Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Camp Groupe Centrifuge: jour 4

La Flamme Rouge vous offre cette semaine de petits reportages quotidiens sur le déroulement de notre camp d’entrainement en Virginie avec le Groupe Centrifuge de Marc Dufour.

Encore de la pluie, mais davantage de chaleur ce matin au départ de notre sortie d’entrainement. Au menu, 80 bornes, toujours dans les bosses (il n’y a que ca ici). La sortie, solide, se terminera toutefois sous le soleil et par une agréable température d’environ 20 degrés.

Pour donner une meilleure idée du profil des parcours d’entrainement que la Virginie et le Groupe Centrifuge offrent, vous trouverez ici une image du profil de notre sortie, en 3 courbes: altitude, vitesse et pulsations cardiaques. C’est éloquent.

Quoi de mieux pour terminer cette journée d’entrainement qu’un massage suivi d’une dégustation de vins régionaux supervisée par un sommelier professionnel sur la terrasse ensoleillée du chalet ? Sachons vivre !

Demain, les choses sérieuses continuent: 120 kms prévus vers le Blue Ridge, dont le passage de 3 cols assez pentus.

Les chutes

Plusieurs chutes ont ponctué les journées d’hier et d’aujourd’hui, la plupart sans gravité et sous pavé humide. Il convient de rappeler que la prudence s’impose sous condition humide et que les pneumatiques devraient en principe être moins gonflés que par temps sec. Le pilotage dans les descentes se doit également d’être plus coulé, moins brusque. 

Le poisson d’avril

L’annonce sur Canadian Cyclist ce matin affirmant que le coureur québécois Dominique Rollin, récent vainqueur de la 4e étape du Tour de Californie, venait de signer chez High Road. La méfiance était de mise, même si les discussions allaient déjà bon train ce matin au déjeuner. Après appel au principal intéressé, c’était effectivement un poisson d’avril. Celui offert par CyclingNews et portant sur un nouveau type de contre-la-montre par équipe nous a apparu de meilleur goût.

La personnalité

Émilie Roy. Vous connaissiez Émilie Roy la championne cycliste qui compte notamment à son palmarès le titre canadien 2007 chez les moins de 23 ans, voici maintenant Émilie Roy la massothérapeute. Délaissant pour le moment la compétition cycliste, la jeune athlète voit en la massothérapie le moyen d’assurer sa reconversion ainsi que de rester proche d’un milieu qu’elle aime, celui du cyclisme de compétition. Massothérapeute des équipes nationales depuis plusieurs mois, elle est bien placée pour bien comprendre les besoins et le stress que peuvent vivre les athlètes lors des compétitions. Sa présence, notamment auprès des jeunes espoirs québécois et canadiens, est dans ce contexte appréciée et rassurante. Elle continuera, en 2008, d’accompagner les meilleurs athlètes du Québec et du Canada sur les grandes courses du calendrier d’ici.  

Et La Flamme Rouge confirme et rassure ceux qui douteraient: elle ne semble avoir rien perdu de sa condition physique sur un vélo ! 

Électrostimulation

L’électrostimulation est à la mode, c’est incontestable. Depuis plusieurs années déjà, on peut lire dans les grandes revues cyclistes une pléthore d’articles à ce sujet, certains estimant indispensable l’usage d’un tel appareil, d’autres évoquant ses limites. Qu’en est-il vraiment ? Nous avons demandé à Émilie et son collègue, lui-aussi massothérapeute. Selon eux,  l’électrostimulation peut être très profitable pour la récupération, moins pour la musculation. Il convient donc d’utiliser cet appareil pour maximiser la récupération et ainsi enchainer plus facilement les entrainements. En activant la circulation sanguine, cet appareil contribue en effet à éliminer l’acide lactique accumulés dans les muscles lors des gros efforts.

Evidemment, l’électrostimulation a ses limites et ne saurait remplacer un massage en profondeur des muscles.

Fait intéressant, de l’avis d’Émilie et de son collègue, élever les jambes après les entrainements serait aussi très efficace pour accélérer la récupération. Cette technique a l’avantage d’être à la portée de tous et d’être peu coûteuse.

La phrase du jour

Entendu aujourd’hui dans le final de notre sortie: "pour participer au camp d’entrainement du Groupe Centrifuge, il faut d’abord faire un autre camp d’entrainement pour se préparer…". Voilà qui témoigne des parcours accidentés offerts ici. 

Partager

Précédent

Camp Groupe Centrifuge: jour 3

Suivant

Camp Groupe Centrifuge: jour 5

  1. Rocheto

    Sur que ca doit vous coutez de d’écrire ces petits billets apres votre journée. Mais alors moi j’en raffole.

    Continuez

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.