Tous les jours, la passion du cyclisme

 

SpiderTech, au fond victime de l’UCI?

Des rumeurs circulaient ces derniers jours, la nouvelle est sortie hier: le manager général de l’équipe canadienne continentale pro SpiderTech, Steve Bauer, arrête l’équipe pour 2013. 19 coureurs se retrouvent donc sans employeur l’an prochain.

Raison évoquée par Bauer: il désire prendre un an pour démarcher suffisamment de sponsors pour être capable de passer en World Tour en 2014. Son sponsor principal jusqu’ici, SpiderTech, s’impatienterait de passer au niveau supérieur, tout comme lui. Bauer n’a pas réussi, jusqu’ici, à augmenter significativement son budget pour espérer passer en World Tour.

Deux réactions.

D’une part, il ne sera pas facile pour Steve Bauer de rassembler les sponsors nécessaires au financement d’une équipe World Tour, surtout si l’objectif est que ces sponsors soient entièrement canadiens. Le budget minimum d’une équipe WorldTour est d’environ 7 millions de dollars canadiens, les plus nanties, comme Sky, disposant de plus de 17 millions de dollars annuellement. Une somme.

Ca ne sera pas facile car au delà de convaincre, Bauer évolue dans un contexte difficile car le cyclisme véhicule une image peu positive en ce moment. Pourquoi un sponsor canadien, donc loin du cyclisme européen, prendrait-il le risque d’investir dans le vélo considérant tout ce qui s’y passe côté dopage? Il existe d’autres véhicules de promotion probablement moins risqués.

Chose certaine, Bauer, qui a évolué aux côtés d’Armstrong chez Motorola, n’avait surement pas besoin du rapport de l’USADA et des aveux de Michael Barry.

C’est en ce sens que j’estime que l’UCI nuit davantage au développement du cyclisme qu’il ne l’encourage. Le rapport de l’USADA comporte de nombreux passages accablants pour l’UCI dont l’inaction dans le dossier US Postal est affligeant. Ses refus multiples d’entendre des coureurs voulant parler est particulièrement désespérant. Ils sont nombreux aujourd’hui à appeler à une démission de Pat McQuaid et à une éviction de Hein Verbruggen des fonctions qu’il occupe toujours auprès de l’UCI. Chose certaine, une refonte de l’UCI semble aujourd’hui plus que jamais souhaitable car son approche, au cours des 15 dernières années, a probablement davantage nuit au cyclisme qu’autre chose.

Malheureusement, d’autant que je sache, l’UCI n’a de comptes à rendre à personne…

Si l’UCI ne bouge pas, elle court probablement à sa perte de toute façon. On sait que Jonathan Vaughters, soutenu par d’importants capitaux anglais, travaille actuellement au développement d’une ligue privée de cyclisme au sein de laquelle les revenus des droits télé seraient mieux redistribués entre organisateurs de courses et équipes pro. Cette initiative découle du fait que de nombreux managers d’équipe sont actuellement très frustrés de ne pouvoir mettre la main sur une partie suffisante de ces droits télé, partie qui  leur permettrait de stabiliser le financement de leur équipe et de les rendre moins vulnérables aux aléas du renouvellement des sponsors. Dans un tel environnement, Bauer aurait la vie plus facile.

Quoi qu’il en soit, je tiens à dire que j’espère de tout coeur que Steve Bauer réussira dans son entreprise et qu’il saura monter un projet crédible car cela contribuerait très significativement au développement du cyclisme au Canada. Pourquoi ne pas proposer une équipe radicalement différente sur la scène de la lutte contre le dopage, en proposant par exemple des rapports médicaux publics des coureurs et ce, à intervalles réguliers, ainsi qu’un suivi médical totalement indépendant de l’équipe?

D’autre part, on ne peut s’empêcher de penser que l’arrêt de SpiderTech est un sacré coup dur pour de nombreux coureurs de l’équipe qui avaient probablement trouvé là leur seule chance de courir à ce niveau en Europe. Si Bauer s’emploie à relocaliser du mieux possible ses coureurs, et c’est tout à son honneur, on peut penser que ce sera difficile pour certains, surtout à cette époque de la saison. Je ne me fais pas trop de soucis pour les Boivin, Boily et Houle, mais les autres?

Chose certaine, l’équipe Garneau se renforcera probablement en vue de la saison prochaine et ca va faire mal sur la scène des courses au Québec!

Partager

Précédent

Affaire Armstrong: beaucoup de réactions affligeantes

Suivant

N’ajustez pas votre appareil…

  1. dans le 1000

    Très bon article Laurent. J’ai moi aussi été complètement abassourdi par cette annonce. Le cyclisme Canadien ne s’était jamais aussi bien porté que ces deux dernières années:

    Une équipe pleine de talent local en développement international, la victoire d’Hesjedal, plusieurs autres canadien au seins d’équipe WT, la présentation des deux courses WT au Canada..

    Avec le retrait «temporaire» de Spidertech et les aveux de Michael Barry, on a l’impression d’avoir fait un gros pas en arrière. C’est vraiment très très dommage. Je pense aussi à tous les coureurs de l’équipe Spidertech qui ne réussiront pas à se retrouver une équipe au niveau professionnel pour 2013, certe Boily, Houle et Boivin intéresseront probablement des Équipes comme Europcar ou FDJ mais les autres coureursun peu plus en retrait ne pourront peut-être pas se replacer.

    Autre constat, j’espère que Bauer réussira sa mission car le pari qu’il prend aujourd’hui est lourd en conséquences pour les raisons que l’on a expliqué. Je me rappel également que l’équipe canadienne Symmetrics, ancienne formation de Tuft et Meier, avait également annoncé une pause pour mieux revenir, pour ne jamais revoir le jour finalement.

    Mais ne perdont pas espoir, la jeune relève canadienne est toujours là!

    0
    0
  2. Nelson

    C’est triste de voir partir Spidertech mais je doute qu’ils reviennent. Bauer va éprouver beaucoup de difficulté à trouver de commanditaires avec aucune équipe et aucun coureur à présenter comme attraction. Il est difficile de promettre des victoires à un commanditaire quand il n’y a aucun coureur derrière le directeur sportif.

    Pour ce qui est de la ligue privée de Vaughters, ça aussi je doute que ça fonctionne. Il y a eu par le passé des exemples de seconde ligue sportive professionnelle qui ont essayé de débarquer dans la cour des grands et ça n’a pas fonctionné. L’AMH au hockey, la USFL au football et ça n’a pas marché longtemps même s’ils ont attiré quelques vedettes à gros salaire. Ce que les gens veulent voir c’est un bon spectacle, une bataille sur les légendaires pavés du nord ou dans les cols des Alpes et les courses avec une histoire (Tour, Paris-Roubaix etc.) ont des longueurs d’avance. Les organisateurs du Giro ou de la Vuelta ne prendront pas la chance de quitter l’UCI pour se joindre à une seconde ligue, c’est presque que courir au suicide pour l’organisation. Et ce c’est sans compter les pénalités que les coureurs pourraient se voir imposer s’ils décidaient d’aller courir pour cette seconde ligue.

    C’est triste à dire, mais nous allons devoir vivre avec l’UCI encore longtemps. Là où cela pourrait changer c’est si le Comité international Olympiques disaient à l’UCI de faire ses devoirs parce que dans la foulée de cette histoire, il y a des coureurs qui ont couru « dopé » aux Olympiques et personne n’a vu quelque chose. Ils se font éclabousser aussi par la bande. Je suis certain que plusieurs sports sont prêt à prendre les heures de diffusion du cyclisme aux Olympiques et qu’ils attireraient autant sinon plus de téléspectateurs. L’UCI reste quand même forte comme organisation mais il y a des limites que le CIO ne voudra pas dépasser.

    0
    0
  3. Vincent C

    Pas 19 sans employeur mais 15;

    Gilbert prend sa retraite. Peut-être Lacombe aussi.

    Euser, Fairly, Selander sont déjà parti.

    Ma question; comment ils comptent attirés de gros coureurs avec des points UCI l’an prochain?

    Surtout si ils n’ont pas vraiment d’argent, ils ne pourront pas vraiment offrir de juteux contrats?!

    0
    0
  4. Batrickp

    Ce genre d’annonce relève parfois du chantage…
    Erreur, Laurent, l’UCI a été bien active dans les diverses affaires Armstrong. Même qu’il a payé pour ça (une fois au moins, publiquement).
    Autre erreur, je crois, les droits télé générant plus de fric donc une meilleure santé des équipes, plus d’équipes, etc… Le problème est ailleurs. Il y a énormément de fric dans le foot européen. La situation financière des équipes n’en est que plus catastrophique (quid du hockey et du foot US en Amérique du Nord?). Autre exemple: les villes françaises qui ont touché un jackpot, comme Vaujany avec les barrages EDF, elles sont ruinées! Plus il y a de fric, plus il y a de rapaces, plus la lutte pour le pouvoir est acharnée, plus ce sont les fripouilles qui l’emportent… moins il reste de fric après leur passage.

    0
    0
  5. Batrickp

    Et Vaughters: out! Dans le système pourri il a été, de l’entregent il en a tiré, qu’il n’en use pas et laisse d’autres émerger. David Millar, itou.

    0
    0
  6. Dan Simard

    Certains ont certainement déjà contacté leur ancien coéquipier Svein Tuft qui est passé chez Green Edge au bon moment.

    Les histoires à sensation sur le dopage, ça fait vendre dees journaux mais pas le vélo. Spidertech ne seront pas la seule à en écoper.

    En autant que les automobilistes redneck ne s`en prennent d`avantage aux cyclistes sur les routes. « Tiens ma bière Bob pi tceck bain ervoler le cycliste dopé »

    0
    0
  7. Max

    Jusque là, Spidertech essayait de gagner ses galons à la pédale: tout à leur honneur. les voilà rattrapés par le système. Arrêter le sport pour trouver du fric et monter une équipe artificielle du type de radioshack, leopard ou sky, qui n’ont pas eu à gagner leur place en world tour alors que d’autres essaient depuis des années. Voilà qui est décevant.

    décevant, mais pas seulement au niveau moral. On pensera bien fort aux coureurs et membres du staff qui vont perdre leur emploi. Ce sont eux les premières victimes. Tout ça pour quoi? pour une équipe canadienne en world tour? je ne pense pas que le jeu en vaille la chandelle. Pour de la gloire on sacrifie de l’humain.

    Quant au projet de Vaughters, ça pourrait voir le jour… mais ce n’est pas lui qui a les clés. Les seules instances à pouvoir bousculer l’UCI, c’est ASO et RCS. A elles deux, elles détiennent 90% des courses historiques: les trois grands tours, les grandes ardennaises, Paris-Roubaix, la plupart des autres classiques, les courses d’une semaine intéressantes, j’en passe.Si les deux signent avec Vaughters, c’en est terminé de l’UCI. Si l’une des deux signe avec Vaughters (et ça pourrait être probable car les deux ont des intérêts à prendre le pas sur l’autre), on aura une guerre fratricide entre les deux ligues qui aboutira à un leadership à moyen terme. Mais si le projet de Vaughters essaie de partir de rien avec de nouvelles courses, je ne donne pas cher de sa peau.

    0
    0
  8. sergio

    ASO et RCS sont totalement contre le projet de vaughters, ils ne veulent surtout pas partager les droits TV.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.