Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Tour de Lombardie: Gilbert encore

C’est Philippe Gilbert, qui d’autre en cette fin de saison, qui s’est logiquement imposé sur le Tour de Lombardie couru samedi dernier en Italie. Gilbert s’est échappé à 6 km de l’arrivée, dans la bosse du San Fermo della Battaglia. Quelle attaque !!! Seul Samuel Sanchez, le champion olympique, est parvenu à recoller en s’accrochant, on ne sait comment, à ses chaussettes… Tous deux ont roulé plein pot (les images des petites descentes à quelques hectomètres de la ligne sont impressionnantes) pour se disputer la victoire au sprint, une victoire qui ne pouvait échapper à Gilbert.

Derrière, la plupart des autres favoris – Cunego, Basso, Vinokourov, Gesink, Evans – ont terminé avec un petit 8 secondes de retard sur le duo vainqueur. Evans s’était mis au service, plus tôt dans la course, de Gilbert, témoignant d’un bel esprit d’équipe.

Après Paris-Tours, le Tour du Piemont et la Coppa Sabatini, c’est la 4e victoire de Philippe Gilbert en 2 semaines. Remarquable. L’état de grâce…

La surprise de ce Tour de Lombardie vient à mon avis de la performance offerte par Vinokourov, très actif dans le final. Je suis surpris de le voir à ce niveau après 2 ans d’arrêt… surtout qu’il a remporté, aujourd’hui en France, le chrono des Nations, un clm individuel disputé du côté des Herbiers en France. Le retour au plus haut niveau s’est fait rapidement pour le Kazakh ! Modeste, il a même déclaré "quant on a la classe, on ne la perd pas". Mouais. Si c’était si facile que ca…

Cette semaine, La Flamme Rouge publiera les classements finaux du pool de cyclisme 2009, de même qu’une petite analyse des coureurs les plus performants au cours de la saison, comme les couacs. 

Partager

Précédent

Tour 2010: comme prévu !

Suivant

Les brèves du début de semaine

15 Commentaires

  1. Patrick B

    A propos de ton article sur la mort de VDB, je considère que tu n’as pas perdu ton pari, Laurent. Tu as (un peu) évoqué le dopage au sujet d’un évènement ô combien incontournable, la mort d’un homme, tout de même, ne l’oublions pas, homme dont on sait les relations à la drogue.
    Le retour au premier plan de Vinokourov est-il incontournable? Non, car il y a de nombreux autres sujets. Et Vinokourov avait déjà gagné le clm du Tour de l’Ain, bien marché au prologue de la Vuelta et aux championnats du monde, clm et en ligne. Dès lors que tu l’évoques en tes termes et en le citant (on le retrouve, insupportable, comme à ses meilleures heures de la fameuse interview pleine de suffisance dans l’Equipe la veille de… son contrôle positif), il y a référence au dopage. « Quand on a la classe, on ne la perd pas », qu’il dit; on pense tous à la même chose: « quand on a le bon protocole, etc… ».
    C’est comme si le président français disait: « la France où il suffit d’être bien né pour réussir, c’est terminé ». Hein, il vient de le dire?

    0
    0
  2. alain39

    Oui Patrick le retour de vino comme celui de Armsrtong est incontournable de par son anormalité.
    Comme le disait Jeff si après des années sans compétition un coureur (en l’occurence il parlait de Armstrong)est en mesure de revenir immédiatement au plus haut niveau c’est à désespérer du cyclisme.
    Il est bien placé pour en parler lui qui avait connu une interruption de plusieurs mois et qui avait mis 1 an à revenir au plus haut niveau. Les Hinault, Fignon, Lemond avaient connu les mêmes difficultés pour revenir au sommet.
    La fin de saison de Gilbert est étonnante mais quelque part conforme à la logique sportive.
    Il a 27 ans, a couru près de 100 jours cette saison et a connu 2 pics de forme au printemps et à l’automne.
    Il a su gérer sa saison notamment sa vuelta où il est monté tranquillement en puissance.
    Rien que de très normal.
    Qui plus est, il a toujours été un coureur complet et ne s’est pas métamorphosé en grimpeur comme un Tafi qui s’était transformé en grimpeur.
    Enfin Gilbert a multiplié les places d’honneur depuis des années dans à peu près toutes les classiques.
    Il a gagné sur ses qualités que nous connaissons depuis des années à savoir, complet, explosif et bon sprinter.
    Par ailleurs, il faut relativiser sa supériorité qui intervient à une période ou ses principaux concurrents sont fatigués et en plus il a disposé d’une excellente équipe.
    Evans lui a donné un sacré coup de main en allant rechercher vino.
    Cunégo laissé seul a dû fournir un effort dans la dernière bosse et il l’a payé au sommet. L’erreur de Cunégo a été de ne pas calquer sa course sur gilbert et de na pas lui avoir laissé prendre les responsabilités. Celui qui avait tout à gagner était bien Gilbert et non Cunégo qui a déjà gagné cette course par 3 fois.
    Ces victoires de Gilbert ne me laissent pas perplexe quand bien même je ne dis pas pour autant qu’il est hors de soupçons.
    Par contre Vino et surtout sa victoire aux chrono des herbiers me laisse plus que perplexe. Il semble insensible à la fatigue ce qui nous le savons présage rien de bon.
    Une fin de saison en trompe l’oeil qui nous laisse sur notre faim car franchement personne ne peut dire à ce jour que le cyclisme va mieux. L’affaire Astana est là pour encore nous le rappeler.

    0
    0
  3. Zenou

    Y’a une morale a ce dernier mois de cyclisme. On ne doit jugé une saison que sur la totalité. La mauvaise saison de lotto( Evans, Gilbert) se transforme en une belle saison en l’espace d’un mois. podium sur la vuelta, championnat du monde, paris-tour, tour de lombardie. C’est quand meme pas si mal !

    0
    0
  4. Erik Zabel

    Mais pourquoi Gilbert a-t-il perdu tant de temps chez Madiot ?! dans une équipe qui mise tout sur le Tour de France. J’avais fini par croire qu’il resterait toute sa carrière un ton en dessous des plus forts, lui qu’on annonçait pourtant si bon à ses débuts. Ca faisait un moment que la Wallonie (partie francophone de la Belgique) se cherchait un champion.

    0
    0
  5. Bertrand

    Super Gilbert!
    Malheureusement par les temps qui courent, je ne peux pas lui accorder une carte blanche…

    0
    0
  6. thierry mtl

    Ceux qui performent très bien actuellement ont presque tous fait l’impasse sur le Tour. Petit repos en juillet, alimentation de la réserve de bon sang et « top shape » en octobre. C’est un peu cynique mais malheureusement je ne vois pas autrement ces perfo de Gilbert, Vino, Sanchez et quelques autres….. je l’ai déjà noté et je le répète, leurs PEAK sont élevés pour ne pas être douteux.
    Mais c’est beau à voir et ces le cyclisme d’aujourd’hui.

    0
    0
  7. Tiphaine

    On ne va pas confondre Vinokourov et Gilbert quand même !
    Ah, ouf ! Merci Alain39 pour cette bonne analyse, objective et réaliste. Philippe Gilbert, et ce depuis des années – pour ceux qui ne l’auraient pas remarqué, ayant eu auparavant leurs regards rivés sur les « vrais » grandes stars incontournables du cyclisme, seuls champions « valables » dignes d’un regard… – est toujours en forme en tout début et en fin de saison, avec un fléchissement net dès la fin du printemps/été. Depuis des années, depuis toujours. C’est son rythme biologique faut croire. A la FDJ, il était bon, très bon, déjà futé & affuté, mais peu épaulé jusqu’au bout malgré les efforts de ses équipiers, et ça, face à des chaudières supersoniques, ça ne pardonne pas. Il avait beau se démener, attaquer crânement, il devait être au four & au moulin en permanence. Néamoins il a remporté quelques belles courses sous ce maillot, et de belle manière. Pourquoi est-il resté si longtemps à la FDJ ? simplement parce qu’il semble avoir des valeurs. Il savait aussi qu’il lui fallait mûrir encore. Maintenant il arrive à point, tout son potentiel peut enfin se déployer, il a suffisamment de caisse et d’expérience : l’aboutissement d’un long processus, et qui payera sur la durée. Il sait ce qu’il veut, ce qu’il vaut, il n’oublie pas d’où il vient, il envisage tout avec sérieux, et lui au moins n’est pas du genre à perdre la boule. La tête et les jambes.
    S’il avait voulu briller au moment du Tour, et/ou si « on » avait voulu le faire briller – artificiellement – à cette période de l’année qui physiquement n’est pas la sienne (mais si importante pour sa précédente équipe), croyez bien chers observateurs/commentateurs avisés du sport cycliste, qu’on y aurait mis tous les « moyens » possibles et imaginables. Et il aurait brillé… comme d’autres.

    0
    0
  8. toutouille26

    je serais curieux de voir ses analyses de puissances selon vayer

    0
    0
  9. Dave

    Arrêtons de rêver, pour faire ce qu’il a fait samedi, Gilbert fait comme les autres…

    0
    0
  10. Guillaumef

    Pendant ce temps la, le classement final de l’UCI est sorti. Un français dans les 50 premiers, 4 équipes francaises dans les 5 dernières, la France douzième.

    0
    0
  11. colt seevers

    Revenons sur terre… De nos jours, vainqueur et dopé c’est un peu synonyme de transfusion sanguine, tout le monde sait ça. Quadruple vainqueur: NO CREDIT!

    Il y a un point commun entre poelvoorde, vdb, boonen, museeuw, gilbert et le pot.

    Ils sont tous belges.

    0
    0
  12. Tiphaine

    Belgophobe

    0
    0
  13. alain39

    A noter que pourtant le cyclisme français « amateur » ne se porte pas mal du tout et ce depuis plusieurs années.
    Les Lebon, Sicard et autres moins de 23 ans ont d’excellents résultats et battent leurs petits camarades étrangers.
    Pas si loin on pouvait dire la même chose des Pineau, Chavanel et autres qui avaient des résultats plutôt convaincants.
    Pb une fois passé pros dans des équipes françaises leur progression semble comme stoppée.
    Ils restent de bons coureurs mais ne peuvent pas suivre les meilleurs qui pourtant jusque là ne les avaient pas surpassés
    A l’opposé des espagnols, italiens, russes et américains connaissent le chemin inverse.
    Pas étonnant que le classement UCI reflète cette réalité.

    0
    0
  14. Alain

    On remarque quand même que les coureurs dans les équipes françaises progressent très peu ou plafonnent très vite, cela, qu’ils soient Français ou étranger. On le voit régulièrement, Hushovd, Gilbert, Chavanel à un degré moindre, ont fait un bon en avant dans leurs performances quand ils sont passés dans un équipe étrangère.
    Il y a donc forcément une ou des raisons : approche de l’entrainement, « suivi médical » (exprès entre guillemets, mettez-y ce que vous pensez !), objectifs de l’équipe qui sont exclusivement tournés vers les épreuves françaises ou un peu de tout ça ?
    Toujours est-il qu’il n’y a plus que 2 équipes françaises dans le ProTour et que la situation ne va pas s’arranger dans les années à venir pour les coureurs Français qui vont être privés des plus belles courses et qui pourront s’expliquer entre eux (quoique …) sur les épreuves de la Coupe de France !
    Dommage !

    0
    0
  15. colt seevers

    mais non. Mais j’ai même pas à me défendre de en plus. ça me dégoûte qu’on me traite de belgophobe alors que je suis bellangophone. J’ai rien contre personne de belge.

    C’est juste tous des dopés jusqu’au dernier et ça se voit comme le nez au milieu de la figure comme disent les belges.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.