Tous les jours, la passion du cyclisme

Vuelta: mieux que le Giro?

C’est une première dans l’histoire du cyclisme cette semaine: le Giro et la Vuelta en même temps!!!

La 75e édition du Tour d’Espagne s’élance en effet aujourd’hui depuis Irun au Pays Basque, alors que le Giro entre en troisième semaine.

Une édition atypique de la Vuelta, Covid-19 oblige.

18 étapes, et non pas 21 comme d’habitude sur les grands tours. Ca nous mène quand même au 8 novembre pour l’arrivée à Madrid, le temps sera plus frais c’est certain.

Surtout que cette Vuelta est très montagneuse. Il s’agit probablement du plus difficile des trois grands tours cette saison.

Sur 18 étapes, on compte pas moins de… huit arrivées au terme d’une ascension! Les 11e et 12e étapes seront redoutables, avec l’arrivée en haut de La Farrapona et, le lendemain, en haut de l’Angliru. Aie!

Bref, un parcours casse-pattes, dès l’entrée en la matière avec les trois premières étapes compliquées. Le premier vrai test surviendra lors de la 6e étape et son arrivée en haut du col du Tourmalet. Puis la 8e avec l’arrivée à l’Alto de Montcalvillo.

La 13e étape, après le 2e jour de repos, sera un chrono de 34km, probablement la dernière étape décisive pour le général avant une fin de Vuelta un peu moins difficile, sauf l’avant-dernier jour et l’arrivée au sommet de l’Alto de la Covatilla.

Les étapes clé:

6e étape:

8e étape:

11e étape:

12e étape:

17e étape:

Les favoris

Je sais pas vous, mais je trouve moi que le plateau sur cette Vuelta a une autre gueule que celui présent sur le Giro.

La Jumbo-Visma d’abord: Roglic, Dumoulin, Bennett, Gesink, Kuss! Ca va faire mal ça. On sera vite fixé sur qui de Roglic ou Dumoulin assumera le rôle de leader dans l’équipe, compte tenu des difficultés qui arrivent vite en première semaine. Les deux ont eu droit à une petite pause récemment, question de refaire du jus.

Les Ineos-Grenadier ensuite: Froome, Carapaz, Amador, Van Baarle. Froome, je n’y crois pas trop, et il n’offre aucune garantie quant à sa condition actuelle. Mais c’est Chris Froome, comment l’exclure de la liste des prétendants au trône?

Les Movistar: Mas et Valverde. « El Bala » aurait préparé cette Vuelta avec soin, mais à 40 ans, peut-il encore y jouer les premiers rôles? Il demeure un sacré moteur et en forme, qui sait ce qu’il peut faire?

La FDJ: Pinot et Gaudu. Ca va être intéressant de suivre Tibopino sur ce Tour d’Espagne, qu’il court probablement un peu pour faire oublier son Tour de France de misère, victime d’une chute. Il devrait être très motivé… si la poisse peut le laisser tranquille ca peut le faire.

Les EF: Martinez, Woods, Van Garderen.

La Cofidis avec Guillaume Martin et Jesus Herrada. Pour Guillaume Martin, on cherchera à confirmer son récent Tour de France assez exceptionnel.

Sans oublier les autres: De la Cruz, Henao, Vlasov, Nieve, Chaves, Poels, Mohoric, Dan Martin. Certains ont une saison à sauver.

Bref, ça fait beaucoup de monde qui peut espérer une place dans les 10, voire dans les 5. On devrait assister à une course de mouvement, si jamais la Jumbo-Visma ne cadenasse pas tout. Sur le papier, elle semble en avoir les moyens…

Pour la gagne à Madrid, misez sur un Jumbo-Visma, Carapaz, Pinot.

Tous les partants sont ici.

Les Canadiens

Ils sont deux au départ, Mike Woods chez Education First ainsi que James Picolli chez Israel Start-Up Nation.

Si Picolli apprend à ce niveau, Woods a une belle carte à jouer selon moi, il était en forme récemment. Le parcours, montagneux à souhait, lui convient bien, avec des arrivées en altitude fréquentes. C’est dire si une belle victoire d’étape lui tend les mains, et pourquoi pas au sommet de l’Angliru?!

Et à la clé, pourra-t-il faire mieux que cette 7e place acquise sur la Vuelta 2017?

À la télé

En Europe, Eurosport.

Au Québec, FloBikes.

En stream gratuit, Tiz-Cycling.

Partager

Précédent

Ronde: un sprint de ouf!

Suivant

Vuelta: déjà le ménage!

  1. Tchmil

    Sepp Kuss, s’il a le niveau du Tour et vu le nombre d’arrivées en haut, peut fait un concurrent au maillot rojo, non? Le jeu d’équipe risque de le condamner à rouler pour l’anesthésiste Dumoulin (remarquez Dumoulin en Espagne pour le Don Quichotte de la Vuelta ?).

    Vroome-Vroome c’est intéressant pour Woods, il va pouvoir préparer la saison prochaine en épaulant l’Ottavien. Et oui pour une autre victoire d’étape, les profils lui conviennent à merveille.
    Quant à nos français, Pinot va s’effacer et le pauvre Armirail se demandera dans 2 semaines ce qu’il lui a pris d’attendre son leader au Tourmalet. Peters en route pour une historique 3è victoire sur 3 grands Tours. Martin, comme Woods, pourrait bien en ramener une à la maison.

    2
    1
  2. Froome a beau avoir une entente avec ISN, je ne suis pas convaincu qu’ il roulera pro l’an prochain. Cette Vuelta en dira plus sur la suite de sa carrière qui n’est assurée. ISN a probablement une clause salariale conditionnelle.

    2
    0
  3. Wolber

    Au sujet de Thibault Pinot , l Équipe explique que celui ci prendrait le départ ds un rôle d équipier de David Gaudu. Le journal avance qu il ne serait pas remis entièrement de sa chute sur le Tour, il y a deux mois.
    Dans ce cas , on peut vraiment s interroger sur la nature exacte des symptômes occasionnés par sa gamelle.

    2
    0
  4. Christian Leray

    Ca risque en effet d’être un « bis repetita » avec la Jumbo qui va cadenasser la course…
    Quand on voit le plateau, on a l’impression que le Tour va se rejouer, avec Pogacar en moins.

    2
    0
  5. Edgar Allan Poe

    Très bonne analyse, Tchmil ! Du moins, j’y souscris.
    Au final, 3 Jumbo dans les 10, 5 dans les 16 premiers…L’affaire est pliée, à moins qu’un adolescent colombien ou de chez Quickstep ne sorte du rang…qui sait 😁😁? Une chaudière UAE ?
    Reste Caparaz, qui m’a impressionné sur l’étape de la Loze au TdF. Dan Martin, je suis fan, mais je ne pense pas qu’il soit en mesure de rivaliser tous les jours. Son équipe est faible. Chavez…? Bof…
    Plié pour Froome. Pour les français, plié pour la FDJ. Gaudu, j’ai peur qu’il ne finisse comme je l’avais prédit.
    Reste G. Martin qui a limité, et Elissonde.
    La Vuelta a beau être open-bar, je ne pense pas qu’on y verra de grande surprise.
    Par contre, le rôle de la météo sera prépondérant. Des années que l’on a des étés indiens dans cette partie de l’Europe, et cette année, il faut mauvais depuis fin septembre.
    Le valeureux suisse Simon Pellaud a confié que son obsession sur le Giro est de ne pas attraper froid, car un coup de froid ou une bronchite à cette époque, et dans ces conditions de course et de Covid, est synonyme de retour illico à la maison.

    6
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.