du Tour en 1996, derrière Riis. Il remportera sa plus belle victoire, le Tour de France, l’année suivante alors qu’il n’avait que 24 ans, dominant Virenque et Pantani. À ce moment, pour les observateurs du cyclisme, l’avenir lui appartient et certains vont même jusqu’à prédire qu’Ullrich sera le premier coureur à battre le record de 5 victoires sur le Tour alors détenu par Anquetil, Merckx, Hinault et Indurain. Sa victoire au Tour 1997 restera pourtant sa seule. Comment ne pas penser que ce succès lui monta quelque peu à la tête ? Ayant connu une enfance difficile, ayant quitté sa mère (son père était absent) très tôt pour intégrer une école des sports est-allemande, il était peut-être normal que le jeune homme veuille s’épanouir un peu et profiter de tout ce que lui apportait la vie après sa victoire sur le Tour. D’un mental très influençable, Ullrich allait connaître un hiver catastrophique en 1997-98 et allait se présenter en mars avec un important surplus de poids, une situation qui se reproduira presqu’à chaque année durant sa carrière. Ce manque de sérieux durant les inter-saisons lui aura coûté un palmarès plus important, notamment sur les courses d’un jour au mois d’avril. Car nous sommes convaincus qu’il aurait pu remporter des Ardennaises sans problème… On retiendra enfin que depuis sa victoire sur la Grande Boucle en 1997, il terminera encore 4 fois sur la deuxième marche de l’épreuve et une fois sur la troisième, en faisant le véritable Poulidor des temps modernes. De 1998 à 2006, il signera quelques autres victoires prestigieuses, notamment le titre olympique en 2000 à Sydney, la Vuelta en 1999 ainsi que deux titres de champion du monde du clm, en 1999 et 2000. Ullrich n’aura enfin connu que deux équipes dans sa carrière, T-Mobile (auparavant nommée Deutsche Telekom) de 1996 à 2002 et de 2004 à 2006, ainsi que Bianchi en 2003. Il sera resté fidèle jusqu’au bout à quelques hommes de confiance, notamment son entraineur Peter Becker et son directeur sportif Rudy Pavenage. Ullrich devrait rester impliqué dans le cyclisme auprès de l’équipe continentale autrichienne Volksbank en tant que représentant.

19 Commentaires

  • Rafaël
    Soumis le 28 février 2007 à 3:02 | Permalien

    Ulle est la dernière victime d’Al Qaida. Sans les attentats de Madrid, le PP aurait conservé le pouvoir en Espagne. Or, pas de Zapatero, pas d’opération Puerto ! Le Kaiser se serait retiré sur un deuxième Tour de France, neuf ans après… Sur LFR, tout le monde irait de son commentaire sur les trois Tours que le Boss lui a volé. L’Allemagne, Scharping inclu, se pâmerait pour son héros. Fignon exhorterait les coureurs français à s’entraîner plus. Pas d’affaire Landis non plus (ou alors pour l’anecdote, qui se soucierait de cette viande de demi choix ?). Le battement d’aile d’un papillon… Non vraiment, on est passé à côté du bonheur. Fumiers de terroristes !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Thierry Lemaire
    Soumis le 28 février 2007 à 5:35 | Permalien

    Al Qaida sunnite ou chiite ?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • alain39
    Soumis le 28 février 2007 à 7:32 | Permalien

    Voila c’est fini, comme le chantait le Groupe Telephone, il est maintenant de l’autre cote, celui des retraites nantis.
    Sacre Rafael toujours l’analyse affutee comme une lame de rasoir et le pire c’est que meme en voulant jouer de la provocation c’est pas si faux que ca.
    Puerto a permis de prendre conscience de 2 choses.
    La 1er la gangrene du dopage est immense et le nb de coureurs concernes est important. L’omerta demeure et 8 ans apres l’affaire festina on se rend compte que rien ou prou n’a change dans le microcosme du cyclisme.
    Par ailleurs, l’UCI a demontre une incompetence notoire car comment expliquer qu’un Basso s’en sorte et pas un Ullrich.
    Depuis belle lurette le secret medical aurait du etre leve et les soit disant victimes ainsi que l’UCI auraient du poursuivre le fameux docteur fuentes pour diffamation et atteinte portee a l’image de marque du cyclisme.
    point neni tout le monde joue sur les vices de procedures et autres paravents judiciaires. De son cote l’UCI joue la montre et laisse les juges se depetrer dans cet imbroglio juridico politico sportif.
    le fait que les Basso et consorts n’aient pas poursuivi le docteur Fuentes pour diffamation est presque un aveu, car qui de nous n’aurait pas poursuivi un docteur qui en se murant dans le silence nous fait accuser de choses dont nous ne sommes pas responsables.
    Des le 1er jour nous aurions spontanement propose de donner notre sang et demande le controle ADN fort de notre certitude d’etre innocent.
    Ullrich est un des symboles de cette derive medicamenteuse. Le cyclisme est en souffrance et malheureusement le seul depart en retraite d’Ullrich ne va pas changer les choses.
    Ceci etant ce gars avait un gros moteur, et son palmares est bien en deca de ses capacites tant a cause du dopage qui a nivelle les niveaux en tendant a faire disparaitre les disparites physiologiques naturelles qu’en raison de l’argent qui lui a coupe ses ambitions.
    Depuis le debut ce gars a demontre des qualites de champion lesquelles sont demeurees les memes tout au long de sa carriere a la difference des Riis, Armstrong, Jalabert,Indurain, vino.
    Depuis le debut ce gars etait un coureur ultra puissant qui passait les cols en force et disposait de qualites de rouleur hors normes.
    On doit garder a l’esprit que le meme Ullrich dans les annees 80 aurait un tout autre palmares, car ses qualites naturelles lui auraient permis de dominer les courses de 3 semaines. D’ailleurs des duels Ullrich Hinault auraient eu de la gueule.
    Ceci etant, je ne vais pas le regretter car il a subi mais egalement profite du systeme et puis il incarne quelque part ce cyclisme sans foi ni loi ou le mensonge fait office de religion.
    C’est peut etre dommage car a une autre epoque ce mec aurait peut etre ete attachant.
    Le cyclisme de laboratoire aura donne naissance a des champions sans dimension humaine et donc dans lesquels nous ne nous reconnaissons pas.Qui de nous peut s’identifier a ces surhommes qui de leur pedalee robocopisee repoussent les frontieres du naturel et ce sans meme avoir le souffle court.
    Ullrich est un membre de ce cyclisme lunaire et je lui souhaite un bon retour dans la vie des hommes, la vrai celle ou la solutions aux pbs ne se trouve pas dans les tiroirs d’un laboratoire.
    Bonne chance Herr Ullrich.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Rafaël
    Soumis le 28 février 2007 à 7:34 | Permalien

    Pour le coup des sunnites, mais c’est sa faute aussi au Gros. Avec toutes les saucisses qu’il baffrait pendant l’hiver, ils ont dû croire à une provocation. Et je ne parle même pas de la bière ! Parce que pour le reste, le Prophète n’a jamais interdit l’EPO, l’insuline et les hormones de croissance… ce qui reste du peloton peut rouler tranquille.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Soumis le 28 février 2007 à 8:46 | Permalien

    Ullrich est un membre de ce cyclisme lunaire et je lui souhaite un bon retour dans la vie des hommes, la vrai celle ou la solutions aux pbs ne se trouve pas dans les tiroirs d’un laboratoire.
    tout à fait d’accord, helas pour lui et les autres, on ne sort pas de dix ans de toxicomanie en claquant des doigts(la preuve,il se fait engager dans la foulée!!)

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • alain39
    Soumis le 28 février 2007 à 11:27 | Permalien

    avez vous lu velo 1001.
    Ullrich confirme ne s’etre jamais dope et se refuse a donner son ADN pretextant qu’il ne veut pas etre traite comme un criminel.
    La lecture de cet article confirme bien que nous n’avons pas a regretter son depart en retraite. Si ca n’est pas un aveu je m’y trompe. Pb c’est que cet ete on va avoir a supporter le spectacle du missile Basso qui comme Ullrich devrait avoir pris sa retraite.
    Y a pas de bon dieu pour les fans de cyclisme , on arrive decidemment pas a sortir du cancer du dopage et ce malgre nos incantations.
    Que voulez vous l’UCI n’a pas le temps de faire le menage trop occupee a se livrer a des actes de chantage contre ASO.
    Si certains avaient encore des doutes sur les motivations de l’UCI ils doivent etre dissipes car le chantage est l’arme utilisee pour les extorctions de fonds et donc l’UCi est bien en train de mener un casse sur les organisateurs des plus belles epreuves du calendrier.
    Honte a ces gens et il serait temps de proceder au nettoyage de printemps et de virer les MAc Quaid et consorts.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • patrick B
    Soumis le 28 février 2007 à 12:27 | Permalien

    Message à Laurent. Un classement évolutif du pool 2007 est-il prévu?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Bark
    Soumis le 28 février 2007 à 1:44 | Permalien

    Alain, sauf à être de mauvaise foi, l’UCI est la fédération qui est allée le plus loin possible dans la lutte anti-dopage. Elle peut faire mieux …mais pas tout. Basso a été blanchi par sa fédération. Que peut légalement faire l’UCI dans ce dossier? Dans un monde normal, tout le monde doit respecter les règles établies. Souvent des criminels sont innocentés faute de preuves. Souhaite-tu que l’UCI outrepasse des décisions de justice?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • alain39
    Soumis le 28 février 2007 à 4:02 | Permalien

    il est pourtant simple pour l’UCI de mettre en place un reglement qui incorpore le controle longitudinal, le recours au controle ADN et qui prevoit des sanctions plus contraignantes notamment concernant les Ditrecteurs sportifs (suspensions, et apres 3 dossiers de dopage perte de la licence et plus le droit d’exercer).
    C’est le boulot de l’UCI de pondre des regles, non si je ne m’abuse.
    Qui plus est, l’UCI aurait du poursuivre le docteur Fuentes pour obtenir de sa part le nom de ses patients. En effet, comment un docteur obstetricien au depart peut justifier de suivre des sportifs hommes. Qui plus est son silence porte atteinte a tout un sport dont l’UCI se reclame garant des interets.
    Donc l’UCI avait des possibilites d’actions judiciaires contre le docteur fuentes qui a quand meme reconnu avoir traite des cyclistes.
    Tout ceci n’outrepasse nullement ni la loi ni les droits de l’UCI.
    Il est faux de donner tout le benefice de la lutte antidopage a l’UCI, La federation Internationale et les federations ont oeuvre en ce sens et les 1er controles sont bien anterieurs a l’UCI. L’UCi a herite de cet historique mais il faut bien reconnaitre que depuis quelques annees elle a bien leve le pied dans la lutte contre le dopage.
    Dans l’affaire Puerto je trouve l’UCI bien transparente alors que des que l’on parle de fric elle ne recule devant rien pas meme le chantage. Brandir des menaces est inqualifiable et s’assimile au comportement de voyous. Le chantage est reprehensible par la loi et en ce moment dans son contentieux avec les organisateurs l’UCI, tres clairement, outrepasse ses droits.
    Tant qu’a faire j’aurai prefere un tel comportement contre le dopage.
    Basso a certes ete blanchi par sa federation mais si l’UCI des le debut de l’affaire puerto avait pris les mesures qui s’imposaient (controle ADN et verification par rapport aux poches de sans saisies dans l’affaire puerto a compter du 1er janvier 2007) tres certainement que basso pointerait au chomage.
    Regardez Ullrich qui juste apres sa retraite clame son innocence mais ne veut plus donner son ADN. C’est bien la preuve de sa culpabilite.
    Le recours a l’ADN devient courant et meme applique dans le cadre de vols de scooter. Idem pour les recherches en paternite. Donc CQFD ceux qui jouent les vierges effarouchees et veulent se soustraire a un controle ADN doivent etre sanctionnes et perdre leur licence.
    desole mais si un jour une femme revendique une quelconque paternite a mon encontre je vais demander le controle ADN car cela permettra de rapidement etre fixe et donc de me couter moins cher.
    Au contraire les Basso, Ullrich choisissent les solutions judiciaires les plus longues et les plus couteuses. Juridiquement cela s’appelle des mesures dilatoires et tout bon professionnel sait que c’est une reconnaissance de responsabilite et que le defendeur veut juste gagner du temps.
    Voial l’UCI avait de smoyens d’agir mais c’est bien garde de le faire, alors que les evenements nous montrent que lorsque l’on parle de fric facile elle ne recule devant rien que ce soit des actions judiciaires en abus de position dominante ou encore meme de vulgaires actes de chantage.
    L’UCI doit disparaitre au profit d’une instance qui sera dediee a la protection du cyclisme et non a son exploitation mercantile.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Rolan de Gilead
    Soumis le 28 février 2007 à 5:54 | Permalien

    Dès le début de l’affaire Puerto il fut reconnu que beaucoup d’athlètes de premier plan étaient impliqués, tennisman et footballeur notamment, qu’on fait ces fédérations et les organisateurs?

    Absolument rien.

    Et les fans de ces sports-là ne s’en portent que mieux.

    Leur plaisir est ailleurs que dans des positions morales ou des combats idéologiques qui n’apportent qu’aigreur et désintérêt.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Roger13
    Soumis le 1 mars 2007 à 6:44 | Permalien

    Quelle dose de naïveté faut-il pour croire que l’UCI lutte contre le dopage? Seule l’image compte pour elle. On ne peut pas aller plus loin dans l’hypocrisie. Mais je pense qu’ici, à part Bark, tout le monde le sait.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Rafaël
    Soumis le 1 mars 2007 à 7:27 | Permalien

    L’UCI est plus fataliste qu’hypocrite. Son problème n’est pas de ne rien faire contre le dopage, ce qui est faux (demandez à Tyler Hamilton, Oscar Camenzind ou Danilo Hondo…) mais de ne pas y croire. L’UCI est, en ce sens, parfaitement représentative du monde du cyclisme professionnel. Un monde ou Floyd Landis peut aller, une accréditation autour du cou, saluer ses anciens équipiers de la Phonak, le jour de l’arrivée de la Vuelta sans que cela ne choque personne. Ni les officiels, ni le management, ni les coureurs… À la même époque, le tennisman argentin Guillermo Canas, en cours de suspension, était interdit d’entrée dans l’enceinte de Flushing Meadows. De mémoire, la seule fois où les coureurs ont mis pied à terre pour exiger l’exclusion de l’un des leurs, nous ramène à un Giro du début des années 90 : là pour le coup, Verbruggen avait du mal à cacher que la lutte anti-dopage s’arrêtait avec son chouchou de l‘époque : Gert-Jan Theunisse.
    Tout ça pour dire que c’est les coureurs qui ont les clefs de l’avenir de leur sport. C’est à eux d’exclure les tricheurs, c’est à eux de fixer des limites aux organisateurs, c’est à eux de remettre l’UCI à sa place.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Roger13
    Soumis le 1 mars 2007 à 8:19 | Permalien

    Seulement quand elle ne peut pas faire autrement l’UCI veut donner l’impression qu’elle lutte contre le dopage. Le cas Hamilton était trop flagrant malgré la “permission” qu’on lui octroyait. Elle pouvait bien utiliser le cas de ces coureurs de renom pour essayer redorer l’image du cyclisme. Jamais elle ne se serait attaqué à Armstrong. Elle veut laisser entendre qu’il y a quelques “brebis galeuses” mais que la majorité est “propre”. Le cas Hamilton peut servir à ça. J’ai quand même plus de confiance en Monsieur Pound et l’AMA que l’UCI a essayé de discréditer.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Bark
    Soumis le 1 mars 2007 à 11:26 | Permalien

    L’UCI n’a aucun moyen de poursuivre le Dr Fuentes…
    “Il est faux de donner tout le benefice de la lutte antidopage a l’UCI, La federation Internationale et les federations ont oeuvre en ce sens et les 1er controles sont bien anterieurs a l’UCI.” Qui a dit ça?
    “l est pourtant simple pour l’UCI de mettre en place un reglement qui incorpore le controle longitudinal,” L’actualité française nous démontre que ce n’est pas la panacée.
    L’affaire Puerto a été déclenchée par une enquête de police et le juge n’a jamais permis que ni l’UCI ni aucune fédération ait accès aux poches de sang, que pouvait faire l’UCI même avec l’ADN?
    “Le recours a l’ADN devient courant et meme applique dans le cadre de vols de scooter.” C’est surement une note d’humour ça! Je pense qu’il faut que le scooter appartienne à ceux qui nous gouvernent. Sauf à penser que tu n’as pas autour de toi des gens qui se sont fait voler leur scooter.
    Roger, toutes les fédérations mondiales se battent pour maintenir leur image. Le dernier scandale en france touche le tennis où un violeur en série s’est balladé au vu et au su des responsables de la fédé. L’UCI peut être critiquée sur bien des choses mais vouloir faire croire que c’est en France et chez ASO qu’on n’a pas une approche mercantile du cyclisme est une vue de l’esprit.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Bark
    Soumis le 1 mars 2007 à 11:28 | Permalien

    UCI -ASO

    Dans ce conflit quels sont les positions sonnantes et trébuchantes des deux parties? (Ceux qui pensent que le conflit est lié au dopage , je connais déjà vos arguments)

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • marten
    Soumis le 1 mars 2007 à 12:17 | Permalien

    les retransmissions télévisées qui rapportent beaucoup à l’ASO.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • alain39
    Soumis le 1 mars 2007 à 12:54 | Permalien

    Cher Bark il y a eu plus de 20000 tests ADN fait en France au cours de l’annee passee.
    Je trouve ce chiffre plutot pas mal et pour sur cela confirme bien qu’ils n’ont pas ete appliques uniquement a des criminels comme le pretendent erronement les Ullrich et basso.
    Concernant l’UCI j’apprecie ton joli jeu de role qui veut que tu te deguises en avocat du diable. Mais force est de constater que les arguments sont legers, sauf a jouer de l’effet de miroir et renvoyer sur ASO et autres organisateurs les reproches faits a l’UCI.
    Il y a un bemol et pas des moindres ces 2 entites ont des fonctions biens distinctes. Et donc les reproches faits a l’UCI ne peuvent pas etre retournes a l’encontre des organisateurs. Seule l’UCI a une fonction de grand ordonnateur et est en charge de l’ediction des reglements internationaux. Idem pour la lutte contre le dopage.
    Et la l’UCI est plus qu’absente.
    Elle ne defend pas les interets du cyclisme ce qui est pourtant sa fonction premiere. L’UCI ne vise qu’une chose mettre la main sur tous les droits de retransmission et bien evidemment ceux qui sont a l’origine des grandes courses s’y opposent. Quoi de plus normal surtout que l’UCI faute de remplir sa mission originelle a perdu toute credibilite.
    Pour metter la main sur le pactole l’UCI essaye tant bien que mal de convaincre les equipes en leur faisant miroiter le partage des droits TV, et comme cela commenece a s’emousser elle a maintenant franchi le stade du chantage.
    malgre tout cela ou plutot a cause de tout cela les tricheurs continuent a courir, les reglements restent figes malgre les evolutions evidentes du dopage.
    Le requisitoire contre l’UCI peut faire plusieurs feuillets, mais surtout ce qui va la tuer (si elle reste en l’etat) c’est son manque de credibilite.
    Ses assets sont proches du 0, son patrimoine historique est plus que nul et ce contrairement aux organisateurs qui ont investis (bien souvent leur propre argent) sur des courses et qui en recuperent le benefice.
    Pour l’UCI ca sent le sapin, meme si noel est deja loin.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • En attendant la liste...
    Soumis le 1 mars 2007 à 10:45 | Permalien

    Alain,
    dans mon intervention, je te pose des questions, et tu ne réponds pas à ce que je vois.
    Contrairement à toi, je constate que le pourrissement actuel n’est pas de la responsabilité de l’UCI. Tous les acteurs sont concernés: UCI, courreurs, Equipes, organisateurs…
    Et contrairement à toi, la responsabilité des organisateurs (ASO) est au moins égale à celle d’ASO. La position de l’UCI se retrouve presque entièrement dans celle des autres fédérations internationales. La différence, dans le cyclisme, on a un monopole de fait sur les courses par des intèrêts financiers privés.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • alain39
    Soumis le 2 mars 2007 à 7:55 | Permalien

    Comme le veut le proverbe personne n’est plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.
    Juste un petit rappel l’UCI est en contentieux avec tous les organisateurs et pas uniquement ASO. C’est quand meme un signe qui trompe guere, il y a vraiment un malaise quand on arrive a faire l’unanimite contre soi.
    Le bilan de l’UCI est deplorable car elle a failli a sa mission premiere de federer les acteurs du cyclisme mondial autour d’un projet et d’un programme.
    L’UCI n’a pas vocation a faire de l’argent mais a faire en sorte que ce fric soit bien utilise et ce notamment a l’egard des federations.
    Mais au prealable l’UCI doit s’attacher a pereniser le cyclisme et donc eviter les derives dont le dopage est bien evidemment un element essentiel. L’UCI doit egalement faire en sorte que le calendrier international reponde tant aux interets des federatioons, organisateurs et coureurs.
    Si le calendrier international est plutot pas mal reussi, pour le reste l’UCI est a cote de la plaque et notamment au niveau de la defense des interets de ce sport.
    Avec tous ces scandales de dopage, les gros sponsors disaparaissent la pompe a fric se tarit et dans quelques annees l’UCI ne sera que bonne a gerer la crise. Alors qu’au depart elle a herite d’un cyclisme avec des comptes sains, qui necessitait seulement de prendre en consideration le phenomene de modialisation et de combattre le fleau du dopage.
    Qui plus est, les federations repondant a l’UCI elles ne peuvent se payer le luxe de l’affronter en frontal. Ceci etant la FFF vient de le faire et j’imagine difficilement les federations italienne et espagnole abandonner les organisateurs du giro et de la vuelta.
    Il n’est pas bon de taper sur les fameux organisateurs prives car sans leurs investissements passes et present le cyclisme n’existerait pas. Qui plus comment parler de monopoles alors qu’ils sont plusieurs organisateurs, le risque de monopole est bien present si on donne tous les pouvoirs a l’UCI.
    Pour moi la messe est dite.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Fouillez nos archives!