Du mouvement chez les coureurs québécois…

La grande nouvelle du jour concerne évidemment « Lyne Bessette qui ira rejoindre en 2006 les rangs de la puissante formation T-Mobile »:http://www.geocities.com/velonouvelles/articles/5/11nov/P22.html. Si on pouvait considérer que cette équipe était, jusque cette année, une équipe américaine, ce ne sera plus le cas en 2006 puisque le quartier général sera ramené à Bonn en Allemagne et que « la formation T-Mobile »:http://www.t-mobile-team.com/cms/tmoteam/en/ se consacrera en grande partie au calendrier européen. « Bessette rejoindra d’autres excellentes cyclistes ce qui fera de cette formation une puissance sur le circuit »:http://www.t-mobile-team.com/cms/tmoteam/en/press/pressreleases/templateId=renderInternalPage/yearID=2005/itemID=76822/id=7030.html. Elle aura également l’occasion unique de se frotter aux meilleures cyclistes mondiales, dans les courses les plus difficiles et éventuellement d’étoffer son palmarès à la hauteur de son talent (quoi qu’elle devra respecter les consignes d’équipe…). La présentation de l’équipe est prévue le 14 janvier prochain, en même temps que la présentation de la formation masculine dont le leader n’est nul autre que Jan Ullrich.

Pour Bessette, c’est évidemment très bien et on serait tenté de dire « enfin » ! Ses victoires au Tour de l’Aude 1999 et 2001 de même que quelques belles places en Europe, notamment sa 2e place acquise sur la Flèche Wallonne 2002, avaient en effet prouvé hors de tout doute qu’elle avait sa place au sein du peloton européen. Pourtant, depuis 2003, son calendrier se résumait essentiellement au circuit nord-américain certes lucratif (quoi que, en cyclisme féminin, peu de courses sont réellement lucratives…) mais limité et beaucoup moins compétitif. On comprenait mal les raisons de ce choix comme il serait difficile de comprendre pourquoi un bon joueur de hockey se contenterait de jouer dans les ligues mineures alors que la Ligue Nationale est une possibilité. Et en cyclisme, les plus grandes, les plus prestigieuses et les plus difficiles courses sont en Europe.

Bref, si l’arrivée de Bessette chez T-Mobile et sur le circuit européen est une très bonne nouvelle, on peut raisonnablement se poser la question « est-ce trop tard » ? Car à 30 ans, Bessette a déjà plusieurs de ses bonnes années derrière elle. Un tel changement 5 ans plus tôt aurait eu, selon nous, un tout autre effet sur sa carrière, lui permettant de mieux progresser. Fait rassurant, Bessette elle-même semble en être consciente, ayant déclaré dans « une très récente interview »:http://www.canadiancyclist.com/dailynews/November/11.22.051.14PM09.shtml qu’il s’agit probablement de sa dernière chance de courir en Europe pour une équipe européenne. En ce sens, on ne peut lui reprocher de condamner « le projet de la FQSC de monter une équipe professionnelle féminine québécoise »:http://radio-canada.ca/sports/CyclismeRoute/nouvelles/200510/11/002-BessetteEquipe.shtml.

Quoi qu’il en soit, voilà un geste courageux (car partir ainsi en Europe n’est pas chose aisée, surtout après les difficultés vécues par son mari Tim Johnson en 2004) et dont Geneviève Jeanson ferait bien de s’inspirer si elle veut laisser une trace dans l’histoire du cyclisme féminin. Car ce n’est plus en continuant de gagner le Tour de Toona, le Valley of the Sun et les Championnats Canadiens chaque année que Jeanson progressera davantage. En la voyant gagner année après année la course du Mt Royal, on ne peut en effet que déplorer qu’une pareille athlète n’aille pas plus souvent se frotter au peloton international européen, sur les plus grandes courses.

On apprend par ailleurs que « Dominique Rollin ira rejoindre en 2006 »:http://www.geocities.com/velonouvelles/articles/5/11nov/Velop22.html la bonne formation française « Vélo Club de Roubaix »:http://asso.nordnet.fr/veloclubroubaix/, conseillée par nul autre que… Cyrille Guimard, l’homme derrière 4 des 5 victoires de Bernard Hinault sur le Tour, l’homme derrière toutes celles de Laurent Fignon et l’homme qui a découvert et conseillé Greg LeMond au début de sa carrière. Le VC Roubaix est une bonne antichambre du cyclisme professionnel et est composé de très bons coureurs, notamment John Gadret, un flahute de première à partir duquel Rollin pourra « apprendre le métier ».

C’est une excellente opportunité pour Rollin puisque le VC Roubaix, qui privilégie les courses du Nord de la France et de la Belgique, correspond bien à ses aptitudes de rouleur hors pair. Rollin devrait bien se débrouiller dans un environnement de flahutes et devrait être à l’aise sur les courses plutôt plates, exposées au vent, sur les pavés ainsi que dans les monts brefs qui se montent en puissance. Car c’est aussi ca le cyclisme. On lui souhaite la meilleure des chances et on espère qu’il saura intéresser une équipe professionnelle au cours des 2 prochaines années, car c’est habituellement le délai qu’il faut savoir respecter.

Rappelons en terminant que Charles Dionne courra en 2006 chez les Espagnols Saunier Duval et « qu’il se prépare activement en vue de ses premiers objectifs, possiblement le Tour du Qatar »:http://www.geocities.com/velonouvelles/articles/5/11nov/5212.html, qui seront cruciaux pour la suite de sa saison. Dominique Perras poursuivra sa carrière chez Kodak-Sierra Nevada, une formation dans laquelle « Martin Gilbert fera ses premiers pas en tant que professionnel »:http://www.geocities.com/velonouvelles/articles/5/11nov/Velop5.html. « François Parisien a quant à lui rejoint l’équipe professionnelle américaine Tiaa-Cref pour 2006 »:http://www.geocities.com/velonouvelles/articles/5/8aout/Velop31.html, là encore un excellent choix pour débuter sa carrière pro puisque le directeur sportif n’est nul autre que Jonathan Vaughters, ex-pro chez US Postal et Credit Agricole.

Nul doute, le Championnat Canadien Élite sera en 2006 âprement disputé par un peloton de plus en plus professionnel!

Fouillez nos archives!