A. Vayer : « le cas Heras ne fait que confirmer ce que tout le monde sait »

*La Flamme Rouge vous présente la suite de l’entretien avec Antoine Vayer, dont la diffusion a commencé simultanément avant-hier sur « Vélochronique »:http://www.velochronique.com/ et sur ce site.*

Propos recueillis par Raphael Watbled et Laurent Martel.

*Velochronique et La Flamme Rouge : Au Tour 2004, David Moncoutié (que l’ont tient pour propre) termine 9e du contre-la-montre de l’Alpe d’Huez, sur les talons de grosses pointures. Est-ce que cette belle performance ne crédibilise pas celle des quelques athlètes qui le précèdent?*

*Antoine Vayer* : Il faut arrêter de légitimer les dopés et de continuer le business en disant qu’on permet à ceux qui ne se doperaient pas de participer… Et puis d’abord David, je ne lui donne pas de blanc-seing comme vous, je ne le peux pas. Il s’était économisé pour ce chrono lors des étapes précédentes. Il n’est l’étalon que de lui-même. Dans une course de côte comme 2004 où, sans fatigue et sans cols avant, il fait partie des meilleurs spécialistes mondiaux, David n’a développé (gabarit 78 kg) que 423 Watts dans la partie sans vent de Sarennes à Saint Féréol en 24’01, et 416 watts en tenant compte du vent (faible brise de vallée défavorable sur le haut) sur la seconde partie. C’est imaginable et rien par rapport à ce qu’on peut connaître de certains qui passent trois cols avant de faire la même montée.

Les produits (et c’est fantastique en fait), pour bien s’assimiler, permettent de s’échauffer dans une montée comme le Galibier et de donner plus de rendement dans Huez ensuite que si le Galibier n’avait pas été monté avant. Pas pour ceux qui ne prennent rien, bien entendu, et que la montée du Galibier épuise forcément en puisant dans leurs stocks énergétiques. Moncoutié développe peu ou prou la même puissance que sur le Dauphiné au Ventoux (414 watts) un mois avant. C’est bon signe. Il est imaginable que sur une course d’un jour, un « non-dopé » puisse gagner une étape actuellement, avec pas mal de concours de circonstances (mansuétude des leaders).

Par contre, en moyenne, le coureur de l’US Postal ce jour là à Huez (Armstrong 467 watts, Azevedo 441, Landis 416, Noval, Rubiera, Hincapie, Beltran, Pardnos, Ekimov) était capable de développer 415 watts pendant plus de 40 minutes ! Ils ont joué. En réalité la puissance moyenne d’un tel coureur était bien supérieure car certains membres de l’équipe comme Ekimov n’ont pas donné leur maximum au cours de cette étape. Chez Festina il y avait une époque où par oreillettes dans des CLM comme au Tour de Romandie 98 on faisait ralentir Dufaux afin que Zülle finisse 1er devant lui et où, si chaque coureur se mettait à fond, on pouvait mettre les neuf de l’équipe dans les 20 premiers.

S’il y a des choses qui crédibilisent, ce qui est à relever c’est ce qui décrédibilise et valide la tricherie. On avait, avec les Watts, détecté les Rumsas comme on a détecté Heras sur la dernière Vuelta : car 444 watts pendant 33’58 au col de Pajares en fin d’étape (14,5km à 6,18 % de moyenne en fin d’étape dans les conditions de l’étape) c’est du Top !. Le niveau général en watts pour les cadors de cette Vuelta est très impressionnant, comme tous les ans, pour ce qui est admis depuis très longtemps être une « curée » au-delà de la chaîne pyrénéenne… Le cas Heras ne fait que confirmer ce que tout le monde sait.

*VLC et LFR : Vous observez une augmentation des puissances moyennes développées par les champions. Ce qui était inhumain hier ne pourra-t-il être humain demain ? Autrement dit, l’homme dispose-t-il d’après vous d’une marge de progression naturelle au fil des générations?*

*A. Vayer* : Il y a longtemps qu’on a dépassé les limites humaines et évalué le surnaturel en terme de performances ! La progression des performances et records artificiels est liée à l’avènement de produits qui ont évolué au fur et à mesure des temps. Et le dopage ça marche super bien ! On est passé des ères biologiques à biochimiques à biotechnologiques en 100 ans de cyclisme qui est un des domaines le plus actif d’expérimentations de produits pharmaceutiques sur les humains. C’est pourtant interdit par les droits de l’homme. Mais le vélo a mis artificiellement certains bipèdes à plus de 60% d’hématocrite là où la recherche en médecine s’interdit de dépasser 50 ! (Seuil légal UCI en phase, tiens, tiens !). Tout le monde sait maintenant cela !

Pléthore de publications et d’articles de bon sens, ainsi que de sportifs morts nous ont prouvé que la marge de progression du « sportif de haut niveau » réside dans sa capacité à mieux tricher avec de meilleurs docteurs maintenant ; et à ne pas se faire prendre. Le sportif va devoir devenir intelligent et s’entourer d’intelligences s’il veut continuer sa marge de progression. On peut hélas lui faire confiance dans cette organisation nouvelle. C’est la raison pour laquelle on ne peut pas lui faire confiance… mais le surveiller beaucoup plus qu’il ne l’est. Et c’est possible mais pas mis en place.

L’homme naît bon mais limité physiquement. Repousser les qualités humaines par un travail acharné c’est un leurre par rapport à une bonne cure bien dosée pré-compétitive et par rapport à des hormones de croissance où de récupération. C’est désespérant. Le cycliste très motivé et très doué qui se cantonne à s’entraîner parfaitement n’a aucune chance de progresser au-delà de limites dont nous avons déjà parlé et elles sont dépassées depuis bien plus d’une décennie à de multiples occasions ! Il peut hélas juste rêver un peu et manger quelques miettes. Aux médias de les mettre en valeur, ces miettes, pour cautionner le tout.

*VLC et LFR : Lance Armstrong est parti. Il symbolisait selon vous une certaine image du cyclisme, que vous n’aimiez pas?*

*A. Vayer*: Le cyclisme est un sport ou un show? En tant qu’enseignant d’E.P.S. et ensuite en tant qu’entraîneur de cyclistes qui sont dans le ventre mou du Tour, j’aime le sport passionnément avec ses valeurs et ses règles. Le cyclisme en particulier, ma passion. Je n’aime pas le catch US, ni ne crois au monde merveilleux de Disney. Armstrong je ne le considère pas, pas plus qu’Indurain. Ils ne sont rien, ne valent rien. Ceux qui ont gagné le Tour pour moi s’appellent Michele Ferrari et Sabino Padilla (NDLR : professeur de physiologie et préparateur auprès de Miguel Indurain chez Banesto). Ce sont eux les champions.

Lisez la suite demain sur « Velochronique »:http://www.velochronique.com/.

L’entretien au jour le jour :
Antoine Vayer sort du bois : sur « Vélochronique »:http://www.velochronique.com/chroniques/article.php3?id_article=598 et « La Flamme Rouge »:http://laflammerouge.com/article/3980/antoine-vayer-sort-du-bois.
Antoine Vayer : « Prendre le temps d’aller vite »:http://www.velochronique.com/chroniques/article.php3?id_article=599 sur Velochronique.

12 Commentaires

  • Raf
    Soumis le 30 novembre 2005 à 2:17 | Permalien

    1/ Intéressant mais selon Frédéric (Vélo magazine – septembre 2005) Armstrong a développé lors de ce CLM une puissance moyenne de 5,8 W/kg. Hors si le poids de l’animal était ce jour-là de 73 kilos, sa puissance moyenne en WATTS serait de 423 et pas de 467 !
    2/ Curieusement Antoine Vayer ne parle que de puissance et jamais de rendement…
    (rapport puissance développée/énergie consommée)…
    3/ Que les performances d’un coureur varient entre le Dauphiné et le Tour peut tout simplement démontrer qu’il a entre temps perdu du poids… C’est précisément le cas d’Armstrong ces dernières années.
    4/Si Michele Ferrari est le vrai vainqueur des sept derniers Tour de France, comment expliquer qu’un de ses clients les plus notoires, le brave Filippo Simeoni, n’ait jamais gagné ne serait-ce que la moindre étape ! C’est à désespérer du dopage, non ?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Thierry Lemaire
    Soumis le 30 novembre 2005 à 4:33 | Permalien

    Antoine Vayer avait expliqué dans Libération sa méthode de calcul. En réalité, le nombre de watts qu’il fournit est déjà une pondération de plusieurs facteurs.
    Filippo Simeoni a du participer à un ou deux tours de france et la dernière fois, il y avait un certain Armstrong qui n’était pas très chaud pour le laisser se montrer…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Soumis le 30 novembre 2005 à 4:53 | Permalien

    a raf

    1) si on prend votre exemple de top vélo, il n’est pas certains que M amstrong ait vraiment perdu du poids depuis son retour(cf article)

    2) à 1 prés kilos, Heras fait le même poids

    3) le rendement a lui aussi ses limites physiologiques…

    4) une “tortue” même dopée ne court pas plus vite qu’un lièvre (lui aussi dopé d’ailleurs)

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • toutouille26
    Soumis le 30 novembre 2005 à 5:08 | Permalien

    simeoni a précisément arrete de se doper et c’est en partie pour ca qu’il ne gagne rien

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Laurent
    Soumis le 30 novembre 2005 à 7:31 | Permalien

    Réponse à Laumi

    Riis était une tortue avant d’être un lièvre (60 %)

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Etienne
    Soumis le 30 novembre 2005 à 7:39 | Permalien

    J’aimerais bien savoir comment on obtient 444 watts pour Heras… Moi j’arrive plutôt dans les alentours de 410 (quand même assez hot pour un gars de 60kg)

    Si je sors mes vieux livre d’ingénierie, voici comment on calcul la puissance.
    Dans un col la majorité de l’énergie est consommée pour vaincre la gravité ; 14.5km @ 6.18% donne 896.1 mètres vertical. Suivant un simple calcul d’énergie,
    E(joule) = M(kg) * g * k * h
    M = masse en kilogrammes
    g = constante gravitationnelle
    k étant le coefficient d’efficacité contenant les pertes mécaniques et autres (disons 5%)
    h étant hauteur ou l’élévation

    Donc Heras est à 60kg + 8kg (vélo et accessoire) donc:
    E(joule) = 68kg * 9.8m/s2 * 1.05 * 896.1m

    On obtient 6277019 Joules. Il s’agit maintenant de voir en combien de temps il peut dépenser cette énergie
    1 watt = 1 joule / sec

    34 minutes d’acensions = 2040 secondes

    P(watts) = E/t

    E(68 * 9.8 * 1.05 * 896.1) / T(2040) sec = 307 watts

    Ils vont tellement vite dans les cols qu’on ne peut pas (plus) négliger le déplacement dans l’air. Passé les 20km/h, on peut commencer ajouter des watts perdu pour déplacer l’air. Il roulait a 25.6km/h (14.5km en 34 minutes) disons 100 watts pour roulez a 26 (pour un gabarit comme heras) ca donne 407 watts.. C’est un peu loin du 444.. Je trouve que la mesure de mètre verticale a l’heure donne une meilleur idée que les watts.. C’est une valeur absolue.. peu importe le poids du coureur.

    A cette vitesse ca donne 1580 mètre à l’heure; Au tour de France dans un col a 6% et vous êtes dans l’explication finale..

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Raf
    Soumis le 30 novembre 2005 à 7:57 | Permalien

    1/ Le problème avec ces théories sur les limites physiologiques, c’est que l’histoire les a toujours démenties. Qui aurait cru avant Mexico 1968 qu’un homme pouvait sauter à 8 m 90 en étant simplement shooté à la lutte pour les droits civiques ? Le record du monde a été quand même amélioré de 0,55 cm ce jour-là ! C’était, il va sans dire, inimaginable.
    2/Malgré l’arsenal d’hormones de croissance et d’anabolisants qui circule de nos jours dans les stades, cette performance n’a été dépassée qu’une seule fois. Et encore de 5 centimètres !
    3/ On doit donc en conclure que le principal avantage du dopage porte sur la récupération, ce qui explique une diffusion plus grande dans le cyclisme.
    4/Mais alors rien n’empêche un coureur non dopé d’emporter une grande classique surtout s’il est naturellement véloce. D’autant qu’en vélo, ce n’est pas toujours le plus fort qui gagne.
    5/”Le vélo est-il un sport ou un show” (sic). Le vélo est un sport, M. Vayer, mais le Tour de France assurément un show. Créé comme tel. Voulu comme tel ce que confirme la lecture de n’importe quel ouvrage sérieux sur l’histoire de ce sport.
    6/Pour guérir le cyclisme du dopage, il faut donc supprimer les courses par étape à commencer par les trois grands tours. La Grande Boucle est bouclée…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Soumis le 30 novembre 2005 à 9:11 | Permalien

    a etienne

    vous nous faite un calcul “très” scientifique mais je crois qu’il ne s’agisse pas de la formule de puissance en joule d’après ce que j’ai compris qui est retenu dans le cyclisme
    d’après mes calculs compte tenu de vos paramètres mais avec la bonne formule ca fait 430 w environ sans vent et el vent ne consomme pas 100 w à 25 km/h !! donc on est proche de Vayer

    pour raf dans votre point 1 on ne parle pas d’un cas qui bat un record mais de tout un “peloton” !

    pour l’exemple du saut vous faites juste la preuve que le dopage n’a pas toujours de grands effets !! ce qui ne veut pas dire qu’il n’a jamais d’effets !!

    et M Vayer dit dans son article qu’un moncoutier “peut” gagner ce qui est en contradiction avec votre point 4

    et si on vous écoute il faut applaudir le show des dopés :
    dites à vos enfants, regarder ! des tricheurs, des dopés c’est ça le sport (et la vie…) !!
    quand un de ses tricheurs vous prendra votre boulot, vous arnaquera, vous mentira remerciez le ! et baisser la tête car lui fait le show mais vous vous n’êtes rien alors, car vous n’êtes ni dopé ni un menteur, ni un showman…

    et jusqu’à preuve du contraire le dopage n’est pas limité au seul show du tour de france (à moins que vous ne soyez pas persuader des 3 cas de dopage dans une équipe bien connue cette année en espagne)…

    quand vos enfants feront du sport, ce ne sera pas sérieux (c’est votre définition du sport ?) et ils pourront se faire des injections car c’est un show…à moins que ca ne concerne que ceux des autres…

    désolé je n’accepte pas cette vision du sport et de la vie !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • didier girsch
    Soumis le 30 novembre 2005 à 9:45 | Permalien

    le saut de bob beamon à mexico s’est fait pendant un orage avec les anemometres bloqués,l’altitude ,le contexte politique,la rage n’expliquent pas tout,il a eu son jour,tant mieux;les records intouchables le sont parfois pour des explications simples et souvent pour des raisons plus obscures,les champions d’allemagne de l’est,les athletes americains,les footbaleurs qui jouent en italie,les rugbimens qui prennent du muscle en un an,les cyclistes qui gagnent tout …

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • BeGooD
    Soumis le 30 novembre 2005 à 2:35 | Permalien

    Vous pensez pas qu’on a compris ? “Hey, les cyclistes du Pro Tour, se dopent !” C’est pas vraiment nouveau desole…Vos 5 derniers articles ne parlent que de dopage ! C’est abuse, selon moi. Vous critiquez, constatez a tous bout de champs, mais petite question, vous faites quoi pour que la situation s’ameliore ?…Y a tellement d’autre sujet a exploite….AG2R dans le Pro Tour etc… alors le dopage, ca va, je pense qu’on a compris. Oui Heras est une chaudiere, mais serieux, moi je m’en fous pas mal, ca me fera pas pedalez plus vite de le savoir ! Sinon vous voulez absolument parler de dopage, faites aussi un petit tour, dans les autres sports….exemple…le joueur des Red Wings de Detroit, qui s’ecroule sur le banc de son equipe…et personne qui ose dire que c’est une question de steroides…lachez le velo pdt 3min ca serait pas mal

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Etienne
    Soumis le 30 novembre 2005 à 4:22 | Permalien

    Reponse a laumi (et aux autres..)

    1) Regardez les archives de LFR, je suis un des premiers a dénoncer Heras, je ne suis pas pour le dopage

    2) Je suis pour la vérité et l’information vérifiable. Je sais pas ce qui ce trouve dans vos céréales mais les miennent contiennent des joules (ou calories). Le calcul “tres scientifique” que j’utilise est de la physique de d’école secondaire. A moins de défier Newton et les calculs du travail c’est le seul vrai calcul d’énergie et de puissance. Je vous mets au défi de me prouver le contraire.

    3) Vous avez raison, ca ne prend pas 100 watts pour rouler a 25km/h, en fait c’est plus pres de 70-75 watts, mais tout ca dépend de la pression de vos pneus, position sur le vélo, pression barometrique, température, vitesse et directions des vents, qualité de la route et plein d’autres facteurs. Avant d’arrivé a 4 watts pres (444) il faudrait pouvoir calculer tout ces parametres ainsi que le poids exact de Heras son vélo et tout son équipement au bas de l’ascencion, et le recalculer a tous les km (perte de poids en montant). Mon but n’était pas d’arriver au chiffre exact, mais plutot de mettre en doute les chiffres poussé dans un logiciel qui donne une réponse sans que personne n’en comprennent la provenance. Donc en fait c’était probablement encore moins que 410 watts, je voulais seulement dire aux gens de faire attention a ce genre de déclaration et des chiffres non vérifié (et non vérifiable). Il est impossible avec un chronometre et le poids du coureur tres approximatifs d’arriver a des 416, 441, 467 watts, et c’est (selon moi) scientifiquement irresponsable.

    Etienne

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • toutouille26
    Soumis le 1 décembre 2005 à 12:52 | Permalien

    pour raf :(“Mais alors rien n’empêche un coureur non dopé d’emporter une grande classique surtout s’il est naturellement véloce. D’autant qu’en vélo, ce n’est pas toujours le plus fort qui gagne.”)

    http://www.humanite.presse.fr/journal/2001-04-16/2001-04-16-242908

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Fouillez nos archives!