Tous les jours, la passion du cyclisme

Julien Gagné: le meilleur est à venir!

Julien Gagné a rejoint depuis la mi-février son équipe St-Étienne Loire Ecsel. Il participait dimanche dernier à la classique DN1 Annemasse-Bellegarde, une des plus anciennes courses du calendrier national français puisque sa première édition remonte à… 1914!

J’ai pu prendre des nouvelles de mon ami Julien tout récemment, alors qu’il rentrait d’une sortie de 150 bornes de récup le lendemain de la classique.

La Flamme Rouge: pas trop rincé Julien?

Julien Gagné: non Laurent, ca va pas mal du tout. On voulait faire un gros bloc d’entraînement alors on a fait plus long aujourd’hui, après la course d’hier. Des bons kilomètres en banque!

LFR: Comment s’est passé Annemasse-Bellegarde pour toi?

JG: Disons simplement que je me la suis donné difficile! On m’avait prévenu: 25 kms après le départ, virage serré puis une belle bosse, il fallait être devant à ce moment. J’y suis arrivé 2e du paquet! Et à partir de là, j’ai couvert les tentatives d’échappée pour mon équipe. J’en ai un peu trop fait: j’ai couvert toutes les tentatives d’échappée pendant plus de 100 kms!! Je voyais que j’avais de bonnes jambes, j’étais agressif, mais j’ai été aussi un peu impatient probablement. Je connais encore mal les coureurs en DN1, ainsi que les équipes et les maillots. J’ai bien dû faire 40 attaques à plus de 650 watts! C’était bien, car ca enlevait de la pression à mes coéquipiers, mais ces efforts intenses et répétés m’ont fatigué et dans le final, les 15 derniers kms, la force me manquait un peu. J’ai tout de même terminé avec le 1er peloton, un peu plus d’une minute derrière le vainqueur. Somme toute, satisfait, une expérience positive qui me prouve que j’ai ma place au sein du peloton DN1, et que le meilleur est à venir.

LFR: tu trouves ca comment, les courses en DN1 en France?

JG: dimanche dernier, c’était ma 2e course à ce niveau. Le plus frappant, c’est la profondeur du peloton. En sénior 1-2 au Québec, t’a quand même un nombre plus limité de coureurs qui peuvent jouer la gagne. Ici, tu es 200 au départ, et du lot, 120 sont des costauds. L’an passé au Québec, je pouvais m’échapper et rester devant un bon moment; ici je m’échappe, d’autres s’échappent, mais ca revient après quelques kilomètres parce qu’il reste beaucoup de très bons coureurs derrière. Ca attaque tout le temps. Vraiment une autre dynamique.

LFR: le placement est important aussi, comme la tactique.

JG: oui, le placement surtout. En France, les routes sont différentes: beaucoup de virages, des rétrécissements, du mobilier urbain, des ronds-points, des dos d’âne, parfois des passages pavés, il y a beaucoup de pièges. Connaître les parcours aide beaucoup et je dois m’adapter à tout ca en course. Sinon, la tactique, c’est surtout de rester groupés nous les coureurs de l’équipe dans les phases critiques, et de se parler pour coordonner nos actions.

LFR: tu trouves tes marques au sein de ta nouvelle équipe?

JG: tout à fait! J’ai été bien accueilli ici, tout le monde est gentil et attentif avec moi, j’ai de la chance. Mon appartement est confortable, bien situé pour aller rouler. Je m’ennuie un peu du Québec et de mes amis par moment, mais globalement, tout se passe très bien. La nourriture est très bonne, on trouve de très bons produits dans les épiceries, mais tout est en petites quantités. Je m’ennuie des quantités qu’on trouve au Costco!

LFR: t’as pu découvrir ta région d’adoption à l’entrainement?

JG: oui, la variété des parcours disponibles m’a frappé, on trouve beaucoup de très beaux parcours, de beaux paysages et c’est diversifié dépendemment de la direction que tu prends le matin. J’ai roulé jusqu’ici dans les monts du Lyonnais, dans la région du Beaujolais, pas mal de bosses qui s’enchainent sans arrêt, c’est quasiment de la moyenne montagne tout le temps. J’ai aussi pu découvrir l’Ardèche, les monts du Pilat et la belle vallée du Forez.

LFR: on a eu peur pour toi, avec l’accident du 17 mars dernier au sein de ton équipe.

JG: oui, un événement vraiment malheureux, un groupe de jeunes coureurs s’est fait renverser par une voiture. Globalement les automobilistes sont courtois avec les cyclistes ici, et je pense que l’accident était un événement assez isolé. La pandémie a un impact aussi: on remarque qu’il faut éviter de rouler juste avant le couvre-feu, les automobilistes sont alors stressés de rentrer chez eux à temps, et ca peut devenir explosif.

LFR: et la condition?

JG: somme toute assez bonne. C’est sûr que l’absence de courses en 2020 parait, je me suis beaucoup entrainé mais c’est pas tout à fait pareil. Il faut que je me ré-habitue aux efforts de très haute intensité. J’y travaille.

LFR: connais-tu la suite de ton programme?

JG: avec la Covid-19 et la troisième vague ici en France, tout est plus compliqué, et il y a pas mal d’annulation de courses, donc c’est difficile de prévoir la suite de mon mois d’avril. Normalement, je devrais avoir une course le lundi de Pâques, après on verra selon la pandémie. Il y a 17 coureurs dans l’équipe, et l’équipe vise à donner la chance à chacun, selon les parcours.

LFR: à quand un retour au Québec?

JG: avec la pandémie et les quarantaines imposées, pas pour tout de suite ca c’est certain. L’équipe a un projet de retourner peut-être sur le prochain Tour de Beauce, prévu cette année en septembre. C’est probablement à ce moment que je pourrais retourner au Québec, pas avant.

LFR: merci Julien! Et à bientôt.

Partager

Précédent

Le Tour de l’actualité

Suivant

Bizarre À travers la Flandre.

10 Commentaires

  1. Edgard Allan Poe

    Des coureurs ont couplé le grand prix de St-Etienne samedi avec Annemasse-Bellegarde, le lendemain. Deux belles et grosses courses, l’idéal pour préparer une saison. Surtout à des périodes où le nombre de courses est très restreint, tant du fait du virus que de la dégringolade énorme de la FFC depuis quelques années.
    Ceci étant, les 2, ça fait beaucoup pour un jeune coureur.
    En dehors du climat, les environs de St-Etienne sont « faits » pour le cyclisme de compétition : de la plaine, des raidards de 500 mètres à 2 kms, de la moyenne montagne, et le massif du Pilat. La plaine du Forez, à une petite dizaine de kms de la ville, bénéficie d’un micro-climat avéré. La Haute-Loire est à proximité…à découvrir sans restriction. Je te conseille un petit tour vers le Pertuiset et la bosse pour aller sur le plateau; le barrage de Grangent, avec les forêts de pins tout autour…St-Victor sur Loire…etc…et une certaine respectabilité -tout est relatif – de la population locale pour les cyclistes. Que demander de plus ?
    Je pense avoir croisé Julien Gagné, côté Ardèche, beaucoup plus affuté, en vrai, que la photo ne le laisse à penser.

    9
    0
  2. Edgard Allan Poe

    Vinokourov et Kievilev sont passés par ce club, qui les avait fait venir en France au milieu des années 90.
    OK, c’était une autre époque.
    Mais ils ont pu développer leurs qualités sur le terrain stéphanois.

    5
    0
  3. Tchmil

    Tiens, et ça n’avait pas été mentionné je crois, Jasper Stuyven a bel et bien remporté une étape sur le Tour de Beauce en 2013. La première et « terrible » étape qui se termine à Lac Etchemin et devant Guillaume Boivin … qui l’avait battu le jour suivant à Thetford Mines.
    Un futur vainqueur de Milan San Remo qui s’impose au Tour de Beauce, c’est rare et à souligner 😉

    8
    0
  4. J-Man

    Super mon Julien ! fait leur mal comme tu nous as fait mal en Estrie !

    5
    0
    • Laurent

      Je récupère encore de ma sortie depuis Sherbrooke vers le Mont Mégantic/Mont St-Joseph avec Julien l’été passé!!! 190 bornes derrière moto.

      6
      0
    • Julien

      🤘

      1
      0
  5. Wolber

    Le coureur en rouge sur la photo, fini deuxième d Annemasse Bellegarde, courue à 41 de moyenne avec 2000 m de denivellé.

    1
    0
  6. Wolber

    Euh, le premier en rouge…🙂

    0
    0
  7. le stéphanois

    pour EAP
    Aprés le Pertuiset , dans la bosse, il y a le village de Caloire (lire saloir), plus petite commune de France au début du siècle dernier (- de 100 habitants) et lieu de naissance de ma maman au début de ce même siècle. Une très belle région…mais je me suis éloigné de notre sujet favori…J’ai bien aimé le numéro de Van Baarle et , hasard? la chaine L’Equipe a rediffusé hier « le numéro » de De Gendt, victoire en solitaire dans l’étape Macon-Sainté du Tour 2019.

    1
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.