Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Wiggins: à la recherche du temps perdu

Premier grand rendez-vous de ce Giro aujourd’hui avec le long chrono de 55 kilomètres du côté de Saltara. C’est un chrono roulant, rapide, qui permettra aux spécialistes de l’effort solitaire de bien s’exprimer.

Normalement, Bradley Wiggins aurait pu profiter de cette étape pour s’emparer du maillot rose.

Il n’en sera probablement rien tant Wiggins a perdu du temps hier dans le final compliqué de l’étape de Pescara, disputé sous la grande flotte.

C’est ainsi que Wiggins a étalé au grand jour une faiblesse: il descend comme une enclume sous la pluie! (les images du final sont ici, c’est éloquent!) Il est allé au tapis à au moins deux reprises et par la suite, il descendait vraiment comme un manche, toute confiance en lui ayant disparu.

C’était assez pathétique et surprenant pour un coureur professionnel.

Et du coup, il a perdu hier 1min24sec sur ses principaux adversaires, dont Hesjedal, Evans et Nibali.

Wiggins pointe désormais à la 23e place du général, à 1min32 du maillot rose et à presque 1min30 de Hesjedal et Nibali.

Autant dire que pour lui, c’est du rattrapage désormais. Il aura besoin de sortir tout un chrono demain pour se replacer dans la course.

Voilà une belle motivation pour Hesjedal et Nibali qui ont une chance de maintenir Wiggins à distance s’ils réalisent tous deux un bon chrono.

Quoi qu’il en soit, gageons que les adversaires de Wiggins sauront retenir que l’Anglais est un manche lorsqu’il s’agit de descendre sous la pluie. Et qu’ils ne manqueront pas d’exploiter cette faille dès que possible! Remarquez que Wiggins n’est pas le premier coureur de grande taille à ne pas bien descendre: rappelez-vous Alex Zulle il y a quelques années, c’était pire encore!

Partager

Précédent

Tornado Tom visite Maranello

Suivant

Hesjedal a perdu le Giro

12 Commentaires

  1. Je remarque aussi que les mecs ne font rien pour descendre correctement sur le mouillé : Wiggins est loin d’être le seul gars à rouler en jante haute carbone, avec des boyaux surgonflés pour le sacro-saint rendement… Hier ça tombait de partout dans le final, certainement à cause des risques pris et des routes particulièrement grasses, mais avec des jantes alu et des boyaux gonflés modérément et adaptés à la pluie le résultat aurait été différent je pense.
    Vu la météo de ces derniers jours ils pouvaient s’attendre à un tel déluge, et c’est pas comme s’ils n’avaient pas d’assistance pour changer en cours de roue 😉

    0
    0
  2. D’ailleurs le vainqueur roulait en « taille basse » malgré son grand gabarit 🙂

    0
    0
  3. schwartz patrick

    C’est bizzare, chez Sky,tout est fait pour se rapprocher de la perfection,non ? jantes basses,pneus pluie, la bonne gomme,les bonnes stries, la bonne
    pression, toutes ces petites choses devraient être
    monnaie courante dans « the first team » où rien n’est
    laissé au hasard soi disant … perso, j’ai toujours défendu les jantes basses,non seulement polyvalentes mais aussi « poly-vaillantes » !!! et bien descendre,
    çà s’apprend, aussi. Du coup, une fois de plus, dans
    le « package » du parfait cycliste, les classiques et semi-classiques flandriennes devraient se situer en position « obligatoire », ne parlons même pas de cyclo-
    cross… Les coureurs de « grands tours »,coureurs de salon …
    En ce qui concerne Zûlle, c’était quand même un coureur
    à lunettes apparemment assez handicapé par sa vue; je ne l’ai d’ailleurs jamais vu sans ses « hublots » …

    0
    0
  4. Fred

    Excuser mon ignorance, mais quelle difference existe-t-il entre une jante haute et basse sur la pluie? Je ne parle pas ici des materiaux de construction, c’est connu que le carbone est moins performant sous la pluie qu’une jante en alu au freinage. Est-ce que d’utiliser un jante de 50mm en carbone est reellement un desanvantage par rapport a une jante de 24mm en carbone?

    F.

    0
    0
  5. Michel M

    c’est la première fois que je l’entends celle-là, les coureurs de grande taille qui peuvent être désavantagés en descente dans la pluie … pauvre Indurain, pauvre Hesjedal 🙂

    par contre, Wiggins est effectivement très haut sur son vélo, lorsqu’assis sa jambe est en extension presque totale, c’est certain que ça pour la descente ce n’est p-e pas otpimal

    0
    0
  6. Vincent C

    Rodolphe, les jantes basses sont en carbone aussi, ça change rien au rendement en descente au contraire; y’a plus d’aérodynisme, les jantes hautes sont plus stable.

    C’est plus une question de pneumatique et de talent. J’pense pas qu’au début d’une course de 203km comme hier, les pros décident de rouler sur 90psi pendant 190km pour être safe pour les 10 derniers kilo.

    La réaction, c’est d’exscuser des « pas de talents » en descente comme Wiggins et Andy Schleck. Evans, Hesjedal sont d’excellent pilote en descente, provenant du vélo de montagne. Nibali est italien et les italiens sont rarement de mauvais descendeur (sauf Sella).

    Donnez à César ce qui lui revient, svp.

    C’est tout au mérite à ceux qui sont rester sur leur vélo et au déshonneur de ceux qui sont tombés, comme Sella 2 fois.

    0
    0
  7. Vincent C

    Ah j’oubliais aussi, c’est une question de choix de patins de freins sur jante carbone et gruppo. Le bon mixte est important.

    Perso, je trouve que SRAM ça ne freine pas, Shimano est de mieux en mieux, Campy, jamais de problème.

    0
    0
  8. Vincent C

    Et la SKy est une équipe si bien organisé, Wiggins aurait dû changer de vélo en des pneus pour ce genre de condition, il aurait pas perdu autant de temps.

    0
    0
  9. dans le 1000

    La pression des pneus et le type de freinage n’y était pas pour grand chose hier dans le final. On a qu’à voir le spectateur qui a glissé en espadrille sur le tarmac mouillé pour venir en aide à Sella qui venait de chuter. Glisser sur de l’asphalte avec des pompes faut le faire quand même. Voilà pourquoi les gars chutaient autant, à basses vitesse en plus. Un revêtement gras et peu abrasif n’offre pas tellement d’adérence une fois mouillé.

    0
    0
  10. Vincent C

    Sella est sorti de la travectoire. C’est l’huile qui ressort qui rend l’asphalte glissante, surtout avec le nombre de passage de voiture dans un évènement comme le Tour d’Italie; autant les autos du Tour, que l’organisation, que les spectateurs.

    N’oublions pas que plus de la majorité sont restés sur le vélo sans tomber.

    Ça existe des cyclistes pas bon en descendent. Wiggins en est un!

    0
    0
  11. schwartz patrick

    OK avec Vincent;
    sur 200 coureurs au départ,il n’y en a pas 200 par terre après la 1ère averse; il y a bien des coureurs qui se tiennent moins bien sur un vélo, les petits grimpeurs espagnols que l’on retrouvent souvent dans les chutes sur le Tour et quelques grands « raides »; il
    est vrai qu’un peu de terre, les bandes blanches mal négociées, la chaussée grasse après une période de sécheresse, si tu paniques ,la glissade est assurée…

    0
    0
  12. alain39

    Wiggo est lâché ce jour sur le giro.
    Il a définitivement perdu et il va bientôt bâcher car clairement soit il est malade soit le moral est aux abonnés absents.
    Une année blanche se profile pour lui et Froome est leader de l’équipe pour le tdf.
    Uran est aussi lâché et c’est donc toute la suprématie Sky qui part en fumée.
    A priori ils sont tous malades. Tiens ça ne vous rappelle pas la vuelta 2010 ou toute l’équipe frappée d’une épidémie jamais élucidée avait abandonné.
    Les conditions climatiques sont épouvantables et les étapes de montagne de ce week-end risquent de passer à la trappe et c’est une bonne nouvelle pour Nibali.
    Il va bientôt n’avoir plus qu’un seul concurrent à surveiller et c’est l’ancêtre Evans. Mine de rien il fait son bonhomme de chemin et reste en embuscade. Il va falloir le surveiller car il sait jouer l’attente et résiste bien aux conditions climatiques déplorables.
    De l’autre côté de l’atlantique le bel Andy s’est offert un raid sur le tour de californie. Il reprend des couleurs le bel Andy et on va voir ce qu’il va faire sur la dernière étape de montagne. Il lui reste certes encore beaucoup de chemin à parcourir pour arriver à son meilleur niveau mais au moins il n’a aucune pression et il semble petit à petit retrouver du plaisir.
    Il lui reste encore un bon mois avec un programme qui est très équilibré.
    Au fait vous savez où est cuisses de grenouille? Plus de nouvelles et dans ce sport c’est pas bon signe. Il doit se réoxygéner aux Canaries et s’enfiler de belles aassiettes de viande à tous les repas. Des beaux steaks achetés chez son copain boucher tranchés sur des beaux boeufs espagnols élevés au clenbuterol. C’est une spécialité locale.
    Je n’ose pensé à ce qu’il doit boire mais y a pas que de la pomme. De la betterave? Y en aussi. Et puis autre chose et c’est du brutal.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.