Tous les jours, la passion du cyclisme

Vuelta: chacun une étape pour faire la différence

L’histoire se répète cette saison: comme sur le Tour de France et le Giro d’Italia, cette Vuelta demeure, à quelques jours de l’arrivée, extrêmement serrée.

Pas moins de quatre coureurs sont à 35 secondes ou moins du maillot rouge, repris sur les pentes de l’Angliru par Richard Carapaz.

Roglic pointe à 10 secondes, Carthy à 32 et Dan Martin à 35.

Je pensais que les étapes de la Farrapona samedi et surtout de l’Angliru dimanche feraient de plus gros écarts. Le niveau est très homogène parmi les 6-7 premiers du général sur cette Vuelta, chacun ayant un petit coup de mieux ou de moins bien d’un jour à l’autre, sans subir pour autant le knockout.

Il ne reste désormais que deux étapes difficiles pour faire la différence selon moi. Bien entendu, il faudra être vigilant sur les autres étapes de la semaine, mais elles ne présentent pas de difficultés suffisantes pour créer des écarts « à la pédale ».

La première étape difficile, ben c’est aujourd’hui, le chrono de 33 kilomètres du côté de Muros.

On retrouve le classique en cyclisme: le rouleur doit distancer le grimpeur sur le chrono, et le grimpeur devra distancer le rouleur dans l’étape de montagne.

Aujourd’hui donc, Roglic doit mettre du temps, un maximum de temps, à Carapaz. Pour être vraiment tranquille, il a besoin d’une minute selon moi au sortir de ce chrono. Sur 33 bornes, c’est jouable, dans un bon jour ce formidable rouleur peut reprendre 2 secondes au kilomètre à Carapaz, nettement moins à l’aise dans cet exercice.

Il devra aussi mettre du temps à Carthy et Martin, plutôt grimpeurs eux-aussi.

Pour Carapaz, Carthy et Martin, c’est « damage control » aujourd’hui en attendant l’étape de samedi prochain qui se termine au terme de l’ascension de l’Alto de la Covatilla. Cette ascension au-dessus de Béjar n’est pas très simple, avec les premiers kilomètres difficiles, qui seront probablement impardonnables pour ceux qui ne parviendront pas à rapidement se mettre dans le rythme.

Comme sur l’Angliru, Roglic, s’il est en rouge, aura l’avantage du travail de ses excellents équipiers Gesink, Bennett et Kuss. Pour les trois autres, ils n’auront rien à perdre. Mike Woods sera au service de Hugh Carthy, et Dan Martin devra se débrouiller seul. C’est probablement lui qui a, aujourd’hui, le moins de chances de monter sur le podium à Milan selon moi.

Partager

Précédent

Tour de France 2021: bof?

Suivant

Vos braquets: les meilleures et moins bonnes combinaisons plateaux-cassettes

  1. Thierry mtl

    Attention à l’anglais. Il peut être surprenant.

    3
    0
  2. Yoann

    Milan ? Fatche …

    2
    0
  3. alano39

    Je suis étonné de voir si peu d’écarts sur les grands tours. A chaque fois ça se joue a quelques secondes. Roglic a sorti un bon chrono mais ses 2 principaux adversaires ont fait un très bon chrono et il n’a pas pu creuser d’écart significatif lui assurant la victoire.
    Roglic peut compter sur son équipe. Ce qui m’étonne est de le voir encore à ce niveau après le tdf. Il est le seul qui enchaîne 2 grands tours au plus haut niveau.
    Ses adversaires vont se rappeler sa baisse de forme sur le tdf et son habituel baisse de régime en 3eme semaine.
    Mais cette année il semble avoir franchi un niveau supérieur au niveau récupération.
    Carapaz devra l’attaquer et l’isoler mais franchement avec une telle équipe c’est quasi mission impossible.
    Certes ces faibles écarts maintiennent le suspens mais le déroulé des étapes est assez répétitif avec les Jumbo qui impriment le rythme pour éviter toute attaque. Il serait intéressant de voir Roglic sans son équipe. Il semble prenable si son équipe ne maîtrise pas la course.
    Hugh Carty m’étonne car il clairement passé un cap. Il est peut être celui à suivre car il peut soit gagner soit influencer le court de la course. Une attaque obligerait Roglic a fournir des efforts et pourrait permettre un contre fatidique de Carapaz. Ou l’inverse qui sait?
    Donc rien n’est joué.

    4
    2
  4. Thierry mtl

    Roglic fait Face a une concurrence moins forte que sur le Tour. Mais il est aussi moins en forme qu’en septembre. Il a eu une sacrée charge de travail depuis la mi août. C’est impressionnant. Il est le seul survivant des cadors de aout-septembre et il est encore devant. Carapaz ne défendait pas le maillot jaune sur le Tour et les autres sont en vacances ou cramés.
    Roglic gagne par petits gains, mais il gagne comme on s’y attend.

    Hugh Carty, plus frais, sans pression psychologique, pourrait en tirer profit samedi.

    2
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.