Van Der Poel, qui d’autre?

C’est pas souvent que je parle de cyclo-cross, mais devant une telle classe, pas le choix!

C’était les Mondiaux hier de la discipline, du côté du Danemark. À défaut d’avoir un Pays-Bas-Belgique en finale de la Coupe du Monde de foot, on se rabat sur le cyclo-cross…

Et sans surprise, match il y a eu entre Mathieu Van Der Poel pour les Pays-Bas et Wout Van Aert pour la Belgique. Les deux épouvantails. Des monstres. Le mano-à-mano a eu lieu au 3e tour de la course, mais a vite tourné à l’avantage du néerlandais.

La course s’est donc jouée sur les trois premiers tours, qui sont ici. On a vu que des Belges et des Néerlandais. C’est fou.

La course a été gagnée selon moi sur le niveau technique, Van Der Poel étant une coche au dessus de tout le monde à cet égard. Van Aert n’a pas su répondre, perdant de précieuses secondes sur les passages techniques et, avec elles, le titre. Il a même fallu qu’il défende sa 2e place face à son compatriote Toon Aerts, qui doit sa 3e place à une faute technique dans le dernier tour.

Je m’émerveille toujours devant pareille classe. Mathieu Van Der Poel, c’est Fausto Coppi à son époque, Jacques Anquetil, Eddy Merckx, Frank Vandenbroucke, Marco Pantani, ou encore dans une autre discipline, Nino Schurter. Du talent à l’état brut. Fou raide.

Et parlant de talent, les prochaines années appartiennent, si tout va bien, à Remco Evenepoel, lui aussi la grande classe sur un vélo. 9e du Tour de San Juan, maillot vert à l’arrivée, les premiers tours de roues au plus haut niveau sont réussis. Reste à garder la tête froide, ce qui semble le cas.

12 Commentaires

  • plasthmatic
    Soumis le 4 février 2019 à 12:54 | Permalien

    Pas facile de faire la part entre les facteurs technique et physique. Le dévers glissant a compté pour beaucoup dans la différence entre les deux bonhommes, c’est sûr. Disons deux secondes le dévers, une demi-seconde les planches. M. Van Der Poel prenait un peu plus que ça sur chaque tour. Et puis, les faiblesses techniques sur tel ou tel passage peuvent aussi s’expliquer par le fait d’un organisme au taquet. Au taquet, on se durcit, et quand le passage est limite, ça passe moins bien qu’en mode feeling. Hier, sur ses premiers passages du dévers sans poser le pied, les images montraient que M. Van Der Poel se mettait à fond de gomme, gainage compris. Bien entendu, un bourrin insensible à fond de gomme se serait retrouvé en bas dans les bâches, le flanc droit couvert de boue. Et comme une aisance technique préserve le corps : plus on est souple, moins on dépense « à côté », c’est gagnant-gagnant et bien compliqué à démêler (je crois qu’il ne faut pas démêler, ce serait un peu dire que le mec a gagné en biathlon parce qu’il a mis les balles). Je crois que (comme « prévu » d’ailleurs) il a gagné hier pour avoir été un poil au-dessus techniquement, et un poil au-dessus physiquement. Deux poils, dans un monde où on se rase les cannes, c’est pas rien.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +11 (from 11 votes)
  • Wolber
    Soumis le 4 février 2019 à 2:40 | Permalien

    Wout Van Aert a depuis son tres beau début de saison 2018, commencé sa mue en routier. Un peu trop puissant, un peu » lourd » , un rapport force / vélocité légèrement en deçà pour suivre le batave surdoué . On a aussi constaté une motricité qui , par moment lui faisait défaut , comme à tous les autres…sauf à Van Der Poêl Oui, des petits peu, qui comme disait Coluche forment des gros peu.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 4 votes)
  • alano39
    Soumis le 4 février 2019 à 4:19 | Permalien

    Le résultat de ce championnat est conforme à ce que nous avons vécu tout au long de la saison.
    Van Der Poel est arrivé à maturité et domine cette discipline. Qui plus est, force est de constater que cette professionnalisation à outrance a rendu cette discipline plus pauvre en protagonistes. 2 nations dominent et ça correspond à 2 pays où ce sport est très populaire et dispose d’infrastructures que l’on ne retrouvent pas ailleurs. Il faut aller voir une course en Belgique pour mesurer le niveau de professionnalisme et l’engouement autour de cette discipline.
    Physiquement on voit que Van Aert a gagné en puissance et poids pour aller sur la route et a donc perdu en technicité. Hier il a payé ce choix et a été dominé sur la partie technique par un Van Der Poel très affûté avec une musculature plus fine. La victoire est amplement méritée et Van Der Poel arrive à la croisée des chemins. Soit il continue à ne faire que du cyclo cross soit il passe sur la route. A 24 ans il va devoir se prononcer si il veut se donner la chance d’avoir une belle carrière sur route. C’est une question cruciale et par chance il est bien entouré pour faire ce choix.
    Coté français nous sommes à notre place car cette discipline reste une activité complémentaire à la route et non une discipline à part entière. Mais personne en France ne peut bien vivre de cette discipline contrairement à la Belgique et Hollande. Tout est là.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 4 votes)
  • Thierry MontreaPoel
    Soumis le 4 février 2019 à 8:52 | Permalien

    L’avenir est aux Poel.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Tchmil
    Soumis le 4 février 2019 à 9:45 | Permalien

    Si Piddcock continue le Cyclo-Cross il risque d’y avoir un britannique au milieu des Flamands bientôt (?)

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)
  • regis
    Soumis le 4 février 2019 à 11:54 | Permalien

    Superbe victoire de MVDP, rien à dire si ce n’est bravo.
    Ses adversaires se sont casses les dents dans les devers il faut dire à leur décharge que les 7 à 10kg de plus ça joue clairement dans ce genre de passage. Quelque soit la technique.

    Il faut souligner aussi qu’ils roulent quasi tous avec les mêmes boyaux (Dugast) ce qui les met sur un certain point d’égalité.
    Cela est très rare dans des sports actuellement et il faut souligner la qualité de Durant à pouvoir rester au top durant si longtemps.
    Pendant ce temps en VTT une bonne demi dizaine de marques se partagent les pilotes… et la même chose sur route.

    Il est un peu bizarre de constater que Van Aert est passé de 72 à 79 ou 80kg en 2 ou 3 années pour gagner en puissance pour briller sur route.
    En effet sur route il y a de moins en moins de poids « lourds » et on voit les coureurs s’affiner de plus en plus, Sagan mis à part.
    Par exemple Gilbert une fois passé chez Bmc à fort pris en masse ( visuellement) mais n’a plus jamais connu la même réussite même sur les courses flandriennes par exemple… (TDF remporté mis à part)

    Quel est le juste choix?!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)
  • PYGauthier
    Soumis le 4 février 2019 à 12:11 | Permalien

    J’ai bien aimé le parcours des mondiaux. Il a fait payer les erreurs tout en étant très rapide. La régularité des tops pro au niveau des  »time lap » est incroyable. Très impressionnant.

    Merci pour cette article.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • noirvélo
    Soumis le 4 février 2019 à 2:33 | Permalien

    Tout est dit Wout van Aert a la tête sur la route et a
    couru cette saison en dedans avec un peu d’improvisation et moins de concentration que MVP « à fond » dans la discipline et revanchard . Il mérite vraiment son titre , il a mené ce Championnat avec maestria ! pour Van Aert (que je préfère et ne l’ai jamais caché ) les Classiques lui ouvrent les bras et je le vois dans les « 5 » sur Roubaix vu sa prise de poids …
    Belle progression d’Aerts qui termine sa saison en « boulet de canon » et peut espérer une future saison très fructueuse malgré MVP …

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • p'ti lucien
    Soumis le 5 février 2019 à 4:14 | Permalien

    Assez étonnamment, ce n’est qu’une moitié de la Belgique (la Flandre) qui est concernée par le cyclo-cross et connaît cet engouement extraordinaire pour ce sport. Dans l’autre, en Wallonie, c’est, hélas, le désert. Fossé culturel…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • regis
    Soumis le 6 février 2019 à 3:44 | Permalien

    Petit Lucien
    Le problème n’est pas tellement la culture mais une volonté de favoriser sa région.
    Le problème étant que les sélectionneurs et décideurs sont flamands comme dans nombre d’entreprises.
    Une fois que tu as compris cela et en a fit les frais tu passes vite la ou ce n’est pas le cas…
    C’est à dire sur route ou en vtt…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -1 (from 1 vote)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 7 février 2019 à 4:54 | Permalien

    Je ne serai pas aussi affirmatif quant au fait que Van Aert ait accompli sa saison de CC « en dedans ».
    J’ai lu sur ce blog « Van Aert plus lourd, plus musculeux, concentré sur la route, saison improvisée… ». Quand on le voit peiner dans la roue de MVDP, la bave aux lèvres, en manque d’habileté par rapport au hollandais, on a l’impression d’un gars à la ramasse. Mais quand on regarde derrière lui, c’est le désert, à part Aerts.
    MVDP est tellement aérien, qu’il ferait passer Van Aert pour un touriste. Or, il n’en est rien, loin de là.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • legafmm
    Soumis le 7 février 2019 à 7:58 | Permalien

    regis, tu te trompes, le cyclo cross et le vélo d’une manière générale est bien plus populaire en Flandre qu’en Wallonie.

    C’est culturel, ça n’a rien à voir avec les sélectionneurs et décideurs flamands. Lorsque Philippe Gilbert était au top, c’était le leader de la sélection bien qu’étant wallon.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!