Tous les jours, la passion du cyclisme

Van Baarle, une victoire bien méritée

Dylan Van Baarle, le Néerlandais de 29 ans, est bien l’homme des Flandriennes cette saison.

2e du Tour des Flandres, vainqueur hier de Paris-Roubaix.

Qui dit mieux?

Il offre une première victoire dans l’Enfer du Nord pour l’équipe de Dave Brailsford, Ineos et anciennement Sky.

Le chiffre, c’est 45,8, pour 45,8 km/h. Le Paris-Roubaix le plus rapide de l’histoire, merci les conditions météo favorables. Ce qui confirme aussi le vieil adage à savoir que « les coureurs font la course »: par temps maussade, les éléments climatiques se chargent de durcir la course. Par temps clément, les coureurs roulent plein pot. Dans tous les cas, c’est toujours dur!

Van Baarle a réalisé un « sans faute » hier, gérant parfaitement son Paris-Roubaix malgré une crevaison tôt dans la course, qu’il a surmonté sans paniquer. Son équipe Ineos a aussi été – comme prévu – omniprésente dans toutes les phases de course, notamment grâce à Kwiatko et Turner.

Van Baarle a surtout porté son accélération au bon moment, roulant d’abord solo pour rentrer sur la tête de course qui ne comportait alors aucun coureur Ineos, puis pour ensuite faire la différence sur les derniers secteurs pavés difficiles et rentrer solo sur le vélodrome de Roubaix.

On ne peut en dire autant de Matej Mohoric!

Le coureur slovène était probablement le plus fort hier, mais il s’est dévoilé beaucoup trop tôt selon moi, à près de 100 kms de l’arrivée. Une fois devant dans l’échappée, Mohoric n’a pas ménagé ses efforts, prenant les plus gros relais.

Fort, il repartait de nouveau dans l’échappée 60 bornes plus loin. Incroyable!

Mais son tempérament fougueux a fini par lui coûter la victoire dans le final, quand ceux qui s’étaient économisés un peu ont mis en route.

Avec Mohoric, c’est souvent « tout ou rien », une vraie tête brulée. Il laisse des victoires sur la route, ne gagnant qu’une fois sur quatre, mais lorsqu’il gagne, c’est souvent avec style il faut le reconnaitre.

Deuxième Van Aert à son grand retour, comme quoi il ne faut jamais enterrer un champion de sa trempe. Même à 90%, Van Aert demeure un coureur d’exception: sur sa classe hier, il a aligné plusieurs autres grands favoris.

À commencer par son éternel rival, Mathieu Van Der Poel. Pour moi, c’est surtout son équipe Fenix-Alpecin qui a montré encore une fois ses limites hier. À 90 kms de l’arrivée, on les a vu en tête du peloton, à 50 kms de l’arrivée Mathieu était de nouveau isolé, sans personne pour l’aider. L’histoire commence à se répéter de plus en plus souvent, et gageons qu’Adri le paternel ne doit pas être très content de la situation.

Kung assure une belle 3e place pour la Groupama-FDJ, beau prix de consolation pour Marc Madiot.

Adrien Petit et Laurent Pichon dans le top-10, des coureurs français étaient à la fête hier sur Paris-Roubaix et ca, ca fait toujours plaisir, d’autant plus que les deux coureurs appartiennent à des équipes plus « modestes ».

Le premier Quick Step Alpha Vinyl, Yves Lampaerts, est 10e, notamment en raison d’un beau plongeon dans le final, causé par un spectateur. La WolfPack passe « à travers » sa saison des Flandriennes et ca, ca ne mettra personne de bonne humeur dans le clan belge. Alaphilippe, Evenepoel et Devenyns auront la pression sur les Ardennaises pour récupérer le coup…

Respect pour le champion canadien Guillaume Boivin qui s’est bien battu avec les armes dont il disposait hier, avec au final une 62e place à plus de 15min du vainqueur. Il est allé au bout, a figuré dans le premier groupe longtemps, et a joué de malchance sur crevaison dans des moments clé de la course. Il reviendra.

Chez les femmes

On dirait presque « enfin » pour celle qui a gagné.

Belle victoire de la championne d’Italie Elisa Longo Borghini, de l’équipe Trek. Un an après Lizzie Daignan, l’équipe Trek conserve son titre sur la Reine des classiques.

J’ai toujours eu l’impression que Paris-Roubaix était taillé pour la morphologie puissante de Borghini.

Une course limpide de sa part, intelligente: partie au bon moment, solo, pour ne jamais être rejointe.

Derrière, Lotte Kopecky s’est bien battue, mais ca n’a pas été suffisant pour la puissante équipe SD Worx qui ont quand même bien travaillé.

La championne canadienne Alison Jackson termine à une belle 13e place, les Québécoise Simone Boilard (61e) et Magdeleine Vallières-Mills (74e) vont au bout.

Les Ardennaises

On rempile dès cette semaine avec les Ardennaises, la Flèche Wallonne mercredi prochain suivi de Liège-Bastogne-Liège dimanche. D’autres coureurs entreront dans le jeu, ca sera vraiment intéressant de suivre notamment les Alaphilippe, Cosnefroy, Nibali, Haig, Padun, Vlasov, Gaudu, Pidcock, Vingegaard, Pogacar, Hirschi, Barguil et un certain… Mike Woods!

Partager

Précédent

MVDP-Ineos, le match en Enfer

Suivant

Flèche Wallonne: Pogi-Alaf, le match!

24 Commentaires

    • noirvélo

      Eh oui , PR c’est aussi la « journée du matos » !!! si je gagnais cette course , je remercierais mes équipiers , le staff , mais aussi les mécaniciens et mes principaux équipementiers , c’est sûr … Parce qu’à Roubaix , il y a un cavalier mais aussi un cheval qui a été bien nourri et bien soigné …

  1. noirvélo

    Van Baarle ? Très , très bien , un « diable rouge » a encore frappé … Fallait s’en méfier un peu plus , lui qui a gagné  » A Travers les Flandres » l’année dernière , fait « 2 » du Ronde il y a 15 jours , même s’il était sur toutes les tablettes !!! A force de nous faire « bouffer » du « Mathieu & Wout » toute l’année , c’est comme manger du steack « matin midi et soir » , 365 jours par an , et les médias ne se gênent pas pour nous remplir l’assiette … Notre batave a bien gagné et de fort belle manière , seul , comme je l’affectionne ( ahhh les rouleurs Hollandais !) . De plus , chez INEOS il y avait de l’organisation et de la concentration … Lorsque je vois Wout et Mathieu rigoler au départ ( pour emmerder les médias qui aimeraient bien les monter l’un contre l’autre plus souvent , c’est très bien ! ) et batifoler en queue de peloton alors que devant les grandes manoeuvres « Inéotiennes » préparent déjà les coups de bordures , ça ne fait pas très sérieux !!! Mohoric ( un gros vainqueur potentiel pour les années à venir! ) a tiré la sonnette d’alarme , malgré tout pas suffisamment entendue … Paris Roubaix , c’est long , très long , on a du temps croit-on , et pourtant , une fois de plus , il faut être devant , pas tout devant mais « très devant » et à la vitesse à laquelle s’est déroulée cette course , il fallait garder les yeux très grands ouverts et tout le temps … boucher un trou de 100m à près de 46 de moyenne , faut pouvoir , vouloir et ne pas trop compter sur « l’autre » pour te mâcher la viande » !!!
    Et Van Baarle n’a pas vraiment été la tortue de la fable , bien trop pressée d’aller chercher un « pavé bien saignant » , avec pour le coup , quand même un peu de « salade » ….. , l’affaire des « journaleux » , et un peu la notre , aussi …

  2. yvon

    Je crois qu’Ineos a réglé le problème Pogacar en piétinant les pelouses de Lefevere, trois ou quatre pointures qui courent les uns pour les autres. On gagne pas le tour , il y a les classiques.

    • Steph

      Réglé le problème Pogo je ne sais pas, mais réglé le problème Bernal en grande partie, on dirait. Il ne joueront peut être pas le général mais ils vont foutre un sacré boxon sur le Tour.

      En enterrant la Sky et devenant Ineos, D. Brailsford avait dit ce qu’il ferait : un virage à 180°. Et il faut reconnaitre qu’il a fait ce qu’il a dit. Le résultat est plutôt convaincant et même enthousiasmant ! Y compris dans la mentalité : on a l’impression de voir des mecs bien plus épanouis.

      • noirvélo

        Les « Diables rouges » ont piqué la recette aux  » Loups bleus » apparemment (qui ont toujours privilégié les Classiques )… Il est évident que si tu entraines un bon coursier pour les Classiques , « préparation & concentration » , une équipe de Grands Tours » peut faire le ménage , et chez Inéos , ils ont aussi du personnel au « Top » !!!

  3. « Les Alaphilippe, Cosnefroy, Nibali, Haig, Padun, Vlasov, Gaudu, Pidcock, Vingegaard, Pogacar, Hirschi, Barguil et un certain… Mike Woods »

    Caruso vient de remporter le tour de Sicile en fumant la pipe… Alors certes, sans grande concurrence, mais l on peut compter sur lui pour les Ardennaises.

  4. Victoire d étape et maillot de leader sur le Tour des Alpes pour Geoffrey Bouchard !!!!!!

    • Wolber

      Tiens un pouce baissé…peut être pour le maillot AG2R…en tous cas, ne nous y trompons pas , Bouchard a réalisé un sacré numéro.

      • S il y a une chose qu il ne faut surtout jamais chercher à trouver, c est les raisons d un pouce baissé 🤣😂🤣😂

  5. Wolber

    Et Van Aert qui devrait au départ a Liège…

  6. Thierry mtl

    Je regarde les vélos « pure route » avec pneus un peu plus larges utilisés sur PR et je compares avec les pubs de fourches télescopiques et autres gadgets protège cul trop lourds en vente…
    Et je me dis : pourquoi j’achèterais de telles patentes ?

    C’était pareil sur les strade bianche.

    • Steph

      C’est sûr !

      C’est d’ailleurs bien le seul avantage que je pourrais trouver aux disques : ouvrir la possibilité d’enfiler une paire de roues bien costaudes avec du 30 ou 32, et en route pour  » l’aventure  » !

      Il y a par exemple multitude de cols qui se poursuivent en magnifiques routes forestières et qui deviennent pour le coup (et pour le coût) largement praticables sans nécessairement passer par la case gravel (gare aux développements quand même).

  7. Edgar Allan Poe

    Si je me souviens bien, dans un épisode de Scoubidou, les pneus d’un vélo se transformaient pour passer de partout. L’étape suivante est le passage en pneu fat-bike dans les prairies enneigées et ensuite la possibilité de pédaler sur l’eau.
    Ça s’appelle du pédalo en fait. En France, on a d’ailleurs eu pendant 5 ans un capitaine de pédalo à la tête de l’Etat (selon un de ses détracteurs politiques). D’ailleurs, restent aussi les pneus de tracteurs à adapter. Freins à disques obligatoires?
    3 slovènes dans les 4 premiers du classement individuel UCI. Derrière, dans ce pays, il doit y avoir 50 1eres et 2emes caté, j’imagine. Il faut qu’il y en ait… puis quelques 500 3 et 4, et coureurs de cyclo sportives…
    Formidable : la Slovénie a inventé le cyclisme hors-sol!!!

  8. Thierry mtl

    Si je vous avais dit en avril 2020 (en plein lockdown) qu’on peut faire le podium de Paris-Roubaix trois semaines après un diagnostic de Covid…

    Je me demande si la Chine est au courant ?

  9. Edgar Allan Poe

    On sait maintenant qu’il y a Covid et Covid… En plus, le fait d’avoir coupé quelques jours ne peut être que bénéfique.
    Mais sous le Wout céleste, tous les rêves sont permis.
    Je pense sincèrement que ce mec a le tour dans les jambes. Quand je l’ai vu se balader deux fois de suite au Ventoux l’an dernier, ou en montagne sur le Dauphiné 2020, je serais a la tête de Jumbo, il y a longtemps que j’aurais switché le leadership sur le tour. Il gagne en chrono, il est bien difficile de le faire sauter au plat…
    Par contre, faudrait qu’on m’explique !
    Au moins, MVDP montre des limites en montagne… pour l’instant !

    • Lbi

      On bat des records de vitesseais chuuuut. Le matériel s’est amelioré et il y a vent dans le dos.
      Boonen et cancellara sont des cadets 😂😂

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.