Tous les jours, la passion du cyclisme

Championnats canadiens (Maîtres): la reco

Cinq ans jour pour jour, heure pour heure, après ma reconnaissance en 2016 de la jeune Classique des Appalaches, je retrouvais vendredi dernier Alexis Pinard, président du CO du VéloVictoFest et de la Classique, pour reconnaitre le parcours du chrono et de la course sur route des prochains Championnats canadiens, du 3 au 6 septembre prochain et partie intégrante d’une programmation de plusieurs jours intense de vélo.

Autrement dit, début septembre, c’est à Victoriaville que ca se passera!

Alexis me faisait d’ailleurs remarquer vendredi dernier à quel point la région vibre cyclisme: tout à fait vrai puisqu’on remarque rapidement la courtoisie des automobilistes du coin à l’égard de deux cyclistes qui roulaient vendredi dans le centre-ville et dans les rangs avoisinants de la ville.

Mais bon, retour sur les Championnats canadiens puisque c’est l’objet de cet article.

Trois épreuves: le chrono le vendredi, la course sur route le samedi, et le critérium le lundi. Le dimanche? Ca sera la course de la série mondiale GranFondo UCI, rien de moins.

Le chrono

24 km très roulants.

Le départ est situé à l’extérieur de la ville. Les neuf premiers kilomètres sont sur une longue ligne droite, vent de face très probablement. Au terme, deux petites bosses précèdent un virage sur la droite pour une section d’environ deux kilomètres avant un nouveau virage sur la droite pour entreprendre une autre longue ligne droite qui nous ramène vers le centre-ville de Victo.

En clair, ce sera pour coureurs puissants, capables d’enrouler de gros braquets.

Sans nul doute, le chrono se gagnera sur les neuf premiers kilomètres dans le vent, s’il souffle de l’ouest (donc de face à cet endroit). Les neuf derniers sont trop roulants pour faire une grosse différence.

Inutile de vous dire que le réchauffement sera capital et qu’il faudra savoir trouver rapidement un rythme élevé dès le départ. La roue pleine sera un atout pas de doute là-dessus.

À noter que le revêtement est globalement excellent.

Les détails du parcours sont ici.

La course sur route

Un parcours de Championnats! Dur.

Très dur.

Les détails sont ici.

Après une sortie de ville neutralisée, le départ sera donné sur le rang Chicago, au pied de la bosse des « trois tours », célèbre dans le final de la Classique des Appalaches.

Le réchauffement sera là encore capital, car les coureurs devront escalader cette grosse patate dès le km2. Une rampe de 1,2 km avec des passages sur le haut à 13%.

Je vous recommande d’ailleurs des braquets adaptés. Perso, ca serait 36-29 afin de pouvoir grimper assis en début de course.

Une fois la première bosse passée, on rejoint un circuit de 18km qu’il faudra parcourir plusieurs fois, selon la catégorie d’âge bien sûr (détails à venir).

Le circuit débute par deux petits kilomètres en terre battue, mais de très bonne qualité. C’est roulant et ne pose pas de défi ni de danger particuliers.

Virage à droite, on attaque le juge de paix: deux grosses rampes, chacune d’environ un kilomètre, la première avec un passage à 14% et d’autres à 10%, la deuxième un peu plus facile, mais considérant qu’on sera à bloc, ca ne sera pas simple quand même.

Ces bosses sont orientées vent de face en plus, mais on ne devrait pas trop le sentir dans la pente et compte tenu de la faible vitesse.

On pourra ensuite souffler sur une descente de 3,5 kms environ avant un virage à droite à haute vitesse, et une nouvelle rampe parfaite pour des attaques: 800m avec une pente inégale et un petit coup de cul sur la fin, vent de dos. Ouch. La puissance brute parlera.

La suite sera propice à des regroupements si les coureurs travaillent ensemble, deux kilomètres en descente avec beaucoup de dégagement au loin, où on pourra voir les écarts avec les fuyards devant. Nouveau virage à droite, et ca sera deux kilomètres de faux plat ascendant, en prise, avant une dernière descente assez abrupte pour boucler la boucle.

Une fois les boucles complétées, il faudra bien évidemment remonter par l’ascension des trois tours, en sens inverse (mais dans le sens où la bosse était escaladée dans le final de la Classique des Appalaches). Très inégale, la première partie comporte un passage à 18%. Ça sera la dernière grosse difficulté de la course.

Restera ensuite 7 kilomètres très roulants pour rejoindre le centre-ville de Victo et le titre canadien.

Chose certaine, sur un tel parcours, il faudra savoir encaisser les changements de rythme, être endurant, et être un coureur complet. Je suis certain que ce parcours ne couronnera que des vrais costauds dans toutes les catégories.

À noter que pour certains, il faudra savoir enchainer le chrono et la course sur route sur deux jours. Pas forcément simple.

Le GranFondo UCI Masters

Le dimanche, on pourra tenter de se qualifier pour les Championnats du monde UCI Masters de Istocno Sarajevo du 6 au 10 octobre 2021, en terminant dans le premier 20% de sa catégorie d’âge sur la course proposée.

Et quelle course!

131 kms, 1700m de dénivelé, les détails sont ici. Il faudra l’avoir dans la tête celle-là.

Ce qui est intéressant – et différent de la course sur route des Championnats canadiens – c’est que le premier 20%, c’est quand même accessible et cela veut dire que même lâché du premier peloton, votre course continue…

L’originalité: le Gravel Gros Big

Pas de Classique des Appalaches format « classique » cette année, pandémie de Covid-19 oblige, mais plutôt un événement gravel, plus simple à gérer car n’impliquant pas de départ de masse d’un gros peloton.

Le GGB est né!

L’épreuve proposera un parcours de 129 kms composé de 75% de routes de gravel, et un dénivelé total de plus de 2400 mètres. Un beau défi, surtout si vous le faites en (petite) gang. Cadre enchanteur, surprises au fil des kilomètres, et le Mont Arthabaska!

On bénéficie de tarifs réduits si on s’inscrit avant le 15 juillet.

La course s’inscrit dans une série d’événements gravel cet été, du gravel bike qui se développe dans ce contexte pandémique car exempt du concept d’un peloton cycliste.

Ainsi, on a le 7 août le Big Red Gravel Run (Grenville-sur-la-rouge), le 14 août le Gravel Backpacking Challenge (Magog), le 21 août le Grinduro Canada dans Charlevoix, et les 100 à B7 le 26 septembre.

Beaucoup d’autres événements gravel plus « informels » sont également organisés et popularisés au moyen de Facebook notamment.

Mention d’indépendance

Je souligne en terminant que cet article n’a pas été rédigé à la demande de qui que ce soit, mais est bel et bien de ma seule initiative. Personne, Alexis encore moins, ne m’a demandé quoi que ce soit. Je ne bénéficie pas non plus d’aucun tarif réduit ou préférentiel si je m’inscris à l’un ou l’autre de ces événements.

J’ai écrit cet article parce que c’est ma façon de soutenir le cyclisme sur route au Québec, qui en a bien besoin ces temps-ci. D’ailleurs, dans quelques jours, je reviendrai avec un article complet consacré à ce thème, dans la foulée de ce cri du coeur de Gilles Besner récemment.

Le Tour de France et les Championnats nationaux

Et bien sûr, la couverture du Tour de France, qui s’élance samedi prochain de Brest, débutera sous très peu sur ce site, et pour tout le mois de juillet. Je reviendrai également sur les Championnats nationaux, et notamment cette belle victoire de Rémi Cavagna hier à Épinal.

Partager

Précédent

Je me suis fait rincé par le CCS-Siboire!

Suivant

Le peloton du Tour 2021

  1. Sur le principe, tu n as pas de compte à nous rendre. C est ton site et tu es seul maître à bord. Je ne connais pas les tarifs mais il n’y aurait absolument rien de choquant à ce que l organisateur t offre une place à ces championnats vétérans. En France, les cyclistes très actifs sur la toile sont invités ou ont des tarifs sur des cyclo-sportives. Faire la promotion d événement sportifs, c est super et inattaquable, que ce soit avec ou sans contrepartie.

    C est un soutien au cyclisme vétéran. Le parcours semble particulièrement sélectif.

    En France, les championnats vétérans ressemblent tout de même à un business. Mais il n’y a pas de mal à cela. L essentiel reste que les tarifs restent abordables.

  2. MR GREAUX THIERRY

    AUCUN COMPTE A NOUS RENDRE AU SUJET DE L ARTICLE, ET JE PENSE QUE UN TEL ARTICLE FERA PLUS DE BIEN AU CYCLISME QUEBECOIS QUE BIEN DES NON ACTIONS DE LA FEDERATION QUI SEMBLE DORMIR AU TOAST ET CELA NE DATE PAS D AUJOURD HUI ,

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Répondre à Éric Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.